Navigation – Plan du site

AccueilActualités de la revueNuméros sous embargo116 | Penser et agir dans l'anthr...

116 | Penser et agir dans l'anthropocène :  quels apports de la prospective territoriale ?

sous la direction de Florian Pons, Sina Safadi-Katouzian et Chloë Vidal

Reconsidérer les modes d’habiter des humains et des animaux à l’ère urbaine post-confinement

Amélie DAKOURÉ, Marie PELÉ et Jean-Yves GEORGES

Résumé : La ville est le territoire d’enjeux sociétaux et environnementaux majeurs accentués par la perte d’expérience de nature qui s’est engagée depuis plusieurs années. Le grand confinement du printemps 2020 a conduit à une (re)-découverte des animaux sauvages par les riverains. Cette situation invite à ques­tionner la co-existence de différents modes d’habiter des humains et des animaux sauvages sur un même territoire urbanisé. Cette étude, menée lors du premier confinement printanier basée sur une enquête nationale, décrit les espaces, les espèces et les modalités de rencontre du citadin avec les animaux sauvages dans les différents territoires urbains. Une discussion réflexive proposée par une géographe, une éthologue et un écologue montre comment ces rencontres contraintes à l’espace privé se sont ouvertes à l’espace public sensoriel en réponse à un besoin de nature.

Mot-clés : écologie urbaine, interactions humains-animaux sauvages en ville, confinement, COVID-19, espace public sensoriel, modes d’habiter, juste place, gouvernance

Des scénarios stratégiques pour une réflexion prospective sur les couplages écologiques et humains dans la plaine inondable du Logone (Extrême-Nord Cameroun)

Bruno KOLAOUNA LABARA, Steven CHOUTO et Sarah LABORDE

Résumé : Les localités rurales, entièrement dépendantes des activités de produc­tion agropastorale et halieutique, font montre de diverses techniques visant à tirer le maximum de produits et de profits offerts par les ressources du milieu. Cepen­dant, les contraintes qui se dressent devant les producteurs les obligent à dévelop­per des stratégies de survie qui conditionnent le maintien, la poursuite ou encore l’avenir de leurs activités. C’est ainsi que les éleveurs et les pêcheurs se retrouvent en compétition pour le contrôle de l’espace et des ressources de ce milieu fragile. En s’interrogeant sur le devenir de cette cohabitation, il s’agit au travers de cette réflexion, de tenter de se lancer dans l’exploration de différents futurs probables, au vu des conditions physiques du milieu, des atouts et contraintes économiques, des relations entre les acteurs humains et non humains, ainsi que des normes d’encadrement des différentes activités. Les scénarios stratégiques construits autour d’hypothèses d’évolution ont pour vocation soit d’attirer la vigilance sur certains enjeux, soit d’inviter à certaines prises de décision qui permettent de maintenir l’équilibre de ce système interactif piscico-pastoral dans cette zone en mutation. Cette démarche prospective s’identifie comme un atout pour penser et envisager une meilleure évolution des couplages écologiques-humains dans la plaine du Logone.

Mot-clés : pastoralisme, canaux de pêche, prospective territoriale, scénario, interaction spatiale, recomposition territoriale

Se faire bénévole et faire corps : mener l’enquête dans les territoires de l’intendance écologique citoyenne en ville

Hugo ROCHARD

Résumé : Cet article propose des éléments réflexifs sur une approche méthodolo­gique expérimentée auprès de collectifs engagés dans des opérations d’intendance écologique de leurs milieux de vie urbains. En plus d’être révélateur d’un postulat théorique qui réagence les communautés d’acteurs humains et non-humains, l’investissement de certains procédés d’enquête influence la construction de l’hypo­thèse de recherche elle-même. Cette méthode reprend les principes de l’abduction pour laquelle la recherche se construit en situation d’interactions entre l’enquêteur, les enquêtés et l’objet de l’enquête. Alors que la frontière entre enquêteur et enquêtés s’estompe, l’adoption d’un regard réflexif sur ces engage­ments corporels révèle des troubles et des ouvertures. In fine, l’expérimentation d’une relation ethnographique multi-espèces nous conduit à considérer l’hypo­thèse selon laquelle les actions bénévoles d'intendance écologique seraient des formes de travail affectif engageant les corps dans une forme d’alliance inter­spécifique.

Mot-clés : abduction, enquête, engagement, corps, agentivité, intendance écologique citoyenne, bénévolat environnemental

La carte subjective des habitants de Tourcoing : un outil documentaire aux multiples aspects

Sonia LALOYAUX

Résumé : Située dans les Hauts de France, Tourcoing a un paysage urbain qui pré­sente une architecture et une morphologie marquées par la vocation textile de la conurbation Lille-Roubaix-Tourcoing. Au XIXe siècle, elle s’affirme, avec Roubaix, comme l’une des capitales mondiales de l’industrie textile. Mais, dans la deuxième moitié du XXe siècle, la troisième révolution industrielle modifie la situation. La ville est sinistrée, sa population appauvrie. Les mutations socio-économiques et spa­tiales se conjuguent, des choix s’imposent. Face à ses difficultés, mais cons­ciente de son potentiel, la ville de Tourcoing valorise son patrimoine. La labellisa­tion « Ville ou Pays d’Art et d’Histoire » en 2017 y participe. De multiples acteurs institu­tionnels, associatifs, travailleurs interviennent. Aujourd’hui, la municipalité, comme les habitants, coopèrent afin de conférer à la ville une image de territoire dynami­que, sans pour autant occulter le passé. Le projet de la carte des habitants de Tourcoing en est l’illustration. Il s’agit d’une carte créée par des habitants. Travailler sur cet outil permet de se demander comment il participe à faire con­naî­tre les émotions, les perceptions, mais aussi le vécu de ses concepteurs, ici des habi­tants. Le travail présenté est l’observation, le récit et l’analyse d’un atelier de création de cette carte des habitants de Tourcoing. Nous y avons assisté en tant qu’habitante créatrice, mais aussi témoin, dans la perspective de la rédaction de notre thèse et de notre enseignement en Géographie dans le Secondaire. Ce travail s’est effectué en connaissant le terrain d’étude, mais également d’autres cartes subjectives. Il s’agit essentiellement d’un travail d’observation, d’entretiens et de discussions souvent informels, à l’exception de ceux avec l’équipe d’infographistes. Au-delà de l’objectif premier de découvrir l’atelier mis en place, cette observation et son analyse nous ont permis de saisir le perçu et le vécu des habitants, de décou­vrir un imaginaire collectif participant à l’essor culturel, à la valorisation de la ville.

Mot-clés : appropriation de l’espace, carte subjective, culture, habitants, histoire, imaginaire, mémoire ouvrière, patrimoine industriel, co-conception ville industrielle

Cartographier des territoires (in)habités en Martinique : entre cartographie sensible et prospective territoriale en classe de 6e et 4e

Florence BEUZE EDRAGAS

Résumé : À travers une démarche prospective, cet article envisage de comprendre si de jeunes acteurs de Martinique sont influencés par les discours publicitaires et médiatiques à la fois dans leurs représentations et leurs pratiques spatiales des espaces de biodiversité, en se projetant, ensuite, vers 2070. Les productions cartographiques, – des cartes mentales inspirées des cartes sensibles – réalisées par ces habitants lesquels sont en situation d’élèves, démontrent qu’actuellement ils se représentent et pratiquent peu les espaces de biodiversité de l’île. Pour le futur, ils privilégient les scénarii dystopiques de dégradation, de macropollution et en réponse, imaginent notamment une privatisation des espaces, ce qui pose éminemment la question des choix individuels et collectifs.

Mot-clés : prospective, biodiversité, promotion territoriale, pollution

La géographie prospective dans l’enseignement : une démarche favorisant la reconnaissance de la géographicité des élèves

Laurence FOUACHE

Résumé : La géographie prospective est apparue dans les programmes du collège en 2016. L’objectif de cette innovation descendante est un changement dans les pratiques enseignantes encore ancrées dans la géographie scolaire classique, caractérisées par une position dominante de l’enseignant et une conception de l’apprentissage par imprégnation, dans lequel le savoir est conçu comme externe à l’élève et objectif. La spécificité de la géographie prospective est d’aborder l’aléa­toire et la diversité et de nouvelles finalités citoyennes construites autour d’un acteur social. Les savoirs sont alors présentés comme subjectifs et internes et la conception de l’apprentissage sur laquelle s’appuie la séance est une conception socio-constructiviste. La question se pose alors de la prise en compte de la recon­naissance de la subjectivité de l’élève et sa géographicité, qui semble être un préalable à la construction d’une séquence de géographie prospective. Il s’agit ici d’étudier dans un premier temps, à travers 13 entretiens de professeurs de collège menés entre mai 2017 et octobre 2017, à la fois la conception de l’espace de l’enseignant et celle supposée de l’élève dans le cours de géographie, en classant les enseignants dans les idéaux-types décrits par Jean-François Thémines qui interroge les géographicités données à voir dans les classes de géographie, et dans un second temps, comment les enseignants fabriquent ou non leurs séquences de géographie prospective avec ces géographicités propres à chacun.

Mot-clés : géographicité, géographie prospective, conception des apprentissages, imaginaire, Théorie de l’Action Conjointe en Didactique, enseignement de la géographie, pratiques enseignantes

VARIAS

Géographie(s) à fleur de peau

Ludovic FALAIX

Résumé : En écho aux travaux développés dans le cadre du tournant culturel sur la place des représentations et des imaginaires géographiques dans l’élaboration des territorialités, cet article engage une discussion d’ordre épistémologique et entend démontrer qu’il est possible de promouvoir une analyse des relations signifiantes et créatrices qui se tissent entre l’individu et le lieu. Ces relations dont la portée renvoie à une quête existentielle sont au fondement des formes d’attachements aux spatialités. Dans ce contexte, il s’agit de promouvoir une géographie poétique, sensuelle et réincarnée où l’incorporation de l’objet par le chercheur occupe une place prépondérante afin que l’intuition et la connaissance tacite soient réinvesties dans le dispositif méthodologique. L’ethnographie énactive et la participation observante sont alors considérées comme des approches méthodologiques fécondes dans la mesure où elles permettent au chercheur de saisir le caractère intime, sensible, poétique et charnel des relations qu’il entretient et, plus large­ment, que les individus entretiennent au lieu. Cette lecture socio-anthropologique sensible de l’habiter explore les dialectiques qui s’orchestrent entre l’individu et le lieu. Il s’agit alors de poser l’hypothèse qu’en fonction des résonances sensuelles, émotionnelles et affectives qu’engendrent ces relations au lieu les individus expérimentent l’intensité de leur présence au monde dont la dimension ontolo­gique dépend étroitement de la profondeur des formes d’attention portées au caractère eidétique des lieux, au corps, à soi, à l’autre, à l’espace, au temps… Enfin, cette géographie à fleur de peau est présentée comme un cadre paradigmatique opportun pour un réenchantement de la démocratie participative érigé sur la reconnaissance du caractère existentialiste de l’habitabilité.

Mot-clés : épistémologie, géographie(s) à fleur de peau, habitabilité, anthropologie du corps, démocratie participative

Griots, espaces et pouvoirs : des héritages du Manden aux contestations de l’espace monde

Anne OUALLET

Résumé : L’espace identitaire du griot a évolué depuis un espace traditionnel reflétant l’organisation du Manden jusqu’à un espace mondialisé en passant par l’espace de la colonisation. Le griot a donc vu son espace territorial s’agrandir souvent à partir de son espace identitaire traditionnel, transformé en espace de conflits. Pour faire face aux nouveaux défis de la concurrence, il essaie de puiser des arguments, dans la tradition et l’identité griottes des premiers temps, pour retrouver une légitimité et mieux se vendre dans l’espace monde.

Mot-clés : griots, identités, patrimoine, Manden, espace monde

La montagne alpine : un espace médiatique de la blanchité ?

Léa SALLENAVE

Résumé : Les notions de racialisation et de blanchité pour analyser les espaces récréatifs en montagne ont été peu utilisées en France. Cet article confronte les représentations véhiculées par un corpus d’images promotionnelles, valorisant les corps blancs en station de sports d’hiver entre 2018 et 2020, et d’images fiction­nelles, mettant en scène des protagonistes noirs et métis en montagne. Les sites Internet des stations des Alpes vantent clairement la blancheur de la clientèle de leurs espaces et relèguent les populations non blanches au sein d’espaces périphé­riques, voire les invisibilisent. Paradoxalement, les comédies grand public, mettant en scène des personnages noirs et métis pratiquant des activités alpines, contri­buent à renforcer la montagne comme « espace blanc ». La montagne y est ainsi lue comme un espace de manifestation de la blanchité.

Mot-clés : montagne, blanchité, visibilité, loisirs alpins

  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search