Navigation – Plan du site

Le roman en guerre à Lussaud

L’orientalisme dans les discours sur un village du Cantal
The novel at war in Lussaud: orientalism in discourses about a Cantal’s village
Pierre‑Mathieu Le Bel
p. 199-217

Résumés

Le petit village de Lussaud, en France a été mis en scène dans trois romans, Pays perdu (2003), La première pierre (2013) et Pays éperdu (2012). La réception locale des œuvres fut émotive et il en a résulté des actes de violence ainsi qu’un débat qui a circulé dans les médias de toute la France entre 2005 et 2007. Cet article s’appuie sur les procédés narratifs du récit de voyage et sur la notion d’orientalisme développée par Edward Saïd afin d’interpréter ces événe­ments et de faire ressortir l’intrication des discours sur le lieu. Il ressort qu’auteurs comme journalistes partici­pent d’une communauté discursive qui reprend les stra­té­gies discursives de construc­tion de l’altérité associées à la construction de la géographie imaginaire coloniale.

Haut de page

Texte intégral

L’auteur remercie l’Association des professeurs à temps partiel de l’Université d’Ottawa de même que le Centre d’Études et de Recherches Appliquées au Massif Central, à la moyenne montagne et aux espaces fragiles (CERAMAC) de l’Université Blaise Pascal à Clermont Ferrand.

Introduction

1En plus de participer à la construction de sa propre géographie dans le texte et de provoquer une modification de l’aménagement urbain ou rural, la littérature participe activement à la construction d’un espace social et politique (Le Bel et Marceau, 2012). Dans le domaine de la littérature, la réception est généralement conçue comme le pôle qui fait converger œuvre achevée et monde « réel ». Il s’agit du lieu où l’œuvre s’inscrit pleinement dans son contexte social, bien souvent indépendamment des intentions originales de l’auteur ou de l’éditeur. La réception serait alors le cadre d’une rencontre, confinée à la consommation du texte. Or, elle est aussi anticipée, imaginée par l’auteur en travail d’écriture. Elle est, également, changeante, puisqu’elle s’effectue au contact d’un ensemble de discours ambiants. Ainsi conçue, la réception place le texte dans un univers relationnel, elle en fait un objet non-fini, en interaction dynamique avec le lecteur et son milieu. Cet article s’engagera donc autour de la question des géographies imaginaires, mais plus particulièrement des procédés narratifs orientalistes associés tradi­tionnellement aux récits de voyage qui peuvent les sous-tendre (Gregory, 1995 ; 2000 ; 2004). Il est à placer dans le contexte d’un intérêt académique de plus en plus grand pour l’interface entre littérature et lieux (voire par exemple le numéro spécial de Territoire en Mouvement) et un intérêt plus spécifique pour la performativité des géographies imaginaires qu’on conçoit aisément comme étant individuelles par nature, mais qui réfèrent à des idées et des espaces partagés collectivement (Driver, 2005). Les géographies imagi­naires agissent comme des « faits » qui servent de base légitimantes à des rapports sociaux (Gregory, 2004). Dans la mesure où il est assez rare que roman soulève un événement violent de la nature de celui qui est exposé ici, il apparaît pertinent de s’interroger sur les discours circulés sur le lieu concerné.

2On s’intéressera au cas de la municipalité de Lussaud, en France. Ce village a été mis en scène dans trois romans récents : Pays perdu (Pierre Jourde, 2003), La première pierre (idem, 2013) et Pays éperdu (Bernard Jannin, 2012). Cela a suscité localement une vive émotion.

3En effet, le 31 juillet 2005, alors que l’auteur Pierre Jourde revenait accom­pagné de sa conjointe et de ses enfants dans sa maison familiale du village, celui-ci fut reçu par quelques villageois qui l’abreuvèrent d’injures et se montrèrent physiquement agressifs. La situation dégénéra en véritable lapidation non seulement de l’auteur mais également de sa famille. Les vitres de la voiture furent fracassées, un enfant en bas âge eut des lacérations au visage. Des insultes à caractère raciste furent lancées à la compagne de l’écrivain. Ce sont surtout les moments de l’audience et de l’énoncé du jugement au terme duquel cinq personnes furent condamnées qui attisèrent l’intérêt médiatique national. Je souhaite explorer ce traitement médiatique ainsi et plus particulièrement la cohérence discursive entre les œuvres et les représentations journalistiques.

  • 1 Par corpus, j’entends les trois romans mentionnés, les articles de journaux francophones trouvés gr (...)

4Davantage qu’un roman où l’on trouverait des descriptions particulièrement habiles du lieu ou de la spatialité de ses habitants, ce qui m’intéresse ici relève d’une tension et d’un rapport de forces implicite aux procédés narra­tifs. L’événement de la lapidation de Jourde, largement diffusé, m’a conduit à l’idée d’aller à la rencontre du lieu et de certains des acteurs du drame. C’est cette expérience de voyage, ajoutée au style narratif des auteurs et des journa­listes qui me pousse ici à utiliser la première personne et qui m’oriente d’emblée sur la parenté entre le corpus ayant attiré mon attention1 et le récit de voyage comme genre littéraire.

5Plus spécifiquement, on verra ensuite comment les trois romans s’appuient sur les stratégies discursives de l’orientalisme telles que les a explicitées Edward Saïd (1978). On verra d’abord comment Pays perdu et Pays Éperdu font jouer les ressorts de l’orientalisme, puis, comment le traitement média­tique reprend à son compte ce style narratif.

6Dans un second temps, on s’arrêtera à mon travail de terrain de même qu’à La première pierre. On verra que l’auteur Pierre Jourde donne une explica­tion spatiale aux événements dramatiques entourant la publication de son roman. Ici, la notion de littérature de l’exiguïté (Paré, 2002) permettra d’arrimer ce que les discours produisent et reproduisent au sujet de Lussaud à un cadre social plus ample.

Récit de voyage orientaliste à Lussaud

7Les romans Pays perdu et Pays éperdu reprennent tous deux à leur compte les grandes caractéristiques d’un récit de voyage. Tous deux racontent le récit de la visite d’un narrateur – dans le premier cas Jourde, dans le second, Jannin – à Lussaud afin de venir assister à l’enterrement de la jeune fille d’un ami d’enfance resté vivre au village. Dans Pays perdu, il s’agit pour Jourde d’offrir ses condoléances en rendant successivement visite aux quel­ques familles du village, visites qui serviront de déclencheurs aux souvenirs d’enfance. Parmi ceux-ci le lecteur se familiarisera avec la vie quotidienne des habitants de Lussaud, mais découvrira aussi les détails plus intimes de leurs relations dont un adultère vieux de quarante ans qui, semble-t-il était connu de tous sauf des époux trompés. C’est, avec les descriptions les plus franches des aspects les plus pittoresques de la vie paysanne, ce qui déclenchera l’ire de certains. Pays éperdu déploie sa trame narrative dans le même contexte funéraire servant de prétexte mnémonique à l’évocation de souvenirs et d’images, plus volontiers lumineux chez Jannin que chez Jourde, de la vie dans le Cantal. 

  • 2 « predominantly factual, first-person prose account of travels that have been undertaken by the aut (...)

8Le récit de voyage fait partie d’une longue tradition et je ne souhaite pas ici en faire le portrait approfondi. Il peut se définir comme « un récit à la pre­mière personne, en prose, à prédominance factuelle, des voyages entrepris par l’auteur-narrateur »2 (Youngs, 2013, p. 3). La définition est volontaire­ment large puisque le consensus sur la grande hétérogénéité du genre l’est tout autant (Holland et Huggan, 1998 ; Kowalewski, 1992), mais retenons pour notre propos le fait que toutes ses formes – journal, récit, guide de voyage, blog, etc. – prétendent décrire le réel tel qu’il est.

  • 3 « They claim – and the readers believe – that the journey recorded actually took place, and that it (...)

Ils prétendent – et les lecteurs croient – que le voyage consigné a effec­tive­ment eu lieu, et qu’il est présenté par le voyageur lui-même. Dans ce cadre de définition de base, les comptes rendus de voyage se manifestent à travers un large spectre formel, exprimant une grande variété d’expériences de voyage3 (Korte, 2000, p. 23).

  • 4 « is not a transparent and unproblematic depiction of peoples and places, but rather a complex site (...)

9Cette ambition de réel explique l’attrait pour la géographie qui a pratiqué ce genre littéraire. Avec le tournant culturel, la géographie s’est appliquée à aborder l’espace et le lieu par l’entremise d’une grande diversité de discours dont le récit de voyage qui devint lui-même objet d’étude. Les postcolonial studies ont souligné à quel point les récits de voyage étaient parties prenantes d’un discours de domination associé au colonialisme. Une large palette d’auteurs (Barnes et Duncan, 1992 ; Duncan et Ley, 1993) s’y est attardée en partageant la prémisse que le récit de voyage : « n’est pas une représentation transparente et non problématique des peuples et des lieux, mais plutôt un site complexe de représentation qui confère un ordre narratif, une signification et du sens à ce qui est représenté »4 (Tavares et Brosseau, 2006, p. 301).

10Cette mise en ordre du réel sert de mécanisme de dissimulation et de légitimation d’un rapport de force inévitablement en faveur des puissances coloniales (Saïd, 1978). La construction d’un discours orientaliste table sur la mise en place d’un réseau d’oppositions entre caractéristiques attribuées à d’autres qui, explicitement, mais le plus souvent implicitement, servent à souligner le caractère opposé chez le voyageur européen. Des couples antagonistes sont ainsi formés : proche/loin, sale/propre, évoluant/ intempo­relle, clair /obscur, prude/vulgaire, prévisible/imprévisible, docte/ignorant, etc.

11Des approches similaires ont petit à petit été appliquées à l’étude des repré­sen­tations discursives de la femme (Blunt 1999 ; Blunt et Rose, 1994 ; McEwan, 2000) ou des Afro-Américains (Gruffudd, Herbert et Piccini, 2000 ; Wheeler, 1999). Nous verrons que dans le cas de la campagne française représentée dans les romans de Jourde et de Jannin les mêmes stratégies narratives sont décelables mais également qu’elles sont récupérées et remises en circulation par le discours médiatique.

  • 5 « Just as travel writing from the colonial period generated imaginative geographies that sedimented (...)

De même que le récit de voyages de la période coloniale a généré des géographies imaginaires qui se sont sédimentées au fil du temps jusqu’à devenir concrètes, réelles et influentes, le récit de voyages contemporain influence les visions du monde émergentes en s’appu­yant sur les rencontres, les préconceptions, les ambitions et les désirs d’aujourd’hui5 (Tavares et Brosseau, 2006, p. 302).

12Le récit de voyage autrefois plus descriptif et académique est passé avec la postmodernité dans le registre de l’intime. Il est devenu témoignage. « Ce qui distingue un acte de témoignage de la simple transmission de connaissance, de la simple information, du simple constat ou de la seule manifestation d’une vérité théorique prouvée, c’est que quelqu’un s’y engage auprès de quelqu’un, par un serment au moins implicite. Le témoin promet de dire ou de manifester à autrui, son destinataire, quelque chose, une vérité, un sens, qui lui a été ou qui lui est de quelque façon présent, à lui-même en tant que témoin – seul et irremplaçable » (Derrida, 2004, p. 531). Nous verrons que, reconnu comme témoin par les médias Jourde crée un espace rural bien spécifique.

  • 6 « The coming together of the previously unrelated, a constellation of processes rather than a ding  (...)

13Car le récit de voyage n’est pas qu’un récit sur le passé ; il participe d’une dynamique contemporaine de rencontre. Cette conception du texte est fonciè­rement relationnelle et campée dans le social : « C’est le rapproche­ment d’éléments précédemment non reliés, une constellation de processus plutôt qu’une chose en soi »6 (Massey, 2005, p. 141, cité par Hones, 2008, p. 1310). L’orientalisme est un processus d’altérisation qui mobilise un discours spécifique. Si j’en préfère l’usage à celui d’exotisation c’est que l’exotisme suppose davantage une connotation positive bien que condes­cendante (Staszak, 2008) et davantage une critique de soi (Todorov, 1989) que de l’autre. Par ailleurs la question du rapport de force, voire de domina­tion, est centrale dans la notion d’orientalisme (Gregory, 2000). Cette domination a été le plus souvent analysée dans le contexte du colonialisme (Gregory, op.cit. ; Sage, 2008), mais certains (Radcliffe 1996 ; Boudreau, 2007 ; Chang, 2010 ; Phelps, 2011) se sont appuyés sur la notion d’orientalisme développée Edward Saïd (1978) afin de réfléchir aux discours spatiaux dans des contextes infranationaux comme on le fait ici.

14Ce qui ressort de l’analyse, à la fois des écrits de Jourde et de la réception populaire de ses livres, ainsi que des discours circulés au sujet du procès de l’affaire Jourde, c’est la construction d’un orientalisme au sens entendu par Saïd et repris notamment par Gregory (1995, 2000).

  • 7 « Orientalism is a style of thought based upon ontological and epistemological distinction made bet (...)

L’orientalisme est un style de pensée basé sur une distinction ontologique et épistémologique faite entre « l’Orient » et (la plupart du temps) « l’Occident ». Ainsi, une très grande masse d’écrivains, poètes, romanciers, philosophes, théoriciens politiques, écono­mistes et admi­nis­trateurs impériaux, a accepté la distinction fondamentale entre l’Orient et l’Occident comme assises aux comptes rendus élaborés sur l’Orient, son peuple, ses coutumes, « l’esprit », le destin, etc. le phé­no­mène de l’orientalisme tel que je l’étudie ici concerne principale­ment non pas une correspondance entre Orientalisme et Orient, mais la cohérence interne de l’Orientalisme et ses idées sur l’Orient malgré ou au-delà de toute correspondance, ou leur absence, avec un « véritable » Orient7 (Saïd, 1978, p. 3).

15Pas limité à un texte ou un style, l’orientalisme est plutôt incarné par une cohérence interne à un ensemble de discours dont l’objectif implicite est la construction de « l’autre ». Cette section vise donc à illustrer comment Pays perdu, Pays éperdu ainsi que les journaux qui ont parlé de l’affaire Jourde reprennent les stratégies narratives de l’orientalisme. Évidemment, il ne s’agit pas ici de construction d’un Orient géographique, mais d’activation des stratégies narratives privilégiées habituellement par l’orientalisme dans la construction de l’autre et dans la différenciation d’un centre et d’une périphérie.

Pays perdu et Pays éperdu

16On a dit que l’orientalisme s’articulait autour de la mise en place d’un réseau d’oppositions destinées à devenir récurrentes dans le discours sur l’autre. Les deux romans échafaudent chacun des réseaux d’opposition extrêmement similaire entre eux et qui reprennent presque point par point les stéréotypes orientalistes. D’abord l’opposition proximité/distance : les deux romans s’ouvrent par une description de la D109 qui serpente sur la montagne, entre les champs. Les descriptions évoquent des passages dangereux, un univers si distant que le parcours relève du rituel initiatique, car « Dans la faculté qu’a le village de féconder des légendes, depuis les vacances de notre petite enfance jusqu’aux jours présents, la route ne compte pas pour rien » (Pays perdu, p. 9).

Lorsqu’on y sera, on se demandera encore si on est bien dans ce qu’on a vu, si on n’a pas aperçu un mirage, un village fantôme ; mais la montagne passant la gueule entre tous les murs, ou l’horizon, plus grand qu’ailleurs, où se déversent et se vident les maisons, les chemins et les prés, rappelleront à chaque instant qu’on y est : loin (Pays perdu, p. 14).

17Cette mise en distance, sur laquelle je reviendrai, sert de sas narratif marquant l’entrée d’un territoire définitivement « autre » différencié du reste (de la région, de la France, du monde) par un ensemble d’oppositions supplémentaires. D’abord nous sommes dans le territoire du fantastique, c’est le pays du Dahu, où se trouve un « village fantôme » où l’on cherche le trésor du cousin (Pays perdu, p. 19) où on trouve autant des « monstres » (Pays éperdu, p. 25) qu’une « forme légendaire de bonheur » (Pays éperdu, p. 28). Nous sommes dans l’« étrange territoire » (Pays perdu, p. 81) de la « banalité du légendaire » (Pays perdu, p. 68). « On parcourt le territoire d’une mauvaise plaisanterie mythologique, la parodie grinçante des puissan­ces originelles. » (Pays perdu, p. 126). Les « maisons portent des noms à elles, sans rapport avec ceux qui les occupent. Elles ont plus de poids qu’eux, plus de durée » (Pays perdu, p. 158-159).

Des temps différents continuent à se mêler dans le village. La plupart des [sic] ses habitants n’ont jamais vu Paris. Certains connaissent à peine la métropole régionale, située à moins de quatre-vingts kilo­mètres. Les femmes se couvrent les cheveux à l’église, laissent aux hommes les termes crus, l’alcool et les cigarettes. Comme dans les fabliaux, il est arrivé qu’une paysanne soulève ses jupes et montre son derrière à l’adversaire en guise d’affront. On n’a pas de toilettes ni de douche, mais la télévision est là, avec ses jeux et ses guerres, à quoi se résume presque la vie culturelle. On la laisse parler, sans trop la regarder. Elle atteste que le monde existe (Pays perdu, p. 94).

18Ce caractère fantastique est entre autres possible par son aspect intemporel face à la tendance modernisante – par exemple la tendance déplorée à construire plus de routes ou à les rendre meilleures. Ainsi, Lussaud ne change pas, on y trouve les « derniers pittoresques » (Pays perdu, p. 52) ainsi qu’une « tour de guet médiévale » (Pays perdu, p. 56), des buttes dont le « bossellement discret évoque la digestion des époques anciennes » (Pays éperdu, p. 35), des « clans ennemis » (Pays perdu, p. 59) qui perpétuent des vendettas centenaires, des « morts timides et chuchotants, venus d’un autre temps, maintenus dans le nôtre par aberration, ou par magie. Le savaient-ils ? Ils paraissaient toujours s’excuser de quelque chose, de vendre ce pain préhistorique, d’être encore là » (Pays perdu, p. 64), bref, le temps y « tour­ne en rond » (Pays perdu, p. 133) mais est pourtant « presque immo­bile » (Pays perdu, p. 82).

19Une des oppositions les plus récurrentes du procédé orientaliste est l’oppo­sition entre un Orient sale et un Occident propre. Or, bien qu’il soit certain que les deux auteurs en fassent une certaine louange poétique, Lussaud est définitivement campé du côté de la saleté, des ordures, de « l’invasion des cuisines par des entassements de loques » (Pays perdu, p. 53). Un person­nage « dormait parmi les charognes » (Pays perdu, p. 55), tous accumulent les objets les plus inutiles et hétéroclites. Surtout la bouse et tous ses synonymes, qui font de Lussaud un « pays de la merde » (Pays perdu, p. 134) et pénètre toutes les facettes de la vie quotidienne.

20Lussaud est encore le lieu de tous dangers, dangers qui font ressortir le caractère héroïque de ses habitants et contribuent au fantastique. « On sent partout la vieille lutte de l’homme contre la déperdition et la sauvagerie, si intime que les lutteurs sont devenus, indistincts, doubles agrippés l’un à l’autre » (Pays perdu, p. 17).

Les campagnes se peuplent d’estropiés et de blessés comme après les grandes guerres. Les bêtes participent, les taureaux ouvrent les ventres, piétinent des entrailles humaines. Les vaches enfoncent les articulations d’un coup de sabot, laissent des pieds étrangement défor­més, des doigts qui se ferment selon des angles inédits. Les choses apportent leurs contributions, les arbres qui tombent brisent […] (Pays perdu, p. 48).

Commence un territoire d’amours contrariées, voire impossibles ; de taureaux massacreurs et de machines qui tuent ou au mieux qui mutilent ; de rebouteux ivrognes notoires et femmes à barbe, les vrais, ceux des légendes (Pays éperdu, p. 34).

21Le village du Cantal, ainsi décrit comme regorgeant de personnages héroïques, voire mythiques, est pourtant également décrit comme étant le territoire du vide « très normalement désert » (Pays éperdu, p. 34), par opposition à un monde contemporain plein. « La solitude travaille de son côté, accroche à une corde les abandonnés qui n’en peuvent plus (Pays perdu, p. 48). « On dirait que tous les humains viennent à l’instant de se volatiliser » (Pays perdu, p. 82)

22L’orientalisme procède, finalement, par homogénéisation de lieux qui n’ont parfois que peu en commun « comme les dimensions autres d’un ruban de Möbius. Qui passerait de l’Écosse au Swaziland, de l’océan au désert et au cosmos profond qu’on vit là sans pour autant les voir » (Pays éperdu, p. 26). « Ces paysages de western » (Pays perdu, p. 91) voient évoluer des habitants au « format de sumotori » (Pays perdu, p. 94), « peuplade des Mongols » (Pays perdu, p. 94) ou encore des Sarrasins (Pays perdu, p. 98) aux « yeux bridés » (Pays perdu, p. 97) de « nomades kirghizes » (Pays perdu, 100), peuplant des « steppes » (Pays perdu, p. 97) évoquant Oulan-Bator (Pays perdu, p. 97). En somme, « inutile d’aller visiter la Mongolie » (La première pierre, p. 157).

23Lorsqu’il ne s’agit pas de comparaison orientale, c’est plutôt l’Amérique des explorateurs qui servira de modèle : « Tout ce rafistolage archaïque et dévot fait songer à ces églises de pueblos indiens où les statues bariolées de saints ressemblent à des effigies de dieux zapotèques » (Pays perdu, P. 121). La route « tient de la piste à char d’assaut et du coupe-gorge, des gravures de Gustave Doré et du Nouveau Mexique. Natchez et Geronimo auraient dû s’y retrancher en bonne compagnie de Colomba et Fra Diavolo » (Pays éperdu, p. 56) Nous serions donc, au final, dans « un compromis entre l’Asie centrale et le Far West » le « far centre » (La première Pierre, p. 162).

24Si le livre de Jannin a recours à des procédés génériques identiques, c’est un paysage plus lumineux qu’il nous donne à lire. Cela fait ressortir le caractère que d’aucuns percevront comme négatif de la description que fait Jourde de son Pays perdu. Les couvertures des deux ouvrages sont elles-mêmes assez explicites. Celle de Jourde fait voir un vieil homme assis dans ce qui semble être un bistro dénudé, prêt à boire (seul ?) sa bouteille de rouge ; celle de Jannin deux enfants qui gambadent sur un plateau herbeux où l’on trouve « le rien sublime » (Pays éperdu, p. 25). Cohérent, cependant avec sa logi­que orientaliste mêlant fantastique et périls. C’est un de ces périls en tous les cas qui attirera l’attention des médias sur Lussaud.

Les journaux

25Si à plusieurs égards, Pays perdu et éperdu relèvent du récit de voyage, les traits caractéristiques de ce genre littéraire, tout comme les réseaux d’oppo­sition sont également visibles dans les articles des journalistes s’étant déplacés jusqu’à Lussaud ou couvrant l’affaire entendue en Cour. L’atten­tion médiatique se concentrera en trois temps, d’abord au lendemain de ce qu’on peut se permettre de nommer lapidation de l’auteur et de sa famille, ensuite au moment du procès, et finalement lors de la sortie de La première pierre. Globalement, le traitement médiatique des évènements de l’été 2005 est de deux types. Le premier cas de figure est celui où l’auteur est perçu comme ayant écrit une ode à la campagne mais a été mal compris par des gens qui ne pouvaient pas le comprendre, on le verra plus bas. Dans le second cas de figure, on admet plutôt que l’auteur a écrit des choses qu’on ne pouvait pas écrire parce qu’il s’agit de la campagne.

[Jourde] convoque vivants et disparus et les raconte. Il dit les petites vies et les grands chagrins, les accidents de tracteur et les cahots de for­tune, la crasse et l’alcool, la grandeur et la dureté, la beauté et la nostalgie, les légendes et les secrets. Il écrit noir sur blanc ce qui ne saurait que se chuchoter [c’est moi qui souligne] (Le Monde, 22 juin 2007).

26En témoigne également cette phrase reprise par plusieurs articles « Jourde a touché aux ancêtres, et les ancêtres, on n’y touche pas ! » (rapporté par exemple dans Le parisien et Aujourd’hui en France). On y touche pas parce qu’ici, c’est comme ça, semble-t-on dire : « [dans ce] village du Cantal, marqué par l’alcoolisme, la solitude, le suicide... mais aussi par une frater­nité à la fois rustique, authentique et brutale » (Paris-Normandie Grand Rouen, 15 octobre 2013, p. 12)

27Dans un cas comme dans l’autre la figure de l’auteur et mise en opposition à celle du paysan, le monde de la Culture mis en porte à faux face au monde rural. Pour bien illustrer la distance, les articles ne manquent pas de donner l’altitude à laquelle niche le village : « une poignée de familles installées là, à 1 000 mètres d’altitude, depuis des temps immémoriaux » (Le Figaro, 21 juillet 2007 ; Ouest-France, jeudi, 21 juin 2007, La Montagne, lundi, 22 avril 2013, par exemple). Les journalistes reprennent le motif de la route avec celui de l’altitude, ce qui amplifie l’impression de distance chez le lecteur.

Au bout de la route, une succession de virages, le silence est à peine froissé par le ronronnement lointain des faucheuses. Allongés sous un antique tracteur, deux chats terminent leur sieste. Des poules, rousses, sont endormies à l’ombre d’un buisson. Le lichen donne aux pierres noires de somptueux reflets ocre. Lussaud est un hameau paisible du nord du Cantal. Pourtant, derrière cette apparente tranquillité, les rancunes sont aussi solides que les murs des maisons, construites pour la plupart à la fin du XIXe siècle. Ces histoires, tout le monde les connaît au village. Mais elles étaient inscrites dans les traditions orales. Jusqu’au jour où Pierre Jourde s’en est inspiré pour son roman Pays perdu. (Le Monde, vendredi, 22 juin 2007, p. 3)

Niché à 1 000 m d’altitude dans le nord du Cantal, Lussaud compte une vingtaine d’habitants. Le 21 juin, ce hameau proche de Laurie sera plus désert encore. Cinq villageois comparaîtront devant le tribunal (Le Parisien, 9 mai 2007).

28« Perché au bout d’une route étroite et sinueuse, Lussaud ressemble à la description qui le résume en quatrième de couverture » (Libération, 16 sept 2005). De Lussaud, Pierre Jourde connaît chaque toit, chaque pénombre de ces fermes qui « sentent le lait suri et les étoffes moisies » (Le Monde, 22 juin 2007). D’emblée, donc, si les lecteurs désirent une description fidèle de l’endroit, les journalistes réfèrent davantage au roman de Jourde qu’à leurs propres impressions. Viendront ensuite de manière assez systématique, les autres oppositions : le propre et le sale, comme on vient de le lire, puis le docte et l’ignare : « On arriverait à s’émouvoir sur le sort fait à ces cinq prévenus » lit-on dans le Libération (22 juillet 2007). S’émouvoir parce que les journalistes en font un portrait d’impuissants devant à la fois le combat judiciaire et le débat littéraire. On souligne avec une certaine délectation la naïveté et le manque d’éducation littéraire des ruraux, l’incapacité à distinguer le premier du second degré. « J’ai ma sœur, elle était handicapée mentale. Il a dit des moqueries dessus. Et puis, j’ai un gendre, il a dit qu’il avait une tête de sanglier et que ma petite fille, elle avait été élevée au cassis dans le biberon. Ma petite fille, elle va au collège, en sixième, et elle est la première de la classe ! », s’était-elle exclamée. « Ma mère, il l’a traitée de sulfureuse. Il s’est moqué de notre tas de fumier, aussi » (Le Monde, 7 juillet 2007 et repris également dans Le parisien, 22 juin 2007 et Aujourd’hui, 22 juin 2007 par exemple). « Trop ordinaires, peut-être, pour saisir la révé­rence » (Paris-Normandie Grand Rouen ; 15 octobre 2013, p. 12) et l’incapacité de s’expri­mer correctement. Ici, une journaliste va jusqu’à retranscrire la phonétique d’une des prévenues : « Mais nous, on peut pas s’esspliquer comme lui, passeque lui, il est poète, alors... » (Le Monde, 22 juin 2007, blog en ligne).

29On retrouvera également encore le danger, caractéristique que l’acte de violence des prévenus vient renforcer. Cela n’empêche pas l’exagération de l’accentuer encore plus : « La famille Jourde réussit finalement à prendre la fuite en voiture, laissant derrière elle un hameau en feu » (Libération, 16 septembre 2005). Le fantastique cher à l’orientalisme quant à lui, s’accorde moins bien à la pratique journalistique bien que « les bouses de vache et quel­ques secrets de famille » dressent un portrait exotique à l’œil des urbains (Médiapart, 17 octobre 2013).

30Ce qui me semble essentiel ici est que les propos de Jourde sont assimilés davantage au témoignage qu’à la création, de telle sorte qu’à sa suite les journalistes peuvent légitimement citer de longs passages de son œuvre et font circuler à leur tour les mêmes images du village. Ce qui frappe à la lecture de l’ensemble des articles disponibles, c’est la manière dont les caractéristiques discursives orientalistes sont également visibles dans ces textes.

Le géographe égaré ?

  • 8 « Orientalism can be discussed and analyzed as the corporate institution for dealing with the Orien (...)

L’orientalisme peut être discuté et analysé comme l’institution corporative permettant de traiter avec l’Orient – en y faisant des déclarations, en autorisant des opinions, en le décrivant, en l’ensei­gnant, en le réglant, en le gouvernant : bref l’orientalisme en tant que style occidental pour la domination, la restructuration et l’expression de l’autorité sur l’Orient8 (Saïd, 1978, p. 3).

31C’est au volant de la voiture qui m’amenait à Lussaud pour la première fois que je me suis aperçu que le géographe que je suis était tombé dans le panneau. À tout le moins aux yeux du géographe qui aura exploré d’autres terrains, la voie est bien entretenue et les quelque quarante minutes du trajet après Blesle – pittoresques, mais certainement pas hors des sentiers battus –, ne sont pas suffisantes pour vous donner l’impression de sortir de France. Le village, quant à lui, semble beaucoup plus petit que ce que la lecture de La première pierre évoquait. Oui, les maisons sont peu nombreuses, mais elles sont si proches les unes des autres que l’impression de petitesse est exacerbée. C’est vrai que l’air embaume une odeur de bouse. C’est vrai aussi que le bruit des cloches à vache est omniprésent, bien que ténu. De fait, c’est comme si ces tintements de même que les autres bruits – cigales, vent, poulets – servaient de trame de fond au silence. Empreint d’une certaine crainte – celle d’à mon tour recevoir des pierres ? – j’avais à l’esprit les images des portes qui se ferment sur les journalistes et du « hameau en feu ». Arriverai-je à établir un quelconque contact malgré la « brutalité » de la fraternité paysanne ?

32Je constatai peu à peu que je risquais les moqueries plutôt que les blessures. Le maire de Laurie, avait presque l’air de se payer la tête du géographe canadien qui s’était déplacé de si loin pour étudier l’affaire Jourde. « Allez‑y, parlez-leur, ils vous le diront, ce qu’ils pensent ». Un premier habitant refusa de discuter de l’affaire. « Ça fait longtemps », m’a finalement dit une dame âgée que j’ai abordée au centre du village. Elle n’apprécie manifestement pas de ressasser l’histoire. « On ne se parle plus comme avant, mais la vie continue ». « Le village n’a pas changé depuis » me dira une autre. Une ou deux nouvelles familles sont venues dans le coin. Quant aux curieux de l’affaire Jourde : « Il est venu du monde mais il en vient plus tellement ». « On préfère plus y penser ». D’ailleurs un homme que j’accoste un peu plus loin n’a « pas trop de choses à ajouter ». Tous affichaient le même sourire en coin. Sauf peut-être celui pour qui Jourde incarnait davantage la victime. Loquace, ce n’est pas la première fois qu’il racontait les événements et ses suites à un visiteur. Entre les pro-Jourde et les autres, on sent bien qu’aucune hache de guerre n’a été enterrée.

33En arpentant le pays on se demande ce que Jourde aurait écrit si son récit avait eu lieu l’été. Peut-être cette noirceur qu’il dit aimer aurait-elle laissé le pas à quelque chose de plus lumineux ? Pourtant, il se décrit lui-même comme un enfant du lieu, bien que Jourde n’y ait jamais que passé ses vacances. Jannin également est originaire de Lussaud. Cela pose problème à une lecture orientaliste du lieu puisque celle-là se veut colonisatrice.

34La notion de littérature de l’exiguïté (Paré, 1992) peut servir de levier inter­prétatif à cette écriture du lieu campée dans l’orientalisme. Pour Paré, les littératures de l’exiguïté sont de petites littératures, petitesses définies par leur ordre de relation à l’histoire littéraire. Elles seraient « exténuées dans le morcellement et la diversité » (idem, p. 25), des littératures minoritaires définies comme ayant un « rapport inégal au pouvoir » (idem, p. 26). Ainsi, la littérature de la métropole bénéficierait d’un « privilège ontologique » (idem, p. 45) et les littératures de l’exiguïté seraient mises à la marge, ont leur refuserait sans cesse l’accès au cénacle de la grande littérature, à la « république mondiale des lettres (Casanova, 2008).

35Caractérisées par une peur de disparaître, les littératures de l’exiguïté mettent et remettent en mots la peur de la disparition d’un mode de vie. Cela transparaît dans l’œuvre de Jourde comme dans celle de Jannin qui craignent les ravages de la modernité. Si tous deux ont peur des changements en matière d’aménagement – l’amélioration et l’extension de la route par exemple – c’est qu’ils posent un mouvement de va-et-vient entre la construction d’un territoire et d’un groupe humain. Ici, La première pierre reprend où Pays perdu s’arrêtait en donnant une explication spatiale.

Un secret peut être connu de presque tous sans perdre son statut de secret. L’important, c’est le tabou. On se l’est confié de personne à personne, il a fait le tour de la communauté entière, mais il n’est pour autant public. Détenu par chacun, il n’appartient pas à tous.

Le hameau se compose de quelques dizaines de bâtisses serrées les unes contre les autres. Huit foyers, cinq familles, presque toutes appa­rentées. Autour, rien, des bois, des montagnes. La première boutique est à vingt minutes de voiture. Trois ou quatre maisons d’estivants, originaires du village en grande majorité. […]

L’isolement et l’anonymat y sont impossibles. Pour préserver l’inti­mité, le secret s’avère une nécessité. Il est presque impossible de le garder, on sait bien qu’il va filtrer. Alors on pratique la fiction du secret : on fait comme si les choses demeuraient cachées, on déploie le théâtre de l’intimité préservée. L’important est que la fiction perdure (La première pierre, p. 142)

36On constate donc que c’est à une explication par déterminisme environnemental que nous convie Jourde. Si le secret à l’importance qu’il a, si on le manipule comme on le manipule, c’est surtout semble-t-il parce que le lieu est éloigné et exigu.

L’histoire d’Henri avait pour toi une fonction qui ne tenait en rien à la divulgation d’un pauvre secret […]. Elle permettait de mesurer l’impos­sibilité d’échapper au lieu. (La première Pierre, p. 150)

Elle [l’histoire d’Henri] avait à dire la différence de poids de ces choses, énorme dans un village, plus faible en ville, où les mœurs ne sont plus aussi patriarcales, où les événements se diluent dans la quantité des relations sociales, où la parole vole plus légèrement. En ville, on a des aventures, des fantômes d’histoire, impalpables parfois. Au village, on a commis un adultère, qui crée une histoire définitive. Autour d’Henri, chaque jour, il n’y avait que des gens qui savaient, et fai­saient comme s’ils ne savaient pas. Tes grands-parents avaient en partie échappé à ce poids en quittant le village (La première Pierre, p. 151).

37L’analyse que fait Jourde apparaît assez raffinée. Néanmoins, celle-ci prend l’exact contre-pied de sa critique du traitement médiatique cherchant dans les stéréotypes ruraux l’explication des événements violents de Lussaud. Lorsque les médias reprennent à leur compte les oppositions que Jourde a lui-même mises narrativement en place, il déplore que les journaux dépeignent de pauvres paysans qui « n’ont pas les mots » pour lutter contre un universitaire « bavasseur urbain irresponsable ». Ce discours serait « à la fois mythologique et condescendant » écrit-il. « Le plus étonnant n’est pas son inexactitude, mais le fait qu’il parvienne à inverser les choses point par point. Sur le terrain de la force, les braves paysans ont perdu. Ils ne s’en sont tirés qu’en jetant des pierres à des enfants. Sur le terrain des mots, au contraire, ils savent très bien quoi faire, et l’audience le démontre » (La première pierre, p. 80). Ainsi, les habitants de Lussaud auraient joué le jeu des apparences à des fins somme toute politiques. « Les paysans ne sont pas des paysans, ils font les paysans comme le garçon de café de Sartre fait le garçon de café » (La première pierre, p. 81).

38Si les secrets, même les plus graves, ont cette vocation à s’échapper des tiroirs dérobés où on les a cachés, s’il est arrivé à toutes époques et en tous lieux qu’ils s’ébrouent sur la place publique soulevant l’ire ou les sarcasmes, tous ne provoquent pas de lapidations. En chercher l’explication dans un caractère ontologiquement lussaunais peut certes fournir un cadre à l’action, mais cela masque la réalité des rapports de forces inhérents aux groupes sociaux. L’énergie que met Jourde à se dépeindre comme un enfant de l’endroit montre bien comme il souhaite s’extraire des tensions sociolo­giques entre urbains et ruraux, mais cela ne signifie pas pour autant qu’elles ne jouent pas un rôle central dans les événements.

39Le profil des habitants de Lussaud n’est guère différent de ce qu’on peut retrouver dans les très petites communes du Cantal : des taux d’activité légèrement plus bas qu’à l’échelle nationale et une population plus âgée. Comme le reste du département, la commune souffre d’un réel problème d’attractivité de nouveaux ménages et d’entreprises (Auvergne Nouveau Monde/ARDTA, 2014). Cela donne l’impression d’une relative autonomie du monde paysan vis-à-vis du monde industrialisé qu’Henri Mendras a déjà décrite (1995). Mendras avait également postulé l’existence d’individus assu­mant le rôle de médiateur entre cette société d’interconnaissances qu’est la collectivité rurale et le monde industrialisé. Il conçoit ce dernier comme exerçant des « prélèvements » sur la société paysanne (en termes de denrées, mais aussi en termes d’impacts sociaux liés à l’urbanisation).

40Ainsi, la commune de Laurie, dont dépend Lussaud, ne compte pas moins de 44 % de résidences secondaires (INSEE, 2013), conformément à ce qui s’observe dans beaucoup de petites communes du Cantal. C’est dire que le va-et-vient saisonnier de Jourde entre ville et campagne n’a ici rien d’original. Pourtant, Jourde, en adoptant la forme d’un récit de voyage, se pose en une sorte de médiateur mendrasien pour une collectivité qui ne lui en avait pas donné même implicitement le mandat et pour qui il était loin de représenter le seul propriétaire éloigné. En décrivant une inertie, une atemporalité dans l’esprit de l’orientalisme, il montre une ignorance, volon­taire ou non, d’un phénomène de mobilité qui est monnaie courante dans le monde rural. Bien que de nature littéraire, c’est bien un prélèvement que Jourde à fait sur la petite commune. En tous les cas, les habitants anti-Jourde se sentent lésés dans un marché de représentations spatiales littéraire où ils ne sont que les figurants.

41« C’est une pièce de théâtre qu’on a fait pour toi, monsieur Jourde » me dira quelqu’un d’un peu plus bas, à Laurie. « Les enfants trouvaient ça dur les Parisiens qui venaient pour l’été. Ils voyaient les parents qui sortaient les nappes blanches pour les Parisiens, alors que le reste de l’année, non. Ils étaient bien reçus par les parents qui voulaient faire bonne impression, mais les enfants devaient fermer leur gueule. Une fois grand c’est un peu comme si le Parisien crachait dans la soupe ».

42La référence à une pièce de théâtre apparaît d’autant plus pertinente qu’elle a déjà servi à analyser les rapports sociaux (depuis Goffman, 1959) et plus spécifiquement parfois ceux entre les nouveaux ruraux et les ruraux (Guimond, Gilbert et Simard, 2014). Ainsi, les paysans font bien les paysans, mais il ne s’agit pas pour eux d’une pièce tournant autour du personnage de l’auteur ; ils exercent une résistance dans ce que Grison qualifiait chez les très petites communes françaises d’« inertie dynamique », « dans la mesure où celle-ci est voulue par la population et nécessite parfois une réelle vigilance » (Grison, 2012, 280).

43« Parisien », Jourde pourrait bien en être un. Un Parisien qui aurait confondu la politesse de ses hôtes pour une inclusion dans le groupe. C’est tout de même de sa propriété dont il s’agit, « Après tout, c’est chez moi » (AFP, jeudi, 5 juillet 2007). Il détaille dès la page 29 de La première pierre la configuration du jardin et des bâtiments qui lui appartiennent et où habite « sa fermière ». L’exiguïté fait qu’il est difficile, en cet endroit précis du village, de déterminer ce qui relève de l’espace public et de l’espace privé, explique-t-il. Autrement, comprend-on implicitement, il aurait été clair que l’auteur se trouvait sur sa propriété et la possibilité d’une agression s’en serait trouvée amoindrie. Pour légitime que puisse être sa présence, il n’empêche que lorsqu’en dernier recours il évoque son statut de propriétaire c’est bien que l’appartenance ait échoué.

44Ce n’est plus sur une acceptation sociale que Jourde s’appuie, mais sur un rapport économique de propriétaire et de métayer. C’est peut-être à cela que réfère le maire de Laurie lorsqu’il déclare au Monde : « Lussaud existe pour les gens qui y habitent » (Le Monde, 22 juin 2007, p. 3).

45Pour le seul libraire à des kilomètres qui accepte de proposer les livres de Jourde sur ses rayons, à Murrat, « c’est du pain béni, cette histoire ». Par deux fois un petit groupe de personnes « rustiques » est venu acheter toutes ses copies de La première pierre et de Pays perdu dans un désir peut-être naïf d’en stopper la diffusion.

46Le libraire ne met pas en doute la véracité de ce qu’on trouve dans les romans de Lussaud. « Avec Lafon, c’est les deux seuls que je range dans la littérature générale, les deux se valent, les deux font un constat ». Il croit cependant que, avec La première pierre, Jourde « enfonçait le clou ». « Il y a des gens qui disaient « on commençait à peine à se dire bonjour » ».

47De fait, je sentais le ras-le-bol chez mes interlocuteurs. Ils n’avaient pas envie de parler des événements Jourde. Devait-on à tout prix mettre sur le compte de la culpabilité ou de la rancœur ce qui pouvait n’être, en somme, qu’une grosse fatigue ? Une fatigue qu’on retrouve par ailleurs chez d’autres groupes, en d’autres lieux, sur qui on a autrefois fait œuvre d’orientalisme (Ngugi, 1994 pour l’Afrique ; Mignolo, 2005 pour l’Amérique latine ou encore Pane, 2014 pour l’Irlande) ? « C’est pas le pays qui était perdu. C’était peut-être l’auteur » dira encore le libraire. Et Jourde de faire l’aveu de cette perdition :

Car ta principale activité là-haut, depuis ton enfance, aura été, non pas de te retrouver, mais de te perdre. […] Et c’était cela la particularité paradoxale de ce lieu, ce qui faisait sa magie, que parvenu au dernier tiers de ta vie tu n’as pas encore réussi à épuiser : son identité, ce qui le différenciait pour toi de tous les autres, c’est qu’en aucun autre endroit aussi nettement déterminé, on ne pouvait se sentir nulle part. […] Ce qui le rend particulier, c’est de n’être personne. Ce qui le rend différent de tous, c’est d’être semblable à aucun.

[…] si petit qu’il soit, resserré, recroquevillé sur son rocher pour recevoir les neiges et les vents, il parvient à se replier, à se com­plexifier suffisamment, avec ses maisons, ses murs, ses passages, ses granges, ses jardinets, pour créer un paradoxe spatial, un objet plus vaste intérieurement qu’extérieurement (La première pierre, p. 177‑179).

Conclusion

Le livre ne se voulait pas réaliste, parce que la réalité n’est pas réaliste. Ou plutôt parce que le réalisme est impuissant à délivrer toute la charge d’imaginaire qui bonde le réel (La première pierre, p. 135).

48Il ne s’agit pas ici de se prononcer sur ses intentions au moment de l’écriture mais bien de montrer comment une cohérence discursive s’est articulée autour de Jourde et ses romans, cohérence incarnée par les mécanismes narratifs de l’orientalisme. J’avais, tout comme les journalistes, été attiré par un orientalisme. Tout comme Jourde, peut-être, qui ne s’attendait pas à ce que le réseau des lecteurs puisse atteindre le village, puisque pour lui il était cet espace autre, intemporel, à la limite du merveilleux, par définition déconnecté du monde littéraire.

49La réception tragique de son œuvre a fait la preuve du contraire. L’éditeur de Jannin admet que c’est pour des raisons surtout commerciales qu’il insista pour qu’il intitule son livre Pays éperdu (le titre original était le Saut du loup). Selon lui, Jannin, mais également Jourde acceptèrent facilement, mais, le livre paru, les politiques refusèrent de faire un lancement dans une maison de la culture locale. Dressés en porte à faux face au lieu, ce n’est plus seulement un auteur, Jourde, qu’on retrouve mais deux auteurs, un éditeur qui publiera par la suite d’autres ouvrages mettant de l’avant Jourde comme connaisseur de l’Auvergne (Jourde et Kalinski, 2012), en plus d’un discours médiatique. Pour un village de quinze habitants, cela fait beaucoup de littérature…

50Ce qu’une lecture orientaliste permet, c’est de faire ressortir l’intrication des discours sur le lieu dans une structure relationnelle plus large, qui déborde amplement du strict champ de la littérature. Le traitement médiatique tout comme l’explication de Jourde met l’accent sur l’exiguïté. Mais l’exiguïté de Lussaud fut construite au moins autant par cette structure discursive orientaliste que par distance géographique par ailleurs relative. Le discours orientaliste sur le village, littéraire puis journalistique, nourri une géographie imaginaire où transparaît l’espace rural comme « autre ». Ces représentations du lieu sont également des représentations de ses habitants et fondent un rapport de force puisque ceux-là sont dépeints comme ne comprenant ni les enjeux littéraires ni les raisons d’ordre spatial, l’exiguïté, qui les fait adhérer à une culture du secret. La posture orientaliste assujettit les habitants de Lussaud au lieu.

Haut de page

Bibliographie

Auvergne nouveau monde et Agence régionale de développement des territoires d’Auvergne, 2014, Mise en place d’un indicateur régional de la qualité de vie. Rapport final, Lyon, 184 p.

BARNES Trevor et DUNCAN James, 1992, Writing worlds: discourse, Text and metaphor in the representation of landscape, Londres, Routledge, 296 p.

BLUNT Alison, 1999, « The flight from Lucknow: British women travelling and writing home, 1957-8 », in James Duncan et Derek Gregory, Writes of passage: reading travel writing, Londres, Routledge, p. 92-113.

BLUNT Alison et ROSE Gillian, 1994, Writing women and space: colonial and post-colonial geographies, New York, Guilford Press, 256 p.

BOUDREAU Julie-Anne, 2007, « Making new political spaces: mobilizing spatial imaginaries instrumentalizing spatial practices and strategically using spatial tools », Environment and planning A, vol. 39, p. 2593-2611.

CASANOVA Pascale, 2008, La république mondiale des lettres, Paris, Seuil, 504 p.

CHANG Bi-Yu, 2010, « So close yet so far : imaging Chinese homeland in Taiwan’s geography education », Cultural geographies, vol. 18, n° 3, p. 385-411.

DERRIDA Jacques, 2004, « Poétique et politique du témoignage », Cahiers de L’Herne, n° 83, p. 521-539.

DRIVER Felix, 2005 « Imaginative geographies », in P. Claude et al. (eds.) Introducing human geographies, Londres, Routledge, p. 144-155.

DUNCAN James et LEY David, 1993, Place/culture/representation, Londres, Routledge, 341 p.

GOFFMAN Ervin, 1959, The presentation of self in everyday life, New York, Doubleday, Anchor Books, 251 p.

GREGORY Derek 1995, « Imaginative geographies », Progress in Human Geograhy, vol. 19, p. 447-485.

GREGORY Derek, 2000 « Imaginative geographies », in R.J. Johnston, D. Gregory, G. Pratt, et M. Watts (eds), The dictionary of human geography, Oxford, Blackwell, p. 372-373.

GREGORY Derek, 2004, The colonial present, Campbridge, Blackwell.

GRISON Jean-Baptiste, 2012, Les très petites communes en France, héritage sans avenir ou modèle original ?, Presses Universitaires Blaise Pascal, CERAMAC 30, 358 p.

GRUFFUDD Pyrs, HERBERT David et PICCINI Angela, 2000, « In search of Wales: travel writing and narratives of difference, 1918-50 », Journal of Historical Geography, vol. 26, n° 2, p. 589-604.

GUIMOND Laurie, GILBERT Anne et SIMARD Myriam, 2014, « Faire sa place et être de la place : la rencontre timide des nouveaux ruraux et des populations plus anciennes au Québec », The Canadian Geographer / Le Géographe canadien, vol. 58, n° 1, p. 123-139.

HOLLAND Patrick et HUGGAN Graham, 1998, Tourists with typewriters: critical reflections on contemporary travel writing, Ann Arbor, University of Michigan Press, 261 p.

HONES Sheila, 2008, « Text as it happens: literary geography », Geography Compass, vol. 2, n° 5, p. 1301-1317.

JANNIN Bernard, 2012, Pays éperdu, Clermont-Ferrand, page centrale, 112 p.

JOURDE Pierre, 2003, Pays perdu, Paris, l’Esprit des péninsules, 166 p.

JOURDE Pierre, 2013, La première pierre, Paris, Gallimard, 208 p.

JOURDE Pierre et KALINSKI Pio, 2012, Voyage en Auvergne, Clermont-Ferrand, Page Centrale, 128 p.

KORTE Barbara, 2000, English travel writing: from pilgrimages to postcolonial explorations, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 228 p.

KOWALEWSKI Michael, 1992, « Introduction », in M. Kowalewski, Temperamental journeys: essays on the modern literature of travel, Athens, University of Georgia Press, p 1-16.

LE BEL Pierre-Mathieu et GUIMONT MARCEAU Stéphane, 2012, « La spatialité du texte : étude sur la réception des Morts qui dérangent », Espaces Temps [en ligne]. <http://espacestemps.net/document9425.html>

McEWAN Cheryl, 2000, Gender, geography and Empire: Victorian women travellers in West Africa, Aldershot, Ashgate, 250 p.

MENDRAS Henri, 1995, Les sociétés paysannes, Paris, Gallimard, 368 p.

MIGNOLO Walter, 2005, The idea of Latin America, New York, Blackwell, 198 p.

NGUGI Thion’go, 1994, Decolonising the mind: the politics of language in African literature, Nairobi, East African Educational Publishers, 114 p.

PANE Richard, 2014, The disappointed bridge Ireland and the post-colonial world, Cambridge, Cambridge scholars publishing, 615 p.

PARE François, 1992, Les littératures de l’exiguïté. Hearst, Éditions Le Nordir, 175 p.

PHELPS Nicolas, BUNNELL Tim et MILLER Michelle Ann, 2011, « Post-disaster economic development in Aceh : neoliberalization and other economic-geographical imaginaries », Geoforum, vol. 42, p. 418-426.

RADCLIFFE Sarah, 1996, « Imaginative geographies, postcolonialism and national identities : contemporary discourses of the nation in Ecuador », Ecumene, vol. 3, p. 23-42.

SAGE Daniel, 2008, « Framing space: a popular geopolitics of American manifest destiny in outer space », Geopolitics, vol. 13, n° 1, p. 27-53.

SAID Edward, 1978, Orientalism, New York, Vintage, 368 p.

STASZAK Jean-François, 2008, « Qu’est-ce que l’exotisme », Le Globe, tome 148, p. 7-30.

TAVARES David et BROSSEAU Marc, 2006, « The representation of Mongolia in contemporary travel writing: imaginative geographies of a travellers’ frontier », Social & Cultural Geography, vol. 7, n° 2, p. 299-317.

TODOROV Tzvetan, 1989, Nous et les autres. La réflexion française sur la diversité humaine, Paris, Seuil, 453 p.

WHEELER Roxann, 1999, « Limited visions of Africa: geographies of savagery and civility in early eighteenth-century narratives », in J. Duncan et D. Gregory, Writes of passage : reading travel writing, Londres, Routledge, p. 14-48.

YOUNGS Tim, 2013, The Cambridge introduction to travel writing, New York, Cambridge University Press, 256 p.

Haut de page

Notes

1 Par corpus, j’entends les trois romans mentionnés, les articles de journaux francophones trouvés grâce au moteur de recherche bibliobranché qui mentionnent Pierre Jourde et Lussaud entre 2003 et 2014 inclusivement. Une série d’entretiens semi-dirigés a également été réalisée entre juin et octobre 2014 et en juin 2015 auprès de Lussaunais (4), de politiques (2), d’un éditeur et d’un libraire. Des raisons de confidentialité font que l’identité du libraire et des habitants de Lussaud interrogés n’est pas dévoilée.

2 « predominantly factual, first-person prose account of travels that have been undertaken by the author-narrateur », traduction de l’auteur.

3 « They claim – and the readers believe – that the journey recorded actually took place, and that it is presented by the traveler him or herself. Within this basic frame of definition; accounts of travel manifest themselves in a broad formal spectrum, giving expression to a great variety of travel experience », traduction de l’auteur.

4 « is not a transparent and unproblematic depiction of peoples and places, but rather a complex site of representation that brings narrative order, significance and meaning to that depicted », traduction de l’auteur.

5 « Just as travel writing from the colonial period generated imaginative geographies that sedimented over time to become concrete, real and influential, so too is contemporary travel writing influencing emergent world-views based on today’s encounters, preconceptions, ambitions and desires », traduction de l’auteur.

6 « The coming together of the previously unrelated, a constellation of processes rather than a ding », traduction de l’auteur.

7 « Orientalism is a style of thought based upon ontological and epistemological distinction made between “the Orient” and (most of the time) “the Occident”. Thus a very large mass of writers, among who are poets, novelists, philosophers, political theorists, economists, and impe­rial administrators, have accepted the basic distinction between East and West as the star­ting point for elaborate accounts concerning the Orient, its people, customs, “mind”, destiny, and so on… the phenomenon of Orientalism as I study it here deals principally, not with a correspondence between Orientalism and Orient, but with the internal consistency of Orientalism and its ideas about the Orient despite or beyond any correspondence, or lack thereof, with a “real” Orient », traduction de l’auteur.

8 « Orientalism can be discussed and analyzed as the corporate institution for dealing with the Orient – dealing with it by making statements about it, authorizing views of it, describing it, by teaching it, settling it, ruling over it: in short, Orientalism as a Western style for domina­ting, restructuring, and having authority over the Orient », traduction de l’auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre‑Mathieu Le Bel, « Le roman en guerre à Lussaud », Géographie et cultures, 99 | 2016, 199-217.

Référence électronique

Pierre‑Mathieu Le Bel, « Le roman en guerre à Lussaud », Géographie et cultures [En ligne], 99 | 2016, mis en ligne le 18 mai 2018, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/gc/4589 ; DOI : 10.4000/gc.4589

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals