Navigation – Plan du site
Lectures

L’espace social, lecture géographique des sociétés

Armand Frémont
p. 135-137
Référence(s) :

Guy Di Méo et Pascal Buléon, 2005, L’espace social, lecture géographique de des sociétés, Paris, A. Colin, 304 p.

Texte intégral

1Le livre de Guy Di Méo et de Pascal Buléon, L’espace social, lecture géographique des sociétés marque une nouvelle étape dans le développement de la géographie sociale en France, après Paul Clavai (Principes de géographie sociale, Génin, 1973). Alain Reynaud (Société, espace et justice : inégalités régionales et justice socio-spatiale, PUF, 1981) ou notre propre livre (Frémont, Chevalier, Hérin et Renard. La géographie sociale, Masson, 1984). L’ouvrage se subdivise en deux parties, étroitement liées, mais d’orientation très différente. La première partie (133 p.), la plus dense, est purement théorique. Les auteurs éprouvent le besoin, souvent partagé par d’autres, de faire conceptuellement le point. Ils se démarquent d’approches voisines, en apparence tout au moins : la géographie « humaine » des classiques, la géographie culturelle, l’analyse quantitative de l’espace, la géographie radicale ou le postmodemisme des Anglo-saxons. Ils s’inscrivent dans la ligne des premières recherches des années 1980 en France, mais avec un souci d’approfondissement incontestable. Ainsi accordent-ils la plus grande importance à un corpus de définitions qui permettent de cerner à la fois des objectifs et une méthode : l’espace, l’espace vécu, l’espace hyper-réel, le rôle des acteurs, l’identité, l’identité collective, la combinaison sociospatiale, la formation sociospatiale, le territoire (liste non exhaustive mais significative)... Avec l’apport des dictionnaires nouvellement édités, la géographie dispose ainsi maintenant d’une solide base de définitions sur ses propres concepts, ce qui lui a trop longtemps manqué. Il faudrait s’en tenir là un moment ct que chaque auteur nouveau ne veuille pas réinventer et redéfinir sous d’autres noms ce que d’autres ont déjà fait, au risque de confusion.

2Le développement le plus central de Di Méo et Buléon porte sur les fondements théoriques de cette géographie sociale. Parmi de multiples références, le livre de Maurice Godelier L’idéel et le matériel : pensées, économies, sociétés (Fayard, 1989) constitue une source d’inspiration de premier choix, ainsi que pour beaucoup d’autres jeunes géographes. Godelier, anthropologue et philosophe, plonge sans détour dans la complexité des sociétés et de leurs espaces. Il s’est libéré des explications simplistes, mais il garde des idées claires ct simples. Sa démarche apporte beaucoup aux géographes lorsqu’il distingue ce que les hommes pensent (l’idéel) et la matière dont ils dépendent (le matériel) pour mieux montrer leurs étroites interférences. Di Méo ct Buléon s’y réfèrent constamment et explicitement pour placer leur méthode et leur sujet dans un cadre qui philosophiquement se tienne. Ils reconnaissent être plus gênés paradoxalement par la définition du « matériel » qui leur échappe en partie que par celle de « l’idéel » qu’Ils semblent maîtriser. Une dérive est ainsi possible... Le « social » des géographes ct de quelques autres pourrait oublier en partie les fondements les plus durs de la société et privilégier l’effet de lieu ou l’effet de mobilité ou encore l’effet de culture sur l’économie et l’effet de classe.

3Une deuxième partie, « Des concepts au terrain » (160 p.) n’est pas la moins stimulante. Elle marque une volonté de ne pas théoriser pour théoriser (autre dérive possible) mais bien pour faire le lien avec les recherches de terrain de la géographie, les unes nourrissant la théorisation et réciproquement. Elle développe quelques très beaux exemples pour illustrer, nourrir ou approfondir telle ou telle définition : la Palestine, ou le choc de tous les espaces, la forêt de Pata au Sénégal en prolongement migratoire du Saloun, le vignoble de Graves savamment fragmenté, la Slovaquie sous ses cinq matrices historiques de structuration territoriale en à peine plus d’un siècle, la combinaison sociospatiale des retraités de Roscoff, la mosaïque sociale de Philadelphie-Sud et du Pays Quaker, la formation sociospatiale des Touaregs nomades Bankilaré. Cette dernière partie réussit une prouesse formelle. Elle ajoute aux deux auteurs principaux sept collaborateurs. Mais ceux-ci ne viennent pas, comme trop souvent dans nos éditions savantes, réciter leurs petites histoires ou leurs petits territoires séparés et bien distincts. Ils sont réellement intégrés à l’ensemble du texte. Beaucoup mieux qu’un manuel, l’ouvrage de Guy Di Méo ct de Pascal Buléon, difficile assez souvent, discutable bien entendu, contestable parfois, est un vrai livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Armand Frémont, « L’espace social, lecture géographique des sociétés », Géographie et cultures, 59 | 2006, 135-137.

Référence électronique

Armand Frémont, « L’espace social, lecture géographique des sociétés », Géographie et cultures [En ligne], 59 | 2006, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/gc/3835

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals