Navigation – Plan du site

Une géographie des travailleurs invisibles du marché de l’art

Le cas de la ville de Bombay, Inde
A geography of invisible workers in the art market. The case of Bombay, India
Christine Ithurbide
p. 67-87

Résumés

Le succès d’un certain nombre d’artistes contemporain indiens sur la scène internationale depuis le début des années 2000 a donné lieu à l’évolution de leurs pratiques artistiques vers des installations de grandes dimensions et à une progressive réorganisation de la production de leurs œuvres. S’inscrivant dans une tendance internationale, la création d’œuvres d’art contemporain en Inde est devenue un processus collectif dans lequel les artistes sollicitent un nombre croissant d’assistants de production. Dans les villes indiennes, en raison du faible coût de la main-d’œuvre, la fabrication des œuvres a souvent lieu hors de l’atelier de l’artiste, chez un fabricant, artisan ou autre technicien spécialisé dans des quartiers industriels, parfois informels, qualifiés de bidonvilles. Cet article propose une étude du marché de l’art indien au prisme des logiques de production des œuvres d’art et amène à intégrer les travailleurs de quartiers rarement associés au monde de l’art bien que participant pleinement aux dynamiques artistiques urbaines. Prenant pour cas d’étude la métropole culturelle de Bombay/Mumbai, cette approche de géographie sociale du monde de l’art contemporain indien permet de mettre en lumière d’autres territoires de l’art et d’interroger des tensions et des rapports de forces liés aux nouvelles formes de division du travail dans l’art contemporain.

Haut de page

Texte intégral

Je souhaite remercier tout particulièrement Aman Wadhan et Sumeet Kuhate pour leur présence sur le terrain en 2016 et la traduction de plusieurs entretiens en hindi et marathi vers l’anglais.

Introduction

  • 1 La ville de Bombay est renommée Mumbai en 1995 par le Siv Sena, le parti régionaliste marathi à la (...)
  • 2 La somme exacte mentionnée dans la presse est de 400 000 roupies soit 5 000 €. La justice n’a pas e (...)

1En décembre 2015, la nouvelle du meurtre de la célèbre artiste indienne Hema Upadhyay et de son avocat à Bombay1 a fait émerger un débat, resté discret dans le monde de l’art indien, sur les relations entre les artistes contemporains et les travailleurs impliqués dans la production de leurs œuvres. Dans cette affaire, l’un des principaux suspects est le fabricant de l’artiste envers lequel Upadhyay aurait contracté une dette de plusieurs milliers d’euros2. Âgée de 43 ans, l’artiste indienne vivait à Bombay depuis la fin des années 1990 et était représentée par l’une des grandes galeries d’art de la ville, Chemould Prescott road. En 2006, Upadhyay commence à réaliser des installations monumentales représentant le développement organique et incontrôlable de certains quartiers de Bombay en utilisant des matériaux de récupération trouvés dans les bidonvilles. Ces installations devenues caractéristiques de son œuvre sont exposées à Paris (Centre Pompidou), Rome (MACRO museum, Rome), Chicago (Chicago Cultural Centre) et dans bien d’autres capitales culturelles internationales.

  • 3 Cette pratique collaborative renoue en réalité avec des formes d’organisations traditionnelles de l (...)

2À Bombay comme dans le reste du monde, la création d’œuvres d’art contemporain a évolué vers un processus collectif. L’ascension du marché de l’art indien sur la scène internationale depuis le milieu des années 2000 a favorisé l’émergence de nouvelles pratiques artistiques et entraîné une réorganisation des processus de production chez un certain nombre d’artistes. Invités à participer à d’importantes expositions internationales et bénéficiant de nouveaux revenus ou sources de financement étrangers, ils ont saisi cette occasion pour proposer des œuvres plus audacieuses spatialement et techniquement. Une tendance générale à l’expérimentation d’installations de plus en plus monumentales a conduit à une délégation des tâches, pour des raisons d’échelle ou de complexité technique, auprès d’équipes mixtes d’assistants (Hoskote, 2008). Les artistes indiens ont commencé à solliciter un nombre croissant de fabricants, ces derniers se trouvaient eux-mêmes à sous-traiter certaines parties de la production à d’autres intermédiaires pour des raisons techniques. Les contrats entre l’artiste et les fabricants mais aussi entre les fabricants et leurs sous-traitants sont le plus souvent tacites et basés sur une confiance mutuelle3. Cette affaire de meurtre qui fit grand bruit dans le monde de l’art indien met en lumière la façon dont le marché de l’art contemporain est intimement lié aux questions de production des œuvres et aux réseaux de travailleurs impliqués dans ce processus de fabrication. Cet article propose d’explorer dans quelle mesure une approche au prisme des travailleurs de l’art peut contribuer à repenser les contours des territoires du marché de l’art. Après avoir présenté le cadre conceptuel sur lequel s’appuie l’analyse des territoires de l’art dans le contexte de la ville indienne, nous explorerons plus particulièrement l’apport des cartes mentales et partici­patives pour dévoiler d’autres territoires de l’art à Bombay. Puis à travers l’étude des parcours de travailleurs de l’art, des fabricants des quartiers industriels aux assistants d’ateliers, nous mettrons en évidence comment cette géographie des travailleurs invisibles permet d’intégrer de nouveaux quartiers et réseaux d’acteurs contribuant pleinement aux dynamiques du territoire du marché de l’art indien. Au-delà du cas de l’Inde, il s’agit de souligner l’importance de prendre davantage en compte les systèmes informels dans l’approche des territoires de l’art des villes des Suds.

Cadre conceptuel et méthodologique : cartographier les territoires de l’art dans le contexte de la ville indienne

3Dans les travaux de géographie qui se sont attachés à décrypter les inter­actions entre art et ville, l’étude des districts artistiques et de projets d’installations dans les espaces publics font l’objet d’un intérêt particulier (Zukin, 1987 ; Grésillon, 2002, 2014 ; Vivant et Charmes, 2008 ; Pratt, 2009 ; Guinard, 2010). L’analyse des territoires du marché de l’art en géographie s’inscrit souvent dans une volonté de démontrer l’intégration, la contribution ou la résistance de l’art aux politiques de développement urbain (Debroux 2010 ; Boichot, 2012). Progressivement, cette géographie de l’art a évolué d’une approche se concentrant sur la localisation d’espaces institu­tionnels et d’ateliers d’artistes vers une géographie des mobilités artistiques qui place les trajectoires individuelles et l’insertion des artistes dans des réseaux et circulations transnationales au cœur de l’analyse (Marcel, 2014). Cette évolution a permis de remettre en question une acceptation admi­nistrative et nationale des territoires de l’art.

4Peu d’attention dans la géographie de l’art reste cependant accordée aux logiques de production des œuvres commercialisées par le marché et aux différents réseaux d’acteurs et territoires que cette fabrication matérielle mobilise. Parmi les rares géographes qui ont analysé la spatialité de la production des œuvres, le travail d’Anne Volvey sur les artistes Christo et Jeanne-Claude (Volvey, 2012) est l’un des premiers à proposer une cartographie des acteurs, réseaux et échelles impliqués dans les différentes étapes de création de l’œuvre. Dépassant la question de l’esthétique, elle s’intéresse aux mécanismes sociaux, ce qu’elle appelle la communauté sociétale (usagers, résidents, propriétaires), mais aussi aux membres de la communauté de métier avec laquelle les artistes procèdent pour la concep­tion, la réalisation et l’installation de leur œuvre. Volvey amène ainsi l’idée d’un monde de l’art situé, « à la fois localisé et intrinsèquement lié à l’ensemble des situations constituant son contexte d’émergence et de fonctionnement » (Volvey, 2012). Tout en contribuant à la compréhension de l’œuvre et à la façon dont elle est faite par des espaces, l’approche de Volvey dévoile aussi des lieux et des acteurs peu visibles qui participent au processus de création. L’étude du marché de l’art au prisme de ces logiques de production amène à intégrer des quartiers rarement associés au monde de l’art, bien que participant pleinement aux dynamiques artistiques urbaines. Cela est particulièrement le cas dans les villes indiennes où en raison du faible coût de la main-d’œuvre, la production des œuvres a souvent lieu hors de l’atelier de l’artiste, chez un fabricant, artisan ou autre intermédiaire dans des quartiers industriels, parfois informels, qualifiés de bidonvilles.

5La géographie du marché de l’art en Inde doit par ailleurs être mise en perspective avec un aspect important de la logique des villes indiennes : le fait qu’une large partie de l’industrie et de l’économie soit ancrée dans des systèmes informels. En effet, l’ère postindustrielle a accéléré la décen­tralisation et l’informalisation des processus de production. Des étapes entières de la production qui avaient lieu auparavant dans un seul lieu ont commencé à être sous-traitées à des petites unités disséminées dans l’espace en particulier dans des bidonvilles et quartiers informels qui échappent à la législation régissant l’économie du secteur formel. Cette organisation en petites unités, connectées entre elles par des réseaux reposant souvent sur des liens de parenté ou de castes, permet de réaliser le travail à moindre coût et avec plus d’efficacité (Saglio-Yatzimirsky, 2002 ; Shekhar, 2005). Cette transformation du temps, de l’espace et de l’organisation de la production industrielle se retrouve dans le secteur artistique depuis le début des années 2000. Ainsi, au-delà des acteurs les plus visibles, de nombreux travailleurs opèrent dans l’anonymat et participent pleinement à l’effort collectif : fabricants, métallurgistes, charpentiers, maçons, électriciens etc. Si cette forme de délégation de la production est relativement nouvelle dans l’industrie de l’art contemporain, elle est ancrée dans une organisation tradi­tionnelle du travail en Inde qui se caractérise par une vaste division du travail à laquelle est ajoutée une division de la communauté. Alors que près des trois quarts du PIB du pays reposent sur l’économie informelle, le secteur artistique et culturel ne peut se comprendre sans l’intégration de cette dimension.

6Un autre aspect important de la logique des villes indiennes concerne les limites que représente la lecture institutionnelle de son organisation. Comme l’explique l’architecte Prasad Shetty (2012), les pratiques spatiales urbaines modernes en Inde sont ancrées dans les régimes de formalité et de la légalité qui entraînent une approche des espaces urbains en termes de rectangles et polygones avec des limites claires, précises et stables. Or cette vision contraste avec la réalité urbaine des villes indiennes où les lignes ont tendance à changer tous les jours, et même parfois toutes les heures. Pour comprendre le dynamisme de la création artistique contemporaine, il est nécessaire de prendre en compte ces frontières instables, flexibles et invisi­bles de la ville. Nombreuses de ces caractéristiques observées dans les villes indiennes se retrouvent dans d’autres pays des Suds et amènent à réfléchir à un cadre d’analyse des métropoles culturelles adapté aux logiques de ces villes. Plus précisément, le fait que l’économie artistique et culturelle dans les Suds ait recours à des systèmes culturels informels doit davantage être pris en compte dans l’approche des territoires de l’art.

  • 4 Ces fonctions ne sont pas exclusives, un assistant d’atelier pouvant être un artisan et certains ar (...)
  • 5 La définition de « travailleur de l’art » (art labor) reste complexe en particulier car elle recouv (...)

7L’émergence d’une géographie des travailleurs de l’art contemporain en Inde est liée au développement rapide du marché de l’art et au succès des artistes indiens sur la scène internationale. Pour Menger, la rationalisation et la division du travail, dominantes aux divers degrés de la création artistique, attestent plus que jamais des influences du libéralisme de l’art (Menger, 2002). S’agissant plus spécifiquement de la question des travailleurs de l’art, elle reste encore marginale dans la littérature francophone, mais est davan­tage présente dans la littérature anglophone depuis une dizaine d’années en particulier à travers les catégories de cultural labour et d’art workforce (Scott, 2004 ; Kong, 2010 ; Dutta, 2012 ; Shaban, 2013 ; Shukaitis et Figiel, 2015 ; Liang, 2016). Prenant pour cas d’étude la scène des arts visuels à Bombay, je m’intéresserai à trois types de travailleurs de l’art que l’on peut définir comme la main-d’œuvre participant à la production et réalisation d’œuvre d’art : les fabricants, les artisans et les assistants d’ateliers4. Les fabricants qui collaborent avec les artistes n’ont pas nécessairement une forma­tion dans l’art, mais sont souvent des mécaniciens ou fabricants industriels reconvertis qui ont accès aux ressources et aux machines spécialisées pour exécuter des projets complexes. Les artisans possèdent un savoir-faire traditionnel acquis le plus souvent par transmission familiale mais aussi de façon croissante appris auprès d’un maître artisan. Leur statut est souvent lié à leur caste (caste de charpentier, forgeron etc.). Les assistants d’ateliers occupent des fonctions différentes dans l’atelier de l’artiste, du travail manuel à la gestion de la production, et sont le plus souvent des artisans, des travailleurs non-qualifiés, des mécaniciens, électriciens ou encore des étudiants en art5.

8Affirmant la synthèse entre une géographie sociale et culturelle, mon approche s’inscrit dans une géographique soucieuse de relier une analyse à la micro-échelle des individus à la macro-échelle du système du marché de l’art mondialisé. La méthode déployée dans ma recherche repose principalement sur des données qualitatives (entretiens semi-structurés, observations partici­pantes, cartes mentales et participatives) recueillies au cours des enquêtes de terrain depuis 2010 et surtout entre 2013 et 2016. Des séries d’entretiens et de discussions informelles avec des galeristes, artistes, commissaires d’exposition m’ont permis dans un premier temps d’avoir une approche indirecte du travail des assistants et fabricants. Dans un second temps, certains d’entre eux m’ont emmenée rencontrer leurs fabricants sur leur lieu de travail, d’autres m’ont fourni le contact de leurs assistants qui m’ont ensuite conduite dans les quartiers où se trouvaient les travailleurs avec lesquels ils collaboraient. Le recours aux cartes mentales et participatives a entraîné un certain tournant dans mon approche des territoires de l’art comme la partie suivante le démontrera. Elles m’ont amenée à étudier au-delà du district artistique de Bombay des territoires considérés en marge du monde de l’art. Mon travail d’enquête s’appuie donc sur des études de cas spécifiques, où je m’attache à documenter les processus de production, à comprendre comment chaque artiste ou commissaire d’exposition a tissé des liens avec des intermédiaires de la production et à la façon dont cela révèle une diversité d’espaces impliqués à différents niveaux de la création des œuvres, avant leur exposition et leur mise en vente dans une galerie. Enfin les recherches en anthropologie des mobilités m’ont particulièrement influencée, je pense aux travaux de Tarrius (2002) et Marotel (1999) accordant une place importante aux circulations d’acteurs et aux réseaux souterrains de l’économie mondialisée et qui construisent ainsi d’autres centres et révèlent d’autres territoires.

Les cartes mentales et participatives pour dévoiler d’autres territoires de l’art à Bombay

9Les cartes mentales et participatives ont représenté un outil particulièrement important dans ma démarche pour repenser les contours des territoires du marché de l’art à Bombay. Elles ont permis de comprendre la manière dont les artistes se représentent leur espace de travail et de production à l’échelle de la ville et ont souligné l’importance d’un réseau de quartiers bien au-delà du district artistique perçu comme l’épicentre du monde de l’art.

  • 6 Sur l’histoire du district artistique de Kala Ghoda, voir Ithurbide 2015 (chapitres 2 et 4).

10La carte mentale est un croquis à main levée, produite sans aucune aide extérieure dessinée par un individu à qui l’on demande de représenter un espace qu’il connaît plus ou moins (Lévy et Lussault, 2003). Elle constitue une représentation subjective de l’espace qui permet d’accéder à l’espace topologique de l’être, c’est-à-dire à cet espace artistique qui déforme la réalité en la recomposant (Volvey et al., 2010). Si les cartes mentales utili­sées par les géographes depuis les années 1960 ont fait l’objet de critiques dès les années 1980 en raison de leur utilisation systématique et des surinterprétations auxquelles elles donnaient parfois lieu, elles n’en demeurent pas moins un outil passionnant dès lors qu’elles sont utilisées avec précaution (Dewaele, 2011). Sunil Gawde est l’un des premiers artistes à avoir accepté de participer à ce projet de carte mentale. En 2013, il me reçoit pour un entretien dans son très beau studio installé au dernier étage d’un bâtiment rénové du quartier historique de Fort au sud de Bombay (image 1). Il est situé à quelques minutes du district artistique de Kala Ghoda où se trouve sa galerie indienne, Sakshi Gallery6. L’ascension de Sunil Gawde sur la scène internationale est représentative de l’expérience vécue par un petit nombre d’artistes indiens devenus les stars du marché de l’art contemporain indien. Originaire de Bombay, il y a grandi et obtient son diplôme de la prestigieuse J.J. School of Art en 1980. Au début des années 1990, la Jindal Art Foundation, appartenant à l’une des puissantes familles industrielles et de mécènes de la ville, le soutient pour réaliser une exposi-tion personnelle, son travail commence alors à circuler à Calcutta et Bénarès.

Image 1 – Le district artistique de Mumbai et sa région métropolitaine

Image 1 – Le district artistique de Mumbai et sa région métropolitaine

Conception et réalisation : Ithurbide, 2016

  • 7 Parmi les plus importantes : Gulf Art Fair 2007, Art Dubai 2008, CIGE Beijing 2008, Arco Madrid 200 (...)

11En 1995, Gawde reçoit le Charles Wallace Award qui lui permet de partir étudier un an à l’école d’art de Glasgow où il approfondit ses recherches entre peintures abstraites et mouvements imperceptibles. Cette expérience le fait connaitre auprès de la galerie ARKS de Londres qui expose ses peintures et publie son premier catalogue personnel. En 2001, il réalise sa première exposition avec la Sakshi Gallery, installée dans le district artistique de Bombay, qui le sélectionne pour participer à de nombreuses foires et biennales internationales7 jusqu’à sa consécration à la Biennale de Venise en 2009 avec l’œuvre Alliteration. Aujourd’hui, Sunil Gawde est aussi repré­senté par la galerie Rabouan-Moussion dans le quartier du Marais à Paris et ses œuvres ont été exposées lors de nombreuses expositions inter­nationales notamment Paris Delhi Bombay (Centre Pompidou, 2010).

Image 2 – La carte mentale du territoire l’art de Bombay

Image 2 – La carte mentale du territoire l’art de Bombay

Carte dessinée par Sunil Gawde recto (gauche) et verso (droite)

  • 8 Le qualificatif d’Other Bombay est mentionné pour la première fois lors d’un entretien en 2013 avec (...)

12Lors de cet entretien, je demande à l’artiste de dessiner sa représentation du territoire de l’art sur une feuille de papier blanc 21x29 cm (image 2). Comme dans d’autres cartes mentales, un élément important émerge : la forte division entre le Nord et le Sud de Bombay. Sur le recto de la feuille, il dessine les quartiers sud de la ville (Fort, Kala Ghoda et Colaba) avec leurs principales galeries et nomme cet ensemble « Art District ». Sur le verso, il dessine les réseaux de chemin de fer qui vont du sud de la ville vers les banlieues et autour desquelles ont proliféré de petites grappes de studios d’artistes. Cette carte mentale, ainsi que plusieurs autres réalisés avec d’autres artistes, a permis un certain tournant méthodologique dans mes enquêtes soulignant au-delà du district artistique l’importance pour les artistes contemporains de la banlieue et de la région métropolitaine dans leur processus créatif. Elles ont construit une nouvelle représentation de cet « autre Bombay » (ou Other Bombay8) que représente la banlieue, comme territoire dynamique et intimement lié au fonctionnement des espaces de marchés locaux et internationaux. Les cartes mentales permettent de mettre en avant un déplacement horizontal (du district artistique au sud vers les quartiers nord de Bombay), accompagné d’un déplacement vertical, des terri­toires de l’art les plus visibles aux moins visibles.

13La réalisation d’un second type de carte m’a permis d’aller plus loin dans la compréhension de la géographie de la production de ses œuvres. Ayant imprimé un fond de carte de Bombay et de sa région métropolitaine, j’ai demandé à l’artiste de localiser les différents lieux impliqués dans la création de son œuvre Alliteration, une grande installation cinétique exposée à la 53e Biennale de Venise (image 3). La carte dessinée par Gawde fait apparaître des circulations de personnes, de matériel et d’informations entre différents quartiers de Bombay. De son studio à Fort, lieu du travail préparatoire et de la conception de l’œuvre, le centre de son activité se déplace chez son fabri­cant dans la zone industrielle d’Andheri. Le matériel, commandé auprès de différents fournisseurs basés à Thane va être transformé, scié, soudé par des techniciens spécialisés dans la métallurgie et le travail de l’acier. Les différentes pièces de l’œuvre sont transportées d’Andheri à son entrepôt à Kaler, assemblées par sa propre équipe d’assistants sous la supervision d’une responsable de production expérimentée, puis l’œuvre est expédiée à Venise.

Image 3 – Spatialité de l’œuvre Alliteration

Image 3 – Spatialité de l’œuvre Alliteration

Carte dessinée par Sunil Gawde sur fond de carte imprimée

14Sunil Gawde est représentatif de cette nouvelle génération d’artistes indiens contemporains qui en est venue à articuler les réseaux de coopération avec les multiples travailleurs (fabricants, techniciens et assistants) qui jouent tous un rôle essentiel dans la production de leurs œuvres. De son premier studio de peinture dans les années 1990 situé à Mulund East dans la banlieue nord-est de Bombay, il commencera à louer un entrepôt dans la zone industrielle de Thane pour réaliser ses premières sculptures monumentales dans les années 2000. Représenté par une importante galerie à Bombay, ses nouveaux revenus lui permettent d’acheter son propre entrepôt après 2005. Il opère également une transition d’une pratique individuelle en atelier vers un travail en étroite collaboration avec des techniciens spécialisés qui maîtrisent le travail du métal, de soudure ou connaissent le fonctionnement de circuits électriques pour concevoir ses installations cinétiques complexes.

15La fabrication d’Alliteration incarne des années d’expérience passées à maîtriser une spatialité de production de plus en plus complexe et polycentrique comme la carte qu’il a dessinée le montre. Sunil Gawde explique que depuis quinze ans, il travaille avec le même fabricant spécialisé dans l’acier. Il est situé dans une zone industrielle au milieu d’un ensemble de hangars où sont regroupées plusieurs petites entreprises de moins d’une dizaine d’ouvriers chacune. Gawde connaît les ouvriers de plusieurs ateliers qu’il salue dès son arrivée et avec lesquels une relation de respect mutuel se dégage immédiatement. Dans l’un des hangars, trois hommes travaillent sur une de ses pièces composées de rouages mécaniques, de chaînes de vélo et de longues barres métalliques. Ce fabricant réserve un de ses ateliers spécia­lement pour l’artiste quand celui-ci a besoin de produire une œuvre. L’artiste a longtemps hésité sur le mot de « collaboration » qu’il ne trouvait pas approprié, peut-être parce qu’il fait trop formel dans une organisation où tout s’opère de façon informelle :

« Aucun contrat n’est jamais signé ou écrit, il s’agit d’une relation de confiance qui dure entre mon fabricant et moi depuis presque 15 ans […] Quelle que soit mon idée, mon projet, il le réalise […] Leur connaissance technique est un élément essentiel de mes sculptures. Dans le processus créatif, j’ai aussi le rôle d’un étudiant ; chaque nouvelle œuvre est un défi avec ses propres difficultés techniques, ses nouveaux matériaux. Cette façon de repousser les limites, d’explorer, de découvrir fait partie de mon apprentissage » explique Gawde.

16La seconde carte dessinée par Gawde met en lumière une nouvelle série de relations intra-urbaines et permet de poser la question du rôle des multiples travailleurs invisibles impliqués dans le processus de création d’œuvres exposées dans les plus prestigieux espaces du marché de l’art en Inde et dans le monde. Cette approche cartographique permet d’analyser la façon dont les petites unités (les fournisseurs, les ateliers de fabricants) sont insérées dans les réseaux de production au niveau métropolitain et reliés à des circuits d’expositions internationales. Andheri et Kaler deviennent des lieux intégrés au système artistique mondialisé.

17L’étude du processus de délégation de la production amène à s’intéresser plus spécifiquement aux réseaux de collaboration relatifs à la sous-traitance et aux intermédiaires de la production artistique qui depuis Howard Becker (1982) ont fait l’objet de nouvelles recherches en sociologie (Lizé et al., 2010), mais dont les géographes se sont encore peu saisis. Dans quelle mesure l’analyse de ces collaborations permet-elle d’explorer de nouvelles connexions spatiales avec les quartiers habituellement considérés dans la marge ou en dehors du monde de l’art ? Une approche privilégiant la micro-échelle permettra d’interroger les contours du territoire de l’art de Bombay.

Des fabricants des quartiers industriels aux fonderies familiales, les « nœuds » invisibles du territoire de l’art

18À Bombay comme dans de nombreuses métropoles culturelles, l’art contemporain est devenu une science de l’ingénierie spatiale qui nécessite d’atteindre et d’articuler différents domaines d’intervention (Volvey, 2012). En d’autres termes, les artistes ont moins besoin de maîtriser les compé­tences artistiques spécifiques que de maîtriser un réseau de travailleurs spécialisés qui les accompagneront dans les différentes étapes de la production de leurs œuvres. C’est dans ce contexte que les artistes développent de nouveaux liens avec les fabricants de zones industrielles plus ou moins informelles, répondant à un besoin de plus grands espaces de produc­tion et d’expertise technique. Si certains, comme Sunil Gawde, disposent d’une quasi-exclusivité de collaboration avec leur fabricant, les ateliers de certains fabricants représentent des « nœuds » de production où se croisent les réseaux de nombreux artistes de la ville.

19C’est le cas de l’atelier des fabricants Ajit Shirke et Aniruddha Gogate situé à Sewri, un quartier à l’est de Parel. Dans cet ancien cœur industriel de la ville, de nombreuses usines de coton ont été progressivement reconverties depuis les années 1990 en bureau des grandes entreprises de consultants, promoteurs immobiliers, banques, centres commerciaux et bars branchés. Tous deux diplômés de la prestigieuse J.J. School of Art à Bombay, Ajit Shirke et Aniruddha Gogate montent en 2004 leur entreprise de fabrication de sculptures commerciales, fresques murales et d’objets décoratifs. Ils ont commencé en aidant ponctuellement des artistes basés à Bombay et aujourd’hui, leur métier consiste aussi à trouver des solutions pour produire les œuvres que souhaitent réaliser les artistes. Si les commandes d’archi­tectes et de designers d’intérieur représentent la principale source de revenus des deux entrepreneurs, ce qu’ils préfèrent dans leur travail ce sont les collaborations avec les artistes contemporains. « Je peux avoir une idée précise de ce que je veux faire, reproduire un objet ou créer une forme spéciale… donc il va me proposer plusieurs options… quels matériaux sont les plus adaptés. Comme j’ai une formation en peinture, c’est difficile pour moi de connaître le matériau de base en sculpture », explique l’artiste Prajakta Potnis.

20L’atelier de Sewri est parfaitement intégré à la cartographie des espaces de production de plusieurs artistes de Bombay et se situe à proximité de nombreux autres ateliers fournissant des matières premières comme l’argile, le bois, la fibre de verre ou spécialisés dans le moulage en sable. « En tant que sculpteurs, nous savons réaliser beaucoup de choses, mais nous ne pouvons pas tout faire pour des raisons de quantité de travail ou de moyens techniques. Nous externalisons certaines tâches de la production à d’autres ateliers qui vont s’occuper plus spécifiquement des moulages, de la soudure ou de projets avec de la fibre de verre. Le travail de ce dernier matériau implique une exposition prolongée à des substances chimiques qui sont très toxiques, il faut donc un environnement approprié », explique Shrike. Ensemble, ils se sont construit leur propre réseau de sous-traitants spécia­lisés. Ils savent exactement où trouver les matériaux dont les artistes ont besoin et maîtrisent toute la logistique de la production. Cette capacité à connecter les savoir-faire est au cœur de l’organisation de la petite entreprise qui repose elle aussi sur une division du travail. Un exemple qui renforce l’idée que dans cette industrie, il existe une véritable multiplicité et fluidité des frontières entre les différentes fonctions occupées par un même acteur (Roueff, 2014). Tout comme dans le cas de Gawde et de son fabricant, il n’y a pas de contrats signés, « les artistes choisissent de ne pas discuter des prix non plus, tout est basé sur la confiance. Mais quelle que soit notre aide, l’œuvre d’art reste la sienne », ajoute Aniruddha. De bouche-à-oreille, Ajit Shirke et Aniruddha Gogate se sont fait un nom, ils sont devenus des intermédiaires de production indispensables pour de nombreux artistes de la ville dont plusieurs célébrités de la scène artistique indienne tels que Sudarshan Shetty, Atul Dodiya, Prajakta Potnis ou Tushar Joag. Au total, Shirke et Gogate ont travaillé avec une quinzaine d’artistes indiens, dont certains sont des « stars du marché de l’art contemporain », comme Subodh Gupta, basé à Delhi.

  • 9 Il facture 1 000 roupies (12 €) les pièces uniques contre un tarif habituel de 300 roupies pour fab (...)

21Au sud-ouest de Parel, dans le quartier de Grant road, Kamatipura est connu pour avoir été l’un des plus grands quartiers de prostitution de l’Asie. Si les maisons donnant sur la route principale rappellent encore cette réalité, dès que l’on s’engage dans les ruelles secondaires, c’est un autre visage qui apparaît, celui des travailleurs de métal. Kamatipura est un véritable quartier de production industrielle avec des dizaines d’ateliers spécialisés dans le recyclage, la fonte et la fabrication d’objets en métal. On y trouve toutes les formes imaginables de tubes et structures métalliques, vaisselles, poignées de porte, autant d’objets qui seront aussi bien acheminés sur des chantiers de construction que sur le marché des fausses antiquités. En 2014, Sumesh Sharma co-fondateur de l’espace alternatif Clark House décide d’organiser une exposition intitulée Cast Aside avec un jeune groupe d’artistes dont les œuvres seraient produites dans ce quartier. Il rencontre Aziz Ur, 52 ans, qui possède l’une des plus anciennes fonderies de Kamatipura où il travaille depuis le début des années 1990. Son activité principale est commerciale, il fabrique des chandeliers, poignées de porte et sonnettes. Il a appris le métier en aidant son père dans son atelier de Dharavi et aujourd’hui il travaille dans un espace de 25 m2 avec ses deux fils Irfan, 29 ans, et Hafizur, 27 ans. Peu d’artisans métallurgistes du quartier sont prêts à fondre une seule pièce pour des raisons de rentabilité, ce qui rend plus difficiles les collaborations avec les artistes. La famille Rehman a accepté en facturant la pièce plus chère que s’il s’agissait d’une production en série9. Prabhakar Pachpute fait partie des artistes venus faire fondre leur pièce chez Aziz Ur pour l’exposition. Issu d’une famille de mineurs de Chandrapur dans le Maharashtra, Prabhakar interroge dans son œuvre son histoire personnelle, les conditions de travail des ouvriers, leur rapport à la terre et à l’industrialisation. La statue qu’il conçoit pour l’exposition représente un homme courbé portant sa maison sur son dos.

« L’artisan métallurgiste était heureux de fondre la maquette de Pachpute, il ressentait une certaine familiarité avec la statue car l’infla­tion lui a aussi « cassé le dos » mais il continue cette profession dangereuse pour subvenir aux besoins de sa famille. Pachpute était préoccupé par le fait que l’artisan refusait d’utiliser des masques pour se protéger des fumées générées par la fusion constante, il était aussi choqué de voir la petite taille de son atelier » (Sumesh Sharma, extrait du communiqué de l’exposition Cast Aside, 2014).

  • 10 « Cast aside » signifie littéralement « mettre de côté ». Le titre de l’exposition joue sur l’ambig (...)

22L’exposition Cast Aside10 vise à rappeler non seulement les conditions de production particulièrement difficiles dans lesquelles de nombreux travail­leurs du métal de Bombay vivent, mais vient également à mettre en lumière le rôle des artistes dans la valorisation des savoir-faire de travailleurs locaux. Alors que certains artistes indiens préfèrent réaliser leurs sculptures dans les fonderies en Italie, Suisse ou Chine, les fondeurs comme Aziz Ur Rehman pourraient y gagner si un processus de relocalisation de la production en Inde était amorcé, ce qui conduirait à terme à une meilleure rémunération et à l’amélioration de la qualité des alliages de métaux et des conditions de travail dans des ateliers mieux aménagés. « Il y a une politique de la produc­tion des expositions, explique Sumesh, et depuis que je travaille avec Aziz, j’ai davantage réfléchi et remis en question ce processus ».

23Située dans un quartier désormais fortement convoité par les promoteurs immobiliers, la fonderie était menacée depuis plusieurs années. En 2004, le terrain sur lequel elle est installée fut racheté par un promoteur de Bombay ayant pour projet de redévelopper cette zone en tour résidentielle de luxe et d’en expulser la famille Reman. Après avoir continué de travailler sans élec­tricité ni ventilateurs pendant plusieurs mois, Aziz Ur Reman et ses fils ont été expulsés et la fonderie détruite en mai 2016. La compensation qui lui était due en tant que résidents installés avant 1995 ne leur a pas été versée et ils attendent la réponse de la cour de justice auprès de laquelle ils ont déposé une plainte.

24En dehors des quartiers industriels présents à Sewri ou Grant Road, de nombreuses micro-industries sont aussi présentes de façon beaucoup plus diffuse dans l’espace urbain, presque au coin de chaque rue. Une célèbre artiste invitée à l’exposition Paris-Delhi-Bombay en 2011 explique qu’elle peut faire des choses dans son quartier de Bandra qu’il n’est pas possible de réaliser à Paris : « Ici je vais en bas de chez moi et je sais qu’il y a quelqu’un qui pourra m’aider à bidouiller le matériel informatique dont j’ai besoin pour une œuvre. C’est plus compliqué à Paris car c’est un secteur plus organisé. En Inde, on trouve la production flexible, c’est vraiment mieux quand ce n’est pas organisé ! » De nombreux autres artistes contemporains recon­naissent l’importance de ce secteur « gris » et des « travailleurs du coin de la rue » qui existent dans chacun des quartiers où ils habitent et travaillent.

25Malgré leur rôle indispensable dans la production des œuvres, on remarque l’absence relativement systématique de toute mention de ces collaborations lors d’expositions, de publications de catalogues ou sur les sites personnels des artistes. Les noms des ateliers de fabrication, des fabricants eux-mêmes ou des artisans sont le plus souvent passés sous silence aussi bien par les artistes que par les commissaires d’expositions. Les raisons données par les artistes lors d’entretiens pour expliquer cet anonymat sont tout d’abord qu’il est « évident » que des œuvres de telles dimensions n’ont pas pu être réalisées par eux seuls, d’autre part, il s’agit de garder une certaine exclusivité dans la mesure où trouver un fabricant dont la qualité, les délais de fabrication et les prix sont satisfaisants est difficile. Ainsi, si ces travailleurs de l’art restent encore largement « invisibles » pour le public des expositions, les acheteurs, le marché de l’art, ils forment néanmoins un réseau d’intermédiaires de production indispensables pour les artistes et contribuent à remettre en question la place de certains quartiers à la « marge » du territoire du marché de l’art, des quartiers qui s’avèrent en réalité les lieux où les œuvres prennent forme.

Du village au studio de banlieue urbaine, les réseaux d’assistants d’ateliers

26La transformation des pratiques artistiques vers la réalisation d’installations monumentales et les besoins de main-d’œuvre qu’elle implique, ont égale­ment entraîné une réorganisation de la production au sein du studio de l’artiste. Des visites de studios entre 2014 et 2016 ont permis d’observer une division des tâches en plusieurs groupes d’assistants d’atelier : des travail­leurs non-qualifiés pour des tâches répétitives, des artisans pour le travail de matériaux spécifiques, ou encore des étudiants d’écoles d’art. Cette évolution des pratiques d’atelier a donné lieu dans certains cas à la mise en place de réseaux de migration d’artisans, souvent originaires du village ou de la région des artistes.

  • 11 Shende réalise une installation sur les suicides des paysans [shetkari atmahatya-narsinglu rukmawar (...)

27Le premier lieu vers lequel la plupart des artistes se tournent pour faire appel à leur main-d’œuvre d’atelier est souvent leur région d’origine. Plusieurs raisons expliquent ce choix, d’une part, la langue de communication est la même et d’autre part, il est possible que les familles de l’artiste et de ses assistants se connaissent, soient des amis d’enfance ou bien aient étudié dans les mêmes écoles d’art. Ils représentent donc des assistants plus fiables car le sentiment d’appartenance à un même village et la chaîne de confiance que celui-ci sous-tend assurent les conditions de succès de l’activité économique dans un cadre commercial ou entrepreneurial (Roulleau-Berger et Shi, 2006). Par ailleurs, certains artistes justifient ce choix en expliquant qu’ils souhai­tent que leur réussite profite à leur village ou région d’origine. C’est le cas de Valay Shende. À 36 ans, son parcours est digne d’une success stories : après être arrivé sans argent pour étudier à la J.J. School of Art, il a été repéré par la Gallery Sakshi qui a commencé à participer à de nombreuses foires et expositions internationales dont Indian Highway à Lyon en 2010. Particulièrement marqué par la vague de suicides paysans qui a frappé sa région de Vidarbha11, Shende a fait venir dans les années 2008 une dizaine d’hommes comme assistants techniques dans son studio d’Andheri. Il les a formés, les emploie à plein temps, et ces derniers l’accompagnent lors des montages et démontages de ses œuvres dans des expositions à l’étranger. Aujourd’hui Valay a près de cinquante assistants, uniquement des hommes, qui travaillent dans les trois entrepôts qu’il loue dans une zone industrielle à Andheri. Les assistants travaillent le plus souvent par groupe de trois ou quatre et gèrent différentes étapes de la production : la préparation de l’argile, la sculpture, la soudure, l’assemblage, le polissage, les finitions. Son atelier est une véritable petite entreprise où certains assistants viennent aussi de régions plus lointaines. L’artiste nous permet de discuter avec l’un d’entre eux, un jeune homme musulman originaire du Bihar. Ce dernier explique que dans le village où il habitait, il était fabricant de grilles et portails et il a rejoint l’atelier de Valay Shende il y a un an. « Quelqu’un de mon village travaillait ici. C’est grâce à lui que je suis venu, il travaillait pour Valay et quand il est parti pour Dubaï je l’ai remplacé ». Le deuxième assistant, interrogé vient d’Akura District dans la région de Vidorbha, il est hindou et a étudié à J.J. School of Art. Sur l’étagère de rangement suspendue dans l’atelier de Valay Shende, des tiroirs portent les noms des différents assistants, Yadav, Farrijddin, Arvin, certains noms barrés sont remplacés par d’autres, une trace matérielle discrète de ces nombreux parcours migratoires.

  • 12 L’artiste n’ayant pas souhaité répondre aux questions, ces informations ont été rassemblées à parti (...)

28Un processus d’organisation similaire est décrit par un historien de l’art indien lors d’un entretien au sujet d’un autre célèbre artiste originaire du Kerala12. Son ascension fulgurante sur le marché de l’art lui permet d’acqué­rir en 2007 un garage au nord de Borivali à Dahisar qu’il transforme en atelier de production. Ses installations monumentales sont le plus souvent réalisées en bois et composées d’un même d’élément répété en série. L’artiste a fait venir travailler dans ce nouvel atelier un groupe de sculpteurs de bois traditionnels et de charpentiers de sa région d’origine. Contrairement à l’atelier de Valay Shende, les artisans se connaissaient tous entre eux, ils viennent du même village et font partie de la même caste. Ils sont hébergés par l’artiste et sont venus seuls, sans leur famille, restée au Kérala. Cet exemple de recours à un réseau de caste d’artisans se retrouve chez d’autres artistes, mais la plupart n’ont pas les moyens de les héberger à long terme et les font venir travailler dans leur atelier dans le cadre de projets ponctuels. Ces migrations de travailleurs depuis le village à la ville semblent à la fois répondre à des logiques économiques et sont également vécues comme une opportunité vers un nouveau travail plus valorisant et avec un salaire plus élevé. Sudarshan Shetty, autre grand nom de l’art contemporain indien explique que les charpentiers originaires du Bengale avec lesquels il travaille viennent de modestes familles de paysans possédant des petites fermes. Après avoir travaillé pour lui pendant plusieurs années, l’un d’entre eux a pu acheter plus de terres dans son village, raconte-t-il en entretien. Ce témoi­gnage met en évidence la réussite économique de ces travailleurs qui leur a permis des investissements fonciers dans leur village d’origine. Il n’est cependant pas évident de savoir dans quelle mesure ces migrations donnent lieu systématiquement à une réelle mobilité sociale et économique. En venant travailler dans le studio de l’artiste, les artisans ou travailleurs quali­fiés y voient une opportunité de meilleurs salaires qu’ils n’auraient pas eus en restant dans leur village. La situation des assistants encore étudiants en école d’art est différente. Pour eux, venir travailler dans le studio d’un artiste contemporain représente une grande source de fierté et une occasion de mieux connaître les rouages de ce milieu même s’ils restent très peu payés.

29En raison du succès de certains artistes sur le marché de l’art et de la différence entre le prix de vente des œuvres à plusieurs millions de roupies et le salaire des assistants, certains artistes commenceraient à rencontrer des tensions. Cette situation amène à interroger la sous-valorisation voire l’exploi­tation de cette main-d’œuvre anonyme, largement dénoncée dans d’autres industries comme celle du textile. « Je n’ai aucun droit moral pour dire que les artistes ne devraient pas avoir d’assistants car en Inde beaucoup de gens ont besoin d’emplois. Et si un artiste est capable de donner à quelqu’un un emploi, c’est très bien. Mais le problème vient de la question de la rémunération. C’est un cercle vicieux, très vicieux au-delà de l’inima­ginable qui conduit la personne qui fait le travail à ne presque rien percevoir. Elle n’est pas reconnue comme quelqu’un appartenant au même niveau social ou professionnel, comme un partenaire égal » déclare un commissaire d’exposition indien en entretien.

30La mort dramatique d’Hema Upadhyay a fait sortir de l’ombre l’un de ces récits troublants sur les rapports de classe, les relations entre les artistes et leurs collaborateurs témoignant du ressentiment accumulé au fil des années autour des questions d’auteur et du sentiment de malaise dû à un manque d’équité (Adajania, 2016). Elle a également mis au jour la nécessité d’accor­der une plus grande place à cette main-d’œuvre invisible dans le champ de la recherche qu’il s’agisse de l’histoire, la sociologie ou la géogra­phie de l’art. La nature du travail a changé et la force de travail derrière elle doit être davantage reconnue. À travers cette géographie du marché de l’art, c’est donc aussi une géographie du pouvoir qui apparaît.

Conclusion

31Cet article a proposé d’explorer les territoires du marché de l’art dans les villes indiennes au regard de ses nombreux travailleurs invisibles et plus largement d’interroger la production de savoir sur les métropoles artistiques des Suds. Il propose une alternative à une cartographie des espaces d’art contemporain éclairée par les logiques institutionnelles et contribue à redéfinir les limites du territoire de l’art en démontrant que des quartiers considérés à la marge du système de l’art contemporain (Sewri, Kamatipura) étaient en réalité beaucoup plus impliqués dans les dynamiques artistiques de la ville que ce qu’ils pourraient sembler à première vue.

32Plusieurs éléments importants apparaissent dans cette géographie des travailleurs invisibles. Tout d’abord une division plurielle du travail artisti­que, c’est-à-dire avec une dimension à la fois verticale et horizontale – où s’établissent des rapports de coopération au sein de chaînes d’inter­dépendance – et où malgré les relations de confiance et de respect mutuels témoignés dans les différents exemples, des rapports hiérarchiques (position sociale, économique) restent sous-jacents (Menger, 2002). Les différents cas d’étude ont également permis de valoriser le rôle des petites entreprises de quartiers industriels, souvent perçus comme des bidonvilles, présents dans les différentes étapes de la fabrication des œuvres. Les nou­veaux territoires de l’art sont davantage à chercher dans les nombreux lieux souterrains du marché de l’art qui contribuent à l’effervescence de la scène artistique locale, certains abandonnés des autorités publiques et menacés d’expulsion. Les ateliers des fabricants sont encore pour certains au centre de la ville de Bombay, ce qui en fait à la fois leur force (connexion plus facile avec d’autres quartiers) et leur malheur (ils sont soumis à une pression foncière croissante). Enfin, la prédominance des rapports non-contractuels marque sans doute une distinction majeure avec les systèmes artistiques des métropoles du Nord offrant de nombreuses facilités mais présentant aussi des limites en particulier en termes de droits sociaux et économiques des travailleurs de l’art.

Haut de page

Bibliographie

ADAJANIA Nancy, 2016, « Hema Upadhyay: sifting through the tragedy to remember a special person », Scroll in [en ligne], 5 janvier 2016. <https://scroll.in/article/801317/hema-upadhyay-sifting-through-the-tragedy-to-remember-a-special-person>

BOICHOT Camille, 2012, Centralités et territorialités artistiques dans la structuration des espaces urbains. Le cas de Paris et Berlin, thèse de doctorat, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

DEBROUX Tatiana, 2010, Des artistes en ville. Géographie rétrospective des plasticiens à Bruxelles (1833-2008), thèse de géographie, Université Libre de Bruxelles.

DEWAELE Anna, 2011, « Dessine-moi ta ville aujourd’hui et demain… Représentations et imaginaires urbains des jeunes citadins de Chandigarh », Carnets de géographes [en ligne], nº 3. <http://www.carnetsdegeographes.org/PDF/Terrain_03_01_Dewaele.pdf>

DUTTA Madhusree, BHAUMIK Kaushik, SHIVKUMAR Rohan, 2013, Project Cinema City, New Delhi, Tulika Book.

GIUNARD Pauline, 2010, « Quand l’art public (dé)fait la ville ? », EchoGéo [en ligne], n° 13, mis en ligne le 20 septembre 2010, consulté le 4 avril 2017. <http://echogeo.revues.org/11855; DOI : 10.4000/echogeo.11855>

GRÉSILLON Boris, 2002, Berlin, métropole culturelle, Paris, éditions Belin.

GRÉSILLON Boris, 2014, Géographie de l’art.Ville et création artistique, Paris, Économica.

HARRIS Andrew, 2005, Branding urban space: the creation of art districts in contemporary Mumbai and London, thèse, University College de Londres.

HOSKOTE Ranjit, 2008, « Signposting the Indian highway », Catalogue d’exposition Indian Highway, Erning Museum of Contemporary Art, p. 193.

ITHURBIDE Christine, 2015, Géographie de l’art contemporain indien : villes, acteurs et territoires. Le cas de Bombay (Inde), thèse de géographie, Université Paris Diderot.

ITHURBIDE Christine, 2010, « Le marché de l’art contemporain en Inde », Géographie et cultures, n° 75, p. 207-228.

KONG Lily, 2010, « From precarious labour to precarious economy: planning for precarity in Singapore’s creative economy », City, Culture & Society, vol. 2, n° 2, p. 55-64.

KRISHNAN Shekhar, 2005, « Les espaces de Mumbai à l’ère post-industrielle », Mouvements, no 39-40, p. 31-39.

LIANG Lawrence, 2016, « Bright lights and and shadows: histories and politics of labour and law in the Indian film industry », Art and cinema industries in India: norms, workers and territories, Workshop May 6th 2016, Kiran Nadar Museum of Art, New Delhi.

LÉVY Jacques, LUSSAULT Michel, 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Éditions Belin, Paris.

MARCEL Olivier, 2014, Des horizons à la trace. Géographie des mobilités de l’art à Nairobi, thèse de doctorat sous la dir. de Bernard CALAS, LAM / Université Bordeaux Montaigne, 370 p.

MAROTEL Geneviève, 1999, « Carrare, l’atelier cosmopolite, naissance et périple d’une sculpture de granit », in Christian Bromberger, Dominique Chevallier, Carrières d’objets : innovations et relances, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, p. 19-41.

PRATT Andy, 2009, « Urban Regeneration: From the arts ‘feel good’ factor to the cultural economy: a case study of Hoxton, London », Urban Studies, vol. 46, n°5&6, p. 1041-1061.

LIZÉ Wenceslas, NAUDIER Delphine, ROUEFF Olivier, 2010, Intermédiaires du travail artistique, à la frontière de l’art et du commerce, Paris, La Documentation française / DEPS, coll. « Question de culture ».

ROULLEAU-BERGER Laurence, SHI Lu, 2005, « Les travailleurs migrants à Shanghai », Perspectives chinoises, n° 87, n° 1, p. 2-9.

SAGLIO-YATZIMIRSKY Marie-Caroline, 2002, Intouchable Bombay, le bidonville des travailleurs du cuir, CNRS Éditions, Paris.

SCOTT Alan J., POWER Dominic, 2004, Cultural industries and the production of culture, Routledge, New York.

SHABAN Abdul, 2013, « Cultural and creative industries in Mumbai », présentation dans le cadre de la journée d’étude Art & Mumbai Development Agenda 2014-54, organisé par le Mohile Parikh Center, Studio X, 20 avril 2013.

SHETTY Prasad, 2012, « Of blurry claims and forms », Paper published online, août 2012.

SHUKAITIS Stevphen, FIGIEL Joanna, 2015, « The factory of individuation: cultural labor and class composition in the metropolis », South Atlantic Quarterly, vol. 114, n° 3, p. 535-552.

TARRIUS Alain, 2002, La mondialisation par le bas : les nouveaux nomades de l’économie souterraine, Paris, Balland, coll. « Voix et Regards », 220 p.

VIVANT Elsa, CHARMES Éric, 2008, « La gentrification et ses pionniers : le rôle des artistes off en question », Métropoles [en ligne], n° 3. <http://metropoles.revues.org/1972>

VOLVEY Anne, BOISSIERE Annabelle, FABBRI Véronique (dir.), 2010, Activité artistique et spatialité, Éditions l’Harmattan, coll. « Esthétiques ».

VOLVEY Anne, 2012, Transitionnelles géographies : sur le chemin de la créativité artistique et scientifique, mémoire d’HDR, tome 2, Université Lyon Lumière 2.

ZUKIN Sharon, 1987, « Gentrification: culture and capitalism in urban core », Annual review of sociology, n° 13, p. 129-48.

Haut de page

Notes

1 La ville de Bombay est renommée Mumbai en 1995 par le Siv Sena, le parti régionaliste marathi à la tête de la municipalité. Pourtant, pour la plupart des habitants, et en particulier pour les artistes, leur ville est restée Bombay. C’est parce que j’ai souhaité restituer cette ville, vue et vécue par ses habitants, que j’ai fait le choix de l’utilisation de Bombay. Les abré­viations officielles portant le terme Mumbai ont cependant été conservées.

2 La somme exacte mentionnée dans la presse est de 400 000 roupies soit 5 000 €. La justice n’a pas encore statué sur la responsabilité ou non du fabricant. L’autre principal accusé est le mari de la victime avec lequel elle était en procédure de divorce.

3 Cette pratique collaborative renoue en réalité avec des formes d’organisations traditionnelles de la création artistique indienne, les karkhanas, qui s’appuient sur un processus collaboratif avec des artisans spécialisés. Les artistes de la postindépendance se distanceront clairement de cette pratique collective pour affirmer une pratique individuelle. Voir Ithurbide [à venir 2017] « Des Karkhanas aux studios des artistes contemporains – l’évolution des relations entre les artistes et les artisans dans l’art contemporain indien », Asie, Créops.

4 Ces fonctions ne sont pas exclusives, un assistant d’atelier pouvant être un artisan et certains artistes pouvant être reconvertis en fabricants par exemple. De façon générale, il existe une véritable multiplicité et fluidité des frontières entre les différentes fonctions occupées par un même acteur. Voir Ithurbide, 2015 (chapitres 3 et 5).

5 La définition de « travailleur de l’art » (art labor) reste complexe en particulier car elle recouvre une grande diversité de formations de qualifications et inclut des travailleurs sans qua­li­fication artistique mais travaillant pour l’industrie de l’art (électricien, maçon etc.). Les trois types de travailleurs de l’art étudiés dans cet article ne représentent qu’une partie de l’en­semble de cette catégorie qui comprend également les gardiens de sécurité, les régisseurs, etc.

6 Sur l’histoire du district artistique de Kala Ghoda, voir Ithurbide 2015 (chapitres 2 et 4).

7 Parmi les plus importantes : Gulf Art Fair 2007, Art Dubai 2008, CIGE Beijing 2008, Arco Madrid 2009, Hong Kong 2009.

8 Le qualificatif d’Other Bombay est mentionné pour la première fois lors d’un entretien en 2013 avec Shreyas Karle, artiste et fondateur de l’espace alternatif CONA.

9 Il facture 1 000 roupies (12 €) les pièces uniques contre un tarif habituel de 300 roupies pour fabriquer n’importe quel objet en série d’un kilo de métal.

10 « Cast aside » signifie littéralement « mettre de côté ». Le titre de l’exposition joue sur l’ambiguïté de « cast » qui signifie dans le contexte de la fonderie « couler du métal » mais se réfère aussi au système de caste et à la marginalisation des basses castes auxquelles appartiennent le plus souvent les artisans du métal.

11 Shende réalise une installation sur les suicides des paysans [shetkari atmahatya-narsinglu rukmawar vibharbha], en 2009.

12 L’artiste n’ayant pas souhaité répondre aux questions, ces informations ont été rassemblées à partir d’entretiens auprès d’historiens de l’art, d’articles de journalistes, d’analyses de ses catalogues d’exposition et de ses œuvres.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1 – Le district artistique de Mumbai et sa région métropolitaine
Crédits Conception et réalisation : Ithurbide, 2016
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/4360/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Image 2 – La carte mentale du territoire l’art de Bombay
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/4360/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Crédits Carte dessinée par Sunil Gawde recto (gauche) et verso (droite)
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/4360/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Image 3 – Spatialité de l’œuvre Alliteration
Crédits Carte dessinée par Sunil Gawde sur fond de carte imprimée
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/4360/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 559k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Ithurbide, « Une géographie des travailleurs invisibles du marché de l’art », Géographie et cultures, 97 | 2016, 67-87.

Référence électronique

Christine Ithurbide, « Une géographie des travailleurs invisibles du marché de l’art », Géographie et cultures [En ligne], 97 | 2016, mis en ligne le 05 décembre 2017, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gc/4360 ; DOI : 10.4000/gc.4360

Haut de page

Auteur

Christine Ithurbide

Centre de Sciences Humaines, New Delhi
Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud, Paris
christine.ithurbide@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals