Skip to navigation – Site map

HomeNuméros51Géographie administrative et disc...

Géographie administrative et discrimination régionale en Corée au XVe siècle

Administrative Geography and Regional Discrimination in the 15th Century Korea
Yannick Bruneton
p. 33-53

Abstracts

As the most representative work of administrative geography in Korea, the Tongguk yeojiseungnam contributed to the elaboration of a collective image of the Korean provinces, especially since the Koryeo period (918-1392). The distribution of ‘merite-subjects’ recorded in each province according to their patronymic lineage (pon’gwan) and their merit (kong), shows a disparate image of Korea, based on a clear hierarchy between provinces in relation to the sociopolitical role of their inhabitants. In addition, this biased image does not correspond to the administrative ‘polarities’ (centers) of Koryeo kingdom. Such an image has been a vehicle of regionalist views of the state and perpetuated for centuries by the political power.

Top of page

Full text

  • 1 À propos des périodes de l’histoire de Corée, cf. Li, 1989.
  • 2 Dans la section des "mémoires administratifs" des histoires dynastiques (chi), on trouve : le chapc (...)

1La géographie humaine occupe une place prépondérante dans les sources géographiques anciennes de la Corée, élaborées dans un cadre administratif depuis le XIIe siècle (époque de Koryeo : 918-1392)1. Conçue comme annexe de l’histoire officielle, sous la forme du chiri chi2, la géographie humaine de la Corée ancienne, sur le modèle des traités chinois, associe systématiquement des personnalités à un territoire. Elle contribuait ainsi à lui donner une identité. Une telle association - parfois traduite en termes de déterminisme naturel orientant le sens de l’histoire - reflète une volonté de légitimation et de pérennisation du pouvoir et de son idéologie. La mise en valeur du rôle politique et social des membres des grandes familles se pose bien sur la longue durée, car les dynasties coréennes se caractérisent par leur longévité dans l’aire culturelle de l’Extrême-Orient. Les continuités sociales, politiques et idéologiques que sous-entend une telle longévité trouvent ainsi leur expression dans les sources géographiques.

  • 3 Nous empruntons ce terme à Robert Des Rotours, spécialiste de l'administration des Tang (Des Rotour (...)

2Comment, dans la géographie administrative3, les provinces coréennes sont-elles identifiées par des réseaux humains ? Quels sont les principes de sélection de ces personnalités ? Quelles relations entretiennent-elles avec l’histoire officielle ? Quelle influence une telle représentation a-t-elle pu exercer sur l’image contemporaine des provinces coréennes ?

3Pour répondre à ces questions, nous proposons d’analyser l’ouvrage le plus représentatif de la géographie administrative, le Tongguk yeojiseungnam. (« Description remarquable - ou complète - des sites du Pays de l’Est »), en particulier les rubriques des « sujets méritants », associés à un territoire en, raison de leur « lignage patronymique » et de leur mérite envers l’État.

  • 4 La carte administrative de la fin de Koryeo, en huit provinces, correspond à peu près au découpage (...)

4La période de Koryeo (918-1392), dont traite cet ouvrage, est celle de la mise en place des grands découpages provinciaux encore en usage actuellement4 : une division en huit provinces, expression qui a fini, par désigner métaphoriquement l’État péninsulaire. C’est également à cette période que sont fixés les lignages patrilinéaires à 1’échelle du territoire, à travers l’instauration du système d’enregistrement du lieu d’origine patronymique, le pon’gwan que les rubriques à partir desquelles nous avons établi le corpus des sujets d’analyse. Ensuite, nous examinerons comment ces rubriques se répartissent par province et quels problèmes soulève cette répartition dans le contexte de la société médiévale coréenne. Enfin, nous nous interrogerons sur les incidences d’une telle représentation.

Le Tongguk yeojiseungnam, un modèle de géographie administrative

Présentation : contexte, structure et contenu

5Le Tongguk yeojiseungnam est l’ouvrage de géographie administrative le plus représentatif car il correspond à un stade transitoire de l’écriture de la géographie en Corée. Publié d’abord en 1481, c’est le premier traité de géographie générale de la péninsule édité indépendamment des histoires dynastiques à avoir été conservé intégralement. Il reproduit le contenu des mémoires coréens antérieurs en y insérant des extraits de sources chinoises selon une logique cumulative. Érigé en modèle par l’État, il exercera une influence déterminante sur les écrits géographiques de Corée jusqu’au XIXe siècle : son organisation en rubriques deviendra l’ossature des monographies locales officielles (eupchi) dont la réalisation s’est généralisée au XVIIIe siècle. Il doit son modèle d’organisation aux deux « traités généraux » (zongzhi) chinois du Fangyü shenglan (époque Song : 960-1279), et du Ming yitongzhi (ca. 1450, époque Ming). L’ouvrage fut remanié en 1530 au cours de la période de Choseon (1392-1910). Le Tongguk yeojiseungnam constitue donc une synthèse du genre des traités généraux sur la Corée au XVIe siècle.

  • 5 Kyeonggi (jingji, en chinois) signifie littéralement, "domaine impérial", qui entoure la capitale.
  • 6 Le principe d'appellation des provinces consiste à emprunter le premier caractère des deux villes l (...)

6Dans le Tongguk yeojiseungnam, la péninsule est divisée en huit provinces, présentées selon l’ordre suivant : le Kyeonggi5 (province métropolitaine), le Ch’ungch’eong6, le Kyeongsang, le Cheolla, le Hwanghae, le Kangweon, le Hamgyeong et le P’yeongan (Figure 1). Cet ordre n’est pas anodin : il établit d’emblée une hiérarchie, les provinces du Kyeonggi et du P’yeongan étant les plus éloignées, créant ainsi une importante distance symbolique entre Séoul et P’yeongyang. Dans l’espace, cet ordre correspond à une sorte de « huit » (sud, est, ouest, nord, est, ouest) suivant les deux axes de démarcation nord / sud puis ouest / est.

  • 7 Les termes administratifs utilisés dans cet article sont empruntés à Maurice Courant (Courant, 1986 (...)
  • 8 On ignore même s'il existait des quotas de population par catégorie administrative. Il est donc alé (...)

7À un second niveau, le découpage concerne les localités : préfectures (chu, tohobu) et districts de première et seconde classes (kun et hyeon)7. La hiérarchie des localités administratives n’était pas nécessairement proportionnelle au nombre de leurs habitants8.

  • 9 Dans les rubriques relatives à la gestion du territoire, on trouve les appellations des localités, (...)
  • 10 Les rubriques relatives au patrimoine sont "Us et coutumes", "Bâtiments" (pavillons à étages, kiosq (...)

8Pour toutes ces localités, on retrouve systématiquement une série d’une vingtaine de rubriques qui concernent la gestion territoriale (cultes locaux, démographie, production agricole, imposition et défense)9 et le recensement du patrimoine culturel local10. Ces deux types de rubriques furent élaborées respectivement à partir de deux sortes de sources primitives : les documents administratifs (archives locales de type hyangjeok) et les textes littéraires (poèmes, si, et surtout mémoires, ki), puisés dans les recueils d’oeuvres des lettrés hauts fonctionnaires (munjip).

9Dans cet ensemble, les données de pure géographie physique sont succinctes (en plus de la rareté des données chiffrées), ce qui constitue une limite fondamentale de l’ouvrage en vue d’un usage administratif. La longévité du modèle du Tongguk yeojiseungnam confirme par ailleurs une tendance des lettrés néoconfucéens, jusqu’au XVIIe siècle, à s’attacher aux modèles chinois, tout en négligeant les aspects matériels de la culture.

Sujets méritants et localités

10Le Tongguk yeojiseungnam comprend sept rubriques consacrées à des personnes reconnues officiellement pour des actes méritoires ; nous les désignons par le terme générique de « sujets méritants ». Nous n’en analysons toutefois que trois : celles qui rattachent les sujets (704 au total) à une localité en fonction du seul critère de l’enregistrement administratif, le « lieu d’origine patronymique » ou pon’gwan :

  • Les « Personnalités » (inmul : 614) ;

  • Les « Enfants pieux (modèles de piété filiale) » (hyoja : 63) ;

    • 11 Les autres rubriques de sujets méritants sont : les "Sujets célèbres" (myeonghwan), les "Exemples d (...)

    Les « Femmes ardentes (modèles de vertu féminine) » (yeollyeo : 27)11.

La notion de lieu d’origine patronymique (pon’gwan)

  • 12 cf. Cihai : 1442a ; 2742a, expression équivalente à ben ii, apparemment peu utilisée en Chine.

11Le terme pon’gwan, d’origine chinoise12, renvoie à un système d’enregistrement administratif de la population lié à l’octroi officiel de patronymes à la chinoise (seong). Ce système, limité à l’aristocratie à l’époque des Trois Royaumes (Ier siècle av. J.-C. au VIIe siècle ap. J.-C.) se généralisa sous Koryeo. Basé sur le principe aristocratique d’un nom associé à un domaine, il se vulgarisa en associant généralement les membres du « bon peuple » (ryang min) doués d'un patronyme (par alliances ou par don royal, sa seong) à leur lieu de naissance (hyang). Cette pratique était nécessaire en raison du petit nombre de patronymes utilisés dans la péninsule coréenne (un peu plus de deux cents).

12Nous connaissons mal la diffusion du système des pan’gwan à l’époque de Koryeo. Les flux migratoires importants qui eurent lieu dans la péninsule à cette époque, causés par les invasions (Khitan, Jürchen, Mongols, Japonais), par les calamités naturelles (inondations), par la fondation de nouvelles localités (districts de défense (chin), capitales secondaires), ou encore par les peines de bannissement (lieu d’exil plus ou moins éloigné de la capitale), avaient conduit à la modification du lieu de séjour - et donc d’enregistrement - rendant ainsi caduc le lien entre lieu de naissance (hyang) et de séjour et celui de l ‘enregistrement (po) (Heo, 1981 , p. 453). A ces flux, il faut ajouter la possibilité de changement de patronyme dont l’histoire officielle donne plusieurs exemples.

La notion de « mérite » (kong)

13La notion de mérite est essentielle pour comprendre la société coréenne médiévale, car elle constituait le facteur de promotion sociale par excellence dans un système de transmission héréditaire du statut social. Elle sous-tendait nombre des institutions et était codifiée. Expression de la reconnaissance par l’État d’actes ayant contribué à sa stabilité (fondation, défense du territoire, protection du roi), elle donnait lieu à la production de sources spécifiques, après procédure administrative. Le mérite entretenait un lien étroit avec le pon’gwan puisque l’octroi de patronyme, impliquant l’enregistrement administratif (p’yeon cheok ou p’yeon ho), était l’une des rétributions d’actes méritoires pour le peuple. Pour l’aristocratie, le mérite se transmettait héréditairement à partir d’événements fondateurs, intervenant dans le système de promotion des fonctionnaires, impliquant l’octroi de titres, de charges, de domaines, et la prise en charge d’un culte posthume. Il se traduisait aussi par la conclusion de liens matrimoniaux avec la famille royale. Les codes de rétribution du mérite associaient l’individu à une collectivité - le mérite individuel étant conçu comme le produit d’un mérite plus global - celui de sa localité d’origine ou de celle de ses parents. Ainsi, la reconnaissance des actes d'un sujet méritant impliquait souvent la promotion du statut administratif des localités, si l’on en croit l’histoire officielle, le Koryeosa (Histoire de Koryeo, 1451). On conçoit par là tout le prestige que le mérite conférait aux lignées et tout l’intérêt que représentait l’enregistrement dans les pan’gwan de renom.

