Navigation – Plan du site

Regards sur la mondialisation

Le champ artistique en Chine et à Hong Kong sous l’égide du marché mondial de l’art
Globalization in perspective: the Chinese and Hong Kong art field under the aegis of the global art market
Thomas Mazzurana et Franz Schultheis
p. 165-185

Résumés

Depuis la fin des années 2000, le marché de l’art n’a pas seulement connu une expansion massive, il s’est également sensiblement mondialisé, eu égard aux acteurs et institutions concernées, mais aussi aux arts visuels contem­porains en eux-mêmes. Les acteurs occidentaux ont aujourd’hui les yeux braqués sur l’Asie et plus particulièrement sur la Chine, où la rapide croissance économique s’accompagne depuis une dizaine années d’un marché de l’art en pleine expansion. Au même moment, de nouveaux acteurs ayant récemment acquis du pouvoir et affirmant leurs propres exigences apparaissent sur ces marchés émergents. Cet article s’appuie sur les résultats d’une recherche ethnographique portant sur les positions et les points de vue des acteurs du monde de l’art sur place, leur regard sur les changements actuels, les pratiques concrètes du marché de l’art chinois et hongkongais, leurs formations socio-historiques respectives et leurs liens avec le monde de l’art occidental.

Haut de page

Texte intégral

La mondialisation du champ artistique, une pratique narrative et sociale

1De nos jours, le discours sur la mondialisation est omniprésent. C’est un thème qui a été très souvent abordé et discuté dans le monde de l’art et au sein du champ scientifique ces dernières années (voir par exemple Belting et Buddensieg, 2009 ; Harris, 2011 ; Belting et al., 2013 ; Velthuis et Baia Curioni, 2015a). Les échanges portent principalement sur l’expansion géogra­phique de la production artistique, de la distribution et de la réception de l’art contemporain sur la carte du monde. Des régions, qui ne jouaient jusqu’alors qu’un rôle périphérique, prennent une place de plus en plus grande sur la scène internationale et se retrouvent au centre de l’attention.

  • 1 Il ne faut cependant pas négliger le fait que nous avons affaire à une sphère très hiérarchisée don (...)

2La mondialisation croissante, en particulier depuis la fin de la guerre froide en 1989, a profondément transformé le monde de l’art (Stallabrass, 2004, p. 10) et entraîné la pluralisation du monde de l’art, un processus de différen­ciation en termes de zones géographiques et de contenus. Le monde de l’art, et notamment ses acteurs et institutions, est devenu clairement plus interna­tional1. Le commerce mondial des objets d’art s’est considérablement développé au cours de la dernière décennie. Le volume et la valeur des transactions ont massivement augmenté. De nouvelles régions du monde se sont intégrées au commerce transnational des objets d’art. Les acteurs occidentaux ont aujourd’hui les yeux braqués sur l’Asie et plus particu­lièrement sur la Chine, où la rapide croissance économique s’accompagne depuis une dizaine années d’un marché de l’art en pleine expansion. Le pays est devenu en quelque sorte le symbole de la mondia­lisation du monde de l’art. Récemment encore, les États-Unis et les pays d’Europe occidentale dominaient incontestablement un marché de l’art en constante croissance. L’année 2013 a marqué un tournant dans l’histoire de la mondialisation : la Chine a réalisé le chiffre d’affaires le plus élevé au monde, prenant ainsi la place des États-Unis, centre du commerce des objets d’art.

3La mondialisation est un concept complexe et polysémique qui peut être défini et utilisé de manière très différente selon le positionnement et le point de vue adoptés. Suite aux bouleversements de la fin des années 1980, ce terme est devenu crucial dans plusieurs disciplines scientifiques et est utilisé depuis pour désigner l’expansion, la concentration et l’accélération des échanges à l’échelle planétaire et des interdépendances transnationales. Ce mot qui évoque un processus économique, politique et culturel fait pourtant l’objet de controverses (Held et McGrew, 2005 ; Osterhammel et Petersson, 2009). La mondialisation n’est pas vraiment un phénomène historique ; c’est plutôt le résultat de l’interaction et du renforcement réciproque de processus de longue durée, tels que l’interdépendance au sein de l’économie mondiale, la communication planétaire, la mise en réseau à l’échelle internationale ou les mouvements migratoires transnationaux massifs.

4Si le modèle néo-libéral du libre-échange est souvent présenté comme l’arché­type du développement international, la mondialisation ne peut être réduite à sa simple dimension économique. Le concept de mondialisation culturelle est né de l’augmentation des échanges à travers la planète et du mélange de cultures hétérogènes, autrefois isolées ou entrant en relation unique­ment de manière occasionnelle ou périphérique. Ce phénomène de repro­duction culturelle crée régionalement et localement de nouvelles formes de voisinage virtuel qui sont fragiles et pleines de contradictions (Appadurai, 1996). Ce processus de transformation est à l’origine d’une dynamique actuelle plus ou moins paradoxale, celle de l’homogénéisation culturelle qui se traduit souvent par la « glocalisation » (Robertson, 1995), l’hybridation (Bhabha, 1994) ou la créolisation (Hall, 2003). Les éléments qui relèvent du local et du mondial se transforment mutuellement, se réorga­nisent et entraînent la fusion de différents aspects culturels. Ce proces­sus est créé par le discours et se retrouve souvent affecté par des relations de domination.

5L’analyse sociologique de la mondialisation, en référence au concept de champ de Bourdieu (Bourdieu, 1992 ; Buchholz, 2008), suggère que l’expan­sion géographique des relations sociales est générée principalement par des acteurs qui ont intérêt au développement de la concurrence dans un domaine spécifique. Rivalité et conflit sont les dynamiques sous-jacentes à l’expansion des relations sociales à travers le monde. En ce qui concerne l’importance cruciale du statut ou de la reconnaissance symbolique dans le monde de l’art, le champ artistique mondialisé peut généralement être défini comme l’espace social de la concurrence mondiale, dans lequel s’opère une lutte pour la reconnaissance artistique transnationale ainsi que pour le mono­pole de la définition légitime d’une telle reconnaissance. Le résultat des luttes artistiques pour la reconnaissance à l’échelle transnationale est donc déterminé par la répartition asymétrique du capital symbolique accu­mulé entre les différentes institutions et régions (Buchholz, 2008). La question des structures et des hiérarchies est tout aussi cruciale au niveau mondial que local. Le capital symbolique des acteurs ou des institutions est tout aussi significatif. Les institutions du marché de l’art, telles que les galeries, les maisons d’enchères ou les foires d’art, en tant qu’institutions mondiales pour l’échange transfrontalier (Buchholz, 2016, p. 40) jouent un rôle majeur dans le processus de la mondialisation.

6Les lieux importants symboliquement sur la carte du monde de l’art sont le reflet de la cristallisation de dynamiques socio-historiques complexes. Ce sont des lieux où plusieurs générations d’acteurs ont travaillé – en coopéra­tion ou en compétition – à la création de réseaux d’institutions et d’ensem­bles de pratiques collectives, de codes esthétiques et d’usages sociaux de formes symboliques d’expression qui interagissent et fournissent ainsi à cet univers un capital symbolique spécifique, lui conférant visibilité et légitimité en tant que champ social relativement autonome. Il s’agit de lieux comme Paris, « capitale de la modernité » (Benjamin, 1991), qui représentent en eux-mêmes des « mythes modernes » (Caillois, 1938). Ils tiennent lieu de surfaces de projection et de modèles sur la scène internationale et deviennent des pôles d’attraction internationaux pour les amateurs d’art. Ces lieux, sociologiquement décrits comme « champs artistiques » (Bourdieu, 1992), ont été constitués et fonctionnent comme des archétypes et des modèles. Paris, ville de la « révolution symbolique » de Manet (Bourdieu, 2013), est à l’origine du processus d’autonomisation de l’art en Europe au XIXe siècle. C’est dans cette ville que sont nées d’une certaine manière les règles encore largement déterminantes du monde de l’art. Ce n’est que sur la « longue durée » (Braudel, 1990), au fur et à mesure de l’émergence socio-historique d’un champ relativement autonome gravitant autour d’un bien spécifique – en l’occurrence le capital symbolique de l’art – qu’un lieu aussi hautement symbolique peut développer une véritable aura et la transférer par la suite aux acteurs actifs dans ce champ et à leurs produits.

Méthodologie et contexte

7Cet article s’appuie sur les résultats de deux projets de recherche dirigés par Franz Schultheis et financés par le Fonds national suisse entre 2011 et 2014 (Schultheis et al., 2015 ; Schultheis, 2017). L’étude de terrain multidimen­sionnelle se base sur une enquête ethnographique à Hong Kong et sur plus de 140 entretiens approfondis avec des acteurs importants du monde de l’art, principalement des galeristes, collectionneurs, conservateurs et artistes. Des acteurs basés en Occident, principalement en Europe et aux États-Unis ont été interrogés dans un premier temps. Tous les marchands d’art de ce premier « échantillon » avaient participé au moins une fois à l’Art Basel Hong Kong. Ensuite, des entretiens ont été menés avec d’autres acteurs principalement établis en Asie, notamment en Chine et à Hong Kong. Ils ont été complétés par deux questionnaires écrits de plusieurs pages, proposés aux galeristes et aux visiteurs de l’Art Basel à Bâle, Miami Beach et Hong Kong, et évalués à l’aide de procédures variées.

La Chine accède au statut d’acteur mondial

8L’histoire de la Chine est éclairante pour comprendre les étapes nécessaires à la constitution d’un champ artistique doté de structures et de règles spécifi­ques afin d’entrer en relation avec le champ mondial de l’art contemporain et d’établir des lieux symboliquement importants. Elle révèle le temps et les conditions nécessaires à ce développement et, dans ce cas précis, le rôle joué par les forces pragmatiques au sein de l’État (DeBevoise, 2014, p. 271) ainsi que par les acteurs étrangers.

9Les réformes économiques des années 1970 sont à l’origine de ce qui a été caractérisé comme un « mouvement tectonique dans la lithosphère cultu­relle » (DeBevoise, 2014, p. 270). À la fin des années 1970, l’État a impulsé la création d’hôtels, de restaurants et de boutiques touristiques, nécessitant une décoration et un stock d’art à vendre, et créant ainsi de nouvelles opportunités pour les artistes (DeBevoise, 2014, p. 270). Dans les années 1980, des collectionneurs et galeristes étrangers, mais aussi quelques Chinois grands amateurs d’art, constituaient à eux seuls les uniques possibilités de marché pour les artistes. En juillet 1991, la première galerie commerciale, Redgate Gallery, ouvre ses portes dans le China World Hotel dirigé par un Australien. C’est la première fois que l’art contemporain chinois et les institu­tions chinoises deviennent visibles. En 1992, la Artist Gallery à Guangzhou participe à la foire d’art Art Asia Hong Kong. La Biennale de Venise de 1993, organisée par Achille Bonito Oliva, accueille douze artistes chinois. L’exposition Inside Out : New Chinese Art, organisée par Gao Minglu à New York en 1998 et à San Francisco l’année suivante joue égale­ment un rôle majeur (DeBevoise, 2014, p. 273). Cette tendance culmine une décennie plus tard, en 1999, au cours de la 48e Biennale de Venise organisée par Harald Szeemann, lorsque sont présentés dix-neuf artistes venus de Chine. Le marché de l’art se développe également considé­rablement dans les années 1990. La première vente aux enchères d’art contemporain chinois a lieu en 1996. 1996 est également une année charnière pour la commer­cialisation de l’art en Chine comme en témoignent deux autres événements : l’ouverture de la Shanghart Gallery sur la mezza­nine de l’Hôtel Portman à Shanghai par un citoyen suisse, Lorenz Helbling, et la fondation de la Courtyard Gallery à Pékin par l’avocat d’origine américaine, Handel Lee (DeBevoise, 2014, p. 272). La même année, la première Biennale de Shanghai s’ouvre et ne présente que des artistes venus de Chine.

10La transformation du monde de l’art chinois est le reflet des changements du pays dans son ensemble. Le 31 mars 2006, la vente aux enchères d’art asiatique contemporain à Sotheby’s New York constitue un tournant. Si les prix de l’art contemporain chinois en vente aux enchères commencent à grimper dès le début des années 2000, ils explosent après 2006 (DeBevoise, 2014, p. 1). Comme en témoigne la forte demande d’œuvres d’artistes chinois, l’art contemporain chinois est finalement devenu un grand commerce, même à l’étranger. Si initialement la Chine manquait cruellement d’institutions adaptées, on assiste depuis les années 2010 à l’ouverture de nombreuses nouvelles institutions en Chine continentale. Il existe aujour­d’hui de nombreuses maisons d’enchères et des centaines de galeries d’art contemporain en Chine. De plus, les artistes expérimentaux, une fois exclus des plates-formes d’exposition traditionnelles, montrent de plus en plus souvent leur travail dans des espaces subventionnés par le gouver­nement (DeBevoise, 2014, p. 274). Pour résumer, ce développement s’apparente au passage progressif d’une structure centralisée et subvention­née par le gouvernement de soutien et de contrôle des arts, à un système diversifié de plus en plus tributaire des incitations monétaires, des entrepri­ses privées et du marché de l’art (DeBevoise, 2014, p. 270). Au cours des dix dernières années, le champ artistique chinois a dans une large mesure été façonné et affecté par les forces du marché, les ventes aux enchères et les collectionneurs privés (Smith, 2013, p. 480).

Figure 1 – La part de marché des États-Unis, du Royaume-Uni et de la Chine de 2006 à 2015

Figure 1 – La part de marché des États-Unis, du Royaume-Uni et de la Chine de 2006 à 2015

Mc Andrews, 2016, p. 25

11L’importance de la Chine est confirmée également par les données sur le marché mondial de l’art, selon lesquelles le pays a connu une croissance rapide autour de 2010. La part de la Chine dans le marché mondial de l’art est passée de 9 % en 2008 à 23 % en 2010, puis à 30 % en 2011, dépassant ainsi la part de 29 % des États-Unis (voir figure 1). Le marché des enchères chinois a augmenté de 177 % en 2010 seulement et de 64 % en 2011 (Mc Andrew, 2012). Parmi les cinq artistes les plus demandés dans les ventes aux enchères en 2011, on comptait trois chinois. Le chinois Zhang Daqian, pein­tre de paysages, a même volé à Picasso la place d’artiste au plus gros chiffre d’affaires. Le tableau vendu le plus cher de l’année lors d’une enchère a été peint par Qi Baishi (Artprice, 2012).

12Cependant, ce boom a rapidement pris fin. Entre 2012 et 2014, la part de la Chine sur le marché mondial de l’art est retombée à 22 % (Mc Andrew, 2015). Les prix se sont également considérablement effondrés, illustrant la volatilité du marché de l’art dans les régions émergentes. En 2015, la Chine a retrouvé sa troisième place, avec une part de 19 % du marché mondial de l’art en valeur, les États-Unis et le Royaume-Uni ayant respectivement des parts de 43 % et 21 % (Mc Andrew, 2016). Mais en dépit de cet effon­drement, la Chine reste le nouveau marché de l’art le plus important, à la fois en termes de volume et de l’importance des acheteurs internationaux.

Hong Kong, laboratoire de la mondialisation

13Hong Kong a un statut à part dans la question de la mondialisation. Cette ancienne colonie de la couronne britannique, faisant de nouveau partie de la République populaire de Chine depuis 1997, constitue, avec Pékin et Shanghai, le centre du commerce de l’art chinois. « Si la Chine s’est ouverte à la concurrence étrangère en 2001 en tant que membre de l’OMC, des restrictions demeurent et les maisons d’enchères étrangères n’ont pu s’installer en Chine continentale que très récemment à cause de nombreuses difficultés, comme les restrictions commerciales et les questions monétaires. La plupart des entreprises étrangères ont donc choisi Hong Kong pour accéder au marché de l’art chinois » (Mc Andrew, 2013, p. 99). Hong Kong fait en effet figure de passerelle vers la Chine, de plaque tournante où le commerce d’œuvres d’art est peu réglementé et n’est pas soumis à des taxes d’importation. Les chiffres des enchères sont éloquents : en 2013, 29 % des ventes en valeur ont eu lieu à Hong Kong et 71 % en Chine continentale (Mc Andrew, 2014, p 120). Hong Kong s’est également développée au-delà de ce simple statut : aujourd’hui, la ville est l’un des quatre plus grands centres du commerce de l’art dans le monde (Amma et Artprice, 2015).

14Le développement de Hong Kong, tout comme celui de la Chine, s’est accéléré au cours la dernière décennie. Et comme en Chine, les autorités étatiques ainsi que les acteurs étrangers ont joué un rôle central dans le développement du monde de l’art local. La municipalité mène depuis long­temps une politique délibérée de promotion et de financement des institu­tions culturelles, et est donc à l’origine de l’apparition d’un marché de l’art dynamique. En revanche, le positionnement de la ville comme centre de création de la région Asie-Pacifique et métropole culturelle mondiale date d’une dizaine d’années seulement. Si les maisons de vente Christie’s et Sotheby’s figurent parmi les pionniers du marché émergent de l’art à Hong Kong où ils s’installent respectivement en 1973 et 1989 (Köfeler, 2016), d’importantes galeries d’Amérique du Nord et d’Europe ont également développé des succursales à Hong Kong depuis la fin des années 2000, comme Gagosian en 2008 ou White Cube, Perrotin et Pace en 2012. En 2011, il est annoncé publiquement que l’organisateur de la probablement plus grande foire d’art international, l’Art Basel, vient de racheter l’opérateur de la Hong Kong International Art Fair. Deux ans plus tard, fin mai 2013, la foire, renommée Art Basel Hong Kong pour l’occasion, est organisée pour la première fois sous la direction de l’Art Basel. Une ville qui semblait jusqu’alors inconnue de la carte du monde de l’art se retrouve tout d’un coup sous les projecteurs internationaux. Suite à l’expansion l’Art Basel de Hong Kong, présentée par la direction comme « une activité habi­tuelle », la métropole chinoise devient un lieu clef du marché de l’art international et du champ artistique.

15Par ailleurs, la composante privée du marché de l’art est également en plein essor à Hong Kong, et ce, grâce au soutien de la ville. Des organismes gouvernementaux tels que CreateHK ou InvestHK cherchent à encourager l’économie de l’art. Ils soutiennent les galeries d’art et des entreprises internationales intervenant dans ce domaine en insistant sur l’intérêt de faire du commerce d’objets d’art à Hong Kong, en rappelant que la ville compte parmi sa population trois millions des personnes à valeur nette élevée en Asie et les soixante milliardaires de la Chine continentale (Köfeler, 2016).

16Au cours des dernières années, on observe également une évolution dans les établissements scolaires de Hong Kong. Créé en 1957, le département des Beaux-Arts à l’Université chinoise était jusqu’à récemment le seul endroit permettant d’étudier les arts. Désormais, plusieurs universités publiques comme l’École de Creative Media (2002) ou l’Académie des arts visuels de l’Université baptiste de Hong Kong (2006) ont été créées. Des coopérations avec des établissements d’enseignement privés et publics occidentaux comme Savannah School of Art and Design (2010) et des espaces de connexion comme Zürcher Hochschule der Künste (ZHDK) (2013) ont également été mis en place. En outre, de plus en plus d’espaces d’art ont pris de l’importance dans la ville. Des lieux comme Para/Site (1996), Artist Commune (1997), la Space (1998), Asia Art Archive (AAA) (2000) et Spring Workshop (2011) ont mis l’accent sur la promotion de discours critiques autour des arts (Köfeler, 2016).

17Les maisons de ventes aux enchères, les galeries, les artistes, les collec­tionneurs et les conservateurs, ainsi que le district culturel de West Kowloon aménagé pour plusieurs milliards de dollars, tout comme l’ouverture prochaine et majeure du Museum Plus (M+) ont fait de Hong Kong un centre émergent du marché international de l’art et de la scène artistique. Tandis que le monde de l’art en Chine continentale connaît toujours des restrictions et régulations politiques importantes de l’expression artistique – pensons à la censure d’œuvres à connotations sexuelles ou politiques – et que son marché de l’art souffre d’un poids considérable en raison d’impôts lourds, surtout en matière d’importation d’œuvres, Hong Kong se distingue par une politique culturelle relativement libérale grâce à l’autonomie partielle accordée par Bejing. Néanmoins, l’influence de la Chine continentale pèse toujours sur le développement des institutions clés du monde artistique. Cela explique notamment le grand retard pris par la mise en place du Museum Plus, comme nous l’a souligné son ancien directeur au cours d’un entretien. D’un autre côté, les interlocuteurs rencontrés à Shanghai ont porté un regard critique sur la vie artistique de Hong Kong, qui se trouve à leurs yeux soumis à une logique de commercialisation telle que l’aspiration à l’autonomie artistique y serait de plus en plus réduite.

Quels regards sur la mondialisation ?

18Cette brève rétrospective nous montre que Hong Kong est devenue non seulement un des plus grands centres du commerce de l’art dans le monde aux côtés de New York, Londres et Pékin, mais a également atteint le statut de carrefour majeur de l’Asie et de passerelle vers la Chine. De par la concur­rence de différents acteurs en un même lieu et de l’émergence relativement récente du champ, cette métropole constitue le cadre idéal-typique d’une étude de cas. Les conditions, les structures et processus nationaux comme internationaux du champ artistique « jusque dans ses limites » peuvent y être examinés de manière exemplaire. C’est précisément aux limites d’un champ que les règles du jeu sont renégociées, que les pratiques et les comportements sont redéfinis. Aussi, analyser les motiva­tions des acteurs dans la ville de Hong Kong devrait permettre d’obtenir un aperçu de la concurrence dans un champ donné, des luttes pour la définition légitime de ce que doit être l’art et de comment il doit être approché.

19Les développements économiques observés n’ont, par conséquent, qu’une importance secondaire pour notre étude. Il importe au contraire de décrire et d’analyser la mondialisation comme un phénomène aussi bien économique que culturel, à l’aide d’une approche multidimensionnelle.

20L’amorce puis l’accélération de la mondialisation du marché de l’art à Hong Kong et en Chine, qui sont clairement le résultat de l’hégémonie américano-européenne sur le marché de l’art, ont eu lieu de manière radicalement différente selon un processus socio-historique de constitution de conditions culturelles préalables en Asie de l’Est. Par conséquent, la Chine et notam­ment Hong Kong en tant qu’épicentre peuvent tenir lieu de laboratoire de la mondialisation et permettre de comprendre la structure, le mode de fonctionnement et les dynamiques de ce domaine spécifique de la production et de reproduction sociales. Ces processus sont particulièrement éclairants étant donné que l’émergence et l’existence d’une sphère de l’art se caractérisent par un contexte culturellement très spécifique, qui détermine fondamentalement la nature du marché.

21Cet article confronte plusieurs regards sur la mondialisation. Il importe tout d’abord de comprendre le point de vue des acteurs du champ artistique. Quelles sont les motivations des acteurs occidentaux qui s’intéressent au marché de l’art et, le cas échéant, à celui d’un pays étranger ? Quelles raisons ont-ils de développer leurs activités en Chine ? Comment évaluent-ils leurs homologues, leurs opportunités de marché, les pratiques commer­ciales en vigueur – et donc implicitement les règles de l’art dans ces champs artistiques lointains ? Et de l’autre côté, quel regard portent les acteurs locaux sur les transformations en Chine et à Hong Kong ? Notre analyse se fonde sur des entretiens menés auprès d’une centaine d’individus actifs dans le monde de l’art – artistes, galeristes, directeurs de musées, collectionneurs, journalistes – rencontrés à Hong Kong, Shanghai, Beijing et Singapour. Il s’agissait aussi de s’interroger sur les conséquences de l’ouverture écono­mique d’un pays après des décennies d’isolement et sur la réorientation culturelle qui en découle. Quel genre de malentendus « productifs » surgit alors entre la conception traditionnelle de l’art et les structures « occiden­tales » de médiation et d’évaluation de l’art ? Comment les divergences et convergences interculturelles sont-elles construites, actées et symbolisées ? Quelle est la dynamique de l’assimilation des codes esthéti­ques et des modes de consécration occidentaux de l’art dans les schèmes culturels autoch­tones ? En quoi et de quelle façon assiste-t-on à une forme d’hybridation originale ? Comment cela est-il thématisé et légitimé par les acteurs du monde de l’art local ?

Occupations territoriales prospectives : regards occidentaux sur une « terra incognita » du monde de l’art

22Comme indiqué ci-dessus, le développement du monde de l’art en Chine et à Hong Kong a attiré de nombreux acteurs et institutions du monde de l’art occidental cherchant à pénétrer cette région en y développant leurs activités. Comme on pouvait s’y attendre, l’appel des sirènes prétendument lucratif du marché de l’art chinois a stimulé l’imagination des acteurs du commerce de l’art occidental. Pour les galeristes interrogés au cours de notre enquête à l’Art Basel de Bâle, la mondialisation du marché était déjà un thème majeur. Tous abordaient de manière récurrente au cours leurs entretiens les différents points qui vont suivre.

  • 2 Les personnes interrogées estiment également que l’Amérique latine va continuer à prendre de l’impo (...)

23Les opinions exprimées par les plus grands galeristes représentés à l’Art Basel de Bâle révèlent un pronostic remarquablement clair sur l’évolution future du marché et sur les possibilités de commercialisation de l’Occident en Orient. Tous semblent être convaincus que le gros du marché des objets d’art se fera désormais en Asie, et ce dans un délai relativement court. Cette analyse se fonde sur leurs prévisions de développement du marché de l’art. Il est intéressant de noter que les galeristes et marchands d’art interrogés considèrent que c’est essentiellement la demande qui influe sur le dévelop­pement du monde de l’art. Selon eux, le futur marché de l’art sera « fortement » déterminé par de nouveaux types de collectionneurs (62 %) et de nouveaux groupes d’acheteurs (59 %). À quelle autre région géogra­phique cela pourrait-il mieux s’appliquer qu’à l’Asie de l’Est et du Sud-Est ? Selon les personnes interrogées, il n’est donc pas surprenant que les centres de l’Extrême-Orient seront amenés dans le futur à gagner en importance sur le marché mondial de l’art, avec en tête Hong Kong (85 %), Shanghai (58 %) et Séoul (52 %)2.

24Dans leurs déclarations, de nombreuses personnes interrogées expriment une sorte d’acceptation fataliste de ces transformations apparemment inévitables. Pour eux, cela signifie qu’ils doivent soit s’implanter dans ces marchés émer­gents, soit céder leur activité à des acteurs locaux. « Il faut absolument y aller », déclare un galeriste suisse au cours d’un entretien, « c’est le marché de l’avenir ». Ne pas s’engager sur ce chemin reviendrait à ne pas prendre part aux opportunités de marché. Un célèbre galeriste de Londres s’exprime ainsi :

« De plus en plus souvent, les collectionneurs les plus aventureux vont débarquer là-bas et s’intéresser à l’art occidental. Vous savez qu’on compte 35 villes de plus de cinq millions d’habitants en Chine. Et d’ici cinq à dix ans, je pense qu’il y aura un musée dans chacune de ces villes, un musée d’art contemporain. C’est évident. »

25Voilà pourquoi les maisons d’enchères, les galeristes et marchands d’art s’implantent en Asie, malgré leur enthousiasme contenu. D’après toutes les personnes interrogées, la relocalisation à venir, mais déjà entamée, du marché mondial de l’art est un fait accompli. Tous sont également convain­cus que ce processus sera accompagné de toutes sortes de contra­dictions et d’ambivalences. Les personnes interrogées font des récits différents des difficultés rencontrées au cours de l’importation et de l’exportation de biens symboliques au travers de frontières culturelles très conflictuelles. Ils évoquent non seulement la difficulté d’exporter de l’art occidental en Asie, mais aussi leur propre incapacité à comprendre une culture différente. Selon l’aveu d’un galeriste, des étapes devront être franchies en profondeur sur ce « territoire complètement étranger ». Un galeriste autrichien insiste sur ce point :

« Je ne suis pas du tout familier avec la région asiatique. Je n’y voyage que rarement parce que ça me donne l’impression d’être un impérialiste et un colon, et parce que je n’ai pas la moindre idée de ces pays, alors à quoi bon m’y rendre ? Je n’y comprends rien, alors je participe juste à une foire de temps à autre sur place. Quel est intérêt ? Où que j’aille, il faudrait que je passe des semaines sur place pour savoir si la culture m’intéresse ou non, comprendre ce que le pays produit, ce qu’il fait et comment. Mais je n’ai pas le temps, car il y a tout simplement beaucoup d’autres domaines qui m’intéressent. Il existe des spécialistes dans ce domaine, je les admire et trouve incro­yable ce qu’ils font, mais je pense qu’il ne faut pas avoir trop de chevaux de bataille à la fois. Donc, je dois reconnaître que je suis un peu dépassé par cette mondialisation. »

26D’autres acteurs insistent également sur ce qui est selon eux une caractéristique de ce marché émergent : l’écart qui existe entre le pouvoir d’achat économique et la compétence culturelle dans le traitement de l’art contemporain. Ce n’est pourtant pas l’incompréhension personnelle d’une région inconnue qui est mise en avant au cours des entretiens ; c’est plutôt la méconnaissance ou le manque de capital culturel des collectionneurs locaux qui sont soulignés. Les personnes interrogées déplorent l’absence de culture du collectionneur, qui empêche le développement d’un marché primaire.

27On retrouve ici le modèle bien connu de distinction sociale au sein de la communauté des amateurs d’art, ainsi que les différentes variantes du même thème de l’opposition entre « une vieille fortune » et un capital culturel ancien d’une part et de l’« argent neuf » et un mouvement d’ascension sociale suivi d’aspirations culturelles de l’autre. Ce motif est ici converti en opposition Occident-Orient dans le champ artistique international. Généra­lement, les arguments fournis s’appuient sur une forme de psychologie sociale improvisée de la classe des « nouveaux riches », qui tenteraient d’étayer leur demande de statut social et de légitimité en acquérant de manière ostentatoire des produits de luxe, et plus particulièrement des œuvres d’art.

28Cette analyse se base sur une sorte de principe culturel évolutif selon lequel il n’est que question de temps entre le moment où le « nouveau riche » d’un pays émergent cherche à satisfaire son attrait pour le luxe et celui où il en vient » naturellement » à s’intéresser aux biens culturels artistiques les « plus élevés », « non seulement aux siens propres », mais aussi à l’art reconnu à l’échelle internationale. Un modèle transculturel ou mondial de la distinction élitiste est ainsi affirmé. Il existe une forme supérieure d’acquisition de la culture, celle pratiquée par les classes supérieures européennes, et ce modèle sera tôt ou tard suivi par tous les autres membres de la classe transnationale des privilégiés économiques. Un collectionneur d’art suisse s’exprime ainsi :

« Avant, c’était en Amérique que disparaissaient les grandes œuvres, aujourd’hui, c’est en Asie. Si l’on pense par exemple à l’Inde mainte­nant, il faudra certainement attendre une nouvelle décennie pour que le pays entre sur le marché. Mais ces pays émergents vont certaine­ment devenir des acteurs importants du marché. J’en suis convaincu. Aujourd’hui, les Chinois achètent des montres de luxe ; dans quelques années, ce sera des œuvres d’art. Le marché de l’art est tout autant affecté par la mondialisation que les autres marchés, c’est plus que certain. »

29Les acteurs issus de pays occidentaux font sans cesse remarquer au cours de leurs entretiens que les collectionneurs et le grand public en Asie sont encore dans une phase d’apprentissage afin de rattraper leur retard de dévelop­pement, résultant de circonstances socio-historiques spécifiques. Dans la même veine, un critique d’art fait le lien entre la nouvelle richesse et l’éveil de l’amour de l’art.

« Il existe une nouvelle couche de gens très riches qui veulent de l’art. C’est un développement logique, les gens finissent toujours par exprimer leur intérêt pour l’art ; et nous en sommes à ce stade. »

30Dans le même temps, les personnes interrogées font régulièrement référence aux différences contextuelles fondamentales entre d’un côté le champ artistique occidental, ses institutions caractéristiques et ses professionnels, qui sont le produit d’une croissance historique sur le long terme, et de l’autre le champ artistique émergent en Chine et à Hong Kong, « encore très axé sur le marché », « dominé par les catalogues de ventes et les maisons d’enchè­res », selon les mots d’un collectionneur d’art en entretien. La prédominance des maisons d’enchères s’accompagne d’une relative marginalité des gale­ries dans cette région. Selon les collectionneurs occidentaux interrogés, il est plus qu’évident que, compte tenu d’un retard socio-historique majeur dans le développement de structures autonomes du champ artistique en Chine et à Hong Kong et de l’absence d’un réseau efficace d’institutions compétentes, on ne peut espérer que le retard dans la compréhension du marché de l’art occidental et de ses règles soit rattrapé rapidement. Cela vaut particulière­ment pour la culture très peu développée des galeries, qui sont pourtant le cœur du système d’exploitation de l’art moderne et contem­porain.

31Finalement, l’image renvoyée est celle d’un pays à peine développé, pour ne pas dire « sous-développé », en matière d’art contemporain. Si d’un côté, il semble que le retard soit en train d’être rapidement comblé, de l’autre, parais­sent émerger des dynamiques de réception de l’art et de collection de l’art complètement différentes, en raison de la faible synchronisation entre un marché de l’art au chiffre d’affaires élevé et un fragile réseau d’insti­tutions intermédiaires du champ artistique.

32Selon les personnes interrogées, le faible réseau de galeries est à l’origine d’une orientation forte sur le marché des acheteurs et de la priorité accordée aux ventes aux enchères. En revanche, pour les observateurs occidentaux, cette faible synchronisation ne semble guère constituer un problème, car la majorité d’entre eux envisage la région comme un terrain ouvert aux acteurs du marché de l’art établis en Occident, un terrain riche en opportunités qui ne peuvent être mises à profit sans l’esprit pionnier correspondant.

33Au cours des entretiens enregistrés à propos du développement de la Chine et de ses alentours, aucun de nos interlocuteurs n’a exprimé le désir ou l’espoir de rencontrer des artistes, de découvrir leur art ou de trouver les traces d’une culture et d’une esthétique étrangère. Personne n’a parlé de curiosité ou d’opportunité de découvrir de nouvelles formes inconnues d’expres­sion artistique, pas même dans le cadre de l’Art Basel à Hong Kong, où, selon les organisateurs, la moitié des galeries venaient de pays d’Asie, depuis la Turquie jusqu’à l’Australie. Personne n’a évoqué la possibilité que cette interface au sein du futur hub de Hong Kong facilite les échanges entre deux sphères culturelles et conduise à des importations et exportations réciproques d’objets d’art. Personne n’a envisagé la possibilité de revitaliser le marché intérieur avec le sang frais des jeunes artistes contemporains chinois ou de permettre à ces derniers de trouver de nouvelles pistes de commer­cialisation parmi les collectionneurs occidentaux. Les idées recueil­lies lors des différents entretiens avec des acteurs occidentaux du monde de l’art ont confirmé l’impression initiale qu’une occupation territoriale de continents lointains avait été entreprise comme au temps de la colonisation. Son objectif principal serait de conquérir des marchés de vente.

Esprits pionniers : regard des locaux sur le monde dynamique et évolutif de l’art

  • 3 Il est nécessaire de mettre l’accent sur ce que tous les acteurs du monde de l’art en Chine comme e (...)

34Mais à quoi ressemblent ces circonstances et phénomènes lorsqu’on y regarde de plus près ? Comment sont-ils vus, interprétés et jugés par les acteurs et experts locaux ?3 À quelles pratiques sociales complexes, à quels contextes culturels se rapportent ces données apparemment objectives sur le marché de l’art et les dynamiques qui l’accompagnent ? La question revient à savoir si l’incroyable croissance du marché de l’art chinois ne pourrait pas s’avérer être un feu de paille, dont les effets de rayonnement impres­sionnants diminueraient au fur et à mesure que l’on s’en rapprocherait. Bien d’autres questions fondamentales doivent être posées sur la scène artistique locale en tant que telle, sur son statut et son importance au sein du marché de l’art mondial sans cesse évoqué.

35Si l’on en croit les déclarations des acteurs locaux – artistes, galeristes, collectionneurs ou journalistes –, la Chine et Hong Kong ont réussi à devenir partie intégrante du monde de l’art international. La visibilité du pays sur le champ artistique mondial est surtout liée à la forte croissance du marché de l’art et aux prix élevés atteints sur ce marché. Sur ce point, toutes les personnes interrogées s’accordent et y voient toutes quelque chose de positif. Rien d’étonnant, puisqu’il s’agit principalement, quoique non exclusi­vement, des acteurs de ce marché. Même pour un artiste originaire d’Hong Kong, le marché a des effets positifs :

« L’accent est surtout mis sur l’achat et la vente, en raison de l’impor­tance écrasante du marché. Mais, pour être honnête, c’est aussi une manière d’informer le grand public sur l’art, car le marché de l’art a attiré une grande couverture médiatique. C’est donc l’occasion ou jamais d’éduquer, il me semble. »

36Dans cette déclaration, mais dans bien d’autres aussi, le marché de l’art est même considéré comme un allié du processus d’autonomisation du champ artistique contemporain chinois par rapport aux institutions étatiques, impré­gnées pour la plupart d’idées et de conceptions très traditionnelles de l’art. Grâce au marché de l’art en constante évolution, une scène artistique a pu se développer indépendamment et en dehors du patronage de l’État.

37Mais l’évolution positive sur le plus long terme est en partie entravée par les difficultés considérables que rencontrent les institutions artistiques étatiques. Les acteurs se plaignent de manière récurrente du manque de musées pu­blics, de salles d’exposition, de fondations non commerciales et d’établis­se­ments à but non lucratif, qui permettraient d’accroître la visibilité de l’art chinois.

38« Nous ne disposons pas encore de musées », se plaint un conseiller d’art de Hong Kong au cours d’une interview. Il poursuit : « Il faut dire que nous manquons à Hong Kong de nombreuses choses extrême­ment basiques, mais essentielles pour créer ce que l’on appelle une scène artistique. »

39Toutes les personnes interrogées rappellent à l’unisson qu’il est absolument nécessaire de développer une telle infrastructure afin de permettre à la scène artistique chinoise d’acquérir un statut international. Le processus d’institutionnalisation sur le long terme, tel que nous le connaissons en Occident, n’en est qu’à ses débuts en Chine. Même les établissements existants tels que les académies ne sont pas encore passés par les différentes phases de développement historique comme c’est le cas pour leurs homolo­gues en Occident. C’est pourquoi les comparaisons avec l’Europe du début du XXe siècle sont fréquentes.

40Comme en Europe, un véritable champ artistique ne peut être conçu ex nihilo et en peu de temps. L’accumulation de richesse, la demande qui en découle, ou même la régulation étatique, ne sont pas suffisantes. Il doit au contraire se construire sur le long terme, grâce aux efforts et investissements collectifs de tous les acteurs ayant intérêt à y participer. Ce n’est pas parce que ces dernières années le commerce mondial de l’art a fait son plus grand chiffre d’affaires en Chine, que l’on peut en conclure que des espaces reconnus internationalement pour la consécration et la distribution de l’art ont été mis en place parallèlement. Le succès sur le marché mondial de l’art ne s’accom­pagne pas automatiquement de la reconnaissance du lieu comme d’un champ artistique transnational. « Ce que l’argent ne peut pas acheter » est précisé­ment ce capital symbolique spécifique : tant qu’il n’a pas été consacré, un lieu ne peut pas devenir espace de consécration ; sans aura, aucune aura ne peut être transmise, sans magie, pas d’enchantement.

  • 4 Voir DeBevoise (2014) pour l’histoire du marché de l’art en Chine et son rapport à l’État. Voir Kha (...)

41C’est précisément cette situation qui a été évoquée à plusieurs reprises par les personnes interrogées basées en Chine et à Hong Kong. Certes, le marché de l’art est en plein essor, certes la région occupe l’une des premières places sur le marché mondial de l’art, il n’en demeure pas moins qu’elle ne joue qu’un rôle secondaire dans le champ artistique international. Voilà ce sur quoi les personnes interviewées ont insisté. La région n’a pas les institutions nécessaires à la constitution d’un champ artistique autonome et à l’exercice de pouvoirs de consécration. Qui plus est, contrairement à certains des pays émergents d’Amérique latine par exemple, la Chine, et dans une plus grande mesure Hong Kong, ne bénéficie pas – ou désormais dans une très faible mesure – d’un solide réseau national de galeries d’art contemporain, de maisons d’enchères et de collectionneurs, de musées publics et privés, de biennales et foires d’art, de conservateurs, de critiques d’art ainsi que d’autres acteurs et groupes professionnels importants. Pour certains, cette situation s’explique par l’histoire politique spécifique de la Chine. Ce n’est pas seulement le marché de l’art, c’est l’ensemble de la scène artistique qui s’est retrouvée dans un état de flottement et de soumission à la surveillance et au contrôle étatique avant l’ouverture du pays4. La croissance rapide du marché de l’art et de la scène artistique ne date que du tournant du siècle.

42L’image qui en découle est donc celle d’un champ développé selon les forces du marché dans des échanges avec les acteurs locaux. Cela vaut également pour les institutions et les acteurs occidentaux, qui se multiplient en Asie. Tout ce qui rend le champ artistique plus visible et plus mature est associé positivement aux idées et activités propres au champ artistique. Ce n’est pas le fruit de l’imagination de quelques-uns, c’est un simple fait pour ceux qui participent au marché. Une institution telle que la foire Art Basel Hong Kong apporte une réelle visibilité à une ville relativement inconnue dans le domaine des arts. Mettre en relation Hong Kong avec le champ artistique international représente par ailleurs un réel avantage pour nombre d’acteurs ; c’est pourquoi les galeries internationales et l’Art Basel font figure d’alliés dans le processus d’élaboration d’une conception artistique, nourrie des esthétiques mondiales et contemporaines. Cette esthétique orientée vers l’art contemporain, proposant une conception différente de l’authenticité et de l’originalité, prend ses distances avec l’art traditionnel, subventionné par l’État.

Conclusion : des approches fondamentalement divergentes

43Le tableau dressé au fil des entretiens menés auprès de galeries représentées à l’Art Basel de Bâle et auprès d’autres acteurs occidentaux est profon­dément ambivalent, voire contradictoire. Comme dans les cas « d’occupation territoriale » de continents lointains par des colonisateurs occidentaux et missionnaires chrétiens, on observe un mélange de sensibilités et de motivations très différentes les unes des autres, et parfois même opposées. D’un côté, il y a les promesses de « trésors » et d’opportunités de marché qui attendent à l’autre bout du monde, qui doivent être rapidement saisies. De l’autre, il y a les incertitudes d’un monde étranger, dans lequel les règles coutumières du champ artistique se heurtent à des dispositions culturelles radicalement différentes.

44Contrairement aux acteurs occidentaux du monde de l’art, qui perçoivent généralement cette région comme un simple marché à conquérir, les acteurs asiatiques sont directement impliqués dans les multiples et divers mondes de l’art de différents pays, régions et cultures asiatiques, dont le développement constitue leur objectif premier. L’esprit pionnier semble également les inspirer, mais d’une manière différente. Pour eux, à la différence des Occidentaux, cette région du monde n’est pas un territoire inconnu regor­geant de trésors et de possibilités de négoce attendant d’être découvert ; pour eux, c’est plutôt un monde de l’art déjà extrêmement vivant en soi, mais actuellement en plein développement et épanouissement, auquel nombre d’entre eux participent déjà ou souhaitent participer.

45Cette divergence fondamentale dans les positions et les approches des deux groupes présents sur le marché de l’art en pleine expansion de Hong Kong entraîne des difficultés de communication importantes. Si, en apparence, les acteurs parlent du même objet, pour les uns, il s’agit d’un terrain dont l’occupation par des acteurs internationaux établis est synonyme de profit, pour les autres, il s’agit d’un lieu autochtone et fleurissant, d’un site de production artistique locale et régionale. Ceux qui sont directement impli­qués en tant que galeristes ou collectionneurs dans le marché de l’art local ou régional ont tendance à adopter un point de vue respectueux, à tenir compte des particularismes culturels de chaque région, à déterminer et distinguer les différentes traditions et codes esthétiques spécifiques. La vision générale de ces marchés lointains manque de compréhension culturelle et de sensibilité.

46Selon nous, ces différentes prises de position se basent également sur ce qui se passe sur le terrain dans l’une des régions émergentes d’Asie. Si les niveaux auxquels les processus sont décrits ne sont pas clairement diffé­renciés, des malentendus profonds risquent de se glisser dans la compréhen­sion d’un concept aussi établi que celui de mondialisation. Il est nécessaire notamment de faire la distinction entre les différents récits sur le monde de l’art selon le niveau structurel auquel ils font référence. Parlons-nous du marché de l’art en tant que tel ou du champ artistique lorsqu’on évoque la contemporanéité et la mondialisation du monde de l’art ? Si l’on considère l’état du marché de biens symboliques artistiques déjà existant et en pleine expansion et que l’on prend pour indicateur le chiffre d’affaires explosif des maisons d’enchères en Chine et à Hong Kong, le concept de mondialisation semble être parfaitement adapté. Mais si l’on s’interroge au contraire sur les structures sociales dans le champ de la production et de la consécration de l’art, sur le processus de légitimation et d’aura, sur la promotion des carrières d’artistes par le biais d’instances de consécration et de certaines procédures d’enseignement reconnues, on découvre une réalité clairement différente, beaucoup plus complexe et même contradictoire.

47Dans ce contexte, il est important de prendre en compte le mode de dévelop­pement spécifique à la Chine et à Hong Kong, qui s’oppose au processus d’autonomisation de l’art dans l’Europe du XIXe siècle. À Hong Kong, le marché a rapidement atteint une certaine envergure, donnant une visibilité mondiale à la ville, reconnue comme plaque tournante de l’art, mais ce marché ne semble pour l’instant que peu s’intéresser aux artistes et producteurs locaux. Hong Kong est un lieu d’une certaine manière occupé par des acteurs occidentaux tels que des maisons d’enchères, des galeries d’art ou, et ce n’est pas le moindre, par la foire d’art Art Basel, des acteurs ayant une compréhension habituelle des règles occidentales de l’art et ayant le pouvoir d’imposer à ce nouveau champ émergeant leurs règles du jeu importées. C’est seulement dans un second temps que s’établit progres­sivement un champ artistique de production propre et qu’il est rendu visible par la formation d’espaces off, la promotion d’ateliers, de galeries, de conservateurs et d’établissements d’enseignement locaux. À Hong Kong, c’est le champ de la production locale et plus ou moins autonome qui est à la traine du marché, à la différence de la France du XIXe siècle, où le marché de l’art s’est développé comme extension successive d’un champ artistique déjà existant.

Haut de page

Bibliographie

AMMA, ARTPRICE, 2015, The art market in 2014, Saint-Romain-au-Mont-d’Or.

APPADURAI Arjun, 1996, Modernity at large. Cultural dimensions of globalization, Minneapolis, University of Minnesota Press.

ARTPRICE, 2012, Art market trends 2011, Saint-Romain-au-Mont-d’Or.

BELTING Hans, BUDDENSIEG Andrea (eds.), 2009, The global art world. Audiences, markets, and museums, Ostfildern, Hatje Cantz.

BELTING Hans, BUDDENSIEG Andrea, WEIBEL Peter (eds.), 2013, Global contemporary and the rise of new art worlds, Cambridge, The MIT Press.

BENJAMIN Walter, 1991, « Paris, capitale du XIXe siècle », in Walter Benjamin, Gesammelte Schriften V: Das Passagen-Werk, Frankfurt am Main, Suhrkamp, p. 60-77.

BHABHA Homi K., 1994, The location of culture, London, Routledge.

BOURDIEU Pierre, 1992, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil.

BOURDIEU Pierre 2013, Manet. Une révolution symbolique. Cours au Collège de France (1998-2000), Paris, Seuil.

BRAUDEL Fernand, 1990, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Armand Colin.

CAILLOIS Roger, 1938, Le mythe et l’homme, Paris, Gallimard.

DEBEVOISE Jane, 2014, Between state and market. Chinese contemporary art in the post-Mao era, Leiden, Brill.

BUCHHOLZ Larissa, 2008, « Feldtheorie und Globalisierung », in Beatrice von Bismarck, Therese Kaufmann and Ulf Wug­genig (eds.), Nach Bourdieu: Visualität, Kunst, Politik, Wien, Turia + Kant, p. 211-238.

BUCHHOLZ Larissa, 2016, « What is a global field? Theorizing fields beyond the nation-state », The Sociological Review Monographs, 62 (2), p. 31-60.

HALL Stuart, 2003, « Créolité and the process of creolization », in Okwui Enwezor et al. (ed.), Créolité and creolization. Docmenta11_Platform3, Ostfildern, Hatje Cantz, p. 27-41.

HARRIS Jonathan (ed.), 2011, Globalization and contemporary art, Malden, Wiley-Blackwell.

HELD David, MCGREW Anthony, 2005, « The great globalization debate: an introduction », in David Held and Anthony McGrew (eds.), The global transformation reader. An introduction to the globalization debate, Cambridge, Polity, p. 1-50.

KHARCHENKOVA Kharchenkova, KOMAROVA Nataliya, VELTHUIS Olav, 2015, « official art organizations in the emerging markets of China and Russia », in Olav Veltuis and Stefano Baia Curioni (ed.), Cosmopolitan canvases. The globalization of markets for contemporary art, Oxford, Oxford University Press, p. 78-101.

KÖFELER Raphaela, 2016, Art = commodity – when the market rules art, Dissertation, University of St. Gallen.

MC ANDREW Clare, 2012, The international art market in 2011. Observations on the art trade over 25 years, Helvoirt, The European Fine Art Foundation.

MC ANDREW Clare, 2013, TEFAF Art Market Report 2013. The Global Art Market, with a focus on China and Brazil, Helvoirt, The European Fine Art Foundation.

MC ANDREW Clare, 2014, TEFAF Art Market Report 2014. The Global Art Market, with a focus on the US and China, Helvoirt, The European Fine Art Foundation.

MC ANDREW Clare, 2015, TEFAF Art Market Report 2015, Helvoirt, The European Fine Art Foundation.

MC ANDREW Clare, 2016, TEFAF Art Market Report 2016, Helvoirt, The European Fine Art Foundation.

OSTERHAMMEL Jürgen, PETERSSON Niels P., 2009, Globalization. A short history, Princeton, Princeton University Press.

ROBERTSON, Roland, 1995, « Glocalization: time-space and homogeneity-heterogeneity », in Mike Featherstone, Scott Lash Scott and Roland Robertson (eds.), Global modernities, London, Sage Publications, p. 25-44.

SCHULTHEIS Franz, 2017, « On the price of priceless goods. Sociological observations on and around Art Basel », Journal for Art Market Studies, 1 (1), p. 68-82.

SCHULTHEIS Franz, SINGLE Erwin, EGGER Stephan, MAZZURANA Thomas, 2015, When art meets money. encounters at the Art Basel, Cologne, Verlag der Buchhandlung Walther König.

SMITH Karen, 2013, « Art now China. Reinventing the Game of Art », in Hans Werner Holzwarth (ed.), Art now: vol 4, Cologne, Taschen, p. 477‑480.

STALLABRASS Julian, 2004, Art incorporated. The story of contemporary art, Oxford, Oxford University Press.

VELTHUIS Olav, BAIA CURIONI Stefano (ed.), 2015a, Cosmopolitan canvases. The globalization of markets for contemporary art, Oxford, Oxford University Press.

VELTHUIS Olav, BAIA CURIONI Stefano, 2015b, « Making Markets Global », in Olav Veltuis and Stefano Baia Curioni (ed.), Cosmopolitan canvases. The globalization of markets for contemporary art. Oxford, Oxford University Press, p. 1-28.

Haut de page

Notes

1 Il ne faut cependant pas négliger le fait que nous avons affaire à une sphère très hiérarchisée dont le centre de gravité est encore à trouver parmi les centres artistiques occidentaux, tandis que dans les régions périphériques, seules quelques régions ont été incluses dans le cadre de la mondialisation (Schultheis et al., 2015, p. 84-85 ; Velthuis et Baia Curioni, 2015b).

2 Les personnes interrogées estiment également que l’Amérique latine va continuer à prendre de l’importance, notamment Sao Paulo (68 %) et Mexico (46 %). Néanmoins, selon les galeristes interrogés, les métropoles majeures dans le monde de l’art comme New York, Londres et Paris continueront à jouer un rôle majeur.

3 Il est nécessaire de mettre l’accent sur ce que tous les acteurs du monde de l’art en Chine comme en Asie de l’Est et du Sud-Est ont exprimé à l’unisson : en tant qu’entité socio-culturelle monolithique, l’Asie n’est pas plus présente que l’Occident. Dans la lignée de Michel Leiris qui a choisi pour son grand récit de voyage ethnologique le titre révélateur de « Afrique fantôme », nous pouvons nous aussi légitimement parler dans ce contexte d’une « Asie fantôme » afin de souligner les nombreuses simplifications et distorsions ethnocen­triques appliquées à cette vaste région si éloignée de l’Occident.

4 Voir DeBevoise (2014) pour l’histoire du marché de l’art en Chine et son rapport à l’État. Voir Kharchenkova, Komarova et Velthuis (2015) à propos de l’importance actuelle des Organisations Étatiques Officielles.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – La part de marché des États-Unis, du Royaume-Uni et de la Chine de 2006 à 2015
Crédits Mc Andrews, 2016, p. 25
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/4416/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Mazzurana et Franz Schultheis, « Regards sur la mondialisation », Géographie et cultures, 97 | 2016, 165-185.

Référence électronique

Thomas Mazzurana et Franz Schultheis, « Regards sur la mondialisation », Géographie et cultures [En ligne], 97 | 2016, mis en ligne le 05 décembre 2017, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/gc/4416 ; DOI : 10.4000/gc.4416

Haut de page

Auteurs

Thomas Mazzurana

Institut de sociologie
Université de St. Gall
thomas.mazzurana@unisg.ch

Franz Schultheis

Institut de sociologie
Université de St. Gall
franz.schultheis@unisg.ch

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals