Navigation – Plan du site
Lectures

Atlas linguistique de Gilliéron et Edmont

Jean-René Trochet
p. 138-140
Référence(s) :

Guylaine Brun‑Trigaud, Yves Le Berre et Jean Le Dû, 2005, Lectures de l’Atlas linguistique de Gilliéron et Edmont. Du temps dans l’espace, Paris, Éditions du comité des Travaux historiques et scientifiques, 363 p.

Texte intégral

1Les auteurs ne présentent pas une réédition de l’Atlas linguistique de la France (ALF) de J. Gilliéron et E. Edmont publié de 1902 à 1912. L’introduction nous informe qu’il s’agit d’un choix de 500 cartes effectué à partir d’un travail préalable dû au chanoine Falc’hun (1909-1991) qui fut longtemps titulaire de la chaire de celtique de l’université de Rennes. Pour Falc’hun, les innovations linguistiques au sens large, que l’on peut lire dans l’ALF proviennent principalement du Bassin parisien et ont refoulé vers la périphérie des formes devenues récessives, parfois dès le haut Moyen Âge.

2Le plan adopté par les auteurs pour présenter ces cartes reflète certes le classement et les préoccupations de Falc’hun mais il ne s’y réduit pas. L’ouvrage se veut en effet avant tout un outil pédagogique, destiné à montrer à un large public la signification et l’intérêt des recherches dialectologiques, passées mais aussi présentes, sur le territoire français. Il est divisé en trois parties qui s’intitulent respectivement le Temps, l’Espace et les Mouvements. Au sein de celles-ci, chaque carte ou groupe de cartes reçoit un commentaire spécifique, destiné à illustrer un thème ou un domaine particulier. La première partie comprend ainsi cinq chapitres qui correspondent aux principales strates historiques de la langue française identifiées de nos jours par les chercheurs : le « préceltique », le « gaulois », les siècles gallo-romains, le haut Moyen Âge et « depuis le bas Moyen Âge ». La seconde met en valeur les relations entre la situation géographique des mots et les données physiques de l’espace français : les montagnes (chap. 1), les cours d’eau (chap. 2), les zones périphériques, les presqu’îles et les îles (chap. 3). La dernière partie montre principalement les voies ct les formes spatiales des changements linguistiques intervenus au fil des siècles dans l’ensemble français, en considérant principalement trois points : les voies de communication, les relations centre­périphérie et la progression historique de phénomènes linguistiques variés du Nord vers le Sud. Il serait évidemment hors de propos de reprocher aux auteurs un certain recoupement entre ces trois parties qui s’impose au contraire pour illustrer la complexité et l’imbrication des faits, lin exemple : l’extraordinaire carte 629 de l’ALF pour le mot gauche, qui figure dans les deux premières parties et montre la subsidence du mot esquer dans le Cantal et le Roussillon. Ce dernier mot, parent au basque actuel esker, atteste probablement qu’une forme ancienne du basque qui était parlée à une époque fort reculée dans tout le Sud-Ouest de la France actuelle, et dont au moins un mot parvint à se maintenir dans une contrée isolée du Massif central jusqu’au XXe siècle. Il est logique aussi que la carte Chaise (222 de l’ALF) figure à la fois dans la première partie comme témoignage de l’héritage linguistique des siècles gallo-romains et dans la troisième pour montrer comment la forme centrale du mot est parvenue au pied des Pyrénées à une époque relativement récente, et probablement par l’intermédiaire des voies de communication.

3C’est donc par touches successives, en utilisant un dispositif cartographique simple et clair, que les auteurs parviennent à la fois à initier le lecteur aux méthodes et aux thèmes principaux des études dialectologiques ct à tracer un passionnant tableau des acquis et des questions que pose aujourd’hui l’histoire linguistique de la France. Mais ce découpage thématique et cette utilisation de cartes ou de groupes de cartes pour illustrer des aspects particuliers de l’histoire linguistique française n’empêchent pas la publication de cartes synthétiques hautement évocatrices d parfois audacieuses. Une synthèse de 64 cartes lexicales résume ainsi la pénétration des formes centrales vers le Sud (p. 294), et elle est mise en relation avec des cartes génétiques de la population française (p. 295) qui dessinent des aires assez concordantes. L’ouvrage interpelle donc d’autres spécialistes que les linguistes : on peut citer aussi les géographes historiens et quelques ethnologues ruralistes (encore) disposés à s’interroger sur les liens entre les mots et les choses ; les uns et les autres il est vrai un peu isolés aujourd’hui, pour des raisons diverses, dans le concert des sciences humaines et sociales françaises. Sur ce plan d’ailleurs, ces lectures de l’ALF évoqueront à certains une nostalgie presque aussi poignante que la disparition des parlers régionaux : l’échec du rapprochement entre l’ethnographie rurale ct les linguistes des Atlas linguistiques de la France par régions, tenté il y a maintenant bien longtemps par Georges-Henri Rivière au récemment défunt musée national des Arts et traditions populaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-René Trochet, « Atlas linguistique de Gilliéron et Edmont », Géographie et cultures, 59 | 2006, 138-140.

Référence électronique

Jean-René Trochet, « Atlas linguistique de Gilliéron et Edmont », Géographie et cultures [En ligne], 59 | 2006, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gc/3842

Haut de page

Auteur

Jean-René Trochet

Université Paris-Sorbonne

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals