Navigation – Plan du site
Lectures

Approcher culturellement le fait industriel

Isabelle Géneau de Lamarlière
p. 137-138
Référence(s) :

Sylvie Daviet, 2005, Industrie, culture, territoire, Paris, L’Harmattan, 208 p.

Texte intégral

1La manière dont les travaux sur culture et industrie peuvent se nourrir a été à la source de nombreuses publications au cours des deux dernières décennies, mais la géographie française demeurait en retrait de cette dynamique. L’ouvrage de S. Daviet vient ainsi offrir une mise au point bienvenue.

2L’auteur, comme le souligne S. Montagné en préface, est soucieuse des continuités. Elle s’attache à rappeler quel fut le souci de la géographie classique pour les techniques, les savoir-faire, les paysages nés de l’activité agricole. Un sentiment d’uniformisation lié au passage à l’usine et au bureau l’aurait toutefois conduite à s’écarter de la culture du travail, qui n’a pas retenu davantage l’attention de la géographie quantitative qui étudiait la répartition des activités. Elle n’a pas non plus intéressé P. Claval et la nouvelle géographie culturelle française qui, sur la base d’une vision séparée des champs économique et culturel, se serait détournée du monde matériel au profit des représentations.

3L’apport le plus novateur de l’ouvrage consiste dans les propositions avancées pour traiter culturellement du fait industriel en géographie. S. Daviet s’appuie sur quatre sources : les études qui, en cherchant à saisir la dynamique interne des districts industriels, ont mis au jour une pluralité de facteurs non économiques ; la géographie classique, à travers une magnifique analyse de la thèse de M. Laferrère sur Lyon ; les réflexions récentes offertes par diverses sciences sociales sur les liens entre culture et économie. Enfin, elle examine les possibilités d’application à l’industrie de l’approche de géographie culturelle de P. Claval. Ces travaux conduisent à déceler des croyances profondes et une quête de sens dans l’activité industrielle, des imaginaires construits autour de produits, de savoir-faire, d’innovations, activés par des mythes fondateurs et leaders charismatiques, des éthiques du travail, de la concurrence, des cultures d’entreprise et des identités qui participent aux performances économiques.

4Une position forte de l’auteur est d’introduire la dimension culturelle sous l’angle de la territorialité : l’identité productive s’exprime en lien avec un espace vécu partagé qui soude une communauté. C’est aussi par le territoire que se transmettrait la culture. S. Daviet peut ainsi esquisser une filiation avec la « personnalité régionale » vidalienne et les courants des années 1970 qui présentent l’espace comme un produit social. Cette entrée territoriale, commune à l’ensemble de la géographie socio-économique française, comporte certains atouts. Les analyses fines menées à l’échelle de micro-territoires facilitent les lectures transversales intégrant des facteurs culturels. Elles réintroduisent également de l’hétérogénéité géographique humaine dans des analyses économiques qui la négligeaient. La valorisation de l’entrée par le territoire, surtout lorsque ce dernier est entendu au sens local, rend toutefois difficile le traitement culturel d’autres spatialités de l’industrie. Certaines tendances à la réification (et le lien ici établi avec la personnalité régionale vidalienne n’est pas rassurant) n’éclaircissent pas les processus. Qu’est d’autre en fait ce territoire qu’une communauté d’acteurs, certes dotés de pratiques et d’imaginaires géographiques ?

5Ce n’est ainsi probablement pas sans (bonnes) raisons que S. Daviet propose en dernière partie une application de l’approche culturelle aux moyens d’une entrée par des communautés d’acteurs, que sont trois entreprises microélectroniques dont elle étudie les trajectoires entrepreneuriales. Comme elle le montre bien, la construction de compétences, d’une culture d’entreprise est un processus long, lié à des événements qui prennent place en des lieux multiples, réels ou imaginaires, où la part du local n’est que relative.

6La bibliographie révèle l’existence de nombreux travaux francophones, mais la dispersion des entrées disciplinaires et thématiques laisse supposer une multitude d’isolats. Reste à souhaiter que le projet de développer une géographie de l’entreprise qui intègre davantage les apports des sciences sociales, pour « rétablir un paradigme finaliste là où domine un paradigme mécaniste », devienne fédérateur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Géneau de Lamarlière, « Approcher culturellement le fait industriel », Géographie et cultures, 59 | 2006, 137-138.

Référence électronique

Isabelle Géneau de Lamarlière, « Approcher culturellement le fait industriel », Géographie et cultures [En ligne], 59 | 2006, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/gc/3839

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals