Navigation – Plan du site

AccueilNuméros59Comment Marseille est devenue l’a...

Comment Marseille est devenue l’autre capitale du rap français

Politique musicale et identité locale
How Marseille became the other capital of French rap: local identity and musical policy
Loïc Lafargue de Grangeneuve
p. 57-70

Résumés

Dans la géographie musicale française. Marseille est un territoire singulier : elle apparaît aujourd’hui comme la ville du rap, et cette identification unique en France au regard de la taille de la commune est de surcroît connotée positivement, alors que cette musique est plutôt associée aux violences urbaines. Dans cet article, il s’agit de comprendre ce qui a rendu possible cette alliance entre un territoire souvent stigmatisé et une musique considérée en général comme contestataire, à travers l’analyse de lieux emblématiques du rap dans la ville et de l’action des pouvoirs publics locaux. L’explication réside principalement dans le périmètre administratif et l’histoire de la commune qui orientent fortement la volonté municipale de soutenir ce genre musical.

Haut de page

Texte intégral

1Né aux États-Unis, dans les quartiers pauvres de New York, le rap est fortement associé aux problèmes sociaux urbains, comme l’illustre par exemple la récente polémique qui a suivi les émeutes de novembre 2005 en France. Considéré généralement comme trop violent et pas assez citoyen (Pecqueux, 2003), ce genre musical est identifié à un territoire bien précis, la banlieue (et notamment la banlieue parisienne). Le rap véhicule de nombreuses représentations négatives, à l’image du territoire dont il est issu. Or, à côté de ce rap hardcore, il existe en France un « autre » rap associé positivement à un territoire : le rap marseillais. Marseille est en effet la seule ville qui rivalise avec la région parisienne en termes de production et de diffusion de ce genre musical (Cachin, 2000). Pourquoi ?

  • 1 Le recueil des données (observation. entretiens, analyse documentaire) a été effectué dans le cadre (...)

2Dans cet article, il s’agira de mettre en évidence les raisons de cette identification unique en France entre une ville et ce genre musical, principalement à partir d’une enquête réalisée dans le cadre d’une thèse de sociologie1. Nous chercherons notamment à montrer que, loin d’être uniquement un problème, le rap est pour les autorités politiques municipales marseillaises au moins autant, sinon davantage, une solution : elles tentent d’en faire un atout au service de l’image de la ville. Marseille est en effet une ville stigmatisée. La cité phocéenne possède depuis longtemps une réputation ambivalente à l’échelon national, liée à son statut de ville d’immigration et, plus généralement, à la présence importante des classes populaires, considérées comme des classes dangereuses (Peraldi et Samson, 2005). Or, la municipalité a mis en place une stratégie politique qui consiste à transformer ses stigmates en ressources, et le soutien au rap s’inscrit dans le cadre de la promotion d’une nouvelle image. À Marseille, le rap est pratiqué massivement par des jeunes d’origine étrangère qui s’identifient fortement à leur ville (Cesari et al., 2001) : on ne retrouve pas l’opposition classique ville-centre / banlieue populaire des métropoles lyonnaise et parisienne. La mairie s’approprie ainsi le succès d’ampleur nationale des rappeurs locaux (le groupe « IAM » par exemple, primé aux Victoires de la musique, ou plus récemment la « Fonky Family ») et vante les mérites de son cosmopolitisme.

3L’argumentation s’appuie notamment d’une part sur l’étude d’équipements culturels et de manifestations artistiques, d’autre part sur l’examen des relations entre rappeurs et pouvoirs publics. La première partie de l’article est une géographie du rap à Marseille : il s’agit d’évaluer la place du rap dans la ville à travers l’étude de plusieurs territoires de pratique. Une carte localise les équipements culturels (MJC Corderie, Friche Belle de Mai, Espace Julien, Café-Musique l’Affranchi) et les espaces de pratiques spontanées (Vieux-Port) ou éphémères (fêtes, expositions de musée) de ce genre musical. La deuxième partie, plus analytique, reviendra sur les raisons qui expliquent l’investissement municipal dans cette musique pourtant souvent associée à des polémiques.

La place du rap à Marseille

4Tout d’abord, il s’agit de montrer que les affinités électives entre Marseille et le rap ne sont pas « naturelles » : la présence du rap en ville crée des tensions qu’il ne faut pas minimiser. C’est le lien entre musique et espace public qui est en jeu. Ensuite, une série de lieux et d’équipements emblématiques du rap marseillais seront examinés, à travers leur histoire, le récit des éventuelles difficultés de leur implantation, leur rôle dans le développement du rap à Marseille. De même, des événements artistiques de grande ampleur qui font une large place au rap seront étudiés.

Musique et espace public

5Le rap et les autres disciplines de la culture hip-hop qui l’accompagnent (danse hip-hop et graffiti) constituent une forme de prise de parole d’un groupe dominé (Lapassade et Rousselot, 1998). Au départ, à Marseille comme ailleurs, celle-ci n’est pas toujours immédiatement comprise ni acceptée ; elle est souvent associée à des pratiques urbaines qui dérogent aux conventions en usage dans l’espace public. On assiste alors à une forme d’appropriation de l’espace, proche de celle qui peut exister dans les quartiers dits sensibles : les jeunes transforment l’espace de la cité en véritable espace privé. « Ils y sont en “terrain conquis”, colonisent les lieux, et en font clairement un monde en soi qu’ils constituent à part comme un bien précieux […]. Les jeunes modifient la rationalité instrumentale de la scène architecturale et l’utilisation neutre des lieux », explique Cyprien Avenel (2000, p. 146). Ainsi, à Marseille, des danseurs hip-hop s’exerçaient régulièrement près du Vieux-Port, à proximité immédiate de l’Opéra, lieu éminemment symbolique ; mais leur présence n’était pas appréciée par tous, comme l’explique le chef de projet pour le Développement social urbain (DSU) du centre-ville :

« Il peut y avoir le conflit de l’usage du terrain, de l’usage du domaine public. On a eu à gérer un problème d’usage du territoire, de place et tout ça, par des danseurs hip-hop : il y a un usage d’une place qui est plutôt gênant pour les uns et les autres. On a eu une problématique, nous, sur le centre-ville, où, sur les places, il y avait des conflits... conflits de voisinage, d’usage : on fait de la musique, on danse, etc., alors que c’est vingt-trois heures, c’est minuit, c’est une heure, etc. C’est des conflits de gestion de locaux : ils mettent le doigt sur un problème, et nous, quand il y a un problème qui naît, on est là aussi pour trouver des solutions.

─ Et quels sont les lieux où il y a eu ce genre d’occupation de l’espace ?

─ Devant l’Opéra - il y en a toujours, d’ailleurs, mais ça se fait de façon beaucoup plus sereine : à la sortie du métro Vieux-Port il y a quelques années. Des lieux comme ça qui sont un peu étroits ; mais il s’est pas passé des drames, hein, c’est pas ça ? C’est plutôt des trucs préventifs : on était autant là pour raisonner ceux qui gueulaient que ceux qui faisaient du bruit » (Entretien du 15 mai 2001).

6Par leur pratique même et l’utilisation non conforme de l’espace public qu’elle peut impliquer, ces danseurs dérangent et déclenchent l’intervention des acteurs de la politique de la ville. Les administrations publiques agissent en effet au nom d’une définition traditionnelle de l’urbanité : de ce point de vue, il s’agit avant tout de lutter contre certains usages « anormaux » de l’espace public, notamment les nuisances sonores. En conséquence, les acteurs concernés ont décidé de tenter de faire rentrer ces pratiques dans des équipements : les danseurs hip-hop et autres rappeurs ont été mis en relation avec une structure d’animation socioculturelle, la maison des jeunes et de la culture (MJC) Corderie, située près du Vieux-Port, qui les a pris en charge, dans le cadre d’un financement octroyé par le chef de projet DSU centre-ville :

« Il y a une rencontre qui peut se faire avec des éducateurs, des animateurs, des médiateurs, ou la police, par exemple, pour trouver d’autres modalités de développement des pratiques. Donc, on a mis en place un petit dispositif de médiation, et les premiers qui ont porté ce petit dispositif, c’est la MJC Corderie : on leur a demandé de mettre en place deux ou trois postes qu’on a financés pour travailler là-dessus. C’est essayer de faire des propositions autres que l’usage de la rue comme ça, tardivement, bruyamment, etc. » (entretien, op. cit.).

7Dirigés vers un équipement socioculturel, ces acteurs du hip-hop sont du même coup écartés de l’espace public, au moins provisoirement. Pour autant, si le hip-hop rentre dans les équipements à Marseille, ce n’est pas uniquement pour limiter les nuisances qu’il produit sur les riverains ; cette intégration aux lieux culturels signifie aussi légitimation artistique.

Lieux et manifestations emblématiques du rap marseillais (figure l)

8Le rap est présent dans le centre de la ville comme en périphérie. Les lieux investis sont des espaces publics (sur le Vieux Port, devant l’Opéra), des équipements culturels (Friche Belle de Mai, Espace Julien, Café-musique l’Affranchi) ou socioculturels (MJC Corderie en centre-ville, structures d’animation destinées aux jeunes dans les quartiers Nord), voire des monuments historiques (Fort Saint-Jean).

9La place singulière qu’occupe le rap à Marseille est notamment le résultat d’une politique culturelle municipale qui cherche expressément à mettre en œuvre la démocratie culturelle, c’est-à-dire la reconnaissance des cultures de tous les groupes sociaux, y compris des plus dominés, et des formes d’expression considérées jusque-là comme mineures ou marginales (Roulleau-Berger, 1996). L’arrivée de Dominique Wallon, ancien responsable de la direction du Développement culturel (DDC) au ministère de la Culture, comme chargé de mission auprès du maire pour la politique culturelle à la fin des années 1980, est significative de l’orientation retenue : sous le premier ministère Lang, l’action de la DDC était en effet guidée par le principe de démocratie culturelle (Teillet, 1991). Ainsi, la mairie subventionne et appuie fortement deux structures emblématiques pour leur action en faveur du rap :

  • l’AMI (Aide aux musiques innovatrices), installées à la friche de la Belle de mai (un vieux quartier populaire), dans les anciens locaux de la SEITA, à la fois près du centre-ville et à la lisière des quartiers Nord, s’ouvre au hip-hop en 1992 à travers l’accueil de groupes de rap et organise en 1995 la première édition du festival « Logique hip-hop » (un des plus importants festivals de rap en France) ;

  • À cette période, l’Espace Julien, situé dans un ancien quartier ouvrier assez central, est un lieu également très axé sur le rap, il obtient le financement de son café-musique dans le cadre d’un programme initié par le ministère de la Culture (figure 1).

Figure 1 – Les lieux du rap à Marseille

Figure 1 – Les lieux du rap à Marseille

10Il est frappant de constater la remarquable continuité de la politique menée vis-à-vis du hip-hop malgré le changement de couleur politique de la municipalité en 1995 (de gauche à droite). Certes, le soutien apporté à la culture hip-hop est désormais moins idéologique que pragmatique ; les raisons en ont changé, mais la politique mise en œuvre est, grosso modo, la même : l’AMI et l’Espace Julien continuent par exemple à bénéficier de l’appui d’une municipalité dirigée par la droite.

11Trois cas précis permettent d’illustrer la volonté municipale de soutenir le rap : la construction d’un équipement dédié à cette musique, l’inclusion du hip-hop dans des fêtes qui célèbrent l’identité collective, et enfin son entrée au musée.

Le café-musique l’Affranchi, un équipement culturel controversé

12Un équipement symbolise parfaitement à la fois les difficultés initiales d’implantation du rap dans la ville et la volonté municipale d’inscrire cette musique dans son projet politique et sa politique d’image : l’Affranchi. Au cœur de la vallée de l’Huveaune, à l’est de la métropole marseillaise, un projet d’équipement entièrement consacré au rap émerge au début des années 1990. Puis, alors que le lieu est déjà construit, son ouverture est ajournée au dernier moment suite aux élections municipales de 1995, car le maire de secteur qui voit dans le rap une culture agressive, refuse la destination exclusive de cet équipement (Lafargue de Grangeneuve, 2002). Cependant, la mairie centrale décide finalement de passer outre cette opposition interne et une convention de délégation de service public est signée en 1998. La chargée de mission musique et danse à la direction générale des Affaires culturelles (DGAC) de la mairie résume ainsi l’évolution de cet équipement initialement controversé :

« Elle est souvent diabolisée, la culture hip-hop, donc c’est souvent ce qui fait peur au début, mais ça se passe très bien, l’intégration dans le quartier est parfaite, au niveau de l’Affranchi. On n’a pas du tout de remontées négatives, au contraire. » (Entretien du 12 avril 2001).

13En même temps, l’Affranchi est désormais repéré comme un lieu hip-hop de référence, dans la région et au niveau national, ce qui contribue à élever Marseille au rang de « Mecque du rap », pour reprendre l’expression de Pierre Vergès (2001, p. 122). De plus, l’administrateur du café-musique, d’origine maghrébine et né dans les quartiers Nord, est nommé membre du comité d’experts de la DGAC qui instruit les dossiers de demande de subvention pour des projets artistiques susceptibles d’être réalisés sur le territoire de la commune.

La fête dans la ville et le rap au cœur de la cité

14À Marseille, le hip-hop est également présent dans deux événements culturels essentiels pour la cité phocéenne : la « Massalia », le 19 juin 1999, célèbre le 26e centenaire de la fondation de la ville, et la « Marscéleste », le 26 juin 2000 fête l’entrée dans le troisième millénaire. Dans les deux cas, il s’agit d’une sorte de carnaval (même si le terme n’apparaît pas officiellement) avec un défilé dans la ville qui inclut notamment le Vieux­Port dans son parcours. La DGAC de la mairie pilote les deux projets, ce qui atteste l’importance qui leur est accordée par l’équipe municipale, et confie au fondateur de la compagnie locale de danse hip-hop « Massilia Force » la direction de la partie hip-hop de la chorégraphie, réunissant une cinquantaine de danseurs amateurs pour la « Massalia » : pour la « Marscéleste », la mise en scène générale de toute la partie danse est assurée par Josette Baiz, danseuse contemporaine créatrice du groupe « Grenade », qui incorpore de nombreuses figures de danse hip-hop dans ses spectacles. De plus, un char rap, dont l’animation est prise en charge par DJ Rebel, est présent dans le cadre de la « Massalia ». Ces deux événements ont connu un succès public considérable.

Le hip-hop au musée

15Une autre manifestation plus récente consacre véritablement la place du rap dans la ville et, réciproquement, Marseille comme place forte du rap en France. À l’initiative du musée national des Arts et traditions populaires (ATP), une exposition dédiée au rap et au hip-hop est organisée de juin à septembre 2005 dans un lieu hautement symbolique, le fort Saint-Jean, sur le Vieux-Port. En faisant entrer le hip-hop au musée, elle « ancre ce mouvement artistique dans l’histoire de la ville ». De ce point de vue, le dossier de presse est explicite : « Ce n’est pas par hasard si l’exposition “Hip­ hop, art de rue, art de scène” s’installe pour quatre mois à Marseille. Cette ville du Sud est avant tout l’une des places importantes du hip-hop français, mais c’est aussi là que se préfigure le musée national des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, pôle culturel à vocation internationale, lieu de dialogue et de découverte des autres » (p. 3), qui s’installera à Marseille à la fin de la décennie.

16En outre, si elle présente l’histoire « mondiale » du hip-hop, l’exposition vise aussi à mettre en évidence le rôle de Marseille dans le développement du rap français : en particulier, les groupes de rap locaux ont contribué à « faire de Marseille et ses environs un pôle fort du hip-hop en dance » (Dossier de presse, p. 7). Dans cette optique, toute une série d’associations et d’artistes hip-hop marseillais sont partie prenante de l’événement, notamment le collectif de DJ « Don’t sleep Deejayz ». Parallèlement à l’exposition sc déroulent de nombreuses manifestations annexes : émissions radio, tables rondes, projections de films, etc. Ce projet bénéficie également d’une caution scientifique de premier plan puisque le CNRS est associé au musée des ATP. Il reste à expliquer les raisons d’un tel investissement municipal dans le rap.

Un jeu « gagnant-gagnant » entre rappeurs et institutions ?

17L’idée que l’on voudrait défendre ici est la suivante : la volonté municipale de soutenir le développement du rap s’explique par une stratégie qui vise à transformer le stigmate en emblème (Goffman, 1975). Comme le rap, Marseille est par exemple indissociable de l’immigration, qui est quasi­ constitutive de son histoire depuis sa fondation. Soutenir le rap revient donc, en quelque sorte, à célébrer cet aspect de l’identité de la ville – une politique qui « colle » parfaitement aux représentations de la majorité de ses habitants (Vergès, 2001). Il faut également replacer la politique culturelle dans son contexte : l’immigration a été très fortement valorisée par l’intermédiaire du sport lors de la Coupe du monde de football de 1998, remportée par une équipe de France « black blanc beur » ; en particulier, la popularité considérable du meneur de jeu Zinedine Zidane, d’origine kabyle, qui a grandi dans les quartiers Nord, a incontestablement contribué à changer l’image de Marseille. Ville d’immigrés, Marseille est devenue une ville multiculturelle. Mais ce n’est pas seulement l’image de Marseille qui se transforme : la ville, elle aussi, se modifie. L’ouverture en juin 2001 de la ligne à grande vitesse reliant Marseille à la capitale en trois heures et la médiatisation qui l’a accompagnée ont sans doute contribué à attirer les cadres et les entreprises. La mairie cherche à faire de Marseille une ville dynamique.

18D’une certaine façon, à Marseille, les relations entre les acteurs du hip-hop et les institutions peuvent s’apparenter à un jeu « gagnant-gagnant », c’est-à-dire un jeu à somme positive pour les deux parties (Wilson, 1973) : la municipalité soutient le développement du rap et les rappeurs « chantent » leur ville qui bénéficie ainsi d’une image beaucoup plus positive, notamment auprès des jeunes, comme en témoigne l’apparition il y a quelques années de vêtements sur lesquels on peut lire, pour tout slogan, le nom de la cité phocéenne, et qui sont portés partout en France. Par exemple, en parlant de la Planète Mars (chanson extraite de l’album du même nom), « IAM » semble vouloir faire de Marseille une ville à part, différente, originale. L’attachement déclaré des rappeurs marseillais à leur ville s’explique par l’importance de l’identité collective marseillaise : le lien qui unit les Marseillais à la cité phocéenne est très fort notamment chez les jeunes : « concernant les adolescents d’origine algérienne, à l’image de leurs camarades d’origine française qui, pour beaucoup, sont issus d’immigrations d’origine européenne, italienne en particulier, on a pu noter la prédominance écrasante accordée à l’identité marseillaise, par rapport à tout référent identitaire social » (Cesari et al., 2001, p. 173-174).

Le modèle du rap méditerranéen

19Si le rap produit des effets positifs sur l’image de la ville, c’est notamment parce que « IAM » est considéré comme le groupe modèle du rap français par la critique musicale, et par les médias en général. Dans les années 1990, le rap a en effet suscité de nombreux espoirs chez ceux qui appellent de leurs vœux un renouveau de l’engagement politique – espoirs qui ont été en grande partie déçus. IAM fait ainsi figure d’exception : depuis longtemps, le groupe incite les jeunes à s’inscrire sur les listes électorales et a multiplié les prises de positions publiques hostiles à l’extrême droite, très présente à Marseille et dans toute la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA). « IAM » est donc souvent considéré comme un groupe mature et modéré, à l’opposé d’une tendance hardcore du rap français accusée de véhiculer des messages réactionnaires, conservateurs, voire nihilistes (Visier et Zoïa, 2001) et identifiée à la banlieue parisienne. De plus, IAM est aussi un groupe très « multiethnique », puisque ses membres sont issus de plusieurs vagues d’immigration, y compris relativement anciennes (italienne ou espagnole), alors que beaucoup de groupes de rap sont composés exclusivement de jeunes d’origine maghrébine et / ou africaine ; et le style musical du groupe reflète cette diversité. De tous ces points de vue, « IAM » est conforme à l’image que la Mairie souhaite donner de la ville : une ville cosmopolite, riche de ses différences, où règne l’harmonie entre « communautés ».

20Dans cette optique, il s’agit pour la Mairie de mettre la politique culturelle au service d’objectifs sociaux et politiques (et non pas exclusivement artistiques) : ainsi, l’impératif de mixité sociale se retrouve, de manière plus ou moins explicite, dans les missions de nombreuses associations ou manifestations culturelles. Par exemple, le festival « Logique hip-hop » a vu son public se diversifier progressivement : « le mélange des publics se fait inexorable, et connaît un accroissement spectaculaire […]. Bien sûr, ceci se fait au détriment d’une certaine homogénéité du public. On est loin du public des premières éditions, essentiellement issu des quartiers Nord. Mais on provoque la rencontre des quartiers, de manière concrète », explique le directeur de l’AMI (Richard, 2001, p. 34).

21Pour la municipalité, cette forme de « retour sur investissement » est d’autant plus appréciable qu’il n’existe pas véritablement d’affichage politique spécifique concernant le hip-hop à la DGAC ni de stratégie de communication particulière en la matière, comme l’explique la chargée de mission musique et danse :

« Quel rôle joue la culture hip-hop dans l’image de la ville ? Est-ce que vous développez... une communication autour de ça ?

Non, parce que nous, on ne s’ingère absolument pas sur la programmation des groupes, on n’est pas nous-mêmes producteur de spectacle, donc... on aide à la réalisation... Alors, ça participe à l’image de la ville, ça c’est clair, parce que la ville de Marseille est très identifiée plaque tournante du rap […], comme Paris, mais on ne récupère pas le phénomène pour pouvoir s’en servir ; moi, je crois pas, non. Mais c’est vrai que c’est aussi l’image de la ville, c’est aussi ça ; mais je ne crois pas qu’il y ait une politique de communication autour de cette image-là ; je crois qu’elle s’est faite toute seule, l’image s’est faite toute seule, par la qualité, justement, des artistes, des rappeurs marseillais » (Entretien cité).

22La politique menée vis-à-vis du hip-hop n’obéit pas à une logique de communication explicite ; les équipements culturels subventionnés jouent avant tout un rôle dans la formation des artistes, et en un sens, le marché permet de prendre en charge la médiatisation des groupes qui connaissent le succès.

23Il faut souligner aussi l’implication d’autres institutions culturelles publiques : la ville de Marseille n’est pas la seule institution qui finance le hip-hop. Ainsi, la direction régionale des Affaires culturelles (DRAC) PACA, c’est-à-dire le ministère de la Culture en région, a joué un rôle pionnier dans le soutien au développement de la culture hip-hop à Marseille. En particulier, le chargé de mission au Développement social urbain (DSU) dans les années 1990 fut un interlocuteur essentiel des opérateurs culturels marseillais qui ont mis en œuvre un ensemble de manifestations artistiques autour du hip-hop, tels que l’AMI à la friche de la Belle de Mai, l’Espace Julien ou l’Affranchi (Négrier et Maffre, 2001, p. 14). Son appui à ce type de projets a été déterminant vis-à-vis de l’équipe municipale. Au-delà, il a très largement contribué à enclencher le processus de reconnaissance artistique de la culture hip-hop.

Un consensus politique néanmoins limité

24Cependant, le jeu gagnant-gagnant entre acteurs du hip-hop et institutions a aussi ses limites, en raison du rapport au politique distant et critique que ceux-ci entretiennent. « IAM », par exemple, n’hésite pas à formuler un souhait pour le moins radical à l’encontre du maire de Marseille dans la chanson « L’empire du côté obscur » extraite de l’album L’école du micro d’argent (1997) :

« Mars est l’empire, je lance mes troupes à terre
Pour éradiquer ce niais de Jean-Claude Gaudin Skywalker ».

25De plus, la valorisation de l’immigration opérée par la municipalité masque mal la prégnance des inégalités et du racisme que subissent les Français d’origine maghrébine ou africaine, comme le remarque le chargé de l’action culturelle à la délégation régionale du Fonds d’action et de soutien pour l’intégration et la lutte contre les discriminations (lui-même d’origine maghrébine) :

« C’est un peu le paradoxe, encore, à Marseille : c’est que la presse nationale parle du phénomène hip-hop, et à côté, il n’y a pas de structure f spécifique] [...]. Le paradoxe, c’est un discours politique sur “Marseille, creuset de l’intégration”, mais il n’y a pas de cadres issus de l’immigration, à la mairie par exemple (je ne parle pas des hommes politiques), il n’y pas de cadres, il n’y a pas de chefs de projet issus de l’immigration : donc il y a quand même un ostracisme aussi par rapport à ces questions-là. Il y a quand même des sortes de discriminations, de pratiques discriminatoires implicites ; en même temps, il y a un discours sur “Marseille, porte de l’Orient”, “Marseille, c’est pas comme ailleurs, le métissage, ville multiculturelle” : mais combien de cadres dans des sociétés privées ou publiques ? Il n’y en a pas beaucoup ! C’est le paradoxe marseillais » (Entretien du 11 avril 2001).

  • 2 Voir par exemple le film documentaire de J.-L. Comolli et M. Samson, Rêves de France à Marseille, 2 (...)

26Même si ce chargé de l’action culturelle prend bien soin de ne pas inclure le champ politique clans sa description, il faut pourtant rajouter que la mise en valeur de l’immigration est aussi largement dissociée de la question de la représentation politique : les membres du conseil municipal d’origine maghrébine sont extrêmement rares2.

  • 3 « 138 000 personnes vivent à Marseille avec un revenu inférieur au seuil de pauvreté. Le taux de ch (...)
  • 4 Son nom est également associé au grand banditisme, par exemple.

27Ville populaire3 et à la réputation ambivalente4. Marseille est considérée au niveau national comme une ville de rap, mais aussi et surtout. Marseille est identifiée comme la ville du rap en France, ce qui n’est absolument pas le cas de Paris. Dans la géographie française du hip-hop, Marseille constitue un phénomène exceptionnel sur lequel il est intéressant de se pencher, afin d’examiner le rôle des autorités politiques clans la construction de cette identité. L’explication de cette singularité réside en grande partie dans le périmètre administratif de la commune exceptionnellement vaste : à Marseille, la banlieue est dans la ville, au sens où les quartiers périphériques sont rattachés à la municipalité – cette situation est unique en France pour une ville de cette importance. La mairie est obligée de « faire avec » et ne peut pas passer outre.

28À Marseille, le rap et la culture hip-hop ont donc tout d’abord bénéficié, au début des années 1990, d’une mai rie attentive au principe de démocratie culturelle, puis des retombées positives en termes d’image liées au succès d’ampleur nationale de certains de ses artistes, et dont la nouvelle équipe municipale s’est rapidement rendu compte. Plus généralement, « dans les années 1990, l’art est plus que jamais devenu un argument politique pour le développement de Marseille, il a été utilisé afin de pallier les difficultés économiques et sociales de la ville », précise Sylvia Girel (2003, p. 122). La victoire de la droite, aux élections de 1995, n’a donc pas modifié la politique menée vis-à-vis du hip-hop, dans la mesure où la politique de communication de la ville de Marseille mise notamment sur son identité cosmopolite. Au-delà du cas marseillais, nous avons donc cherché à montrer que sur un territoire donné, l’institutionnalisation d’une musique a priori contestataire est possible, à condition qu’il existe un consensus (même relatif) sur la définition de l’identité locale entre les acteurs politico­ administratifs d’un côté et les artistes de l’autre.

Haut de page

Bibliographie

AVENEL, Cyprien, 2000, « Les jeunes hommes et le territoire dans un quartier de grands ensembles », Lien social et politiques – RIAC, n° 43, printemps, p. 143-154.

CACHIN, Olivier, 2000, « Géopolitique rapologique », Artpress, « Territoires du hip-hop », hors-série, p. 88-91

CESARI, Jocelyne, Alain MOREAU et Alexandra SCHLEYER-LINDENMANN, 2001, « Plus Marseillais que moi, tu meurs ! », Migrations, identités et territoires à Marseille, Paris, L’Harmattan, Logiques sociales.

GIREL, Sylvia, 2003, La scène artistique marseillaise des années 90. Une sociologie des arts visuels contemporains, Paris, L’Harmattan, Logiques sociales.

GOFFMAN, Erving, 1975, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Minuit, Le sens commun, 1re édition 1963.

LAFARGUE de GRANGENEUVE, Loïc, 2002, « Quelle musique pour les quartiers ? Deux équipements culturels controversés », Copyright Volume ! autour des musiques actuelles, vol. 1, n 2, p. 5-18.

LAPASSADE, Georges et Philippe ROUSSELOT, 1998, Le rap ou fa fureur de dire, Paris, Loris Talmart, 1re édition 1990.

NÉGRIER, Emmanuel et Philippe MAFFRE, 2001, Vers une fonction-ressource « culture et ville » en Grand Sud-Est. Une nouvelle aire d’action culturelle ?, Grenoble, Observatoire des politiques culturelles.

PECOUEUX, Anthony, 2003, « La politique incarnée du rap », thèse de sociologie, EHESS, non publiée.

PERALDI, Michel et Michel SAMSON, 2005, Gouverner Marseille. Enquête sur les mondes politiques marseillais, Paris, La Découverte.

RICHARD, Ferdinand. 2002, « Logique hip-hop 2001, festival / atelier », Cahiers de Fanfare, n° 1, p. 24-37.

ROULLEAU-BERGER, Laurence, 1996, « Cultures de friches à Marseille », Annales de fa recherche urbaine, « Lieux culturels », n° 70, p. 16-25.

TEILLET, Philippe, 1991, « Une politique culturelle du rock ? », dans P. Mignon et A. Hennion (dir.), Rock de l’histoire au mythe, Paris, Anthropos, Vibrations, p. 217-246.

VERGÈS, Pierre, 2001, « La métropole marseillaise vue par les Marseillais », dans A. Donzel (dir.), Métropolisation, gouvernance et citoyenneté dans la région urbaine marseillaise, Paris, Maisonneuve et Larose, p. 115-126.

VISIER, Laurent et Geneviève ZOÏA, 2001, « Motivés. Les quartiers, la culture et le politique », Mouvements, « La démocratie. Une idée à réinventer », n° 18, novembre-décembre, p. 62-67.

WILSON, James O., 1973, Political Organizations, New York, Basic Books.

Haut de page

Notes

1 Le recueil des données (observation. entretiens, analyse documentaire) a été effectué dans le cadre d’une thèse de sociologie soutenue en décembre 2004 à l’ENS de Cachan, intitulée·« Fonctionnaliser la culture ? Action publique et culture hip-hop », sous la direction de Patrice Duran.

2 Voir par exemple le film documentaire de J.-L. Comolli et M. Samson, Rêves de France à Marseille, 2002, qui suit notamment les débats des partis politiques autour du choix des candidats pour l’élection municipale de 2001.

3 « 138 000 personnes vivent à Marseille avec un revenu inférieur au seuil de pauvreté. Le taux de chômage y est de 20,5 % [...]. La ville compte 2,5 fois plus de RMistes que la moyenne nationale » (Contrat de ville de Marseille (2000-2006). Convention-cadre, 2000. p. 4).

4 Son nom est également associé au grand banditisme, par exemple.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Les lieux du rap à Marseille
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/3763/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 525k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Loïc Lafargue de Grangeneuve, « Comment Marseille est devenue l’autre capitale du rap français »Géographie et cultures, 59 | 2006, 57-70.

Référence électronique

Loïc Lafargue de Grangeneuve, « Comment Marseille est devenue l’autre capitale du rap français »Géographie et cultures [En ligne], 59 | 2006, mis en ligne le 07 janvier 2016, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/gc/3763; DOI: https://doi.org/10.4000/gc.3763

Haut de page

Auteur

Loïc Lafargue de Grangeneuve

Institut des Sciences sociales du Politique (ISP)
ENS de Cachan
loiclafargue@yahoo.fr

Haut de page
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search