Navigation – Plan du site
Note

Objets et paysages sonores

Andrea Martignoni
Traduction de Béatrice Collignon
p. 127-133

Texte intégral

1Les sons, et la musique, font partie intégrante du paysage sensible des hommes, quelles que soient leur culture, la région du monde et l’époque à laquelle ils vivent. L’un des effets de la révolution électrique, à la fin du XIXe siècle, est qu’il est désormais possible d’enregistrer et de reproduire des sons. Ceci attire l’attention sur le paysage sonore qui devient pour les compositeurs une source de sons dans laquelle puiser, un objet à intégrer dans une étude musicale. À côté de cette approche purement esthétique, les recherches sur le paysage sonore se développent à partir des années 1960, tant dans les disciplines artistiques que scientifiques, notamment en psychologie, en psycho-acoustisque et en architecture.

2Le paysage sonore, en tant qu’objet d’analyse, devient ainsi un point de rencontre possible entre le monde artistique et le monde scientifique. Ce texte se propose de présenter, brièvement et de façon bien sûr incomplète, comment différents musiciens, compositeurs et techniciens de la musique ont traité la question avec des approches qui pourraient inspirer les géographes qui, aujourd’hui, s’intéressent à la musique et plus généralement aux sons comme objets géographiques.

3L’intérêt pour le paysage sonore, objet bien adapté à des études pluridisciplinaires et à des approches transversales, s’est d’abord développé dans le monde musical. Dans les siècles précédents, l’utilisation d’onomatopées et l’imitation, embellie, des sons du paysage n’étaient pas rare. Mais c’est au début du XXe siècle que les sons jusqu’alors déclarés « non musicaux » entrent comme tels dans le lexique musical.

4Le mouvement futuriste italien se fait le champion de cette introduction des « bruits » dans la musique, notamment le compositeur Luigi Russolo qui publie en 1913 L’Art des bruits. Manifeste futuriste. Pour Russolo, le bruit est une nouvelle sonorité que la musique doit utiliser pour sortir des griffes du romantisme tardif du siècle précédent. Mais en fait, le traitement qu’il propose de ce matériel sonore ne s’éloigne guère des normes de la composition musicale classique du mouvement romantique. Il s’agit surtout d’intégrer dans la musique les nouveaux sons apparus avec la révolution industrielle occidentale.

« Nous voulions entonner et régler harmoniquement et rythmiquement ces bruits très variés. [ ... ] Chaque bruit a un ton, parfois aussi un accord qui domine sur l’ensemble de ces vibrations irrégulières. [...] L’art des bruits ne doit pas être limité à une simple reproduction imitative.

La variété des bruits est infinie. Avec l’incessante multiplication des nouvelles machines, nous pourrons distinguer un jour, dix, vingt ou trente mille bruits différents. Ce seront là des bruits qu’il nous faudra non pas simplement imiter, mais combiner au gré de notre fantaisie artistique. » (Russolo, 1913, p. 3).

5Le projet de Russolo était de créer de nouveaux instruments qui joueraient les bruits. Le bruit devait devenir un nouveau son, pour que le public apprenne à percevoir autrement les ambiances sonores urbaines, et il devait être produit comme les autres sons par un instrument.

« Je me souviens des confessions, pleines de stupeur, des exécuteurs du premier concert donné à Milan avec mon rumorarmonium. Après la quatrième ou la cinquième répétition. me dirent-ils, une fois l’oreille faite et l’habitude prise du bruit atone et variable rendu par le rumorannonium, ils avaient grand plaisir, dans la rue, à suivre les bruits du tramway et des voitures, et étaient frappés par la diversité des tons auxquels ils étaient confrontés avec ces sons. » (Russolo, 1916, p. 42, traduction libre).

6Dans l’immédiat Après-guerre le rapport aux bruits ct aux sons inhabituels se transforme profondément sous l’impulsion du compositeur américain John Cage. Son projet est conceptuellement différent de celui de Russolo : ce dernier créait des instruments pour compléter les orchestres existants. Cage, lui, met directement les sons de la vie quotidienne sur la scène. Il n’invente pas des appareils mais des situations, des happenings, apportant sur scène des radios et des machines à écrire. Cette utilisation d’objets « normaux » mis en scène comme des œuvres d’art l’inscrit dans le même courant poétique que Marcel Duchamp.

7Sa composition sans note, intitulée 4’33’’ et « jouée » pour la première fois en !952. est un silence provocateur : un manifeste pour que la musique prenne en compte tous les sons ct pas seulement ceux créés par des instruments de musique. Par sa mise en scène transfigurée des bruits du quotidien l’artiste renvoie le public au monde pour qu’il l’écoute d’une nouvelle oreille.

8Dans l’après-guerre. la mise au point de nouvelles technologies d’enregistrement et de diffusion de la musique favorise la croissance de l’intérêt pour les sons du paysage. De mon point de vue, les deux contributions les plus intéressantes pour les géographes en termes de définition des éléments sonores qui composent le paysage sont celles de deux musiciens et musicologues : le Français Pierre Schaeffer et le canadien R. Murray Schafer. Le premier offre avec le Traité des objets musicaux (1966) une étude approfondie des rapports entre la musique ct le son. Le second publie à son tour un traité majeur en 1977, The tuning of the world. Ces travaux proposent chacun une théorie différente pour l’approche et l’utilisation des sons, mais une analyse géographique des paysages sonores peut les mobiliser de façon complémentaire.

9Pierre Schaeffer est l’inventeur de la musique dite « concrète », ou parfois « acousmatique », gui intègre des objets sonores concrets enregistrés sur bande magnétique et requiert un mode d’écoute où l’objet, ou le sujet, qui émet les sons demeure invisible.

10L’acousmatique est parfois comprise, à tort, comme un simple synonyme « d’écoute indirecte ». C’est en fait un concept introduit par Schaeffer pour appréhender le paysage sonore du point de vue des rapports entre les différentes dynamiques sensorielles mobilisées. Son approche repose sur la conviction que la perception visuelle conditionne toujours, d’une façon ou d’une autre, la perception auditive. Le concept « d’écoute aveugle » permet à Schaeffer d’aller au-delà du seul phénomène auditif pour réfléchir de façon plus générale sur les conditions de l’écoute, l’audition étant toujours associée aux autres sens perceptifs et, principalement, à la vision.

11L’écoute aveugle propose, à l’encontre de l’expérience quotidienne fortement conditionnée par la stimulation continue du champ visuel, une véritable déontologie de l’écoute : un ensemble de règles comportementales auxquelles il faut s’astreindre pour atteindre l’objet sonore.

12Ce travail sur 1’intentionnalité de l’écoute s’insère dans un ensemble théorique dit « des quatre écoutes » : Ouïr, entendre. écouter. comprendre (Schaeffer, 1966, p. 101-108).

13Ouïr, exactement « percevoir avec les oreilles », renvoie à une attitude peu active : ce que l’on entend est ce qui est donné à percevoir.

« À proprement parler, je ne cesse jamais d’ouïr. Je vis dans un monde qui ne cesse pas d’être là pour moi, et ce monde est sonore aussi bien que tactile et visuel » (Schaeffer, 1966, p. 104).

14L’audition est ici envisagée comme une activité d’écoute telle qu’elle se déroule dans une ambiance sonore à laquelle on ne prête pas attention. Le recours au verbe « ouïr » introduit le concept de « fond sonore » compris comme l’horizon perceptif sur lequel se détachent les sons particuliers qui sont les vrais objets de l’écoute. Le fond sonore correspond à l’ensemble des sons qui restent au second plan, qui n’atteignent pas le niveau conscient de la perception mais qui sont présents dans toute expérience sonore. Ils en constituent le fond qui, sans être au centre de l’attention, peut être remarqué lorsqu’il change :

« Je suis enfin instantanément averti d’une modification brusque ou inusitée de ce fond sonore dont je n’étais pas conscient : on connaît l’exemple des gens qui, habitant près d’une gare, se réveillent quand le train ne passe pas à l’heure » (Schaeffer, 1966, p. 105).

15« Commençons par observer qu’il m’est pratiquement impossible de ne pas exercer de sélection dans ce que j’ouïs. » (Schaeffer, 1966, p. 108) L’emploi du verbe « entendre » renvoie à une situation où une figure (sonore) se détache sur un fond. Celui du verbe ouïr à une situation où l’ambiance sonore est indifférenciée. L’entendre se caractérise par la sélection de quelques stimuli vers lesquels l’attention se tourne de façon active, consciente. Entendre suppose une certaine volonté d’écouter, mais sans recherche d’une information précise. Cette attitude n’a rien d’un automatisme.

« Mais si je reste immobile, les yeux fermés, l’esprit vacant, il est bien probable que je ne maintiendrai pas plus d’un instant une écoute impartiale. Je situe les bruits, je les sépare par exemple en bruits proches ou lointains, provenant du dehors ou de l’intérieur de la pièce, et, fatalement, je commence à privilégier les uns par rapport aux autres » (Schaeffer, 1966. p. 107).

16« Écouter » désigne aussi une expérience dans laquelle 1’attention se tourne vers une source sonore spécifique mais ici, comme Schaeffer tient à le préciser, l’objet de J’écouter n’est pas tant le son que l’information dont il est porteur. Le son est alors l’indice d’autre chose. On peut ainsi écouter le son d’un moteur pour évaluer la distance à laquelle se trouve une voiture.

17Réussir à localiser les sons dans l’espace c’est leur donner une direction bien précise par la mise en œuvre d’une activité perceptive. L’écouter définit une possibilité d’audition active, de perception spécifique :

« C’est ainsi que, lorsque je regarde une maison, je la place dans le paysage. Mais si je continue à m’y intéresser, j’examinerai tantôt la couleur de la pierre, sa matière, tantôt l’architecture, tantôt le détail d’une sculpture, au-dessus de la porte, je reviendrai ensuite au paysage, en fonction de la maison, pour constater qu’elle a une ‘belle vue’, je la verrai une fois de plus dans son ensemble, comme je l’avais fait au début. mais ma perception sera enrichie par mes investigations précédentes» (Schaeffer, 1966, p. 108).

18Ce n’est certainement pas par hasard que Schaeffer choisit pour illustrer son propos un exemple qui fait référence à la perception visuelle : la possibilité de repérer les différents aspects d’un même objet est offerte justement par les images fixes, qui ont la particularité d’être stables. Cette stabilité des images les différencie nettement des sons car elle leur permet de s’inscrire physiquement dans l’espace perçu et cette inscription spatiale permet ce mouvement du regard qui va d’un point à un autre, elle rend possible le changement de perspective. Sens auditif et sens visuel sont en cela fondamentalement différents.

19La dernière modalité d’audition analysée par Schaeffer est « comprendre ». Cette perception-là s’attache aux sons en tant que porteurs de sens bien définis. Comme dans l’écouter, les sons sont considérés ici dans leur fonction de référents : ils sont des signes qui font entrer l’auditeur dans un monde spécifique de valeurs. L’exemple par excellence est celui de la langue parlée ct de l’écoute sémantique : les paroles de l’orateur ne sont pas entendues comme de simples sons et il n’est pas nécessaire de s’arrêter sur leur signification pour en comprendre le sens, ce sens semble être dès le début le véritable objet de l’écoute.

20R. Murray Schafer, dans The tuning of the world (1977), mobilise quant à lui les concepts de figure et de fond, en référence aux sons, pour proposer une théorie du paysage sonore.

21Schafer explique que pour analyser un paysage sonore, il faut d’abord en découvrir les caractéristiques majeures : repérer les sons les plus importants, définis comme tels en raison de leur individualité, de leur quantité ou de leur présence dominante. Il en vient ensuite à distinguer, pour ces sons les plus importants, trois catégories différentes : les toniques, les signaux et l’empreinte sonore.

22Dans un paysage sonore, les « toniques » sont les sons dérivant des caractéristiques environnementales (naturelles et humaines) et climatiques de ce paysage. Ils sont constants, ils constituent ce que l’on appelle souvent « le fond sonore » : la mer et les rivières soit l’eau toujours en mouvement, le vent là où il souffle constamment, les forêts, les animaux et en particulier les oiseaux et les insectes, les cigales en été notamment, mais aussi, par exemple, une autoroute. Tous ces sons qui sont partie intégrante de l’identité d’un lieu et qui, comme tels, marquent les comportements ct le style de vie de ses habitants.

23Les « signaux », en revanche, sont les sons qui occupent le premier plan du paysage sonore. L’auditeur les écoute de façon consciente et, pour Schafer, l’étude méthodique de ces signaux doit notamment s’intéresser à leur dimension collective et communautaire. Les chercheurs doivent en particulier concentrer leur attention sur ces sons qui ont une fonction d’avertisseurs auditifs : cloches, sifflets, klaxons ou sirènes. Certains de ces sons-signaux transmettent des messages complexes, tels la corne de chasse ou les sifflets des trains ct des bateaux.

24« L’empreinte sonore » désigne quant à elle un son spécifique qui est plus qu’un signal : ses caractéristiques ou qualités uniques conduisent une collectivité à lui attribuer une valeur particulière. Ainsi la cloche de l’église dans les villages de l’Europe chrétienne.

25Schaeffer et Schafer partagent la même déontologie de l’écoute. À « l’écoute aveugle » du premier répond, dans une veine plus écologiste, le « nettoyage de l’oreille » comme entraînement à la perception du paysage sonore, à l’écoute du « silence », du second. Mais, souligne Schafer, il faut aujourd’hui distinguer deux types de paysages sonores, de plus en plus nettement individualisés : l’un basse-fidélité (Lo-Fi) et l’autre haute-fidélité (Hi-Fi). La distinction entre ces deux paysages repose, en acoustique, sur le rapport entre signaux et bruits. Dans un paysage sonore Hi-Fi le niveau du bruit d’ambiance est faible, ce qui permet d’entendre clairement les sons spécifiques. La superposition des sons est peu fréquente et l’on distingue bien premier plan et fond sonores. La campagne est évidemment un environnement à fidélité plus haute que la ville, tout comme la nuit par rapport au jour. Dans un paysage sonore Lo-Fi, en revanche, les signaux acoustiques spécifiques se perdent dans la surabondance des autres sons dans lesquels ils sont immergés. Notons qu’en matière de perceptions le paysage urbain réduit de façon radicale les possibilités tant auditives que visuelles.

26Pierre Schaeffer intègre l’univers sonore du paysage, mais seulement dans l’acte de composition du musicien, le réduisant ainsi à un objet sonore parmi d’autres. Ceci s’accompagne d’une décontextualisation complète de l’événement sonore, qui est coupé de son origine. Comme le souligne Michel Chion (1991) dans son chapitre « Dix commandements pour un Art des sons fixés », Schaeffer sépare radicalement les sons de leur source sonore. En revanche, R. Murray Schafer prône le maintien d’un rapport direct aux lieux et à l’environnement par la pratique du soundwalking, littéralement la « promenade sonore ». Il s’agit simplement de se mouvoir dans l’espace, urbain ou non urbain, en prêtant une attention particulière aux perceptions auditives.

27La promenade sonore est non seulement une pratique utile à la connaissance du paysage sonore, indispensable à l’étape suivante d’enregistrement et d’analyse, mais aussi une pédagogie de l’écoute qui conduit à ce « nettoyage de l’oreille » qui permet de comprendre le monde environnant aussi à travers les sons qui le composent.

28La pratique de la promenade sonore peut être rattachée à l’ensemble des théories et pratiques de la traversée élaborées par le mouvement situationniste, mais elle n’a pas besoin d’être motivée par un projet, politique ou autre. Elle ne se veut pas non plus production artistique particulière, même si rien n’empêche à personne de déclarer sa propre promenade sonore une œuvre d’art et de la vendre comme telle à une galerie d’art contemporain, ou d’en faire une méthode de recherche en sciences sociales.

29Si l’on adopte le point de vue de Schafer, pour lequel le paysage sonore est une composition macroformelle inachevée qui se joue constamment autour de nous, alors on peut considérer que la promenade sonore, ou soundwalk, est l’outil idéal pour en devenir le simple auditeur, l’analyste ou l’un des acteurs. Dans tous les cas, que l’on comprenne la promenade sonore comme une dérive acoustique urbaine (complément des dérives urbaines chères à Guy Debord) ou comme du « land-art sonore », elle pourrait être particulièrement utile aux géographes qui cherchent à intégrer la dimension acoustique à leur analyse et interprétation de l’espace terrestre. Tout comme elle l’est pour le musicien-compositeur qui veut raconter et interpréter le paysage sur un mode créatif, dans une représentation nouvelle, subjective, où le son n’est pas coupé de son contexte d’origine. Ces travaux pourraient être croisés ct l’on pourrait ainsi créer une synergie entre l’étude et l’analyse du territoire des géographes et les compétences et la créativité du musicien-compositeur.

Haut de page

Bibliographie

CARERI, Francesco, 2006, Walkscapes, camminare come pratica estetica, Turin, Einaudi.

CHION, Michel, 1991, L’art des sons fixés ou la musique concrètement, Fontaine (Isère), Métamkine.

COLIMBERTI, Antonello, 2004, Ecologia della musica, saggi sul paesaggio sonoro, Rome, Donzelli.

DEBORD, Guy, 1956, « Théorie de la dérive », Les Lèvres nues, 9, Bruxelles.

DISOTEO, Maurizio, 2003, Il suono della vita, Rome, Meltemi.

JARVILUOMA, Helmi, 2002, Soundscapes: studies and methods, université de Tampere (Finlande)

MAYR, Albert, 2001, Musica e suoni dell’ambiente, Bologne, Clueb.

MINIDIO, Andrea. 2005, I suoni del monda, studi geografici sul paesaggio sonoro, Milan, Guerini scientifica.

RUSSOLO, Luigi, 1913, L’art des bruits. Manifeste futuriste, Milan, 11 mars (texte disponible en ligne : http://luigi.russolo.free.fr/som1 .html)

RUSSOLO, Luigi, 1916, « I rumori della natura e della vita, timbri e ritmi », L’Arte dei rumori, Milan.

SCHAEFFER, Pierre, 1966, Traité des objets musicaux, Paris, Éd. du Seuil, coll. « Pierre vives ».

SCHAFER, R. Murray, 1977, The tuning of the world, Toronto-New York, McClelland and Stewart.

TURRI, Eugenio, 1992, Il paesaggio e il silenzio, Venise, Marsilio.

TURRI, Eugenio, 1998, Il paesaggio come teatro, Venise, Marsilio.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrea Martignoni, « Objets et paysages sonores », Géographie et cultures, 59 | 2006, 127-133.

Référence électronique

Andrea Martignoni, « Objets et paysages sonores », Géographie et cultures [En ligne], 59 | 2006, mis en ligne le 29 mars 2016, consulté le 19 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/gc/3829

Haut de page

Auteur

Andrea Martignoni

Université de Bologne
andrea_martignoni @fastwebnet.it

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals