Navigation – Plan du site
Lectures

L’hiver de Martin

Martine Tabeaud
p. 272-274
Référence(s) :

Martin de la Soudière, 2016, Quartiers d’hiver, ethnologie d’une saison, Préface de Daniel Chartier, Créaphiséditions, Grâne, 160 p.

Texte intégral

1On connaissait l’été de la saint Martin, désormais il faudra compter avec l’hiver de Martin. En effet, Martin de la Soudière reprend avec « Quartiers d’hiver – ethnologie d’une saison » le chemin entrepris presque trente ans plus tôt avec « L’hiver. À la recherche d’une morte-saison » (La Manufacture, Lyon, 1987). Mais avec un « je » nettement plus revendiqué. L’auteur se met en scène dans ce livre de petit format comme le suggère la photographie de première page où le lecteur pourra entrapercevoir l’ethno­logue dans la nuit neigeuse de l’hiver 1994 en Lozère.

Un hiver boréal

2Dans ce livre, il y a de la passion, de la fascination pour les rudes hivers du cœur du Massif central (chapitre 1 : Un village sous la neige, chapitre 2 : Burle, blizzard, bouran, chapitre 3 : Mots de saison, chapitre 5 : L’étrave et le baliveau ). Et il y a les hivers d’ailleurs du Canada, de Russie, du Japon (chapitre 8 : Nordicités, …) moins intimement parcourus. Rien sur les terres australes, sur l’Antarctique. Certes, il ne s’agissait pas de faire un inventaire. Mais, ici, l’hiver n’est affaire que de nordicité, de territoires où les sociétés se sont approprié la neige, le gel, le froid, la morte-saison.

Un plaisir blanc

3Pour Martin, l’hiver est lumineux, éclairé par la neige qui tombe, le manteau de neige bleutée, les flocons de la dernière chute soufflés par le vent, les congères pénétrées par la fraiseuse. Les types de temps anticycloniques dominent largement. « Le blanc de la neige – emblème de cette saison – indique et symbolise le caractère privatif de l’hiver » (p. 137). On n’entre jamais vraiment dans le noir, selon l’expression de Marc Sokal (p. 140) malgré un chapitre 6 consacré aux mois noirs. Il y est plus question de récits épiques que d’obscurité et de dépression saisonnière sur lequel l’auteur a pourtant beaucoup travaillé. Or, à 1000 m en Lozère, il ne neige que 20 fois par an pour près de 200 jours de pluie ! Entre novembre et mars, le gris sur brun, comme diraient les peintres, est plus fréquent que le bleu sur blanc. Mais les nuits claires conviennent mieux à son propos que les jours dépres­sionnaires et sombres. Dans le chapitre 7 : Bad weather, avec le « mauvais temps », il n’est pas question que de l’hiver...

Un temps arrêté

4L’hiver se conjugue au passé des années 1970 (« Une saison lente » p. 150). Celle d’une France rurale, avant la voiture, hormis la 4 L du déneigeur et la 2 CV de l’ethnologue. Quand chaque village avait son école et qu’il n’était pas question de ramassage... Des images qui font irrésistiblement penser à Jean Rouaud d’ailleurs cité page 115. Temps de veillées au coin de la cheminée où se racontent des histoires d’égarement, souvent des femmes (trois sœurs, institutrices, fiancés) ; journées où les jeux de cartes et la tuade du cochon créent des sociabilités aujourd’hui disparues. Partages nés de l’adversité, y compris météorologique. Cette saison « me parlait d’un avant, d’hier, le nôtre, le mien » (p. 66). « Neiges d’antan, campagnes d’antan, comme si par l’effet de quelque réfrigérateur ou par la magie d’une boule de neige, résistaient, intacts, et reprenaient du service des fragments des villages et des campagnes de jadis, un jadis non daté, quasi immémorial. » (p. 66). Visages idéalisés de ces petits villages par celui qui y passa souvent quelques semaines en janvier ou février. Il tourne en dérision les « trivialités des campagnes d’aujourd’hui » et leurs néoruraux qui proposent « lapins, pizza et miel » (p. 77) et pour qui la tourmente n’est plus qu’un circuit patrimonial (p. 70).

Une jeunesse disparue

5« Les saisons présentent une affinité très marquée avec la mémoire et avec l’enfance qu’elles appellent en même temps qu’elles rappellent » (p. 143). Martin de la Soudière sait qu’il ne repassera jamais par sa jeunesse, par l’émerveillement du jeune chercheur parisien découvrant « son » terrain. Il nous livre donc un « petit exercice de nostalgie » (p. 94) sensible à souhait, une évocation très personnelle et chaleureuse qui marie agréablement objec­tif et subjectif. Un récit à grappiller sans modération.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Tabeaud, « L’hiver de Martin », Géographie et cultures, 99 | 2016, 272-274.

Référence électronique

Martine Tabeaud, « L’hiver de Martin », Géographie et cultures [En ligne], 99 | 2016, mis en ligne le 18 mai 2018, consulté le 27 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/gc/4619

Haut de page

Auteur

Martine Tabeaud

Université Paris 1
Martine.Tabeaud@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals