Navigation – Plan du site

Orchestrer la présence des musiciens dans le métro parisien

Les redéfinitions de l’indésirabilité
Staging musicians in Paris’ subway: redefining undesirability
Muriel Froment-Meurice et Antoine Fleury
p. 113-134

Résumés

L’indésirabilité est avant tout une construction sociale et culturelle qui traduit des rapports de pouvoir asymétriques. La définition des individus ou des groupes « indésirables » évolue donc dans le temps et dans l’espace, en lien avec des contextes d’énonciation et des groupes de définisseurs particuliers. Cet article s’intéresse à la manière dont les gestionnaires de l’espace public construisent et redéfinissent l’indésirabilité en prenant pour cas d’étude les musiciens du métro parisien. En s’appuyant sur une enquête par entretiens menée auprès d’agents de la RATP et de musiciens, complétée par la constitution d’un corpus de documents produits par la RATP, il propose une analyse rétrospective à moyen terme de la politique de gestion des musiciens mise en œuvre par l’entreprise publique. Il montre comment celle-ci, se considérant non plus seulement comme un transpor­teur mais aussi comme un gestionnaire d’espaces publics, a progressivement et partiellement fait sortir certains musiciens de l’indésirabilité. Trois étapes peuvent être distinguées. Dans un premier temps, les musiciens ont été définis comme un groupe « indésirable » qu’il convient de faire disparaître dans le cadre d’une politi­que de « reconquête ». Dans un deuxième temps, un système d’accréditation a été mis en place pour faire avec la pratique musicale et tenter de la réguler. Dans un troisième temps, les musiciens accrédités ne sont plus considérés comme indésira­bles, contrairement à d’autres groupes, certains d’entre eux se trouvent inscrits dans une stratégie commerciale visant à valoriser aussi bien l’espace du métro que l’image de l’entreprise.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’indésirabilité n’est pas une donnée naturelle, elle n’existe que comme une construction et plus précisément par un processus de négation (in-désirables) traduisant des rapports de pouvoir asymétriques. Dépendant de normes sociales et culturelles, la définition des individus ou des groupes « indésira­bles » évolue donc dans le temps et dans l’espace (Blanchard, 2013) comme l’a déjà souligné la littérature sur les paniques morales (Cohen, 1972). À ce titre, la définition d’individus ou de groupes comme « indésirables » dépend des contextes d’énonciation et des groupes de définisseurs envisagés.

  • 1 Isaac Joseph nomme prise « ce que l’espace, mais aussi le mobilier urbain ou les équipe­ments et ob (...)

2Cet article s’intéresse au processus de construction et de redéfinition de l’indésirabilité dans les espaces publics. Ceux-ci ne sont pas définis suivant des critères juridiques, mais considérés comme le produit de pratiques citadines par nature fluctuantes mais potentiellement porteuses d’interactions entre individus ou groupes sociaux. Cette approche désormais largement partagée dans le champ des études sur les espaces publics permet de rendre compte de la diversité de ces derniers, du point de vue des usages mais aussi des statuts juridiques et des formes (Dessouroux, 2003 ; Joseph, 1997). Elle permet de souligner que leur accessibilité varie dans l’espace et dans le temps, en fonction des « prises »1 offertes par l’espace ou des normes, for­melles et informelles, qui le régissent, mais aussi de négociations sans cesse renouvelées entre usagers et gestionnaires (Iveson, 2007 ; Low et Smith, 2006 ; Staeheli, Mitchell, 2008). On peut notamment distinguer « des espaces librement et gratuitement accessibles à tout un chacun » et « des espaces nécessitant une permission ou requérant une négociation préalable » (Dessouroux, 2003, p. 24). Si le métro fait partie de cette deuxième catégo­rie, il n’en constitue pas moins un espace public par « l’offre de dépla­ce­ments, de cheminements ou de mouvements, mais aussi [par] les “prises” disponibles pour l’usager (...), qui tiennent aux signes et à leur disposition dans l’espace, aux annonces, aux invites ou aux interdits » (Joseph, 1995, p. 13). Dans ce cas, le propriétaire (et donc le gestionnaire) de l’espace n’est pas une collectivité publique mais un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), le groupe RATP, auprès duquel l’usager doit donc s’acquitter d’un droit d’entrée.

  • 2 Les entretiens avec différents services de la RATP ont été réalisés conjointement par Antoine Fleur (...)
  • 3 Constitué avec l’aide des documentalistes de la RATP, ce corpus comprend principalement des archive (...)
  • 4 Onze entretiens semi-directifs ont été menés entre 2011 et 2013 par Muriel Froment-Meurice avec des (...)

3L’hypothèse de cet article est qu’il existe un rapport fort entre le type d’espace public envisagé et les processus de construction de l’indésirabilité. Autrement dit, nous considérons que le statut juridique de l’espace et les dispositifs mis en œuvre par ses gestionnaires – dispositifs qui ont trait à l’aménagement, à la gestion ou à la régulation de l’espace et ne peuvent se comprendre sans être reliés aux stratégies propres à des gestionnaires – jouent tout particulièrement un rôle dans les processus d’indésirabilisation ou de désirabilisation (Fleury, Froment-Meurice, 2014 ; Froment-Meurice, 2016). Parce qu’elle a évolué depuis les années 1970, analyser la politique de gestion des musiciens menée par la RATP permet selon nous de mettre en évidence la manière dont un gestionnaire d’espace public construit un groupe comme indésirable ou désirable, en lien avec une conception de l’espa­ce du métro et plus globalement de ses missions qui, elles aussi, ont évolué au cours de cette période. L’article s’appuie sur une série d’entretiens menés avec des agents de la RATP à plusieurs niveaux2, ainsi que sur trois demi-journées d’observation lors des auditions organisées par l’Espace Métro Accords (EMA). Un corpus de documents a également été constitué à partir des archives papier et audiovisuelles3 de la RATP. Enfin, ces investigations ont été complétées par des entretiens formels4 et informels avec des musiciens dans le métro, ainsi que par des observations in situ, principalement dans la station République.

4L’article propose une analyse rétrospective à moyen terme de la politique de gestion des musiciens mise en œuvre par la RATP, en montrant comment celle-ci, se considérant non plus seulement comme un transporteur mais aussi comme un gestionnaire d’espaces publics, a progressivement et partiel­lement fait sortir les musiciens de l’indésirabilité. Dans un premier temps, les musi­ciens ont été définis comme un groupe « indésirable » qu’il convient de faire disparaître dans le cadre d’une politique de « reconquête ». Dans un deuxième temps, un système d’accréditation a été progressivement mis en place pour faire avec la pratique musicale dans le métro et tenter de la réguler. Dans un troisième temps, correspondant à l’époque actuelle, les musiciens qui s’inscrivent dans ce dispositif ne sont plus considérés comme indésirables, contrairement à d’autres groupes, et certains font même partie intégrante de la stratégie commerciale de l’entreprise. De nouvelles hiérar­chies sont ainsi produites et plus ou moins institutionnalisées par la mise en place d’un système d’accréditation.

La politique de « reconquête » du métro : évincer les « indésirables »

5Avant toute catégorie émique (Damon, 1993 ; Bouché, 2000), l’indésirabilité renvoie pour le gestionnaire d’espace qu’est la RATP aux musiciens mais aussi à toute une série d’individus dont les usages ne sont pas considérés comme conformes à la fonction première du métro. Elle permet à la RATP de définir ces usages comme un problème et de justifier la mise en œuvre d’une politique de « reconquête du territoire » à la fin des années 1980.

L’urbanisation du métro et l’intrusion des indésirables
dans les stations

Figure 1 – Tableau de recensement des PSIE

Figure 1 – Tableau de recensement des PSIE

Capture d’écran d’un document interne (tableau Excel)

Obtenue de manière informelle auprès d’un agent RATP, daté du 15 septembre 2009

  • 5 En entretien, lorsqu’ils emploient le terme, les acteurs interrogés l’explicitent plutôt par la for (...)

6Certaines formes d’utilisation de l’espace du métro sont définies comme des détournements d’usage car elles ne correspondent pas aux fonctions pour lesquelles il a été conçu : la circulation. Dès les années 1970, les gestion­naires de la RATP, comme ceux de la SNCF, emploient le concept d’« indé­sirables » (Damon, 1993 ; Bouché, 2000 ; Bonnet, 2012) pour désigner ces individus ou groupes. Relativement commode parce que permettant de désigner toute une série d’individus sans les nommer explici­tement, la notion était encore « fréquemment utilisée dans l’entrepri­se » trois décennies plus tard (Soutrenon, 2001, p. 38). Aujourd’hui, dans les documents internes qui ont pu être consultés, ce sont les sigles « PSIE » pour « Personnes Séjournant Indûment dans les Espaces5 », ou « PSIM » pour « Personnes Séjournant Indûment dans le Métro » qui sont utilisés. Parfois, les groupes ciblés sont plus explicitement désignés (figure 1) : « SDF », « marginaux », « tox », « autres ».

  • 6 Avant la mise en place du système d’accréditation (cf. partie La formalisation de l’informel), tous (...)

7Dans les années 1970 et 1980, la RATP constate à la fois une augmentation du nombre d’indésirables et une diversification des usages identifiés comme indésirables (Bouché, 2000, p. 49). Plusieurs groupes sont régulièrement évoqués : des « clochards » (terme aujourd’hui largement remplacé par « SDF » ou « personnes désocialisées »), des « vendeurs à la sauvette » (aussi dits « sauvettes »), des « musiciens »6, des « pickpockets », des « tagueurs », des « vendeurs de journaux », des « bandes de jeunes », etc.

8Cette évolution est reliée à la porosité croissante des espaces du métro à la ville (Costes, 1994). Celle-ci s’explique par des évolutions techniques (automatisation du contrôle et diminution du personnel en station), fonctionnelles (diversification des fonctions des espaces) et des pratiques (accroissement du trafic sur le réseau). De lieux initialement voués unique­ment à la circulation, ils sont devenus des espaces complexes, de véritables morceaux de ville. Le dossier de presse RATP « Musiciens du Métro » (2010) présente ainsi le métro comme « une véritable ville sous la ville », « avec ses 300 stations accueillant chaque jour plus de 5 millions de voya­geurs ». Dans les études internes, c’est ce que Michèle Grosjean désigne déjà en 1988 comme « l’urbanisation du métro », tandis qu’André Pény (1992) évoque « l’intrusion du milieu urbain dans la station ». La construc­tion du RER y a largement contribué, avec l’ouverture de nouvelles stations offrant des espaces plus vastes aux différents usagers, de même que le dévelop­pement de commerces et services dans de nombreuses stations à partir des années 1970. Ainsi, qu’il s’agisse d’activités exercées dans un cadre régle­men­taire ou non, les espaces du métro ne sont plus seulement des espaces de circulation, ils sont également devenus d’importants espaces publics (Joseph, 1987).

9Pour nombre d’individus, le métro est à la fois un « espace refuge » (Pichon, 1992), du fait de ses caractéristiques morphologiques spécifiques (largement souterrain), et un « espace ressource » (Damon, 1996), du fait de son impor­tante fréquentation par le public. Ainsi, la préférence des musiciens pour le métro ne se comprend pas sans envisager la question de sa rentabilité économique. Les espaces du métro s’opposent ainsi à la rue par leur densité de fréquentation. Peu de lieux offrent de telles concentrations et un tel renou­vellement des usagers, même si toutes les stations et lignes n’offrent pas les mêmes opportunités (Froment-Meurice, 2016).

De multiples dispositifs pour « reconquérir le territoire »

  • 7 Cette politique est lancée par le nouveau président, Christian Blanc, lors de sa prise de fonction (...)

10À partir de la fin des années 1980, la multiplicité des usages définis comme « indésirables » conduit la RATP à mener une politique baptisée « Recon­quête du territoire »7. L’entreprise considère que la dégradation des espaces du métro a pris une telle ampleur qu’ils doivent faire l’objet d’une politique volontariste. La mise en place de cette politique est relatée dans les médias, comme en témoigne l’article ci-dessous :

C’est le contrôleur général de la Police, M. Deubel, qui a rejoint le cabinet du président, qui est chargé de reprendre la situation en main afin de « reconquérir et de garder la maîtrise de l’espace public géré par la Régie ». Les « sans-abri », graffiteurs et fraudeurs seront dans le viseur de mesures « humaines » mais « énergiques et sans faiblesse ». Ce sera, prévient la RATP, une riposte tous azimuts que propose le président Christian Blanc, avec des moyens nouveaux.

« Sécurité : les projets chocs du métro », France Soir, 2 septembre 1989

11Les questions de délinquance, de fraude, de grande exclusion, comme celles liées aux incivilités sont envisagées conjointement. C’est une politique globale qui marque une nouvelle étape dans la culture de l’entreprise et le rapport qu’elle entretient avec ses propres espaces. Ceux-ci ne sont plus envisagés comme de simples espaces de circulation : dans les productions internes de l’entreprise (comme par exemple dans la revue Réseau 2000, Savoir Faire), on trouvait jusque-là principalement le terme de « réseau ». Au contraire, envisager les espaces du métro comme un « territoire », c’est affirmer à la fois sa dimen­sion humaine d’espace vécu, mais aussi sa dimension politique d’espace à contrôler.

12La politique de « reconquête du territoire » se veut une réponse à une situa­tion définie comme une « crise » par les gestionnaires : la présence des indésirables est problématisée en termes de « dégradation des espaces » et de « sentiment d’insécurité ». Comme le fait remarquer M. Kokoreff (1991, p. 92), « [non] seulement ces phénomènes mettent en péril la légitimité de l’entreprise comme productrice d’un bien public sur son territoire mais ils alimentent l’angoisse collective d’une dégradation des espaces publics et des civilités ». Ce constat n’est pas propre aux espaces publics du métro, la problématisation en termes de « sentiment d’insécurité » tendant alors globa­lement à s’imposer (Bonelli, 2008). La perception négative des espaces du métro est un problème pour l’entreprise non seulement par rapport aux voyageurs, mais aussi par rapport à ses propres agents, dans le cadre d’une « instrumentalisation réciproque de l’insécurité par les syndicats et les employeurs au sein des organisations de service public » (Macé, 2002, p. 40).

