Navigation – Plan du site

El Bajo de la Ciudad Vieja de Montevideo

L’art au service de la promotion immobilière
El Bajo in Montevideo’s Ciudad Vieja: art as a tool for real estate promotion
Gilles Martinet
p. 89-112

Résumés

Cet article analyse les stratégies déployées par les acteurs qui souhaitent accélérer la valorisation économique des biens immobiliers de la Ciudad Vieja de Montevideo, centre historique de la capitale d’Uruguay. Ces stratégies s’appuient sur le patrimoine et l’art, afin de modifier les représentations de cet espace et de favoriser son appropriation par les gentrifieurs potentiels. Depuis une dizaine d’années, on y observe les prémices d’un processus de gentrification. Les transfor­mations qu’il implique s’opèrent à un rythme lent, contrastant avec la rapidité et l’intensité des transactions immobilières des années 2000, justement motivées par la perspective de la gentrification. Aujourd’hui, certains propriétaires attendent une augmentation des prix pour transformer ou vendre leurs biens, laissant nombre d’entre eux inoccupés. Dans ce contexte, différents promoteurs ou groupes d’investisseurs mettent en place des actions susceptibles de favoriser le processus attendu. Ainsi, le caractère patrimonial des biens immobiliers réhabilités afin d’accueillir des foyers aisés est mis en avant : la transformation matérielle du bâti se double de la production et de la diffusion d’un ensemble de discours. Certains acteurs, privés et publics, entendent également mobiliser l’art comme un outil de régénération urbaine, capable de transformer les représentations atta­chées à ce quartier mais aussi d’y permettre l’apparition de nouvelles pratiques. La principale stratégie repose sur la mise à disposition de lieux de travail et d’expo­sition pour les artistes ainsi que sur le renforcement de leur visibilité, à travers des événements réguliers qui occupent également les rues. La fréquen­tation et l’appropriation de cet espace par des jeunes gens « bohèmes et bran­chés » doivent en effacer les stigmates de la pauvreté et de la criminalité. Par la place qu’on lui confère au sein du quartier, matériellement et discursivement, l’art joue ainsi, à la suite du patrimoine, le rôle de catalyseur des transformations urbaines attendues.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Nous reprenons ici les limites définies par l’Intendance Municipale de Montevideo (Intendencia Munc (...)

1Le quartier de la Ciudad Vieja, bâti sur la péninsule qui borde au sud la baie de Montevideo, correspond au centre historique de la capitale uruguayenne et ses limites suivent le tracé des fortifications de la période coloniale1. Cet espace compte aujourd’hui moins de 13 000 habitants, au sein d’une aire urbaine où vivent 1,9 million de personnes ; il concentre cependant, dans un peu plus d’un kilomètre carré, un grand nombre de fonctions portuaires, bancaires, politiques et administratives, ainsi qu’une large part du patrimoine architectural et de nombreux acteurs du champ culturel – musées, théâtres, ministère en charge de la culture, artistes, galeristes. Cet espace a connu à partir des années 1960 une période durable de dévalorisation symbolique et économique – amorcée dès le départ des classes les plus aisées à la fin du XIXe siècle – combinée à une véritable crise urbaine caractérisée notamment par le déclin démographique, la hausse des délits et la prolifération du commerce de stupéfiants.

Carte 1 – Localisation de la Cuidad Vieja au sein du département de Montevideo

Carte 1 – Localisation de la Cuidad Vieja au sein du département de Montevideo
  • 2 Nous utilisons le terme de « gentrifieurs » comme traduction du terme « gentrifiers ». S’il peut pa (...)

2Depuis le début des années 2000, de nombreux investisseurs se sont intéressés à l’immobilier de la Ciudad Vieja, misant sur l’arrivée d’habitants plus aisés et anticipant un processus de gentrification (Glass, 1964). Ainsi, l’essentiel des biens immobiliers et fonciers a changé de propriétaire, parfois à plusieurs reprises engendrant une reconfiguration complète du marché. Cependant, les changements dans la structure sociale de la Ciudad Vieja demeurent limités et elle reste une mosaïque composée d’une dizaine de sous-espaces distincts, à la fois du point de vue fonctionnel et au regard de leurs populations – par exemple, les immeubles situés au sud, le long de la Rambla Sur, accueillent des populations relativement aisées depuis leur construction dans les années 1960 et 1970, à la différence du Guruyú, à l’est, habité par des populations très pauvres, progressivement chassées à la fois par la hausse des loyers et par les expulsions d’habitants des edificios ocupados. Les prix des logements sont très divers, mais la moyenne a rattrapé celles des autres quartiers du centre, qui ont elles-mêmes augmenté durant cette période. Néanmoins, alors qu’il est le quartier le plus touristique de Montevideo, son image demeure marquée par la pauvreté et l’insécurité : s’il est très fréquenté en journée, la plupart des Montevidéens préfèrent l’éviter la nuit. De ce fait, l’attrait résidentiel de la Ciudad Vieja reste tout relatif, dans un contexte de décroissance démographique de l’ensemble du centre de Montevideo et de stagnation de la population de l’aire métropo­litaine. Ainsi, les nouveaux habitants pouvant être considérés comme des gentrifieurs2 sont quelques centaines et les transformations concernent surtout les espaces du centre de la péninsule, où se trouve l’essentiel du patrimoine architectural valorisé. Au nord, où se sont longtemps concentrées les populations marginales et les activités informelles ou illégales, le bâti ancien dégradé a attiré des investisseurs, mais peu d’opérations immobilières ont abouti pour l’instant et de nombreux biens immobiliers sont inoccupés. Cela concernait environ 20 % des 7 300 logements de la zone à la fin des années 2000 (Imm-Bid, 2010).

3Dans ce contexte, des promoteurs et des investisseurs mettent en œuvre différentes stratégies qui font de l’art un outil susceptible de transformer cet espace dans sa matérialité, mais aussi d’influer sur les représentations collectives qui y sont attachées et d’introduire de nouvelles pratiques spatiales. L’art est ainsi pensé comme un catalyseur devant permettre l’inten­si­­fication de la gentrification, dont les effets sont lisibles tant dans les modifications morphologiques que dans l’émergence d’un écosystème artistique. Cette mobilisation de l’art, discursive et pratique, fait suite à celle du patrimoine architectural, progressivement constitué par différentes politiques publiques depuis les années 1980 avant d’être largement approprié par les acteurs de la gentrification – des promoteurs aux néo-résidents – qui en ont modifié l’aspect, les fonctions et la définition. Dans les deux cas, la culture valorisée par les classes moyennes intellectuelles – qui constituent la cible de ces stratégies – est mise au service de la réalisation d’une plus-value immobilière.

4Cet article décrit l’amorce de la gentrification dans la Ciudad Vieja, liée notamment à la patrimonialisation, avant d’analyser les stratégies qui mobi­lisent l’art pour renforcer et accélérer ce processus.

  • 3 Cette recherche a été réalisée dans le cadre de la préparation d’un mémoire de Master sous la direc (...)

5Il se fonde sur les résultats d’une enquête de terrain réalisée entre mars et juin 20153. Au cours de celle-ci, des entretiens semi-directifs ont été menés avec vingt-huit habitants de la Ciudad Vieja. Retracer leurs trajectoires résidentielles, mais aussi comprendre leurs pratiques et leurs représentations spatiales, m’a permis d’analyser la manière dont ils s’approprient cet espace. D’autre part, près d’une soixantaine d’entretiens ont été conduits avec divers acteurs impliqués dans les mutations de la Ciudad Vieja ou affectés par elles : commerçants, agents immobiliers, architectes, élus, personnels des administrations chargées des politiques urbaines, promoteurs, militants associatifs, responsables d’institutions culturelles. Une cartographie fine de l’état du bâti, de l’offre commerciale et des espaces culturels ou artistiques a également été dressée, à partir d’observations effectuées in situ.

La mise en scène du patrimoine au service de la promotion immobilière

6Vincent Veschambre note l’importance du processus de patrimonialisation « dans la revalorisation symbolique et foncière de ces quartiers centraux et donc dans leur changement social » (Veschambre 2005b, p. 245). La Ciudad Vieja ne déroge pas à la règle.

La production institutionnelle d’un patrimoine : choisir et faire connaître

7Comme le note Salvador Schelotto, « la Ciudad Vieja concentre et réunit une proportion importante du patrimoine bâti du pays et y coexistent des expres­sions et des éléments architecturaux divers, datant principalement de la seconde moitié du XIXe siècle et de la première moitié du XXe (archi­tectures éclectiques et historicistes, Art nouveau, Art déco et moderne), mais aussi quelques rares témoignages de la période coloniale » (Schelotto 2007 ; p. 383). Cependant, dans les décennies qui suivirent le déclassement de la Ciudad Vieja comme espace résidentiel, l’intérêt pour ce patrimoine fut très faible. La Comisión del Patrimonio Histórico, Artístico y Cultural de la Nación initia, au cours des années 1970, un premier mouvement de patri­monialisation institutionnelle et elle attribua le statut de « monument historique national » à quelques édifices. Mais la dictature civico-militaire mit rapidement un coup d’arrêt à ce processus et limita les réglementations urbanistiques et patrimoniales. Sous l’effet de la spéculation immobilière – du boom de l’immobilier de bureau notamment (Espósito, 2004, p. 18) – un grand nombre de démolitions eurent lieu, y compris d’immeubles bénéficiant de protections patrimoniales. En réaction, l’architecte Mariano Arana.et ses camarades fondèrent en 1980 le Grupo de Estudios Urbanos (GEU). Ses différentes actions eurent un écho important et aboutirent à la création en 1982 de la Comisión Especial Permanente de la Ciudad Vieja (CEPCV), organe décentralisé de la Intendencia Municipal de Montevideo (IMM). En 1983 la CEPCV conduisit le premier Inventario de Protección del Patrimo­nio arquitectónico y urbanístico de la Ciudad Vieja, afin de connaître exactement l’état du bâti dans la Ciudad Vieja et de déterminer pour chaque édifice son niveau de protection.

8Cette patrimonialisation de la Ciudad Vieja s’inscrivait dans un mouvement plus ample : Laura Alemán montre que le « paradigme de la mémoire » domina les politiques urbaines uruguayennes entre 1980 et 1996, affirmant l’importance de la morphologie urbaine héritée et du patrimoine architectural (Alemán 2012, p. 41). Diverses politiques publiques de restauration et de valorisation du patrimoine, ponctuelles, vinrent compléter les mesures de protection. Actuellement, près de 60 bâtiments ont le statut de monument historique national dans la Ciudad Vieja et environ 350 bénéficient des niveaux de protection trois ou quatre, les plus élevés de l’inventaire de la CEPCV, ce qui représente au total un peu plus de 17 % de l’ensemble du bâti de la Ciudad Vieja.

  • 4 À partir de 1968 et du vote de la loi n° 13.728, les coopératives de logement d’usagers usufruitier (...)

9Au départ, la préservation du patrimoine architectural devait aller de pair avec le maintien des fonctions productives et résidentielles de la Ciudad Vieja ; il était également impératif pour les membres du GEU qu’elle demeure accessible aux classes populaires (Giordano, Leal, Mazzini, 2014). Cette volonté se traduisit d’abord dans un plan quinquennal, élaboré en 1985 par la IMM et le Banco Hipotecario del Uruguay (BHU). Il faisait de la Ciudad Vieja une « zone d’intérêt prioritaire » pour la production de logements abordables (Espósito, 2004, p. 22). Ensuite, la IMM soutint la production de logements destinés à des foyers modestes en cédant des terrains ou des propriétés à des cooperativas de vivivienda por ayuda mutua4 et en leur offrant des prêts avantageux. Aujourd’hui, les 22 coopératives (por ahorro previo ou por ayuda mutua) de la Ciudad Vieja, qui se concentrent essentiellement dans les zones populaires du Guruyú et de las Bóvedas, totalisent 330 logements, sur les près de 7 300 que compte le quartier. Elles permettent un accès au logement à des populations modestes, mais elles demeurent marginales dans le marché immobilier local. La crise économique qui frappa le pays au début des années 2000 mit temporairement fin aux poli­ti­ques publiques de patrimonialisation et de soutien au logement popu­laire dans le quartier.

Carte 2 – Localisation des édifices bénéficiant d’une protection patrimoniale au sein de la Cuidad Vieja

Carte 2 – Localisation des édifices bénéficiant d’une protection patrimoniale au sein de la Cuidad Vieja

Le retour des capitaux dans les zones d’habitat populaire de la Ciudad Vieja

10Carina Nalerio (2006, p. 127) estime que « c’est l’action municipale sur l’espace public et quelques édifices de qualité patrimoniale qui activent la gentrification » de la Ciudad Vieja. Cependant, les débuts de la gentrification dans ce quartier sont également liés à un contexte macroéconomique spécifique. Mobilisant les outils théoriques de la radical geography, Neil Smith (1979) considère la gentrification comme un produit du déplacement des capitaux dans l’espace en fonction des plus-values espérées. Synthé­tiquement, plus l’écart entre les prix actuels et potentiels des biens fonciers et immobiliers est important, plus un espace est susceptible d’être gentrifié – il nomme ce mécanisme « rent gap » (Smith, 1987). Or, au début des années 2000, cet écart semblait maximal.

11En effet, après la crise de 2002, le marché immobilier s’effondra en Uruguay : entre 2000 et 2003, la moyenne des prix immobiliers dans l’agglo­mération de Montevideo diminua de 34,6 % et certains biens furent vendus à des prix dérisoires par des propriétaires ayant besoin de liquidités en devises étrangères. De plus, le rapport entre l’euro ou le dollar et le peso uruguayen permettait de mener une vie très confortable en Uruguay pour des personnes disposant de revenus dans ces monnaies fortes. De ce fait, des dizaines d’Européens – et dans une proportion moins importante des Nord-Américains – achetèrent des appartements ou des maisons dans la Ciudad Vieja, dont ils firent leurs résidences secondaires ou principales. Ce contexte macroéconomique, dans une période d’internationalisation et de finan­ciarisation croissante des marchés immobiliers des métropoles, conduisit égale­ment des investisseurs étrangers à acheter des immeubles ou des ensembles de parcelles, dans ce quartier qui, en tant que centre historique, était présenté comme devant nécessairement connaître un processus de gentri­fication. À partir de 2007, la crise financière et économique mondiale mit un coup d’arrêt à ce premier mouvement et certains investisseurs euro­péens se virent contraints de vendre leurs biens. Dans le même temps, la plupart des résidents Européens et Nord-Américains quittèrent la ville devant le renchérissement relatif du coût de la vie.

S’approprier et vendre le patrimoine : la gentrification du bâti ancien

12La reconnaissance et la mise en valeur du patrimoine architectural sont des conditions de possibilité de la gentrification en ce qu’elles permettent la valorisation et la progressive appropriation symbolique d’un quartier populaire par les classes moyennes et supérieures (Veschambre, 2005a). Or, les représentations positives attachées au bâti ancien de la Ciudad Vieja se sont progressivement diffusées et cet espace a acquis une importance considérable pour un pan des classes moyennes et supérieures, comme l’ont illustré la très forte affluence dans ce quartier lors du Día del Patrimonio (journée du patrimoine) ou, dans un autre registre, l’exposition « Ghierra Intendente » inaugurée au Centro Cultural de España en avril 2015 qui regroupait 43 œuvres, projets, installations en rapport avec Montevideo réalisés par des artistes, des architectes, des urbanistes et des designers. Une fois les fondations posées, les promoteurs ont pris part à cette construction sociale du patrimoine. Une agence, spécialisée dans les biens immobiliers de la Ciudad Vieja, s’appelle ainsi « Urban Heritage – Urban Restauration & Development », se présentant comme un acteur de la « restauration » du patri­moine. Sa directrice souhaite que l’on cesse d’appeler ce quartier « Ciu­dad Vieja », un nom qu’elle juge trop péjoratif, afin de le mettre en valeur en le désignant uniquement comme le « centre historique » ou le « centre ancien ». Cet usage de la toponymie, qui permet également de rapprocher la Ciudad Vieja d’espaces déjà gentrifiés connus des investis­seurs potentiels, est loin d’être un cas singulier (Sébastien Jacquot, 2005, p. 164).

13Cette « exaltation de la valeur d’ancienneté » (Bourdin, 2008, p. 23) se matérialise par les formes architecturales produites. Les premiers bâtiments réhabilités par les promoteurs furent ceux qui avaient la valeur architecturale la plus remarquable et qui, après travaux, permettaient de dégager une plus-value substantielle. Les rénovations partagent des codes architecturaux, comme le mélange d’éléments anciens et contemporains à l’intérieur et, à l’extérieur, elles prennent soin de conserver ou de restaurer les balustrades en pierre ou en fer forgé et de préserver ou d’ajouter aux façades des détails qui doivent évoquer l’histoire.

Apporter la bohème dans la zone : créer un quartier branché

14Malgré la patrimonialisation, les représentations partagées par l’essentiel des classes moyennes font toujours de la Ciudad Vieja un espace à éviter, autant pour les activités récréatives que dans les trajectoires résidentielles. Tout d’abord, elle est perçue comme dangereuse (Filardo, Munóz, Aguiar, Chouhy, Noboa, Rojido & Schinca, 2007, p. 29) par les membres des classes moyen­nes et supérieures, qui en journée parcourent seulement les rues où siègent banques et administrations et l’évitent la nuit – ils méconnaissent donc largement cet espace, ce qui renforce leur peur (Filardo, 2007, p. 267). De plus, bien qu’elle soit entourée d’eau, son rivage dépourvu de plage est moins attrayant que ceux des quartiers plus aisés de l’est de Montevideo et de Ciudad de la Costa. Son bâti ancien ne correspond pas aux biens les plus demandés sur le marché, plus récents, spacieux et lumineux. Enfin, sa situation centrale est perçue plutôt négativement : pour des citadins qui se déplacent essentiellement en automobile, c’est un des quartiers les plus difficiles d’accès, du fait de l’étroitesse de ses rues, toujours encombrées en semaine, et de la rareté relative des stationnements.

15Dans ce contexte, l’enjeu est tout autant de favoriser de nouvelles pratiques de cet espace que de modifier son image. Des promoteurs et investisseurs, agissant parfois de concert, ont entrepris de faire des activités culturelles et artistiques un levier de transformations urbaines – leurs stratégies coïncidant parfois avec des politiques publiques. Force est de constater qu’il existe depuis le départ une relation forte entre la patrimonialisation et les activités artistiques et culturelles au sein de la Ciudad Vieja. La première phase de patrimonialisation mettait en avant, au côté des lieux du pouvoir politique, les lieux de travail et de résidence des artistes uruguayens les plus renom­més. C’est toujours cette facette de l’histoire du quartier qui est promue, masquant la diversité de ses fonctions passées et construisant l’image d’un quartier artistique. Ainsi, manipuler « l’image de la ville » doit « réduire le risque perçu et encourager l’investissement » (Beauregard, 1986, p. 37).

Le développement de l’offre culturelle et artistique publique

16La Ciudad Vieja est une des principales centralités culturelles de Monte­video (carte 3). On y trouve seize musées, le Teatro Solís (principal théâtre public de la ville) et deux centres culturels étrangers (d’Espagne et du Mexique). Cette concentration est à la fois un héritage du passé et le résultat de stratégies mises en œuvre par des acteurs privés et publics. Certaines institutions culturelles se sont implantées dans la Ciudad Vieja alors que cette dernière était encore le centre incontestable de Montevideo, comme c’est le cas pour le Teatro Solís ; d’autres occupent les maisons de mécènes ou d’artistes et leur localisation dans la Ciudad Vieja constitue ainsi elle aussi un legs.

17Pour la majorité, la création des autres institutions culturelles et musées fut décidée au cours des deux dernières décennies. C’est le cas, notamment, du MAPI (Museo de Arte Precolombino e Indígena) fondé en 2004, ou du Musée du Carnaval inauguré en 2006 à côté du Mercado del Puerto. La loca­lisation de ces institutions semble liée à trois facteurs principaux : la disponibilité de biens fonciers et immobiliers dans cet espace, sa forte fréquentation touristique et la volonté de contribuer au développement d’un écosystème culturel préexistant, dans le cadre des politiques de revitalisation de la Ciudad Vieja.

18La combinaison de ces logiques est particulièrement nette dans le cas du Centro Cultural de España (CCE), inauguré en 2003. Ce projet de cet établissement (qui occupe actuellement 3000 m² sur cinq étages) remonte à 1996 et les travaux de transformation de l’ancien siège de l’établissement commercial Casa Mojana avaient été lancés en 2000. L’actuel directeur du CCE, Rocardo Jamón Jarne, attache beaucoup d’intérêt aux effets que le CCE peut avoir sur son environnement et il entend faire travailler ensemble, plus activement, les différentes institutions culturelles de la Ciudad Vieja afin de participer à sa mutation. Selon lui, une des vocations du CCE est de participer à cette revalorisation : « nous considérons que la Ciudad Vieja est un bijou de l’Amérique latine […] nous [l’Agencia Española para la Cooperación Internacional y el Desarrollo – AECID] croyons que la réhabi­litation du patrimoine et la culture produisent une régénération urbaine très importante ». Selon Patricia Bentancur, à l’origine du projet et actuelle directrice de la programmation du CCE, le centre culturel « s’est installé dans un contexte qui n’était pas accoutumé à la culture », et a participé à la « revitalisation » de cette zone – qu’une partie de son public potentiel refusait au départ de fréquenter. De fait, d’après les données produites par les institutions culturelles, leurs visiteurs appartiennent principalement à des catégories socio-professionnelles élevées, participant ainsi à l’appropriation du quartier par ces dernières.

19Le CCE, comme la Maison des Métallos de Paris étudiée par Antoine Fleury et Laurène Goutailler (2014), semble donc « s’inscrire dans des logiques d’attractivité et de marketing urbain », bien que sa médiathèque ait un public modeste. On retrouve ici les ressorts des projets de régénération urbaine qui mobilisent les institutions culturelles ou l’art public, afin d’attribuer un nouveau sens à certains espaces ou bâtiments, de subvertir les représen­tations dominantes qui s’y rattachent (Hall & Robertson, 2001, p. 17). Ces équipements culturels stimulent la gentrification, notamment parce qu’ils « correspondent […] à l’image que l’on se fait désormais des centres anciens avec la création de musées et de centres culturels » (Veschambre, 2005b, p. 260). L’AECID adopte ainsi avec le CCE une stratégie connue, selon laquelle « les politiques incitatives qui encouragent le retour des classes aisées dans les centres anciens d’Amérique latine doivent agir sur l’image des lieux » (Salin, 2005, p. 294).

Attirer les artistes : une formule pour gentrifier ?

20De la même manière que les créateurs et les responsables d’institutions culturelles publiques ont conscience du rôle que celles-ci jouent dans la transformation de cet espace, les promoteurs et les développeurs immobiliers cherchent à reproduire les premières étapes supposées de la gentrification, notamment dans les rues du nord de la Ciudad Vieja.

21Tous les promoteurs rencontrés avaient une idée précise de la gentrification et des différents facteurs qui favorisent son développement. Si certains avaient une connaissance théorique de ce processus, ils avaient presque tous eu une expérience professionnelle à l’étranger dans des espaces gentrifiés, à Buenos Aires, Barcelone, Paris ou Berlin. Dans la majorité des entretiens, ils disent combien leur regard sur cet espace dépend de leurs expériences passées, et diffère en cela de celui de la majorité des acteurs de l’immobilier à Montevideo, privés ou publics. Ils se pensent comme les découvreurs de la Ciudad Vieja, leurs discours illustrent leur volonté d’être des « accélérateurs de la gentrification », – pour reprendre l’expression forgée par Anne Clerval (2013, p. 109) à propos des acteurs de l’immobilier parisien – et les straté­gies qu’ils mettent en œuvre s’inscrivent dans cette logique.

Carte 3 – Concentration de lieux culturels et de commerces liés à l’art ou la culture dans la Cuidad Vieja

Carte 3 – Concentration de lieux culturels et de commerces liés à l’art ou la culture dans la Cuidad Vieja

22Certains promoteurs cherchent à attirer spécifiquement les artistes. Le rôle de ces derniers dans la gentrification a été mis en évidence à de nombreuses reprises (Zukin, 1982 ; Clerval, 2013, p. 100) et ils sont souvent considérés comme des initiateurs de la gentrification, principalement car ils semblent permettre une évolution des représentations attachées à ces espaces et que leur présence attire d’autres membres des classes moyennes et supérieures (Ley, 1987, 2003 ; Lloyd, 2002). Ainsi, le terme de « pionnier » a souvent été employé pour les qualifier (Bidou-Zachariasen & Poltorak, 2008, p. 112). Cependant, certains travaux ont montré les divergences entre les différents stage models élaborés, et entre ces derniers et la diversité des cas (Kerstein, 1990). Anaïs Collet (2010, p. 163) montre par exemple que, en ce qui concerne les pentes de la Croix-Rousse et le Bas Montreuil, la période de forte augmentation de la part des professionnels de l’information, des arts et des spectacles ne correspond pas à la première phase de la gentrification – elle l’explique par la hausse du nombre d’emplois au sein de ces professions dans les années 1990 – et souligne l’hétérogénéité des « pionniers » dans ces deux espaces (Collet, 2010, p. 198).

23Néanmoins, il ressort des entretiens que les promoteurs de la gentrification dans la Ciudad Vieja ont une vision assez uniforme du processus, le premier stade de ce qu’ils présentent comme des étapes naturelles étant l’arrivée d’artistes et de jeunes couples bohèmes. Les stratégies élaborées s’appuient alors sur un processus existant qu’il s’agit de renforcer : le nombre d’artis­tes et, plus encore, celui des galeristes installés dans la Ciudad Vieja a augmenté au cours des quinze dernières années.

24Les galeries, présentes depuis plusieurs décennies dans la rue Sarandí, au niveau de la Plaza Independencia, se sont multipliées ces dernières années dans la Ciudad Vieja, selon une logique d’agglomération. Depuis les années 2000, et tout particulièrement au cours des cinq dernières années, de nom­breuses galeries ont ouvert leurs portes autour de la Plaza Zabala, dans les rues Pérez Castellano et Yacaré. Elena Porteiro, qui a ouvert la galerie Arte Viaja en 2006 rue Alzáibar, explique le choix de cette localisation par la fréquentation touristique du lieu. Si les croisiéristes achètent peu d’art selon elle, le tourisme culturel et patrimonial qui s’est développé dans la zone lui apporte de nombreux clients et 50 % de ses acheteurs sont étrangers. Elle justifie également son implantation par une vision à plus long terme et considère que la Ciudad Vieja est « un endroit où [va] se générer un mouvement d’art et de design, qui se développe lentement à présent », partageant un discours courant chez ceux qui investissent dans le quartier. On compte aujourd’hui quinze galeries d’art dans la Ciudad Vieja, mais également six magasins de design, quatre magasins de créateurs, huit magasins d’artisanat et quatre locaux associant la restauration gastronomique à un espace de vente de design, d’art ou d’artisanat. Le centre culturel Tractatus, qui comprend une salle de spectacle et un restaurant gastrono­mique, a également ouvert ses portes en 2014. Le développement de cette offre est à relier à une évolution plus générale des commerces de la Ciudad Vieja, tout à fait distincte de celle du boom de los boliches qui eut lieu au tournant des années 2000 et qui vit l’offre récréative nocturne de la Ciudad Vieja exploser avec la multiplication de pubs et de boîtes de nuit. D’ailleurs, si l’on reprend la distinction faite notamment par Catherine Bidou-Zachariasen (2003) entre « gentrification résidentielle » et « gentrification de consommation », il semble que cette dernière soit la plus avancée dans cet espace. En effet, l’analyse des transformations de l’offre commerciale a mis en évidence une montée en gamme importante, surtout le long des rues Sarandí et Pérez Castellano, devenues piétonnes. Celle-ci se manifeste par l’ouverture de nombreux magasins de vêtements de moyenne et haute gammes, de commerces alimentaires spécialisés dans les produits biologi­ques, mais aussi de cafés aux cartes sophistiquées et aux décors travaillés. Toutefois, ces commerces demeurent concentrés dans certaines portions du quartier et sont fréquentés essentiellement par des personnes n’y résidant pas. Cette évolution, favorisée par la transformation des espaces publics entreprise par la IMM et le développement du tourisme, a été accompagnée par les nouveaux propriétaires, qui ont entrepris la création de locaux commerciaux adéquats.

  • 5 Le terme « movida » fait référence à la Movida madrileña, mouvement socio-culturel créatif qui s’es (...)

25Depuis trois ans, des promoteurs favorisent spécifiquement la visibilité de l’art, en mettant des locaux à la disposition de galeristes ou d’artistes à la recherche d’un espace d’exposition. Par exemple, l’agence Urban Heritage expose gratuitement des artistes dans un local commercial qu’elle n’est pas encore parvenue à louer. L’objectif, pour sa directrice, est de faire venir le public dans la Ciudad Vieja et de mettre en avant une « movida cultural »5 supposée : « tant qu’ils ne la vivent pas, c’est très difficile de la faire connaître ».

26De fait, des artistes s’installent dans la Ciudad Vieja. Les raisons de ces choix résidentiels sont diverses, parfois liées à la multiplication des lieux culturels publics dans la Ciudad Vieja, où de nombreux interprètes répètent et se produisent régulièrement, en particulier les danseurs et musiciens du SODRE ou du Teatro Solís. Cette localisation entraîne de plus la présence diurne et nocturne d’artistes, résidents ou non, dans les rues et les bars des alentours, ce qui participe à leur appropriation de cet espace. Certains créateurs – photographes, peintres, plasticiens – recherchent la lumière de la péninsule et une ambiance particulière, faisant de la diversité des popula­tions, des activités et des rythmes de la Ciudad Vieja une source d’inspi­ration. L’écosystème artistique naissant – constitué d’artistes, mais aussi d’institutions publiques et de galeries – ajoute à l’attractivité du quartier. Bien sûr, la présence « de locaux disponibles et bon marché, proches du centre et donc des clients [...] des distributeurs et des galeries d’art » (Clerval, 2013 p. 100) est un facteur primordial. Cependant, puisque des locaux moins onéreux offrant des volumes plus importants sont disponibles dans le Barrio Sur, un quartier qui jouxte la Ciudad Vieja au sud-est, de nombreux artistes préfèrent s’y installer. De plus, depuis 2013, a été mis en place, au départ par la IMM, un projet intitulé « Barrio de las Artes », qui a pour objectif la valorisation du Barrio Sur à travers le soutien à la présence des artistes et l’organisation d’événements artistiques. Le nombre d’ateliers y reste limité. Dispersés et occupant les étages supérieurs des immeubles, ils sont peu visibles et n’influent donc que peu sur les représentations partagées de cet espace.

27Certains promoteurs cherchent donc à la fois à attirer des artistes et à rendre sensible leur présence. Ainsi, un groupe d’investisseurs, qui possède depuis 2002 la Casona Mauá et une vingtaine d’autres édifices dans la zone de Las Bóvedas, notamment autour de l’intersection des rues Juán Carlos Gómez et Piedras, a mis en place au cours de l’année 2013 un projet baptisé El Bajo de Ciudad Vieja. La responsable de sa création et de sa gestion actuelle a obtenu un MBA en gestion culturelle à la Universidad Complutense de Madrid, après avoir suivi des études de communication et de marketing en Uruguay et en Argentine. En entretien, son discours est apparu très construit et, alors que les autres promoteurs parlaient relativement librement de leurs plans, il fut par exemple impossible d’obtenir d’elle une réponse claire sur les finalités immobilières du projet. Ayant une bonne connaissance des facteurs de ce qu’elle appelait la « revitalisation urbaine », elle refusait le terme de gentrification dont la connotation lui apparaissait négative et contournait toujours les questions précises sur ses inspirations, ne mention­nant que quelques références urbaines, comme Berlin.

28Si ce groupe d’investisseurs avait déjà mis en valeur des éléments patrimo­niaux, le projet El Bajo va, lui, beaucoup plus loin : il se présente sur sa page Facebook comme « un projet de revitalisation urbaine d’une zone de la Ciudad Vieja, qui fait de l’Art et de la Culture les principaux protagonistes ». Huit édifices accueillent quelques artistes en résidence et surtout différents projets artistiques qui font de ces bâtiments à l’abandon tout à la fois des ateliers et des lieux d’exposition. De plus, les appartements d’un immeuble réhabilité par ces investisseurs sont actuellement loués à des tarifs préfé­rentiels à de jeunes artistes, tandis que son rez-de-chaussée est occupé par qua­tre boutiques de créateurs (d’objets ou de vêtements) ouvertes en avril 2015.

Photographie 1 – Fresque de la façade d'un des bâtiments appartenant au projet El Bajo

Photographie 1 – Fresque de la façade d'un des bâtiments appartenant au projet El Bajo

© Gilles Martinet, juin 2015

  • 6 Ces pensions, dans lesquelles logeaient migrants, marins et travailleurs du port, sont un héritage (...)

29Des fresques – inspirées tant des murales que du street art – ont été peintes sur les façades des maisons pour signaler leur nouvelle fonction et rendre visible la présence des artistes. Le nom même du projet est pensé pour donner une image bohème du quartier. L’expression « El Bajo de Ciudad Vieja » désignait au départ la zone Sud de la Ciudad Vieja, où se concen­traient la misère et les activités illégales, notamment la prostitution, jusqu’à ce que cet espace ne soit entièrement remodelé au début du XXe siècle. Cette appellation péjorative a ensuite été attribuée à cet espace du Nord de la Ciudad Vieja, où se sont installés les bars à marins et les pensions6. Il est intéressant de souligner que cette toponymie à connotation péjorative n’est pas celle utilisée par les résidents du quartier, qui nomment généralement cet espace « Las Bóvedas ». Ce terme, plus valorisant à leurs yeux, renvoie aux quelques voûtes de la citadelle qui demeurent intactes, le long de Rambla 25 de Agosto de 1825. L’utilisation du nom El Bajo semble répondre à une double logique. Il s’agit de renverser le stigmate, de le neutraliser en le revendiquant publiquement, tout en valorisant cette image d’espace interlope et bohème.

30Les artistes, dont les domaines de création sont extrêmement variés, peuvent occuper ces différents espaces pour des périodes allant de six mois à un an, éventuellement renouvelables si le projet trouve un écho important. La situation des artistes est donc souvent assez précaire et le programme, prévu pour ne durer que quelques années, n’assure pas une présence durable des activités artistiques et des artistes, soutenus aujourd’hui en tant que pion­niers. Cela semble aller à l’encontre de la volonté de créer un écosys­tème artistique pérenne, mais cela laisse la possibilité aux investisseurs de transformer rapidement la destination de ces immeubles selon les évolutions du marché.

31Le projet attire cependant des artistes, dont certains sont séduits tandis que d’autres sont simplement confrontés à la difficulté de trouver des lieux de travail et d’exposition. Par exemple, l’artiste à l’origine du Proyecto Casa Mario estime que, malgré les finalités spéculatives d’El Bajo, c’est une occasion de travailler avec les résidents de cet espace populaire. C’est ainsi pour lui un compromis intéressant, même s’il se trouve dans une position ambiguë, puisqu’il a choisi de développer un projet artistique critique, évoquant notamment les mutations urbaines contemporaines, au sein même d’un programme de revitalisation porté par un groupe de spéculateurs. Cet exemple illustre la relation ambivalente qui se noue entre les artistes et les promoteurs qui comptent sur leurs productions, voire sur leur présence même, pour valoriser leurs biens immobiliers. Comme le montrent Elsa Vivant et Éric Charmes (2008) dans le cas de Belleville à Paris, les artistes sont partie prenante de la gentrification, bien qu’ils fassent des choix résiden­tiels contraints – à la fois guidés par le besoin de surfaces importantes ou la proximité des lieux culturels et limités par leurs moyens financiers. Ils sont mobilisés par les promoteurs de la gentrification qui « les mettent en scène en tant que pionniers de la gentrification » (Vivant et Charmes, 2008), bien qu’il soit difficile de déterminer les conséquences effectives de leur présence sur les choix résidentiels des néo-résidents. Ils sont ainsi systéma­tiquement convoqués pour prouver « que quelque chose bouge dans le quartier », à la fois dans les discours de séduction adressés aux gentrifieurs potentiels et dans ceux devant rassurer les investisseurs.

De l’art dans la rue : transformer l’espace par de nouvelles pratiques

32Pour ces promoteurs il s’agit de faire correspondre le plus possible la Ciudad Vieja à l’image mondialisée du centre historique, lieu de patrimoine, de culture, peuplé d’artistes. Cela passe tout d’abord par la présence d’œuvres dans l’espace public, comme celles réalisées sur les murs des bâtiments du projet El Bajo. L’association à but non lucratif Paseo Cultural de Ciudad Vieja fondée en 1997, que financent des commerçants et des entreprises de la Ciudad Vieja mais aussi des investisseurs immobiliers, a porté plusieurs projets d’art urbain, notamment la réalisation à l’entrée de la Ciudad Vieja d’une fresque monumentale reproduisant l’œuvre Pax in Lucem de Torres Garcia ou bien l’installation de la sculpture Genesis de Enrique Broglia à l’intersection des rues Rincón et Treinta y Tres.

33La promotion de l’écosystème artistique de la Ciudad Vieja, de sa movida supposée, passe aussi par l’organisation d’événements. Paseo Cultural de Ciudad Vieja est ainsi particulièrement active lors des journées du patri­moine et organise toute l’année des visites de la Ciudad Vieja et divers événements le samedi après-midi, visant un public familial.

34Dans le cadre du projet El Bajo sont également organisés des événements, lors desquels sont mises en avant activités et productions artistiques. Asso­ciant généralement des concerts ou DJ sets aux expositions d’arts plastiques, ils sont de véritables fêtes, qui débutent l’après-midi, à l’occasion desquelles des portions des rues Juán Carlos Gómez et Piedras sont interdites à la circulation automobile et toutes les maisons du projet ouvertes et animées. Elles permettent la présentation des œuvres produites par les artistes hébergés par le projet et lient les différentes activités conduites par ce groupe d’investisseurs. En effet, à ces occasions la Casona Mauá, qui depuis sa restauration est un lieu dédié à l’événementiel accueillant égale­ment des expositions, est généralement ouverte au public. Lors des obser­vations réalisées, le public de ces fêtes était en apparence assez homogène, composé presque exclusivement par de jeunes adultes, entre 18 et 35 ans. Sans pouvoir réaliser une enquête susceptible de saisir les caracté­ristiques socio-économiques des membres du public, il ressort des conversations informelles que nombre d’entre eux connaissaient personnel­lement des musiciens ou des artistes et designers exposés et appartenaient également au monde de l’art et de la culture. Un autre groupe important était formé par des étudiants, principalement d’architecture, de design ou d’art, mais aussi de sciences humaines et sociales. Peu d’habitants de cette partie nord de la Ciudad Vieja fréquentent ces événements, de l’aveu même du responsable du Proyecto CasaMario, qui souhaiterait les faire participer davantage, tout en reconnais­sant que ni la musique ni les activités proposées ne correspondent aux goûts des habitants modestes du quartier. En effet, de la musique diffusée à la nourriture servie, tout semble pensé pour correspon­dre aux modes de consommation de jeunes membres des classes moyennes et supérieures, amateurs de musique électronique, de rock indépendant, d’art contemporain, de street food revisitée et de nourriture végétarienne.

35Avec ces événements, il ne s’agit pas seulement de mener une campagne de marketing visant à changer l’image du quartier : l’objectif est de faire venir ce public dans la Ciudad Vieja, de lui faire parcourir cet espace, de lui faire ressentir la movida. Il s’agit de faire en sorte que les membres des classes moyennes et supérieures se l’approprient. Pour ancrer ce nouvel usage, les événements sont organisés régulièrement. Les rues de cette portion de la Ciudad Vieja, de mauvaise réputation, sont ainsi parcourues par des individus qui, sans cela, ne s’y seraient sans doute jamais aventurés en soirée. L’événementiel permet une appropriation temporaire que la fréquen­tation des galeries, des magasins de créateurs et des bars faisant partie du projet doit rendre davantage pérenne. L’amélioration de l’image du quartier est tout à la fois un moyen et une conséquence de l’appropriation : on donne une vision branchée, underground de cet espace pour y faire venir de jeunes membres de cette bourgeoisie intellectuelle. Pour reprendre la terminologie d’Alain Bourdin (2008, p. 35), les organisateurs agissent en « manipulateurs de symboles innovants qui investissent un lieu pour y développer un mode d’occupation », rendu possible par la production d’une ambiance spécifique. On peut ici faire un parallèle entre les stratégies élaborées par les promoteurs de la gentrification et l’analyse que fait Éric Charmes (2005) des liens entre le « retour à la rue » – dans ses dimensions sociales et paysagères – et la gentrification. Les façades rénovées constituent un nouveau décor urbain autour des rues étroites de la Ciudad Vieja qu’il s’agit à la fois de transfor­mer dans leur matérialité – piétonisation, transformation des trottoirs et de l’éclairage – et par les pratiques qui s’y déroulent. Elles deviennent ainsi un lieu d’expériences esthétiques et sociales qui peut être fréquenté et approprié par les gentrifieurs.

Les néo-résidents habitent-ils un quartier d’art et de patrimoine ?

36Il est difficile d’estimer les effets de ces stratégies sur les trajectoires rési­den­tielles, mais les entretiens réalisés des gentrifieurs laissent penser que les pratiques mises en œuvre pour vendre la Ciudad Vieja sont pertinentes.

37D’après des entretiens consacrés à leurs voyages, leurs trajectoires résiden­tielles et leurs conceptions de ce qu’ils considèrent comme des formes urbaines désirables et des hauts lieux urbains, tous partagent un imaginaire géographique de la ville et de l’espace résidentiel désirable qui valorise les centres anciens, pour leurs caractéristiques morphologiques et architecturales comme pour leur vie culturelle. Comme le montrent les explications qu’ils donnent de leurs choix résidentiels, ces représentations ont évidemment joué un rôle dans la définition de leurs parcours résidentiels (Authier, Bonvalet, Lévy, 2010). Les éléments liés à la culture et au patrimoine sont toujours appréciés, alors que d’autres sont envisagés tantôt négativement, tantôt positivement – comme sa situation péninsulaire, la présence du port, la différence marquée entre l’animation de la semaine et le calme du week-end. Les représentations de la vie artistique du quartier influent également sur l’appréciation d’autres éléments. Ainsi, lorsque la diversité – des milieux socio-professionnels ou des nationalités – des habitants est présentée positivement, elle est directement liée à la vie culturelle et artistique du quartier. En revanche, il semble que certains soient absents de cette « diver­sité valorisée », notamment les habitants les plus pauvres.

38Néanmoins, ils n’expliquent pas toujours de la même manière l’importance donnée à l’art dans leur choix résidentiel. Certains ont fait un cursus à la faculté d’architecture ou à celle des beaux-arts : dans un cas comme dans l’autre, ce cursus les a amenés à se familiariser avec le patrimoine de la Ciudad Vieja et à en faire un haut lieu de l’histoire culturelle uruguayenne. D’autres, qui fréquentent assidûment les lieux culturels, ont fait le choix de s’ins­taller à proximité de leurs loisirs. Enfin, ceux dont la vie professionnelle est en lien avec la culture ont décidé de s’installer ici parce qu’une part importante de leur réseau relationnel s’y trouve.

39À propos des mutations contemporaines de la Ciudad Vieja, les enquêtés ont des analyses parfois divergentes et souvent très nuancées, voire ambiguës. Si tous apprécient l’amélioration matérielle des espaces publics et la diminution de la délinquance – résultat d’une politique volontariste du gouvernement national – certains relient directement ces éléments à la transformation sociale du quartier. Tous notent l’arrivée d’un nombre croissant de profes­sionnels des secteurs de l’art, de l’information, de l’enseignement, de la recherche et de l’administration, et la baisse proportionnelle du nombre des habitants les plus modestes ; certains s’en réjouissent, d’autres la déplorent. En revanche, tous considèrent que l’importance croissante de l’art et de la culture représente une amélioration de leur cadre de vie. Lorsqu’ils sont interro­gés sur l’importance à donner à la préservation du patrimoine de la Ciudad Vieja, tous considèrent qu’il est indispensable de prendre soin des édifices anciens et près de la moitié pensent que le patrimoine doit être le support de la revalorisation de la Ciudad Vieja. Dans quelques entretiens on retrouve des discours très construits, proches de ceux des promoteurs, faisant de l’art et du patrimoine les piliers de la nécessaire revitalisation du quartier. Lorsque l’enquête fut réalisée, seule la moitié des personnes interrogées connais­sait le projet El Bajo, et en avait une opinion positive. Après une rapide description du projet, ceux qui ne le connaissaient pas saluaient égale­ment l’initiative. Spécifiquement, un tiers d’entre eux disent apprécier le fait que les rues soient plus fréquentées la nuit et quelques-uns se déclarent rassurés par la proximité qu’ils perçoivent entre eux-mêmes et ce public.

Conclusion

40Alors que la valorisation du patrimoine a joué un rôle primordial dans la production d’un espace montevidéen susceptible de connaître un processus de gentrification, l’art est aujourd’hui employé comme catalyseur des trans­for­mations urbaines, accélérant l’évolution des représentations attachées à cet espace ainsi que celle des pratiques qui y prennent place. En effet, les acteurs dominants du marché immobilier développent des stratégies qui favorisent l’apparition d’un écosystème artistique et le font connaître. Comme le patrimoine et les institutions culturelles, les pratiques et productions artistiques participent à l’accroissement du capital symbolique dont bénéficie cet espace, le faisant apparaître sur la carte des lieux de résidence envisageables. L’art a par ailleurs l’immense avantage de valoriser des rues ou des édifices dont les qualités patrimoniales sont moindres, par rapport à celles des immeubles déjà réhabilités et vendus aux gentrifieurs. De plus, les événements artistiques permettent une plus forte appropriation de cet espace par des membres des classes moyennes intellectuelles, qui le fréquentent alors collectivement. Ces stratégies semblent efficientes, comme le laisse entrevoir l’analyse des discours des gentrifieurs sur leur choix résidentiel, où l’offre culturelle et la vie artistique occupent une place déter­mi­nante, aux côtés du caractère patrimonial de cet espace. La légitimité de cette nouvelle appropriation n’est pas mise en question : dans les discours des acteurs à l’initiative de cette promotion culturelle de la Ciudad Vieja revient très souvent l’idée selon laquelle le centre historique de la ville, fort de son passé et de son patrimoine, doit naturellement être dédié à l’art, à ceux qui le produisent comme à ceux qui le consomment.

Sigles

41BHU : Banco Hipotecario del Uruguay (Banque Hypothécaire de l’Uruguay).

42CCE : Centro Cultural de España (Centre culturel d’Espagne).

43GEU : Grupo de Estudios Urbanos (Groupe d’études urbaines).

44CEPCV : Comisión Especial Permanente de la Ciudad Vieja (Commission Spéciale Permanente de la Ciudad Vieja).

45GEU : Grupo de Estudios Urbanos (Groupe d’études urbaines).

46IMM : Intendencia Municipal de Montevideo (Intendance municipale de Montevideo).

Haut de page

Bibliographie

ALEMÁN Laura, 2012, Hilos rotos. Ideas de ciudad en el Uruguay del siglo veinte, Casa Editorial HUM, 176 p.

AUTHIER Jean-Yves, BONVALET Catherine, LÉVY Jean-Pierre (dir.), 2010, Élire domicile. La construction sociale des choix résidentiels, Paris, PUL, 428 p.

BEAUREGARD Robert A., 1986, « The chaos and complexity of gentrify­cation », in N. Smith et P. Williams (ed.), Gentrification of the city, Boston, Allen and Unwin, p. 35-55.

BIDOU-ZACHARIASEN Catherine, 2003, « Introduction », in Catherine Bidou-Zachariasen (dir.), Retours en ville : des processus de « gentrifi­cation » urbaine aux politiques de « revitalisation » des centres, Paris, Descartes et Cie, p. 9-43.

BIDOU-ZACHARIASEN Catherine, POLTORAK Jean-François, 2008, « Le “travail” de gentrification : les transformations sociologiques d’un quartier parisien populaire », Espaces et sociétés, n° 132-133, p. 107-124.

BOURDIEU Pierre, 1980, « L’identité et la représentation [Éléments pour une réflexion critique sur l’idée de région] », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 35, p. 63-72.

BOURDIN Alain, 2008, « Gentrification : un “concept” à déconstruire », Espaces et sociétés, n° 132-133, p. 23-37.

CAETANO Gerardo & RILLA José, 2006 [1994], Historia contemporánea del Uruguay, de la colonia al siglo XXI, Montevideo, Editorial fin de siglo, 635 p.

CARMONA Liliana, 1993, Ciudad Vieja de Montevideo 1829-1991. Transformaciones y propuestas urbanas, Montevideo, Fundación de cultura universitaria, 176 p.

CHARMES Éric, 2005, « Le retour à la rue comme support de la gentrification », Espaces et sociétés, n° 122, p. 115-135.

CLERVAL Anne, 2013, Paris sans le peuple, la gentrification de la capitale, Paris, La Découverte, 256 p.

COLLET Anaïs, 2010, Générations de classes moyennes et travail de gentrification. Changement social et changement urbain dans le Bas Montreuil et à la Croix-Rousse, 1975-2005, thèse de doctorat en sociologie dir. par Jean-Yves Authier, Université Lumière-Lyon II, 658 p.

ESPÓSITO Ernesto, 2004, Plan Especial Ciudad Vieja, Centro de Divulgación de la Intendencia Municipal de Montevideo, p. 92.

FILARDO Carlos, MUNÓZ AGUIAR Sebastián, CHOUHY Gabriel, NOBOA Laura, ROJIDO Emiliano, SCHINCA Pedro, 2007, « Genética de la inseguridad ciudadana », El Uruguay desde la Sociología, n° 5, p. 275‑292.

FILARDO Verónica, 2007, « Miedos urbanos y espacios públicos en Montevideo », El Uruguay desde la Sociología, n° 5, p. 259-273.

FLEURY Antoine, GOUTAILLER Laurène, 2014, « Lieux de culture et gentrification. Le cas de la Maison des métallos à Paris », Espaces et sociétés, n° 158, p. 151-167.

GIORDANO Fernando, LEAL Gustavo & MAZZINI Andrés, 2014, Montevideo y el Grupo de Estudios Urbanos. La reivindicación de la ciudad, Montevideo, Ediciones MCV, 96 p.

GLASS Ruth, 1964, « Introduction », in Centre for Urban Studies (dir.), London, Aspects of Change, Londres, Macgibbon & Kee, p. 12-41.

HALL Tim, ROBERTSON Iain, 2001, « Public art and urban regeneration: advocacy, claims and critical debates », Landscape Research, vol. 26, n° 1, p. 5-26

HAMNETT Chris, 1991, « The blind men and the elephant: the explanation of gentrification », Transactions of the Institute of British Geographers, New Series, n° 16 (2), p. 173-189.

IMM-BID, 2010, « Diagnóstico actualizado de población y vivienda de Ciudad Vieja. Encuesta residentes ciudad Vieja », Programa de revitalization de la Ciudad Vieja de Montevideo, 88 p. – [Document interne du Programa de revitalización de la Ciudad Vieja conduit par la Banque Inter-américaine de Développement (BID) et l’Intendance de Montevideo (IMM)].

JACQUOT Sébastien (2005) « Valparaiso, valeurs patrimoniales et jeu des acteurs », in Maria Gravari-Barbas (dir.), Habiter le patrimoine. Enjeux, approches, vécu, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 155-169.

KERSTEIN Robert, 1990, « Stage models of gentrification: an examination », Urban Affairs Quarterly, vol. 25, n° 4, p. 620‑639.

LEY David, 1987, « Reply: the rent gap revisited », Annals of the Association of American Geographers, n° 77(3), p. 462-465.

LEY David, 2003, « Artists, aestheticisation and the field of gentrification », Urban Studies, vol. 40, n° 12, p. 2527-2544.

LLOYD Richard, 2002, « Neo-bohemia: art and neighborhood redevelopment in Chicago », Journal of Urban Affairs, vol. 24, n° 5, p. 517‑532.

Maldonado Noticias, 2015, « En la última temporada Uruguay recibió 173 cruceros, 316.000 turistas e ingresos por US$ 19 millones », Maldonado Noticias, article publié le 14 mai 2015.

MERMET Anne-Cécile, 2012, Commerce et patrimoine dans les centres historiques : vers un nouveau type d’espace de consommation, thèse de doctorat en géographie dir. par Maria Gravari-Barbas, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2012, 638 p.

NALERIO Carina, 2006, « La réhabilitation du centre historique de Montevideo. Une exception culturelle uruguayenne ? », in Hélène Rivière D’arc et Maurizio Memoli (dir.), Le pari urbain en Amérique latine. Vivre dans le centre des villes, Paris, Armand Colin, p. 127-132.

SCHELOTTO Salvador, 2007, « Breves trazos sobre el financiamiento del centro histórico de Montevideo », in Fernando Carrión (ed.), El financia­miento de los centros históricos de América Latina y el Caribe, Quito, FLASCO, p. 381-389.

SMITH Neil, 1979, « Toward a theory of gentrification: a back to the city movement by capital not people », Journal of the American Planning Association, n° 45, p. 538-548.

SMITH Neil, 1987, « Commentary: gentrification and the rent gap », Annals of the Association of American Geographers, n° 77(3), p. 462-465.

VENERI Federico, LANZILOTTA Bibiana, 2016, « Variación geográfica del precio de la vivienda en Montevideo: análisis de determinantes y medición de efecto barrios. Estudio aplicado entre 2001-2014 », Centro de Estudios Económicos de la Industria de la Construcción (CEEIC).

VESCHAMBRE Vincent, 2005a, « Le recyclage urbain, entre démolition et patrimonialisation : enjeux d’appropriation symbolique de l’espace », Norois, n° 195, p. 79-92.

VESCHAMBRE Vincent, 2005b, « Effacement et réappropriation de l’habitat populaire dans les centres anciens patrimonialisés : les exemples du Vieux-Mans et de la Doutre à Angers », in Maria Gravari-Barbas (dir.), Habiter le patrimoine. Enjeux, approches, vécu, Rennes, Presses Univer­sitaires de Rennes, p. 245-264.

VIVANT Elsa, CHARMES Éric, 2008, « La gentrification et ses pionniers : le rôle des artistes off en question », Métropoles [en ligne], n° 3, mis en ligne le 22 septembre 2008.

ZUKIN Sharon, 1982, Loft living: culture and capital in urban change, (reprint edition), New Brunswick (N.J), Rutgers University Press, 249 p.

Haut de page

Notes

1 Nous reprenons ici les limites définies par l’Intendance Municipale de Montevideo (Intendencia Muncipal de Montevideo, ou IMM) qui suivent, du sud au nord, les rues Cuidadela et Florida, incluant la Plaza Independencia dans la Ciudad Vieja. L’Instituto Nacional de Estadísticas en donne une définition un peu plus large, incluant au sud de la Plaza Independencia les rues Florida et Andes. En pratique, tous les acteurs de cet espace ne lui donnent pas les mêmes limites.

2 Nous utilisons le terme de « gentrifieurs » comme traduction du terme « gentrifiers ». S’il peut parfois désigner l’ensemble des acteurs qui favorisent la gentrification, on s’en tient ici, pour plus de clarté, à son sens restreint : il renvoie donc aux nouveaux habitants plus aisés qui viennent s’installer dans un quartier populaire ou dégradé.

3 Cette recherche a été réalisée dans le cadre de la préparation d’un mémoire de Master sous la direction du professeur Sébastien Velut, à l’Institut des Hautes Études de l’Amérique latine (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3).

4 À partir de 1968 et du vote de la loi n° 13.728, les coopératives de logement d’usagers usufruitiers (usuarios) se sont largement développées en Uruguay. Leur financement peut s’arti­cu­ler autour de deux modalités, celle de l’épargne préalable (ahorro previo) et celle de l’auto-construction par l’entraide entre les membres (ayuda mutua), les secondes regroupant généralement des ménages plus modestes.

5 Le terme « movida » fait référence à la Movida madrileña, mouvement socio-culturel créatif qui s’est développé au début des années 1980, d’abord à Madrid puis dans d’autres villes espagnoles, comme Barcelone ou Bilbao. Plus généralement, il renvoie à l’animation d’un quartier, à la vigueur de son milieu culturel.

6 Ces pensions, dans lesquelles logeaient migrants, marins et travailleurs du port, sont un héritage de la période durant laquelle le port faisait travailler beaucoup d’ouvriers et consti­tuait la principale porte d’entrée de l’immigration. Aujourd’hui, elles se concentrent surtout au Nord et l’Est du quartier. Si certaines de ces pensions ont été transformées en immeubles d’habitation, beaucoup d’entre elles conservent leur aménagement et leur mode de fonction­nement : une partie accueille des habitants aux revenus très modestes mais stables et, de plus en plus, des backpackers, tandis que d’autres hébergent des personnes en situation de grande pauvreté, migrants ou drogués, et sont aussi des lieux de prostitution.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 – Localisation de la Cuidad Vieja au sein du département de Montevideo
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/4368/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Carte 2 – Localisation des édifices bénéficiant d’une protection patrimoniale au sein de la Cuidad Vieja
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/4368/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Carte 3 – Concentration de lieux culturels et de commerces liés à l’art ou la culture dans la Cuidad Vieja
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/4368/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 449k
Titre Photographie 1 – Fresque de la façade d'un des bâtiments appartenant au projet El Bajo
Crédits © Gilles Martinet, juin 2015
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/4368/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Martinet, « El Bajo de la Ciudad Vieja de Montevideo », Géographie et cultures, 97 | 2016, 89-112.

Référence électronique

Gilles Martinet, « El Bajo de la Ciudad Vieja de Montevideo », Géographie et cultures [En ligne], 97 | 2016, mis en ligne le 04 décembre 2017, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/gc/4368 ; DOI : 10.4000/gc.4368

Haut de page

Auteur

Gilles Martinet

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine (IHEAL)
Centre de Recherche et de Documentation des Amériques (CREDA – UMR 7227)
gilles.martinet@gmail.com

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals