Navigation – Plan du site

AccueilNuméros116La carte subjective des habitants...

La carte subjective des habitants de Tourcoing

Un outil documentaire aux multiples aspects
The Tourcoing inhabitants’ subjective map: a documentary tool with multiple aspects
Sonia Laloyaux
p. 77-95

Résumés

Située dans les Hauts de France, Tourcoing a un paysage urbain qui pré­sente une architecture et une morphologie marquées par la vocation textile de la conurbation Lille-Roubaix-Tourcoing. Au XIXe siècle, elle s’affirme, avec Roubaix, comme l’une des capitales mondiales de l’industrie textile. Mais, dans la deuxième moitié du XXe siècle, la troisième révolution industrielle modifie la situation. La ville est sinistrée, sa population appauvrie. Les mutations socio-économiques et spa­tiales se conjuguent, des choix s’imposent. Face à ses difficultés, mais cons­ciente de son potentiel, la ville de Tourcoing valorise son patrimoine. La labellisa­tion « Ville ou Pays d’Art et d’Histoire » en 2017 y participe. De multiples acteurs institu­tionnels, associatifs, travailleurs interviennent. Aujourd’hui, la municipalité, comme les habitants, coopèrent afin de conférer à la ville une image de territoire dynami­que, sans pour autant occulter le passé. Le projet de la carte des habitants de Tourcoing en est l’illustration. Il s’agit d’une carte créée par des habitants. Travailler sur cet outil permet de se demander comment il participe à faire con­naî­tre les émotions, les perceptions, mais aussi le vécu de ses concepteurs, ici des habi­tants. Le travail présenté est l’observation, le récit et l’analyse d’un atelier de création de cette carte des habitants de Tourcoing. Nous y avons assisté en tant qu’habitante créatrice, mais aussi témoin, dans la perspective de la rédaction de notre thèse et de notre enseignement en Géographie dans le Secondaire. Ce travail s’est effectué en connaissant le terrain d’étude, mais également d’autres cartes subjectives. Il s’agit essentiellement d’un travail d’observation, d’entretiens et de discussions souvent informels, à l’exception de ceux avec l’équipe d’infographistes. Au-delà de l’objectif premier de découvrir l’atelier mis en place, cette observation et son analyse nous ont permis de saisir le perçu et le vécu des habitants, de décou­vrir un imaginaire collectif participant à l’essor culturel, à la valorisation de la ville.

Haut de page

Texte intégral

1La carte des habitants est une carte subjective, une carte qui valorise les traces, l’empreinte laissée par les habitants, les usagers et leurs activités. Elle a été dessinée en 2016 lors d’un atelier proposé par la Ville de Tourcoing. Cette commune comprend près de 100 000 habitants et est située dans l’agglomération lilloise à la frontière belge. J’ai assisté à cet atelier en tant qu’enseignante d’Histoire-Géographie, doctorante en Géographie et habitante de la ville. L’objectif était, pour moi, de vivre cette expérience (je connaissais le travail de Catherine Jourdan), mais aussi de la mettre en pratique avec mes élèves et d’en analyser ses apports. La carte subjective permet de projeter une partie du perçu et du vécu (Frémont, 1999) des créateurs, ici les habitants, étant donné que le territoire et ses pratiques engendrent des représentations, des expériences, des émotions (Guinard et Tratnjek, 2016). La confrontation des différentes représentations, expé­riences, mais aussi des émotions dans le cadre de l’analyse d’un territoire permettent de mettre en évidence le fait que ces éléments sont à la fois produits et producteurs de différenciations entre les groupes et les espaces (Guinard et Tratnjek, 2016). Cet outil est aussi un moyen de produire un savoir sur l’espace (Olmedo, 2015) et un récit de vie des habitants (Mekdjan et Olmedo, 2016), un savoir d’expérience (Gaujal, 2019) des habitants.

2Ces habitants ont décidé de parler de la vie quotidienne, des usages ; mais aussi du passé, des usines, des symboles d’une ville qui s’est imprégnée en eux et qui participe à l’imagination qu’ils développent (Sansot, 2004). C’est ce travail qui sera décrit, expliqué et analysé. L’objet de cette réflexion est de présenter, à travers l’exemple de la ville de Tourcoing, la valorisation du patrimoine, de la mémoire et de l’histoire des habitants, de leur vécu. En quoi la carte subjective est-elle un outil qui permet de tenir compte du vécu et du perçu des habitants qui la réalisent ? Comment cet instrument devient-il un outil d’enquête, un outil documentaire qui permet de réfléchir et de comprendre autrement le territoire, de le valoriser ?

3Cette carte des habitants de Tourcoing est un exemple de travail collaboratif, commun, qui participe à la construction d’un territoire partagé. Mais, l’on peut se demander quel est l’apport d’une carte subjective pour faire exister une histoire, parfois minoritaire, dominée (Veschambre, 2014) ou même enfouie et qui n’est que peu valorisée. Ce travail documentaire peut aussi être vu comme un révélateur d’une conscience mémorielle ouvrière, comme un outil de revalorisation de cette présence dans la commune et en même temps être un outil de réflexion sur l’aménagement en cours et à venir de la ville.

Genèse d’une carte subjective

Une résidence au cœur de Tourcoing

4Travailler et réfléchir à la carte subjective était un de mes objectifs depuis plusieurs années, depuis qu’en 2014 j’avais découvert l’existence de la carte de Vieux-Condé, dans le Nord, dans le cadre de la préparation d’une forma­tion pour des enseignants. Elle avait été réalisée lors d’une résidence de création du 2 au 15 juillet 2012, avec une sortie en septembre. Cette carte était pour moi un outil très intéressant dans mes pratiques sur le terrain avec des élèves et, j’espérais donc avoir un jour l’occasion de m’y former correc­tement. J’ai saisi l’opportunité quand j’ai découvert l’appel à participation sur la page Facebook de la Ville de Tourcoing. Mon inscription ayant été validée, j’ai assisté à la quasi-totalité du stage artistique (à l’exception d’une demi-journée) et ai pu prendre le temps de discuter avec les concepteurs du projet, Catherine Jourdan, artiste et psychologue, Pierre Cahurel, graphiste, et Sylvestre Beucher, animateur d’ateliers et dessinateur, les commandi­taires, les élus et les agents de la Ville de Tourcoing, et les autres habitants participant au projet. Participer à cet atelier n’a pas toujours été évident, vu les différentes casquettes que je portais :

  • celle de professeur d’Histoire-Géographie ayant pour objectif de bénéficier de cette expérience pour enrichir mes pratiques pédagogiques ;

  • celle de doctorante en Géographie travaillant sur les problématiques du patrimoine et du renouvellement urbain à la recherche de matière pour mes travaux qui débutaient ;

  • celle d’habitante de la ville et élue du Conseil de Quartier Centre-Ville et donc intéressée par la vision des habitants de ce quartier. Il a fallu que je jongle entre ces facettes, que j’explique ma présence, que je m’efface régulièrement ou tout au moins que je sois la plus discrète possible face aux autres habitants qui savaient pourquoi j’étais là, ayant décidé de ne pas cacher ces éléments lors de ma pré­sentation à l’assemblée.

5La résidence de création a eu lieu du 4 au 8 juillet 2016, avec un groupe de 15 à 20 Tourquennois. Ceux-ci ont décidé de participer au stage artistique qui leur a été proposé par le Service Culture et Patrimoine de la Ville, à l’initiative de Frédérique Coppin, par l’intermédiaire de réseaux sociaux, des centres sociaux, de l’Office de Tourisme et du site de la ville. La répartition par quartier était assez représentative de la ville, vu que 14 des 16 quartiers étaient représentés, à un moment ou à un autre, par un ou plusieurs habitants.

6Certaines personnes sont venues les cinq jours de résidence, du lundi au vendredi, d’autres ne sont venues que quelques jours ou encore quelques heures, ne trouvant pas leur place face à des personnes qui axaient la réflexion essentiellement autour du patrimoine et de la mémoire industrielle. Le matin, les habitants se réunissaient autour d’une table avec Catherine Jourdan et son équipe, composée de deux infographistes professionnels, Pierre Cahurel et Sylvestre Beucher, ils discutaient, dessinaient. L’après-midi les habitants étaient libérés et l’équipe de concepteurs numérisait sur ordinateur les réflexions et les productions. Le lendemain, les esquisses de cartes étaient présentées aux créateurs-habitants, retravaillées, approfondies.

7Ce travail a été réalisé dans les lieux symboliques d’une histoire collective. En effet, dans ce type de création, les lieux ont également eu leur importance. La résidence s’est tenue à Tourcoing, l’une des grandes villes textiles des Hauts-de-France. Le paysage tourquennois présente d’ailleurs une architecture et une morphologie marquées par cette vocation textile. Elle s’affirme, avec Roubaix, du deuxième quart du XIXe jusqu’au début de la décennie 1960, comme l’une des capitales du textile. Le textile façonne la ville et la société locale. Son dynamisme est tel que ses acteurs y ont organisé l’Exposition Internationale des Industries Textiles en 1906, symbole de cette puissance mondiale. La première révolution industrielle, dominée par le textile, y a engendré une richesse et une attractivité qui ont développé toute une urbanisation, encore visible aujourd’hui. Mais, les prémices de la troisième révolution industrielle ont sonné le glas de sa prospérité et de son attractivité dans la seconde moitié du XXe siècle. Les locaux utilisés pour l’atelier de cartographie se trouvaient dans l’un des 16 quartiers de Tourcoing, celui du Centre-ville, le « quartier de tous les habitants », comme le dit souvent Olivier Deschuytter, Adjoint du quartier Centre-Ville ; plus précisément à l’Hospice d’Havré. Il s’agit d’un des lieux patrimoniaux de la ville de Tourcoing, non seulement pour l’histoire qui est la sienne, mais aussi pour le rôle qu’il a aujourd’hui en tant qu’équipement culturel. En effet, c’est un ancien hospice fondé au XIIIe siècle. C’est le seul couvent encore complet de la région. L’hospice a été restauré au début des années 2000 pour être transformé en lieu d’animation culturelle : la maison Folie hospice d’Havré. C’est donc une des salles qui a été investie par les habitants, qui pour certains, ne connaissaient pas les lieux. Un cadre de travail et de création qui pouvait impressionner, en tout cas qui ne laissait pas indifférent.

Le travail de Catherine Jourdan

8Catherine Jourdan, artiste et psychologue, questionne l’espace urbain à travers divers projets de cartes réalisées avec des habitants. Elle a fondé le projet Géographie Subjective (www.geographiesubjective.org) dans la deuxième moitié des années 2000. Lors de la résidence de Tourcoing, elle nous précise qu’« une carte dite subjective tente le geste d’attraper la vision qu’a une personne ou un groupe d’habitants d’un morceau de territoire à un temps t ». Ce travail permet donc d’explorer les représentations et de construire, de co-produire une carte qui débouche sur une représentation collective. L’enjeu est l’espace public et son rôle dans la société. L’espace partagé, vécu et imaginé en commun, qui appartient avant tout à ceux qui le vivent et qui devraient donc pouvoir aussi le penser et le dessiner. Il s’agit, pour Catherine Jourdan, d’une co-conception : les habitants font ensemble (Lahache et Jourdan, www.geographiesubjective.org). Il faut donc mettre en place des méthodes de conception collaborative : intégrer les multiples points de vue sans obtenir un millefeuille indigeste.

9Les temps de parole sont donc fondamentaux (Olmedo, 2017) : Catherine Jourdan fait parler les gens et les enregistre. Avec cette matière première, elle élabore un premier squelette de carte : des zones, des lignes, des fron­tières. À partir de là, l’ensemble du processus créatif est fait d’allers-retours : chaque esquisse est corrigée, annotée, raturée, à la main ou directement sur ordinateur, par les habitants, puis reprise par les professionnels. Ces temps de collecte de l’information ont commencé dès le début du stage avec la prise de parole des uns et des autres pour se présenter, expliquer comment ils avaient découvert le stage, leurs objectifs. Après ce temps, vient celui des choix et surtout de la manière de représenter des informations, des émotions, des sensations. Le travail de conception de cette carte s’est heurté à une première difficulté avec la nécessité de construire un commun, une vision d’ensemble, alors que les créateurs de la carte avaient des âges différents, des statuts différents, des objectifs différents, mais venaient aussi de quar­tiers différents.

10Après de multiples brouillons (figure 1), le travail est finalisé avec un certain nombre de détails parfois choisis lors d’étapes intermédiaires, comme des frontières dessinées sous la forme de coutures, des fils de laine pour repré­senter le tracé du métro vu comme un créateur de liens entre les quartiers par lesquels il passe (figure 2). Une fois la carte tracée, elle a été imprimée, dans un premier temps à 1 200 exemplaires, puis 800, car le premier rendu était trop brillant et ne convenait pas aux habitants-créateurs. Cette carte était prête à être diffusée auprès de la population en utilisant le réseau des média­thèques et de petits commerces ayant une valeur symbolique aux yeux des habitants.

Figure 1 – Esquisse de la carte sensible de Tourcoing

Figure 1 – Esquisse de la carte sensible de Tourcoing

Source : S. Laloyaux, 2016.

La carte subjective, un objet géographique

11La carte subjective questionne les modes de représentation et d’appropriation des espaces publics et en cela, cette approche rejoint les expériences de l’artiste plasticien Mathias Poisson, auteur de plusieurs guides touristiques expérimentaux, dessinateur de cartes sensibles, de guides de visites artis­tiques et aventureuses. Les processus qu’il met en œuvre sont généralement collectifs, comme ce fut le cas avec la carte « Entre les dalles » (cartographie du quartier Colombier à Rennes, 2009), faisant appel à d’autres artistes ou à des participants amateurs. Il fait « ressurgir la complexité du réel et traduire la manière dont le paysage se révèle aux sens. » (Olmedo, 2012). La carte subjective « ne se base pas sur des données réelles comme la distance, la disposition précise des lieux, mais sur les impressions des habitants qui insèrent leurs souvenirs, leurs expériences, leurs croyances... » (entretien avec Catherine Jourdan, 2016).

12Toute carte est une vue de l’esprit, le produit d’un discours et de choix. Pour Catherine Jourdan et Pierre Cahurel, la géographie subjective accentue cette manière de faire. Elle est « un genre hybride de documentaire : un documen­taire cartographique, narratif et collectif » (Lahache et Jourdan, www.geographiesubjective.org). La carte subjective est faite « avec » les points de vue de chacun, tenant compte de la valeur des lieux, des récits, des sensations... autour d’un commun, ici la ville (Di Méo, 2007). Il est néces­saire d’écouter les autres, mais aussi de s’écouter parler autour de cet objet territorial qui se crée en commun et qui raconte des vécus souvent éléments de bonheur, de rencontres, d’échanges, d’expériences. D’ailleurs, pour Mauricette Fournier, « la mise en carte des récits convoque les modalités de conservation de la mémoire d’un territoire et de ses pratiques » (Fournier, 2016).

13Les cartes subjectives réalisées avec Catherine Jourdan et son équipe respec­tent, dans le dessin même, un certain nombre de principes graphiques indispensables pour acquérir une légitimité minimale (orientation nord/sud, légende, lisibilité), mais aussi par des codes plus artificiels dans le condi­tionnement et la communication. L’objet produit est plié, reprend les habituelles couvertures des cartes IGN et est vendu comme tel. Ainsi, la carte de Tourcoing utilise la grammaire cartographique classique. Ici aussi le message existe, ne serait-ce que sur la couverture, de couleur brique-orangé, avec des dessins de briques (figure 2).

Figure 2 – Une carte où la matière est saisissable

Figure 2 – Une carte où la matière est saisissable

Source : S. Laloyaux, 2016.

14Mais, c’est également le fond de carte qui rappelle l’importance de l’histoire textile avec des aplats de tissus gris/orange/vert, des fils qui représentent le tracé du métro et qui créent du lien entre certains quartiers (l’Union, ancien quartier industriel, et le reste de la ville, par exemple), mais aussi les pelotes de laine dessinées. Ainsi, dès le début de la légende, les habitants précisent que pour eux aussi, « c’est un territoire marqué par le travail des hommes et des femmes dans les usines, surtout dans les usines textiles. Alors sur notre carte, la ville est en tissu » (Carte de Tourcoing vue par ses habitants, 2016). La carte s’attache à représenter des espaces complexes où se superpo­sent évé­­nements passés ou présents (Fournier, 2016) : la parole est celle des habitants, dont une partie est intimement liée à l’histoire industrielle de la ville.

15Dessiner la carte permet donc, au-delà d’une patrimonialisation qui serait vue comme un processus d’appropriation culturelle essentiellement bour­geois (Veschambre, 2014), de mettre en avant des objets, des traces de cette histoire industrielle, comme les usines.

Les enjeux d’une carte subjective

La diversité des acteurs

16Le nombre d’habitants a fluctué selon les jours. Les stagiaires étaient d’horizons très différents : enfants de la maternelle au collège, jeunes adultes, retraités, personnes en vacances… Ces personnes sont des créateurs, ils sont à la fois des artistes et des habitants qui ont un vécu et un perçu de la ville très différent, et leurs usages de la ville (Olmedo, 2017) sont d’ailleurs prépondérants dans le travail de réalisation de la carte.

17Pour avoir discuté avec l’ensemble de ces personnes, j’ai constaté que les objectifs des uns et des autres étaient très différents. Ils pouvaient être classés en plusieurs catégories : trouver une activité pour occuper les en­fants ; répondre à l’invitation du centre social (pour certains sans réelle motivation, c’est pour cela que les trois jeunes hommes présents lors de la première demi-journée ne sont pas revenus) ; s’exprimer autrement et partager une histoire ; par simple curiosité ou par curiosité professionnelle… Il est possible d’établir une typologie de ces habitants-créateurs et autres acteurs de la ville.

18Ainsi, sur la carte, on peut très facilement repérer les écrits des parents de jeunes enfants qui ont tenu à indiquer les lieux d’accueil pour leurs bambins : des lieux d’allaitement ; des lieux de jeux : jardin des enfants, bac à sable… ; des lieux de culture : le Grand Mix pour des goûters-concerts, la Compagnie du Badinage, le Théâtre de marionnettes…

19D’autres habitants-créateurs avaient à cœur de parler du passé (en violet sur la carte), de l’ancienne gloire industrielle de Tourcoing. De multiples phrases illustrent la carte et invitent à se souvenir, à comprendre cette histoire qui fait partie du patrimoine local, avec :

    • 1 Il s’agit de Jules Watteuw (1849-1947), poète d’expression picarde.
    • 2 Chacune des citations indiquées en italique est extraite de la carte subjective des habitants de To (...)

    « Le Broutteux1, il relatait l’histoire des gens de Tourcoing. »2

    • 3 Aire du jeu traditionnel de la bourle, très pratiqué jusqu’au début du XXe siècle, existant encore (...)

    « La mentalité de l’époque, c’était : la femme à l’église, l’homme au bourloire3. »

  • « On les appelait les Broutteux parce qu’ils venaient avec leurs brouettes plates pour transporter des grands rouleaux de tissu. »

  • « 3 h 45 – Des autobus amenaient des ouvriers du Pas-de-Calais. » (Carte de Tourcoing vue par ses habitants, 2016)

20On reconnaît également l’importance d’un public lié aux centres sociaux, en tant que travailleurs et/ou utilisateurs de ces structures. Structures qui sont d’ailleurs perçues comme autant de lieux de culture de première importance. La légende de la carte subjective le rappelle. Les Maisons des Jeunes et de la Culture, les centres sociaux « activent le quartier. Il faut les mettre bien en valeur sur la carte ! C’est presque des annexes de la mairie. On fait des tas de trucs là-bas. Quand tu cherches une activité, tu trouves tout, surtout pour les enfants et les personnes âgées. Mais le mot « social » fait peur. Certains n’osent pas y aller à cause de ce mot » (Carte de Tourcoing vue par ses habitants, 2016).

  • 4 Les géants sont des figures folkloriques que l’on retrouve dans les carnavals du Nord de la France. (...)

21Cette diversité des acteurs se retrouve aussi dans les personnages, parfois imaginaires, que les habitants-créateurs de la carte ont évoqués. Ils corres­pondent à des temporalités différentes et sont aussi bien des acteurs publics que privés. Ainsi, faisant partie du passé, un ancien maire de la ville est nommé (Gustave Dron, élu de 1899 à 1919 et de 1925 à 1930), mais aussi les grandes familles de l’industrie textile, avec leurs usines, qui symbolisent « la puissance industrielle du passé ». Les acteurs actuels sont nombreux et multiples avec la Mairie, qui « Historiquement », « a pris le relais quand l’industrie s’est cassé la figure. » ; les centres sociaux et Maisons de la Jeunesse et de la Culture, grâce à qui « Les quartiers qui dorment ne dor­ment pas tant que cela. Les centres sociaux les font vivre. » ; les Géants4 (et les associations qui s’en occupent) qui animent les quartiers et l’imaginaire culturel de la population. Une des créatrices explique que sa « géante s’appelle Clémentine. Elle a 16 ans et se déplace à pied. Mais celle-ci existe pour de vrai, non ? »

22Enfin, il existe également une réflexion prospective (Fouache et Laloyaux, 2020) de la part des habitants/créateurs qui s’imaginent endosser le rôle de géants dans un futur plus ou moins proche. J’ai extrait les phrases suivantes, écrites par les habitants-créateurs, à la lecture de la carte :

« Nous – en grands géants potentiels : Il y a des géants dans chaque quar­tier à Tourcoing. Pour la carte, nous avons inventé les nôtres, ils dépen­dent d’un quartier ou se baladent dans toute la ville. Disons que ce sont des géants - résistants qui cherchent à changer la ville. »

« Ma géante s’appelle Bali. Elle se cache dans l’arboretum pour se reposer et observer la population. Elle se sent parfois seule au milieu des images négatives. »

« Mon bébé géant s’appelle Milène. C’est le géant des lieux parents-enfants et de culture. Sa zone de repli, c’est allée de la marbrerie. » (Carte de Tourcoing vue par ses habitants, 2016)

23Ces géants auraient comme objectifs, grâce à leurs « pouvoirs », de modifier la ville, la transformer et changer l’image que l’on peut avoir, surtout vu de l’extérieur, de la cité tourquennoise.

Une commande entre patrimoine et mémoire

24Cette diversité des acteurs illustre la participation de la carte à la diffusion de la mémoire des habitants d’un espace vécu et perçu (Frémont, 1974) : une histoire, une identité autour de l’histoire industrielle de la ville, de la mémoire ouvrière (Di Méo, 2007). Cette identité si particulière participait d’ailleurs au développement d’une forme de démocratie participative, étant donné que les habitants se sont servis de cet outil pour exprimer leurs idées, leurs opinions.

  • 5 Lille est devenue en 2004 Capitale Européenne de la Culture.

25Néanmoins, même si les élus ou les agents de la ville ne sont jamais venus durant l’atelier, il est nécessaire de remettre dans son contexte ce stage. Cette carte était une commande publique à visée socioculturelle menée par la Direction du Rayonnement Culturel de la Ville de Tourcoing. Le projet a été financé principalement par le Réseau des fabriques, issu de Lille 20045, composé des onze Maisons Folies de la Métropole Européenne de Lille dont l’Hospice d’Havré de Tourcoing. Ce réseau accompagne des projets culturels et artistiques en faveur des habitants. Il finance particulièrement des projets originaux afin de démocratiser la pratique culturelle.

26La commande de la carte subjective a été portée dans un contexte particulier, celui de la démarche de labellisation « Ville ou Pays d’Art et d’Histoire » de la ville de Tourcoing. Le label est attribué aux communes qui s’engagent dans une politique de sensibilisation des habitants, des visiteurs et du jeune public à la qualité du patrimoine, de l’architecture et du cadre de vie. Bien évidemment, cet engagement s’ajoute à celui d’une « démarche active de connaissance, de conservation, de médiation et de soutien et à la qualité architecturale et du cadre de vie » (www.culture.gouv.fr). Il est donc néces­saire de tenir compte du patrimoine, matériel et immatériel, qui touche à la mémoire, aux émotions, au vécu de la population. La réalisation de la carte fait partie de ce développement de la démocratie participative, mais aussi de la mise en valeur de l’histoire, des paysages, des savoir-faire de la ville et de ses habitants (Peter Maenhout, adjoint à la culture et au patri­moine, 2016). C’est donc un outil documentaire, réalisé suite à une com­mande, par lequel les habitants, qui y ont participé, ont été totalement libres dans leur expression.

Une carte qui raconte la ville de Tourcoing ; une carte qui ne cesse de rappeler les lieux d’hier et le patrimoine d’aujourd’hui

27Lire la carte des habitants de Tourcoing permet de redécouvrir la richesse du patrimoine industriel de cette ville (Fournier, 2016). Celui-ci peut être classé en trois grandes catégories visibles sur la carte :

  • un patrimoine architectural spécifique et lié à l’histoire industrielle de la ville ;

  • un patrimoine immatériel qui fait l’objet d’une mise en valeur crois­sante ;

  • et un patrimoine naturel redécouvert par la population.

28Le patrimoine architectural se retrouve à travers les multiples manufactures, comme autant de « vaisseaux fantômes ». Ces usines gardent dans les mémoires et dans les paysages de la ville une place importante. Mais, d’autres bâtiments peuvent être considérés comme autant de « lieux à ne pas oublier » de l’ancienne cité industrielle et ont été dessinés par les habitants-créateurs : l’Hôtel de Ville, « avec sa tête de mouton sur la façade », la Chambre du Commerce, la gare ferroviaire, l’église Saint-Christophe, le boulevard industriel, « une vieille frontière (avant, tu te considérais comme un véritable tourquennois lorsque tu habitais à l’intérieur du boulevard industriel) » (citations de la Carte de Tourcoing vue par ses habitants, 2016).

29Un autre patrimoine participant à l’existence de souvenirs, d’émotions raconte le savoir-faire et le savoir-vivre. Il s’agit du patrimoine immatériel qui est tout aussi important à Tourcoing. Ville des images et des musiques, Tourcoing met en avant le concept de ville créative depuis plus de 20 ans. D’ailleurs, ce concept a été utilisé pour communiquer, Tourcoing étant devenue « La Créative », ce qui montre la volonté de l’implication de la Ville dans cette dynamique. La créativité passe par sa régénération urbaine dans laquelle la culture est un levier majeur (Vivant, 2009) grâce aux équipements structurants et aux grands événements organisés tout au long de l’année (Darchen et Tremblay, 2008). Tourcoing connaît une vie culturelle importante. Elle est connue dans la métropole, mais aussi à travers la région et de l’autre côté de la frontière pour son offre, avec par exemple le Festival de Jazz, son conservatoire que l’on retrouve sur la carte... Une partie de cette offre est liée à son histoire industrielle et à la tradition de loisirs qui existait dans les familles de l’industrie textile, bourgeoises ou ouvrières, et grâce aux nombreuses associations. Ainsi, la Grand’Place est l’un des lieux de « la convergence des déambulations, le cœur de la ville, l’espace de la fête et des rencontres des Tourquennois » (Carte de Tourcoing vue par ses habitants, 2016).

Figure 3 – Les serres insérées dans d’anciennes maisons ouvrières

Figure 3 – Les serres insérées dans d’anciennes maisons ouvrières

Sources : Carte de Tourcoing vue par ses habitants, S. Laloyaux, 2016.

30Aujourd’hui, la ville de Tourcoing multiplie les événements festifs afin de changer d’image. Les espaces publics sont propices à cette ouverture créa­tive : les parcs et jardins, par exemple, jouent un rôle important dans la patrimonialisation d’une partie de l’héritage industriel de la ville. « On respire, on ne pense plus. C’est rare à Tourcoing » (Citation de la carte de Tourcoing vue par ses habitants, 2016). Par exemple, le jardin botanique de Tourcoing (figure 3) est un îlot de verdure en plein cœur de ville. Cet espace est ancré dans l’histoire et le patrimoine de la ville de Tourcoing. Il est l’héritage offert à la Ville d’une des grandes familles industrielles du textile. Ce jardin s’étend sur près de 12 000 m² et ses serres sont en partie insérées dans d’anciennes maisons ouvrières. Autre élément amenant de la nature en ville, le canal de Tourcoing qui donne la sensation d’être dans « une zone touristique », « Ici, on se croirait sur les canaux en Belgique. J’ai toujours l’impression d’être dans une image. », « du côté du quai du Halot, c’est classe ! Avant, c’était un lieu de travail. C’est devenu un lieu de prome­nade » (citations de la Carte de Tourcoing vue par ses habitants, 2016).

31La carte est également un outil qui montre une certaine fragmentation en insistant sur l’importance des quartiers et en particulier celui du centre-ville perçu comme « La zone la plus attractive = le centre-ville. – C’est pas un jugement, c’est un constat ! – Oui, mais il n’y a pas que le centre-ville. Si on dit que c’est plus important, on a l’impression d’être oubliés, nous les quartiers ! » Une phrase inscrite sur la carte, et volontairement gardée par les habitants-créateurs, montre cette fragmentation : « Il y a des gens qui ne vont jamais dans le centre-ville ou dans les autres quartiers. » Mais, cela se retrouve également dans d’autres villes de la taille de Tourcoing. « La ville, on dirait un gros bourg avec des quartiers-villages autour. Moi, par exemple, je dis que j’habite à la Bourgogne, pas à Tourcoing » (figure 4). Pour autant, les créateurs de la carte tenaient à ne pas oublier de citer l’ensemble des quartiers, même si certains de ces territoires n’avaient pas de représentants autour de la table.

Figure 4 – Extrait de la carte subjective de Tourcoing : La Bourgogne, un quartier à part ?

Figure 4 – Extrait de la carte subjective de Tourcoing : La Bourgogne, un quartier à part ?

Source : Carte de Tourcoing vue par ses habitants, 2016.

  • 6 La vie est un long fleuve tranquille est un film français réalisé par Étienne Chatiliez et sorti en (...)

32Néanmoins, il existe également une vraie délicatesse dans la carte, délica­tesse qui correspondait à un certain malaise, une fragilité perceptible durant l’atelier. En effet, s’exprimer devant d’autres personnes n’était pas une évidence pour tous et les différents intervenants ne voulaient pas blesser les autres par leurs paroles, ni froisser les habitants de la ville de manière générale. Ils écrivent : « On a essayé d’oublier personne. On avait peur de froisser ou de heurter les autres habitants. On n’a pas trop envie d’insister sur le mal être, la souffrance. On essaie de rester unis. Alors sur la carte, on n’a pas appuyé sur les différences, on a essayé de trouver le consensus » ; et d’ailleurs, « comment mettre sur une même carte des points de vue diffé­rents ? Tout le monde n’a pas la même vie ici ! C’est tout de même ici qu’a été tournée La vie est un long fleuve tranquille6 ! » Ici, ce sont les limites de la carte qui sont abordées. Des limites liées au manque de temps, vu que la résidence ne durait que cinq jours, mais aussi des limites liées au fait que les habitants qui participaient à ce stage n’avaient pas été préparés à ce type de création qui mettait à nu certaines de leurs émotions. Mais également des limites liées à l’exercice proposé : la carte subjective nécessite de faire des choix, de débattre parfois pour créer ce commun réalisé à un instant t.

33D’ailleurs, ce commun n’a cessé de revenir quand il était question de parler de l’histoire, du patrimoine, mais aussi de la richesse culturelle de la ville, même si les lieux et les activités pratiqués ne sont pas toujours les mêmes. C’est d’ailleurs par la culture que passe le renouveau et par des lieux : « Les médiathèques : Elles se dynamisent beaucoup : il y a des expos, des activi­tés. » ; « Le Grand Mix : Il se déplace parfois dans les quartiers. » ; « Le Fresnoy : C’est IMPORTANT mais je n’y suis jamais allée. Moi, si. » ; « Et le conservatoire, vous en avez parlé ? » ; « Le MUba : C’est IMPORTANT mais je n’y suis jamais allée. » ; « Les haïkus sur la ville d’Émeline : Petites créations littéraires soufflées à l’oreille par la média­thèque de la ville. » Les habitants étaient conscients qu’il est nécessaire d’utiliser « la culture ou l’immobilier (des prix attractifs, à l’échelle de la métropole) pour attirer d’autres populations. » Et d’ailleurs, l’une des créatrices rappelait que « tu vas à Tourcoing parce qu’à Lille, tu ne peux pas avoir une maison avec des beaux carreaux de ciment. »

34Ainsi, la carte de Tourcoing est bien un objet documentaire qui permet de saisir l’importance d’un passé industriel qui a façonné la ville et ses habi­tants. Cela faisait consensus autour de la table. Pour l’ensemble des intervenants, la carte devait être un outil qui rappelait cette richesse, ce patrimoine, cette histoire et une mémoire, celle de la population ouvrière.

Quelle est la valorisation d’une telle expérience ?

Des temps forts pour faire connaître cet outil cartographique

35Présentée lors des Journées européennes du Patrimoine par le collectif des géographes amateurs (les habitants-créateurs), la carte était disponible à la vente (au prix symbolique d’un euro) dans différents lieux de rencontres. Elle a été également visible à travers toute la ville pendant trois mois sur une dizaine de panneaux JCDecaux, avec un format adapté, et a fait l’objet de communications dans des brochures liées à la promotion de la culture, comme Fabrica, qui permet aux habitants de la Métropole européenne de Lille d’être informés de l’actualité du réseau des Fabriques culturelles.

36D’autres temps forts ont permis de présenter la carte à un public plus large, mais aussi aux élus et agents de la ville, avec la présence des habitants créateurs. Un casse-croûte VivaCités, association d’éducation à l’environ­ne­ment, a été entièrement dédié à la carte. Il s’est réalisé dans la chapelle de l’Hospice d’Havré, la veille des Journées Européennes du Patrimoine, le 16 septembre 2016. Catherine Jourdan, Frédérique Coppin et moi-même avons présenté la carte, le processus de création et nos expériences communes. Ici, le public était composé principalement de professionnels de l’espace urbain et d’étudiants en géographie et urbanisme.

37La diffusion de la carte a permis à des enseignants de s’emparer de cet outil et de le mettre en pratique auprès d’élèves d’âges variables. Elle a été exploi­tée avec les enseignants volontaires dans les établissements du Primaire et du Secondaire du secteur. Une journée d’information, sous forme d’ateliers, a été organisée par l’Association des Professeurs d’Histoire-Géographie, la Ville de Tourcoing et avec l’aval de l’Éducation nationale, en janvier 2017 pour les sensibiliser à la carte subjective, pour leur expliquer la genèse de cette carte et pour qu’ils rencontrent une partie des acteurs. Le principal objectif de cette « formation » était de faire vivre la carte subjective, de relayer le travail réalisé et de faire que des élèves créent, avec leurs enseignants, de nouvelles cartes de leur quartier. Des travaux se poursuivent encore aujourd’hui dans les établissements, avec des sorties sur le terrain où les élèves imaginent leur territoire dans 20 ou 30 ans, où ils réfléchissent à la place de la nature et du patrimoine en ville, où ils prennent le temps d’aller à la rencontre des habitants et des acteurs du territoire de manière générale.

Participer au renouveau de la Ville

38De plus, concernant les utilisations possibles de la carte, on pense forcément à son éventuel rapport avec une dynamique de transformation de l’espace. Ce type d’outil pemet a minima de confronter le regard des décideurs qu’ils ont sur leur ville à celui que leur renvoie ceux qui ont réalisé cette carte. Si une mairie passe commande d’un tel projet, c’est peut-être pour mieux connaître le contexte urbain et, donc, pour mieux le transformer. Cette carte a été présentée aux services d’urbanisme et d’aménagement de la ville, elle a également été analysée lors de groupes de travail internes de ces services. Un des symboles de cette prise en compte (même si la carte n’est pas l’élément déclencheur) est l’inauguration, le 17 novembre 2016, de la première antenne décentralisée de l’Institut du Monde arabe dans un bâti­ment emblématique du patrimoine tourquennois : l’ancienne école de natation construite en 1904 et où tous les enfants apprenaient à nager. Les messages des habitants sont donc connus. L’image qu’ils ont de leur ville également. Et rendre les habitants fiers de leur territoire est un indicateur majeur de réussite d’un urbanisme durable, un outil de marketing urbain.

39Ainsi, la partie de la carte autour de la gare ferroviaire montre l’espoir apporté par l’arrivée du Ouigo à Tourcoing. En effet, depuis décembre 2015, des TGV-Ouigo partent et arrivent quotidiennement de et vers Paris (CDG / Marne-la-Vallée), Lyon et les autres métropoles françaises. En 2016, plus de 1 800 voyageurs transitaient chaque jour par cette gare qui, aujourd’hui, revit et connaît actuellement des travaux d’adaptation. Ici, les habitants, même s’ils n’utilisent pas tous ce mode de transport, sont bien conscients de l’importance de cet aménagement et de la nécessité de relier la gare aux autres infrastructures dont le métro ; mais aussi de poursuivre le tracé de ce même métro au-delà de la frontière, vers Courtrai, dans une métropole qui porte le nom de Métropole Européenne de Lille.

40Ce travail collaboratif permet donc de vérifier la pertinence des aménage­ments publics (métro, MJC et centres sociaux, infrastructures sportives et culturelles, face aux attentes de la population ; mais aussi de voir ceux qui sont aujourd’hui nécessaires et de lutter également contre la fermeture des petits commerces (« Ils disparaissent de la ville ! »). Il participe à une réflexion qui dépasse le simple cadre du patrimoine et de la culture.

Un exercice qui permet de montrer une certaine fierté des habitants face à leur ville

41Finalement, la carte subjective de Tourcoing est aussi un outil qui permet de mettre en avant les aspects positifs de la ville, même si l’on ne peut nier certaines difficultés que l’on retrouve dans les paysages, mais aussi dans les pratiques des habitants : fermetures des commerces de proximité, inégalités socio-spatiales : « le Tourcoing social et celui des belles maisons », « la mauvaise réputation »…

42Les habitants de la ville revendiquent une certaine indépendance par rapport à Lille, une ville dont on écrit le nom à l’envers, comme si on lui tournait le dos, par défi ; et en même temps, leurs craintes sont perceptibles : Tourcoing n’est-elle qu’une « ville-dortoir » ? « Est-ce qu’en 2100, on ne sera qu’un quartier périphérique de Lille ? ». Ils ont également un regard ambivalent envers Roubaix, cette sœur jumelle-ennemie (Burlet, 1952).

43Il sort également de cette carte une certaine fierté de la part des habitants face au passé de la ville qui a « des friches avec un certain cachet », des « beaux bâtiments qui font la fierté de la ville. Il faut le dire ! », et une « portion magnifique du canal. Quand je passe, je pense tout de suite à la puissance d’avant. » ; mais aussi de nombreux espoirs. D’ailleurs, un quartier réunit ce lien entre passé, présent et futur : il s’agit du quartier de l’Union, « L’Union, c’est un no man’s land. Le soir on a l’impression qu’il pourrait y avoir un fait divers. Le jour, on en est fiers. » Ce quartier, qui a accueilli les industries textiles et qui aujourd’hui est un écoquartier, concentre de nombreuses problématiques tourquennoises, tout en étant un quartier en devenir, un quartier durable où le passé est encore présent (friches, brasserie Terken, Café Salah…) et le futur déjà là (Centre Européen des Textiles Innovants, Imaginarium, parc…) ; un quartier où là aussi on peut se cultiver (Le Fresnoy, l’Imaginarium, la Maison de l’Union…).

44Finalement, la carte subjective des habitants de Tourcoing est un outil documentaire qui permet de saisir les rapports émotionnels, sensoriels et représentationnels de ce territoire. Elle est un support de médiation, le support d’un vécu spatial dans un réel qui est pluriel, celui des habitants de Tourcoing (Landrin, Matuzesky et Alario, 2018). En cela, pour les élus, les techniciens de l’urbanisme et de la culture, ce type de pratique culturelle locale participe à « faire territoire » (Giroud et Veschambre, 2010), au moins le temps de l’exercice.

45Pour autant, cinq ans après sa réalisation, qu’en reste-t-il ? Peut-être un bon souvenir auprès des habitants créateurs, qui, pour certains, se rencontrent à certains événements, en parlent encore et ont pris l’habitude d’oser un peu plus. Peut-être une autre manière de voir la ville, par le bas, pour des élus et des techniciens, convaincus de l’importance de la démocratie participative, même s’ils ne sont pas nombreux. La parole des habitants, surtout ceux que l’on entend trop peu, bénéficie de ces temps de réflexion. Et peut-être des pratiques pédagogiques dans certains établissements scolaires, dans certaines classes, là où les élèves vont sur le terrain pour comprendre où ils vivent et comment mieux pratiquer leurs territoires, pour réfléchir à leur avenir en tant que citoyens (ife.ens-lyon.fr/geo-et-prospective ; Laloyaux, 2016).

Haut de page

Bibliographie

BURLET H., 1952, Autrefois, sœurs ennemies : hier, sœurs jumelles : aujourd’hui, sœurs siamoises [Roubaix-Tourcoing].

DARCHEN Sébastien, TREMBLAY Diane-Gabrielle, 2008, « La thèse de la “classe créative” : son incidence sur l’analyse des facteurs d’attraction et de la compétitivité urbaine », La compétitivité urbaine et la qualité de vie, Interventions économiques, n° 37.

DI MÉO Guy, 2007, « Identités et territoires : des rapports accentués en milieu urbain ? », Métropoles [en ligne], n° 1, mis en ligne le 15 mai 2007, consulté le 8 septembre 2020.

FOUACHE Laurence, LALOYAUX Sonia, 2020, « Construire l’avenir », Cahiers pédagogiques, n° 559.

FOURNIER Mauricette (dir.), 2016, Cartographier les récits, Clermont-Ferrand, PUBP, 242 p.

FRÉMONT Armand, 1999 (1976), La région, espace vécu, Paris, Champs-Flammarion, 288 p.

FRÉMONT Armand, 1974, « Recherches sur l’espace vécu », Espace géographique, tome 3, n° 3, p. 231-238.

GAUJAL Sophie, mars 2019, « La cartographie sensible et participative comme levier d’apprentissage de la géographie », VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement [en ligne], vol. 19, n° 1, mis en ligne le 05 mars 2019, consulté le 13 septembre 2021.

GIROUD Matthieu, VESCHAMBRE Vincent, 2010, « Villes créatives, villes concurrentes : les candidatures françaises au titre de capitale européenne de la culture 2013 », L’Observatoire, vol. 1, n° 36, p. 73-75, consulté le 20/03/2021.

GUINARD Pauline, TRATNJEK Bénédicte, 2016, « Géographies, géographes et émotions », Carnets de géographes [en ligne], n° 9, mis en ligne le 30 novembre 2016, consulté le 23 septembre 2020.

LAHACHE Florent, JOURDAN Catherine, « Tracer le commun », www.geographiesubjective.org, consulté le 20/03/2021.

LALOYAUX Sonia, 2016, « Imaginer la renaissance d’un ancien quartier indus­triel : l’éco-quartier de l’Union (Tourcoing, Roubaix, Wattrelos) », ife.ens-lyon.fr, consulté le 20/03/2021.

LANDRIN Lise, MATUZESKY Guillaume, ALARIO Antoine, 2018, « Rencontres méthodologiques #1 : “À la découverte de la cartographie sensible” le compte rendu de la journée », alterites.hypotheses.org, consulté le 20/03/2021.

MEKDJIAN Sarah, OLMEDO Élise, 2016, « Médier les récits de vie. Expérimenta­tions de cartographies narratives et sensibles », Mappemonde, n° 118, consulté le 20/03/2021.

OLMEDO Élise, 2017, « L’expérimentretien comme méthode d’enquête. Cartogra­phie sensible et terrains de recherche collaboratifs entre art et géographie », Mappemonde, n° 121, consulté le 20/03/2021.

OLMEDO Élise, 2015, Cartographie sensible : tracer une géographie du vécu par la recherche-création, Université Panthéon-Sorbonne, thèse de géographie, 505 p.

OLMEDO Élise, 2012, « Cartographier les interstices de la ville, Mathias Poisson », strabic.fr, consulté le 20/03/2021.

SANSOT Pierre, 2004, Poétique de la ville, Paris, Payot et Rivages, 625 p.

VESCHAMBRE Vincent, 2014, « La cheminée d’usine entre « totem et tabou » : effacement versus appropriation d’un symbole du passé industriel », L’Homme & la Société, n° 192, p. 49-68.

VIVANT Elsa, 2009, Qu’est-ce que la ville créative ?, PUF, La Ville en débat, 96 p.

www.culture.gouv.fr, article « Label “Ville ou Pays d’art et d’histoire” », consulté le 20/03/2021.

www.geographiesubjective.org, site de Catherine Jourdan, consulté le 20/03/2021.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit de Jules Watteuw (1849-1947), poète d’expression picarde.

2 Chacune des citations indiquées en italique est extraite de la carte subjective des habitants de Tourcoing.

3 Aire du jeu traditionnel de la bourle, très pratiqué jusqu’au début du XXe siècle, existant encore aujourd’hui, en particulier à Tourcoing.

4 Les géants sont des figures folkloriques que l’on retrouve dans les carnavals du Nord de la France. Certains d’entre eux datent du XVIe siècle, d’autres sont très récents. Tous symbolisent un quartier, une ville. Ils sont inscrits sur la liste des chefs-d’œuvre du patri­moine oral et immatériel de l’humanité par l’UNESCO depuis 2005.

5 Lille est devenue en 2004 Capitale Européenne de la Culture.

6 La vie est un long fleuve tranquille est un film français réalisé par Étienne Chatiliez et sorti en 1988.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Esquisse de la carte sensible de Tourcoing
Crédits Source : S. Laloyaux, 2016.
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/17467/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Figure 2 – Une carte où la matière est saisissable
Crédits Source : S. Laloyaux, 2016.
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/17467/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 3 – Les serres insérées dans d’anciennes maisons ouvrières
Crédits Sources : Carte de Tourcoing vue par ses habitants, S. Laloyaux, 2016.
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/17467/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Figure 4 – Extrait de la carte subjective de Tourcoing : La Bourgogne, un quartier à part ?
Crédits Source : Carte de Tourcoing vue par ses habitants, 2016.
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/17467/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sonia Laloyaux, « La carte subjective des habitants de Tourcoing »Géographie et cultures, 116 | 2022, 77-95.

Référence électronique

Sonia Laloyaux, « La carte subjective des habitants de Tourcoing »Géographie et cultures [En ligne], 116 | 2022, mis en ligne le 02 novembre 2022, consulté le 31 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/gc/17467 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gc.17467

Haut de page

Auteur

Sonia Laloyaux

Territoires, Villes, Environnement & Société (TVES) - ULR 4477, Université de Lille
laloyauxsonia59@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search