13Deux ans après son lancement, un rapport-bilan conclut officiellement cette opération, mais une série de mesures prises plus tard dans les années 1990 s’inscrivent directement dans cette lignée. Les principaux problèmes iden­tifiés par les gestionnaires sont la « sécurité », « la grande exclusion » et la « propreté ». Les mesures sont très variées et visent de multiples cibles : des tags (Kokoreff, 1990), à l’insécurité ou à la mendicité (Amar et al., 1992), tout ce qui est qualifié « d’occupations indues de l’espace » (vendeurs à la sauvette, musiciens, personnes sans-logement, mendiants). Ces mesures sont mises en œuvre par des intervenants divers : des services spécialisés de contrôle (comme le GPSR : Groupe de Protection et de Sécurité des Réseaux) aux agents de nettoyage, en passant par des « brigades d’assis­tance » aux « SDF » : Opération Coup de Pouce, Recueil Social (Pichon, 1994).

14La politique de « reconquête du territoire » est donc constituée de réponses multiformes qui convergent toutes pour non seulement dissuader les usages indésirables, mais aussi valoriser les espaces du métro pour certains usagers. Ainsi, dès les années 1980, le mobilier du métro commence à faire l’objet d’une réflexion spécifique : la réalisation des assises est confiée à des desi­gners extérieurs pour travailler l’image de marque de la RATP tandis qu’un cahier des charges en précise les caractéristiques techniques dont l’impossi­bilité de s’y allonger (Bouché, 2000). L’entreprise affirme ainsi sa capacité de contrôle sur l’espace, non seulement vis-à-vis des transgresseurs mais aussi vis-à-vis de sa clientèle régulière pour répondre au « sentiment d’aban­don » identifié par les études internes. Ce qui est menacé, ce n’est pas seule­ment l’espace mais l’identité de l’entreprise et sa relation de propriété avec les espaces (Iveson, 2010) : son « territoire » et non seulement « le réseau ». Tous ces dispositifs impliquent à la fois la mise en place d’actions concrètes (nettoyage, éviction, verbalisation, etc.) mais aussi des mises en récit pour les rendre visibles aux yeux des clients et agir sur le sentiment d’insécurité et la perception des espaces.

La formalisation de l’informel : des musiciens devenus « tolérables » ?

15Le système d’accréditation des musiciens du métro émerge dans la lignée de ces problématisations de l’indésirabilité. Dans cette perspective, la mise en place progressive d’autorisations pour jouer dans le métro vise d’abord à résor­ber la question des « musiciens illicites ». Ce faisant, l’activité d’une partie des musiciens se trouve légitimée mais en même temps encadrée par un ensemble de règles qui maintiennent néanmoins une hiérarchie des usages.

De la gestion informelle au système d’accréditation

16La politique de gestion des musiciens a longtemps été reléguée au domaine de l’informel avant la création d’un service spécifique dédié à l’encadrement des musiciens et la mise en place d’une procédure codifiée. Les musiciens sont alors appréhendés dans la globalité de la problématique « surveil­lance ». En 1982, une enquête ethnographique de six mois menée par Frédéric Audard (1982) révèle déjà l’existence de 75 autorisations et de 300 demandes non satisfaites. La gestion de ces autorisations dépend alors de la Surveillance Générale rebaptisée « la mafia » par les musiciens. Au départ, il s’agissait avant tout de formes de tolérance envers certains musiciens, le système reposant sur des relations interpersonnelles avec les agents. Sans qu’il soit possible d’établir avec précision des étapes, on peut cependant identifier une formalisation progressive de ces formes de régulation.

17L’entreprise justifie la mise en place d’un système d’accréditation par l’augmentation du nombre de musiciens et les plaintes que ceux-ci susciteraient. Pourtant, le responsable du service central « Relations clients à distance » que nous avons interrogé ne fait état de quasiment aucune plainte au sujet des musiciens. En 2010, les musiciens représentent ainsi 68 plaintes sur un total de 53 266, et selon lui la mise en place du système d’accré­ditation n’aurait pas fait varier l’ordre de grandeur. La RATP s’octroie ainsi le rôle de porte-parole des voyageurs, alors qu’ils sont en fait invoqués com­me une justification a posteriori de la politique mise en place par l’entre­prise. Ce type d’argument doit permettre d’asseoir la légitimité de la mesure comme résultant d’une doléance collective (les plaintes des voya­geurs) et non comme la volonté particulière d’une entreprise affirmant son pouvoir sur son « territoire ». Au contraire, l’augmentation du nombre de musiciens et surtout leur maintien dans le métro sont probablement imputables à leur relatif succès.

18L’augmentation du nombre de musiciens sur le réseau, si elle est avérée, correspond à une pratique de don répandue parmi les voyageurs. Contrai­rement au lien que les institutions établissent entre « augmentation du nombre de musiciens » et « augmentation des plaintes », on peut supposer que le gain qu’ils y réalisent traduit une relative acceptation de la part du reste des citadins. En fait, c’est aux gestionnaires de l’espace que l’augmen­tation du nombre de musiciens pose problème car ils ne peuvent plus faire comme s’il s’agissait uniquement d’une pratique marginale. Cette pratique devient suffisamment répandue pour que les gestionnaires soient obligés de prendre en compte cette évolution et cherchent de fait à l’encadrer. Puisque l’entreprise ne parvient pas à limiter cette pratique, elle l’encadre de manière à la rendre acceptable pour les agents. L’enjeu est dès lors de « gérer » plutôt que de « réprimer ».

  • 8 Ce type de structure existait déjà dans d’autres métropoles confrontées aux mêmes ques­tions sur le (...)

19En 1997 est créé l’EMA, l’Espace Métro Accords, une structure qui délivre à certains musiciens l’autorisation de jouer dans le métro après avoir passé des auditions, sous réserve de respecter un certain nombre de règles. S’il s’apparente à des expériences similaires menées dans d’autres métropoles mondiales8, l’EMA découle localement d’un projet de gestion des musiciens présenté par l’actuel responsable de la structure lors d’un « concours d’impli­­cation » organisé au sein de la RATP. Celui-ci appartenait alors à « l’unité anti-fraude » qui avait déjà mis en place un système informel de régulation. Le système d’accréditation doit permettre d’exercer un contrôle sur les lieux de l’activité musicale mais aussi de normaliser les comporte­ments de musiciens en exerçant un contrôle sur les modalités d’exercice de l’activité. L’une des principales obligations pour les musiciens accrédités réside dans la différenciation entre des lieux autorisés ou non. Les trois principales interdictions concernent les quais et les rames, ainsi que la station « les Halles » dans la partie RER, qui demeurent pour les gestion­naires essentiellement définis comme des espaces de circulation. Ainsi, tous les « espaces connectifs » ne sont pas redéfinis comme des « lieux à vivre » susceptibles d’accueillir des musiciens.

La négociation des normes dans des situations d’interaction

20Malgré la codification de ces règles, les normes sont négociées in situ. C’est du moins ce dont témoignent les observations des interactions interin­dividuelles dans l’espace du métro. Sur la figure 2, on peut observer une situation de contrôle le 6 avril 2010 à 19h30 à la station « Châtelet-Les Halles » entre les quais du RER A et B. En plus des trois musiciens, on voit une douzaine de personnes. Sur la première photo, seules deux ne sont pas tournées vers les musiciens. On peut identifier la formation d’une scène, et de différents seuils. La scène se densifie sur la deuxième photo, une fille danse. La femme blonde est la seule personne sur la photo qui ne semble pas regarder les musiciens. Sur la photo suivante, elle est assise à côté d’eux. On est ici dans une situation qui est interdite à de multiples titres :

  • les musiciens ne sont pas accrédités ;

  • les musiciens jouent sur les quais (et non dans les couloirs où c’est autorisé) ;

  • les musiciens sont dans une station où il est interdit de jouer ;

  • les musiciens jouent des percussions, instrument théoriquement non autorisé ;

  • les musiciens n’ont pas le droit de demander de l’argent et la coupelle est soigneusement mise en avant sur deux tissus super­po­sés, celui du dessus étant rouge, ce qui le rend d’autant plus visible.

Figure 2 – Les contraintes d’un contrôle en public

Figure 2 – Les contraintes d’un contrôle en public

21La politique de la RATP in situ ne peut pas toujours être ouvertement répressive car elle est contrainte par les effets produits sur la clientèle du métro (Paperman, 2003). Les interventions des agents de la RATP contre les musiciens peuvent être mal perçues par les voyageurs et il n’est pas rare qu’un voyageur s’interpose. La dimension publique des espaces et des situa­tions de contrôle constitue ainsi une forme de protection pour les musiciens. Dès lors, l’objectif pour les agents n’est pas de verbaliser systé­ma­tiquement mais surtout de faire cesser l’infraction et de faire circuler les contrevenants.

La fonction des règles codifiées : garantir le maintien des hiérarchies

22Il existe ainsi un certain décalage entre les règles formelles explicitées dans le code de bonne conduite des musiciens et les normes d’usage qui guident les pratiques des différents acteurs dans les espaces du métro. Certaines des règles énoncées ne sont pas appliquées. D’une part, les musiciens ne s’y conforment pas, d’autre part, les agents qui pourraient réprimer certaines de ces pratiques ne le font pas ou a minima.

23La non-utilisation de matériel de sonorisation est une de ces règles énoncées par l’EMA dans l’autorisation que signent les musiciens. Les musiciens doivent théoriquement se produire non-sonorisés pour ne pas importuner les voyageurs mais aussi les travailleurs de la RATP et ceux des différents types de commerces implantés sur le réseau. Cette pratique n’en reste pas moins très largement tolérée par l’entreprise et ce à tous les niveaux – à la fois par les responsables de l’EMA et par les agents RATP sur le terrain. Bien que cela soit interdit, la plupart des musiciens sont sonorisés, qu’ils soient accrédités ou non. Les conflits effectifs sont cependant limités par l’existen­ce d’une règle explicite qui permet aux plaignants d’avoir recours à cette interdiction en cas de litige avec les musiciens. Tant que ces plaintes ne sont pas exprimées, la tolérance vis-à-vis de l’utilisation d’une sonorisation s’explique par le fait que l’équipement des musiciens véhicule l’image – désirable pour la RATP – de professionnels aguerris. Il s’agit en fait d’une « règle-recours » (Maffesoli, 2008) en cas de litiges entre différents acteurs pour asseoir la légitimité de certains plutôt que d’autres.

24L’utilisation d’une sonorisation par les musiciens dans les couloirs peut donner lieu à des conflits entre différents types d’acteurs. Ainsi, les travail­leurs du métro (RATP ou non : les employés des commerces aussi) peuvent être amenés à se plaindre du volume sonore généré par la prestation de tel musicien. Le conflit se règle généralement à l’amiable après négociation entre l’employé et le musicien. En effet, même si le musicien est accrédité, il sait pertinemment qu’il enfreint la charte d’usage de l’EMA et qu’il s’expose, si le conflit « remonte », à des sanctions de la part de l’EMA (qui vont du simple rappel à l’ordre au non-renouvellement de l’accréditation). Lorsque l’EMA est saisi, ce qui arrive très rarement selon les responsables de la structure, ils rappellent systématiquement à l’ordre les musiciens en faisant référence au « code de bonne conduite » que ces derniers ont signé. Si le conflit persiste, il est demandé au musicien de se déplacer.

25Malgré une certaine reconnaissance du statut des musiciens, la redéfinition de l’indésirabilité n’est que partielle. Le système d’accréditation, bien qu’il élargisse la définition des usagers légitimes, perpétue la hiérarchie préexis­tante à cette évolution, l’employé ayant in fine le dernier mot. À l’inverse, un mendiant, même s’il est gêné par le volume sonore, ne dispose pas du pouvoir de faire baisser le volume au musicien, c’est lui qui doit se déplacer.

Une stratégie commerciale : des artistes devenus « désirables » ?

26Au fil des années, le système d’accréditation des musiciens du métro s’est autonomisé par rapport à la question de la gestion des indésirables, alors que c’est dans le sillon de cette problématique qu’il avait émergé. Tandis qu’il devait venir encadrer des pratiques que l’entreprise ne parvenait pas à limiter, le système d’accréditation a pris une dimension commerciale et commu­nicationnelle très éloignée des objectifs pour lesquels il avait été initialement conçu. Accompagnant la redéfinition des espaces de transport comme des espaces publics à animer et à valoriser économiquement, le dispositif, aidé par le volontarisme de certains agents, a évolué pour devenir un véritable outil de promotion conjointe de certains musiciens « labellisés » et de la RATP.

Faire le tri entre des « mendiants » et des « artistes en quête de reconnaissance »

27La mise en place d’une procédure codifiée par un système d’accréditation doit d’abord permettre de faire le tri entre les musiciens que la RATP juge dignes de se produire dans ses espaces et les autres, relégués à la catégorie de « mendiants ». Cette politique du tri s’effectue dans le cadre d’un dispositif qui repose à la fois sur des pratiques de sélection – via des auditions notamment – des règles explicites – le « code de bonne conduite » – et sur des mises en récit – via des campagnes de publicité et des articles de presse – qui viennent les légitimer.

28Une fois passé avec succès le casting, les musiciens doivent signer un « code de bonne conduite » qui figure sur « l’autorisation musicien » délivrée par l’EMA. Ce document a pour objectif d’expliciter les règles d’usage qui enca­drent l’activité musicale légale dans les espaces du métro. Les obligations énoncées soulignent les stratégies de distinction qui doivent permettre à la RATP de mettre en scène des musiciens « artistes » agréés :

Il ne doit pas être accompagné de jeunes enfants, ni d’animaux et n’utilise pas d’équipement particulier tel un dispositif de sonorisation. Il s’engage à exercer son activité musicale ou artistique dans une tenue décente. Lorsqu’il se déplace ou exerce son activité dans une zone RATP il doit être muni d’un titre de transport valable.

