Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Appartenance et représentativité ...

Appartenance et représentativité régionales de l’élite dirigeante sud-coréenne au pouvoir de 1961 à 1992

Regional Affiliation and Regional Representativeness of the South Korean State Ruling Elite on Power from 1961 to 1992
Marie‑Orange Rivé‑Lasan
p. 69-88

Résumés

La question régionale en Corée du Sud à la fin du XXe siècle révèle des disparités d’ordre économique, mais aussi concernant la représentativité régionale de l’élite. Un phénomène de cooptation, en partie fondée sur l’appartenance régionale, a affecté le recrutement des élites. Notre analyse de données biographiques publiées, relatives à l’origine régionale de 47 membres de l’élite dirigeante de l’État, et la comparaison avec l’étude de Yang Seongch’eol qui porte sur un groupe plus large des hauts fonctionnaires, montre comment les élites originaires de la province du Kyeongsang sont devenues dominantes. C’est sous la Quatrième République (1972-1980) que le phénomène s’est amorcé. Être député ou membre d’associations régionalistes sont une autre façon de représenter une région et permet à ceux qui quittent le pouvoir de conserver une influence.

Haut de page

Texte intégral

1A la fin du XXe siècle, la « question régionale » se pose de façon critique en Corée du Sud. Des déséquilibres régionaux d’ordre économique et une disparité de représentation des régions parmi les décideurs du pouvoir central ont eu des conséquences importantes (Yea, 1994, p. 5-29 ; Park, 2003, p. 811-839). Les natifs des provinces du Sud-Ouest qui se sont sentis lésés par les gouvernements jusqu’à la fin des années 1990, ont dénoncé une véritable ségrégation régionale. Celle-ci a notamment affecté le recrutement des élites dans les secteurs administratifs ou économiques, et en particulier la nomination des élites de l’État. Le phénomène de cooptation des élites sud-coréennes, fondée en partie sur l’origine régionale, a contribué à renforcer les clivages régionaux. Les élites cooptées entre 1961 et 1992 ont eu tendance à favoriser leur province d’origine et les natifs de leur région. La province du Kyeongsang apparaît, à la fin XXe siècle, particulièrement privilégiée au niveau des investissements économiques, mais aussi en ce qui concerne sa représentativité dans l’élite dirigeante du pays (Figure 1).

  • 1 Yonhap T'ongsin, 1985, 432 p. ; Who's who, dans Yonhap News Agency, Korea Annual 1995, 1995, 838 p. (...)

2Pour comprendre la représentativité régionale de l’élite dirigeante de l’État pendant la phase d’industrialisation de la Corée du Sud, nous nous sommes appuyés sur l’étude d ‘un groupe de personnes au pouvoir entre 1961 et 1992. Composé de 47 membres, celui-ci rassemble les détenteurs de quatre fonctions qui ont dominé l’appareil étatique pendant la trentaine, d’années de régimes pro-militaires dictatoriaux : les chefs de l’État, les chefs du secrétariat présidentiel, les chefs de la garde présidentielle et les chefs des services de renseignement. Les informations biographiques concernant leur appartenance régionale, ou leurs fonctions de représentant de leur province d’origine, sont tirées presque exclusivement de notices biographiques publiées par l’administration dans des annuaires de type Who’s who ou sur Internet par de grands journaux sud-coréens qui entretiennent des bases de données sur les personnalités publiques1.

3Cerner les notions d’appartenance régionale et de représentant régional, dans le contexte sud-coréen, est indispensable pour décrire la représentativité régionale de l’élite de l’État. L’étude menée ici permet de dater le début de la prédominance des natifs de la province du Kyeongsang au sein du pouvoir ainsi que d’apprécier l’ampleur du phénomène de cooptation de ces élites et ses conséquences. La description des activités socioprofessionnelles liées à la représentation d’une région, en particulier dans la période qui suit la perte du pouvoir, est utile pour comprendre le poids du régionalisme.

L’appartenance régionale : attachement à une province

4La notion d’appartenance régionale ne va pas de soi. Elle peut être définie par des critères subjectifs comme le « sentiment d’appartenance régionale (chiyeok kamjeong) », mais découle également de critères objectifs tels que le lieu de naissance ou de vie, ou encore l’ancrage régional historique des familles. L’appartenance à une région est sans doute plus vague et, en même temps, paradoxalement plus précise (autour d’un pôle urbain) que l’appartenance à une province dont les contours historiques sont fixes. Cependant, c’est la province d’origine (ch’ulsindo) qui est généralement retenue par les Coréens, à la fin du XXe siècle, pour exprimer leur appartenance géographique.

5Les éléments biographiques présents dans nos sources sont utiles pour décrire l’appartenance géographique. Il ne s’agit pas de déclaration d’individus concernant leur appartenance régionale ou provinciale, car on n’y trouve pas de rubrique attitrée. En revanche, il y a systématiquement plusieurs rubriques bien distinctes donnant le lieu de naissance, l’origine régionale des patronymes, l’adresse légale et les lieux d’éducation ou de résidence. Ces éléments répondent à l’attente du public et révèlent l’importance pour les lecteurs coréens de l’intérêt porté à l’origine régionale ou provinciale et nécessitent un travail d’interprétation.

Ch’ulsaeng chi

  • 2 La fiabilité de cette information est relativement bonne, car les Japonais colonisateurs avaient to (...)

6Le lieu de naissance2, élément systématiquement donné dans les notices biographiques, permet au lecteur, avant tout, avec les dates de naissance et/ou de mort, de distinguer les homonymes. C’est aussi un élément déterminant de l’attachement à une région.

Pon’gwan3

  • 3 Lieu d'origine du patronyme, nom de lieu historiquement associé à une famille. Voir le glossaire.

7L’origine patronymique des familles est parfois mentionnée dans les notices biographiques. Un pon’gwan prestigieux est sans doute avantageux à mettre en avant, mais il est probable que d’autres ne le soient pas. Certains n’en ont pas.

  • 4 On ne compte qu'environ 286 noms de famille monosyllabiques différents et une dizaine composés de d (...)
  • 5 Des controverses existent sur la légitimité du rattachement de certaines familles aux branches aîné (...)
  • 6 Les branches les plus directes, ou possédant le plus de "grands hommes" ou de fonctionnaires, sont (...)

8La mention de l’origine patronymique est souvent précieuse pour différencier les inévitables homonymes4. Cette mention renvoie également à des histoires de familles. Le système coréen de transmission des noms de famille étant patrilinéaire, on parle uniquement de l’origine du nom de famille du père. Des patronymes très courants comme Yi, Kim, Pak, Ch’oe ou Cheong sont divisés en groupes distincts selon le lieu d’origine des familles. II existe des associations familiales regroupant des familles possédant le même pon’gwan, mobilisées pour conserver la liste « authentique » des ancêtres (ch’eokpo) qui prouve le rattachement au lieu d’origine. Au sein de ces associations, comme dans les familles, l’aîné masculin a un statut dominant, ce qui donne à certaines branches5 plus de poids qu’à d’autres6. Ces associations familiales sont parfois très actives au sein du pouvoir.

9L’intérêt de l’indication d’un pon’gwan pour définir l’appartenance régionale est limité puisque, de nos jours comme déjà par le passé, peu de Coréens vivent sur le lieu d’origine de leur famille, et que certaines revendications de pon’gwan sont contestées ou contestables. II se trouve, cependant, que parmi les dirigeants de l’État, certains sont également présidents d’associations familiales liées au pon’gwan et que dans ces cas-là, la région d’origine patronymique est importante.

Lieux d’éducation

10Les lieux d’éducation secondaire et supérieure ne sont pas à négliger, surtout avant les années 1960, car, peu nombreux, ils concentraient toute la future élite. Une véritable culture universitaire, localisée au début surtout dans la capitale, a généré des liens extrarégionaux, mais aussi la création d’associations de natifs de la même région, constituant des groupes de pression efficaces. Le passage à l’étranger pour étudier a produit des effets similaires. Les lieux d’éducation supérieure, localisés dans des endroits renommés, dans les capitales régionales ou à Séoul, sont des lieux de mémoire collective d’où les élites du passé sont sorties, mais aussi des lieux chargés de promesses de réussite sociale, une fois les concours d’entrée passés.

Lieux de résidence

11Les lieux de résidence (keoju chi) sont de deux types : l’adresse personnelle (chuso), qui peut changer au gré des déménagements des familles, et l’adresse du domicile légal (cheok), d’origine (weon cheok) ou actuelle (pon cheok), quasi permanente. L’adresse du domicile légal, lieu d’enregistrement de l’état civil (chumin teungnok chi), peut être modifiée, mais cela est alors mentionné dans les sources, qui présentent l’ancienne et la nouvelle domiciliation légale, ce qui en souligne l’importance pour les lecteurs. Il faut dire que stratégie électorale et domiciliation légale sont liées. Pour pouvoir se présenter aux élections dans une région, il faut y être domicilié légalement.

12Je n’ai pas pu retracer les déménagements successifs des familles des 47 personnes étudiées, d’autant qu’avec la spéculation foncière, liée à une urbanisation rapide et à la création de nouveaux quartiers chics, ceux-ci se sont multipliés à partir des années 1970. Certaines sources proposent parfois des adresses personnelles ou des lieux de travail, mais je ne les ai pas exploitées systématiquement. En 2000, toutes les élites encore en exercice travaillaient à Séoul. Bien que certaines occupations honorifiques ne nécessitent pas d’habiter près du lieu de travail, pour les autres cas, cette indication pourrait permettre de localiser la région d’habitation à Séoul.

La province d’origine

13La notion de « province d’origine » (ch’ulsindo), parfois assimilée à la région natale (ch’ulsaeng chiyeok), est déduite du lieu de naissance par certains auteurs (Yang, 1994). Communément demandée lors d’une prise de contact avec un inconnu, c’est une des informations-clés que recherchent les lecteurs des notices biographiques. Clairement distincte de l’adresse personnelle, la notion de province d’origine est déduite du lieu de naissance ou de l’adresse légale mais aussi éventuellement du lieu d’origine patronymique. Les contours en sont un peu flous, puisqu’il peut s’agir de la province d’origine des parents, alors que la personne (surtout pour un jeune immigré dans une grande ville) peut n’y avoir jamais habité, ou peu de temps s’il a fait de longues études au loin.

  • 7 Bien que les sources ne la mentionnent pas directement, la suggèrent tout au plus parfois, en donna (...)

14La notion d’appartenance régionale est donc délicate à cerner car elle n’est pas automatiquement déductible de la région de naissance. On serait tenté d’y voir plusieurs appartenances régionales possibles : une affichée, « officielle », liée à l’adresse légale (qui permet d’être élu représentant régional), et d’autres, moins évidentes à décrire, dont les conséquences dans les alliances économico-politiques sont néanmoins fort importantes7.

La représentativité régionale de l’élite dirigeante : prédominance des natifs de la province du Kyeongsang

15Dans le cas d’un État dictatorial très centralisé, comme en Corée du Sud de 1961 à 1992, on constate la confiscation du pouvoir par certains (Figures 2 et 3).

16Aucun membre de l’équipe dirigeante au pouvoir n’est originaire des provinces du Hamgyeong du Nord, du Ch’ungch’eong du Nord et du Cheolla du Nord. Cinq autres provinces n’ont eu qu’un seul représentant, à un moment donné, durant les trente-et-une années de régimes pro-militaires. Par contre, on remarque la représentation de provinces situées actuellement en Corée du Nord, ainsi que la prédominance marquée des personnes issues des provinces du Kyeongsang du Nord et du Sud, en plus de celles issues de la région de la capitale et de la province du Ch’ungch’eong du Sud. La province du Sud-Est, celle du Kyeongsang (Nord et Sud), a vu naitre 21 des 47 dirigeants, soit près de 45 % d’entre eux. Et ce chiffre est encore plus élevé si l’on considère d’autres critères d’appartenance régionale et non le seul lieu de naissance.

  • 8 Kyeongbuk tae pusok chung ko teung hakkyo chaegyeong ch'anghoe, université Kyeonguk située à Taegu (...)

17Ainsi, Yi Sangyeon (1936), né en Chine, est légalement domicilié dans la province du Kyeongsang du Nord d’où sa famille est originaire. Chef des services de renseignement en 1992, il se trouve être, en l’an 2000, président de l’association des anciens élèves des collèges et lycées dépendants de l’université Kyeongbuk résidant dans la capitale8.

18Pak Chonggyu (1930-1985), né au Japon, est légalement domicilié dans la province du Kyeongsang du Sud. Chef de la garde présidentielle de 1962 à 1974, il a été élu député en 1978 des villes de Masan, Chinhae et Ch’angweon, localisées dans la province du Kyeongsang du Sud.

  • 9 Jusqu'en 2000 au moins.
  • 10 Euiseong Kim ssi taechonghoe, anciennement Association centrale des descendants de la famille royal (...)
  • 11 Kim Cheongnyeom.
  • 12 Pak Cheongheui (transcrit habituellement par "Park Chung-hee ") taet'ongnyeong kinyeom saeop hoe.
  • 13 Par contre, dans le cas de Pak Ch'unghun (1919), né dans l'île de Cheju, dont l'origine patronymiqu (...)

19Par ailleurs, on pourrait rattacher aux provinces du Kyeongsang du Nord et du Sud deux autres personnes nées dans la région de Séoul dont l’origine patronymique se situe dans la province du Kyeongsang. Pour Kim Chaech’un (1927), c’est assez évident. Chef des services du renseignement en 1963, puis député représentant de Kimp’o et de Kanghwa de la province du Kyeonggi dans les années 1970, il est aussi, depuis août 19939, président de l’Association du lignage aîné de la famille Kim de Euiseong10, ville située dans la province du Kyeongsang du Nord, En ce qui concerne Kim Chungyum (1924)11, le lien à la province du Kyeongsang est moins visible. Chef du secrétariat présidentiel de 1969 à 1978, il a fait ensuite une carrière internationale. Le fait qu’il ait été, en 1999, directeur de l’Association pour les événements de commémoration du président Park Chunghee12 (issu de la province du Kyeongsang) est néanmoins significatif13.

20On dénombre ainsi 26 personnes sur 47 dont l’appartenance régionale, utilisant comme critères le lieu de naissance, le pon’gwan : ou encore la vie associative, est plus ou moins directement liée à la région du Sud-Est, soit 55 % du groupe étudié. Cette prédominance des élites issues des provinces du Kyeongsang du Nord et du Sud ne s’explique pas seulement par le poids démographique de la région. En effet, les provinces Sud ou Nord du Cheolla ou du Ch’ungch’eong sont également très peuplées, et cela, même si, à partir des années 1970, on y constate un fort exode rural vers les villes et en particulier vers Séoul et sa région. La province du Kyeongsang, à l’instar de la capitale, connaît une progression de sa population liée à son activité économique en pleine expansion, mais celle-ci ne dépasse pas le tiers de la population totale sud-coréenne.

  • 14 1 216 personnes : présidents, ministres ou fonctions de niveau ministre, maires de grandes villes, (...)
  • 15 Uniquement les chefs de l'État, les chefs de la garde présidentielle, les chefs du secrétariat prés (...)

21Si l’on compare ces résultats avec ceux obtenus par le politologue Yang Seongch’eol (Yang, 1994, p. 33-35) sur un groupe plus large, constitué de tous les hauts fonctionnaires de neuvième échelon14 en poste entre 1948 et 1993, qui inclut les 47 cas étudiés ici15, on retrouve la même tendance à certaines périodes. La proportion des personnes nées dans les provinces du Kyeongsang du Nord et du Sud est de 32,7 %, pour la période 1948-1993. Cela est conforme au poids démographique de cette région sud-est. Cependant, ce résultat global change quand on regarde les résultats en fonction des différents régimes successifs.

Évolution de la représentativité régionale avec le système de cooptation des élites

  • 16 Période 1 : L'après coup d'État de 1961 (16.05.1961 - 17.12.1963) ; Période 2 : La Troisième Républ (...)
  • 17 Yang, 1994, p. 280-229-327-348-375-407.

22Considérer, non plus une moyenne de 1961 à 1992, mais des sous-périodes16 liées aux régimes politiques qui se sont succédé permet d’analyser le recrutement des fonctionnaires et des élites dirigeantes de l’État sous l’angle de l’origine régionale. Cela rend possible l’identification du phénomène de cooptation et de ses conséquences directement liées à l’amplification de la surreprésentation de la province du Kyeongsang. C’est en effet à partir de la période du régime le plus dictatorial, dit de Yusin (1972-1980), que la tendance de prédominance des élites issues de la province du Kyeongsang s’affirme fortement. Dans les cinq tableaux suivants, une comparaison est faite entre le nombre de personnes nées par région et la population de celle-ci, en mettant en parallèle l’étude de Yano Seongch’eol17 et la nôtre.

23Durant cette première période, on observe une forte présence de natifs de Corée du Nord dans les deux études (Tableau 1 et figure 2). Cela est dû au contexte particulier de la péninsule divisée. En 1948, les élections se voulaient nationales, et même si le Nord n’a pas reconnu le gouvernement élu au Sud sous l’égide de l’ONU, comme étant ! ‘unique représentant légal de la Corée, les Coréens originaires du Nord résidant au Sud avaient un statut particulier. Dans les deux cas, on remarque également que les élites issues de la province du Kyeongsang ne sont pas dominantes et qu’elles sont même sous-représentées si l’on se réfère à la population dont elles proviennent. Ce sont, par contre, les populations des provinces de la capitale et du Ch’ungch’eong qui sont sur-représentées (Figure 2).

1. Ce que l’on appelle ici « région d’origine » correspond au ch’ulsindo pour Yang Seongch’eol et à la province natale dans notre propre analyse, ce qui revient la plupart du temps au même.

24Dans le groupe élargi des hauts fonctionnaires, on constate un certain rééquilibrage dans la représentation des régions, compte tenu d’une moins grande proportion de natifs du Nord. Par contre, en ce qui concerne le petit groupe des élites dirigeantes, la moitié des postes revient à des personnes issues de la province du Kyeongsang (Tableau 2 et figure 2). Cela marque le début de la tendance de prédominance de ces élites issues du Sud-Est qui va s’étendre sur trois décennies.

25Du début de la Quatrième République jusqu’à l’assassinat du président Park Chunghee fin 1979, on constate pour la première fois une sur-représentation des hauts fonctionnaires issus de la province du Kyeongsang et également l’amplification de ce phénomène dans le recrutement des élites dirigeantes (Tableau 3 et figure 2). On peut expliquer ce résultat par le processus de cooptation des élites sur la base de leur origine régionale et d’autres facteurs associés comme les écoles fréquentées. Ce sont les élites dirigeantes qui nomment les hauts fonctionnaires et favorisent certains critères de recrutement.

26Dans l’ensemble, le changement de régime qui suit l’assassinat du président Park Chunghee semble apporter un peu plus de diversité dans le recrutement des élites, en particulier en ce qui concerne les élites dirigeantes (Figure 3). C’est la population grandissante de Séoul et de sa région qui a été la moins favorisée. Les natifs de Corée du Nord sont de moins en moins nombreux au cours des deux sous-périodes. Même si des personnes issues de la province du Cheolla ne sont toujours pas recrutées parmi les élites dirigeantes au pouvoir, elles sont plutôt bien représentées dans la haute administration.

  • 18 Il s'agit de Chang Sedong, militaire de carrière ayant assuré les fonctions de chef de la garde pré (...)

27Le nouveau coup d’État militaire de 1980 n’a pas enrayé la tendance de cooptation des hauts fonctionnaires et des dirigeants de l’État issus de la province du Kyeongsang. Bien au contraire, en ce qui concerne les hauts fonctionnaires, on remarque même une accentuation du phénomène. On constate le retour, parmi les élites dirigeantes, d’une forte proportion de natifs de Corée du Nord, souvent des militaires, ce qui diminue la proportion des élites issues de la province du Sud-Est (Tableau 4 et figure 3). Le seul ressortissant de la province de Cheolla18 présent dans notre groupe des élites dirigeantes au pouvoir, un militaire, fut recruté pendant la période qui suivit le massacre de Kwangju, capitale de sa province natale. La progression du recrutement dans la population de Séoul et de sa région ne suit pas le rythme de sa croissance démographique.

28Enfin, dans la dernière période, on observe une accentuation de la prédominance des élites dirigeantes issues de la province du Kyeongsang (Tableau 5 et figure 3). Dans le même temps, le régime se démocratise avec une élection présidentielle directe au suffrage universel en 1987 et la Corée du Sud est reconnue sur le plan international en tant que « nouveau pays industrialisé » au moment où elle organise les Jeux olympiques de 1988 à Séoul. La surreprésentation des hauts fonctionnaires issus de la province du Sud-Est contraste avec la sous-représentation de ceux issus de la capitale et de sa région.

2. Le terme de « Sixième » République serait abusif du point de vue juridique puisque techniquement il s’agit d’amendements constitutionnels et non pas d’une refonte totale de la constitution. Voir Heo, 1996, p. 129-128.

  • 19 Les liens de promotion et les réseaux d'anciens élèves sont néanmoins puissants (hak yeon).

29Ces constatations s’expliquent par le mode de recrutement des élites qui s’effectue par cooptation, c’est-à-dire par la nomination des nouvelles élites selon des critères favorables aux élites en place et basés sur l’appartenance à des réseaux qui sont souvent liés à l’origine géographique. Celle-ci prime souvent sur l’origine sociale ou même sur le niveau d’éducation dans les critères de recrutement19. Ce phénomène participe à la constitution d’une élite qui se reproduit en se fondant sur l’origine régionale.

30Pendant tout le temps que la personnalité passe au pouvoir, elle a un rôle plus ou moins actif de représentant régional. Dans certains cas, cette activité a favorisé sa cooptation parmi les membres de l’élite dirigeante. Parfois ce n’est qu’après avoir quitté le pouvoir, qu’elle met sa notoriété et son influence au service des causes de sa région natale, comme député ou dans la vie associative.

Le représentant régional député ou membre d’associations

31Pour influencer les prises de décisions nationales, mieux vaut faire partie de groupes de pression reconnus et puissants si l’on ne fait pas encore, ou plus, partie de l’élite dirigeante au pouvoir. Il est légitime que les régions puissent être représentées par certains de leurs natifs, non seulement dans le milieu politique, mais aussi dans d’autres cercles du pouvoir, de façon à défendre les intérêts régionaux.

Les députés

  • 20 Certains auteurs parlent d'absence du rôle politique des députés (Kim et Pai, 1981, p. 150).

32Être député à l’Assemblée nationale, représentant d’une province, est théoriquement l’une des façons d’exercer une influence sur les décisions du gouvernement en place. Cependant, dans le cas d ‘une dictature, comme en Corée du Sud sous les régimes militaires, le rôle des députés peut est essentiellement consultatif. De plus, sous le régime Yusin de la Quatrième République (1972-1979), un tiers des députés était nommé par le président de la République20. Parfois, le député représente (et est élu par) une province. Il arrive aussi qu’il soit élu en tant que « représentant national » d’un parti politique. Mais comme les principaux partis politiques sud-coréens de la fin du XXe siècle sont ancrés dans une région, cette distinction n’a pas beaucoup d’importance.

33Concernant les 47 membres de l’élite dirigeante au pouvoir entre 1961 et 1992, 19 ont exercé la fonction de député, soit 40 % du groupe. Parmi eux, six - quatre civils et deux militaires formés à l’Académie militaire de l’armée de terre (AMAT) - étaient députés avant d’accéder à l’une des quatre fonctions conférant le statut d’élite dirigeante au pouvoir dans notre étude. Trois d’entre eux, des civils, reprendront leur activité de député après avoir quitté le pouvoir. Le quatrième civil sera assassiné au pouvoir par l’un des deux militaires, l’autre devenant président de la République.

34Dans le tableau suivant (Tableau 6), on trouve un récapitulatif des députés, avec la mention du type de représentation exercée, avant leur accession au pouvoir. En ce qui concerne la représentation régionale, à première vue, il y a peu de représentation directe de la région d’origine (3 cases grisées dans le tableau 6), mais cette appréciation peut être réévaluée si l’on considère le fait que les partis politiques coréens, en particulier les partis au pouvoir, sont régionalistes et sont dominés par des leaders issus de la même région. De plus, les députés nommés sous le régime Yusin, nés dans la province du Kyeongsang Nord, renforcent la prédominance de cette région dans les cercles du pouvoir. On constate donc que les députés, nés dans une province, la représentent à l’Assemblée nationale soit en étant élu localement, soit en étant représentant national du parti politique basé dans leur province, soit en étant nommé directement par le président de la République. Il y a donc cinq cas sur six où l’on constate une représentation liée à la province de naissance.

1. AN : Assemblée nationale. Il y a eu 16 élections législatives entre I 948 et 2000. Un numéro de I à 16 est attribué à chaque assemblée constituée l’année indiquée : 1 = 1948, 2 = 1950, 3 = 1954, 4 = 1958, 5 = 1960, 6 = 1963, 7 = 1967, 8 = 1971, 9 = 1973, 10 = 1978, 11 = 1981, 12 = 1985, 13 = 1988, 14 = 1992, 15 = 1996, 16 = 2000. 2. Assassin de Ch’a Chich’eol et du président Park Chunghee. 3. No T’aeu.

35Ceux qui ont exercé une activité de député après leur retrait du pouvoir sont au nombre de treize, dont dix anciens militaires (huit étant issus de l’AMAT) et trois civils. Ce qui peut surprendre, c’est que trois d’entre eux soient originaires de Corée du Nord et représentent la Corée du Sud. Huit autres sont nés dans la province du Kyeongsang (Nord et Sud), un est né dans le Kyeonggi et le dernier dans le Ch’ungch’eong. On constate qu’il y a toujours un lien entre le lieu de naissance et la représentation régionale directe ou indirecte, à travers l’adhésion à des partis politiques fortement implantés dans la province de naissance, sauf dans les trois cas de natifs de Corée du Nord qui sont représentants du parti au pouvoir du régime qu’ils ont servi, basés dans la province du Kyeongsang.

36Le rôle de député permet aux anciens militaires, qui souvent n’ont pas exercé d’activité politique avant leur accession au pouvoir, d’entamer une carrière politique afin de soutenir le pouvoir en place et de conserver les avantages liés à leur appartenance régionale. La députation peut aussi parfois être associée à d’autres activités dans la vie associative avec un lien avec la région d’origine.

La vie associative

37Être membre d’associations régionales, regroupant les natifs résidant hors de leur région d’origine, ou membre d’associations d’anciens élèves de lycées ou d’universités, sont d’autres formes d’activités qui peuvent déboucher sur des actions concertées pour exercer une influence sur le pouvoir en place. On conçoit aisément que ces associations soient fières d’accueillir ou de nommer comme président les anciennes élites dirigeantes, dans la mesure où celles-ci amènent leur connaissance du pouvoir, leur réseau de relations et leur prestige. Si, dans certains cas, il est facile de cerner la couleur régionale des associations, dans d’autres cas, c’est leur affiliation politique qui, indirectement, donne une idée du rattachement régional. Parfois, seule une enquête poussée permettrait de déduire un éventuel rattachement régional.

38En Corée du Sud, le recrutement des élites de l’État, toutes catégories confondues, s’est progressivement fondé, au cours de la période 1961-1992, sur des critères favorisant une cooptation liée à l’appartenance régionale. La définition de l’appartenance régionale dépend de plusieurs facteurs tels que la région de naissance ou le lieu d’origine du nom de famille. Le phénomène de cooptation des élites dirigeantes au pouvoir, amorcé sous la Troisième République. a induit une sur-représentation des hauts fonctionnaires issus de la province du Kyeongsang à partir de la Quatrième République ( 1972-1980). Les disparités régionales dans les investissements économiques, décidés à partir des années 1960, ont eu pour conséquence l’exode massif des populations résidant dans des provinces défavorisées comme celle du Cheolla (Nord et Sud) ou celle du Ch’ungch’eong du Nord. En revanche, la région du Kyeongsang, favorisée par la politique économique nationale, a attiré de la main-d’oeuvre, mais c’est surtout la région de Séoul qui a été la destination privilégiée des émigrants. Or, c’est la population de la région de la capitale qui a été la moins bien représentée dans le recrutement des élites de l’État. Défavorisées dans leur région d’origine, les populations déplacées le sont restées dans la capitale.

39La représentation régionale dans les cercles du pouvoir n’est pas seulement liée à la présence d’un ressortissant d’une région dans l’équipe de l’élite dirigeante du pays. Être député ou membre d’un parti ou d’associations régionalistes permet de représenter une région. II est difficile de présumer de l’efficacité de la représentation régionale. En tout cas, bon nombre d’anciennes élites dirigeantes au pouvoir se tournent vers l’activité de député ou la vie associative, après avoir quitté le pouvoir, de façon, semble-t-il, à soutenir les groupes de pression représentant leur région et, ce faisant, à retarder une éventuelle alternance politique.

  • 21 Kim Yeongsam.
  • 22 Kim Taejung.
  • 23 No Muhyeon.

40Dans les années 1990, le régime civil de Kim Yongsam21, originaire de la province du Kyeongsang, n’apporta ni alternance géographique au niveau du recrutement des élites, ni une réelle alternance politique, alors que l’élection de Kim Daejung22, originaire de la province du Cheolla, provoqua un certain rééquilibrage de la représentativité régionale des élites dirigeantes, parfois teinté d’esprit de revanche. L’élection du président Roh Moohyun23 fin 2002, pourtant originaire de la province du Kyeongsang, mais politiquement démarqué du courant politique conservateur ancré dans cette région, présage d’une situation inédite depuis quarante ans. Concernant le recrutement des élites dirigeantes et des hauts fonctionnaires, on assiste à une remise en question, sinon de la cooptation elle-même, du moins de ses critères de sélection liés à la région. Le comportement des électeurs en 2002 puis en avril 2004, lors des élections législatives voit reculer le vote régionaliste. L’intensification du processus de démocratisation et le dépassement des clivages politiques régionaux, vont-ils induire une réforme du recrutement des élites assez radicale pour contribuer à résoudre la « question régionale » ?

Haut de page

Bibliographie

CHOI, Youngjin, 2002, « Regionalism and Crisis of Democracy in Korea », Korea Focus, septembre-octobre, p. 93-109.

HEO, Yeong, 1996, Han’guk heonbop ron (Des constitutions coréennes), Séoul, Paggyeongsa, nouvelle édition, p. 126-128.

KIM, Chonglim et Seongtong PAI, 1981, Legislative Process in Korea, Séoul, Seoul University Press, The Institute of Social Sciences, 328 p.

LAUTENSACH, Hermann, 1945, Korea. Eine Landeskunde auf Grund Eigener Reisen und der Literatur, Leipzig, Koehler Verlag, trad. anglaise, par Katherine et Eckart Dege, 1988, Korea. A Geography Based on the Authoris Travel and Literature, Berlin / Heidelberg, Springer Verlag.

PARK, Baegyoon, 2003, « Territorialized Party Politics and the Politics of Local Economic Development: State-led lndustrialization and Political Regionalism in South Korea », Political Geography, novembre, vol. 22, n° 8, p. 811-839.

PRATT, Keith et Richard RUTT, 1999, Korea. A Historical and Cultural Dictionary; Richmond, Curzon, 568 p.

YANG, Seongch’eol, 1994, Han’guk cheongch’i-ron : yeoktae cheonggweon kowijik haengjeong elit’eu yeon’gu {1948-1993) (Traité sur la politique coréenne : analyse des élites de la haute administration sous les différents régimes), Séoul, Paggyeongsa, 1052 p.

YEA, Sallie W., 1994, « Regionalism and Political-economic Differentiation in Korea Development: Power Maintenance and the State as Hegemonic Power Bloc », Korea Journal, été, n° 34, p. 5-29.

YI, Hongjik, 1997, Kuksa tae sajeon (Encyclopédie de l’histoire coréenne) Séoul, Hagweon, 979 p.

YI, Yihwa, 1990, Han’guk keun hyeondae sa sajeon (Dictionnaire historique de la Corée moderne et contemporaine), 592 p.

YI, Manyeol, 1985, Han’guksa yeonp’yo (Chronologie de l’histoire de la Corée), Séoul, Yeongminsa, dernière édition 1991, 477 p.

Sources

Jungang / Ibo (Site Internet du quotidien), http://people.joins.com : Joins Who’s who, 06/08/2000.

YONHAP NEWS AGENCY, 1995, Korea Annual 1995 - A Comprehensive Handbook on Korea, Séoul, Yonhap News Agency, 838 p.

YONHAP T’ONGSIN (Yonhap News Agency), 1985, Han’guk inmyeong sajeon (Dictionnaire biographique coréen), Séoul, Yonhap T’ongsin (Yonhap News Agency), 434 p.

Haut de page

Notes

1 Yonhap T'ongsin, 1985, 432 p. ; Who's who, dans Yonhap News Agency, Korea Annual 1995, 1995, 838 p. ; Yi, H., 1997 ; Yi, Y., 1990, 592 p. ; Jungang Ilbo (06/08/2000, site internet).

2 La fiabilité de cette information est relativement bonne, car les Japonais colonisateurs avaient tout intérêt, dès 1910, à tenir des registres d'état civil précis pour exercer leur coercition et enrôler des soldats.

3 Lieu d'origine du patronyme, nom de lieu historiquement associé à une famille. Voir le glossaire.

4 On ne compte qu'environ 286 noms de famille monosyllabiques différents et une dizaine composés de deux syllabes pour toute la péninsule coréenne et, de plus, plusieurs d'entre eux sont très rares ou homophones. Ces derniers se distinguent à l'écrit par des caractères chinois différents.

5 Des controverses existent sur la légitimité du rattachement de certaines familles aux branches aînées et cadettes de ces groupes, voire même de certaines familles à ces groupes.

6 Les branches les plus directes, ou possédant le plus de "grands hommes" ou de fonctionnaires, sont considérées comme « plus aristocratiques ».

7 Bien que les sources ne la mentionnent pas directement, la suggèrent tout au plus parfois, en donnant le nom des épouses ou beaucoup plus rarement des mères, la notion d'appartenance géographique pourrait aussi tenir compte de la région d'origine de la mère, voire de l'épouse. Des mariages, établissant des alliances politiques ou économiques importantes au niveau national, peuvent renforcer ou modifier l'appartenance régionale d'un individu donné.

8 Kyeongbuk tae pusok chung ko teung hakkyo chaegyeong ch'anghoe, université Kyeonguk située à Taegu dans laprovince du Kyeongsang du Nord.

9 Jusqu'en 2000 au moins.

10 Euiseong Kim ssi taechonghoe, anciennement Association centrale des descendants de la famille royale Kim (Euiseong Kim ssi chungang chongch'inhoe).

11 Kim Cheongnyeom.

12 Pak Cheongheui (transcrit habituellement par "Park Chung-hee ") taet'ongnyeong kinyeom saeop hoe.

13 Par contre, dans le cas de Pak Ch'unghun (1919), né dans l'île de Cheju, dont l'origine patronymique est localisée dans la province du Kyeongsang du Sud, le manque de connaissance actuel concernant les différentes associations auxquelles il a pu appartenir ne permet pas de conclure à un réel rattachement à la province du Kyeongsang.

14 1 216 personnes : présidents, ministres ou fonctions de niveau ministre, maires de grandes villes, etc.

15 Uniquement les chefs de l'État, les chefs de la garde présidentielle, les chefs du secrétariat présidentiel et les chefs des services de renseignement.

16 Période 1 : L'après coup d'État de 1961 (16.05.1961 - 17.12.1963) ; Période 2 : La Troisième République (17.12.1963 - 27.12.1972) ; Période 3 : La Quatrième République (27.12.1972 - 22.10.1980) ; Période 4 : La Cinquième République (22.10.1980 - 25.02.1988) ; Période 5 : La "Sixième" République (25.02.1988 - 25.02.1993).

17 Yang, 1994, p. 280-229-327-348-375-407.

18 Il s'agit de Chang Sedong, militaire de carrière ayant assuré les fonctions de chef de la garde présidentielle puis de chef des services de renseignement.

19 Les liens de promotion et les réseaux d'anciens élèves sont néanmoins puissants (hak yeon).

20 Certains auteurs parlent d'absence du rôle politique des députés (Kim et Pai, 1981, p. 150).

21 Kim Yeongsam.

22 Kim Taejung.

23 No Muhyeon.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/16782/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende 1. Ce que l’on appelle ici « région d’origine » correspond au ch’ulsindo pour Yang Seongch’eol et à la province natale dans notre propre analyse, ce qui revient la plupart du temps au même.
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/16782/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/16782/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/16782/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/16782/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/16782/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/16782/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Légende 2. Le terme de « Sixième » République serait abusif du point de vue juridique puisque techniquement il s’agit d’amendements constitutionnels et non pas d’une refonte totale de la constitution. Voir Heo, 1996, p. 129-128.
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/16782/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende 1. AN : Assemblée nationale. Il y a eu 16 élections législatives entre I 948 et 2000. Un numéro de I à 16 est attribué à chaque assemblée constituée l’année indiquée : 1 = 1948, 2 = 1950, 3 = 1954, 4 = 1958, 5 = 1960, 6 = 1963, 7 = 1967, 8 = 1971, 9 = 1973, 10 = 1978, 11 = 1981, 12 = 1985, 13 = 1988, 14 = 1992, 15 = 1996, 16 = 2000. 2. Assassin de Ch’a Chich’eol et du président Park Chunghee. 3. No T’aeu.
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/16782/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie‑Orange Rivé‑Lasan, « Appartenance et représentativité régionales de l’élite dirigeante sud-coréenne au pouvoir de 1961 à 1992 »Géographie et cultures, 51 | 2004, 69-88.

Référence électronique

Marie‑Orange Rivé‑Lasan, « Appartenance et représentativité régionales de l’élite dirigeante sud-coréenne au pouvoir de 1961 à 1992 »Géographie et cultures [En ligne], 51 | 2004, mis en ligne le 16 janvier 2022, consulté le 12 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/gc/16782

Haut de page

Auteur

Marie‑Orange Rivé‑Lasan

Historienne, Laboratoire d’Études coréennes

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search