Navigation – Plan du site
Lectures

Transhumances divines

Madeleine Rouvillois
p. 142-143
Référence(s) :

Sophie Linon‑Chipon et Jean-François Guennoc, 2005, Transhumances divines, récits de voyage et religion, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 374 p.

Texte intégral

1Ce volume de S. Linon-Chipon et J.-F. Guennoc contrent dix-neuf contributions regroupées sous sept rubriques : la préface d’Alain Blondy souligne les affinités entre voyage et religion qui relie le monde des hommes à un autre monde. Cet ouvrage marque les différentes étapes du voyage religieux : du voyage extra-corporel du chamane, au pèlerinage médiéval « à des fins salvatrices », et, à partir du XVIe siècle, au voyage de découverte accompagné d’une ouverture aux autres religions, pour arriver au XIXe siècle, à « intégrer le phénomène religieux comme un autre phénomène humain » qui interpelle l’intelligence du voyageur.

2F. Lestringant, contredisant le préfacier, souligne le caractère spatial du récit de conversion dont la soudaineté oblige souvent le converti à faire demi-tour, et le fait que tout au long de l’histoire occidentale, on n’a cessé de voyager pour cause de religion. M.-C. Gomez-Géraud, dans un article tout en finesse, s’intéresse au pèlerinage en tant qu’acte religieux où le pèlerin s’intéresse moins au lieu lui­même qu’à ce qui l’emplit de sa présence.

3Trois autres articles se penchent sur le rapport entre « religion et violence » : B. Champion s’intéresse au « Cannibalisme dans le regard des voyageurs du XVIe siècle », J. Thual s’attache aux « Aventures maritimes d’Edward Coxere », marin anglais converti au quakerisme au milieu du XVIIe siècle, tandis que J.-P. Tardieu dénonce « La tyrannie des curés d’Indiens dans la province de Quito selon les Noticias Secretas de America (1747-1748) ».

4M.-H. Cotoni analyse les récits de Paul Lucas, commerçant français qui réalisa trois périples en Méditerranée entre 1699 et 1717. Elle tente de nous faire partager son regard sur les religions du Levant, mais en l’absence de tout croquis, il est bien difficile de le suivre dans ses voyages. De son côté, S. Linon-Chipon met en relief ce qu’elle nomme l’ambiguïté du regard de Claude Biron s’émerveillant, lors de ses voyages aux Indes d’Occident (1698-1699) et d’Orient (1701-1702), du spectacle de la nature comme le signe absolu de Dieu et de sa toute-puissance.

5Deux auteurs s’intéressent à Joseph-François Lafitau (jésuite, considéré comme le fondateur de l’ethnographie) : J.-M. Racault qui replace son ouvrage Mœurs des sauvages américains comparées aux mœurs des premiers temps dans un programme d’action missionnaire et à A. Motsch qui souligne que, « contrairement aux apparences, Lafitau et les Amérindiens ne partageaient pas le même espace, leurs rapports respectifs à celui-ci étant loin d’être identiques ». Les contributions de F. Moureau et de C. Meure portent sur Robert Challe, voyageur de la fin du XVIIe et du début du XVIIIe siècles. Ils analysent sa vision des peuples rencontrés à travers son regard de chrétien et d’Occidental. Cependant, dans cet article également, l’absence de toute carte se fait cruellement sentir. S. Meitinger, N. Galibert et M.-F. Bosquet s’intéressent à trois voyageurs occidentaux qui ont laissé des récits de voyages sur Madagascar : Robert Dury (170 1 à 1717), Nicilas Mayer (1762 à 1788) et Ida Pfeiffer (1857). Enfin, J. Dusson ne semble guère avoir compris la démarche du père Gsell, (1872-1 960), missionnaire à l’île Bathurst, parlant de transgressions et de transformation du catholicisme, voire de syncrétisme, pour ce que nous appellerions plutôt de l’acculturation.

6Il serait d’ailleurs fort intéressant de savoir « d’où » parlent les auteurs, pour mieux saisir la signification de certaines formules comme « géographie du Livre » ou « syncrétisme » dans leur perspective d’ethnologue, d’anthropologue, de sociologue, de philosophe, de littéraire ou d’historien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Madeleine Rouvillois, « Transhumances divines », Géographie et cultures, 59 | 2006, 142-143.

Référence électronique

Madeleine Rouvillois, « Transhumances divines », Géographie et cultures [En ligne], 59 | 2006, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gc/3849

Haut de page

Auteur

Madeleine Rouvillois

Université Paris-Sorbonne

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals