Navigation – Plan du site

AccueilNuméros116Des scénarios stratégiques pour u...

Des scénarios stratégiques pour une réflexion prospective sur les couplages écologiques et humains dans la plaine du Logone (Extrême-nord Cameroun)

Strategic scenarios for a prospective reflection on ecological and human couplings in the Logone floodplain (Far-North Cameroon)
Bruno Kolaouna Labara, Steven Chouto et Sarah Laborde
p. 37-55

Résumés

Les localités rurales, entièrement dépendantes des activités de produc­tion agropastorale et halieutique, font montre de diverses techniques visant à tirer le maximum de produits et de profits offerts par les ressources du milieu. Cepen­dant, les contraintes qui se dressent devant les producteurs les obligent à dévelop­per des stratégies de survie qui conditionnent le maintien, la poursuite ou encore l’avenir de leurs activités. C’est ainsi que les éleveurs et les pêcheurs se retrouvent en compétition pour le contrôle de l’espace et des ressources de ce milieu fragile. En s’interrogeant sur le devenir de cette cohabitation, il s’agit au travers de cette réflexion, de tenter de se lancer dans l’exploration de différents futurs probables, au vu des conditions physiques du milieu, des atouts et contraintes économiques, des relations entre les acteurs humains et non humains, ainsi que des normes d’encadrement des différentes activités. Les scénarios stratégiques construits autour d’hypothèses d’évolution ont pour vocation soit d’attirer la vigilance sur certains enjeux, soit d’inviter à certaines prises de décision qui permettent de maintenir l’équilibre de ce système interactif piscico-pastoral dans cette zone en mutation. Cette démarche prospective s’identifie comme un atout pour penser et envisager une meilleure évolution des couplages écologiques-humains dans la plaine du Logone.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Chaque année un niveau d’eau d’environ un mètre est recueilli de juin à décembre. Ces inondations f (...)
  • 2 Cette culture permet le développement d’une strate herbacée qui constitue après le retrait des eaux (...)
  • 3 Ces canaux sont en nettes croissances et sont aujourd’hui près de 3 000.

1La plaine d’inondation du Logone située dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun correspond à la fois à un espace (Regnauld et al., 2016), un territoire (Bosredon, 2011) et un ensemble de territoires spécifiques (Claval, 2016). Elle correspond à un milieu écologiquement fragile (Sighomnou, 2003) qui suscite des formes d’appropriation complexes en raison des interactions entre les activités de production agricole, pastorale et piscicole. En effet, c’est tout à la fois une zone pastorale avec des pâturages de saison sèche qui attirent les éleveurs nomades et transhumants de la région et même des pays voisins (Requiers-Desjardins, 2001) ; une zone piscicole en raison du régime hydrologique, son inondabilité1, permet le développement biolo­gique des ressources agropastorales et halieutiques ; et enfin zone agricole pour la culture irriguée2. Ces appropriations suscitent diverses formes d’interactions spatiales façonnées par les relations de dépendance et d’interdépendance dans la plaine du Logone. Les éleveurs et les pêcheurs modifient et ajustent à ce contexte leurs logiques de mobilités pastorales, et leurs de techniques de pêche. Ces dernières années ont vu une prolifération des canaux de pêche3, technique qui est à la fois efficace et rentable (Kolaouna et al., 2020). Cette croissance suscite de nombreuses interroga­tions liées à la soutenabilité de ce développement et le maintien d’un équi­libre tenable entre humains et non-humains.

2Cet enjeu nous a conduits à imaginer des futurs possibles pour ces espaces piscico-pastoraux à travers la production de scénarios. C’est donc à une vision de prospective territoriale en rapport avec les interactions spatiales (Pumain et Saint-Julien, 2000) et les recompositions territoriales (Watang, 2011) que s’attelle cet article. Si on s’en tient à Ute Hélène von Reibnitz (Schwab et Cerutti, 2003) : « La prospective est l’art d’anticiper les change­ments futurs et de s’y préparer, soit en tant qu’organisation publique ou privée, soit entant qu’individu. La prospective est basée sur le constat que rien n’est prévisible et qu’il n’y a pas un avenir, mais plusieurs ». À cet égard la prospective suppose de mettre en œuvre une sorte d’indiscipline intellectuelle (Godet, 2001). L’espace est ainsi envisagé comme un support pour représenter des phénomènes, notamment socio-économiques, plutôt que comme système avec et dans lequel se construisent des interactions spatiales et des jeux d’échelles imbriquées (Emsellem et al., 2012). La mise en œuvre d’un exercice de prospective territoriale suscite la définition de « faits territoriaux » et des territoires dans une perspective opérationnelle program­matique (Delamarre, 2002). Cette approche a contribué à l’émergence de la démarche géoprospective qui prend en charge la dimension spatiale dans l’analyse (Houet, 2006). La dimension spatiale constitue, ainsi l’un des supports essentiels sur laquelle repose notre analyse de la Plaine du Logone : à travers la prise en compte du déploiement des canaux de pêche et les pistes de transhumance. Au vu des conflits, comment ces deux activités seraient-elles à même de cohabiter pacifiquement dans cet espace commun ? La présente contribution propose de rendre compte des modalités d’élaboration de scénarios qui rendent comptent des recompositions spatiales, leurs impacts pour les activités de pêche et de pastoralisme, et l’évolution des ressources naturelles du milieu. Autrement dit, il s’agit d’envisager diffé­rents futurs possibles de cohabitation entre humains et non-humains.

3À travers cet exercice prospectif, nous souhaitons proposer une méthodolo­gie permettant d’envisager les modalités d’appropriation et de cohabitation homme-environnement. Autrement dit, est-il possible d’entrevoir des cou­plages écologiques-humains à l’aide de la prospective territoriale ? Quelle place est accordée aux différents types d’acteurs ? Ces questionne­ments repré­sentent le fondement de la posture réflexive et critique de cette contri­bution. Elles interviendront à la suite de la construction et la descrip­tion du cheminement des scénarios d’évolution au sein des géosystèmes piscico-pastoraux dans la plaine du Logone, afin de mieux appréhender la pertinence théorique et méthodologique de cette démarche, ainsi que son rôle pour cerner la dynamique d’occupation spatiale, tout comme son importance pour l’action politique et l’amélioration des relations entre l’homme et son environnement.

Méthodologie de l’analyse et réalisation de scénarios

4Des données documentaires ont été mises à profit dans l’étude, et concernent notamment les données annuelles de l’Institut National de la Statistique sur les secteurs d’activités d’élevage et de pêche au Cameroun et dans la région de l’Extrême-Nord durant les années 2014 à 2017 (INS, 2017). En outre, des données du projet MORSL (Modélisation des systèmes couplés écologiques et humains dans la Plaine du Logone), du Laboratoire d’Anthropologie de l’Ohio State University concernant la caractérisation des canaux de pêche (longueur, largeur, profondeur, débit, captures) ont également été exploitées (Laborde, 2016). Par ailleurs des données pastorales collectées par le Centre d’Appui et de Recherche sur le Pastoralisme (CARPA) en collaboration avec le laboratoire du Département d’Anthropologie de l’Ohio State University, concernant le cheptel, les routes de transhumance et le suivi des mobilités des pasteurs ont été utilisées.

5Les collectes de données sur le terrain ont été effectuées dans les quatre cantons qui possèdent des canaux de pêche à savoir : Lahay, Mazéra, Ngoudéni et Pouss. Dans ces cantons, tous les canaux de pêche ont été recensés et caractérisés, soit un nombre de 1 175 sur les blocs pilotes des rivières Logomatya, Loromé-Mazéra et du fleuve Logone. Sur cette popula­tion de canaux de pêche, un échantillon de 208 canaux a été pris en compte pour effectuer les enquêtes auprès des propriétaires. Des entretiens avec les pasteurs à l’aide de guides d’entretien ont également été réalisés dans les campements qu’on peut retrouver dans la zone d’étude durant la saison sèche après la période d’inondation. C’est ainsi que 25 chefs de campements ont été interrogés sur les 117 campements qui ont été rencontrés dans les quatre cantons étudiés (Figure 1).

6Les données sur les effectifs des canaux et leurs localisations géographiques, ainsi que les données sur les tracés des pistes de transhumance ont été spatialisées et intégrées dans un système d’information géographique (QGIS). La carte ainsi réalisée permet de saisir l’étendue spatiale des canaux de pêche et leurs croisements avec les pistes de transhumances. Les données d’enquêtes ont quant à elles été traitées et analysées à l’aide d’outils statis­tiques (SPSS), pour identifier et caractériser les acteurs humains et non-humains, les variables clés du territoire, et évaluer leurs influences. On verra ensuite, comment ces matrices d’analyse ont permis de hiérarchiser ces acteurs selon leurs influences et dépendances. Ces analyses ont été utilisées pour la réalisation de scénarios prospectifs.

Figure 1 – Localisation de la zone d’étude

Figure 1 – Localisation de la zone d’étude

Source de données : Atlas Extrême-Nord ; relevés de terrain 2016, Projet MORSL, 2017. Réalisation : Chouto, Kolaouna, 2017.

7Autrement dit, l’analyse prospective du phénomène d’interaction entre pêche et pastoralisme développée ici prétend rendre compte, à partir d’un chemi­nement logique de la situation actuelle à un avenir imaginé de divers scéna­rios de cohabitation entre les humains et les non-humains dans la plaine du Logone. La méthode privilégiée pour la construction des scénarios dans cette étude correspond à celle proposée par Godet (1983) et explicitée par le Groupe ALEPH (Hérault et al., 2004) qui consiste d’abord à la construction de la base des scénarios, en délimitant le système à étudier à travers une analyse rétrospective et une analyse du jeu des acteurs ; ensuite en déployant le champ des possibles, c’est-à-dire définir puis combiner des hypothèses à partir des variables caractérisant le système ; et enfin, procéder à la descrip­tion des cheminements logiques de la situation actuelle aux futurs les plus probables, afin d’expliciter les scénarios souhaitables et ceux redoutés.

Construction des scénarios prospectifs de l’évolution des interactions piscico-pastorales dans la plaine du Logone

Un espace reflet de différentes mutations anthropo-écologiques

8Les activités de pêche avec canaux et celles d’élevage transhumant de saison sèche constituent des activités phares dans la plaine du Logone depuis plusieurs décennies et même plusieurs siècles. Les vagues d’arrivées des pasteurs transhumants peuls et Arabes Choa en provenance du Nigeria et du Niger et leurs mobilités dans la plaine s’observe dès le XVIIe siècle et jusqu’au XIXe siècle, au point de s’installer sur les rives du fleuve Logone, où le peuple kotoko, commençait à vulgariser la technique de pêche à l’aide de canaux.

9Ces activités ont régulièrement été perturbées par des épisodes de séche­resses à l’instar de la grande période de sécheresse de la décennie 1974 qui a engendré d’importants mouvements d’émigrations de la plaine. Pour répondre à ces contraintes écologiques, des actions ont été entreprises par les autorités camerounaises à l’instar de la création du barrage de Maga à des fins hydro-agricoles et des opérations de réinondation de la plaine avec le projet Waza-Logone à partir de 1994. Au même moment, afin de renforcer son administration, l’État camerounais a entrepris une réforme administra­tive avec la création en 1994 du district, puis de la sous-préfecture et de la commune de Zina qui couvrent la partie inondable de la plaine du Logone.

10Au fil de ces années, la progression des canaux a fini par croiser, voire traverser les routes de transhumances. Pour limiter cette prolifération, le Gouverneur de la région de l’Extrême-Nord a interdit la création et l’entre­tien des canaux de pêche, ainsi que l’exploitation de l’espace pastoral à d’autres fins que celles d’élevage.

Des couplages écologiques et humains sous fond d’influences et de dépendances

11Un certain nombre de mutations sociales, politiques, économiques et écolo­giques dans la plaine du Logone ont été identifiées dans le cadre de cette étude comme variables clés du système étudié. Un examen systématique des relations entre ces variables a ensuite permis de hiérarchiser leur influence respective sur le milieu étudié et les influences que ces variables exercent les unes sur les autres. En pratique, il s’agit de mettre en évidence ces relations entre variables à l’aide d’une matrice d’analyse structurelle (Tableau 1). Des valeurs ont été attribuées à chaque variable, à l’aide d’une échelle de valeurs numéraires, en fonction de leur impact sur le fonctionnement du territoire.

Tableau 1 – Matrice d’analyse structurelle de l’interaction entre pêche et pastoralisme

ACTION

Création canaux

Mobilités pasto­rales

Pertur­bations hydro-climatiques

Barrage de Maga

Réinon­dation de la plaine

Réforme adminis­trative

Arrêté du Gouver­neur

Insécu­rité généra­lisée

de

sur

Canaux

3

3

0

1

0

1

0

8

Mobilités pastorales

3

1

0

0

0

1

0

5

Perturbations hydro-climatiques

3

3

3

3

0

0

0

12

Barrage de Maga

3

3

1

2

0

0

0

9

Réinondation de la plaine

3

3

3

2

0

0

0

11

Réforme administrative

1

1

0

0

0

0

0

2

Arrêté du Gouverneur

2

2

0

0

0

0

0

4

Insécurité généralisée

1

2

0

0

0

0

0

3

15

14

8

5

6

0

2

0

N.B : faible influence = 1 ; moyenne influence = 2 ; forte influence = 3 ∑ : nombre et intensité des relations impliquant chaque variable

12La précédente matrice d’analyse structurelle est un moyen d’obtenir pour chaque variable, un niveau de valeurs correspondant à l’ensemble de ses actions sur les autres variables clés identifiées. C’est ce niveau de valeurs qui permet de classer par ordre croissant les variables selon leurs indicateurs d’influence et de dépendance. Ainsi, à travers cette hiérarchisation des variables, il convient d’interroger comment les acteurs humains développent différentes stratégies vis-à-vis des acteurs non-humains pour exploiter des ressources.

Des stratégies d’acteurs également sous le prisme d’influences et de dépendances

  • 4 Les matrices et le tableau évoqués dans cette sous-partie ne peuvent être exposés ici pour respecte (...)

13De manière similaire, nous avons proposé une matrice pour analyser les stratégies des différents acteurs humains qui cohabitent dans ce territoire et comment ils prennent position autour des différents enjeux identifiés. Puis on propose une matrice des relations entre acteurs qui en découlent, en termes d’alliance ou de conflit. Ainsi deux matrices ont été modélisées : la Matrice des positions Acteur × Objectif (MAO) qui évalue la position de chaque acteur sur les objectifs de tous, et la matrice d’influence directe entre acteurs (MID)4. Ces matrices sont construites suivant le même principe de représentativité et d’impact que pour la matrice d’analyse structurelle plus haut.

14La matrice des positions acteur × objectifs (MAO) révèle le degré d’implication des acteurs par rapport à l’ensemble des objectifs attachés au système interactif, ainsi que le nombre d’accords et de désaccords d’un acteur par rapport aux autres. On peut y observer que ces acteurs agissent différemment par rapport aux objectifs des autres acteurs. C’est ce qui amène ceux-ci à s’influencer mutuellement de manière plus ou moins forte. La construction d’une matrice d’influences entre acteurs (MID) nous a permis de constater que les acteurs s’influencent réciproquement, mais à des degrés différents, ce qui conduit au classement des acteurs en fonction de leurs indicateurs d’influence et de dépendance qui révèle une certaine symé­trie quant au rapport influence-dépendance des acteurs, permet d’apprécier dans l’ordre, les acteurs qui agissent le plus sur le territoire. Les acteurs les plus influents sont les moins dépendants, et vice-versa. En s’appuyant sur les actions de ces derniers, il devient alors possible de se projeter, ou mieux, de prospecter sur la dyna­mique d’occupation du territoire et les relations nature-sociétés, en permet­tant de balayer le champ des futurs possibles.

Un système multidimensionnel pour envisager des futurs probables

15La problématique de l’interaction spatiale entre pêche et pastoralisme dans la plaine du Logone englobe divers paramètres, faits, acteurs et actions qui permettent d’envisager un univers des possibles à venir tout aussi multiple.

16La formulation d’hypothèses d’évolution est l’occasion de structurer un espace morphologique encore appelé espace des possibles (Tableau 2). Cette structuration permet de regrouper les variables clés de façon cohérente et homogène en dimensions indépendantes, au sein desquelles sont formulées les hypothèses d’évolution qui renvoient soit au maintien d’une tendance, soit à sa rupture, ou soit au développement d’une tendance sous-jacente. Les dimensions correspondent ici à l’environnement naturel, le développement économique, la cohésion sociale et sécurité humaine, ainsi que la réglemen­tation et contrôle. Le total des hypothèses d’évolution formulées s’élève au nombre de 42, réparties différemment en fonction de leurs dimensions.

Tableau 2 – Analyse morphologique associée aux variables dimensionnées

Dimensions

Variables

Hypothèses d’évolution

1.

Environnement naturel

1.1. Canaux de pêche

H.1. Prolifération continue

H.2. Pas de nouvelles constructions

H.3. Fermeture totale

1.2. Mobilités pastorales

H.4. Déviation des trajectoires et nouvelles pistes

H.5. Réaménage­ment et sécurisa­tion des pistes existantes

H.6. Changement calendrier

1.3. Perturbations hydroclimatiques

H.7. Accentuations des crises clima­tiques et hydrolo­giques

H.8. Adaptation des populations face aux crises

H.9. Résilience des populations et inversion des tendances

1.4 Barrage de Maga

H.10. Réduction des périmètres irrigués

H.11. Augmentation des périmètres et des volumes d’irrigations

1.5. Réinondation de la plaine

H.12. Relance des opérations de réinondation de la plaine

H.13. Abandon total des opérations de réinondation de la plaine

2.

Développement économique

2.2. Canaux

H.1.Baisse de la rentabilité des canaux

H.2.Hausse de la rentabilité des canaux

H.3.Nouveaux modes de pêches

2.2. Mobilités pastorales

H.4. Augmentation des pertes d’animaux

H.5. Difficultés dans le circuit de vente

H.6.Accès facile aux marchés et ventes

2.3. Acheteurs nigérians

H.7.Pas de ventes aux Nigérians

H.8.Hausse des ventes au Nigérians

3.

Cohésion sociale et sécurité

3.1. Canaux

H.1.Augmentation des canaux et des conflits avec les pasteurs

H.2.Fermeture des canaux et fin des conflits avec les pasteurs

3.2. Mobilités pastorales

H.3.Intensification des mobilités et Augmentation des conflits avec les pêcheurs

H.4.Baisse des mobilités et pas de conflits avec les pêcheurs

3.3. Insécurité

H.5. Maintien de l’insécurité et hausse des arrivées de réfugiés pastoraux

H.6.Sécurité générale et retour des réfugiés pastoraux

3.4. Voies d’entrée des transhumants

H.7. Maintien des voies d’entrées à proximité des canaux durant les pêches

H.8.Emprunt des voies d’entrées en loin des canaux durant les pêches

3.5. Guerre civile Tchad

H.9. Nouvelles guerre et immigra­tions massives de pêcheurs et éleveurs tchadiens

H.10. Pas de guerre et pas d’immigration de pêcheurs et d’éleveurs tchadiens

4. Réglementation et contrôle

4.1. Canaux

H.1.Maintien du laisser-aller et des pêches incontrôlées

H.2.Prise de conscience du problème par les pêcheurs et pêches durables

4.2. Mobilités pastorales

H.3.Maintien du laisser-aller et des déplacements incontrôlés

H.4.Prise de conscience du problème par les pasteurs et contrôle des déplacements

4.3. Réforme administrative

H.5. Laxisme des autorités

H.6.Meilleure implication des autorités

4.4. Arrêté Gouverneur

H.7.Non-respect des règles arrêtées

H.8. Respect des règles arrêtées

H.9. Diffusion de nouvelles règles plus contraignantes

4.5. Insécurité

H.10. Maintien de l’insécurité et accentuation des règles de circulation des personnes et des biens

H.11.Sécurité générale et allègement des règles de circulation des personnes et des biens

17D’après ce tableau d’analyse morphologique, les hypothèses les plus déter­minantes dans l’élaboration des scénarios stratégiques semblent être celles liées à l’environnement naturel et celles liées à la réglementation et au contrôle des activités piscico-pastorales. Ils semblent témoigner de la nécessité de fortes prises de décision sur les opérateurs du territoire. Ainsi, des micro-scénarios ont été dégagés de la combinaison de ces hypothèses au sein des différentes dimensions.

Construction des micro-scénarios conduisant aux scénarios globaux

18Un micro-scénario correspond à une combinaison possible d’hypothèses. Cette combinaison associe une hypothèse de chaque variable appartenant à la même dimension conformément au tableau d’analyse morphologique. Les différentes combinaisons d’hypothèses sont indiquées dans le tableau ci-après.

Tableau 3 – Combinaison d’hypothèses conduisant aux micro-scénarios

Dimensions

Somme des hypothèses et construction des micro-scénarios (MS)

Observations

1. Environnement naturel

1. MS1 = ∑ (H1+ H6 + H7 + H10 +H13) 

Les actions anthropiques et les contraintes écologiques ont un fort impact sur acteurs non humains

1. MS2 = ∑ (H1+ H4 + H8 + H11 + H13)

1. MS3 = ∑ (H2 + H6 + H9 + H11 + H12)

1. MS4 = ∑ (H3 + H5 + H8 + H11 + H12) 

2. Développement économique

2. MS1 = ∑ (H1 + H5 + H7)

La problématique de développement des territoires ruraux est principale­ment orientée sur les éléments physiques du milieu

2. MS2 = ∑ (H2 + H4 + H7)

2. MS3 = ∑ (H1 + H6 + H8)

2. MS4 = ∑ (H3 + H6 + H8)

3. Cohésion et sécurité sociale

3. MS1 = ∑ (H1 + H3 + H5 + H7 + H9)

Les conflits liés au partage des ressources reflètent la nature des rapports homme-environnement, traduits par la volonté de contrôle exclusif des ressources

3. MS2 = ∑ (H1 + H3 + H6 + H7 + H10)

3. MS3 = ∑ (H1 + H3 + H5 + H8 + H10)

3. MS4 = ∑ (H2 + H4 + H6 + H7 + H10)

4. Réglementation et du contrôle

4. MS1 = ∑ (H1 + H3 + H5 + H7 + H10)

Le sort des ressources est tributaire de la volonté d’une gestion normée du territoire, obéissant à des règles applicables à tous les acteurs, afin que les intérêts des uns n’empiètent pas sur ceux des autres

4. MS2 = ∑ (H2 + H4 + H5 + H7 + H10)

4. MS3 = ∑ (H1 + H3 + H6 + H9 + H11)

4. MS4 = ∑ (H2 + H4 + H6 + H8 + H11)

19À l’issue des combinaisons d’hypothèses d’évolution au sein des quatre dimensions, douze micro-scénarios ont pu être formulés, et la combinaison de ces micro-scénarios permet de construire les scénarios globaux de ce système interactif piscico-pastoral. Pour la construction des scénarios globaux, les micro-scénarios construits deviennent des hypothèses compo­sites attachées aux dimensions, c’est-à-dire des configurations possibles de chaque dimension :

  • Scénario 1 = ∑ (1.MS1 +2.MS2 +3.MS1 +4.MS1)

  • Scénario 2 = ∑ (1.MS2 +2.MS3 +3.MS3 +4.MS2)

  • Scénario 3 = ∑ (1.MS3 +2.MS4 +3.MS4 +4.MS4)

  • Scénario 4 = ∑ (1.MS4 +2.MS4 +3.MS4+4.MS3)

20La somme de ces micro-scénarios a abouti à quatre scénarios globaux dont la traduction devient possible (Figure 2).

Figure 2 – Synthèse des scénarios globaux

Figure 2 – Synthèse des scénarios globaux

Réalisation : Kolaouna, 2017.

21Au regard de cette figure, les différents futurs possibles sont répartis en fonction de leur degré de probabilité et de l’impact envisageable. De façon globale, il ressort que le Scénario 1 apparait comme le scénario d’alerte. Sa réalisation est envisageable si le problème d’occupation et gestion du territoire n’est pas résolu, et que des mesures ou normes ne sont pas édictées. Les scénarios 2 et 4 s’apparentent aux scénarios intermédiaires, car ils semblent difficilement réalisables. Or, le scénario 3 apparait comme le scénario de référence et le plus souhaitable, même à court terme, car il peut facilement être atteint avec des mesures adéquates et respectées par les acteurs du territoire, eux-mêmes soucieux de la préservation du territoire dans une perspective de durabilité.

22Somme toute, l’élaboration de scénarios permet de représenter différents futurs possibles d’évolution des formes et dynamiques de recomposition territoriale, en basant l’analyse sur les acteurs humains et non humains du territoire, à partir de variables à la fois naturelles, économiques, sociales, sécuritaires et réglementaires. Cependant, quelle garantie d’efficacité peut être accordée à cette démarche prospective ? Est-elle suffisamment perti­nente pour entrevoir ou assurer une meilleure gestion des territoires et une meilleure cohabitation entre l’homme et son milieu de vie ? Un regard critique s’avère nécessaire pour déterminer la scientificité de cette démarche prospective et son apport dans l’action publique au sein des territoires.

Prendre en charge humains et non-humains dans des scénarios : de quelques enjeux méthodologiques et épistémologiques

23L’exercice de prospective territoriale que nous avons développé ici s’appuie sur différentes modalités d’appréhension des faits. Ce retour réflexif métho­dologique et épistémologique est l’occasion de rendre compte de la manière dont ces choix influencent la façon de percevoir la réalité et la réaction à cette perception (Kuhn, 1972), et donc les fondements sur lesquels repose la scénarisation prospective.

24Pour réaliser le diagnostic de la plaine du Logone qui a permis l’élaboration des scénarios, nous avons pris en compte, d’une part des éléments naturels (eaux, sols, air) et des éléments non-humains (végétation, animaux) ; et, d’autre part, les éléments anthropiques liés aux modes d’appropriation du milieu par les acteurs humains : les pasteurs avec leurs campements et routes de transhumance, les pêcheurs avec leurs canaux et outils de pêche, les acteurs des agences de développement avec leur financement, les autorités traditionnelles et les autorités publiques dans leur mode de gestion des règles. Pour en rendre compte, nous avons considéré que la géospatialisation de ces éléments permet de saisir la manière dont ces différentes entités s’approprient la plaine du Logone et donc les formes de cohabitation et les relations de pouvoir que ces appropriations peuvent générer.

25Notre démarche rejoint l’attention que porte Michel Callon (1986) à identi­fier les acteurs qui prennent part à une situation. Nous considérons que nous sommes dans un territoire où cohabite une pluralité d’acteurs et que chacun a sa propre représentation de ce territoire et de son avenir. Une telle approche suppose notamment de comprendre et de rendre compte de la perception que les pasteurs et les pêcheurs ont de leurs interactions spatiales, leurs apprécia­tions et positions par rapport aux conflits et comment ils les résolvent. La prise en compte de leurs points de vue a permis de saisir leurs propres projections et leurs perceptions des tendances d’évolution. Ces matériaux produits durant nos enquêtes ont nourri les éléments qui ont permis l’élaboration de nos scénarios.

  • 5 En effet, au fil des années, le régime hydrologique de la plaine se trouve fortement perturbé par l (...)

26Ces différentes approches nous ont permis de construire notre démarche prospective pour la plaine du Logone, et donc différentes propositions d’évolution de ce territoire. C’est également à travers l’analyse de différents événements passés et présents que nous avons identifié certains éléments qui ont marqué et continuent de marquer ce territoire. Ce sont autant de mar­queurs qui fondent en partie notre analyse et nos projections sur les possibles avenirs de ce territoire. Il est par exemple indispensable de considérer que la plaine du Logone, de par sa qualité de zone humide et inondable, est le siège de perturbations hydroclimatiques régulières, avec des épisodes de séche­resses ou des épisodes d’excès hydriques. L’inondabilité et les contraintes hydroclimatiques conditionnent les modes de gestion des ressources du milieu. C’est notamment ce qui conduit à la pression sur les ressources pastorales et halieutiques, et ce qui entraîne la dégradation de ces ressources. Les pratiques piscicoles (canaux de pêche) et pastorales (surpâturage) sont développées par les pêcheurs et les éleveurs pour maximiser leur productivi­té et leurs gains. Or, ces techniques laissent également des marques sur les éléments du milieu naturel. L’UICN (2013) indiquait déjà qu’avec la baisse de la pluviométrie, l’accroissement démographique et des modes d’occu­pa­tion de l’espace pas toujours compatibles avec les principes de durabilité, on assiste depuis les décennies 70 à 80 à une dégradation du milieu naturel et des ressources dans la plaine, se traduisant par la réduction des superficies inondables (de près 2000 km2 soit 25 %). Cette réduction a pour consé­quence la diminution de la biodiversité, la baisse de la productivi­té des activités de production rurale dans le milieu5. Les stocks de poissons sont en baisse du fait de la prédation exercée par les canaux dont le drainage des eaux conditionne les mouvements des poissons, et dont les filets sont configurés pour une prise sans distinction aucune. Au fil des années, cer­taines espèces de poissons tendent à disparaitre à cause de cette pression. Il en est de même pour les espèces végétales dont le surpâturage cause la dégradation. Et d’après les éleveurs, la baisse du niveau et du temps d’inondation de la plaine empêche le développement de pâturages de qualité, du fait de la disparition progressive d’espèces de plantes prisées par les animaux et dont le cycle de développement biologique est tributaire de l’inondabilité de la plaine.

27Fort de cela, la prospective se positionne comme un moyen de mieux penser l’avenir des territoires au regard des changements vécus. La prospective représente alors un terrain déblayé par la rétrospective. La prise en compte de ces évolutions et de ces conséquences dans des scénarios donne l’occa­sion d’attirer l’attention sur les conséquences et risques liés à la dégradation de l’environnement. Les scénarios deviennent dès lors un support pour éviter ces futurs possibles. Ces projections invitent non seule­ment à envisager des méthodes d’adaptation et d’atténuation face aux changements, mais aussi à rechercher de nouveaux modes de production plus durables et plus respectueux de l’environnement.

  • 6 C’était le cas déjà avec le Document de Stratégie pour la Réduction de la Pauvreté (DSRP, de 2003 à (...)

28Les politiques de développement appliquées dans les pays en voie de développement comme c’est le cas du Cameroun visent en première ligne la réduction de la pauvreté et l’amélioration des conditions de vies des commu­nautés. Des démarches prospectives y sont régulièrement menées pour définir la vision de développement du pays, comme le témoignent les documents stratégiques pensés et élaborés sous la conduite du ministère camerounais en charge de l’Économie, de la planification et de l’aména­ge­ment du territoire6. Les scénarios prospectifs dans leur construc­tion permet­traient d’entrevoir les phénomènes et risques courus par les territoires, et orienteraient un peu plus la prise de décision par les acteurs en charge de la gestion des territoires (administrations, autorités publiques…).

29Autrement dit, la prospective territoriale favoriserait non seulement la com­pré­hension des spécificités et problématiques des territoires à adminis­trer et aménager, mais elle faciliterait également le choix de l’orientation et de la stratégie de mise en œuvre de projets de développement. C’est le cas par exemple avec les projets d’aménagement des périmètres irrigués pour la culture du riz dans la plaine du Logone, mis en œuvre par le gouvernement camerounais dans le cadre du projet PDRI-CL (Projet de Développement Rural Intégré Chari Logone), et qui va contribuer à terme à recomposer les espaces piscico-pastoraux de la plaine, avec notamment la fermeture de nombreux canaux de pêche et la réorientation de certaines zones de pacage. Une recomposition de cette nature contribuerait au relèvement du stock de ressources hydriques, halieutiques et pastorales, qui s’avère bénéfique aussi bien pour les opérateurs humains que non-humains dans la plaine du Logone. C’est dans le même ordre d’idées que Lardon et Noucher (2016) soutenaient que la prospective correspond donc moins à une démarche de prévision ou de prédiction, mais surtout d’exploration et d’anticipation du futur, qui ne cherche pas à deviner, mais à construire ; ne plus regarder vers le passé et se tourner vers l’avenir en passant du « voir » au « faire » comme le veut Berger (1964).

30La scénarisation prospective permet de cerner les perceptions des différents protagonistes ainsi que leurs stratégies, attentes, forces et faiblesses. En construisant des scénarios inspirés des perceptions de ces acteurs, il est possible de déterminer des pistes de cohabitation, confortées par l’évitement ou la résolution des conflits d’usage mettant en cause les ressources natu­relles de ce territoire commun. Les enquêtes de terrain lors du diagnostic spatial ont permis d’établir une corrélation existante entre l’évolution du nombre de conflits dans la plaine du Logone et la multiplication des canaux de pêche. En effet, plus les canaux augmentent, plus les ressources s’ame­nuisent et plus les cas de conflits entre différents types de producteurs sont avérés. Il ressort que pour les cas de conflits piscico-pastoraux, c’est la dégradation des ressources qui est au centre des conflits. Ici, l’usage de l’espace et de la ressource par un groupe engendre la dégradation de la ressource pour l’autre groupe. Le scénario offre alors un support de réflexion pour évoquer des conflits et pouvoir ainsi envisager des modalités de gestion de ces conflictualités.

Conclusion

31Cette réflexion qui arrive à son terme partait d’une interrogation principale : quel devenir pour les couplages écologiques et humains dans la plaine du Logone à l’Extrême-Nord Cameroun ? À l’ère de profondes mutations anthropiques et physiques, s’intéresser à l’avenir des territoires ruraux est en réalité une volonté de mieux comprendre et entrevoir les modalités de coha­bitation actuelle et future entre les acteurs humains et les acteurs non humains des territoires. Cet article propose de s’appuyer sur la méthode des scénarios pour analyser l’occupation des territoires piscico-pastoraux par les acteurs humains et non-humains peuplant la plaine du Logone.

32L’observation de la plaine du Logone, vaste territoire rural, sujet à diffé­rentes mutations multi-scalaires et multi-acteurs, a mis en lumière des formes de recompositions territoriales tributaires d’interactions spatiales ayant offert le matériel expérimental pour cette recherche. C’est précisément le constat de ces interactions entre les systèmes de production pastorale et piscicole qui a poussé à chercher à en déterminer les dynamiques spatiales et sociales des espaces piscico-pastoraux, en simulant des scénarios probables d’évolution ainsi que les impacts pour les activités de pêche et de pastora­lisme.

33Cette scénarisation a permis de combiner différents cheminements logiques de phénomènes humains et non-humains permettant de construire de nou­veaux savoirs sur et dans ces territoires. Ces savoirs sont contenus dans les scénarios qui peuvent servir d’objet d’alerte ou au contraire de référence pour se tourner vers un futur souhaitable constituant dans les deux cas autant de savoirs utiles pour les acteurs et les décideurs au sein des territoires.

34Une réflexion prospective offre ainsi la possibilité d’améliorer la gestion des ressources et l’aménagement du territoire qui permettrait d’envisager un certain nombre de mesures de gestion durables et protectrices de l’environ­nement, permettant une meilleure occupation de l’espace, une meilleure gestion des ressources pastorales et halieutiques et des rapports sains entre homme et environnement.

35La démarche prospective invite, ici, à envisager de nouvelles modalités de cohabitation entre acteurs humains et non humains dans la plaine du Logone, permettant de réenvisager les relations entre vivants et non-vivants.

Haut de page

Bibliographie

BERGER Gaston, 1964, Phénoménologie du temps et prospective, Paris, PUF, 279 p.

BOSREDON Pauline, 2011, « Recompositions spatiales et marginalisation sociale au centre », Géographie et cultures, n° 79, 15 p.

CLAVAL Paul, 2016, « Le problème régional en géographie », Géographie et cultures, n° 100, 15 p.

DELAMARRE Aliette, 2002, La prospective territoriale, Paris, La Documentation française, collection Territoire en Mouvement, 112 p.

EMSELLEM Karine, LIZIARD Sophie, SCARELLA Floriane, 2012, « La géoprospective : l’émergence d’un nouveau champ de recherche ? », L’Espace géographique, vol. 2, tome 41, p. 154-168.

GODET Michel, 1983, « Méthode des scénarios », Futuribles, Novembre, p. 110-120.

GODET Michel, 2001, Manuel de prospective stratégique. Une indiscipline intellectuelle, Dunod, Tome 1, 3e édition, Paris, 279 p.

HERAULT Bruno, 2004, La méthode des scénarios, outil d’une démarche prospective, Les Dossiers ALEPH, n° 1, 16 p.

HOUET Thomas, 2006, Occupation des sols et gestion de l’eau : modélisation prospective en paysage agricole fragmenté (Application au SAGE du Blavet), Thèse de doctorat, Géographie, Université Rennes 2, 368 p.

KOLAOUNA LABARA Bruno, 2017, Interactions spatiales entre système pastoral et système piscicole dans la plaine inondable du Logone : cas du terroir de Zina, Mémoire de Master en Géographie de développement des territoires, Université de Maroua, Cameroun.

KOLAOUNA LABARA Bruno, DJAOWE Antoine, TAJO Désiré, CHOUTO Steven, CHENDJOU François Xavier et TAGNE Roméo, 2020, « La pêche artisanale par canaux dans la plaine du Logone : une rentabilité source de conflits entre pêcheurs », BSGLg, vol. 75, p. 83-100.

LABORDE Sarah, FERNÁNDEZ Alfonso, PHANG Sui Chian, HAMILTON Ian Michael, HENRY Nathaniel, JUNG Hahn Chul, ABOUKAR Mahamat, MOUADJAMOU Ahmadou, KOLAOUNA LABARA Bruno, KARI Saidou, DURAND Michael, MARK Bryan, SCHOLTE Paul, XIAO Ningchuan, ZIEBE Roland et MORITZ Mark, (2016), « Social-ecological feedbacks lead to unsustainable lock-in in an inland fishery », Global Environmental Change, vol. 41, p. 13-25.

LARDON Sylvie et NOUCHER Matthieu, 2016, « Construire demain par les cartes : usages de l’information géographique en prospective territoriale participative », Cahiers de géographie du Québec, vol. 60 n° 170, p. 209‑219.

PUMAIN Denise, SAINT-JULIEN Thérèse, 2000, Analyse spatiale. Les interactions, Armand Colin. 1re édition, Cursus, 218 p.

REGNAULD Hervé, LIMIDO Patricia, BLANC Nathalie, 2016, « Penser l’espace. Rencontre épistémologique entre géographies et philosophies actuelles », Géographie et cultures, n° 100, p. 9-13 p.

REQUIERS-DESJARDINS Mélanie, 2001, Élevages et transhumances à l’Extrême-Nord du Cameroun une étude des contrats d’accès aux pâturages communs, enquêtes en milieu pastoral et essai de modélisation contractuelle, Thèse de Doctorat, Sciences économiques, Université de Versailles–Saint-Quentin-en-Yvelines, France, 625 p.

SCHWAB Patrick, CERUTTI Fabio, 2003, « Prospective stratégique : donner forme à l’avenir à travers des scénarios » Revue suisse Agric, vol. 35, n° 2, p. 55-60.

SIGHOMNOU Daniel, 2003, « Gestion intégrée des eaux de crues : Cas de la plaine d’inondation du fleuve Logone », WMO/GWP Associated Programme on Food Management, Case study, 9 p.

TILLIER Ion, 2011, Concepts et outils pour l’analyse spatiale des conflits d’usages-Applications en zone côtière (baie de Bourgneuf, Pays de Loire, France), Thèse de Doctorat, Géographie, Université de Nantes, 238 p.

UICN, 2013, Contribution à la gouvernance de la plaine d’inondation du Logone et des programmes de son développement. Réunion des Experts sur la problématique des activités extractives au Cameroun : cas de l’exploration et l’exploitation pétrolières dans la Plaine d’Inondation de Waza Logone, 8 p.

WATANG ZIEBA Félix, 2011, « Défrichement des derniers karé guiziga et recomposition des territoires d’immigration (Extrême-Nord Cameroun) », Journal des africanistes, vol. 81, n° 2, p. 203-218.

Haut de page

Notes

1 Chaque année un niveau d’eau d’environ un mètre est recueilli de juin à décembre. Ces inondations favorisent, on va le voir, le développement de diverses techniques de pêche.

2 Cette culture permet le développement d’une strate herbacée qui constitue après le retrait des eaux, une manne pour les éleveurs et leurs troupeaux en période sèche.

3 Ces canaux sont en nettes croissances et sont aujourd’hui près de 3 000.

4 Les matrices et le tableau évoqués dans cette sous-partie ne peuvent être exposés ici pour respecter les conditions éditoriales quant à la taille des articles. Il convient de souligner que la démarche suivie pour produire notre analyse repose sur des outils similaires à ceux présentés dans le paragraphe précédent Des couplages écologiques et humains sous fond d'influences et dépendances.

5 En effet, au fil des années, le régime hydrologique de la plaine se trouve fortement perturbé par la prolifération de ces milliers de canaux de pêche recensés, qui opèrent des drainages élevés des eaux de la plaine, avec un débit moyen de 0,63 m3/s à 20 %, et 0,03 m3/s à 80 % de profondeur du canal durant la période de retrait des eaux qui correspond à la campagne intense de pêche (novembre-décembre). L’érosion des sols suit inéluctablement cette prolifération, au vu des mensurations moyennes des canaux de l’ordre de 1,60 m de profondeur, 2,43 m de largeur, et pouvant aller jusqu’à 7,6 km de longueur.

6 C’était le cas déjà avec le Document de Stratégie pour la Réduction de la Pauvreté (DSRP, de 2003 à 2009) suivi du Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE, de 2010 à 2020), et présentement avec la Stratégie Nationale de Développement à l’horizon 2030 (SND 30, de 2020 à 2030).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Localisation de la zone d’étude
Crédits Source de données : Atlas Extrême-Nord ; relevés de terrain 2016, Projet MORSL, 2017. Réalisation : Chouto, Kolaouna, 2017.
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/17342/img-1.png
Fichier image/png, 209k
Titre Figure 2 – Synthèse des scénarios globaux
Crédits Réalisation : Kolaouna, 2017.
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/17342/img-2.png
Fichier image/png, 234k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Kolaouna Labara, Steven Chouto et Sarah Laborde, « Des scénarios stratégiques pour une réflexion prospective sur les couplages écologiques et humains dans la plaine du Logone (Extrême-nord Cameroun) »Géographie et cultures, 116 | 2022, 37-55.

Référence électronique

Bruno Kolaouna Labara, Steven Chouto et Sarah Laborde, « Des scénarios stratégiques pour une réflexion prospective sur les couplages écologiques et humains dans la plaine du Logone (Extrême-nord Cameroun) »Géographie et cultures [En ligne], 116 | 2022, mis en ligne le 02 novembre 2022, consulté le 31 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/gc/17342 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gc.17342

Haut de page

Auteurs

Bruno Kolaouna Labara

Institut de Recherche agricole pour le Développement, Centre de Recherche Agricole de Maroua, Cameroun
brunolabara@gmail.com

Steven Chouto

Laboratoire de Recherche sur les Changements Climatiques (LRCV), Institut National de Cartographie, Cameroun
stevenchouto@gmail.com

Sarah Laborde

Anthropologie environnementale, Département d’Anthropologie, Université de l’État de l’Ohio, USA
sarahlaborde3@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search