Navigation – Plan du site
Lectures

Les grands penseurs de l’espace et du lieu

Paul Claval
p. 134-135
Référence(s) :

Phil Hubbard, Rob Kitchin et Gill Valentine (dir.), 2004, Key thinkers on space and place, Londres, Sage, X-356 p.

Texte intégral

1Voici une remarquable introduction aux orientations récentes de la géographie humaine : pour faire connaître à tous, collègues et étudiants, les transformations de la discipline, Phil Hubbard. Rob Kitchin et Gill Valentine présentent les 52 penseurs-clefs du renouvellement de la réflexion sur l’espace ct les lieux. L’ordre est alphabétique, mais une introduction de quinze pages précise les parentés, les écoles, les filiations entre les œuvres ct les courants.

2Chaque auteur a droit à une notice de six à huit pages, qui rappelle sa vie et le cadre théorique dans lequel s’inscrit son œuvre, ses contributions essentielles à la pensée spatiale, les avancées qu’il a permises et les controverses qu’il a fait naître. Ses œuvres essentielles sont alors indiquées, ainsi que les études qui lui sont consacrées.

3Chaque notice est rédigée par des spécialistes. Le travail d’édition est remarquable : toutes les contributions se plient au même format. L’ensemble offre une vue détaillée des mutations qui se sont succédé depuis les années 1960. La première génération (Torsten Hagerstrand, Waldo Tobler, Peter Haggett, Brian Berry) a une approche encore positiviste. Reg Golledge la nuance en introduisant un point de vue béhavioriste. Vient alors la grande vague critique d’inspiration marxiste, illustrée par Manuel Castells ou David Harvey, et le succès des approches phénoménologiques, avec David Ley et Yi-Fu Tuan. Nigel Thrift marque l’impact du structurationnisme. Depuis les années 1980, la discipline est balayée par les courants déconstructeurs : poststructuralisme, postmodcrnisme, postcolonialisme. C’est là que l’on découvre le plus de noms ignorés des géographes français : Zygmunt Baumann, Homi K. Bhabha, Stuart Hall, Donna Haraway, bell hooks, Gillian Rose, David Sibley, Iris Marion Young, pour n’en citer que quelques-uns.

4Le panthéon que nous offrent les auteurs de l’ouvrage est large : il y a des dieux, des demi-dieux et de simples héros ! Pas d’exclusives : toutes les chapelles sont représentées. Un des intérêts du choix vient de ce qu’il est largement pluridisciplinaire : à côté de géographes, on trouve des spécialistes d’histoire littéraire comme Raymond Williams ou Edward Said, des sociologues, comme Zygmunt Baumann ou Manuel Castells, des économistes comme Amyarta Sen, des urbanistes comme Mike Davis, des politistes comme Benedict Anderson, des historiens comme Emmanuel Wallerstein. La place faite au genre est importante, mais il n’y a que six femmes au ciel de la géographie !

5Le lecteur peut suivre le développement des différents secteurs de la géographie – géographie économique, géographie politique, géographie urbaine, géographie sociale, géographie du genre, etc. Il voit comment la discipline s’est rapprochée des autres sciences sociales et des humanités.

6Le panthéon que les auteurs nous présentent est très international, mais essentiellement anglophone. La France doit la place qui lui est faite à des essayistes, des philosophes ou des épistémologues (Jean Baudrillard, Pierre Bourdieu. Gilles Deleuze. Michel Foucault. Bruno Latour, Henri Lefebvre. Paul Virilio). Il y a un Allemand (Ulrich Beek), un Polono-lsraëlien (Zymunt Baumann), un Suédois (Torsten Hagerstrand), deux représentants du monde hispanique (Manuel Castells et Arturo Escobar). Les autres auteurs qui n’appartiennent pas au monde anglo-saxon viennent d’anciennes possessions ou protectorats britanniques, l’Inde, avec Homi K. Bhabha, Amartya Sen, Gayatri Sptvak, la Palestine, avec Edward Said, ou les Antilles, avec Stuart Hall. Les étrangers ont d’autant plus de chance d’être remarqués qu’ils enseignent dans des universités de langue anglaise (c’est le cas de Manuel Castells, de Bruno Latour, de Zygmunt Baumann, d’Arturo Escobar et des auteurs d’origine indienne), et qu’ils écrivent en anglais.

7L’image de la géographie qui se dégage de cet ouvrage est à forte dominante anglophone. La discipline telle qu’elle est pratiquée en Europe continentale brille par son absence. Parmi les auteurs français cités, aucun, à l’exception de Bruno Latour, n’est dans la force de l’âge.

  • 1 Il existe un ouvrage analogue consacré aux concepts-clefs de la géographie, mais il me paraît moins (...)

8Cet ouvrage a d’immenses qualités pédagogiques1. Le traduire serait utile. Nous aimerions surtout voir publier en français un ouvrage de même inspiration, mais plus ouvert sur le monde non-anglophone.

Haut de page

Notes

1 Il existe un ouvrage analogue consacré aux concepts-clefs de la géographie, mais il me paraît moins stimulant que celui qui traite des penseurs de l'espace et du lieu (Holloway, Sarah L., Rice, Stephen P. Valentine, Gill (eds.), 2003, Key concepts in geography, Londres, Sage, XVII-342 p.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Claval, « Les grands penseurs de l’espace et du lieu », Géographie et cultures, 59 | 2006, 134-135.

Référence électronique

Paul Claval, « Les grands penseurs de l’espace et du lieu », Géographie et cultures [En ligne], 59 | 2006, mis en ligne le 29 mars 2016, consulté le 19 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/gc/3833

Haut de page

Auteur

Paul Claval

Université Paris-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals