Navigation – Plan du site

AccueilNuméros116VariasLa montagne alpine

Varias

La montagne alpine

Un espace médiatique de la blanchité ?
The alpine mountains: a media space of whiteness?
Léa Sallenave
p. 183-201

Résumés

Les notions de racialisation et de blanchité pour analyser les espaces récréatifs en montagne ont été peu utilisées en France. Cet article confronte les représentations véhiculées par un corpus d’images promotionnelles, valorisant les corps blancs en station de sports d’hiver entre 2018 et 2020, et d’images fiction­nelles, mettant en scène des protagonistes noirs et métis en montagne. Les sites Internet des stations des Alpes vantent clairement la blancheur de la clientèle de leurs espaces et relèguent les populations non blanches au sein d’espaces périphé­riques, voire les invisibilisent. Paradoxalement, les comédies grand public, mettant en scène des personnages noirs et métis pratiquant des activités alpines, contri­buent à renforcer la montagne comme « espace blanc ». La montagne y est ainsi lue comme un espace de manifestation de la blanchité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En octobre 2018, dans une lettre ouverte intitulée « Les Blancs dominent-ils le plein air ? »1, David Labistour, chef de la direction de la Mountain Equipment Co-op (MEC)2, présentait ses excuses à la clientèle. Il regrettait d’avoir privilégié des mannequins blancs dans les publicités de l’entreprise. Il expliquait : « cette imagerie a perpétué la notion manifestement erronée que les personnes de couleur au Canada ne pratiquent pas le ski, la randon­née, l’escalade ou le camping. » Les espaces de plein air médiatisés de la sorte invisibilisaient les corps notamment noirs et survisibilisaient les corps blancs. Depuis lors, les mannequins ne sont plus systématiquement des personnes blanches. Ce mea culpa souligne que les images ne sont pas innocemment produites (elles relèvent d’une construction qui engage leurs auteur·es) et qu’on leur prête un pouvoir performatif.

  • 3 D’après Fatiha (prénom fictif), française, ascendance originaire du Maghreb, puis Béchir (prénom fi (...)

2En empruntant aux études des représentations médiatiques questionnant la racialisation (Cervulle, 2010 ; Macé, 2013 ; Rebillard & Camille Noûs, 2020), cet article présente l’analyse d’un corpus d’images promotionnelles et cinématographiques, campant des pratiquant·es d’activités en montagne entre 2009 et 2020, principalement l’hiver. J’ai utilisé en partie ces résultats dans le cadre de ma thèse. J’y explore les liens entre éducation populaire, jeunesses des quartiers populaires et espaces de « nature », en me concen­trant sur la montagne autour de Grenoble. J’ai ainsi confronté ce corpus aux discours et pratiques d’acteurs/actrices sur le terrain alpin pour comprendre, entre autres, le poids d’images médiatiques dans la fabrique des représenta­tions et des imaginaires de montagne. Parmi les enquêté·es, plusieurs ont relayé l’idée que les activités de montagne seraient d’abord le fait de « Blancs » : il serait par exemple « traditionnel » pour les « Blancs » de séjourner dans un chalet lors des vacances d’hiver (entretien), les monta­gnards (sous-entendus blancs) seraient surpris de croiser des « Arabes » en altitude (observation), ou encore, la montagne ne serait pas faite pour les « re-noi » (entretien)3. J’ai relevé l’importance prise par les catégorisations ethniques, raciales et liées à la nationalité au cours d’observations : en randonnée avec plusieurs jeunes, j’ai pu entendre parler d’« Arabes », de « Noirs », de « Blancs », mais aussi d’« Algériens », de « Marocains », de « Tunisiens » ou encore de « juifs » et « musulmans ». J’ai donc interrogé et examiné les processus de visibilisation/invisibilisation médiatiques des personnes perçues comme blanches, noires ou métisses au sein des espaces récréatifs de montagne, pour saisir comment ces représentations, associant « Blancs » à montagne, pouvaient émerger.

Corpus et méthodologie

  • 4 Portes du Soleil, Trois Vallées, Paradiski, Evasion Mont-Blanc, Grand Massif, Espace Killy, Espace (...)

3La première partie du corpus est constituée de plus de 1 000 visuels, fixes ou animés, illustrant les sites Internet de quatorze domaines skiables alpins4, à la veille de la saison hivernale 2018-2019 et à la fin de la saison 2019-2020.

4En parcourant leur site Internet et répertoriant les visuels mettant en scène des individus, je constate une présence écrasante de personnes que j’identifie comme blanches. J’ai limité ma recherche à 40 visuels par domaine, en ciblant prioritairement les pages d’accueil et les rubriques activités proposées par les stations. Au-delà de ce seuil fixé à 40 visuels, j’ai procédé à des navigations aléatoires et à une navigation plus détaillée des rubriques activités. Les sites d’Avoriaz, de Tignes et des Trois Vallées ont été explorés intégralement. Dans un tableau, organisé en fonction des rubriques propo­sées par les sites, j’ai classé les visuels en décrivant les corps présents, leur activité, leur cadrage, leur positionnement les uns par rapport aux autres, m’inspirant de l’analyse publicitaire de Goffman (1977), et en me fiant à ma perception (par définition faillible) pour identifier les couleurs de peau.

5Cette hétéro-identification comporte des biais. Premièrement, celui de laisser penser que les termes de « Noir.e » ou « Blanc.he » seraient des « catégories naturelles de perception », alors qu’ils relèvent d’une construction socio-historique, sans pour autant « nier la matérialité des différences de degrés de pigmentation des peaux » (Trawalé, 2019). Deuxièmement, celui de l’impossibilité pour les personnes repérées de s’auto-identifier. Les per­sonnes perçues comme blanches, métisses ou noires, pourraient ne pas se reconnaître dans cette identification, ni se définir ainsi. Comme le note le sociologue Éric Macé, « on sait peu de chose des personnes que l’on voit » (2013, p. 182). Et évidemment, elles ne se réduisent pas à ce marqueur somatique, bien qu’il soit toujours un marqueur social fort dans notre société. Comme le rappelle l’anthropologue A. Lavanchy : « la catégorie des « Blanc·he·s » n’existe que parce que celle des « Noir·e·s » existe et vice-versa. Mais cette différence n’est pas neutre (…) elle ne se contente pas de produire ces groupes (et d’autres), elle les organise dans des rapports de pouvoir asymétriques, en infériorisant, altérant, discriminant les personnes noires – en les racisant » (2020, p. 95).

6La seconde partie comprend des films dits « grand public » mettant en scène des personnages principaux noirs et métis évoluant en contexte montagnard : La Première étoile (2009), La Deuxième étoile (2017) réalisés par Lucien Jean-Baptiste et L’Ascension par Ludovic Bernard (2017). J’ai étudié séquence par séquence le premier et dernier films du corpus, en transcrivant les dialogues et en ciblant les différents rapports de domination à l’œuvre durant les interactions. Dans un tableau, j’ai classé les propos tenus en fonction des oppressions relevées (liées au sexisme, classisme, racisme, âgisme). À l’exacerbation des archétypes normatifs visant les personnages métis dans La Première étoile, répond une critique plus mordante sur certaines réalités sociales des jeunes habitant des quartiers populaires dans L’Ascension.

7À l’instar d’É. Macé, décodant les manières dont la télévision active des stéréotypes lorsqu’elle met en scène des « ‘minorités visibles’ », j’observe dans ces deux corpus les « éventuelles disparités de traitement » des indivi­dus (en utilisant des indicateurs comme la visibilité, l’invisibilité, l’occupation de places centrales, périphériques, les rôles de premier plan ou subalternes, les marqueurs du statut social), venant traduire des positionne­ments différenciés et asymétriques (majoritaire/minoritaire) dans l’espace social (2007).

8J’estime que ces images, en plus de refléter des représentations dominantes, contribuent à produire une norme, faisant de la montagne un espace de manifestation de la blanchité. En effet, les espaces de montagne médiatisés sont construits comme un « espace blanc » (Anderson, 2015) et je montre comment la blanchité opère, en valorisant certains corps (blancs) au détri­ment d’autres (noirs) (Cervulle, 2013 ; Lavanchy, 2018).

Analyser des représentations de la montagne « au prisme de la racialisation » (Rebillard & C. Noûs, 2020)

9Cet article s’inscrit dans le champ d’étude qu’Inès Bouzelmat nomme « la question raciale » (2019) : il interroge, entre autres, la place de populations minorisées en raison de rapports de pouvoir structurels, qui ciblent, dépré­cient, relèguent et altérisent des personnes vues comme non blanches. L’his­to­rien Pap Ndiaye a spécifiquement travaillé sur la création d’une condition noire en France (2008) en montrant qu’y être noir·e relève d’une expérience sociale com­mune : les « Noirs » apprennent qu’ils le sont dans la mesure où « on les consi­dère comme tels » (2006, p. 37). Il explique que les lieux de loisirs peuvent être des lieux de discriminations (2008). Stuart Hall, figure majeure des cultural studies, pointe l’impératif politique de combattre l’essentia­lisa­tion, la fétichisation et les stéréotypes « des pratiques de représentations » des « Noirs » (2008, p. 288), lutte qui mettrait fin à tout « sujet Noir essentiel » (idem, p. 291). Les oppositions aux stigmatisations et discriminations vécues par les « Noir·es » ont notamment été étudiées par la sociologue Patricia Hill Collins. Elle a travaillé sur les archétypes normatifs contribuant à essentiali­ser les Africaines-Américaines et sur leurs résistances aux oppressions multiples (2018). Quant au sociologue Éric Fassin et à l’anthropologue Mara Viveros Vigoya, il/elle rappellent que se saisir de la blanchité permet de déconstruire les privilèges associés à des personnes identifiées comme blanches (2019). Tout en mobilisant ce concept, cette dernière autrice en indique néanmoins les limites s’il venait à se transformer en « catégorie d’expérience figée, monolithique et essentialisée » (2018, p. 138). Reste que la blanchité continue à modeler les espaces sociaux et « n’est invisible que pour ceux qui l’habitent » (idem, p. 140). En effet, bien qu’étant une cons­truction idéologique, la blanchité confère des privilèges sociaux concrets aux personnes identifiées comme blanches et associe cette couleur de peau à des valeurs ou idées positives (la pureté, l’universalité) (Lavanchy, 2018, p. 155). Comme le précise la sociologue Solène Brun, « la blanchité désigne une position raciale blanche dans l’espace social racialisé » qui se caracté­rise par une « position dominante dans le rapport social de race » (2021, p. 93). Ainsi, plusieurs auteur·es, à l’instar de la réalisatrice Amandine Gay (2018) et de la sociologue Sarah Mazouz (2020), montrent comment le privilège blanc continue d’exacerber les inégalités en France et comment la blanchité se manifeste à travers l’« altérisation des personnes non blanches » (Lépinard, 2021, p. 129). Ces travaux permettent de comprendre comment une norme, établie par un groupe dominant, peut visibiliser ou invisibiliser des groupes dits minoritaires (Lépinard & Mazouz, 2019).

10La littérature française abordant les pratiques récréatives et touristiques en montagne ne traite pas spécifiquement du rapport social de « race ». Le rapport de classe a été le plus abordé, comme lorsqu’est analysée l’élite des alpinistes, qui cherche à se distinguer des approches touristiques « vul­gaires » de la montagne (Moraldo, 2021), ou lorsqu’est retracée l’histoire de la démocratisation des pratiques de montagne (Hoibian, 2020). De manière ponctuelle, la géographe Lise Piquerey pointe l’absence de personnes non blanches dans les documents promotionnels vantant les stations de sports d’hiver alpines luxueuses (2016). Cet article propose d’étendre et de systé­matiser cet axe de recherche, en recourant aux études critiques sur la raciali­sation (Mazouz, 2020, p. 49).

11Le questionnement lié aux enjeux de racialisation dans les espaces récréatifs de plein air a été en grande partie nourri par des auteur·es anglophones. Par exemple, le sociologue Anthony K. Harrison a appliqué le concept de « racial spatiality » aux espaces de montagne (2013). Le sociologue Derek C. Martin démontre pour sa part que les activités de plein air sont construites comme un « espace blanc » par les publicités (2004). Les images d’outdoor proposent en général un univers marqué par la blanchité et une invisibilisation des personnes noires. Pour la doctorante Jacqueline Scott il s’agit là d’un « apartheid visuel » (2018), contribuant à mettre celles-ci à distance. S’y sachant en minorité, elles ne privilégieraient pas ces activités.

12Je tente de voir ici comment les mécanismes de stratification ethno-raciale, appréhendés dans les pratiques de loisirs de plein air nord-américaines, peuvent trouver un écho en France (Lépinard & Mazouz, 2019). Les con­textes entre Amérique du Nord et France varient évidemment, mais des transpositions sont possibles d’un espace à l’autre (Collins, 2018). Si, en abordant la question raciale en France, « les terrains d’étude sont la plupart du temps historiquement ou géographiquement lointains », la perspective de cet article est autre (Bouzelmat, 2019). L’objectif est d’interroger les espaces montagnards, principalement des Alpes françaises, comme des espaces où se jouent des rapports sociaux de domination, à travers les enjeux de visibilité-invisibilité de personnes perçues comme blanches et non blanches.

13Dans une première partie, je me concentre sur l’échantillon d’images promotionnelles diffusées par des stations de sports d’hiver des Alpes entre 2018 et 2020. Les images de la montagne proposées sur les sites Internet sont majoritairement celles d’une montagne blanche, où les personnes perçues comme noires ou métisses sont quasi absentes. Dans une deuxième partie, j’aborde les comédies populaires faisant de la présence en montagne de personnes identifiées, ou qui s’identifient, comme noires ou métisses, une exception en regard de l’hyper-visibilisation médiatique des corps blancs. Elles traduisent certaines représentations collectives : une visibilité des personnes non blanches en montagne relèverait d’un écart à la norme blanche.

Absence des personnes vues comme non blanches en montagne : une invisibilité construite par les images promotionnelles

14Une image est toujours une mise en scène et n’échappe aucunement aux enjeux socio-politiques. Le marketing touristique contribue à alimenter « les représentations sociales communes » (Fourny, 2018). Ainsi, les sites Internet des grands domaines de sports d’hiver des Alpes présentent les activités de montagne les plus attractives (par exemple, les sports de glisse) pratiquées par des personnes quasi exclusivement identifiées comme blanches. En cela, ils participent à l’invisibilisation de personnes vues comme non blanches. Ces images alimentent la blanchité, qui produit des espaces où les « (…) corps non blancs sont remarquables ou marginaux, à moins qu’il ne « pas­sent pour blancs » » (Viveros Vigoya, 2018, p. 141).

Une promotion de la montagne blanche : un état des lieux à l’échelle des Alpes françaises

  • 1 La destination Savoie Mont Blanc atteint la 6e place mondiale pour la pratique du ski en 2018-2019, (...)

15D’un site promotionnel à l’autre, on ne voit guère de diversité des couleurs de peau. Aucun site, sur les quatorze des domaines explorés entre 2018 et 2020, ne montre de façon explicite de personnes identifiées comme noires ou métisses en page d’accueil. Et ce alors que les Alpes figurent parmi les destinations touristiques mondiales1 et qu’une « sociabilité cosmopolite des classes dominantes » marquent certaines stations (Piquerey, 2016). Ces sites mettent en scène ce que je nomme une monochromie blanche spatiale. Ces sites promeuvent les avantages que confèrent le fait d’être identifié·e comme blanc·he. Occuper une position de privilège d’après ces images revient à profiter des plaisirs et bienfaits des espaces ludo-récréatifs de plein air : l’expérience spatiale du bien-être en montagne (joie de la glisse, bon air alpin, symbiose avec la « nature ») est d’abord vécue par les personnes blanches. Les espaces les plus valorisés et centraux de la station (comme les espaces de glisse) sont occupés par les personnes blanches. Pour trouver des personnes non blanches, il est nécessaire de fouiller patiemment dans les rubriques. Quelques figures perçues comme métisses ou noires apparaissent mais en proportion infime.

  • 2 Comme le précise E. Macé, « l’expression la plus juste serait ‘perçu comme blanc’ » (2013, p. 182), (...)
  • 3 Je ne parle pas des photos captant des événements tous publics comme les compétitions de ski amateu (...)

16Ce décompte, pour questionner la visibilisation/invisibilisation des per­sonnes, repose sur ma capacité à voir les corps, les visages. Or, de nom­breuses photos mises en avant par ces sites campent des individus emmitouflés. Sur les visuels, certain·es pratiquant·es sont de dos ou éloi­gné·es de l’objectif pour mettre en valeur l’immensité paysagère ou l’abondance de neige. Mais dès que le plan est resserré, les corps exposés sont prioritairement ceux de personnes blanches, sans ambiguïté2 et à une écrasante majorité. D’autres photos prises en plongée affichent des foules rassemblées pour un événement festif. Le doute est permis mais la blancheur prédomine. En effet, même si certaines photos ne permettent pas de se prononcer sur la couleur de peau, le constat reste identique : ces domaines de montagne sont montrés comme investis majoritairement par des personnes blanches. Et les images promotionnelles les vantent ainsi : le cadrage serré les valorise systématiquement. Elles donnent un signal fort sur qui peut s’imaginer en train d’évoluer, d’interagir dans ces espaces, et qui peut se sentir à sa place en station (Gay, 2018). Ces images avalisent l’idée que les séjours en montagne seraient d’abord le fait de populations blanches. Toutes les personnes présentes sur les photos professionnelles promouvant la station relèvent d’un casting : elles ont été soigneusement choisies pour incarner les clientèles de ces stations3. Ces visuels reflètent des représentations sociales construites sur le temps long : comme le dit A. K. Harrison, le ski, activité phare de ces stations, a été historiquement façonné par la blanchité (2013, p. 324).

17L. Piquerey a analysé les dispositifs socio-spatiaux « permettant la distinc­tion et sélectivité » dans les stations alpines haut de gamme (2016). Pour cela, elle s’est notamment intéressée aux brochures touristiques qui « parti­cipent à la représentation de la ségrégation ou du moins des distinctions socio-spatiales ». En s’appuyant sur 165 photographies, elle constate que : « Les personnes photographiées sont dans tous les cas de type européen – blanc, jeunes et sains […] avec une diversité que nous pourrions qualifier de totalement absente […] » (p. 209). Ces constats s’appliquent à mon propre corpus : les peaux blanches, claires, et souvent au teint hâlé, sont valorisées. Si l’on se concentre sur les images affichant des femmes, on repère un modèle de féminité dominant, qui se décline d’un site à l’autre. Il s’agit en général d’une femme blanche, svelte, jeune, souriante, en bonne santé physique apparente, les cheveux lisses et souvent blonds (Collins, 2018, p. 162). Solène Brun, s’appuyant sur Richard Dyer spécialiste entre autres des white studies et de la construction de la représentation des personnes blanches et non blanches au cinéma, relève que la blondeur a été « histori­quement construite comme parangon de la blanchité » (2021, p. 88). Ces sites reconduisent des archétypes, puisque l’historienne Annie G. Coleman démontre que, dans les années 1950 déjà, l’industrie du ski puisait dans les images publicitaires en vogue, la figure populaire des femmes blondes, pour promouvoir son activité (1996, p. 589).

18Le corps blanc incarne la norme dans ces espaces récréatifs de plein air. Choisir de ne pas montrer de touristes noir·es, c’est renoncer à davantage ouvrir les imaginaires, et contribuer à limiter, du moins symboliquement, l’accès en station à des populations non blanches. Mais c’est surtout refuser de prêter « attention à la diversité raciale présente dans le ski » (Harrison, 2013, p. 317). En naviguant sur les sites promotionnels, l’identification de cet espace comme un espace du privilège blanc s’impose. La profusion d’images fortement semblables d’un domaine à l’autre invite à cette conclu­sion. En proposant un discours homogène sur les pratiquant·es des activités de plein air en montagne, les promoteur·es de station construisent un monde virtuel dominé par les personnes blanches et comme fait pour elles. Même si cette mise en avant systématique d’un groupe majoritaire blanc n’était pas voulue, ni pleinement conscientisée, reste que ces images nourrissent la représentation d’une montagne récréative investie quasi exclusivement par des personnes blanches. Ces visuels contribuent en partie à la fabrication d’une condition minoritaire (Ndiaye, 2008), en invisibilisant les corps non blancs, et alimentent la blanchité en tant que « lieu de pouvoir, de privilèges symboliques, subjectifs et matériels » (Viveros Vigoya, p. 140). Dans ce monochrome blanc virtuel, des personnes non blanches sont parfois mises en scène, en certains lieux précis.

La montagne, lieu du seul privilège blanc ? Une présence des corps non blancs très relative à l’échelle de chaque domaine

19Si, à la vue de ces images, le territoire de haute montagne relève d’un espace blanc hégémonique, une minorité de visuels laissent apparaître des corps non blancs. En entrant dans le détail de quelques sites Internet, je note une présence de personnes perçues comme métisses ou noires au sein de certains espaces des stations (en général hors des pistes ou dans les espaces inté­rieurs) et pratiquant des activités bien spécifiques, par exemple, nocturnes, festives, ou artistiques.

20Les vidéos consacrées aux familles sur les sites Internet des grands domaines alpins analysés sont éclairantes : en général, elles campent des familles blanches, incarnées par un couple hétérosexuel et ses deux ou trois enfants. La vidéo « Les Gets, une destination familiale », station servant de cadre pour le film La Première étoile, met en scène des personnes perçues comme blanches. A. K. Harrison a démontré que les médias façonnaient le marché en étant capables d’attirer certaines populations et d’en décourager d’autres. En visualisant ces images, on peut intérioriser l’idée qu’une pratique de montagne est l’apanage de certain·es (2013). Ces images, construites de cette manière, tendent à fabriquer des groupes distincts : les « Blancs » au ski, les « non Blancs » en dehors. Dans la rubrique « Découvrir » du site Internet de la station d’Avoriaz, sur les 77 photos avec présence de personnes, deux photos seulement semblent représenter des personnes métisses : l’une montre une mère et son enfant en bord de piste, l’autre une personne dans la foule d’une soirée. Neuf vidéos présentent quelques plans avec des per­sonnes vues comme noires, notamment lors d’une partie de football améri­cain sur neige. Dans la rubrique « Skier », l’activité attractive par excellence, sont regroupés 42 visuels mettant en avant de façon exclu­sive des personnes perçues comme blanches.

21Certaines activités des stations rendent plus visibles des personnes perçues comme non blanches : par exemple, dans les espaces de divertissements, notamment nocturnes. Ainsi, une segmentation des espaces de la station s’opère. Lorsque l’on aperçoit des personnes perçues comme noires ou métisses sur les images promues, elles n’exercent quasiment jamais de sports de glisse. À Avoriaz, on voit des artistes métis sur une vidéo présentant la RFM Winter Week mais aucun skieur non blanc. Sur les magazines en ligne 2018 des Trois Vallées, seules trois photos montrent des personnes noires ou métisses, et toutes associées au monde de la création : une mannequin, un saxophoniste avec deux danseurs noirs, un homme en one-man-show. Les scènes culturelles, sportives et médiatiques visibilisent davantage de per­sonnes noires mais sans toujours éviter les stéréotypes (Collins, 2018 ; Parent, 2010 ; Raibaud, 2011), ce que met en évidence une séquence de La Première étoile. Une cliente d’un salon de coiffure s’énerve suite aux discussions sur le départ au ski de la famille des protagonistes principaux : « alors nous les Noirs on est juste bons à courir, danser, jouer au foot ? » (20’54 à 22’24). Elle conteste l’essentialisation qui réduit les personnes noires à des espaces ciblés, des activités et des compétences précises, en fonction de leur couleur de peau (Bentouhami, 2018).

22Parmi les différents sites explorés, celui de Tignes se distingue. Il visibilise davantage de sportifs et sportives noir·es avec sa rubrique « Ils sont venus à Tignes ». Celle-ci affiche des champion·nes de diverses disciplines, telle que la boxe, le foot, l’escrime. En revanche, les corps perçus comme noirs ne skient pas, ni ne surfent. Pour illustrer les activités d’intérieur proposées par cette station, le site met en exergue une athlète noire sautant en longueur et un basketteur noir marquant un panier. Et d’une manière générale, les visuels proposés par les stations montrent des skieurs/skieuses blanc·hes et des basketteurs souvent noirs, tendant à reproduire des logiques essentialistes (Hall, 2008).

23Ainsi, ces visuels, présentés de la sorte, laissent supposer que le ski, activité valorisée et valorisante de ces sites, serait pratiqué exclusivement par les personnes blanches, le basket le seraient surtout par les personnes noires, activant des stéréotypes. En cela, les espaces des stations sont médiatique­ment segmentés à partir de lignes de couleur, celles-ci engendrant un traite­ment différencié des individus à partir des nuances de couleur de peau perçues (Fassin & Fassin, 2006, p. 20). C’est aussi ce qu’explique A. K. Harrison, pointant que « la spatialité raciale repose sur la perception selon laquelle certains corps racialisés sont supposés occuper certains espaces sociaux » (2013, p. 317). De la même manière, M. Viveros Vigoya affirme que « la blanchité façonne ce que les corps peuvent faire ou ne pas faire en société » (2018, p. 141).

24Ces décomptes peuvent sembler vains ou superflus, mais en dénombrant (Macé, 2013, p. 183), on souligne la façon dont les images promotionnelles, relayées ici par les sites Internet de cet échantillon, participent à construire les stations comme un espace blanc. En passant en revue les supports visuels privilégiés par les stations, on montre comment les promoteur·es de ces espaces récréatifs se représentent leur clientèle et nourrissent, du moins symboliquement, la relégation de populations non blanches. La montagne vantée ici est construite d’après une « posture de surplomb » qui laisse croire que blanc équivaut à « universel » (Lépinard & Mazouz, 2019).

Des personnes noires et métisses en altitude : des films qui renforcent la blancheur de la montagne ?

25Selon Stuart Hall « ce qui remplace l’invisibilité est une sorte de visibilité attentivement réglementée et ségréguée » (2008, p. 303). Les films de ce corpus visibilisent des personnages noirs et métis à la montagne et relayent cette « visibilité ségréguée ». Ils valident en partie ce que les sites Internet donnent à voir de leur clientèle perçue et/ou souhaitée. Le présupposé de ces films repose sur une présence exceptionnelle de personnes non blanches en montagne. Cet exceptionnalisme renforce la blancheur du ski (Coleman, 1996). Paradoxalement, en montrant des personnages noirs et métis à la montagne, ces films rappellent leur invisibilité dans les représentations associées à ces espaces récréatifs. Chacun·e semble assigné·e à une place en effet « réglementée ».

Une présence exceptionnelle des personnes non blanches à la montagne d’après les comédies populaires

  • 1 La famille de N. Dendoune est d’origine algérienne. Le choix d’un personnage principal noir pour le (...)

26La Première étoile raconte l’histoire d’une famille vivant dans un grand ensemble de Créteil et décidée à passer une semaine aux sports d’hiver. Le père est métis d’origine antillaise, la mère blanche métropolitaine. Lui est au chômage, elle, est employée dans une grande surface. Les trois enfants, la grand-mère, et Jean-Gabriel, le père, sont réunis dans un chalet des Gets. La Deuxième étoile montre les mêmes protagonistes mais appartenant désor­mais à la classe moyenne. L’Ascension, tiré de l’histoire vraie du journaliste et écrivain Nadir Dendoune, met en scène Samy, interprété par Ahmed Sylla, qui veut prouver l’étendue de son amour à Nadia, en gravissant l’Everest1 alors qu’il n’a aucune expérience de la montagne.

27Avant d’être des films consacrés à la montagne, ces comédies alimentent un genre, celui de la comédie dite de banlieue, sous-entendu populaire (Veyrat-Masson & Gastaut, 2017). Et lorsqu’il s’agit de Français·es racisé·es, ceci n’est pas anodin. La Première étoile comme L’Ascension jouent sur la caricature assimilant « « question noire » à « réalité des « jeunes », des « cités », des « banlieues » » (Fassin & Fassin, 2006), ce que ne fait pas La Deuxième étoile. Ces films démarrent dans le quartier des protagonistes. Ce point de départ est essentiel pour mieux marquer l’exceptionnalisme d’une présence de personnes non blanches en montagne. Assignés aux territoires de banlieues et/ou aux rôles de banlieusards, chômeurs ou précaires (Chalaye, 2013 ; Dubois, 2016), ces personnages antillais et afropéens sont propulsés dans un cadre montagnard. De ce contraste entre les environne­ments découlent tous les ressorts comiques voulus par les réalisateurs. Ces films insistent sur l’incongruité d’une présence populaire en haute montagne en raison d’une fréquentation plutôt élitiste (Pattieu, 2009). Mais surtout, la montagne représente ici un espace où « l’objectivation comme Autre(s) » de ces personnages va être plus forte que dans un territoire de banlieue popu­laire (Collins, 2018). La Première étoile montre par exemple qu’être perçu comme un jeune homme noir en montagne peut particulièrement vous exposer à du racisme.

28Les films se concentrent aussi sur les situations d’apprentissages des prota­gonistes : apprendre à skier, à utiliser les remontées mécaniques, à escalader une paroi de glace. La présence en montagne de familles noires ou métisses, de prati­quants noirs, engendrerait les rires car la montagne, notamment la haute montagne, relèverait encore d’un privilège blanc (Thésée et al., 2017). D’après Jacqueline Scott, « il faut voir comment le ski est racialisé comme un espace blanc où les Noirs n’ont pas leur place » (2018). Ainsi, « l’attribution d’altérité au minoritaire » (Lorcerie, 2009) fonctionne tout particulièrement dans ces espaces. Comme la comédie Rasta Rocket, ces films aiment à pointer une situation qui serait peu commune : des individus noirs dénoteraient en montagne, alors que leur présence à la plage serait plus conforme aux représentations dominantes. La cadette, dans La Première étoile, réplique : « nous de toute manière on préfère la mer » (2’36’’), avec une ambiguïté sur ce que représente ce « nous », sa famille ou les personnes métisses d’une manière générale. Du point de vue « occidentalo-centré », la haute montagne, domaine de la blanchité, n’est pas associée dans les repré­sentations collectives à des personnes noires ou métisses (Thésée & Carr, 2014). Ces représentations semblent contribuer à fabriquer la montagne comme un espace-frontière activant une relégation symbolique, voire concrète, pour les personnes noires et métisses (Harrison, 2013 ; Scott, 2018). Ces films soulignent leur faible visibilité à la montagne. Une per­sonne noire à la montagne ne relèverait pas de la norme (Gay, 2018 ; Lorcerie, 2009) mais constituerait un écart à la norme dans les représenta­tions dominantes, construites et véhiculées par les sites promotionnels, et par une presse spécialisée dans l’outdoor, qui évacuent de leurs images les individus noirs (Martin, 2004).

  • 2 Au sujet des sportifs noirs s’investissant au sein de sports dans lesquels ils sont minoritaires.

29Ces trois films décontextualisent des individus et les re-contextualisent dans un espace ludique de montagne (Staszak, 2008). Le ressort comique jouerait sur « l’étroite imbrication de l’ailleurs et de l’ici » (Bancel et al., 2010). Pour plusieurs critiques, La Première étoile est un film réussi : « On rigole des Noirs mais le mépris dégradant n’est pas de mise » (Barlet, 2013). Ces images mettent en scène des stéréotypes (comme le noir bouffon, machiste et démissionnaire, ou la matriarche noire (Collins, 2018)), mais surtout, des discriminations et des propos racistes, à travers les remarques d’une proprié­taire de chalet, les insultes d’adolescents au ski, les infantilisations multiples. Les personnages subissent les assauts racistes puisque « la présence d’autres corps (sous-entendus non blancs) crée des perturbations sociales » dans le contexte montagnard (Harrison, 2013, p. 317). La majorité des personnages se rient de cette situation leur apparaissant comme peu commune : « – Quel con aussi d’avoir envoyé un Camerounais sur l’Himalaya – Sénégalais, il est sénégalais » (L’Ascension, 53’ à 53’15). Les réalisateurs montrent que la transgression (supposée) de normes spatiales ou le franchissement de frontières implicites, symboliques, conduisent à des discriminations. Ils ont fait le choix de se concentrer sur un attribut des protagonistes (la couleur de peau) et illustrent comment cet attribut peut se transformer « en propriété essentielle et déterminante de l’individu, éclipsant tous les autres attributs » (Tevanian, 2017). L’on sait que les personnes en situation minoritaire évitent la fréquentation de certains espaces, y compris dans les espaces de loisirs (Ndiaye, 2008 ; Piquerey, 2016), par crainte de subir des violences symbo­liques, verbales ou physiques. C’est ce que souligne le réalisateur L. Jean-Baptiste : comme pour les images des sites Internet, l’aîné est associé au basket. Suite à une agression raciste par un groupe d’adolescents et en réaction à ses difficultés sur les skis, il s’isole sur un terrain de basket impraticable car enneigé et déserté. Dans un espace périphérique de la station, il trouve refuge. Le réalisateur révèle la manière dont fonctionnent les assignations spatio-raciales : sortant de la place du basketteur, ce prota­goniste est confronté aux attaques racistes, le renvoyant à une condition noire (Ndiaye, 2008). Le film illustre que les personnes blanches, groupe montré comme majoritaire dans les stations de sports d’hiver, ont le privi­lège de ne pas se préoccuper de leur couleur de peau « puisque celle-ci est pensée comme universelle » (Ndiaye, 2006, p. 53). En revanche, les personnages racisés, en déstabilisant l’ordre spatial dominant en montagne (celui d’une monochromie blanche), en payent ici le prix, subissant « un racisme ambiant parfois agressif » (Ndiaye, 2008, p. 270)2.

Du rire à la « normalisation » : la montagne une affaire de classe sociale avant tout ?

30La montagne alpine continue à attirer massivement les touristes internatio­naux. Elle cristallise les représentations en tant que « prototype de la mon­tagne touristique » (Debarbieux, 2001). Les films relayent l’idée que séjour­ner en montagne est un puissant démarqueur social et nécessite un budget conséquent. Le scénario de La Première étoile insiste sur le sacrifice que représente un séjour au ski dans la station des Gets, bien qu’elle ne soit pas une station de luxe. Les références au coût élevé de la montagne se multi­plient durant les cinquante premières minutes. Le film mêle les difficul­tés sociales d’une famille au racisme vécu au quotidien (Essed, 1991), se manifestant ici dans les loisirs. A contrario, La Deuxième étoile insiste moins sur les discriminations racistes et préfère se concentrer sur la nouvelle réussite sociale de la famille. Habitant une banlieue pavillonnaire, son séjour au sport d’hiver correspond désormais mieux à sa situation économique et reflète son ascension. Le réalisateur nous dit qu’un séjour en station est tout à fait conforme aux pratiques des classes moyennes-supérieures, ce que confirme l’observatoire des inégalités affirmant que les sports d’hiver demeurent une pratique de privilégiés3. Le stigmate de race semble s’effacer devant le nouveau privilège de classe (Fassin & Viveros Vigoya, 2018, p. 519). Cependant, pour A. K. Harrison, l’accès au ski n’est pas qu’une affaire de classe sociale (2013). Il démontre que des personnes racisées procèdent à leur auto-relégation spatiale en raison d’un entre-soi blanc prégnant au ski et largement relayé par les médias. Ceci pourrait expliquer que le corpus de films présentant des protagonistes principaux non blancs en montagne soit limité4.

  • 5 Un son produit par la succion servant, entre autres, à marquer sa désapprobation. Les personnes afr (...)

31Mais ces quelques films peuvent aussi être interprétés comme des espaces contre-hégémoniques par la mise en visibilité de protagonistes noir·es et métis·ses (Hall, 2008). En effet, leur visibilité peut étoffer les imaginaires en déconstruisant (ponctuellement) l’hégémonie spatiale blanche de la mon­tagne. L’Ascension se joue des représentations communes associant l’alpi­nisme au seul homme, aisé, blanc. Ces films mettent en scène des individus qui détournent des codes dominants en vigueur sans gommer certains marqueurs culturels : par exemple, la grand-mère de La Première étoile s’installe pour tricoter une écharpe en bord de piste tout en tchipant5 après avoir échoué dans l’utilisation du remonte-pente. En tricotant, activité peu orthodoxe dans ce contexte, elle se réapproprie le lieu pour en faire son propre espace sécuritaire (Collins, 2018). Tout en défaisant les représenta­tions dominantes d’une montagne blanche, les réalisateurs insistent aussi sur des pratiques communes à tous et toutes en montagne : chutes, vitesse non maîtrisée, satisfaction dans les progrès, joies des pratiques sportives ou ludiques.

Conclusion

32Il me paraissait pertinent de montrer comment se fabriquent la visibilité et l’invisibilité des corps dans les espaces de loisirs en pointant les asymétries, les processus de domination et de minoration. Puisque l’on affirme souvent que la montagne s’est historiquement construite d’après la classe des hommes et les classes sociales privilégiées, je voulais comprendre comment elle s’était construite, et continue en général à se construire, médiatiquement comme blanche. Le bain culturel médiatique dominant nourrit l’idée que la montagne se construit d’après la blanchité.

33La montagne hivernale des stations ou la haute montagne de l’alpinisme sont campées comme des espaces blancs, avec une présence marginale de corps non blancs. La présence de personnages noirs et métis en montagne dans les comédies soulignerait un décalage soi-disant inattendu par rapport à une norme spatiale blanche. La station de sports d’hiver, telle que médiatisée dans ce corpus, s’articule autour des corps blancs. L’espace qui y est dépeint est celui d’un monochrome blanc. Cette médiatisation active la blanchité. En effet, les places des corps indiquent une hiérarchie spatiale : les espaces les plus prestigieux et centraux sont investis par des corps blancs, les plus périphériques peuvent être illustrés par des corps non blancs. Ces images sanctionnent l’idée qu’il existe des normes spatiales construites à partir des couleurs de peau : on s’attend à voir les espaces dédiés aux pratiques de plein air, de glisse, appropriés par des corps blancs (ils forment un motif paysager, récurrent, et conforme aux imaginaires dominants), et les espaces intérieurs, ou de divertissement festif, notamment nocturnes, par des corps blancs et non blancs. La position symbolique des personnes identifiées et identifiables comme blanches, est forte et voulue désirable dans ce corpus. Côtoyer des espaces récréatifs de plein air est montré dans les supports visuels analysés comme un privilège pour les personnes blanches.

34Plusieurs acteur·trices contribuent à amplifier la visibilité des personnes non blanches au sein des espaces de plein air. Certain·es recourent aux réseaux sociaux (à l’image de #blackoutdoors, de blackgirlstrekkin, ou encore melaninbasecamp) ou aux films documentaires (comme ceux présentés lors du festival Black Like Me-Outdoor Edition, 2021) pour résister aux stéréo­types raciaux et étoffer les imaginaires. À ce titre, les comédies du corpus peuvent être lues comme des espaces de résistance. Se montrer en pleine nature via ces images peut devenir un acte revendicatif : cette visibilisation vise à contrer les représentations et imaginaires sociaux dominants, en montrant des corps peu visibles dans les médias hégémoniques (mains­tream). D’autres permettent de nuancer les représentations médiatiques d’une montagne blanche, masculine, riche, en facilitant un accès populaire et diversifié. Ainsi, les excursions en montagne de jeunes de quartiers popu­laires, souvent racisé·es, encadré·es par l’éducation populaire à Grenoble, font contrepoids à la fabrique d’images invisibilisant les personnes non blanches, tant par les sites promotionnels que par la plupart des fictions.

Haut de page

Bibliographie

ANDERSON Elijah, 2015, « The White Space », Sociology of Race and Ethnicity, vol. 1, n° 1, p. 10-21.

BANCEL Nicolas, BERNAULT Florence, BLANCHARD Pascal, BOUBEKER Ahmed, MBEMBE Achille, VERGÈS Françoise, 2010, Ruptures postcoloniales, Paris, La Découverte, 540 p.

BARLET Olivier, 2013, « La Première Étoile de Lucien Jean-Baptiste », Africultures, vol. 92-93, n° 2, p. 380‑381.

BENTOUHAMI Hourya, 2018, « Les féminismes, le voile et la laïcité à la française », Socio. La nouvelle revue des sciences sociales, vol. 11, n° 2, p. 117-140.

BOUZELMAT Inès, 2019, « Le sous-champ de la question raciale dans les sciences sociales françaises. Pour une approche sociologique des procès en légitimité scientifique », Mouvements.

BRUN Solène, 2021, « Rechercher la race : les défis d’une enquête à mots couverts », Genèses, vol. 125, n° 4, p. 77-94.

CERVULLE Maxime, 2010, « Politique de l’image : les Cultural Studies et la question de la représentation, réflexion sur la “blanchité” » in Maxime Cervulle, Jade Lindgaard, Éric Macé, Éric Maigret, Angela McRobbie, David Morley et Éric Neveu, Cultural Studies. Genèse, objets, traductions, Paris, Éditions de la Bibliothèque publique d’information, en ligne.

CERVULLE Maxime, 2013, « L’écran blanc. Les publics et la question de la diversité », in Sylvie Laurent et al., De quelle couleur sont les blancs ?, Paris, La Découverte, p. 178-185.

CHALAYE Silvie, 2013, « Culture(s) noire(s) en France : la scène et les images », Africultures, n° 92‑93.

COLEMAN Annie Gilbert, 1996, « The unbearable whiteness of skiing », Pacific Historical Review, vol. 65, n° 4, p. 583‑614.

COLLINS Patricia Hill, 2018 (1990 1re éd.), La pensée féministe noire, Montréal, Les éditions du remue-ménage, 479 p.

DEBARBIEUX Bernard, 2001, Les montagnes : représentations et constructions culturelles, in Les montagnes : discours et enjeux géographiques, Paris, SEDES.

DUBOIS Régis, 2016, Les Noirs dans le cinéma français : images et imaginaires d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Lett Motiff, 246 p.

ESSED Philomena, 1991, Understanding everyday racism: an interdisciplinary theory, Thousand Oaks, Sage Publications, 346 p.

FASSIN Didier, FASSIN Éric (dir.), 2006, De la question sociale à la question raciale : représenter la société française, Paris, La Découverte, 264 p.

FASSIN Éric, VIVEROS VIGOYA Mara, 2019, « Intersectionnalité », in Fondation Copernic, Manuel indocile de sciences sociales. Pour des savoirs résistants, Paris, La Découverte, p. 515-526.

FOURNY Marie-Christine, 2018, « Travailler en ville et vivre en montagne : une relation liminale », in Marie-Christine Fourny, Stéphane Gal, Montagne et liminalité. Les manifestations alpines de l’entre-deux, XVIe-XXIe siècles, Fontaine, PUG, p. 61‑75.

GAY Amandine, 2018, « La crise d’une utopie blanche », in Jade Lindgaard, Éloge des mauvaises herbes, ce que nous devons à la ZAD, Paris, LLL, p. 157‑166.

GOFFMAN Erving, 1977, « La ritualisation de la féminité », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, vol. 14, n° 1, p. 34-50.

HALL Stuart, 2008, Identités et cultures. Politiques des Cultural Studies, Paris, Éditions Amsterdam, 411 p.

HARRISON Anthony Kwame, 2013, « Black skiing, everyday racism, and the radical spatiality of whiteness », Journal of Sport and Social Issues, vol. 37, n° 4, p. 315‑339.

HOIBIAN Olivier (dir.), 2020, La montagne pour tous. La genèse d’une ambition dans l’Europe du XXe siècle ?, Toulouse, Le Pas d’oiseau, 251 p.

LAVANCHY Anne, 2018, « Taire la race pour produire une société incolore ? Les contours du régime racial en Suisse », Sociologie et sociétés, vol. 50, n° 2, p. 151-174.

Idem, 2020, « La blanchité et ses privilèges en Suisse », Tangram, Revue de la CFR, vol. 44, p. 93-96.

LÉPINARD Éléonore, 2021, « Race et religion : les “bons” et les “mauvais” sujets du féminisme en France », in Éléonore Lépinard, Oriane Sarrasin, Lavinia Gianettoni, Genre et islamophobie. Discriminations, préjugés et représentations en Europe, Lyon, ENS Éditions, p. 121-140.

LÉPINARD Éléonore, MAZOUZ Sarah, 2019, « Cartographie du surplomb : Ce que les résistances au concept d’intersectionnalité nous disent sur les sciences sociales en France », Mouvements.

LORCERIE Françoise, 2009, « L’école, son territoire et l’ethnicité », Revue Projet, vol. 312, n° 5, p. 64‑71.

MACÉ Éric, 2007, « Des “minorités visibles” aux néostéréotypes Les enjeux des régimes de monstration télévisuelle des différences ethnoraciales », Journal des anthropologues, Hors-Série.

Idem, 2013, « La fiction télévisuelle française au miroir de The Wire. Monstration des minorités, évitement des ethnicités », Réseaux, vol. 181, n° 5, p. 179-204.

MARTIN Derek Christopher, 2004, « Apartheid in the great outdoors: american advertising and the reproduction of a racialized outdoor leisure identity », Journal of Leisure Research, vol. 36, n° 4, p. 513‑535.

MAZOUZ Sarah, 2020, Race, Paris, Anamosa, 91 p.

MORALDO Delphine, 2021, « “Les rois de la montagne”. Quand les grands alpinistes britanniques se distinguent des touristes », in Patrick Clastres, Delphine Debons, Jean-François Pitteloud, Grégory Quin, Gravir les Alpes du XIXe siècle à nos jours. Pratiques, émotions, imaginaires, Rennes, PUR, p. 85-93.

NDIAYE Pap, 2006, « Questions de couleur. Histoire, idéologie et pratiques du colorisme », in Didier et Éric Fassin, De la question sociale à la question raciale ? Représenter la société française, Paris, La Découverte, p. 45‑62.

Idem, 2008, La condition noire, essai sur une minorité française, Paris, Calmann-Lévy, 521 p.

PARENT Emmanuel, 2010, « Habiter le monde avec des sons. Le grain de la voix noire », Géographie et cultures, n° 76.

PATTIEU Sylvain, 2009, « La “vie de château” ou les gains symboliques du tourisme populaire. France, 1945-années 1980 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 56, n° 2, p. 52‑78.

PIQUEREY Lise, 2016, Golden Snow. Ségrégation et entre-soi dans les stations de sports d’hiver haut de gamme en Autriche, en France et en Suisse, Grenoble, UGA, 544 p.

RAIBAUD Yves, 2011, Géographie socioculturelle, Paris, L’Harmattan, 288 p.

REBILLARD Franck, NOÛS Camille, 2020, « La médiatisation analysée au prisme de la racialisation. Antériorités états-uniennes et tendances de la recherche française », Réseaux, vol. 5, n° 223, p. 11-42.

SCOTT Jacqueline, 2018, « Skiing while black: race, landscape and canadian identity », Congress of the Humanities and Social Sciences.

STASZAK Jean-François, 2008, « Qu’est-ce que l’exotisme ? », Le Globe, vol. 148.

TEVANIAN Pierre, 2017, La mécanique raciste, Paris, La Découverte, 128 p.

THÉSÉE Gina, CARR Paul, 2014, « La (re)lecture des mots, du monde et des maux des jeunes noires : apports de la pédagogie critique à la recherche en éducation en contextes de racialisation », Canadian Journal of Education/Revue canadienne de l’éducation, vol. 37, n° 1, p. 308‑329.

THÉSÉE Gina, CARR Paul, PREVIL Carlo, 2017, « Enjeux du Vert en Noir et Blanc », in Lucie Sauvé, Education, environnement, écocitoyenneté : Repères contemporains, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 47‑66.

TRAWALÉ Damien, 2019, « Naturalisation des catégories raciales et sauvegarde du patrimoine racialiste au musée d’Orsay », https://documentations.art/Naturalisation-des-categories-raciales-et-sauvegarde-du-patrimoine

VEYRAT-MASSON Isabelle, GASTAUT Yvan, 2017, « C’est l’histoire d’un Arabe… », Le Temps des medias, vol. 28, n° 1, p. 5‑14.

VIVEROS VIGOYA Mara, 2018, Les couleurs de la masculinité. Expériences intersectionnelles et pratiques de pouvoir en Amérique latine, Paris, La Découverte, 231 p.

Haut de page

Notes

1 https://www.mec.ca/fr/article/outside-is-for-everyone

2 Entreprise spécialisée dans la vente de matériel pour des activités de pleine nature à travers le Canada.

3 D’après Fatiha (prénom fictif), française, ascendance originaire du Maghreb, puis Béchir (prénom fictif), français, ascendance originaire d’Algérie, enfin Faustin (idem), français, ascendance originaire du Congo.

4 Portes du Soleil, Trois Vallées, Paradiski, Evasion Mont-Blanc, Grand Massif, Espace Killy, Espace Diamant, Alpe d’Huez Grand Domaine, Les Sybelles, Serre Chevalier, Aravis, Les Deux Alpes, Vallée de Chamonix, Val Cenis Vanoise.

1 La destination Savoie Mont Blanc atteint la 6e place mondiale pour la pratique du ski en 2018-2019, https://pro.savoie-mont-blanc.com/var/ezwebin_site/storage/original/application/3cb8f786bfe936cb889646b75c6ec267.pdf

2 Comme le précise E. Macé, « l’expression la plus juste serait ‘perçu comme blanc’ » (2013, p. 182), pour catégoriser des individus à partir de marqueurs tels que la couleur de peau. Sur le décompte des couleurs de peau, voir Nicolas Jounin (avril 2019), http://lmsi.net/Observer-et-compter-la-race

3 Je ne parle pas des photos captant des événements tous publics comme les compétitions de ski amateur, les photos des réseaux sociaux, ou de groupe de touristes, ne relevant pas d’un casting précis.

1 La famille de N. Dendoune est d’origine algérienne. Le choix d’un personnage principal noir pour le film est expliqué par la prestation convaincante d’Ahmed Sylla lors du casting. Peut-être qu’un personnage d’ascendance sénégalaise, à la peau foncée (Ndiaye, 2006), permettait au réalisateur de renforcer les situations estimées comiques par le contraste visuel entre alpinistes majoritairement blancs et lui.

2 Au sujet des sportifs noirs s’investissant au sein de sports dans lesquels ils sont minoritaires.

3 https://www.inegalites.fr/Les-sports-d-hiver-une-pratique-de-privilegies

4 À ma connaissance, pour le cinéma fictionnel français, seuls ces trois-ci ainsi que Good Luck Algeria de Farid Bentoumi (2015).

5 Un son produit par la succion servant, entre autres, à marquer sa désapprobation. Les personnes afrodescendantes peuvent recourir au tchip, en ce qu’il est « (…) partagé par la majorité des cultures noires africaines, caribéennes ou noires américaines », https://www.youtube.com/supported_browsers?next_url=https%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3De_a7znLXSHA

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Léa Sallenave, « La montagne alpine »Géographie et cultures, 116 | 2022, 183-201.

Référence électronique

Léa Sallenave, « La montagne alpine »Géographie et cultures [En ligne], 116 | 2022, mis en ligne le 02 novembre 2022, consulté le 30 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/gc/17755 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gc.17755

Haut de page

Auteur

Léa Sallenave

Unige, Département de Géographie et Environnement, Institut Universitaire de Formation des Enseignants, & UGA

lea.sallenave@unige.ch

Articles du même auteur

  • De la MJC aux sommets alpins [Texte intégral]
    Enjeux autour d’une culture populaire de la montagne
    From the MJC to the alpine peaks : issues around a popular culture of the mountain
    Paru dans Géographie et cultures, 111 | 2019
Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search