14Une des formes les plus prestigieuses de rétribution du mérite consistait à consigner les actes individuels dans les Annales historiques transmises à la postérité, rôle tenu par l’histoire officielle. Les sujets méritants mentionnés dans le Koryeosa (l’histoire officielle) sont donc logiquement repris dans les rubriques du Tongguk yeojiseungnam.

Une géographie administrative liée à l’histoire officielle

15Les trois rubriques étudiées sont établies en fonction de l’origine sociale et du sexe des personnes mentionnées : les « Personnalités » regroupent les fonctionnaires (aristocratie) tandis que les autres rubriques traitent des gens du « bon peuple » (généralement les clercs des districts, ri) ; les modèles de vertu féminine ne mentionnent que des femmes alors que les « modèles de piété filiale » ne font pas une telle distinction. Elles furent en fait respectivement élaborées à partir de deux types de sources distinctes : l’histoire officielle et les archives locales.

16Les « Personnalités » constituent une reproduction fidèle des catégories positives des « Biographies » du Koryeosa (livres 92 à 121). Les rubriques concernant les catégories sociales plus modestes ont été rédigées à partir des rapports des fonctionnaires de province consignant les exemples de moralité des habitants de leur circonscription. Pour cette raison, elles ne reflètent que partiellement l’histoire officielle. L’étude de ces rubriques montre l’étroitesse des relations entre l’écriture de la géographie et celle de l’histoire ; c’est d’autant plus vrai que les notes qui accompagnent les noms des sujets méritants cités dans le Koryeosa reproduisent à l’identique des extraits de ce dernier. Le tableau suivant indique le pourcentage des sujets méritants étudiés, mentionnés dans l’histoire officielle.

17En moyenne 77 % des « Personnalités » du Tongguk yeojiseungnam apparaissent dans l’histoire officielle. Le cas est différent pour les rubriques concernant les gens du « bon peuple », absents de l’histoire officielle, à l’exception de quelques catégories de la section des biographies : « Bons clercs » (ryang ri), « Sujets fidèles et justes » (ch’ungeui), « Exemples de pitié filiale et d’amitié » (hyou), « Femmes ardentes » (yeollyeo). II faudra analyser plus en détail le contenu des deux autres rubriques, afin de mettre en évidence quels types de rapports elles entretiennent avec l’idéologie des historiographes du XVe siècle.

Légitimation de la dynastie des Yi et promotion du néoconfucianisme de Choseon

18L’image des provinces renvoyée par le Tongguk yeojiseungnam souffre d’un problème de représentativité : les sujets méritants sont, pour la plupart, consignés à la fin de la période, pour des raisons idéologiques assez nettes, liées à la diffusion de l’enseignement de l’école chinoise néoconfucianiste et de nouvelles pratiques induites, surtout au cours de la seconde moitié du XIVe siècle.

Une représentation qui privilégie la fin de Koryeo

19La représentation des provinces coréennes par leurs sujets méritants n’est pas significative de l’ensemble de l’époque de Koryeo : elle est marquée par un déséquilibre dans la répartition dans le temps et par catégorie de sujets méritants. Ainsi, on observe une majorité de « Personnalités » de la fin de la dynastie. La rubrique « Personnalités » reflète, dans ses grandes lignes, l’augmentation progressive du nombre de mentions de sujets méritants observée dans la section des « Biographies » du Koryeosa.

20Les XIIIe et XIVe siècles représentent plus de 60 % des cas pour lesquels la datation, même approximative, est possible.

21La répartition des personnages classés dans les catégories des « Enfants pieux » et des « Femmes ardentes », dont le corpus est moins important, est encore plus déséquilibrée : elle se concentre sur à peine le dernier quart de la période, en particulier la seconde moitié du XIVe siècle, à partir du règne de Kongmin (r. 1351-1374), a l’exception de la province du Cheolla et du P’yeongan pour les « Enfants pieux ».

22Un nombre important de cas sont difficilement datables. Le caractère tardif de la mention des « Enfants pieux » et des « Femmes ardentes » s’explique, selon nous, par une politique de promotion de pratiques rituelles néoconfucéennes au sein du « bon peuple ». La pensée de Zhu Xi (1130-1200), introduite dans la péninsule coréenne à la fin du XIIIe siècle par le lettré An Hyang (1243-1306), ne fut enseignée qu’au XIVe siècle au collège des Lettrés de la capitale. La génération de lettrés formés au néoconfuciamsme, sous le règne de Kongmin, rédigea les chroniques de la fin de Koryeo. Enfin, la pensée de Zhu Xi devint matière du concours de recrutement dans l’administration. Calquées sur le Koryeosa (1451), les rubriques étudiées reflètent l’idéologie des compilateurs de 1’histoire officielle, c’est-à-dire l’idéologie d’une époque : le néoconfucianisme du XVe siècle.

Une représentation liée à la promotion du néoconfucianisme au détriment des militaires et des moines bouddhistes

23* La promotion du deuil de trois ans Le Tongguk yeojiseungnam rapporte cinq types d’actes de piété filiale :

  • Le fait de subvenir aux besoins des parents ;

  • L’automutilation (les enfants se mutilent les doigts pour préparer une soupe fortifiante à leurs parents affamés ou malades) ;

  • Le deuil de trois ans ;

  • Le sauvetage des parents au péril de sa vie, lors des invasions étrangères ;

  • La vénération posthume des parents (confection d’une effigie).

  • 13 KRS: Koryeosa (Histoire de Koryeo).
  • 14 YJSN: Tongguk yeojiseungam.

24Parmi ces catégories, celle du deuil de trois ans est rapportée de manière privilégiée. Il s’agissait alors de mettre en application des codes prescrits dans le Zhuzi jiali (Rites domestiques selon Maître Zhu) de Zhu Xi, en particulier le deuil de trois ans des parents (et éventuellement des maîtres). Cette dernière pratique était peu courante avant le XIVe siècle ; elle fut imposée en 1357, mais resta peu appliquée (KRS13 : 117, 39a), car concurrente des funérailles bouddhiques (YJSN14 : 28, 30b-7, Na Ssi). La pratique du deuil de trois ans, chez les « Enfants pieux » est plus significative que chez les « Femmes ardentes » (3 cas sur 27).

25Le deuil de trois ans est mis en valeur du fait du nombre important « d’Enfants pieux » de la province du Kyeongsang, 24 en valeur absolue, soit un nombre trois fois plus élevé que le total des autres provinces réunies.

26Dans les provinces du Nord de la péninsule, en particulier dans celle du P’yeongan, la mention de la pratique de l’automutilation était bien plus fréquente (75 % des cas) que dans le Sud.

27* La promotion de la chasteté des femmes

28Parallèlement, on observe des mesures pour promouvoir la vertu féminime, toujours à partir de cette seconde moitié du XIVe siècle, qui se traduit par le respect du deuil de trois ans et l’observation de la chasteté (sujeol) jusqu’à la mort, notamment pendant les invasions japonaises. Selon la conception néoconfucéenne, le remariage étant considéré comme une infidélité au premier mari, la promotion de la chasteté des veuves constituait donc l’un des corollaires de celle du deuil. On trouve 15 exemples de femmes vertueuses ayant vécu dans la seconde moitié du XIVe, au moment des invasions japonaises, principalement au temps du roi U (r. 1374-1378), ce qui représente 55 % de 1’ensemble.

29Une telle répartition des actes méritoires liés à la piété filiale au niveau local s’explique vraisemblablement par un système efficace d’enregistrement et son corollaire de rétribution incitative, en termes économique (octroi de céréales), de privilèges (exemptions) et de prestige (attributs). On note ainsi une augmentation des « portiques rouges » (cheongnyeo), système de signalisation installé à l’entrée des localités, expression de la reconnaissance officielle du mérite.

30* La faible reconnaissance du mérite militaire des populations du Nord de la péninsule

  • 15 On observe des mesures pour fortifier ces localités (KRS : 58, 39), pour élever leur Statut adminis (...)

31Le mérite militaire des populations des provinces septentrionales de la péninsule, pourtant en première ligne lors des invasions des Khitan au XIe siècle, des Jürchen au XIIe siècle et des Mongols aux XIIIe-XIVe siècles - armées venues par le Nord-Ouest ou le Nord-Est du continent chinois - est peu sinon pas reconnu. De même, alors que nombre de lignées des « Personnalités » sont issues du mérite de fondation de la dynastie de Koryeo, on ne trouve trace des mesures prises par le roi T’aejo pour promouvoir ces provinces, qui ont pourtant joué un rôle stratégique essentiel pour la défense du territoire15.

32* L’absence de consignation du mérite des moines bouddhistes

33Enfin, conformément à la même logique d’effacement de la culture de Koryeo, le Tongguk yeojiseungnam ne mentionne pratiquement aucun moine parmi les sujets méritants, à la différence des modèles chinois et de leur rubrique « Xianshi » (moines bouddhistes et taoïstes). Cette absence signifie le déni du rôle politique, social et culturel de la population monastique, en contradiction avec les sources bouddhiques et les institutions de Koryeo. À titre d’exemple, selon les codes de cette époque (XIIIe-XIVe siècles), la promotion des maîtres royaux et nationaux s’accompagnait de l’élévation du statut administratif de leur localité d’origine (hyang ou nae hyang) ou de celle de leurs parents. Par ailleurs, les moines jouèrent un rôle actif pour le bien-être des populations les plus démunies, par exemple par la mise en place de soupes populaires, d’hôtelleries et d’hospices (taebi weon), dans la capitale et en province, mais aussi en matière de défense du royaume, avec la mobilisation de troupes de moines. La puissance économique des grands monastères permettait la survie d’une partie de la population. Le haut clergé, à travers ses maîtres royaux et nationaux, pouvait exercer une certaine influence sur les mesures politiques du temps, par les conseils prodigués aux souverains.

Une vision discriminante des provinces de Koryeo

34La répartition des sujets méritants, « Personnalités », « Enfants pieux » et « Femmes ardentes », se révèle très inégale entre les provinces. La carte permet de visualiser ces disparités de manière éclatante (Figure 2), en particulier le contraste entre les provinces du Nord et celles du Sud de la péninsule. Comment de telles différences peuvent-elles s’expliquer ?

35La représentation des provinces coréennes obtenue est paradoxale, sur bien des points, car elle ne correspond pas aux polarités auxquelles l’historien de cette période est habitué. On peut donc mettre en doute la représentativité que cette image rend de la société médiévale. Si le mérite constituait un facteur de promotion du statut administratif des localités, comment se fait-il que la représentation des provinces de Koryeo par leurs sujets méritants soit si éloignée de la hiérarchie administrative provinciale ?

Une discrimination Nord / Sud

  • 16 La répartition des sujets méritants et la démographie ne sont pas liées. On ne dispose pas de chiff (...)

36Le trait le plus visible de la représentation des provinces coréennes d’après les sujets méritants du Tongguk yeojiseungnam réside dans la discrimination entre les provinces du Nord et celles du Sud, la ligne de démarcation se situant à la limite nord de la province du Kyeonggi ; les provinces du Nord (Hamgyeong, P’yeongan, Kangweon, Hwanghae) y apparaissent comme désertes comparées aux autres provinces. Dotées de la moitié du nombre de localités des provinces du Sud, les provinces du Nord comptent quatre fois moins de sujets méritants qu’au Sud (132 pour 571), deux fois moins en valeur relative. Cela signifie la minimisation de la culture du Nord de la péninsule. Malgré la présence d’importantes chaînes montagneuses, en particulier dans la province du Hamgyeong - impliquant une faible démographie16 - les provinces du Nord étaient des lieux de passage et d’échanges entre la péninsule et le continent chinois. Ces provinces avaient été militarisées (Cercles Nord et Est) en raison de conflits avec les envahisseurs venus du Nord, pouvant expliquer la destruction massive d’archives locales. Pourtant, dans cet ensemble, avec ses 17 sujets méritants pour 42 localités, la province du P’yeongan apparaît particulièrement défavorisée, de sorte que l’argument démographique ne tient plus.

37Une telle discrimination entre les provinces du Nord et celles du Sud est aggravée par la répartition très hétérogène des sujets méritants au sein même de chaque province, phénomène qui mérite explication (Tableau 4).

38Le poids de certaines localités est déterminant dans les provinces du Hwanghae, du Ch’ungch’eong, du Hamgyeong et du P’yeongan. Dans le cas de ces deux dernières provinces, le fait que moins d’un quart des localités comportent des sujets méritants s’explique par le très faible nombre de ces sujets. Le nombre de localités par province n’explique pas tout. La province du Ch’ungch’eong, par exemple, montre une répartition très inégale du Mérite : les seules localités de Ch’eongju et de Ch’ungju représentent près de 40 % de l’ensemble du corpus des sujets méritants, et pratiquement la moitié avec Hansan. Dans les provinces méridionales, la répartition est relativement équilibrée (environ 70 % de localités méritantes). II est significatif d’observer le nombre des patronymes des « Personnalités » dans les localités les plus « méritantes » de chaque province (Tableau 5).

39Il est intéressant de confronter le poids des localités précédentes au sein de chaque province. Le cas de la province du Hamgyeong s’avère extrême puisqu’une seule localité (Figure 3) concentre tous les sujets méritants. Même si cette province est très montagneuse, les localités des plaines côtières y sont sous représentées. D’une manière générale, les localités présentant de nombreux sujets méritants comportent un nombre restreint de patronymes et se limitent à quelques cas de figures quant aux événements fondateurs du mérite. La localité de Ch’eorweon présente une lignée unique de sujets méritants, le clan Ch’oe, issue d’un ancêtre commun (Ch’oe Chunong ; ?-?), ministre du fondateur de la dynastie. De la même façon, P’aju ne compte que deux patronymes pour 15 « Personnalités » (dont 13 appartiennent au seul clan Yun). Là encore, on constate l’existence d’un ancêtre commun, Yun Sindal (?-?), ministre du mérite sous le règne de T’aejo. Ce même constat s’applique pour la localité de Kwangsan (actuel Kwangju), avec Kim Kil (?-?).

40Cette représentation pose un problème de légitimité historique, quand on considère que le centre politique, administratif, démographique (?), économique et culturel de Koryeo couvrait une zone comprenant Kaeseong, Pyeongyang et Hanyang, et non les provinces du Sud (Kyeongsang, Cheolla) (Figure 1).

L’invisibilité des polarités de Koryeo et la mise en valeur de localités secondaires

41Avec les fondations de Kaeseong, comme capitale principale, et de Pyongyang, capitale de l’Ouest, en 919, T’aejo (r. 918-943) promut une nouvelle aristocratie tout en incorporant celle de l’ancienne dynastie de Silla (-57, 935). Plus tard, au cours de la seconde moitié du XIe et au début du XIIe siècle, sous les règnes de Munjong et de Sukchong, fut instaurée la Capitale du Sud (Yangju, puis Hanyang, la future capitale de Choseon). Or cette nouvelle aristocratie est absente de la représentation du Tongguk yeojiseungnam. La non-représentation des deux pôles politiques, administratifs, économiques et culturels de Kaeseong et de Pyeongyang, ainsi que de celui de Hanyang, correspond à un important effacement de la culture de Koryeo.

La non-représentation des aristocraties de Kaeseong, de Pyongyang (Capitale de l’Ouest) et de Hanyang (Capitale du Sud)

42Kaeseong, l’ancienne capitale de Koryeo, ne compte que trois personnalités dont deux sont membres de la lignée royale des Wang : Wang Heuisun (?-?), sujet méritant du règne de T’aejo, et Wang Segyeong (1122-1185), descendant de Wang Heuisun à la huitième génération, ayant fait carrière sous le règne d’Euijong (r. 1146- 1170). Conjointement à la pérennisation de certaines lignées anciennes de sujets méritants de Koryeo, force est de constater la sous-représentation des membres de la lignée royale de Koryeo. Le constat est d’autant plus étonnant que les souverains octroyaient le patronyme Wang à certains sujets méritants. Selon des spécialistes comme An Taehoe, de nombreux rejetons du premier clan de Koryeo changèrent leur patronyme au moment de la transition dynastique de la fin du XIVe siècle, en particulier en adoptant celui de Cheon, très proche par la graphie. Cette affirmation suggère, entre autres, que l’établissement de la nouvelle dynastie des Yi en 1392 a pu être l’occasion de nombreuses transformations de patronymes afin de ne pas être l’objet d’une trop grande discrimination de la part du nouveau pouvoir, ou bien pour échapper à de possibles purges.

  • 17 Traité de géographie administrative. Voir le glossaire.
  • 18 Cf KRS : 58, 29a-31a.
  • 19 Cf YJSN : 51, 5b.
  • 20 Cf KRS : 122, 1b. Il existait des théories officielles justifiant des déplacements fréquents et rég (...)

43Cité prestigieuse dans l’histoire de la Corée, Pyongyang était, selon le chiri chi17 du Koryeosa, la plus vieille capitale de la péninsule, centre de diffusion de la culture de la commanderie de Lelang, abritant le tombeau de Jizi (XIe avant J.-C) et celui du roi Tongmyeong (fondateur de Koguryeo, -58 ; -19)18. Les auteurs du Tongguk yeojiseungnam réalisent le tour de force de ne lui attribuer aucun patronyme d’origine, le seul patronyme qui lui est associé étant celui des Cho primitivement originaire de Sangweon19. Le nombre de sujets méritants pour la ville de Pyongyang est donc très fruble si l’on considère la place importante qu’occupait la capitale de l’Ouest dans le royaume de Koryeo en tant que pôle administratif, militaire, économique. Il semble, comme la notice du chiri chi du Koryeosa le donne à penser, que la cité ait souffert d’une image négative de ville sécessionniste et rebelle, défiant périodiquement le pouvoir en place à Kaeseong (révoltes de Myoch ‘eong, de Cho Wich’ong, de Ch’oe Kwangsu, de Ch’oe T’an, Yi Yeollyeong, P’il Hyeonbo et Hong Pogweon...), passant sous le contrôle des Mongols comme préfecture militaire de Dongning entre 1270 et 1290. Au moment de la fondation de Koryeo, la cité joua un rôle déterminant pour la consolidation du pouvoir de T’aejo, au point que ce dernier l’éleva au rang de Capitale de l’Ouest et eut même le projet d’y déplacer la capitale. En outre, la cité fut un lieu fréquent de tournées saisonnières royales20.

  • 21 Ce fut le cas du roi Kongyang (r. I 389-1392), qui y séjourna entre la 9e lune de 1390 et la 2e lun (...)

44Avec deux « Personnalités » pour 1’époque de Koryeo (fin XIIIe et XIVe siècles), Hanyang, l’ancienne Capitale du Sud de la dynastie des Wang est présentée comme une cité dont le rôle des habitants fut insignifiant du point de vue du mérite. D’une manière générale, les notices du Tongguk yeojiseungnam minimisent le statut de capitale du Sud de la ville sous Koryeo, alors qu’elle fut, elle aussi, l’objet de fréquents déplacements royaux ritualisés, ainsi que d’une attention particulière, afin de la doter d’infrastructures dignes d’une capitale. Les souverains de la fin de Koryeo y firent de longs séjours21. Cet effacement manifeste une volonté claire de rupture des élites de Choséon avec la culture de la dynastie précédente, dont ils ne voulaient pas se reconnaître les héritiers.

45Au moment de la transition dynastique de Silla à Koryeo, au Xe siècle, on ne constate pas de rupture majeure dans le système des patronymes, les lignées aristocratiques de Silla conservant ainsi leur prestige. En revanche, il ne semble pas en avoir été de même lors de la supplantation de Koryeo par Choseon, à la fin du XIVe siècle toutes les lignées aristocratiques métropolitaines de la dynastie des Wang (Kaeseong, Pyongyang, Hanyang) se trouvant littéralement gommées du paysage provincial (toutefois, celles de Silla se sont maintenues, car elles ne présentaient pas d’enjeu politique). Cet effacement trouve sa raison d’être dans la logique de légitimation du nouveau pouvoir du clan des Yi de Cheonju. L’antériorité de l’aristocratie de Silla a pu alors constituer un prétexte pour passer sous silence les anstocrat1es des « villes nouvelles » de Koryeo.

L’insignifiance du mérite des lignées les plus prestigieuses de l’aristocratie de Koryeo

46La répartition très hétérogène des sujets méritants s’explique aussi par une représentation édulcorée du système de pon’gwan de Koryeo. L’analyse des 17 localités comportant le plus de « Personnalités », montre que les ancêtres des lignées les plus importantes se répartissent inégalement dans le temps : pour moitié sur une courte période : à l’époque de Silla (-57, 935) et au début de Koryeo, dans le contexte de 1a fondation de la dynastie instaurée par T’aejo Wang Keon (fin IXe, début Xe siècle), alors que l’autre moitié représente le reste de la dynastie.

47Par une politique matrimoniale habile, la transition dynastique se fit sans rupture radicale avec l’aristocratie de Silla, qui conservait son prestige. Cette attitude de conciliation permit de perpétuer le système des patronymes de 1’ancienne dynastie.

48Après le règne de T’aejo, d’autres sujets inaugurèrent de grandes lignées, comme les aïeux des familles des reines, comme Yi Chayeon (1028-1086) d’Inchu (actuel Inch’eon), sous le règne de Munjong (r. 1046-1083), ou comme Ch’oe Ch’ung (984-1068) de Haeju. Le caractère héréditaire du mérite institué par le système de transmission de charges (eumjik) permit de pérenniser la participation des descendants d’anciens ministres de mérite des premiers règnes de Koryeo dans l’administration de Kaeseong.

La mise en valeur de localités secondaires des provinces du Sud

49L’absence des cités-phares de l’histoire de Koryeo dans la représentation des provinces « méritantes » a pour corollaire, par réaction, la mise en valeur de certaines localités par leurs sujets méritants, en leur accordant un rôle inattendu. C’est le cas des localités relevant de l’ancienne aristocratie de Silla, à propos de laquelle nous avons précédemment émis quelques hypothèses. Il faut noter également des phénomènes locaux comme celui d’Andong, qui fut une localité-refuge épargnée par les conflits de la fin de Koryeo, et pour laquelle on suppose un état des sources meilleur que dans d’autres localités plus exposées.

50La géographie administrative, qui décrit la péninsule coréenne selon un découpage administratif provincial resté inchangé de 1413 à 1894, domine toute la production des écrits géographiques (XIIe-XVIIIe siècles). Son influence a marqué les mentalités pendant des siècles, au point que dans la Corée d’aujourd’hui, la notion de « région » est toujours couramment associée à celle de « province ».

51Ouvrage le plus représentatif de la géographie administrative en Corée, le Tongguk yeojiseungnam a contribué de manière importante à la représentation collective des provinces coréennes, et ce, de manière significative depuis la période de Koryeo (918-1392) . La répartition par province des sujets méritants, consignés en fonction de leur lieu d’origine patronymique (pon’gwan) et de leur « mérite » (kong), montre une image disparate de la péninsule coréenne, sous-tendant une nette hiérarchie entre les provinces du point de vue du rôle social et politique de leurs habitants. De plus, cette image est tout à fait insolite puisqu’ elle ne reflète pas les polarités de l’organisation administrative de Koryeo.

52En fait, cette représentation reproduit les inégalités et les effacements induits par l’histoire officielle de cette période puisque les rubriques des sujets méritants du Tongguk yeojiseungnam sont, pour les trois quarts, calquées sur les personnages mis en valeur dans l’histoire officielle, le Koryeosa. Les rubriques traitant des catégories sociales les moins élevées, clercs de province et « bon peuple », concernent surtout la deuxième moitié du XIVe siècle. Elles sont liées à la promotion de nouveaux rites domestiques néoconfucéens au sein de la population, en particulier les rites funéraires (deuil de trois ans). La discrimination ainsi établie entre les provinces coréennes à l’époque de Koryeo reflète l’idéologie néoconfucéenne en vogue au XVe siècle parmi l’élite lettrée de la dynastie des Yi de Choseon, nouvellement fondée et soucieuse de légitimation. Le Tongguk yeosjiseungnam pérennise donc une certaine conception de l’histoire médiévale.

53Ainsi, en Corée, les relations étroites entre l’écriture de l’histoire et de la géographie, sous forme de géographie administrative, expliquent le fait que la géographie humaine reflétée l’idéologie discriminante du pouvoir de l’époque de Choseon. En ce sens, la représentation des provinces coréennes par ses sujets méritants pour l’époque de Koryeo sous-tend un discours régionaliste, entretenu par le pouvoir pendant plusieurs siècles. En tant que prémices d’un discours organisé, il sera intéressant d’analyser comment ce discours a pu nourrir ultérieurement les thèses régionalistes modernes.

Top of page

Bibliography

CHENG, Anne, 1997, Histoire de la pensée chinoise, Paris, Seuil.

COURANT, Maurice, 1986, Répertoire historique de l’administration coréenne, Paris, Centre d’études coréennes du Collège de France.

DEUSCHLER, Martina, 1992, The Confucian Transformation of Korea -A Study of Society and Ideology, the Council on East Asian Studies, Harvard University Press.

HEO, Heungsik, 1981, Koryeo sahoesa yeongu (Recherche sur l’histoire de la société de Koryeo), Séoul, Asea munhwa sa.

KIM, Sanggi, 1996, Sinp’yeon Koryeo sidae sa (Histoire de l’époque de Koryeo, nouvelle compilation), Séoul, Minjok sa.

LI, Ogg, 1989, La Corée, des origines à nos jours, Paris, Le Léopard d’Or : Aesan Hakhoe.

NO, Kyehyeon, 1994, Koryeo oegyo sa (Histoire diplomatique de Koryeo), Séoul, Kabin ch’ulp’an sa.

TROCHET, Jean-René, 1998, Géographie historique - hommes et territoires dans les sociétés traditionnelles, Paris, Nathan.

YANG, Pogyeong, 1987, « Choseon sidae eupchi-eui seonggyeok-kwa chirijeok insig-e kwanhan yeon’gu » (Recherche sur le caractère et la connaissance géographique des monographies locales de l’époque de Choseon), Chirihak nonch’ong (numéro spécial 3), Séoul, Université nationale de Séoul, février.

YI, Ch’an, 1968, « Hanguk chirihak sa » (Histoire de la géographie en Corée), Hanguk munhwasa taegye Ill (Panorama de l’histoire de la culture de Corée), Séoul, Koryeo Taehakkyo minjokmunhwa yeon’guso.

YI, Seongmu, 1995, Choseon yangban sahoe yeon’gu (Recherche sur la société des yangban de Choseon), Séoul, llchokak.

YI, T’aejin, 1979, « Tongguk yeojiseungnam p’yeonch’an-eui yeoksa-jeok seonggyeok » (Le caractère historique de la compilation du Tongguk yeojiseungnam), Séoul, Chindan hakpo, n° 46-47, p. 252-258.

Sources primaires

CHEONG, lnji et al., 1983, Koryeosa (Histoire de Koryeo), 3 vol., Séoul, Asea munhwa sa.

NO, Sasin et al., 1977, Sinjeung Tongguk yeojiseungnam (Description des sites du Pays de l’Est, nouvelle édition augmentée), Séoul, Myeongmun tang.

Shikuquanshu zongmu 1987, (Table des matières du Grand catalogue de 1782), Pékin, Zhonghua shuju.

YUN, Hoe, 1981, Sejong Changheon taewang sillok 24-25 (« Chiri chi » Mémoire sur la géographie des chroniques authentiques du Grand roi Sejong Changjheon), (1454), Séoul, Sejong taewang kinyeomsaneop’hoe.

Top of page

Notes

1 À propos des périodes de l’histoire de Corée, cf. Li, 1989.

2 Dans la section des "mémoires administratifs" des histoires dynastiques (chi), on trouve : le chapchi (chapitre chiri) du Samguk sagi ("Mémoires historiques des Trois Royaumes", livres 34 à 37) de l 145 ; le chiri chi du Koryeosa ("Histoire de Koryeo", livres 56 à 58) à l'époque de Koryeo (918-1392), au XV siècle ; le chiri chi des Annales de règne du Grand Roi Sejong Changheon (livres 148 à 155).

3 Nous empruntons ce terme à Robert Des Rotours, spécialiste de l'administration des Tang (Des Rotours, 1962, Histoire de Ngan Lou-chan, xxi) : écrits produits par une administration dont la finalité est la gestion du territoire.

4 La carte administrative de la fin de Koryeo, en huit provinces, correspond à peu près au découpage actuel, à l'exception du Nord-Est et du contour du Kyeonggi. Cinq provinces ont également changé de nom (Kim, 1996, p. 669). Le découpage actuel est l'héritier direct de la réforme administrative de 1413 (époque de Choseon), et resta inchangé jusqu’en 1894.

5 Kyeonggi (jingji, en chinois) signifie littéralement, "domaine impérial", qui entoure la capitale.

6 Le principe d'appellation des provinces consiste à emprunter le premier caractère des deux villes les plus importantes de la province. Par exemple, Ch'ungch'eong est formé de l’association du premier caractère des villes de Ch’ungju et de Ch’eongju.

7 Les termes administratifs utilisés dans cet article sont empruntés à Maurice Courant (Courant, 1986).

8 On ignore même s'il existait des quotas de population par catégorie administrative. Il est donc aléatoire d'évaluer les différences de population en fonction du seul critère du nombre de localités.

9 Dans les rubriques relatives à la gestion du territoire, on trouve les appellations des localités, l'historique du statut administratif, le type de fonctionnaires attitrés. Les rubriques qui concernent le contrôle économique (tribut, imposition) rapportent le détail des ressources animales, végétales et minières. Les rubriques relatives au recensement des patronymes, à la main-d’œuvre pour les corvées et pour l'année de circonscription, concernent le contrôle des populations locales. Dans le domaine de la défense du territoire, d'autres rubriques informent sur les distances relatives des grands ensembles physiques (reliefs et cours d'eau) ainsi que sur les lieux de passage (ponts), sur les installations diverses (fortifications, feux d'alarmes, relais). Les autres rubriques : "Tombes royales", "Temples", "Monastères bouddhiques", "Cultes locaux", "Divinités territoriales" et "Écoles" se justifient par une volonté de contrôle des cultes et de l'éducation.

10 Les rubriques relatives au patrimoine sont "Us et coutumes", "Bâtiments" (pavillons à étages, kiosques), "Vestiges", "Personnalités" des différentes époques rattachées au lieu par leurs ancêtres et "Belles formules littéraires" (relatives à la localité).

11 Les autres rubriques de sujets méritants sont : les "Sujets célèbres" (myeonghwan), les "Exemples de droiture" (ch'ungeui) ; les "Résidents" (u'geo) ; et les "Personnalités de passage" (ryu'u).

12 cf. Cihai : 1442a ; 2742a, expression équivalente à ben ii, apparemment peu utilisée en Chine.

13 KRS: Koryeosa (Histoire de Koryeo).

14 YJSN: Tongguk yeojiseungam.

15 On observe des mesures pour fortifier ces localités (KRS : 58, 39), pour élever leur Statut administratif en raison du mérite militaire (KRS : 58, 39a), pour renflouer leur population (KRS : 58, 34).

16 La répartition des sujets méritants et la démographie ne sont pas liées. On ne dispose pas de chiffres sur la démographie de Koryeo. Par ailleurs, le défrichement des terres pour l'agriculture influença graduellement la démographie. Le mérite reflète la reconnaissance du rôle politique-social des individus par l'État : un des facteurs déterminants est la proximité avec l’État (la capitale) et la personne du roi (la cour).

17 Traité de géographie administrative. Voir le glossaire.

18 Cf KRS : 58, 29a-31a.

19 Cf YJSN : 51, 5b.

20 Cf KRS : 122, 1b. Il existait des théories officielles justifiant des déplacements fréquents et réguliers dans la capitale de l'Ouest pour des raisons de géomancie.

21 Ce fut le cas du roi Kongyang (r. I 389-1392), qui y séjourna entre la 9e lune de 1390 et la 2e lune de 1391.

Top of page

References

Bibliographical reference

Yannick Bruneton, “Géographie administrative et discrimination régionale en Corée au XVe siècle”Géographie et cultures, 51 | 2004, 33-53.

Electronic reference

Yannick Bruneton, “Géographie administrative et discrimination régionale en Corée au XVe siècle”Géographie et cultures [Online], 51 | 2004, Online since 02 October 2023, connection on 17 April 2024. URL: http://journals.openedition.org/gc/16474; DOI: https://doi.org/10.4000/gc.16474

Top of page

About the author

Yannick Bruneton

Historien, université Paris VII

Top of page

Copyright

CC-BY-SA-4.0

The text only may be used under licence CC BY-SA 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search