Navigation – Plan du site
Lectures

Le paysage religieux de l’Europe en mutation

Paul Claval
p. 140-141
Référence(s) :

Hans Knippenberg (dir.), 2005, The changing religious landscape of Europe, Amsterdam, Het Spinhuis, 218 p.

Texte intégral

1L’ouvrage que Hans Kippenberg vient de publier donne une image précise de la géographie religieuse de l’Europe à un moment de mutation rapide. Dans une introduction vigoureuse, Hans Knippenherg souligne les deux tendances qui caractérisent l’évolution récente, la sécularisation, dont il rappelle les différentes interprétations, et le développement du pluralisme religieux, lié à la fois à l’essor de l’islam importé par les populations immigrées et par le foisonnement de nouvelles formes de religiosité. Dix études de cas sont alors proposées : France (Jean-René Bertrand et Colette Muller), Royaume-Uni (Ceri Peach), Allemagne (Reinhard Henkel), Espagne (Ana Olivera et Cathelijne de Busser), Pays-Bas (Hans Knippenberg), Finlande (Petri J. Raivo), Pologne (Elshieta Bilska-Wodecka), Russie (Igor Y. Kotin et Alexei D. Krindatch), Ukraine (Alexei D. Krindatch), Tchéquie (Tomas Havlicek). Hans Knippenberg dégage les conclusions d’ensemble.

2Les paysages religieux d’une Europe chrétienne dans son immense majorité se sont différenciés au cours de l’histoire : catholicisme à l’Ouest, orthodoxie à l’Est, coupure du protestantisme, au Nord surtout, à partir de la Renaissance. Les Lumières ont profondément transformé l’ambiance intellectuelle de l’Europe du Nord-Ouest et du Centre. Tout ceci explique les modes très divers d’articulation entre Églises et États. La secousse du communisme a profondément altéré la situation des pays orthodoxes, mais aussi de régions luthériennes et catholiques, en y accélérant la sécularisation.

3Les tendances qui s’observent aujourd’hui affectent à un rythme différent les divers pays. Dans un monde caractérisé par le retour en force du religieux, l’Europe fait exception, dans la mesure où l’évolution contemporaine y est surtout marquée par les progrès de la sécularisation. L’impact de l’islam est à la mesure de la progression des populations immigrées. Des formes de protestantisme importées d’Amérique du Nord remanient souvent en profondeur les appartenances.

4De pays à pays, les contrastes sont profonds. La sécularisation est particulièrement forte en France, mais aussi en Tchéquie. Au Royaume-Uni, en revanche, 76,8 % de la population est d’obédience chrétienne en 2001. Les proportions sont assez semblables en Allemagne. L’emprise des religions traditionnelles demeure plus forte dans certains pays : en 2000, 80 % des Espagnols se déclarent catholiques (2000), 85,2 % des Finlandais, luthériens (1999), et 89,5 % des Polonais, catholiques (2000). Le renouveau religieux est manifeste en Russie, où 54.7 % de la population se déclare orthodoxe en 2003. La déchristianisation progresse surtout à partir des années 1950 : il n’y avait que 5,8 % des Tchèques qui n’avaient pas d’affiliation religieuse en 1950, contre 58,2 % maintenant. S’agissant de réalités qui n’évoluent d’habitude que lentement, il s’agit d’évolutions foudroyantes !

5Les indications les plus intéressantes sont souvent qualitatives : la distinction proposée par Jean-René Bertrand et Colette Muller entre catholicisme d’expérience (celui qui est hérité), catholicisme d’action (qui implique un engagement plus direct) et catholicisme d’assemblée (celui qui se manifeste à l’occasion des pèlerinages, des voyages pontificaux, conformément aux nouvelles sensibilités) est très éclairante.

6L’ouvrage vaut par la précision de ses cartes – j’ai beaucoup aimé celles proposées par Jean-René Bertrand et Colette Muller, sachant combien Il est difficile d’obtenir des données précises dans le cas de la France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Claval, « Le paysage religieux de l’Europe en mutation », Géographie et cultures, 59 | 2006, 140-141.

Référence électronique

Paul Claval, « Le paysage religieux de l’Europe en mutation », Géographie et cultures [En ligne], 59 | 2006, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/gc/3847

Haut de page

Auteur

Paul Claval

Université Paris-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals