Navigation – Plan du site

AccueilNuméros116Se faire bénévole et faire corps

Se faire bénévole et faire corps

Mener l’enquête dans les territoires de l’intendance écologique citoyenne en ville
Turn volunteer and stick together: leading an enquiry on the territories of civic ecological stewardship in the city
Hugo Rochard
p. 57-75

Résumés

Cet article propose des éléments réflexifs sur une approche méthodolo­gique expérimentée auprès de collectifs engagés dans des opérations d’intendance écologique de leurs milieux de vie urbains. En plus d’être révélateur d’un postulat théorique qui réagence les communautés d’acteurs humains et non-humains, l’investissement de certains procédés d’enquête influence la construction de l’hypo­thèse de recherche elle-même. Cette méthode reprend les principes de l’abduction pour laquelle la recherche se construit en situation d’interactions entre l’enquêteur, les enquêtés et l’objet de l’enquête. Alors que la frontière entre enquêteur et enquêtés s’estompe, l’adoption d’un regard réflexif sur ces engage­ments corporels révèle des troubles et des ouvertures. In fine, l’expérimentation d’une relation ethnographique multi-espèces nous conduit à considérer l’hypo­thèse selon laquelle les actions bénévoles d'intendance écologique seraient des formes de travail affectif engageant les corps dans une forme d’alliance inter­spécifique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 « Ce sera plantation et désherbage ».

1Le samedi 12 octobre 2019, au nord du quartier de Brooklyn (New York), je rejoins une organisation locale dédiée à la préservation environnementale du Gowanus Canal. Au cœur de la zone industrielle, sur ce site octroyé par la municipalité, proche d’un lieu de stockage de sel pour la voirie, les partici­pants commencent à s’assembler. Parmi les personnes signant la feuille d’émargement (volunteer liability waiver), on compte beaucoup de jeunes collégiens et universitaires présents dans le cadre d’un programme municipal de bénévolat. Les sept personnes appartenant à l’organisation et reconnais­sables à leurs tee-shirts, séparent la quarantaine de volontaires en trois grou­pes d’atelier. Avant de passer à l’action, l’une des membres de l’association nous présente l’historique des rejets toxiques et elle souligne la défaillance du réseau des eaux usées qui a mené à une dégradation majeure de l’écosystème du canal et de ses abords. Puis, je me joins à l’un des groupes, sans réelle stratégie. « That will be planting and weeds removal »1 annonce Jill, l’animatrice. Celle-ci nous montre les échantillons de plantes qui sont à conserver dans le tapis végétal foisonnant au bord des rives. Parmi ces espèces, j’arrive à identifier la carotte sauvage (Daucus Carota) ou encore l’Amaranthe (Amaranthus sp.). Au même moment, un autre groupe proche de nous transplante des végétaux natifs de la région ayant été multipliées par le collectif qui possède sa propre pépinière. Le travail est minutieux et les étudiants s’y attellent avec un grand sérieux jusqu’à la fin de la matinée.

2Cet autre matin, le 27 octobre de la même année, une dizaine de bénévoles ont répondu à l’appel quasi-hebdomadaire d’une association environne­men­tale à Massy, commune située au sud de la métropole parisienne. Cette fois, il s’agit d’intervenir au pied d’un immeuble d’habitat collectif, dépourvu de balcon, la résidence du Bon Puit. Léo, responsable de l’association, me prévient avant le commencement du chantier : les espaces à transformer ne font qu’une vingtaine de mètres carrés et la tâche est « compliquée » sur ce site qu’il dit délaissé par les services de la municipalité et où certains habi­tants, notamment retraités, ne seraient pas favorables à la venue de l’asso­ciation. La plupart des participants sont des habitants du quartier, les autres sont des habitués de l’association créée en 2015. Léo et Romain qui l’assiste, donnent ensuite les objectifs au groupe : entretien de la haie existante, plantation de plantes vivaces comestibles, installation d’hôtels à insectes, plessage d’une bordure en osier. Les plants proviennent d’un pépiniériste local, les rameaux de saules servant pour l’osier ont été collectés plus tôt dans la ripisylve de la Bièvre par les membres du collectif et les matériaux servant pour les hôtels à insectes sont des rémanents de sureau (Sambucus nigra) situés au pied des barres d’immeubles. Toutes et tous, nous nous mettons au travail, en répartissant les tâches par zones, dans une bonne humeur générale.

3Bien que distantes, ces deux situations de terrain traduisent un mode d’action directe visant la réintroduction de formes écologiques de nature en ville. Ces initiatives qui visent à favoriser une biodiversité urbaine, certes encore peu décrites en France, ne sont pas sans rappeler des travaux en géographie francophone sur l’agriculture urbaine (Demailly, 2014 ; Duchemin et al., 2010). Ces études qualitatives utilisent souvent le discours rapporté comme principal matériau empirique et certaines assument une vision anthropo­centrée de l’environnement (Paddeu, 2015).

4Parallèlement, un nombre grandissant de recherches fait état de la progres­sion de mobilisations citoyennes visant à améliorer la qualité de vie des territoires urbains (Blanc et al., 2022 ; Krasny et Tidball, 2015). Les disci­plines des études urbaines anglophones, comme la sociologie, ont pleine­ment exploité le potentiel heuristique des méthodes ethnographiques immer­sives impliquant une observation et une participation prolongées au sein du groupe étudié (Ocejo, 2013). Dans la même perspective poststructuraliste, l’anthropologie contemporaine assimile le dépassement des dualismes entre mondes naturels et culturels (Demeulenaere, 2017). Ces tournants théoriques conduisent ainsi à renouveler les approches en sciences sociales (Haraway, 2016 ; Tsing, 2017) et en géographie (Swyngedouw, 2007). Fort de ce nouveau positionnement, l’« engagement ethnographique » (Cefaï, 2010) devient une façon de rendre compte de la complexité du monde contem­porain à travers les interactions situées de personnes en étroites relations avec leurs environnements.

5L’émergence de cultures de l’environnement, y compris dans les lieux les plus ordinaires (pieds d’immeubles, pieds d’arbres, jardins collectifs…), pour­­rait ainsi caractériser une transformation des modes d’habiter la ville. Malgré tout, une littérature reste critique envers une multiplication de ces mouvements citoyens qui s’incarnent par l’action bénévole. Cette participation se trouverait prise dans un processus de néolibéralisation des politiques environnementales urbaines qui instrumentalisent les valeurs citoyennes et déresponsabilisent les pouvoirs publics (Ernwein, 2019 ; Krinsky et Simonet, 2017).

6Dans cet article, nous proposons d’analyser un dispositif d’enquête en lien avec le cadre théorique qui le nourrit. Ce dispositif a été expérimenté dans le cadre d’une recherche doctorale auprès de collectifs de citoyens investis dans des pratiques de renaturation dans le Grand Paris et à New York. Notre propos n’est pas tant de s’attarder sur des résultats objectivés que de montrer les coulisses d’un parcours de recherche (Opillard, 2019) à travers les ten­sions ainsi que les ouvertures d’un mode d’enquête qui engage le chercheur. Cette mise en visibilité du travail de terrain nous invite à poser les questions suivantes : en quoi rendre compte des matérialités socio-naturelles à laquelle une myriade d’agents participe, conduit-il à expérimenter de nouvelles façons d’envisager et de restituer l’enquête ? Dans quelle mesure l’engage­ment du corps du chercheur aux côtés de celui des enquêtés change la manière d’appréhender son questionnement théorique sur les modes d’habi­ter la ville ?

7Le principal mode d’action des collectifs de bénévoles enquêtés se définit par l’intervention directe et localisée sur des espaces publics rendus acces­sibles par les municipalités afin d’y favoriser une biodiversité végétale et animale. Nous explorons la méthode de la participation observante réitérée dans l’idée de faire corps avec des agents humains et autres qu’humains. L’objectif général est de cerner des expérimentations socio-écologiques « en train de se faire » conformément à une science « incertaine et vivante » selon les termes de Bruno Latour (1995, p. 29).

8Dans un premier temps, nous détaillerons les termes du débat théorique autour du sujet de l’enquête. L’intendance écologique citoyenne, de plus en plus encouragée par les acteurs de la ville, nous conduit à questionner la mobilisation des bénévoles et du vivant en tant que nouveaux acteurs de la gestion urbaine. Nous verrons ensuite en quoi a consisté le dispositif abduc­tif de participation observante emprunté à l’ethnographie. Enfin, la dernière partie présentera les enseignements et défis du « faire-corps » avec les collec­tifs enquêtés. À l’issue de la réflexion, nous montrerons en quoi l’hypo­thèse de départ a évolué.

L’intendance écologique citoyenne en ville : un mode d’action en tension

De l’hypothèse de la néolibéralisation de la gestion urbaine à celle de l’intendance écologique citoyenne

9Le début des années 2000 a marqué la fin de l’ère industrielle pour de nombreuses grandes métropoles des pays occidentaux. C’est dans ce cadre que se sont développées des politiques de renaturation urbaine visant à modifier l’occupation du sol pour y favoriser certains processus biophy­si­ques signifiant une reconquête végétale ou animale sur des milieux forte­ment artificialisés. Souhaitant rompre avec les politiques hygiénistes préva­lant jusqu’au XXe siècle (Mathis et Pépy, 2017), ces initiatives publiques s’illustrent notamment par l’instauration de nouvelles pratiques de gestion et de promotion de la biodiversité urbaine. Parmi elles, on trouve le bannis­sement des produits phytosanitaires, l’application d’une gestion différenciée des espaces, la sensibilisation du public à la nature ordinaire ou encore le renforcement des continuités écologiques. En Europe comme en Amérique du Nord, la qualité écologique des espaces urbains devient progressivement un enjeu dans la construction stratégique des territoires métropolitains (Rochard et al., 2018 ; Campbell, 2017).

10De multiples acteurs de la ville ont largement contribué à relayer cette mise à l’agenda politique des municipalités. Dans les grandes villes françaises notamment, les pratiques de gestion écologique se sont reportées sur les responsables administratifs et les jardiniers des services techniques en charge de l’entretien de ces espaces. Ces nouvelles mesures ont affecté leurs pratiques et représentations professionnelles qui héritent d’une culture horti­cole de la nature urbaine (Legrand et Martin, 2018). À la différence de Paris, la gestion des espaces verts new-yorkais n’est pas réservée à un personnel municipal assermenté, elle est aussi le fait de collectifs d’habitants plus ou moins professionnalisés. Depuis la fin des années 1970, la municipalité américaine subventionne des programmes de bénévolat, en s’appuyant sur le financement de fondations privées. Un mode de gouver­nance mixte entre les sphères publiques, associatives et privées s’est progressivement institué depuis lors. À ce titre, plusieurs auteurs ont qualifié ces politiques de néoli­bé­rales, soulignant que cette participation est une forme de « mise au travail » à moindre coût des bénévoles et du vivant dans un contexte d’aus­térité publique (Ernwein, 2019 ; Krinsky et Simonet, 2017). Qui plus est, comme le rapporte Marion Ernwein (2019) à Genève, l’utilisation de la capacité de couvre-sol et du caractère vivace de certains végétaux a permis de végétaliser de grandes surfaces, dans un contexte de baisse des effectifs de jardiniers.

11Néanmoins, il faut mettre en regard une autre hypothèse qui complexifie l’analyse. Ce même contexte d’écologisation des pratiques de gestion et d’une mise en participation de la gestion urbaine signifie aussi une montée en puissance de l’intendance écologique citoyenne. Traduit de l’anglais « ecolo­gical stewardship », ce mode d’intervention se définit par sa volonté de restaurer des fonctionnalités biologiques dans des milieux dégradés en valorisant une biodiversité végétale et animale. Selon Aurélien Allouche (2019, p. 73), il s’agit d’un « mode d’action, rendu possible par l’appropria­tion matérielle (propriété foncière) ou symbolique (usage) d’un espace naturel, se présentant comme la prise en charge du bon état de cet espace au nom d’un intérêt supérieur commun ». Ces modes d’action renvoient aussi à une éthique favorable à la résilience de socio-écosystèmes (Mathevet et al., 2018). En se fondant sur l’action collective, ils renouvellent les modes d’exer­cice de la citoyenneté (Blanc et al., 2022 ; Fisher et al., 2015). Il faut souligner que ce régime d’action suppose une confrontation entre acteurs du terri­toire qu’ils soient habitants, usagers, gestionnaires techniques ou scienti­fiques sur le bon état écologique à atteindre collectivement.

12Le paradigme socio-écologique de l’intendance citoyenne rentre donc en tension avec l’hypothèse d’une néolibéralisation de la gestion des écosys­tèmes urbains. Afin de répondre à cette complexité qui caractérise la mobili­sation des bénévoles et du vivant, il convient de détailler les cadres théorique et méthodologique que nous avons choisis.

Appliquer un double tournant épistémologique et méthodologique

13Notre recherche prend acte d’un double tournant exprimé en géographie environnementale contemporaine. D’une part, il s’agit d’un tournant invitant à considérer les rapports société-nature sous l’angle de relations socio-écologi­­ques en partant du postulat que les autres qu’humains sont des parties prenantes du monde social. De l’autre, il s’agit d’un tournant ethnographique qui invite « à faire de la géographie différemment – de performer, de s’enga­ger, d’incarner, capturer et imaginer, de témoigner, de sentir et d’analyser – à travers, par, avec et en tant que, plus qu’humains » (Dowling et al., 2017, p. 2).

14Ainsi, selon le géographe Erik Swyngedouw : « le monde est un processus de métabolisme perpétuel dans lequel les processus sociaux et naturels se combinent dans la production historico-géographique d’un processus de socionature […] Toute personne et toute chose est un médiateur, d’une part sociale, de l’autre naturelle (mais sans limites discrètes), qui internalise les multiples relations contradictoires qui définissent et travaillent de nouveau toute personne et toute chose » (Swyngedouw, 2007, p. 46).

15Certains travaux se réclamant d’une géographie plus qu’humaine, soulignent que s’intéresser aux rapports humains/non-humains revient à centrer l’ana­lyse sur les dires ou les représentations que seuls les premiers seraient en mesure de formuler (Pitt, 2015). Plusieurs critiques ont été ainsi adressées à ces méthodologies discursives qui excluent, de fait, les animaux comme les végétaux (Head et al., 2015). À défaut, beaucoup d’études s’en tiennent aux représentations sociales de la nature, ce qui présente aussi le risque de reproduire la vision d’une nature passive et réifiée. De même, peu de travaux nomment les taxons dont il est question et passent ainsi sous silence des éléments importants de leur écologie. En privilégiant le point de vue des humains, certaines analyses rejoueraient ainsi une domination ontologique de l’homme sur la nature qui caractérise la vision occidentale du monde (Smart, 2014). De la même manière que des études quantitatives, ces appro­ches ne s’immisceraient pas dans les façons qu’ont certaines espèces d’habiter un monde qui leur est propre, à partir d’une existence biologique et corporelle toujours singulière (Despret, 2019). Enfin, reconnaître l’hybridité peut aussi conduire à niveler des rapports de force et des dissymétries de pouvoir entre agents humains et autres qu’humains. Il est à noter que dans le contexte urbain très fortement anthropisé et où les dynamiques écologiques font l’objet de nouvelles politiques, « les processus de changements socio-environnementaux ne sont jamais socialement ou écologiquement neutres » (Heynen et al., 2006).

16Le paradigme de l’intendance socio-écologique – comme le signalent Mathevet et ses collègues (2018) – porte, lui, l’attention sur les interdépen­dances entre systèmes naturels et sociaux. En cela, il implique une redistri­bution des responsabilités humaines envers la qualité écologique de milieux auxquels ils sont indubitablement liés. Il s’agirait donc de valoriser la capacité des acteurs à agir collectivement pour la préservation de ces liens socio-écologiques. Ce paradigme se rapproche de celui de l’éthique relation­nelle du care qui reconnaît l’homme comme un partenaire des systèmes naturels sans pour autant ôter à ces derniers une certaine autonomie (Merchant, 2013). Par exemple, Patricia Pellegrini et Sandrine Baudry (2014) notent que les pratiques de végétalisation des pieds d’arbres à Paris et Montpellier impliquent non seulement la mobilisation quotidienne d’habi­tants, mais aussi celle de végétaux dont certains, spontanés, peuvent bénéficier du soin d’espèces horticoles plantées.

17Il convient alors de s’interroger sur ce que les non-humains font faire aux collectifs humains et, inversement, sur ce que ces groupes humains font avec des collectifs non-humains ayant leurs propres capacités d’action. En outre, les opérations de restauration écologique signifient souvent, pour les habi­tants impliqués, de restaurer un lien perdu à leurs environnements (voir notamment Néel et al., 2020). La discussion porterait alors sur la reconnais­sance d’une co-agentivité (Blanc, 2013), d’une agentivité socio-écologique (Allouche, 2019). Ces considérations amènent à réagencer les collectifs locaux impliqués dans une intendance écologique en les concevant comme des ensembles humains et vivants autres qu’humains en relations plus ou moins formalisées sur un milieu de vie qu’ils s’emploient à façonner conjoin­­tement. Dans cette perspective, les éléments d’une biodiversité sont des acteurs de l’amélioration écologique de l’environnement urbain au même titre que les agents des services techniques, les élus ou encore les habitants organisés en associations. Ces nouveaux modes d’engagement pour le vivant placent l’enquêteur face à des réseaux d’interdépendance socio-écologique qui impliquent un décentrement ontologique.

18En outre, c’est pour son intérêt porté aux interactions entre acteurs, en un lieu et un temps donné, qu’une géographie ethnographique s’impose. Cette approche rejoint celle d’une ethnologie des paysages (Lizet, 2015) ou des pratiques jardinières (Frileux, 2013). Plus récemment, l’ethnographie multi-espèces reformule cette proposition en y considérant les êtres autres qu’humains comme des agents vivants à part entière. Il s’agit alors d’« une recherche et une écriture ethnographiques qui sont en phase avec l'émer­gence de la vie au sein d'un assemblage mouvant d'êtres agissants » (Ogden et al., 2013, p. 6). Certaines méthodes immersives de terrain ont donc pour vocation de saisir la singularité des interactions entre des groupes et leurs milieux de vie qu’on peut comprendre comme des manières de « faire territoire » en s’associant à d’autres formes de vie biologique (Ingold, 2005). Ces méthodes répondent aussi à la difficulté de mener une enquête dans un milieu marqué par son artificialisation et encore considéré comme l’incar­nation de l’Anthropocène.

19Notre hypothèse première est donc la suivante : l’écologisation des mondes urbains voit l’émergence de pratiques citoyennes qui sont des formes de culture ordinaire de la biodiversité appliquant une éthique éco-centrée qui rentre en contradiction avec une gestion néolibérale de la nature en ville. Présentons maintenant le dispositif méthodologique utilisé afin d’éprouver cette hypothèse.

Enquêter auprès des engagements écologiques citoyens en milieu urbain

  • 2 « […] la logique abductive demande à ce que l’on tienne compte du contexte de l’action (une action (...)

20Le philosophe pragmatiste John Dewey (1993) a distingué plusieurs phases dans le processus d’enquête dont plusieurs ont été reprises dans les études territoriales (Brédif et Simon, 2014) : identification et définition d’un problème, solutions possibles, résultats envisagés et mise à l’épreuve. La philosophie de l’enquête proposée par Dewey reprend aussi le principe d’abduction défini par Charles Sanders Pierce, où hypothèses théoriques et observations empiriques de terrain se nourrissent de façon itérative et constante2 (Hallée et Garneau, 2019). En suivant l’approche abductive, nous nous attarderons sur les premiers stades de l’enquête. La méthode ethnogra­phique qui est présentée ici essaie de tenir compte des présupposés théo­riques énoncés plus haut.

Les terrains de l’enquête

21Plus précisément, les deux associations mises en regard à titre d’exemples dans cet article sont toutes deux mobilisées pour restaurer une biodiversité au plus près des citadins. Elles ont émergé dans des contextes territoriaux singuliers.

22En 2006, comme de nombreuses associations environnementales locales à New York, l’association étudiée a été fondée sous l’impulsion de plusieurs habitants du quartier. Le contexte doit être mentionné. Avant sa période industrielle, le quartier de Gowanus était composé d’un système de ruisseaux de marée. Ces cours d’eau ont tous été endigués, puis canalisés en 1869. Les rejets des industries lourdes installées sur les rives du canal, combinés au déverse­ment continu d’eaux usées ont contribué à la contamination historique des lieux. En 2010, le site a été désigné Superfund site par l’Agence américaine de protection de l'environnement et s’en est suivi un investissement massif pour sa dépollution. À partir de cette date, l’association s’est profession­nalisée et a embauché plusieurs salariés. Elle s’est notamment impliquée dans la création d’infrastructures vertes, elle a participé au suivi officiel des mesures de pollution sur le site et elle a développé sa propre pépinière de végétaux « natifs » de la région.

23À Massy, l’association a émergé dans un contexte de métropolisation active de la région parisienne qui connaît une forte densification depuis les années 2010. Les créateurs de l’association soulignent les insuffisances d’une gestion technique des espaces de nature en ville par la municipalité peu engagée sur les enjeux de gestion écologique. Ils pointent aussi le recours à un système de sous-traitance qui tend à considérer l’espace « vert » comme un espace neutre, seulement décoratif, sans valeur écologique ni sociale. L’association promeut la plantation de végétaux également natifs de la région, sous la forme de haies bocagères urbaines. C’est ainsi que Léo, responsable de l’association lors de notre première rencontre considère de manière critique que « les espaces verts sont produits pour les habitants, mais jamais par les habitants. […] Nous, on part du principe que si les habitants ont mis en place eux-mêmes les végétaux, ont participé au projet, ils s’approprieront ces espaces et ils en feront plus facilement des lieux à habiter ».

24Dès lors, on peut identifier plusieurs dénominateurs communs dans la façon dont ces associations posent un problème. D’abord, il s’agit de faire face à une dégradation écologique sous l’effet de mésusages ciblés comme la gestion technique des espaces verts (à Massy) ou la pollution historique d’un cours d’eau par des opérateurs privés (à New York). Les pratiques d’inten­dance s’accompagnent d’observations empiriques, voire de mesures objec­tives des pollutions (Krasny et Tidball, 2015). Ensuite, contrairement à un mode d’intervention d’experts extérieurs, il s’agit d’associer le plus largement possible les acteurs locaux : comités de quartiers, écoles, centres sociaux, autres associations, assemblées de co-propriétaires, services techni­ques de la ville ou encore élus. S’appuyant sur une participation locale, ces associations créent un réseau d’acteurs engagés pour une biodiversité ordinaire au sein du biotope urbain. Enfin, contrairement à un registre conflictuel de militantisme qui a pu être décrit (Pailloux et Ripoll, 2019), ces mobilisations abordent ces problèmes avec l’appui des pouvoirs publics locaux, conformément à un environnementalisme ordinaire marqué par la quotidienneté des pratiques (Blanc et al., 2022).

25Depuis janvier 2019, notre méthodologie auprès de ces associations envi­ronnementales a été celle de la participation observante où « observer et participer [sont] à parts égales, en veillant à ne pas sacrifier l’un au bénéfice de l’autre » (Soulé, 2007, p. 137). Bien souvent, la vidéo ou la photographie ont été les moyens de saisir des interactions et, à mon tour, de rendre visible leur travail d’intendance écologique citoyenne.

Figure 1 – Sur un chantier participatif d’entretien d’une haie au pied d’un immeuble d’habitat social à Massy, Léo me montre la « mauvaise taille » des agents techniques qui expose un noisetier commun (Corylus avellana) aux maladies (à gauche). Lors d’une cession de « désherbage sélectif » d’un milieu herbacé avec des étudiants sur le site d’une association œuvrant pour la restauration du Canal Gowanus et de ces milieux adjacents à Brooklyn (à droite).

Figure 1 – Sur un chantier participatif d’entretien d’une haie au pied d’un immeuble d’habitat social à Massy, Léo me montre la « mauvaise taille » des agents techniques qui expose un noisetier commun (Corylus avellana) aux maladies (à gauche). Lors d’une cession de « désherbage sélectif » d’un milieu herbacé avec des étudiants sur le site d’une association œuvrant pour la restauration du Canal Gowanus et de ces milieux adjacents à Brooklyn (à droite).

Source : auteur, 2019.

Se faire bénévole : un dispositif d’attention multi-situé

26Notre intention a donc été de devenir bénévole le temps de l’enquête au sein de ces collectifs en participant aux événements associatifs. À New York comme dans le Grand Paris, cette méthode immersive ne nous a pas conduit à taire notre identité de chercheur : elle était dévoilée si demandée et les responsables des collectifs enquêtés finissaient toujours par en être informés.

  • 3 Nous mettons à part le relevé des profils sociaux des bénévoles qui se sont avérés variables d’un t (...)

27En outre, les objectifs généraux de la méthode de participation observante sont les suivants3 :

  • Se familiariser et acquérir la confiance des enquêtés en tant que chercheur-acteur ;

  • Éprouver et observer l’engagement physique qu’impliquent les pra­tiques quotidiennes de bénévoles dans des contextes urbains différents ;

  • Comprendre l’organisation pratique et la répartition collective des tâches entre participants humains, mais aussi non-humains ayant différents rôles dans les opérations de renaturation ;

  • Avoir accès aux paroles informelles et aux éventuelles discussions entre participants qui ne seraient pas apparues en entretien individuel.

28L’une des spécificités de l’expérience ethnographique réside dans le fait que la distance entre enquêtés et enquêteurs ne peut se construire qu’a posteriori de la phase de terrain, lors de l’analyse des données observées et éprouvées (Bensa et Fassin, 2008). Il s’agit de concevoir le procédé de participation observante sur l’intendance socio-écologique comme un « dispositif d’atten­tion », en reprenant les termes de la philosophe Vinciane Despret qui s’est notamment intéressée aux méthodes de bagage utilisées par les ornitho­logues. Pour elle, ces « dispositifs qui rendent perceptibles des choses que jusqu’alors on ne remarquait pas […] ouvrent la question de ce qui importe pour les oiseaux, […] une question à laquelle les réponses des oiseaux multiplient les manières d’être » (Despret, 2019, p. 51). En parti­culier, l’attention aux gestes des bénévoles est un moyen privilégié de rendre intelligibles des interactions situées entre des acteurs humains et non-humains qui ont pour dénominateur commun d’être des corps agissants et sensibles. Il permet aussi de rendre visible le travail de soin de ces collectifs de bénévoles et leur attachement à la qualité écologique des lieux et à la vulnérabilité du vivant. Enfin, le regard multi-situé présente l’intérêt d’être réplicable d’une association à l’autre, sur des terrains distants, ce qui permet la mise en relations d’études de cas localisées (Bocquet, 2019). Sur nos terrains, l’attention des acteurs à l’environnement est omniprésente. Par exemple, les moments partagés en voiture avec les bénévoles, sont des occasions pour montrer les « chantiers » déjà effectués et déplorer les dégradations environnementales sur les espaces publics (dépôts sauvages, tontes excessives…).

29Ce dispositif d’attention a eu plusieurs effets sur la manière d’envisager l’enquête à laquelle participent les bénévoles. Via leurs pratiques, ceux-ci entrent en relation avec des végétaux, des animaux partageant un milieu de vie qu’ils cherchent à favoriser. L’engagement des corps joue donc un rôle central et révélateur qu’il convient maintenant de discuter.

Tensions et ouvertures d’une méthodologie expérientielle du terrain d’enquête

Faire corps : l’attention aux gestes et aux vivants dans la relation ethnographique

30Plus que de simples discours, ce sont donc des pratiques qui se matérialisent dans les gestes des acteurs auxquels il s’agit de prêter attention. Faire corps avec les sujets de l’intendance écologique, c’est accepter que la corporéité des agents soit constitutive de la démarche méthodologique. Conformément au principe d’abduction, il s’agit de considérer que le terrain et ses acteurs humains, animaux ou végétaux ont le pouvoir de troubler nos présupposés théoriques et d’agir comme des éléments révélateurs. Le géographe Jean Estebanez écrit à propos de son expérience auprès d’une soigneuse de zoo et d’une panthère : « par sa capacité à toujours réintroduire le trouble et la surprise, du fait de sa disponibilité et de sa vulnérabilité, le corps se présente comme un outil de recherche voire une exigence méthodologique. Le corps s’impose pour penser la vie en commun, qui ne passe pas que par le langage parlé et articulé » (Estebanez, 2013, p. 7‑8).

31S’engager dans une ethnographie multi-espèces pose la limite des compé­tences du chercheur dans sa capacité à objectiver toutes les entités autres qu’humaines, plantes, animaux présents, ainsi que les interactions à l’œuvre sur le terrain. Cette méthodologie implique aussi un apprentissage auprès des collectifs enquêtés qui peuvent en savoir davantage que le chercheur sur les pratiques menées. Sur nos terrains, les acteurs sont généralement informés du nom des plantes (vernaculaire ou scientifique). Il convient d’envisager l’expérience de l’enquête comme un échange de savoirs et de savoir-faire entre l’enquêteur et les enquêtés.

32De plus, l’expérience d’incarnation des gestes des bénévoles par le chercheur dévoile l’importance des exigences physiques du travail bénévole comme celui de l’ethnographe. L’analyse de nos propres gestes de participant conduit ainsi à une forme d’auto-ethnographie (Dupont, 2014). Une anecdote en témoigne lors d’une session de participation observante à Massy. Afin de respecter la consigne donnée par le collectif – à savoir rabattre une partie d’un roncier sur un vaste terrain – nous avons été contraints de nous séparer pour couvrir l’ensemble de la zone d’une superficie de près d’un hectare et couverte de ronces (Rubus fruticosus). Seul face au roncier, la sensation de perdre des informations sur les interactions entre bénévoles me gagnait. Ce n’est qu’au bout de quelques minutes que je réalisais que cet isolement contraint permettait une réelle confrontation aux tâches des bénévoles envers les ronces. Alors que les services techniques avaient pour habitude de débroussailler sans distinguer les espèces, il s’agissait là de domestiquer certains végétaux en les taillant pour limiter leur emprise, sans pour autant les éradiquer. Les objectifs étant de tracer des voies pour les petits mammi­fères terrestres et de protéger les arbres plantés par le collectif en maintenant des ronces. Incorporer réellement ces gestes précis et mesurés, m’a assuré­ment permis de mieux comprendre l’engagement de terrain des acteurs qui se joue à la fois sur un plan subjectif et collectif, humain et plus qu’humain. Comme dans le travail de « désherbage sélectif » du collectif new-yorkais, les bénévoles cherchent un moyen de façonner le milieu pour en favoriser une diversité biologique, par des pratiques corporelles ciblées, selon une éthique qui dépasse l’anthropocentrisme.

Figure 2 – Au pied d’un immeuble de la Résidence du Bon Puit à Massy, sur un espace public, des habitants bénévoles installent une bordure en osier pour délimiter et protéger un « petit coin forestier » où « tout est vivant et pousse librement ». Un passage est prévu pour les hérissons notamment.

Figure 2 – Au pied d’un immeuble de la Résidence du Bon Puit à Massy, sur un espace public, des habitants bénévoles installent une bordure en osier pour délimiter et protéger un « petit coin forestier » où « tout est vivant et pousse librement ». Un passage est prévu pour les hérissons notamment.

Source : auteur, 2019.

De la mise au travail à l’alliance : le terrain et sa capacité à créer des troubles

  • 4 Traduction de l’auteur.

33L’hypothèse d’une écologie urbaine néolibérale reste pertinente. Mais bien loin d’une simple mise au travail du vivant et des bénévoles, l’expérience ethnographique dévoile une pluralité d’interactions entre bénévoles humains et non-humains qui échappent aux cadres théoriques univoques. Plus exactement, on s’accor­de avec Braden Leap (2014) pour dire que ces interactions génèrent des « troubles collectifs » qui, « loin de faciliter ou de simplement autoriser la mise en œuvre transparente de politiques néolibérales […], ont profondé­ment transformé la façon dont ces politiques ont été vécues et finalement mises en pratique »4 (ibid., 2014, p. 190). Ces troubles sont ces multiples tensions qui traversent le terrain. Ils émergent de la complexité des contextes territoriaux et des pratiques observées.

34D’abord, ces formes de bénévolat environnemental n’échappent que partiel­le­ment à des dynamiques de mise au travail gratuit pour les municipalités. En effet, sur le terrain, les bénévoles et la biodiversité qu’ils valorisent répondent directement à l’agenda politique des pouvoirs publics sans être rémunérés à la hauteur de jardiniers professionnels. Parmi les collectifs rencontrés, certains participants ne cachent pas que leur action peut se substi­tuer, au moins provisoirement, à celle du personnel des services techniques de la commune. Cet effacement des services publics peut même aller jusqu’à renvoyer la responsabilité des actions sur les individus venus bénévolement contribuer à un projet collectif. Un exemple marquant reste celui de la feuille d’émargement dans laquelle l’association new-yorkaise demande aux bénévoles de décharger la municipalité comme l’association de toutes responsabilités en cas d’accident corporel sur un site pourtant public. Or, le travail bénévole peut parfois s’avérer éprouvant pour les corps : à plusieurs reprises, j’ai pu observer des blessures, ou la fatigue chez certains participants et j’ai éprouvé moi-même l’énergie physique nécessaire aux pratiques d’intendance. La méthode de la participation observante offre ainsi la possibilité de susciter le trouble également chez l’enquêteur.

35Pourtant, s’arrêter à ce constat ne serait pas rendre justice au terrain. Malgré ces conditions juridiques précaires, l’investissement corporel des bénévoles contribue à l’investissement collectif de milieux dégradés. Comme le rappel­lent les acteurs, ces conditions d’accès au foncier sont aussi le fruit d’une négociation avec les autorités publiques. Les gestes observés sont aussi des gestes de mécontentement qui peuvent accuser les gestionnaires publics de négligence (figure 1). De son côté, les collectifs conçoivent ces espaces comme des lieux d’expérimentation où il s’agit de former les volontaires (scolaires, habitants de logements sociaux, etc.) à des pratiques innovantes de renaturation. Ces expérimentations ne sont pas sans leur poser des dilem­mes notamment lorsqu’il faut éliminer les espèces végétales invasives défavorables à une biodiversité locale, parfois contre l’avis des riverains. Ces espèces représentent bien des formes de vie, et dans la majorité des cas observés, les bénévoles préfèrent tailler ou n’arracher que partiellement les espèces non désirées. En évitant de les éradiquer, leurs pratiques s’apparen­tent à une forme de « socialisation du sauvage » (Lizet, 2015).

36En outre, comme l’a constaté Foster auprès de bénévoles à Philadelphie (2018), l’enquête ethnographique montre l’influence des motivations affec­tives des personnes engagées dans l’action d’intendance écologique. Comme on l’a dit, la perception d’une dégradation environnementale qu’ils disent les concerner, est un moteur essentiel des actions collectives observées. Ces attachements sensibles sont perceptibles lors de la participation aux activités bénévoles via l’enthousiasme, la résignation ou l’étonnement des bénévoles. Ils ne renvoient pas à la vision d’une « nature » ornementale, ou purement utilitaire, mais ils signalent des valeurs accordées aux qualités écosysté­miques des lieux selon une éthique d’action collective. L’existence d’un « travail affectif » vient nuancer la figure de l’« habitant-jardinier » victime de l’instrumentalisation du vivant non-humain au service d’un agenda néolibéral. Cette nouvelle hypothèse ne saurait être mise au jour qu’en mettant en œuvre certains dispositifs d’attention, au plus près des pratiques engagées des bénévoles. Elle ne pourrait pas non plus faire l’économie de l’engagement physique conjoint de l’enquêteur et des enquêtés sur le terrain.

37Les engagements quotidiens se traduisent par la répétition de gestes de soin, certes modestes face aux négligences, aux dégradations et aux rapports de domination qui perdurent dans les villes contemporaines. En reprenant les termes de Donna Haraway (2016) on peut y voir des formes de « persévé­rances » (« ongoingness ») à susciter la vie dans les interstices du capita­lisme néolibéral. Cette intendance socio-écologique des milieux dégradés fait aussi écho à l’éthique du faire-avec (Tollis, 2012) ou à celle de l’alliance interspécifique. Ces alliances renvoient à « la construction d’un rapport de complicité et de connivence entre des groupes d’action et des collectifs hétérogènes ; […] toute alliance politique implique de faire activement et conjointement effraction dans un ordre qui s’impose ou qui se donne comme le seul possible ; d’interrompre localement cet ordre ; et de commencer un autre processus, en écart avec cet ordre » (Balaud et Chopot, 2021, p. 306).

38À l’issue du processus abductif, l’hypothèse pourrait être reformulée ainsi : l’écologisation des mondes urbains voit l’émergence de formes d’engage­ments corporels et affectifs se matérialisant par des pratiques favorables à une biodiversité, appliquant une éthique de l’alliance entre acteurs humains et non-humains qui se déploie dans les interstices des politiques néolibérales.

Conclusion

39L’anthropocène et ses différentes traductions nous mettent face au défi – notamment en géographie humaine – d’un décentrement ontologique et métho­dologique. Une géographie plus qu’humaine doit pouvoir assumer des méthodes ethnographiques qui ouvrent de nouvelles perspectives de recher­che. La formulation d’hypothèses est alors l’occasion de mettre en récit les incertitudes et les remises en cause : elle signifie un réel engagement de l’enquêteur dans le processus d’enquête.

40Ici, la caractérisation d’un dispositif d’attention et sa mise à l’épreuve au plus près de gestes engagés, à l’échelle micro-locale, permettent de diversi­fier les regards sur le bénévolat environnemental en proposant de le lire comme une intendance socio-écologique et un travail affectif traversés par des tensions. Par l’application d’une démarche abductive, il s’agit de rendre compte de la complexité, via la multiplicité des manières de se relier à son milieu de vie. Par là même, il s’agirait de replacer la géographie au plus près de ses origines. Paul Claval (2013) signalait que l’investissement du cher­cheur sur le terrain « garantit l’authenticité des observations recueillies et fait découvrir des réalités qui échappent aux autres stratégies d’investigation ». Dans ce cadre, l’engagement du corps du chercheur avec ceux des enquêtés devient une nécessité, par sa capacité à mettre en éveil nos modes d’attention à la pluralité des modalités de production de l’espace. Enfin, c’est sous cette condition que le travail d’enquête devient une expérience réellement démo­cratique où la voix des enquêtés est restituée, dans la singularité de son contexte socio-écologique.

Haut de page

Bibliographie

ALLOUCHE Aurélien, 2019, « La sociologie de l’environnement au défi de l’intendance écologique. Comment repenser l’action individuelle dans la gestion collective de l’environnement ? », Nouvelles perspectives en sciences sociales, vol. 14, n° 2, p. 61-108.

BALAUD Léna et CHOPOT Antoine, 2021, Nous ne sommes pas seuls : Politique des soulèvements terrestres, Éditions du Seuil, collection « Anthropocène », 432 p.

BENSA Alban et FASSIN Didier, 2008, Les politiques de l’enquête, La Découverte, 336 p.

BLANC Nathalie, 2013, « L’animal : entre urbanité, esthétique, et politique. Entretien avec Nathalie Blanc », Carnets de géographes, n° 5.

BLANC Nathalie, EMELIANOFF Cyria, ROCHARD Hugo, 2022, Réparer la Terre par le bas. Manifeste pour un environnementalisme ordinaire, Paris, Le Bord de l’Eau, à paraître.

BOCQUET Denis, 2019, « Les études multi-situées : Entre pragmatisme et construction scientifique d’une posture », Espaces et sociétés, vol. 178, n° 3, p. 175‑182.

BRÉDIF Hervé et SIMON Laurent, 2014, « Quelle place pour les acteurs locaux dans la gestion de la biodiversité ordinaire ? », Bulletin de l’association de géo­graphes français, vol. 91, n° 1, p. 17‑34.

CAMPBELL Lindsay, 2017, City of forests, city of farms: Sustainability planning for New York City’s nature, Cornell University Press, 290 p.

CEFAÏ Daniel (Éd.), 2010, L’engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS, 637 p.

CLAVAL Paul, 2013, « Le rôle du terrain en géographie : Des épistémologies de la curiosité à celles du désir », Confins, n° 17.

DEMAILLY Kaduna-Eve, 2014, « Les jardins partagés franciliens, scènes de participation citoyenne ? », EchoGéo, n° 27.

DEMEULENAERE Elise, 2017, « L’anthropologie au-delà de l’anthropos. Un récit par les marges de la discipline », in G. Blanc, E. Demeulenaere, et W. Feuerhahn, Humanités environnementales. Enquêtes et contre-enquêtes, Éditions de la Sorbonne, p. 43‑73.

DESPRET Vinciane, 2019, Habiter en oiseau, Actes sud, 207 p.

DEWEY John, 1993, Logique. La théorie de l’enquête, Paris, Presses universitaires de France, 696 p.

DOWLING Robyn, LLOYD Kate, SUCHET-PEARSON Sandra, 2017, « Qualitative methods II: ‘More-than-human’ methodologies and/in praxis », Progress in Human Geography, vol. 41, n° 6, p. 823-831.

DUCHEMIN Éric, WEGMULLER Fabien, LEGAULT Anne-Marie, 2010, « Agriculture urbaine : Un outil multidimensionnel pour le développement des quartiers », VertigO, vol. 10, n° 2.

DUPONT Louis, 2014, « Terrain, réflexivité et auto-ethnographie en géographie », Géographie et cultures, n° 89-90, p. 93-109.

ERNWEIN Marion, 2019, Les natures de la ville néolibérale : une écologie politique du végétal urbain Éditions de l’Université Grenoble Alpes, 232 p.

ESTEBANEZ Jean, 2013, « Penser avec le corps : comment une panthère a transformé ma thèse », Carnets de géographes, n° 5.

FISHER Dana, SVENDSEN Erika, CONNOLLY James, 2015, Urban environmental stewardship and civic engagement. How planting trees strengthens the roots of democracy, Routledge, 152 p.

FOSTER Alec, 2018, « Volunteer Environmental Stewardship and Affective Labour in Philadelphia », Conservation and Society, vol. 16, n° 1, p. 52‑63.

FRILEUX Pauline, 2013, Le bocage pavillonnaire : Une ethnologie de la haie, Grâne, Creaphis Édition, 288 p.

HALLÉE Yves et GARNEAU Julie, 2019, « L’abduction comme mode d’inférence et méthode de recherche : De l’origine à aujourd’hui », Recherches qualitatives, vol. 38, n° 1, p. 124-140.

HARAWAY Donna, 2016, Staying with the Trouble: Making Kin in the Chthulu­cene. Duke University Press, 309 p.

HEAD Lesley, ATCHISON Jennifer, PHILLIPS Catherine, BUCKINGHAM Kathleen, (dir.), 2017, Vegetal Politics: Belonging, Practices, and Places, 110 p.

HEYNEN Nik, KAIKA Maria, SWYNGEDOUW Erik, (dir.), 2006, In the nature of cities: Urban political ecology and the politics of urban metabolism, Routledge, 271 p.

INGOLD Tim, 2005, « Epilogue: towards a politics of dwelling », Conservation and Society, vol 3, n° 2, p. 501-508.

KRASNY Marianne et TIDBALL Keith, 2015, Civic ecology: adaptation and transformation from the ground up, Cambridge, MA, MIT Press, 328 p.

KRINSKY John et SIMONET Maud, 2017, Who cleans the park? Public work and urban governance in New York City, Chicago, The University of Chicago Press, 288 p.

LATOUR Bruno, 1995 [1987], La Science en action, Paris, Gallimard, 672 p.

LEAP Braden, 2014, « Collective troubles: transforming neoliberalism through interactions with nonhumans », Geoforum, n° 56, p. 182‑191.

LEGRAND Marine et MARTIN Léo, 2018, « L’extension du domaine des herbes hautes : Itinéraires croisés dans la gestion des prairies urbaines », VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement, vol. 18, n° 3.

LIZET Bernadette, 2015, Une ethnologue au Jardin des Plantes : dix petits terrains, Éditions Petit Génie, Muséum national d’histoire naturelle, 361 p.

MATHEVET Raphaël, BOUSQUET François, LARRÈRE Catherine, LARRÈRE Raphaël, 2018, « Environmental stewardship and ecological solidarity: rethinking social-ecological interdependency and responsibility », Journal of Agricultural and Environmental Ethics, vol. 31, n° 5, p. 605‑623.

MATHIS Charles-François et PÉPY Émilie-Anne, 2017, La ville végétale : Une histoire de la nature en milieu urbain (France, XVIIe-XXIe siècle), Clamecy, Champ Vallon, 370 p.

MERCHANT Carolyn, 2013, Reinventing Eden: The fate of nature in western culture, Routledge, 304 p.

NÉEL Claire, BOYER Anne-Lise, LE TOURNEAU François-Michel, 2020, « Paradoxes de la restauration d’une rivière asséchée dans le Sud-Ouest étatsunien : Le cas de la Santa Cruz », Annales de géographie, n° 732, p. 78‑103.

OCEJO Richard, (Éd.), 2013, Ethnography and the city: readings on doing urban fieldwork, Routledge, 260 p.

OGDEN Laura, HALL Billy, TANITA Kimiko, 2013, « Animals, plants, people, and things: a review of multispecies ethnography », Environment and Society: Advances in Research, n° 4.

OPILLARD Florian, 2019, « Entrer en terrain (en) militant. Enjeux de positionnalité et réflexivité dans la comparaison des entrées en terrains militants à San Francisco (États-Unis) et Valparaíso (Chili) », Carnets de géographes, n° 12.

PADDEU Flaminia, 2015, De la crise urbaine à la réappropriation du territoire : Mobilisations civiques pour la justice environnementale et alimentaire dans les quartiers défavorisés de Detroit et du Bronx à New York, thèse de doctorat, Université Paris-Sorbonne.

PAILLOUX Anne-Laure et RIPOLL Fabrice, 2019, « Géographie(s) des mobilisations. Explorer la dimension spatiale de l’action collective », Carnets de géographes, n° 12.

PELLEGRINI Patricia et BAUDRY Sandrine, 2014, « Streets as new places to bring together both humans and plants: Examples from Paris and Montpellier (France) », Social et Cultural Geography, vol. 15, n° 8, p. 871‑900.

PITT Hannah, 2015, « On showing and being shown plants: a guide to methods for more-than-human geography: On showing and being shown plants », Area, vol. 47, n° 1, p. 48‑55.

ROCHARD Hugo, ABOUT Cédissia, FRASCARIA-LACOSTE Nathalie, JACOB Philippe, SIMON Laurent, PECH Pech, 2018, « Politiques urbaines et biodiversité en ville : Un front écologique ? Le cas de la MGP, Métropole du Grand Paris », VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement, vol. 18, n° 1.

SMART Alan, 2014, « Critical perspectives on multispecies ethnography », Critique of Anthropology, vol 34, n° 1, p. 3‑7.

SOULÉ Bastien, 2007, « Observation participante ou participation observante ? Usages et justifications de la notion de participation observante en sciences sociales », Recherches Qualitatives, vol. 27, p. 127-140.

SWYNGEDOUW Erik, 2007, « Modernité et hybridité Nature, “regeneracionismo” et la production du paysage aquatique espagnol, 1890-1930 », Géographie, économie, société, vol. 9, n° 1, p. 39‑68.

TOLLIS Claire, 2012, Bien gérer les « espaces de nature », une éthique du faire avec : Propositions pour une géographie des Associations hétérogènes, thèse de doctorat, Université de Grenoble.

TSING Anna (Éd.)., 2017, Arts of living on a damaged planet, Minneapolis, University of Minnesota Press, 376 p.

Haut de page

Notes

1 « Ce sera plantation et désherbage ».

2 « […] la logique abductive demande à ce que l’on tienne compte du contexte de l’action (une action située) dans laquelle les données sont problématiques et partielles ce qui rend le réel difficilement atteignable hors des perceptions du chercheur. […] le rôle des hypothèses est crucial dans l’abduction, mais celles-ci doivent être flexibles et ouvertes à leur modifi­cation au cours de la recherche, reconnaissant ainsi le rôle du chercheur dans son propre raisonnement logique dans le choix des nouvelles hypothèses à poursuivre » (Hallée et Garneau, 2019, p. 126).

3 Nous mettons à part le relevé des profils sociaux des bénévoles qui se sont avérés variables d’un terrain à l’autre pour nous focaliser sur la dimension corporelle des humains et non-humains en présence. Cette dernière semble davantage être un point commun entre les collectifs observés.

4 Traduction de l’auteur.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Sur un chantier participatif d’entretien d’une haie au pied d’un immeuble d’habitat social à Massy, Léo me montre la « mauvaise taille » des agents techniques qui expose un noisetier commun (Corylus avellana) aux maladies (à gauche). Lors d’une cession de « désherbage sélectif » d’un milieu herbacé avec des étudiants sur le site d’une association œuvrant pour la restauration du Canal Gowanus et de ces milieux adjacents à Brooklyn (à droite).
Crédits Source : auteur, 2019.
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/17409/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Titre Figure 2 – Au pied d’un immeuble de la Résidence du Bon Puit à Massy, sur un espace public, des habitants bénévoles installent une bordure en osier pour délimiter et protéger un « petit coin forestier » où « tout est vivant et pousse librement ». Un passage est prévu pour les hérissons notamment.
Crédits Source : auteur, 2019.
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/17409/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hugo Rochard, « Se faire bénévole et faire corps »Géographie et cultures, 116 | 2022, 57-75.

Référence électronique

Hugo Rochard, « Se faire bénévole et faire corps »Géographie et cultures [En ligne], 116 | 2022, mis en ligne le 02 novembre 2022, consulté le 30 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/gc/17409 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gc.17409

Haut de page

Auteur

Hugo Rochard

LADYSS / LabEx DynamiTe
Université de Paris
hugo.rochard@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search