« Autorisation Musicien », Département de la Communication Espace métro accords

29Chacune de ces injonctions vise à distinguer les musiciens accrédités d’au­tres catégories définies comme « indésirables ». Tout d’abord, ce ne sont pas des indigents, ils doivent avoir « une tenue décente ». Autrement dit, le musi­cien n’arbore pas les signes de pauvreté qui pourraient brouiller l’image que l’entreprise souhaite véhiculer pour ses musiciens. De même, il doit être muni d’un titre de transport valide. De la sorte, le code vise à imposer une mise en récit : « ce ne sont pas des pauvres, mais des usagers comme les autres ». La question des « jeunes enfants » dépend quant à elle d’une ques­tion juridique dans le cadre national : dans le métro, les indésirables visés sont les « Roms », « gens de l’Est », « enfants roumains » qui constituent un des archétypes des figures de l’altérité radicale. Le code de bonne conduite distingue d’abord pratique de l’activité musicale et pratique de la manche, réactualisant une constante historique dans la gestion des musiciens de rue (Gétreau, 2006).

30Le système d’accréditation permet de créer une division au sein des musi­ciens entre ceux qui sont désirés, ceux qui animent positivement les espaces du métro, et les autres, les « indésirables », assimilés à des men­diants. Tout en élargissant ce qui est défini comme public légitime, la RATP renforce ainsi la ligne de démarcation avec ceux qui sont radica­lement « autres ». Cette mesure permet de mettre en scène une nouvelle infraction : jouer de la musique sans accréditation. Auparavant, la mendicité, tout comme la musi­que, était déjà formellement interdite. Cette mesure ne s’adresse donc pas seulement aux musiciens mais à l’ensemble du public. L’institution peut ainsi revendiquer une plus grande légitimité dans la répression de certains musiciens parce qu’ils pourraient être accrédités. Le système d’accréditation véhicule l’idée que ceux qui ne le sont pas sont nécessairement de mauvais musiciens, ce qui renforce du même coup leur étiquetage comme mendiants. Cette sous-division permet de proposer légitimement des réponses différen­ciées aux mêmes pratiques.

  • 9 V. est clarinettiste. Il était musicien professionnel en Roumanie avant de venir en France rejoindr (...)
  • 10 Composé de musiciens âgés de 30 à 40 ans, le groupe YN s’inscrit dans la tradition de la chanson fr (...)
  • 11 20 minutes, 22 avril 2010, p. 2.

31Pourtant, on trouve de bons musiciens non-accrédités. La non-accréditation de certains musiciens peut s’expliquer par deux types de facteurs. Tout d’abord, pour pouvoir passer une audition, l’EMA impose un certain nombre d’obligations a priori comme le fait de disposer de papiers en règle. Les musiciens étant dans une situation administrative irrégulière ne peuvent ainsi prétendre à l’accréditation. C’est le cas de V., musicien professionnel rou­main9, qui a d’abord joué deux ans sans accréditation avant de passer avec succès les auditions une fois sa situation administrative en règle. D’autre part, certains musiciens revendiquent ce choix de la non-accréditation. Les YN10 ont ainsi joué régulièrement les soirs de semaine sur la ligne 2, avant de se faire connaître du grand public. Dans le discours introductif de leur prestation, ils revendiquent un positionnement « anti­système » qui apparaît très clairement dans les textes de leurs chansons. C’est la normalisation de la pratique musicale mais aussi son institution­nalisation comme objectifs de l’EMA qui sont visés. Ces cas soulignent combien la réduction faite par la RATP de l’équation « accrédités = bons musiciens », « non-accrédités = mauvais musiciens » est simpliste et réduc­trice. Qu’il s’agisse de transgressions volontaires – on peut alors parler de « pratiques de résis­tance » (Cresswell, 1996) – ou non – il s’agit alors plutôt de « tactiques » d’adaptation (de Certeau, 1990) –, la diversité des situations des musiciens est en décalage avec cette mise en récit. La RATP cherche à imposer des discours distinguant des « artistes en quête de reconnaissance » et d’autres « en quête de ressource économi­que11 », même si la limite entre les deux catégories n’est pas si évidente à définir :

C’est vrai que le lien il est très léger. C’est vraiment le fait même de mendier, c’est d’aller de voyageur en voyageur, tendre la main ou ce qu’on veut, pour récupérer des sous, là en fin de compte ce que les artistes vont percevoir des voyageurs c’est vraiment, c’est assimilé à un pourboire, c’est que la démar­che est complètement inverse c’est le voyageur ! C’est le voyageur qui s’arrête s’il le souhaite et qui donne ce qu’il veut à l’artiste. Donc y a pas du tout de démarche pour l’artiste d’aller stopper le voyageur. Non, non, c’est l’inverse ce qui se passe. Donc c’est vrai que la limite elle est très, enfin la frontière elle est très fine. Mais on y tient quand même parce que c’est tendancieux.

Entretien avec R. R., adjointe au responsable de l’EMA, 3 mars 2011

32Les dénominations employées : « jury », « auditions », « casting », « artis­tes » participent de cette construction d’une image de « jeunes talents » pour les musiciens, de « qualité » pour l’entreprise. Pourtant si les musiciens sont censés être sélectionnés sur des « critères de qualité musicale », le « jury » des auditions n’est pas composé « d’experts » mais principalement d’em­ployés des différents services de l’entreprise sur la base du volontariat. Cette dichotomie (mendiants / artistes) relève également d’une stratégie de légitimation de ceux qui sont estampillés « musiciens RATP » et de délégitimation des autres. Pourtant, tous les musiciens qui se produisent régulièrement dans le métro cherchent de manière plus ou moins efficace à maximiser leur gain, et les récits des tactiques de localisation, tout comme les choix musicaux, témoignent des pratiques réflexives mises en œuvre pour s’assurer un revenu.

Animer les espaces de transport au quotidien

  • 12 Dossier de presse RATP, « Une démarche de conception d’espaces de transport prospective et collabor (...)

33Sortis de l’indésirabilité, certains musiciens sont désormais inscrits dans une stratégie plus globale d’animation et de valorisation des espaces du métro. En effet, « le déplacement n’est plus uniquement [considéré comme] un interstice dans un programme d’activité, mais peut devenir un moment à part entière ayant des qualités propres » (Tillous, Kaufmann, Louvet, 2008, p. 100). Les espaces de transport apparaissent donc moins comme des espaces monofonctionnels de déplacement que comme des « espaces publics » (Joseph, 1987, 1995) ou des « lieux à vivre12 ». On peut d’ailleurs dresser un parallèle entre la production des espaces publics extérieurs considérés comme éléments du « cadre de vie » et dont les pouvoirs publics cherchent à améliorer la « qualité » (Fleury, Froment-Meurice, 2014) et certains des espaces du métro (les couloirs et places souterraines) pour lesquels il faudrait améliorer la qualité du déplacement.

34Dès lors que la qualité des espaces publics est évaluée à l’aune de la notion d’« ambiance », certains musiciens peuvent être redéfinis comme des éléments contribuant positivement à leur production. Dans une logique fonctionnelle, les musiciens ne sont que des éléments perturbateurs ; dans une logique commerciale qui prend en compte « la dimension sensible », ils peuvent être désirables car ils contribuent au « paysage sonore » (Pény, 1992) et à l’animation des espaces du métro (figure 3). Il s’agit, comme le rappelle le responsable de l’EMA (entretien du 8 février 2011), d’« amener une animation [aux voyageurs], un espace de vie au quotidien durant leur trajet, en améliorant leur trajet dans les couloirs du métro et par contre bien sûr pas dans les trains ».

35Les redéfinitions du sens de certains des espaces du métro renvoient à des évolutions en termes de définition du rôle de l’entreprise qui passe de « transporteur » à « gestionnaire d’espaces publics », comme le souligne un responsable de la RATP :

Certes nous sommes une entreprise de transport avec des trains et des bus qui vous amènent d’un point à un autre… pendant qu’ils sont chez nous, on essaie de rendre ce temps de transport plus convivial – c’est peut-être pas le mot – mais plus agréable.

  • 13 Dominique Ramadier était l’invité de Marion Urban dans l’émission « Les musiciens du métro sur la g (...)

Dominique Ramadier, département communication, 05 avril 200813

  • 14 Les « aménagements culturels » de stations consistent en une rénovation de ces dernières incluant u (...)

36Ce changement se traduit aussi bien par la rénovation des espaces du métro (Lassus, 1989 ; Pény, 1991) que par des « aménagements culturels »14 (Le Mouël, 2006) et par la mise en place de différents types d’animations.

Figure 3 – Des scènes souterraines ?

Figure 3 – Des scènes souterraines ?

37C’est bien en tant que gestionnaire d’espace public que la RATP peut légiti­me­ment disposer d’un service spécifique, avec deux employés à plein temps chargés, en relation avec le service communication, de l’animation musicale de ses espaces. Ce service organise directement des animations, par exemple pour rendre hommage aux emblèmes de la chanson populaire (journées Jacques Brel, Édith Piaf, Georges Brassens), qui peuvent impliquer d’autres partenaires (par exemple avec la Cité de la Musique et l’exposition « Brassens ou la liberté »). Dans ces cas, l’EMA sollicite directement certains de ses musiciens et leur remet un badge spécifique. Certains déve­lop­­pent d’ailleurs des relations privilégiées avec les responsables de l’EMA, les distinguant comme des établis (Becker, 1985) au sein du groupe des « musiciens accrédités ». Ce sont les musiciens que les respon­sables mettent en contact avec les partenaires extérieurs, ceux qui sont sollicités lors de l’organisation d’évènements sur le réseau, ceux que l’on mobilise pour les soirées internes et aussi ceux que l’on conseille aux chercheurs de contacter. Ils sont les garants du professionnalisme de la structure, un « service » à part entière de l’entreprise. Ce type de pratiques traduit une mutation du système d’accréditation qui se voit progressivement assigner de nouvelles fonctions : « proposer au collègue d’innover » en sollicitant des musiciens RATP avec des contrats d’intermittents, ceux-ci s’apparentant alors à des agents non titulaires de l’entreprise.

C’est un concept qui marche bien, parce qu’on a souvent des mails, ou des coups de téléphone pour avoir le service des musiciens pour des fêtes ou des cocktails, enfin sur n’importe quel événement extérieur. (…) C’est un rôle d’imprésario mais on s’en cache pas ! C’est un rôle qu’on a, ce rôle d’imprésario, parce qu’on rend service à la fois aux voyageurs, ou à l’entreprise qui nous sollicite, mais aussi à l’artiste. Parce que l’artiste, à travers ça, ça le fait travailler ! Voilà, il reçoit un cachet.

Entretien avec Z. M., responsable EMA, 8 février 2011

38Ce faisant, la RATP ne se contente plus seulement de valoriser des « artistes en quête de reconnaissance », elle se met en quête d’artistes susceptibles de s’inscrire dans une politique globale d’animation de ses espaces.

Une politique culturelle pour valoriser et diffuser la « marque » RATP

39Conçues comme des événements culturels, les animations organisées par la RATP, donnent l’occasion – comme les auditions – de faire parler de la politique culturelle de l’entreprise dans les médias. Mais cette politique va bien au-delà de l’espace du métro. L’existence d’une structure pour les musiciens labellisés RATP donne lieu à des partenariats avec des grands évènements parisiens comme le festival Solidays mais aussi avec d’autres bien plus lointains comme Art’Rock à Saint-Brieuc. Un des objectifs énoncés est de « faire émerger de jeunes talents », ce qui permet à l’entre­prise de jouer le rôle d’acteur culturel et de travailler son image d’entreprise dynamique investie dans les cultures urbaines. Comme le rappelle Yo Kaminagai (2001, p. 29), responsable de l’unité Design et Projets culturels du département Espaces et Patrimoine de la RATP, la RATP joue ainsi, « au-delà de son rôle de transporteur, (…) un rôle de maître des lieux comme acteur urbain original. Elle veut agir tout simplement comme une marque grand public à forte personnalité ». Finalement, non seulement la RATP ne se contente pas d’encadrer les musiciens présents sur son réseau : elle les accrédite, les sollicite pour animer son réseau et, bien plus, participe grâce à eux à la tenue d’événements complètement hors-réseau sur des festivals parfois très « excentrés ». L’analyse de l’activité musicale révèle ainsi la diversification du rôle de l’entreprise qui ne se définit plus seulement comme « transporteur ».

Conclusion

40L’analyse de la mise en place du système d’accréditation des musiciens dans le métro parisien a permis de mettre en lumière la manière dont des pratiques marginales peuvent être incorporées aux pratiques dominantes de production et de régulation des espaces publics. Ce processus de redéfinition de l’indési­ra­bilité induit une normalisation des pratiques des musiciens accrédités. L’un des apports majeurs de cette enquête est de rappeler que ce processus s’articule à la redéfinition à la fois des fonctions des espaces de transport et du rôle de leurs gestionnaires. D’une perspective hygiéniste concentrée sur des espaces à fluidifier, on est passé à une conception attentive à la « qualité des espaces » dans une perspective commerciale. Les musiciens sont ainsi passés du statut d’indésirables à celui de tolérables sous certaines conditions, et enfin à celui de désirables (toujours sous certaines conditions).

41Ces mutations ne sont pas sans produire de nouvelles hiérarchies entre les musiciens, non seulement entre les accrédités et les non-accrédités, les premiers bénéficiant de multiples droits plus ou moins garantis par le systè­me d’accréditation, contrairement aux autres, mais aussi parmi les musiciens accrédités eux-mêmes puisque seulement certains accrédités « établis » (Becker, 1985) sont invités par la RATP à se produire pour diffé­rents types d’évènements internes ou externes. Ces formes de redéfinition de l’indésira­bilité aboutissent donc à la fragmentation du groupe « musiciens dans le métro » en multiples sous-groupes hiérarchisés. Les nouvelles lignes de démar­cation ne coïncident pas nécessairement avec celles que les musi­ciens établissent aussi bien entre « musicien » et « indésirable », qu’entre « bon » ou « mauvais musicien ». Nombre de musiciens critiquent les musiques « commerciales » (titres grand public, toujours les mêmes chan­sons) ou « exotiques » (folklore mis en scène, adaptation du registre au grand public) pratiquées par d’autres musiciens accrédités par la RATP. Ces distinctions ne correspondent pas à celles qui sont formalisées par l’obten­tion de l’accré­ditation et ne s’imposent pas comme des catégories significatives, sauf pour les musiciens eux-mêmes.

42Ces évolutions dans la construction de l’indésirabilité ne concernent pas seulement certains musiciens du métro mais aussi d’autres acteurs pouvant avoir une fonction culturelle. Tel est par exemple le cas des street artists qui, désormais distingués des graffeurs ou autres tagueurs (Cresswell, 1996), sont nettement valorisés par certains acteurs publics locaux, que ce soit dans le 13e arrondissement de Paris (Talamoni, 2014), à Rennes ou à Besançon (Mensch, 2013). Leurs œuvres sont considérées comme un levier d’amélio­ration du cadre de vie voire instrumentalisées dans le cadre de politiques de marketing territorial. La redéfinition de l’indésirabilité s’inscrit alors dans des discours plus généraux sur la place de l’art dans la ville et participe ce faisant de l’instrumentalisation de la culture dans les politiques urbaines (Vivant, 2009). Elle constitue l’une des dimensions de ce nouveau paradig­me d’action sur les espaces publics qui vise à renforcer l’attractivité de ces derniers via leur esthétisation sonore ou visuelle (Boichot et Guinard, 2013). C’est pourquoi les redéfinitions de l’indésirabilité semblent particu­lièrement concerner les individus et groupes qui peuvent avoir une fonction d’animation ou d’embellissement des espaces publics, s’accordant pleine­ment avec la construction d’une image dynamique et innovante des villes.

Haut de page

Bibliographie

AUDARD Frédéric, 1982, Introduction à l’étude des musiciens dans le métro, mémoire de DEA, EHESS, 90 p.

BLANCHARD Emmanuel, 2013, « Les indésirables. Passé et présent d’une catégorie d’action publique », in GISTI, Figures de l’étranger. Quelles repré­sen­tations pour quelle politique ?, Paris, GISTI, coll. « Penser l’immigration autrement », p. 16-26.

BOICHOT Camille, GUINARD Pauline, 2013, « L’esthétisation des espaces publics à Berlin (Allemagne) et Johannesburg (Afrique du Sud) : l’art pour vendre les espaces publics ou pour rendre les espaces à leurs publics ? », in Marc Veyrat (dir.), Arts et espaces publics, Paris, L’Harmattan, p. 151-177.

BONELLI Laurent, 2008, La France a peur. Une histoire sociale de l’‘insécurité’, Paris, La Découverte, 418 p.

BONNET François, 2012, « Contrôler des populations par l’espace ? Prévention situationnelle et vidéosurveillance dans les gares et les centres commerciaux », Politix, vol. 97, n° 1, p. 25-46.

BOUCHÉ Stéphanie, 2000, « Concevoir l’assise implantée sur les quais du métro », Les Annales de la recherche urbaine, n° 88, p. 77-81.

CERTEAU Michel de, 1990, L’Invention du quotidien, 1 : Arts de faire, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 347 p.

COHEN Stanley, 2011 [1972], Folk devils and moral panics, London/New York, Routledge, 282 p.

COSTES Laurence, 1994, L’étranger sous terre. Commerçants et vendeurs à la sauvette du métro parisien, Paris, L’Harmattan, 186 p.

CRESSWELL Tim, 1996 [1983], In place/out of place. Geography, ideology and transgression, Minneapolis, University of Minnesota Press, 200 p.

DAMON Julien, 1993, Les « indésirables » dans les espaces de transport. Les exemples de la SNCF et de la RATP, ESCP, Mémoires et travaux d’étudiants, n° 94-4, 92 p.

DAMON Julien, 1996, « La gare des sans-abri. Un miroir de la question sociale », Les Annales de la recherche urbaine, n° 71, p. 120-126.

DAMON Julien, 2009, Questions sociales : analyses anglo-saxonnes. Socialement incorrect ?, Paris, PUF, 240 p.

DESSOUROUX Christian, 2003, « La diversité des processus de privatisa­tion de l’espace public dans les villes européennes », Belgeo, n° 1, p. 21-46.

FLEURY Antoine, FROMENT-MEURICE Muriel, 2014, « Embellir et dissuader : les politiques d’espaces publics à Paris », in Antonio Da Cunha, Sandra Guinand (dir.), Qualité urbaine, justice spatiale et projet, Lausanne, PPUR, p. 67-79.

FROMENT-MEURICE Muriel, 2016, Produire et réguler les espaces publics contemporains : les politiques de gestion de l’indésirabilité à Paris, thèse de doctorat en géographie, Université Paris-Est Marne-la-Vallée/ Université de Genève, 388 p.

GROSJEAN Michèle, 1988, « Métro : espace sonore », Réseau 2000, n° 36, 100 p.

IVESON Kurt, 2007, Publics and the city, Oxford, Wiley-Blackwell, 264 p.

IVESON Kurt, 2010, « The wars on graffiti and the new urbanism », City, vol. 14, n° 1, p. 115-134.

JOSEPH Isaac (dir.), 1995, Prendre place. Espace public et culture drama­tique, Paris, Éditions Recherches/Plan urbain, 304 p.

JOSEPH Isaac, 1987, L’enjeu-station. La station de métro comme espace public, Paris, RATP, 48 p.

JOSEPH Isaac, 1997, « Prises, réserves, épreuves », Communications, n° 65, p. 131-142.

KAMINAGAI Yo, 2001, « Design, une stratégie pour le sensible », RATP Savoir-Faire, n° 37, p. 28-32.

KOKOREFF Michel, 1991, « La propreté du métropolitain, vers un ordre post-hygiéniste ? », Les Annales de la recherche urbaine, n° 53, p. 92-102.

KOKOREFF Michel, 1990, « Le lisse et l’incisif : les tags dans le métro », Réseau 2000, n° 49, 120 p.

LASSUS Bernard, 1989, « Vers une stratégie esthétique pour le métro », Réseau 2000, n° 42, 45 p.

LE MOUËL Éloi, 2006, La culture dans les espaces non dédiés. Le cas de la RATP : les figures de l’usager citoyen et de l’usager client comme horizons de l’espace public, thèse de doctorat en sociologie, Université Paris 10 – Nanterre.

LOW Setha, SMITH Neil (dir.), 2006, The politics of public space, New York, Routledge, 200 p.

MACE Éric, 2002, « Le traitement médiatique de la sécurité », in Philippe Robert (dir.), Crime et sécurité. L’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 33-41.

MAFFESOLI Sarah-Marie, 2008, « Le traitement juridique de la prostitu­tion », Sociétés, vol. 99, n° 1, p. 33-46.

MENSCH Nicolas, 2013, L’art transgressif du graffiti : pratiques et contrôle social, thèse de doctorat en sociologie, Université de Franche-Comté, 374 p. <tel-01327029>

PAPERMAN Patricia, 2003, « Surveillance underground: the uniform as an interaction device », Ethnography, vol. 97, n° 4, p. 397-419.

PENY André, 1992, « Le paysage du métro, les dimensions sensibles de l’espace de transport », Les Annales de la recherche urbaine, n° 57-58, p. 17-23.

PENY André, 1991, « Axes pour une stratégie esthétique », Réseau 2000, n° 60, 31 p.

PICHON Pascale, 1992, « La manche, une activité routinière », Les Annales de la recherche urbaine, n° 57-58, p. 147-157.

PICHON Pascale, 1994, « Opération ‘Coup de Pouce’. L’assistance aux Sans Domicile Fixe dans le métro », Réseau 2000, 69 p.

SOUTRENON Emmanuel, 2001, « Faites qu’ils (s’en) sortent… À propos du traitement réservé aux sans-abri dans le métro parisien », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 136-137, n° 1, p. 38-48.

STAEHELI Lynn A., MITCHELL Don, 2008, The people’s property? Power, politics and the public, New York, Routledge, 224 p.

TALAMONI Romain, 2014, Les stratégies de mise en visibilité du « street art » dans le 13e arrondissement, mémoire de master 1 en géographie, Université Paris-Est Créteil, 82 p.

TANENBAUM Susie J., 1995, Underground harmonies. Music and politics in the subways of New York, Ithaca and London, Cornell University Press, 270 p.

Haut de page

Notes

1 Isaac Joseph nomme prise « ce que l’espace, mais aussi le mobilier urbain ou les équipe­ments et objets techniques, peut offrir à un usager comme être agissant ou parlant (…). Une prise, ou affordance, est une disponibilité pratique dans un contexte et pour une activité donnés » (Joseph, 1997, p. 134).

2 Les entretiens avec différents services de la RATP ont été réalisés conjointement par Antoine Fleury et Muriel Froment-Meurice entre 2010 et 2013 (dix entretiens). Deux entre­tiens avec les agents du service de sécurité ont été réalisés par Lucie Bony et Muriel Froment-Meurice (2011).

3 Constitué avec l’aide des documentalistes de la RATP, ce corpus comprend principalement des archives audiovisuelles (tous les reportages depuis 1977) et une revue de presse sur les musiciens depuis 1997 (actualisée régulièrement).

4 Onze entretiens semi-directifs ont été menés entre 2011 et 2013 par Muriel Froment-Meurice avec des musiciens accrédités et non-accrédités (sachant que certains peuvent avoir eu les deux statuts). Six de ces musiciens ont été interrogés un an après le premier entretien pour analyser l’évolution de leur situation.

5 En entretien, lorsqu’ils emploient le terme, les acteurs interrogés l’explicitent plutôt par la formule « Personnes Séjournant Indûment dans nos Espaces ». Dans le tableau que les agents doivent remplir quotidiennement, la catégorie est subdivisée en trois groupes : « SDF », « tox », « marginaux », « autres ».

6 Avant la mise en place du système d’accréditation (cf. partie La formalisation de l’informel), tous les musiciens apparte­naient à la catégorie « indésirables » ; aujourd’hui ce sont unique­ment les « musiciens non-accrédités ».

7 Cette politique est lancée par le nouveau président, Christian Blanc, lors de sa prise de fonction en 1989.

8 Ce type de structure existait déjà dans d’autres métropoles confrontées aux mêmes ques­tions sur les usages des espaces de transport. Dès 1980, à Toronto est créée la Toronto Transit Commission qui délivre 74 permis annuels, après audition des 150 premiers inscrits et le règle­ment de 150 $ de frais d’inscription. En 1985, à New York est créée la Music Under New York, une sous-division du Arts for Transit Commission qui accrédite une centaine de musi­ciens tous les ans (voir Tanenbaum, 1995). L’action de cette sous-division s’inscrit dans un vaste programme de démocratisation de l’art dans le réseau de transports, gares incluses. Un certain nombre d’œuvres d’art sont installées de manière permanente dans les différentes stations. Inversement, d’autres métropoles comme Londres en 2003 ont mis en place un système d’accréditation après Paris. Les structures et règlementations sont relativement com­pa­­râbles, ce qui traduit la circulation des modèles de gestion des espaces urbains.

9 V. est clarinettiste. Il était musicien professionnel en Roumanie avant de venir en France rejoindre son cousin. D’abord sans-papier, il joue illégalement dans le métro en espérant vivre de sa musique. Quand il obtient ses papiers, il passe l’accréditation. Il joue alors dans le métro, mais aussi dans des bars (au cachet), tout en commençant à travailler dans le bâtiment et les travaux publics. Cette activité prend progressivement le pas sur la musique et V. ne joue plus aujourd’hui que pour ses amis.

10 Composé de musiciens âgés de 30 à 40 ans, le groupe YN s’inscrit dans la tradition de la chanson française à texte. Le groupe s’est formé à la fin des années 2000. Après s’être produit dans le métro, il a sorti plusieurs albums et donne régulièrement des concerts.

11 20 minutes, 22 avril 2010, p. 2.

12 Dossier de presse RATP, « Une démarche de conception d’espaces de transport prospective et collaborative », non daté, 17 f.

13 Dominique Ramadier était l’invité de Marion Urban dans l’émission « Les musiciens du métro sur la grande scène » sur RFI, http://www1.rfi.fr/francefr/articles/100/article_64663.asp

14 Les « aménagements culturels » de stations consistent en une rénovation de ces dernières incluant une scénographie particulière mettant en valeur le nom et la décoration de la station et proposant de « multiples contenus historiques, ludiques et pédagogiques » (source : http://www.ratp.fr/fr/ratp/r_47870/nouvel-amenagement-culturel-a-la-station-argentine/, dernière consultation le 22 juillet 2016) comme par exemple dans le cas des stations Liège ou Argentine.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Tableau de recensement des PSIE
Légende Capture d’écran d’un document interne (tableau Excel)
Crédits Obtenue de manière informelle auprès d’un agent RATP, daté du 15 septembre 2009
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/4516/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 2 – Les contraintes d’un contrôle en public
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/4516/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Figure 3 – Des scènes souterraines ?
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/4516/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muriel Froment-Meurice et Antoine Fleury, « Orchestrer la présence des musiciens dans le métro parisien », Géographie et cultures, 98 | 2016, 113-134.

Référence électronique

Muriel Froment-Meurice et Antoine Fleury, « Orchestrer la présence des musiciens dans le métro parisien », Géographie et cultures [En ligne], 98 | 2016, mis en ligne le 02 mars 2018, consulté le 14 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gc/4516 ; DOI : 10.4000/gc.4516

Haut de page

Auteurs

Muriel Froment-Meurice

Université Paris Est Marne-la-Vallée
Université de Genève
murielfromentmeurice@gmail.com

Antoine Fleury

CNRS – UMR Géographie-cités (CNRS, Universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Paris Diderot)
afleury@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals