Navigation – Plan du site

AccueilNuméros116Introduction

Introduction

Florian Pons, Sina Safadi-Katouzian et Chloë Vidal
p. 5-8

Texte intégral

  • 1 C’est dans le cadre d’une recherche collaborative conduite dans le réseau des Lieux d’Éducation Ass (...)

1Le projet de ce numéro de revue est né d’une réflexion partagée sur le nécessaire renouvellement théorique et pratique des démarches prospectives que nous mettions en œuvre et analysions dans le cadre de nos activités respectives : expérimentation de l’enseignement de la géographie par la prospective territoriale au collège1 (géoprospective) ou encore expérimenta­tion de l’enseignement de la responsabilité sociétale de l’ingénieur (RSI) par la prospective territoriale auprès d’élèves-ingénieurs de l’INSA. Réfléchis­sant à nos pratiques, nous nous sommes interrogés : les exercices de prospec­tive mobilisent des réflexions transversales et collectives intégrant des enjeux de longs termes pour mieux agir au présent ; comment peuvent-ils réellement nous aider à penser et agir dans notre monde anthropocène – monde dans lequel l’être humain en société est devenu une force d’action majeure sur les systèmes bio-physiques ? À quelle(s) condition(s) la pros­pective peut-elle être aujourd’hui une démarche permettant de repenser la prise de décision collective pour construire un monde habitable ?

Une diversité de courants orientant les pratiques de prospective territoriale

2Précisons dès à présent que, tout en considérant l’intérêt que pourrait repré­senter une recherche étendue à l’échelle européenne, voire internationale (portant plus largement sur les Future Studies), et souhaitant donner crédit à l’idée d’une spécificité de l’approche française de la « prospective », nous avons délibérément opté pour le prisme de ce que nous pourrions nommer une « prospective publique » française ; autrement dit, nous nous sommes attachés à examiner le devenir d’une « prospective » issue des travaux de Gaston Berger (inventeur du néologisme) dans le cadre d’analyse et d’action publique en France (quand bien même, par ailleurs, les terrains d’expéri­men­ta­tion évoqués dans les différents articles ne sont pas tous situés sur le territoire national français). De cette façon, nous partons également du pos­tulat selon lequel, la « prospective territoriale », confrontant les principes de la prospective énoncés par Berger et ceux de l’aménagement du territoire, a tenu une place essentielle dans la diffusion du paradigme de la prospective et que son examen peut représenter un réel intérêt dans l’analyse de la dimen­sion spatiale de l’action politique (Vidal, 2015). Notons également que si les approches anglo-saxonnes notamment (Foresight) tendent, en pra­ti­ques, à rejoindre aujourd’hui l’idée d’une prospective « à la française », l’histoire conceptuelle de cette dernière la distingue bien des autres études du ou des futurs développés dans des contextes historiques et politiques bien différents.

3La prospective territoriale, à laquelle nous nous intéressons dans ce numéro, naît en effet à la fin des années 1960 en France, du croisement des principes de l’aménagement territorial et de ceux de la prospective tels qu’énoncés par le philosophe et entrepreneur Gaston Berger ; inventeur du néologisme, ce dernier a initialement appréhendé la prospective comme une philosophie de l’action collective, une pensée-action, orientée vers le travail des valeurs et la construction du projet politique (finalité normative). La prospective, et à sa suite la prospective territoriale, se sont ainsi construites sur un référentiel « moderne », dont les catégories d’analyse reposent sur le « grand partage » (Descola, 2005) : les humains sont opposés aux non-humains, la culture est opposée à la nature, le savoir est conçu comme indépendant du pouvoir, du social et du politique. Certes, la mise en œuvre de la prospective territoriale par l’administration centrale a progressivement participé à nuancer le « regard disciplinaire », objectivant, porté sur le territoire par les pratiques aménagistes. Dès les années 1970, les travaux de la Délégation à l’Aména­gement du Territoire et à l’Action Régionale (DATAR) introduisent une approche systémique qui complexifie les catégories d’appréhension du territoire, jusqu’alors conçu comme un espace-objet pouvant être carroyé de manière systématique (Vidal, 2015). Autrement dit, s’émancipant d’une vision uniforme de l’espace, véhiculée par le quadrillage topographique, surface en carrés identiques, les démarches prospectives ont permis un changement de « regard géographique » (Raffestin, 1997) pour guider l’action aménagiste.

  • 2 DATAR, La prospective régionale et locale dans le champ des représentations. Le discours de prospec (...)

4Il existe aujourd’hui une hétérogénéité de pratiques en matière de prospec­tive territoriale ; Chloë Vidal (2015, p. 246) a identifié quatre grands cou­rants contemporains qui semblent néanmoins orienter ces pratiques. Démar­che de référence en France et à l’étranger depuis les années 1980, la « pros­pective stratégique » prônée par Michel Godet repose sur une concep­tion générale de la prospective comme « réflexion pour l’action », en prise directe avec la volonté de changement des acteurs et des décideurs, s’attachant à définir un « panorama de futurs possibles d’un système, destiné à éclairer les conséquences des stratégies d’action envisageables ». La « prospective du présent » invite quant à elle à penser un nouveau modèle de la relation entre prospective et décision publique (Bailly, 1999, p. 81) : « le rôle de la prospective n’est pas seulement de susciter le débat public, mais aussi d’en infléchir le déroulement, le contenu et l’étendue pour en limiter les crispations et les effets « spasmogènes » sur la décision publique. La prospective doit dès lors féconder et accompagner la dynamique collective qui permet d’imaginer, de décider et de réaliser des projets partagés. Elle devient un élément fondamental d’une démarche planificatrice rénovée. » (Bailly, 1999, p. 84). À côté de la « prospective du présent », une « prospec­tive des représentations » a également vu le jour, liée au développement de l’ana­lyse des représentations en géographie – apparue notamment avec les travaux d’Hervé Gumuchian, de Bernard Debarbieux, de Jean-Paul Guérin, ou de Martin Vanier. Cette approche est portée par le postulat selon lequel l’intégration des représentations, valeurs et images que les hommes ont de l’espace et des lieux, permet de mieux comprendre leurs pratiques et leurs aménagements. Gumuchian voit dans cette nouvelle approche l’opportunité d’une refonte de la pensée de l’aménagement du territoire qui passerait d’une idéologie fonctionnaliste à une approche du développement territorial en termes de bien-être, autrement dit, réintégrant « la dimension humaine et personnelle ». Enfin, outre ces prospectives directement orientées sur la question de la décision publique, il faut ajouter, comme le fait également Guy Loinger dans son rapport à la DATAR de 20032, la « prospective de la connaissance » qui vise à « mobiliser les ressources de la prospective géné­rale » pour développer les prospectives environnementales (Mermet, 2005). Une telle approche défend l’idée de produire des données acadé­miques à partir d’une diversité de disciplines, aussi bien en sciences de l’univers, en sciences de la vie, qu’en sciences de l’homme et de la société. L’auteur envisage ainsi la mise en place soit d’une « prospective d’amont » pour orienter la recherche (management de la recherche), soit d’une « pros­pective d’aval », « essentiellement centrée sur un but de valorisation du travail des chercheurs et de ses résultats » pour orienter l’action publique environ­nementale (ibid, p. 41).

La prospective territoriale mise à l’épreuve de la complexité des enjeux de l’anthropocène

5Cette labilité de la prospective a été envisagée par Gaston Berger qui n’a jamais souhaité donner une définition de la prospective, réfutant la qualifica­tion de « système », il a envisagé cette démarche comme une « investigation progressive » (Berger, 1962, p. 279). Poursuivant cette volonté de maintenir sur le métier la méthodologie et l’épistémologie de la prospective, nous souhaitons questionner dans ce numéro, la prospective à l’épreuve de la complexité des enjeux de l’anthropocène, en tant que cette ère a contribué à modifier les perceptions et représentations de la place que l’être humain occupe dans le monde.

6À la suite d’Augustin Berque, nous considérons que le milieu configure la réalité humaine dans ses relations à l’espace et à la nature (Berque, 1987, p. 242) : le milieu n’est pas un objet isolable, il ne cesse de se construire corrélativement à ces sujets eux-mêmes ; les « choses » d’un milieu, et donc les humains, n’existent pas en soi mais toujours en tant que quelque chose ou d’une certaine façon. Cet « exister en tant que » est ce qui engendre la réalité concrète, laquelle n’est ni simplement objective ni simplement subjective. C’est donc un processus mouvant dans l’espace et dans le temps qui fait exister les choses (Berque, 1991).

7Aujourd’hui, l’écoumène s’est étendu à l’échelle planétaire et les interdé­pendances s’expriment à tous niveaux selon un degré de complexité jamais perçu (Vidal, 2015). « L’atterrissement » du politique doit alors passer par une considération renouvelée des « territorialités », c’est-à-dire des habitants du territoire et de leurs pratiques ; car l’habitant est non seulement porteur d’une expérience locale et d’une portion du territoire mais, comme Michel Lussault le met en exergue, il agit « toujours-déjà en même temps sur, ou plus exactement avec, la planète, la Terre, le Monde » : d’où résulte la com­plexité de chacune de ses actions (Lussault, 2013, p. 25). Ainsi que le précise Bernard Debarbieux, la territorialité « mérite d’être pensée comme la dimen­sion terrienne de la condition humaine, celle qui rend nécessaire de composer avec les formes matérielles et symboliques de notre environne­ment, quelle que soit l’échelle à laquelle on l’appréhende, qu’il y ait ou non des territoires à la clef. » (Debarbieux, in Vanier (dir.) 2009, p. 21). Or, c’est déjà, nous semble-t-il, le sens d’une « prospective des représentations » qui interroge les faiseurs de territoires, comme celui d’une « prospective du présent » qui, soucieuse d’une « culture démocratique du temps », entend donner une parole aux habitants pour la construction de l’action publique. Car, précisément « prendre en compte l’habitant ne revient pas simplement à intégrer l’individu. Plus largement, c’est aussi se demander à quel point l’habiter participe (ou peut participer) d’une relation à l’intérêt général. » (Blanc & Estèbe, 2003, p. 86).

8Le renouvellement de la prospective territoriale implique par conséquent, selon Chloë Vidal, une nouvelle façon d’aborder la théorie de l’action politique et, par conséquent, un examen des catégories démocratiques (cito­yen, intérêt général, bien public, etc.). Ce renouveau latent de la pros­pective conduit à interroger la pertinence du système représentatif et poli­tique, à remettre en question le sens même d’un aménagement du territoire fondé sur les catégories de la modernité. Il engage à un profond changement des pratiques et cultures politiques.

9L’enjeu de ce numéro de la revue Géographie et culture est de prolonger ce chemin réflexif et critique ouvert par les trois dernières approches de la prospective évoquées, pour saisir à quelles conditions la démarche prospec­tive peut rester pertinente pour penser et agir dans notre monde incertain. Autrement dit, la question est de savoir si les démarches de prospective territoriale contribuent à travailler le « regard géographique » pour mieux en assurer la reprise et la transformation et changer les pratiques aménagistes. Bousculés par notre manière d’habiter le monde, nombre de travaux en sciences humaines invite à échapper à l’anthropocentrisme en renouvelant l’ontologie naturaliste, identifiée par Philippe Descola (2005) qui exclut massivement de la participation au collectif tous les êtres classés dans la nature. Les auteurs ne parlent pas tous de prospective territoriale mais, en abordant presque tous (explicitement ou non) la question du tournant ontolo­gique, ils mettent au défi la prospective territoriale. C’est à une réflexion sur ce tournant que ce numéro invite.

10En effet, l’hypothèse qui guide ce numéro est que la démarche de prospec­tive territoriale doit être actualisée en théorie comme en pratiques pour pouvoir faire avec la multiplicité des opérateurs de la transformation du territoire, prendre en considération les « inouïs » de Dominique Boullier, ces « êtres que l’on n’entend pas » (2009). L’enjeu est bien sûr écologique mais également démocratique. En effet, nous soutenons qu’il convient de ques­tionner dans un même mouvement les procédures de prises de décision et les frontières qui qualifient les êtres participants à ces procédures : en d’autres termes, en s’émancipant de la partition humains/non humains, approche objectivante, distante du territoire, la méthodologie mise en œuvre pour réaliser un exercice prospectif doit permettre tout à la fois de reconnaître la diversité et la complexité des liens qui composent ce territoire et, dans le même temps, de favoriser l’émergence de collectifs inédits capables d’y agir. La transformation des rationalités et des savoirs de la prospective territoriale induit un ajustement de ses méthodes.

11Cette hypothèse de la nécessaire prise en compte des opérateurs non humains dans l’analyse des interactions entre acteurs de toute démarche de prospec­tive territoriale s’est trouvée renforcée avec la pandémie du coronavirus. La pandémie semble précisément nous enjoindre à penser et à agir dans le monde en réinterrogeant nos dépendances, nos vulnérabilités, nos incerti­tudes (Tsing, 2017) et, de manière corollaire, les catégories de pensée comme les modalités pratiques de la démocratie (Charbonnier, 2015).

Écouter la multiplicité des opérateurs du territoire : des pratiques d’enquête questionnées

12L’intention de ce numéro est d’explorer la possibilité d’un renouvellement de la prospective territoriale en cherchant en premier lieu à mieux appréhen­der la manière dont les démarches de prospective peuvent assurer cette indispensable (re)connaissance de l’ensemble des opérateurs du territoire : qu’elles emploient les méthodes « classiques »/reconnues de la prospective en s’attachant à porter une attention à toutes les entités du territoire, ou qu’elles intègrent à chacune de leurs différentes étapes des méthodes suscep­tibles de révéler un nouveau rapport au vivant et à notre organisation sociale (apport des méthodes d’enquête au diagnostic territorial, des cartographies sensibles à la scénarisation, etc.).

13Les auteurs de ce numéro n’interrogent pas tous directement les pratiques prospectives, mais ils apportent tous des éclairages sur l’expérimentation de différentes pratiques liées à chacune des grandes étapes qui les composent le plus souvent ; en dépit de leur actuelle hétérogénéité liée au développement de différents courants (évoqués précédemment), on retrouve généralement dans toute pratique prospective de grands invariants méthodologiques : réali­sation d’un « diagnostic territorial » permettant d’élaborer un état des lieux, de repérer des « tendances » comme des mutations en cours (« signaux faibles », « germes de changement », « faits porteurs d’avenir »), ainsi que des variables ; par l’entrecroisement de ces tendances/signaux faibles et variables, il devient possible de décrire différents « scénarios » (ou « trajec­toires ») d’avenir possibles et de définir des enjeux (dimension exploratoire de la prospective) pour enfin envisager comment orienter l’action vers un futur souhaité, à construire (dimension normative de la prospective). Des étapes et un vocabulaire associé que l’on peut envisager comme autant d’opé­rations épistémiques susceptibles d’être questionnées à l’aune des pro­ces­sus de (re)configuration des relations que les êtres humains nouent dans et avec le monde, appréhendés par d’importantes réflexions ces der­nières années (Latour, 2015).

14La prise de conscience d’une cohabitation (premier pas vers sa tolérance) avec les non humains, et en particulier les animaux, a été favorisée, soutien­nent Dakouré, Georges et Pelé au printemps 2020, au plus fort de la pandé­mie de COVID-19, lorsque la population de 80 pays, « soit la moitié de l’humanité », a été partiellement ou totalement confinée. Avec l’irruption d’animaux sauvages dans l’espace public libéré des usages humains ordi­naires et de leurs corollaires (bruits, odeurs, etc.) ou l’entrée d’animaux sauvage dans « l’espace sensoriel public » (Chelkoff et Thibaud, 1992), « les relations entre l’humain et les animaux sauvages connaissent un renouveau né d’une prise de conscience collective de la notion de bien-être commune à l’humain et aux animaux, mais également de l’empreinte des activités humaines sur le climat, les écosystèmes et la biodiversité ». À travers un protocole d’enquête visant à collecter la perception de résidents d’espaces urbains et péri-urbains sur les animaux sauvages rencontrés pendant la durée du confinement (du 1er au 18 mai 2020), les auteurs s’interrogent sur les impacts de reconnexion à l’expérience de nature pour les résidents-informateurs de l’étude : de quelle manière le citadin peut-il se représenter ce partage de la ville avec inouïs et les possibles manières d’habiter la ville ensemble ?

15Si l’enquête montre que les informateurs (enquêtés) sont prompts à se déclarer majoritairement favorables au retour des animaux sauvages en ville en motivant leur avis par le choix des deux raisons principales d’un « droit universel à l’espace pour les humains et les animaux sauvages » et d’une « possibilité de réduction de l’érosion actuelle du vivant ou un retour de la biodiversité », elle rappelle aussi, pourrions-nous ajouter, que les informa­teurs semblent encore loin de reconnaître à ces inouïs un réel « droit à la ville » (Lefebvre, 1968) : le bestiaire évoqué par les informateurs s’avère relati­vement pauvre, et bon nombre d’espèces sont rejetées dans la catégorie des « nuisibles » ; la vision d’une société « humanimale », qui passerait par une prise en compte des modes d’habiter des différentes espèces et leur reconnaissance dans de nouveaux modes de gouvernance, semble encore hors de portée.

16Envisager la possibilité de construire collectivement un projet d’habitabilité soutenable, c’est ce que Labara, Chouto et Laborde tentent de mettre au jour en développant « des scénarii stratégiques pour une réflexion prospective sur les couplages écologiques et humains dans la Plaine inondable du Logone (Extrême-Nord Cameroun) » : les auteurs se proposent de mettre en perspec­tive les conflits d’usages spatiaux entre éleveurs et pêcheurs de ce milieu particulièrement vulnérable par rapport aux relations que ces derniers entretiennent avec ses acteurs non-humains, en suivant la méthode de la prospective stratégique développée par Michel Godet. La matrice d’analyse structurelle de l’interaction entre pêche et pastoralisme, qui permet la hiérarchisation des variables identifiées pour le système étudié en fonction de leur influence, est ainsi utilisée pour « interroger comment les acteurs humains développent différentes stratégies vis-à-vis des acteurs non humains pour exploiter des ressources » ; si l’élaboration de scénarii qui en découle ensuite « permet de représenter différents futurs possibles d’évolution des formes et dynamiques de recomposition territoriale », les auteurs s’interro­gent : cette méthode prospective « est-elle suffisamment pertinente pour entre­voir ou assurer une meilleure gestion des territoires et une meil­leure cohabitation entre l’homme et son milieu de vie », autrement dit pour constituer un réel « apport dans l’action publique au sein des territoires » ? Ils questionnent également la « scientificité » de la démarche.

17Le diagnostic territorial réalisé par Labara Chouto et Laborde, croisant des données objectives (données documentaires) et des données subjectives (collectées via une enquête menée auprès des pêcheurs et des pasteurs de la plaine du Logone), constitue une entreprise considérable et particulièrement intéressante en ce qu’elle témoigne d’une réelle volonté de comprendre et de prendre en compte les différentes perspectives des opérateurs (ou des « acteurs » / « actants » pour reprendre la terminologie de la théorie de la sociologie de la traduction à laquelle l’auteur fait explicitement référence) sur la plaine du Logone pour mieux penser ses futurs possibles.

18L’effort d’écoute des différents acteurs du territoire déployé pour « actuali­ser » la méthode de prospective stratégique et répondre à l’enjeu de prise en compte des inouïs dans l’exercice prospective, permet-il de rendre compte des modes d’habiter des acteurs non humains et d’envisager de possibles coha­bi­tations soutenables ? La démarche ne pointe-t-elle pas aussi les limites de l’outil d’analyse dont les catégories (acteurs/facteurs-variables) renvoient à celle du « grand partage » (sujet/objet, etc.) : en d’autres termes, avec cet outil d’analyse, si les acteurs non humains sont bien pris en compte, ne restent-ils pas « sujets » de l’analyse au sens passif du terme : leurs propres « stratégies » n’étant pas examinées ; le milieu étant encore seulement appré­hendé comme un ensemble de « ressources » exploitables ? Comme nous y invite la prospective, nous pouvons avoir le sentiment d’avoir encore à tourner autour de ces acteurs, de modifier notre approche, d’avoir encore à préciser notre démarche de pensée au sens propre du terme. Entreprendre la description du territoire et de ses acteurs appelle peut-être un engagement quasi physique.

19C’est précisément en ce sens que l’article d’Hugo Rochard, « Se faire bénévole et faire corps. Mener l’enquête dans les territoires de l’intendance écologique citoyenne en ville » nous entraîne : celui d’une enquête engageant physi­quement l’enquêteur, le collecteur de « données ». L’expérience physique, matérielle apparaît alors essentielle pour comprendre (au double sens de rendre intelligible et de « prendre avec » – cum-prehendere/ embrasser) les humains comme les non humains. Hugo Rochard évoque et analyse ce que produit l’expérience ethnographique. Les « éléments réflexifs » mobilisés dans son article sont alors l’occasion de rendre compte d’un processus de transformation de la place qu’il tient en tant qu’enquêteur. À travers l’observation de deux collectifs, l’un new-yorkais, l’autre de la banlieue pari­sienne, l’auteur s’engage avec les jardiniers-militants dans leurs activi­tés, s’inscrivant ainsi dans la « méthode de l’observation participante ». Il s’agit alors, selon lui, d’observer « les rapports société-nature » en faisant de la « géographie différemment », en s’interrogeant sur ce que les « non-humains font faire aux collectifs humains et inversement ». Une telle démar­che résonne avec la proposition de Tim Ingold qui propose de consti­tuer les savoirs à partir d’interactions directes avec les personnes et les choses qui nous entourent (Ingold, 2018, p. 11). Une telle posture est bel et bien engageante car elle impose de connaître et reconnaître d’autres acteurs territoriaux (Collectif LéA de Lyon, 2018).

20L’enquête offre la possibilité de constituer des savoirs expérientiels qui nous semblent essentiels à tout exercice prospectif : elle peut devenir l’occasion, comme cela a été le cas pour Hugo Rochard, de (re)découvrir des opérateurs du territoire et les relations qui peuvent se nouer entre êtres humains et non-humains en tant qu’ils partagent un territoire commun ; elle peut également permettre de reconnaître d’autres manières d’être vivant, de voir et d’habiter pour pouvoir communiquer à partir de « points clefs partagés des mondes ambiants » (Morizot, 2016). En d’autres termes, d’une part, l’enquête consti­tue une expérience transformatrice de la relation de l’enquêteur à son milieu, d’autre part, elle modifie la nature même de ces relations qui peut (re)définir une forme de cohabitation diplomatique, dans lequel l’élève-diplomate « ne défend pas ses intérêts, mais les intérêts de la relation même » (ibid, p. 34).

21L’on appréhende ici clairement les apports de l’enquête à la démarche prospective qui, au-delà d’une entreprise de construction collective de futurs possibles, représente une discipline du « sujet » vers sa propre transforma­tion. La démarche prospective, mise en œuvre d’un dispositif qui est toujours un processus de subjectivation, peut également contribuer à donner nais­sance à des sujets politiques : en effet « elle participe au travail de la poli­tique en ce sens qu’elle constitue une entreprise de redéfinition (d’énon­cia­tion et de mise en visibilité du « territoire politique » (par la reconfiguration des espaces d’action publique) : la Prospective est une tentative de détermi­nation de ce qui compte (et dont on tiendra compte), de ce à quoi l’on attribue de l’attention (des égards et des soins), de ce à quoi l’on tient et qui nous tient. » (Vidal, 2015, p. 375). Autrement dit, le travail d’enquête contri­bue pleinement, en reconnaissant différents espaces publics dans lesquels les sujets politiques prennent place (Safadi-Katouzian, 2021), à redéfinir les frontières des membres de la communauté politique. La démo­cratie, souli­gnait Jacques Rancière, n’est ni une forme de gouvernement ni un style de vie sociale, « elle est le mode de subjectivation par lequel existent des sujets politiques » (Rancière, 1998, p. 16).

Représenter les différents points de vue : apports de la cartographie sensible

22Donner à voir plusieurs mondes en un seul, c’est précisément le pari qui semble être pris dans la réalisation d’une « carte sensible ». À travers son article « La carte subjective des habitants de Tourcoing. Un outil documen­taire aux multiples aspects », Sonia Lolayaux analyse l’enjeu des représenta­tions de l’espace vécu par les habitants de Tourcoing à travers une carte subjective réalisée pendant l’été 2016, lors d’un atelier d’une semaine animé par une artiste, Catherine Jourdan, et un graphiste, Pierre Cahurel, avec des habitants de Tourcoing. Le contexte post-industriel de la ville, berceau du textile au XIXe siècle, travaille les relations entre mémoires ouvrières et les dynamiques sociales, politiques, économiques et écologiques actuelles.

23Dans une posture d’observation-participante, Sonia Laloyaux, à la fois profes­seur d’histoire-géographie, jeune chercheure et habitante-élue du conseil de quartier du centre-ville, évoque les conditions de ses observations qui ont supposé « d’écouter les autres, mais aussi de s’écouter parler autour de cet objet territorial qui se crée en commun ». La carte subjective se cons­truit avec une pluralité d’habitants aux profils sociaux diversifiés, tant en raison de leur appartenance sociale, que de leur classe d’âge ou de leur lieu de résidence. Cette multitude de points de vue dans et sur un même espace territorial a suscité chez certains participants la crainte d’en froisser ou d’en blesser d’autres. L’auteure vient ainsi souligner l’une des limites de l’exer­cice, qui nécessiterait plus de temps que celui imparti pour susciter un débat entre participants. Il convient précisément de souligner la difficulté du travail collectif pour fabriquer des objets communs : de telles observations interrogent les conditions mêmes de possibilité d’un dialogue et invitent à requestionner l’élaboration d’objet-commun en prenant garde à ce que la cons­truction de celui-ci ne repose pas sur un consensus qui, dans les faits, cache les rapports de domination et d’exclusion, mais plutôt sur la recon­naissance de contestations (Mollon, Safadi-Katouzian, à paraître). Penser de tels dispositifs en ne cherchant pas à lisser les conflictualités est, on le voit bien, un enjeu démocratique majeur. La carte peut alors devenir un support pour faire en commun et fabriquer du commun. Elle permet d’envisager de nou­velles productions de savoirs dans ce que l’on peut considérer comme un forum hybride, nouvel espace d’une démocratie dialogique (Callon et al., 2001).

24La fabrication de cartographie subjective est aussi devenue l’occasion de développer des situations d’apprentissage innovant qui sont venues s’inscrire dans le cadre d’enseignement de géographie prospective. Les élèves peuvent ainsi représenter leur territoire et imaginer celui-ci dans le futur.

25C’est d’ailleurs dans cette optique que Florence Beuze Edragas a fait travail­ler ses élèves de classe de 6e et de 4e pour qu’ils expriment de manière originale leur manière d’habiter le territoire insulaire de la Martinique (« Cartographier en classe des territoires (in)habités. Le cas d’un collège de Martinique : entre cartographie sensible et prospective territoriale en classe de 6e et 4»). Enseignante et jeune chercheure, cette dernière s’est interrogée sur les « représentations et pratiques spatiales actuelles et possibles dans le futur » afin d’interroger les relations qu’entretiennent les élèves aux « points chauds de biodiversité ». Ces représentations permettent aux élèves de se rendre compte de la diversité des représentations et pratiques dans un même territoire et d’envisager les enjeux futurs (Ruppin, Safadi-Katouzian, 2022). Cependant loin de ses attentes initiales, Florence Beuze Edragas s’aperçoit que les élèves ne connaissent que très rarement les espaces de biodiversité de l’Île aux fleurs. Si la carte est apparue une nouvelle fois comme un outil permettant d’exprimer d’autres rapports au territoire, celle-ci a surtout rendu compte d’autres espaces vécus par les collégiens.

26Laurence Fouache nous invite quant à elle à prêter attention aux différentes géographicités des enseignants et comment ceux-ci reconnaissent ou non les savoirs géographiques de leurs élèves. S’appuyant sur la typologie dévelop­pée par Jean-François Thémines, Laurence Fouache met en avant le fait qu’un certain nombre d’enseignants conservent une vision classique de la géographie (« géographie classique non modélisante et descriptive »), déniant les savoirs géographiques de leurs élèves, tandis que d’autres, au contraire, les reconnaissent (idéal type de la construction d’une pratique spatiale réflexive selon lequel « les élèves sont alors considéré.e.s comme faisant partie de l’agencement spatial et y font connaître leurs intentions, décisions, projets et conceptions en fonction de leur capacité et de leur expérience ») et voient leur rôle transformé (« le rôle de l’enseignant.e est alors de permettre aux élèves une mise à distance critique de leur pratique spatiale »). La relation enseignants-élèves apparaît déterminante : elle est susceptible d’être travaillée par la pratique prospective : de fait, les expé­riences de pédagogie active en classe de géographie, notamment favorisées par l’enseignement de la géographie via la prospective territoriale, avec des sorties de terrain, permettent de mettre en avant les connaissances spatiales des élèves et peuvent déboucher sur des partenariats, tout du moins aboutir à une reconnaissance des élus locaux sur le bassin de vie des élèves (Pons, 2021). Les travaux menés en classe par des enseignants-chercheurs, comme Sonia Lolayaux, Florence Beuze Edragas ou Laurence Fouache, nous sem­blent être à aborder comme des expériences dialectiques, supposant un va-et-vient entre les concepts de la géographie universitaire et la réalité d’une salle de classe et du public qui la compose : de jeunes gens, acteurs de leur espace vécu, donc précisément avec des savoirs, qui ne correspondent pas forcément aux savoirs acadé­miques attendus.

27Ainsi, co-construire la production de savoirs sur l’espace entre élèves et enseignants semble bien présupposer de reconnaître la coexistence de savoirs spatiaux, de différentes connaissances expérientielles de l’espace. La dé­marche de prospective territoriale est une mise en situation favorisant préci­sément la « négociation de savoirs » ; sa pratique en classe, pourvu qu’elle intègre une pédagogie active reconnaissant aux élèves la qualité d’acteurs et d’auteurs de leurs propres spatialités, paraît permettre l’ouverture d’un espace de négociation (intégrant des temps de « rencontres, comparai­sons, confron­tations, validations ») travaillant tout à la fois les savoirs, la relation élèves-enseignant et le processus de subjectivation de chaque élève et enseignant. Il serait précipité à ce stade de conclure au fait que la géopros­pective peut transformer l’ensemble de la géographie pourvu que soit reconnue la géographicité des élèves et que l’on trouve à se défaire des références spatiales classiques. Il serait certainement hâtif de conclure que la pratique de la prospective en classe permet, à elle seule, de révolutionner le para­digme pédagogique positiviste (pour embrasser un « paradigme pédago­gique constructiviste » comme l’envisage Laurence Fouache notamment) et de s’émanciper du « modèle d’une citoyenneté d’adhésion » pour aller vers celui d’une citoyenneté en acte, qui reconnaît l’engagement à travers les pratiques spatiales et sociales quotidiennes et ordinaires des citoyens (Carrel, Neveu, 2014). Pourtant, les premières expériences d’enseignement de la géoprospective nous mettent bien sur la voie d’une réflexion à la fois sur le nécessaire renouvellement théorique et pratique de la prospective à l’aune de la reconnaissance des différents opérateurs du territoire (de leurs spatialités propres), et sur les conséquences politiques d’une pratique renouvelée de la prospective territoriale.

28Le projet initial de Gaston Berger était celui de développer une « anthro­pologie prospective », un examen des situations dans lesquelles « l’homme » allait être placé à l’avenir. En suivant ce projet, toujours en devenir, d’une démarche ayant pour exigence de se trouver au plus près des dynamiques sociales, économiques, écologiques, c’est à certaines de ces opérations transforma­trices de la prospective que nous avons souhaité aborder dans ce numéro. En reconnaissant un monde habité, et habitable, composé par de nombreux opérateurs du territoire, s’opèrent de nombreux réajustements théoriques et pratiques. Un tel processus est éminemment un travail politique puisqu’il vient redéfinir les catégories d’appréhension du monde et les modalités de prises de décision. Ainsi que le souligne Jacques Rancière, le travail essentiel de la politique consiste précisément en la configuration de son propre espace en faisant voir le monde de ses sujets et de ses opérations (Rancière, 1998, p. 241).

29Dans le contexte de nouveaux défis liés à l’anthropocène, un renouvellement théorique et pratique des démarches de prospective territoriale apparaît nécessaire : renouvellement de son approche du territoire et des méthodes pour entreprendre sa description. À cette condition, la prospective territoriale pourrait bien révéler sa potentielle contribution aux travaux démocratiques.

Haut de page

Bibliographie

BAILLY Jean-Paul, 1999, Demain est déjà là. Prospective, débat, décision publique, Paris, éd. de l’Aube.

BERGER Gaston, « Le chef d’entreprise, philosophe en action » [1955], in L’homme moderne et son éducation, Paris, PUF, 1962.

BERQUE Augustin, 1987, « Milieu et motivation paysagère », L’espace géogra­phique, Tome XVI, n° 4, p. 241-250.

BERQUE Augustin, 1991/3, « De paysage en outre-pays », Le Débat, n° 65, p. 4-13.

BLANC Nathalie, ESTEBE Philippe, 2003, « Géographie et politique : le face à face », Écologie & politique, n° 27, janvier 2003.

BOULLIER Dominique, 2009, « Choses du public et choses du politique. Pour une anthropologie des inouïs », in Marion Carrel, Jacques Ion, Catherine Neveu, Les intermittences de la démocratie. Formes d’action et visibilité citoyenne dans la ville, L’Harmattan, p. 1-14.

CALLON Michel, LASCOUMES Pierre, BARTHE Yannick, 2001, Agir dans un monde incertain : essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil.

CARREL Marion, NEVEU Catherine (dir.), 2014, Citoyennetés ordinaires. Pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris, Karthala.

CHARBONNIER Pierre, 2015, « L’ambition démocratique à l’âge de l’anthropocène », Esprit, décembre 2015, p. 34-45.

CHELKOFF Grégoire, THIBAUD Jean-Paul, 1992, « L'espace public, modes sensibles : Le regard sur la ville », Les Annales de la Recherche Urbaine, numéro thématique « Espaces publics en villes » 57-58, p. 7-16.

COLLECTIF LÉA DE LYON (2018). « La démarche prospective. Une invitation à écouter et observer les territoires », Diversité, n° 193.

DEBARBIEUX Bernard, VANIER Martin (dir.), 2002, Ces territorialités qui se dessinent, préface de J.-L. Guigou, Paris, DATAR/Ed. de l’Aube.

DEBARBIEUX Bernard, 2009, « Territoire-Territorialité-Territorialisation : aujourd’hui encore et bien moins que demain », in Martin Vanier (dir.), Territoires, territorialité, territorialisation. Controverses et perspectives, Rennes, PUR.

DESCOLA Philippe, 2005, Par-delà nature et culture, Paris, NRF Gallimard.

GODET Michel, site La prospective pour penser et agir autrement. URL : http://www.laprospective.fr/

GUMUCHIAN Hervé, 1991, Représentations et aménagement du territoire, Paris, Anthropos.

LATOUR Bruno, 2015, Face à Gaïa. Huit conférences sur le Nouveau Régime Climatique, Paris, La Découverte, coll. « Les Empêcheurs de penser en rond ».

LEFEBVRE Henri, 2009, Le droit à la ville [1968], Paris, Anthropos.

LUSSAULT Michel, 2013, L’avènement du Monde. Essai sur l’habitation humaine de la Terre, Paris, Seuil.

MERMET Laurent (dir.), 2005, Étudier des écologies futures. Un chantier ouvert pour les recherches prospectives environnementales, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang.

MOLLON Max, SAFADI-KATOUZIAN Sina, « Pour une démarche prospective participative : représenter des futurs dissonants pour mieux composer un monde commun », (à paraître).

MORIZOT Baptiste, 2016, Les Diplomates : cohabiter avec les loups sur une autre carte du vivant, Marseille, Wildproject, 2016.

PONS Florian, 2021, « Penser la ville de demain en 6e, un exemple de démarche prospective au cycle 3 », 21 janvier 2021, Géoconfluences. URL: http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/geographie-espaces-scolaires/geographie-a-l-ecole/ville-de-demain-6e-valmy

RAFFESTIN Claude, 1997, « Foucault aurait-il pu révolutionner la géographie ? », in Roger Rotmann (dir.), Au risque de Foucault, Paris, Centre Georges Pompidou.

RANCIÈRE Jacques, 1998, Aux bords du politique, Paris, Gallimard.

RUPPIN Virginie, SAFADI-KATOUZIAN Sina, 2022, « construire un “à-venir” ? Tout est dans la manière. Usage de la modélisation dans l’enseignement des arts plas­tiques », in R. Monod-Ansaldi, C. Loisy & B. Gruson, Le réseau des lieux d’éducation associés (LéA) – Un instrument pour la recherche en éducation, Presses universitaires de Rennes (PUR) (à paraître).

SAFADI-KATOUZIAN Sina, 2021, Formes d’engagement, espaces publics et ethnicité. La citoyenneté à l’épreuve de l’habiter, thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie sous la direction d’Hélène Bertheleu et Catherine Neveu, EHESS.

TSING LOWENHAUPT Anna, 2017, Le champignon de la fin du monde. Sur les possibilités de vivre dans les ruines du capitalisme, trad. Philippe Pignarre, Paris, La Découverte, coll. « Les empêcheurs de penser en rond ».

VIDAL Chloë, 2015, La prospective territoriale dans tous ses états. Rationalités, savoirs et pratiques de la prospective (1957-2014), thèse de doctorat en géographie sous la direction de Michel Lussault, ENS de Lyon (Université de Lyon).

Haut de page

Notes

1 C’est dans le cadre d’une recherche collaborative conduite dans le réseau des Lieux d’Éducation Associés (LéA) de l’Institut Français d’Éducation – École Normale Supérieure de Lyon (IFE-ENS de Lyon) que nous avons développé notre réflexion. Notre LéA dénommé « Prospectives – Territoire de Lyon – Réseaux d’établissements », débuté en 2017, a conduit des expérimentations liées à l’apprentissage de la prospective dans huit établissements de l’agglomération lyonnaise allant de la primaire au supérieur. Ces travaux ont associé des enseignants de ces établissements, des « professionnels de l’urbain » (architecte, urbaniste, maquettiste et l’association de médiation urbaine Les robins des villes), des chercheurs (de différentes disciplines : géographie, science de l’éducation, science politique et anthropo­logie).  Cette recherche a pu être conduite grâce au soutien du réseau des LéA représenté par Réjane Monod-Ansaldi. Nous remercions ici l’équipe en charge de ce dispositif pour leur accompagnement, tant scientifique, que financier et moral. Par ailleurs, il convient de souligner que deux auteurs de ce numéro, Sonia Lolayaux et Laurence Fouache, ont été impliquées dans un LéA partenaire de la région Lilloise, le LéA Debeyre.

2 DATAR, La prospective régionale et locale dans le champ des représentations. Le discours de prospective comme expression d’une tentative de reconstruction d’un référentiel public ayant le caractère d’un bien commun, LOINGER Guy (rapporteur), Rapport de fin d’études, février 2003, Lettre de commande de la DATAR n° 8C02000073 du 8 juillet 2002 relatif aux travaux du groupe de recherche de la DATAR n° 7, représentation et complexité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florian Pons, Sina Safadi-Katouzian et Chloë Vidal, « Introduction »Géographie et cultures, 116 | 2022, 5-8.

Référence électronique

Florian Pons, Sina Safadi-Katouzian et Chloë Vidal, « Introduction »Géographie et cultures [En ligne], 116 | 2022, mis en ligne le 02 novembre 2022, consulté le 30 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/gc/17242 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gc.17242

Haut de page

Auteurs

Florian Pons

Laboratoire EVS, ED483, Université de Lyon
fflorianpons@gmail.com

Sina Safadi-Katouzian

Institut Français d’Éducation, ENS de Lyon
Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain / EHESS
Centre Max Weber / Université Jean Monnet
sinasafadi@gmail.com

Chloë Vidal

Délégation à la Démocratie locale et redevabilité – Évaluation et Prospective, et Vie étudiante, Mairie de Lyon
Institut Destrée (Belgique)
chloe.vidal@posteo.net

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search