Navigation – Plan du site

La résidence d’écrivain

Enjeux de géographie littéraire
Writing residencies: issues in literary geography
Julien Knebusch
p. 199-217

Résumés

Cet article interroge le dispositif culturel de la résidence d’écrivain sous l’angle de la géographie littéraire qui étudie l’inscription de la littérature dans l’espace et/ou la représentation des lieux dans les textes littéraires. Les résidences d’écrivains se développent de façon exponentielle depuis les années 1980 avec la démocratisation et la territorialisation des politiques culturelles, en France et en Europe. Pour autant cette pratique n’a que rarement été explorée, documentée et problématisée. L’étude se concentre essentiellement sur la façon dont les organisa­teurs de résidences littéraires envisagent les rapports qui peuvent se nouer entre la résidence et le lieu et fait apparaître la diversité des approches du lieu, en soulignant l’émergence de résidences consacrées à la thématique paysagère. En effet, les résidences peuvent s’apparenter à autant de carrefours culturels qui servent les besoins de mobilité des auteurs fuyant les zones de conflits ou ressentant le besoin de développer une culture internationale. D’autres rési­dences s’organisent autour de critères génériques (auteurs de jeunesse, romans policiers, etc.) ou visent à promouvoir essentiellement une optique de travail continu auprès d’une institution (bibliothèque par ex.). De fait, elles sont amenées à relativiser l’importance du lieu comme marqueur socio-culturel et comme délimitation topographique. Cependant, depuis les années 1990, on constate aussi l’émergence de plus en plus marquée de résidences qui entendent dépayser les auteurs et les inciter à produire des textes en rapport avec le lieu où ils sont invités à séjourner. En conclusion, l’article esquisse les enjeux de l’écriture du paysage en situation de résidence et souligne le fait que le dispositif résidentiel peut aussi bien favoriser que contraindre cette écriture du paysage.

Haut de page

Texte intégral

1La résidence d’écrivain est un sujet complexe susceptible d’intéresser la géographie littéraire qui étudie l’inscription de la littérature dans l’espace et/ou la représentation des lieux dans les textes littéraires (Collot, 2014). Cette pratique ancienne, dont il faudrait précisément détailler la généalogie, remonte au moins au XVIe siècle et à la Renaissance italienne. Elle s’est développée de façon exponentielle depuis les années 1980 en France et en Europe. C’est un fait largement constitutif de la littérature et de la condition d’écrivain, mais c’est aussi une pratique rarement explorée, c’est-à-dire rarement documentée et problématisée.

2Au vu de la variété des pratiques résidentielles et de l’usage inflationniste du terme aujourd’hui, il est préférable de commencer par essayer de se mettre d’accord sur une définition de l’objet. Selon Geneviève Charpentier, auteure d’une thèse sur les résidences des auteurs dramatiques, il s’agit d’un « séjour effectif d’un auteur, dans un temps limité, et dans un lieu déterminé où s’exerce une fonction d’écriture » (Charpentier, 1995, p. 25). Cette définition large a le mérite de prendre la résidence au sens fort du terme et d’insister sur la pluralité des rapports à l’écrit qu’elle instaure. Elle laisse de côté, ou plutôt sous-entend, la prise en charge et l’accompagnement de l’écrivain, ainsi que la formation et la transmission à laquelle donnent lieu les rencon­tres suscitées par la résidence. Ce sont autant d’aspects qui insistent sur le fait essentiel que ce séjour est inséparable d’une dimension organisa­tionnelle et opérative, contrairement à la villégiature qui renvoie a priori plutôt à un séjour privé lié au divertissement et au repos, même si la distinction est parfois difficile à faire. S’il est vrai qu’une fonction d’écriture s’exerce dans la résidence, il faudrait peut-être relativiser aussi cette « fonction » en précisant que la résidence est associée à une activité créatrice, c’est-à-dire que la résidence est aussi une fin en soi. En tout cas, elle n’est pas qu’un seul moyen pour parvenir à des résultats, comme certaines pratiques de la commande artistique décrites par exemple dans le livre de Mathias Énard Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants qui évoquent la commande à Michel-Ange du pont de Constantinople par le sultan Bayazid en 1506 (Énard, 2010). Pour résumer, la résidence d’écrivain s’apparenterait donc à un séjour effectif, organisé et associé à une activité créatrice, c’est-à-dire à un dispositif au moyen duquel s’est largement constituée notre littérature. J’emploie cette notion de dispositif au sens que lui donne Philippe Ortel (2008, p. 33) pour lequel le dispositif associe un soubassement technique – le lieu de résidence et les ressources mises à disposition de l’auteur –, une pragmatique fondée sur l’échange entre les actants – les rencontres susceptibles d’avoir lieu au cours de la résidence – et enfin une symbolique correspondant à l’ensemble des valeurs sémantiques ou axiologiques qui se rattachent aux composantes techniques et pragmatiques – l’idée d’immersion dans un lieu par exemple.

  • 1 C’est le cas par exemple dans La République mondiale des lettres de Pascale Casanova (Casanova, 199 (...)
  • 2 C’est peut-être encore la critique littéraire postcoloniale qui est le plus attentive à cette « sit (...)

3Justement, la pratique résidentielle peut être interrogée sous l’angle de son association au lieu. Le lieu de production et de diffusion des œuvres (la géographie de la littérature) est un volet rarement pris en compte par la géographie littéraire1, et encore plus rarement par une géographie littéraire attentive par ailleurs aux procédés d’écriture, c’est-à-dire à la géocritique (l’analyse littéraire des représentations de l’espace) et à la géopoétique (l’étu­de des formes littéraires qui façonnent l’image des lieux) (Westphal, 2000 ; Collot, 2014)2. L’enjeu de l’intégration de la géographie de la littéra­ture au sein d’une géographie littéraire est bien l’étude des liens qui peuvent se nouer entre géographie de la littérature, géocritique et géopoétique afin de pouvoir analyser comment une situation d’écriture s’articule à une image du monde et à des formes de l’écriture. Savons-nous qu’un nombre non négli­geable d’ouvrages ont été composés en situation de résidence, comme Lac de Jean Echenoz par exemple ? C’est que nous réfléchissons rarement, me semble-t-il, à ce que peut être une situation d’écriture pour l’étude de la production littéraire. Si l’on s’est intéressé, par exemple, à la sociologie de l’auteur en étudiant ses postures et identités variables (Meizoz, 2007), ne faudrait-il aussi interroger la variabilité des configurations spatiales dans lesquelles les auteurs écrivent, c’est-à-dire les configurations mêmes des lieux de l’énonciation de l’auteur ? Dès lors que ces configurations peuvent être elles-mêmes productrices de sens, c’est-à-dire engager un sens de l’écri­ture, ne faudrait-il appréhender les lieux de la production littéraire et leur géographie parce qu’ils s’intègrent à la condition des auteurs ?

4Dans cet article, les résidences d’écrivains seront essentiellement abordées sous l’angle de leur rapport au lieu tel que ce dernier est envisagé par les organisateurs des résidences littéraires qui réfléchissent aussi à ce qu’est une situation d’écriture et au rapport au monde et à l’écrit qu’instaurent les résidences. Le fait littéraire y sera considéré surtout d’un point de vue de la politique culturelle et je mettrai l’accent sur la période contemporaine (à partir des années 1980), tout en essayant de prendre en compte la dimension européenne du phénomène. En conclusion, j’interrogerai les enjeux que soulève la résidence pour les écrivains eux-mêmes lorsqu’ils appréhendent le lieu et le paysage par l’écriture, ce qui nous permettra d’approfondir la question des liens que les résidences permettent de nouer avec les lieux.

Un champ de recherche encore à explorer

5La recherche sur les résidences d’écrivains est rare et cela a de quoi étonner au vu de l’importance du phénomène culturel et des nombreuses études critiques sur les conditions de la création publiées depuis plus d’une ving­taine d’années, par exemple sur la question de la commande artistique (Menger, 2003 ; Joubert, 2006). Selon Yann Dissez, auteur d’un mémoire sur le sujet, « aucun ouvrage théorique et réflexif n’aborde le sujet » (Dissez, 2004, p. 5), à l’exception de la thèse sur les résidences d’auteurs dramati­ques mentionnée plus haut (Charpentier, 1995). Aucune étude n’a été comman­dée par le ministère de la Culture ni par le Conseil national du livre (CNL), et l’État, pour le moment, est donc presque sans retour sur un dispositif pourtant essentiel de sa politique culturelle. Ce diagnostic vaut également pour les résidences d’artistes. De ce fait, aucune généalogie du concept n’a pu être établie jusqu’à aujourd’hui et il n’existe que très peu d’études historiques sur les résidences, à commencer par la plus célèbre d’entre elles, la Villa Médicis.

6La question du rapport plus ou moins étroit qu’une résidence permet de cons­truire avec le lieu est une vaste question dont on peut esquisser toutefois quelques repères. Sans doute, comme le constate Jean-Christophe Bailly à propos de la commande, l’instauration de résidences remonte à la naissance de la cité avec la séparation de l’art des formes rituelles propres aux communautés indivises (Bailly, 1990, P. 15-16), ce qui nous oblige à prendre en compte ce biais politique fondateur. Des pratiques aussi diverses que la commande, antique et renaissante, le mécénat, développé dès le XVIe siècle sous les Médicis et François Ier, ou les résidences institutionnalisées par le ministère de la Culture en 1981 avec la mise en place de la bourse d’écrivain-résident sous Jack Lang, pourraient être interrogées par rapport à la proximité, ou au contraire à l’éloignement, qu’elles instaurent avec le lieu. Dans quelle mesure le lieu est-il célébré lorsque la résidence obéit à des fins d’auto-représentation de la cité et du prince ? Dans quelle mesure la résiden­ce sert-elle au contraire à occulter toute relation au lieu pour montrer, par exemple, que s’y élabore une pensée « universelle » ? Ainsi, l’Académie de France à Rome, installée à la Villa Médicis en 1803 sous le règne de Napoléon, vise à mettre en contact les jeunes artistes avec les racines de la civilisation, plutôt qu’avec le lieu actuel, par exemple en leur faisant faire des copies des œuvres sur place. Dans quelle mesure le lieu est-il alors univer­salisé et sa dimension vernaculaire niée ? Dans quelle mesure aussi le lieu se transforme-t-il en relais et la résidence se lie-t-elle alors à des formes d’internationalisme lorsque les résidences servent à susciter des échanges et à élaborer une pensée internationale ? Enfin, est-ce que le rapport au lieu passe par un procès d’exhibition – c’est le cas pour de nombreux projets de résidences axés sur la mise en valeur du patrimoine architectural, culturel et historique des villes – ou expose-t-il aussi les individus à eux-mêmes et à l’espace ? De telles questions mériteraient aussi d’être posées au sujet de pratiques résidentielles qui se constituent en marge de la puissance politique, comme l’itinérance artistique qui se développe depuis le Moyen-Âge, les pratiques de la résidence dans le cadre du Grand Tour des voyageurs européens ou enfin, au XIXe et XXe siècles, la villégiature et les résidences privées, par exemple celles organisées par le poète Jean Bouhier à Rochefort dans les années 1940 (Dissez, 2004, p. 28).

La montée en puissance d’un dispositif culturel

7Il est certain que les années 1980 marquent un point d’inflexion important dans l’histoire des résidences d’écrivains puisque la pratique résidentielle va se généraliser sous l’impulsion du ministère de la Culture et être pris en charge par des acteurs de plus en plus variés. La résidence devient un dispositif essentiel de soutien à la création, ce dont témoigne par exemple, depuis la fin du XXe siècle, la publication d’annuaires et de guides pour l’orga­nisation de résidences d’écrivains destinés notamment aux collectivités territoriales (voir Potié, 2003 et le Guide des aides destinées aux auteurs, 2009), de même que l’apparition de réseaux spécifiques dédiés aux arts en résidence qui font office de bourses. Ainsi, le réseau Arts en résidence créé en 2011 vise, via un site, à « donner une plus grande visibilité aux dispositifs de résidences » (voir le site Internet Arts en résidence cité en fin d’article) et à constituer un espace de réflexion et de mutualisation des ressources, notam­ment juridiques, mises à disposition d’organisateurs, voire à rédiger une charte des bons usages de la résidence (projet qui ne semble pas avoir abouti, voir Colleville, 2010).

8Ce changement de politique culturelle est à mettre en relation avec le développement depuis les années 1970 d’un nouveau paradigme de l’action culturelle. Celui de Malraux, fondé sur la croyance au « choc » esthétique et une politique d’accès aux œuvres est progressivement supplanté par une politique de la démocratisation culturelle où les principes de la médiation et de l’animation dominent et où est mise en avant la capacité de la culture à transformer la société. Cette plus grande ouverture au public va de pair avec une plus grande ouverture à l’espace régional et local et traduit le passage d’une vision universaliste de la culture à une conception plus localisée et verna­culaire. On observe une évolution similaire dans le monde de l’art, au sens large, qui revendique en effet de plus en plus d’entretenir un rapport structu­rel à l’espace dans lequel il se déploie et vise à se doter ainsi d’une légitimité spatiale et territoriale. En effet, depuis la mise en place des projets culturels de quartier par le ministère de la Culture en 1995, les profession­nels de la culture utilisent de plus en plus la notion de « territoire » qui s’imposera jusqu’à devenir incontournable pour l’action publique avec la généralisation de la « territorialisation » des politiques culturelles (Le Brun Cordier, 2008, p. 8). Le « territoire » – nous reviendrons sur cette notion floue – est désormais considéré comme une « ressource », porteur de « richesses » qu’il convient de valoriser et ce, d’autant plus que s’exacerbe la concurrence des territoires avec le retrait administratif et financier de l’État qui est encore plus marqué ces dernières années. En France, la pratique résidentielle contem­poraine est donc liée à un phénomène éminemment spatial qu’est la « décentralisation ».

9C’est dans ce contexte que le poète Gil Jouanard crée en 1982 à la Chartreuse du Val de Bénédiction de Villeneuve-lès-Avignon le premier programme de résidences subventionné par le Conseil national du livre (CNL) sur le territoire français. Pour bâtir ce programme, les sources d’inspiration de Jouanard sont européennes. En premier lieu vient la « villa Médicis » – ouverte depuis 1971 aux écrivains – qui deviendrait ainsi le modèle des résidences françaises en jouant le rôle d’un « mythe fondateur » selon Yann Dissez (Dissez, 2004, p. 23). Mais d’autres sources d’inspiration ont leur importance comme les « Literaturbüros » en Allemagne qui permet­taient, selon Jouanard, d’accueillir des auteurs ou des artistes dans un appar­tement pour se consacrer à la seule création, c’est-à-dire sans avoir d’autres obligations spécifiques (Dissez, 2004, p. 34). Selon l’auteur de L’Envergure du monde (Jouanard, 2001), les artistes sont invités à « venir inciter ou exciter leur imaginaire au contact de la nature, de la campagne ou de l’architecture urbaine », autant d’éléments susceptibles de vivifier leurs représentations du monde par le sens de l’espace (Jouanard, 2003, p. 8). Ce poète sensible aux lieux et aux paysages met donc en avant la dimension matérielle et géographique du lieu de résidence, tout en soulignant, par ailleurs, qu’il souhaite recréer aussi une espèce de bateau-lavoir, c’est-à-dire recréer un esprit monastique, quoique plus ouvert, de collaboration et d’échange (Dissez, 2004, p. 29).

10Le modèle de la Chartreuse s’exportera très largement en France. Il est fondé sur une contractualisation et une formalisation de certaines composantes comme la durée le financement et les actions culturelles à mener (ce que Yann Dissez appelle le « double projet » qui est à la fois relatif à la création et à l’animation culturelle, op. cit. p. 34). Le dispositif financier de la Chartreuse est fondé sur la « bourse d’auteur-résident » du CNL qui l’octroiera à d’autres lieux. De ce fait, des villes l’utiliseront pour faire intervenir des auteurs dans les quartiers populaires ou sur des sites historiques, comme des châteaux, pour affirmer une vocation culturelle de lieux patrimoniaux ; des comités d’entreprise l’utiliseront également pour travailler sur la mémoire collective. Tout un ensemble de structures, de festivals, de maisons du livre, d’instituts et d’associations profitera de l’exis­tence de cette bourse d’auteur-résident pour proposer des résidences et offrir, selon les mots de Arts en résidence, « un soutien sous la forme d’un lieu de travail ou d’un temps de réflexion, d’expérimentation, d’échange, de produc­tion ou de présentation, essentiels dans le cadre de la recherche et du développement des pratiques artistiques » (voir le site Internet). Il est intéressant de noter que le réseau Arts en résidence précise aussi que nous assistons avec la montée en puissance de ce dispositif résidentiel à un phénomène international dont les « flux générés et les échanges engagés correspondent à notre société globalisée et aux besoins de mobilité des auteurs » (idem).

Diversité des résidences

  • 3 Le décret n° 71-1140 du 21 décembre 1971 modifiant les statuts de la Villa Médicis consacre cette v (...)

11En effet, la pratique de la résidence n’est pas forcément à lire comme un contrepoint à la mondialisation parce qu’elle développerait une littérature ancrée dans un lieu ou une région (Collot, 2014, p. 26-27). À la lecture des guides des résidences, il apparaît nettement qu’il existe des résidences haute­ment « globales », celles qui considèrent au moins autant le lieu que le nœud du réseau. Elles témoignent des origines internationales des résiden­ces, par exemple de la Villa Médicis qui fut aussi un moyen de s’ouvrir à l’Italie et à la Méditerranée (en tout cas, elle revendique de plus en plus cette fonction d’échange à partir des années 19703). Ce que l’on peut remarquer en tout cas, c’est que la pratique de la résidence est au moins autant liée à la découverte du lieu qu’à l’ouverture à l’Europe et au monde pour favoriser les échanges internationaux.

12La logique archipélique des résidences se développe dès les années 1990 avec l’apparition, par exemple, en 1994 des « villes-refuges » du Parlement international des écrivains pour accueillir des écrivains menacés ou contraints de s’exiler pour des raisons politiques et idéologiques. Ce réseau fondé par Salman Rushdie se propose de créer des « zones franches ». Le site du Parlement précise que « face à l’archipel du terrorisme international et à l’internationalisation de la répression, nous n’avons pas d’autres choix que de reconquérir de nouveaux territoires libres, des zones franches où la création soit non seulement tolérée mais encouragée, et où les écrivains puissent continuer à écrire en dépit des assassins. Une arche ou un archipel de l’imaginaire » (Giton, 2010, p. 138). Par le biais d’une figure stylistique (la dérivation impropre), l’arche est associée à l’archipel, le lieu de refuge à une image réticulaire du monde. Depuis la dissolution du Parlement international des écrivains en 2004, les « villes-refuges » sont regroupées au sein du Réseau international des villes refuges qui compte aujourd’hui plus de cinquante villes partenaires (voir le site de l’International Cities of Refuge Network). D’autres résidences d’écrivains se présentent davantage comme des carrefours propices aux échanges littéraires internationaux. Ainsi, la résidence « Écrire en frontière » du château de Fleckenstein à Lembach en Alsace (2008-2010) met l’accent sur les échanges franco-allemands et la dimension européenne. À Lausanne, les résidences internationales du Château de Lavigny s’adressent depuis leur mise en place en 1996 à des écrivains désireux de partager « un esprit de communauté internationale propice à la création » (site Internet du Château de Lavigny) en mémoire à l’éditeur allemand Heinrich Maria Ledig-Rowohlt et de son esprit cosmopolite. Dans ce genre de résidences, c’est bien le rapport à l’altérité culturelle et linguistique et l’idée d’une communauté internationale ou européenne qui est mise en avant. À ce titre l’on peut mentionner également les « résidences croisées » créées dans le cadre de partenariats régionaux européens, comme les résidences d’auteurs soutenues par la région de Bourgogne et le Land de Rhénanie-Palatinat (voir le site de la région de Bourgogne) ou les résidences de la prévôté à Bordeaux qui accueille depuis 2005 des écrivains du Land de Hesse, puis du Québec et de la région Émilie-Romagne en Italie (voir le site de l’ECLA).

  • 4 Joëlle Deniot, cours « Questionnements appliqués à quelques marqueurs lexicaux des institutions cul (...)
  • 5 À la suite l’exposé de Geneviève Charpentier qui tente de définir la notion de résidence, la discus (...)

13Si le lieu comme marqueur socio-culturel fort et comme délimitation topo­gra­­phique peut-être être relativisé dans le cadre de ces dernières résidences, d’autres résidences l’éludent franchement en s’organisant par exemple autour de critères génériques : ainsi, la papeterie de Vaux à Bordeaux a mis en place un programme de résidence en 2008 dédié à « la littérature de fiction pour les adolescents » qui ne requiert même pas à ce que l’auteur réside sur place. On peut mentionner aussi les résidences d’auteurs illustrateurs à la médiathèque départementale du Cantal qui ont eu lieu de 2008 à 2012 (voir le site de La Maison des écrivains et de la littérature) et les résidences d’auteurs/illustrateurs de jeunesse dans les départements des Hautes-Alpes et des Alpes de Haute-Provence créées en 2014 (idem). Enfin, la plus grande partie des résidences semble sans objet thématique et donc assez ouvertes. Depuis la fin des années 1990, les porteurs de ces résidences précisent souvent vouloir dynamiser ou animer le « territoire », mais cela n’implique nullement que le lieu et le paysage soient au centre de leurs préoccupations. Le « territoire » de la novlangue de la culture n’est pas le lieu ou le paysage. Pour la sociologue Joëlle Deniot, l’idée de « territoire » dans la politique culturelle « ne renvoie jamais à la définition géographique et paysagère, historique et imaginaire d’un pays saisi dans la diversité de ses découpages et ancrages culturels anciens et toujours réactivables, mais à l’effacement même de toute dimension temporelle, physique et symbolique de l’espace habité, approprié, travaillé, transmis, signé »4. Le « territoire » relève alors d’une perception sociologique et interactionniste de l’espace, sensible aux convergences entre des acteurs très divers. C’est le cas lorsque des résidences sont organisées par exemple dans les hôpitaux, les écoles ou les entreprises. Dès lors, une dérive est possible quand les écrivains, par exemple, viennent de la région même du lieu de résidence et ne sont donc plus dépaysés au sens géographique du terme. C’est arrivé par exemple dans le cadre d’un certain nombre de résidences financées par le CNL et pilotées par la DRAC d’Île-de-France dans les années 1990, remarque Geneviève Charpentier, car les domiciles de certains auteurs étaient alors situés à quelques kilomètres de leur lieu d’accueil. Ceci alors que le CNL utilise bien le critère du dépaysement géographique comme critère indicatif pour l’attribution des bourses d’auteur-résident depuis leur mise en place (Charpentier, 1995, p. 47). En effet, le dépaysement de l’auteur est « souhaité », et c’est toujours le cas, dans le cadre du dispositif « Crédit de résidence » du CNL, un dispositif qui vise à apporter un complément de revenu aux résidents acceptés dans des structures existantes. Cette dérive a généré des interprétations concurrentes ou des malentendus autour de la notion de « résidence » jusque dans les années 2000, par exemple lors des rencontres sur la résidence de 2009 organisées par l’Association aux nouvelles écritures théâtrales (ANETH) : soulevé par Geneviève Charpentier pour définir la résidence, le critère du logement (et du dépaysement) reste discuté. Pour d’autres participants, comme Sylvie Barré, responsable des projets à l’ANETH, la résidence est (ou du moins était) « au-delà du logement, située plutôt dans une optique de travail continu auprès d’une institution théâtrale et/ou bibliothèque, ou bien [...] dans une salle de classe » (Charpentier, 2009, p. 79). C’est bien alors l’activation du lien entre acteurs qui importe plutôt que l’ouverture des écrivains à un espace au sens matériel et géographique du terme5.

Émergence des résidences sur le paysage

  • 6 On peut citer aussi les projets « Écrire ma ville » qui est un projet de la Scène nationale Le Manè (...)

14Il n’empêche que de nombreux dispositifs résidentiels incitent les artistes à produire des textes en rapport avec le lieu où ils sont invités à séjourner et cette tendance, me semble-t-il, se renforce dès les années 1990 et concerne aussi bien la ville que le monde rural. Cet intérêt accru pour le lieu est sans doute à mettre en rapport avec l’émergence d’une « pensée-paysage » depuis quelques décennies et le besoin ressenti par nos sociétés de renouer avec l’environnement et l’expérience sensible (Collot, 2013). En effet, par les écarts qu’ils ouvrent et le détournement des représentations ordinaires des lieux qu’ils provoquent, ces dispositifs résidentiels relèvent souvent d’une logique paysagère et contribuent à déterritorialiser le territoire. Ainsi, de nombreux programmes de résidence sont consacrés à la ville et à ses « représentations » comme le projet « Saint-Nazaire » qui a permis d’inviter des écrivains dans les Pays-de-Loire, à Saint-Nazaire ou à Rezé, pour écrire sur le thème de la ville et a donné lieu à différentes publications aux éditions de la Maison des écrivains étrangers et des traducteurs (MEET) spécialisées dans la publication d’écrits liés à des résidences (voir par exemple Arenas, 1990 ; Conte, 1991 et Unger, 1991)6. Il faut noter d’ailleurs que le projet « Saint-Nazaire » était assez controversé puisque la structure d’accueil avait été accusée d’employer les auteurs pour promouvoir son propre rayonnement (voir Charpentier, 1995, p. 55). À ces projets urbains font écho, à l’étranger, les Stadtschreiberprojekte en Allemagne initiés en 2004 par le Goethe-Institut et la chaîne ARTE qui permettent à des écrivains d’Allemagne et de l’étranger de résider chaque année (jusqu’en 2011) de quatre à six semaines dans un Land ou une ville et à rendre compte de leur séjour via un blog (voir le site Literaturhaus.net). Certaines résidences urbaines servent aussi à explorer des espaces marginaux de la ville et à valoriser l’ancien patrimoine industriel et commercial comme les friches, les anciennes pêcheries ou des lieux insolites. Ainsi, la résidence « Atelier Azur » propose aujourd’hui un studio qui se trouve dans une ancienne gare d’Honefoss en Norvège afin de permettre aux artistes et aux écrivains de créer des « situations » originales avec la ville et les environs : le site précise que « la localisation, le territoire et les traditions deviennent la principale source d’inspiration de l’artiste » (voir le site Internet de l’Atelier Azur).

  • 7 À ce titre, voir le livre d’Olivier Domerg, En lieu et place, Strasbourg, L’Atelier contemporain, à (...)

15À côté de ces résidences urbaines, l’on observe la mise en place de programmes de résidences spécialement consacrés au paysage et à la nature. On peut mentionner, par exemple, les projets de résidences liés au développement du tourisme littéraire et à la mise en valeur de départements et de régions françaises. Ainsi, la fédération départementale des foyers ruraux et la bibliothèque centrale de prêts de la Lozère en Languedoc-Roussillon organisent de 1989 à 1992 l’opération « Itinéraires littéraires en Lozère » dans le but d’associer une création littéraire originale à une nouvelle approche touristique, en provoquant la rencontre entre la mémoire d’une région et l’imaginaire de plusieurs poètes et le regard d’un photographe (Charpentier, 1995, p. 69). Dans ce cadre, des écrivains et poètes sont invités dans l’Aubrac (Serge Pey et Michaël Glück par exemple), en Margeride (Olivier Rolin, Jean-René Doyon et Pierre Autin-Garnier) et dans les Causses (Pierre Bergounioux, François Bon, Pierre Michon). Ces résidences ont donné lieu à la publication de beaux livres publiés par un éditeur ancré dans la région, les Presses du Languedoc (Autin-Grenier, Laurans, Nagy et al., 1992 ; Alloula, Balpe, Bergounioux et al., 1994). D’autres structures proposent des programmes plus pérennes sur l’écriture du paysage. Dans le cadre de la résidence du sémaphore du Créac’h, mis en place en 2009, il est demandé aux auteurs de produire des textes « en lien avec l’insularité (réelle ou imaginaire) » (voir le site Internet de l’Association culture, arts et lettres des îles). L’association Terres d’encre à Saint-Vincent-sur-Jabron dans les Alpes-de-Haute-Provence propose des résidences sur le territoire rural où elle s’est implantée ; elle développe sur son site notamment l’idée de résidences « géopoétiques » qui visent à produire des « propositions d’écriture qui s’accordent au paysage présent » (voir le site Internet de Terres d’encre). Un autre exemple du développement de la thématique paysagère est la résidence « Saute-frontière » organisée par la maison de la poésie transjurassienne. Cette « résidence de terroir », située dans un village au cœur du parc naturel régional du Haut-Jura, est liée à ce que les organisateurs appellent la « culture de la montagne » (voir le site Internet de la Maison de la poésie transjurassienne). On peut citer aussi la résidence de Kolin Ryyanänen dans le village de Koli près d’un parc natio­nal à l’est de la Finlande qui offre un espace pour « travailler au contact de la nature » ou encore la résidence Upernavik Retreat qui souhaite faire vivre un espace de création inspiré par la nature et la culture du Groenland (voir le site Trans Artists. Your artist in residence guide). En dehors de l’Europe, les résidences du Banff Center au Canada dans la ville de Banff, au cœur des Rocheuses canadiennes du premier parc national canadien, sont également consacrées à la montagne (voir site Internet du Banff Center). Plus récem­ment ont été créés le Centre international d’art et du paysage sur l’île de Vassivière dans le Limousin (voir le site du Centre international d’art et du paysage) qui inaugure en octobre 2012 un programme de résidence dans un Château réhabilité sur l’île de Vassivière, ainsi que l’association Artifice, qui propose depuis 2013 un programme de résidences de poètes à Charleville-Mézières sur l’écriture du paysage (voir le site Internet d’Artifice). La « force du paysage », « la richesse culturelle du Limousin » et la « qualité de ces espaces » qui renvoient au Château de Vassivière sont mises en avant pour les résidences proposées aux artistes et écrivains. Ces lieux doivent « favoriser l’inspiration et la conception de projets en amont du temps de production et dans une temporalité propre aux changements des climats et des saisons » (voir site Internet). Les « artistes et chercheurs sont invités à postuler avec un projet de recherche et de création lié au paysage et/ou à l’histoire du territoire sur lequel est implanté le Centre d’art » (idem). Quant à l’association Artifice, elle entend favoriser une réflexion sur le paysage et sur la situation d’écriture en résidence (Knebusch, 2013, p. 24). Selon les organisateurs du programme, le programme de résidence doit permettre de « redécouvrir le lieu » par le biais d’une « inscription de la littérature sur le terrain » (voir site Internet). L’association entend s’inscrire dans la dynami­que actuelle d’une « géographie littéraire » qui « nous invite à découvrir les relations complexes qui se nouent entre les lieux et la littérature » et qui permet ainsi de réinterroger les « images du monde » et les « processus de l’écriture » (idem)7.

  • 8 Au Ørslev Kloster le coût est de 10 à 35 euros par jour pour le studio et repas ; dans le cadre du (...)
  • 9 Yann Dissez les exclut par exemple de sa réflexion au motif qu’elles sont payantes.

16Notons que ces résidences ouvertes sur le monde rural et la nature n’enten­dent pas forcément promouvoir une écriture du paysage. En effet beaucoup de résidences entendent offrir simplement une « retraite » du monde en proposant un site reculé, voire « isolé », loin des centres urbains ou situés dans des paysages exceptionnels pour favoriser une méditation plus solitaire propice au recueillement. Même si elle ne participe pas forcément du projet d’écriture, la logique du lieu joue cependant pleinement. Ce sont ainsi des refuges qui sont mis en place pour des écrivains (même de langue étrangère), par exemple au Künstlerhaus Lukas, en Allemagne, sur une presqu’île de la Baltique ou dans l’ancien couvent Ørslev Kloster au cœur de la campagne danoise, au monastère de Saorge situé dans une vallée sauvage des Alpes maritimes près de la frontière italienne, ou encore dans des cottages d’un ancien village déserté en Irlande (« The Cill Rialaig Project ») ou dans une ancienne ferme au Portugal (« Obras Artists in Residence Projet ») (voir les sites Internet). Il faut bien souvent payer son obole pour pouvoir séjourner dans ces refuges, mais la modicité du prix s’apparente de facto à une logique de subvention8. Ainsi, se dessine une constellation européenne de monas­tères, manoirs, anciennes fermes, cottages, etc. situés dans les lieux excentrés qui ne sont généralement pas intégrés à une politique d’animation culturelle et n’apparaissent généralement pas dans les études sur les résiden­ces9. Même si ces résidences sont moins intégrées à la République des lettres et aux « carrières » des écrivains, elles constituent un dispositif de soutien à la création qui remplit une fonction essentielle de dépaysement.

Conclusion

17En conclusion, nous souhaiterions proposer quelques pistes de réflexion pour approfondir la question des liens entre dispositif résidentiel et procédés d’écriture en considérant, par exemple, l’agencement complexe qu’est une résidence pour les écrivains et la façon dont elle constitue elle-même, déjà, un rapport au lieu.

18Dans quelle mesure une résidence oriente-t-elle, en tant que dispositif, un rapport au paysage et au lieu ? La question, posée par l’association Artifice, est justifiée. Selon Yann Dissez, « la pratique résidentielle pose de façon aiguë la question de “l’être au monde” » (Dissez, 2004, p. 6) et permet de « repenser la question des dispositifs, de concevoir de nouveaux modes “d’être au monde” pour les œuvres et pour la création artistique » (Dissez, 2004, p. 10). Mais cette question ne reçoit généralement pas de réponse ou alors une réponse implicite, comme lorsque l’on suppose, par exemple que la résidence est un dispositif qui permet « l’immersion » dans un lieu. Elle serait un dispositif qui représenterait « une méthode objective de recherche artistique, un moyen de découvrir des artistes, de remédier à leur isolement, d’élargir des publics, de mettre en exergue un lieu, une ville, un département, une région, de favoriser les échanges, de renouveler et d’enrichir le patrimoine de l’écrit » (Charpentier, 2009, p. 76). Or, est-il certain que la résidence favorise nécessairement une immersion (fin de l’isolement supposé de l’écrivain, confrontation avec de nouveaux publics) ? Et qu’entend-on par « mettre en exergue un lieu, une ville, un département, une région » et pourquoi retenir ce découpage administratif ? Alors que l’on est bien obligé de constater que la « démocratisation culturelle » est dans l’impasse, la résidence semble souvent envisagée par rapport à cette question et brandie comme une solution miracle.

  • 10 Alors que pour Jacques Perret, directeur de la bibliothèque départementale du Tarn qui est associée (...)

19Mais pour répondre à la question sur la façon dont une résidence nous implique dans un lieu, on ne peut se contenter de considérer le seul volet de l’« animation » d’une résidence (participation à des ateliers d’écriture, rencontres avec le « public », etc.). Il faudrait pouvoir répondre également à la question de la place du dispositif même de la résidence dans l’écriture du lieu. Rares semblent les écrivains à avoir intégré – de façon explicite – dans leur texte la question de la résidence et l’orientation qu’elle a pu conférer à leur rapport au lieu. Mais ces textes existent et l’on pourrait interroger la place du dispositif des résidences dans ces productions littéraires, notam­ment lorsque les résidences portent expressément sur le paysage et l’espace. De quelle façon les circonstances des résidences apparaissent-elles dans les textes ? Est-ce que le dispositif résidentiel apparaît comme une possibilité d’accès privilégié à un auteur, à un paysage ? Ce n’est pas toujours certain. Comment faut-il apprécier l’incidence du dispositif ? Par exemple, est-ce que la résidence donne lieu à des expérimentations litté­rai­res en lien avec l’artificialité du dispositif ? Je retiendrai deux exemples qui permettront d’illustrer cette problématique. L’écrivain Yves Charnet se compare volontiers à un auteur romantique perdu dans le XXe siècle. Dans Petite chambre, un texte produit à partir d’une résidence effectuée au château de Cayla dans le Tarn où il suit les traces de Maurice de Guérin né dans ce château, le dispositif de la résidence, à beaucoup d’égards, semble faire écran par rapport au lieu10. Alors qu’il réside au château de Cayla pendant quatre saisons de suite, Yves Charnet prend soin d’intégrer dans son texte la présence du gardien avec lequel il est forcé de cohabiter, ainsi qu’avec les visiteurs de la maison de l’écrivain, surtout aux mois du printemps et de l’été. « La poésie n’est pas dans les maisons d’écrivains. Ni dans les musées du culturel. La poésie est contre la poésie. Dehors, avec les cigales de ma folie. L’ordre règne au Cayla. La télé garde les gardiens » (Charnet, 2005, p. 107). Dans ce texte, la résidence semble alors fonctionner surtout comme un révélateur de la situation d’un écrivain qui dit se sentir « nulle part » chez lui (ibid., p. 86). Mais Yves Charnet se demande aussi pour­quoi les bois et le manoir du Tarn, « ce lieu d’une mythologie mal rafistolée, [font] encore signe à [s]on écriture ? » (p. 63). À la recherche de lui-même, il « hante le manoir de Cayla » et l’imagine à l’époque de Maurice de Guérin en relisant son Cahier vert, le journal intime de l’écrivain. Tout se passe alors comme si la résidence permettait tout de même, par instants, d’exprimer aussi un rapport d’immédiateté au lieu et à son passé : « Maurice. Je vous entends crier, ce soir, votre nom de Guérin. Dans le Cayla désert. Crier un nom de fils perdu. Votre nom hirsute et ruiné » (p. 64). Au contraire, Georges-Olivier Châteaureynaud est un romancier qui se déclare volontiers insensible aux lieux. Pour d’autres raisons, il prêtera aussi une attention particulière à l’artificialité du dispositif de la résidence. Son livre Résidence dernière met à nu le cadre de la résidence, la « situation irréelle » et « éminemment romanesque » de cette dernière, pour évoquer la pente « fantastique » du dispositif qui produirait de l’irréalité à hautes doses (Châteaureynaud, 2011). En effet, le narrateur des nouvelles qui composent Résidence dernière affirme partir en résidence pour se « ressourcer » puisqu’il est en panne d’inspiration. L’artificialité de la situation lui fait imaginer « l’aventure bénigne », miroiter des rencontres prometteuses, et tire la situation vers le fantastique qui est une pente fréquente chez cet auteur, mais que le narrateur de l’une des nouvelles relie aussi au fait que les résidences sont souvent situées dans des lieux reculés ou dans des manoirs (ibid., p. 41). La lecture humoristique de Châteaureynaud ne manque pas de souligner le décalage de l’écrivain avec la situation de résidence : ses résidents apparaissent « parachutés » dans la ville et la région, embarrassés par leur ego, et parfois impuissants à créer un rapport au lieu, si ce n’est en glissant vers le fantastique.

20Si elles n’ignorent pas les lieux en s’organisant autour de critères génériques ou en visant à promouvoir une optique de travail continu auprès d’une institution, force est de constater que les résidences d’écrivains permettent de nouer des liens d’une grande diversité avec l’environnement et les lieux comme marqueurs socio-culturels et délimitations topographiques. Elles peu­vent aussi bien développer des dynamiques réticulaires et vivifier les échanges littéraires, inscrire la littérature dans les lieux et favoriser un rapport sensible et immédiat au paysage ou au contraire inciter à réfléchir sur la distance avec le lieu qu’induit l’artificialité du dispositif. La résidence d’écrivain soulève bien des enjeux de géographie littéraire.

Haut de page

Bibliographie

ALLOULA Malek, BALPE Jean-Pierre, BERGOUNIOUX Pierre et al., 1994, Causses et vallées, Montpellier, Presses du Languedoc.

ARENAS Reinaldo, Méditations de Saint-Nazaire, Saint-Nazare, MEET, 1990.

AUTIN-GRENIER Pierre, LAURANS Jacques, NAGY Andras et al., 1992, La Margeride, Montpellier, Presses du Languedoc.

BAILLY Jean-Christophe, 1990, « Critique de la commande : pour une commande critique », Les Cahiers du renard, n° 4, p. 15-25.

CASANOVA Pascale, 1999, La République mondiale des lettres, Paris, Seuil.

CHARNET Yves, 2005, Petite chambre, Paris, La Table ronde.

CHARPENTIER Geneviève, 1995, L’accueil en résidence d’auteurs dramatiques – Bilan et perspective d’une aide originale (1981-1993), thèse de doctorat, sous la dir. de Robert Abirached, Nanterre, Université Paris 10.

CHARPENTIER Geneviève, 2006, « Approche typologique des résidences d’auteurs », in Des auteurs en résidence à lire à jouer, Manage (Belgique), Lansman Editeur / ANETH, p. 66-89.

CHÂTEAUREYNAUD Georges-Olivier, 2011, Résidence dernière, Paris, Editions des Busclats.

COLLEVILLE Nathalie, 2010, « Résidences d’écrivains : pour quoi faire ? », Bulletin des bibliothèques de France (en ligne), n° 4, <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2010-04-0090-009> (site consulté le 2 décembre 2015).

COLLOT Michel, 2013, La Pensée-paysage. Philosophie, Arts, Littérature, Arles, Actes Sud.

COLLOT Michel, 2014, Pour une géographie littéraire, Paris, Corti.

CONTE Giuseppe, 1991, Le manuscrit de Saint-Nazaire, Saint-Nazaire, MEET.

DISSEZ Yann, 2004, Habiter en poète. La résidence d’écrivain, une présence de la littérature au monde, mémoire de DESS Développement culturel et direction de projet, sous la direction Philippe Chaudoir, Lyon 2, <http://www.litterature-lieux.com/multimedia/File/journees/tude%20Yann%20Dissey.pdf> (site consulté le 24 août 2015).

DOMERG Olivier, 2018 (à paraître), En lieu et place, Strasbourg, L’Atelier contemporain.

Écrire ma ville. La Roche sur Yon, ses mots, ses images, 1997, La Roche sur Yon, Manège éditions, 144 p.

ÉNARD Mathias, 2010, Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants, Paris, Actes sud.

GITON Céline, 2010, Littérature d’ailleurs : histoire et actualité des littératures étrangères en France, Paris, L’Harmattan.

Guide des aides destinées aux auteurs. Bourses d’écritures, résidence en France et à l’étranger, 2009, Paris, Centre national du livre.

JOUBERT Fabienne (dir.), 2006, L’artiste et le clerc. La commande artistique des grands ecclésiastiques à la fin du Moyen-Âge (XIV-XVIe siècle), Paris, PUPS.

JOUANARD Gil, 2001, L’Envergure du monde, Paris, Verdier.

JOUANARD Gil, 2003, Guide des résidences d’écrivains en Europe, Maison du Livre et des écrivains, Montpellier, Les Presses du Languedoc.

KNEBUSCH Julien, 2013, « La poésie à la rencontre du paysage. Rencontre avec Julien Knebusch, directeur de l’association Artifice », Carolo Mag, n° 173, p. 24.

LE BRUN CORDIER Pascal, 2008, « Vous avez dit territoire ? », Stradda, n° 9, p. 6-7.

MEIZOZ Jérôme, 2007, Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine.

MENGER Pierre-Michel, 2003, Portrait de l’artiste en travailleur : métamorphoses du capitalisme, Paris, Seuil.

ORTEL Philippe, 2008, « Vers une poétique des dispositifs », in Philippe Ortel (dir.), Discours, image, dispositif, Paris, L’Harmattan, p. 33-58.

PERRET Jacques, 2005, « Résidences d’écrivain et atelier d’écriture dans le Tarn », <http://adbdp.web03.b2f-concept.net/spip.php?page=imprimer&id_article=473> (site consulté le 24 août 2015).

POTIÉ Anne (dir.), 2003, Guide des résidences d’écrivains en Europe, Montpellier, Maison du Livre et des écrivains, Les Presses du Languedoc.

RACINE Bruno, 1997, « Autour de la villa Médicis », La lettre du ministère de la Culture et de la Communication, n° 19, p. 9-10.

UNGER Andrès, 1991, Saint-Nazaire, Saint-Nazaire, MEET.

WESTPHAL Bertrand, 2000, La géocritique, mode d’emploi, Limoges, Presses universitaires de Limoges.

SITES INTERNET

Association Artifice<www.artifice-poesie.org> (site consulté 16 décembre 2015)

Arts en résidence<http://www.artsenresidence.fr/ > (site consulté le 16 décembre 2015)

Association culture, arts et lettres des îles, Programme de résidence du sémaphore du Créac’h<www.livre-insulaire.fr> (site consulté le 16 décembre 2015)

Atelier Azur Programme de résidences <http://www.atelierazur.net/stationhome.htm> (site consulté le 16 décembre 2015)

Banff CenterProgramme de résidences<https://www.banffcentre.ca/programs/residencies > (site consulté le 16 décembre 2015)

Centre international d’art et du paysage de l’île de Vassivière <http://www.ciapiledevassiviere.com> (site consulté le 16 décembre 2015)

Château de Lavigny <www.chateaudelavigny.ch> (site consulté le 16 décembre 2015)

ECLA (écrit, cinéma, livre, audiovisuel), agence culturelle du conseil régional de l’Aquitaine, Programmes de résidences< http://ecla.aquitaine.fr/Residences> (site consulté le 16 décembre 2015)

Fondation ObrasObras Artists in Residence Project<www.obras-art.org> (site consulté le 16 décembre 2015)

International Cities of Refuge Network<www.icorn.org> (site consulté le 16 décembre 2015)

Künstlerhaus Lukas<www.kuenstlerhaus-lukas.de> (site consulté le 16 décembre 2015).

La Maison des écrivains et de la littérature Résidences d’auteurs illustrateurs dans le Cantal, Médiathèque départementale du Cantal, <http://www.m-e-l.fr/fiche-residence.php?id=17> (site consulté le 16 décembre 2015)

Résidences d’auteurs/illustrateurs de jeunesse dans les départements des Hautes-Alpes et des Alpes de Haute-Provence <http://www.m-e-l.fr/fiche-residence.php?id=184> (site consulté le 16 décembre 2015)

Literaturhaus.net Stadtschreiberprojekt <http://www.literaturhaus.net/projekte/alle-projekte> (site consulté le 16 décembre 2015)

Maison de la poésie transjurassienne Programme résidence <http://www.sautefrontiere.fr/pages/residence-de-territoire.html> (site consulté le 16 décembre 2015)

Ørslev Kloster <www.oerslev-kloster.dk> (site consulté le 16 décembre 2015)

Région BourgogneProgramme résidences croisées <http://www.region-bourgogne.fr/Residences-croisees-d-ecrivains-Bourgogne-Rhenanie-Palatinat,486,8569> (site consulté le 16 décembre 2015)

Association Terres d’encre<www.terresdencre.com> (site consulté le 16 décembre 2015)

Trans Artists. Your artist in residence guideThe Cill Rialaig Project <http://www.transartists.org/air/cill-rialaig-project> (site consulté le 16 décembre 2015)

Kolin Ryyanänen. Residence for Artists < http://www.transartists.org/air/kolin-ryyan%C3%A4nen-residence-artists> (site consulté le 16 décembre 2015)

Haut de page

Notes

1 C’est le cas par exemple dans La République mondiale des lettres de Pascale Casanova (Casanova, 1999) : l’auteure se concentre sur les lieux d’édition et de diffusion des œuvres, mais la pratique résidentielle, telle que définie plus haut, n’entre pas dans son champ d’analyse.

2 C’est peut-être encore la critique littéraire postcoloniale qui est le plus attentive à cette « situation » des littératures dans l’espace, par exemple lorsqu’elle prend en compte la façon dont une identité africaine se décline différemment dans les œuvres selon que la production littéraire est destinée au marché européen ou au marché africain.

3 Le décret n° 71-1140 du 21 décembre 1971 modifiant les statuts de la Villa Médicis consacre cette vision de la Villa comme lieu d’échange culturel et artistique (art. 2). En 1981, par exemple, la Villa co-produit le festival de film Eurovision. À ce titre, voir Racine, 1997.

4 Joëlle Deniot, cours « Questionnements appliqués à quelques marqueurs lexicaux des institutions culturelles » pour le Master 2 Expertise des Professions et Institutions de la Culture de l’Université de Nantes, 2012-2016, voir le site du Master <http://www.master-culture.info/infos.master.culture.htm> (site consulté le 16 décembre 2015).

5 À la suite l’exposé de Geneviève Charpentier qui tente de définir la notion de résidence, la discussion, par exemple, se polarise significativement sur la résidence comme moyen de lutter contre l’isolement de l’artiste, voir Charpentier, 2006, p. 79-89.

6 On peut citer aussi les projets « Écrire ma ville » qui est un projet de la Scène nationale Le Manège ayant donné lieu à une publication : Écrire ma ville. La-Roche-sur-Yon, ses mots, ses images, La-Roche-sur-Yon, Manège éditions, 1997. La Maison du Geste et de l’Image de Paris a organisé l’opération « Ville intime » dans le cadre de laquelle dix auteurs ont publié des textes issus d’atelier d’écriture dans la revue Théâtre/Public (n° 169-170, juillet 2003).

7 À ce titre, voir le livre d’Olivier Domerg, En lieu et place, Strasbourg, L’Atelier contemporain, à paraître en 2018. Le livre a été écrit à l’occasion de la résidence de l’auteur à la fin de l’année 2013.

8 Au Ørslev Kloster le coût est de 10 à 35 euros par jour pour le studio et repas ; dans le cadre du « Obras Artists in Residence Project », la location du studio dans la ferme revient à 360 euros par mois.

9 Yann Dissez les exclut par exemple de sa réflexion au motif qu’elles sont payantes.

10 Alors que pour Jacques Perret, directeur de la bibliothèque départementale du Tarn qui est associée à l’animation de la vie littéraire du château de Cayla, ce dernier est un haut lieu de l’inspiration romantique que les résidences devraient permettre de réactualiser, voir Perret, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Knebusch, « La résidence d’écrivain », Géographie et cultures, 99 | 2016, 199-217.

Référence électronique

Julien Knebusch, « La résidence d’écrivain », Géographie et cultures [En ligne], 99 | 2016, mis en ligne le 18 mai 2018, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gc/4581 ; DOI : 10.4000/gc.4581

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals