Navigation – Plan du site
Événement

La CoP : un changement de cap

Martine Tabeaud
p. 280-282

Texte intégral

1À Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015, la vingt et unième COnférence de la convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CoP 21) a réuni les 195 Parties (194 pays + l’Union européenne) signataires de l’accord de 1992. Celui-ci reconnaît l’existence d’un « problème climatique » tel que l’a défini le GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat) à sa création en 1988 puis confirmé dans ses cinq rapports de 1990, 1995, 2001, 2007 et 2014. Le réchauffement atmosphérique de 1°C environ depuis 1890 serait lié aux émissions de gaz à effet de serre (GES) dues aux activités humaines. Ce réchauffement qui se poursuivra compte tenu de la durée de vie des GES dans l’air mettrait en péril l’humanité à cause de la multiplication d’événe­ments météorologiques extrêmes, la montée du niveau de la mer etc. En conséquence, les CoP permettent de décider des stratégies à mettre en œuvre pour atteindre l’« objectif de stabiliser les concentrations de Gaz à effet de serre dans l’atmosphère à un niveau qui empêche toute perturbation anthro­pique dangereuse du système climatique ». Un seuil de +2°C à ne pas franchir a été annoncé en 2009 puis entériné l’année suivante dans le texte de la CoP de Cancun. Malgré les restrictions d’invitation pour raison de sécurité après les attentats de novembre, la grand-messe parisienne a rassemblé, dans le « in », 1900 représentants officiels des délégations des parties (chefs d’État, ministres, experts, hauts fonctionnaires négociateurs) et plus de 35 000 personnes (associations, entreprises, syndicats, représentants des cultes, etc.) venues se faire entendre dans le « off ».

2La première mission de la CoP était de faire oublier le « lamentable fiasco » (Les Verts français repris par N. Hulot) de Copenhague. En 2009, aucun accord n’avait pu émerger pour prolonger le protocole de Kyoto, les positions des pays étant trop éloignées les unes des autres quant aux objectifs : contraignants ou pas, assortis ou non d’un gendarme mondial.

3Afin d’éviter tout effet de surprise, les parties avaient été invitées à déclarer à l’avance leurs intentions (Intended Nationally Determined Contribution, INDC). Des réductions d’émissions pour les deux prochaines décennies ont été annoncées par toutes les parties, mais les modes de calcul sont très différents. Il peut s’agir soit de réductions de GES en valeur absolue à partir de toutes les sources d’émissions ou non, avec des dates de référence variées (1990, 2000, 2005, etc.) ; soit de réductions en valeur relative du PIB ; soit enfin compte tenu des tonnages de CO2 fixés par les puits de carbone (les forêts pour l’essentiel). Ces calculs à géométrie variable en fonction des intérêts nationaux n’ont pas été contestés.

4En matière de climat, l’Europe persiste à vouloir assurer un leadership avec les objectifs les plus ambitieux 40 % de GES en moins par rapport à 1990 d’ici 2030 puis 80 à 95 % d’ici 2050. Elle est bien isolée. Et comme elle représente moins de 10 % des émissions mondiales et qu’elle y sacrifiera chaque année 1 à 1,5 % de son PIB en 2030 (Energy Modeling Forum de Stanford), il n’est pas certain que d’ici là les problèmes de récession, de chômage, d’émigration n’aient pas relégué les questions environnementales au second plan.

5Il en va tout autrement ailleurs. Aux États-Unis, le Clean Power Plan d’Obama, qui prévoit une réduction d’un tiers d’ici à 2030 des GES liés à la production d’électricité par rapport à l’année 2005, a été suspendu par la Cour suprême. Le successeur à la présidence risque de revenir à une politique climatique plus soucieuse d’une économie très dépendante des énergies fossiles. La priorité à l’économie se retrouve en Australie, et au Canada, qui ne veulent pas sacrifier leur croissance. Au Japon, après Fukushima, l’abandon du nucléaire a conduit à importer des énergies fossiles pour un tel montant que le prix de l’électricité a flambé et que les réacteurs nucléaires ont peu à peu été relancés depuis août 2015. Les engagements de réduction à la Cop (« en trompe l’œil » selon les ONG) se réfèrent d’ailleurs à 2013, année d’émissions maximales. La priorité est ailleurs.

6La Russie, en comptant ses vastes étendues forestières, peut malgré elle se targuer d’une lutte efficace à laquelle ne croient ni les dirigeants, ni les citoyens. L’Inde qui sera le pays le plus peuplé du monde en 2030 a fait état d’intentions remarquables (autour de -35 % selon le PIB) grâce au nucléaire et aux énergies renouvelables. Mais où trouvera-t-elle les moyens d’une telle politique ? D’autant qu’elle ne dispose que de peu de foncier disponible pour les énergies renouvelables. La préoccupation majeure est l’emploi des jeunes (à raison de 10-12 millions de plus chaque année), ce qui pourrait même la conduire à accueillir les entreprises polluantes dont la Chine ne veut plus. Autant dire qu’il est prématuré d’envisager l’après charbon dans la produc­tion d’énergie ; il n’est pas non plus question de renoncer à la riziculture inondée au nom des émissions de GES ! De son côté, la Chine voudrait cesser d’être l’atelier du monde, parce que la pollution est devenue un problème sanitaire et social majeur. Ses engagements très notables et très remarqués à la CoP (- 65 % d’émissions par rapport à 2005 et d’ici 2030) témoignent du choix de lutter contre tous les polluants en général, dont les GES et de la nécessité de faire monter en gamme les activités et les pro­duits. Quant aux pays de l’OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole), qui sont les plus gros émetteurs par personne (20 à 40 t/hab/an), leurs engagements (25 % d’énergies décarbonées en 2021) jugés « minimalistes » s’appuient sur des techniques de torchage plus économe. Mais la baisse de la rente pétrolière ne met pas tous ces pays dans une situation identique. Le Venezuela, l’Algérie auront moins de possibilités d’investissement que les pays du Golfe. Ajoutons à cette énumération les petits pays insulaires, qui émettent peu et attendent beaucoup des investis­sements étrangers au nom de la justice environnementale puisqu’ils ne sont pas responsables du réchauf­fement climatique et ses conséquences et se considèrent comme les plus vulnérables. En définitive, chaque partie a défendu des intérêts nationaux forts différents pour des raisons structurelles et/ou conjoncturelles.

7Pourtant, plus de coups de théâtre, plus de claquements de portes médiatisés, plus de refus in extremis. Le franc succès a été obtenu au prix d’un travail diplomatique facilité par le fait que plus aucun pays ne veut désormais apparaître sur la scène internationale comme « le mouton noir », qualificatif maintes fois entendu auparavant à propos du Venezuela, de Cuba voire de la Chine et de l’Inde. Le texte de l’accord de Paris parle de responsabilités communes mais différenciées, de pertes et dommages reconnus mais sans indemnisations, d’objectif sous les +2 °C et si possible +1,5 °C, de révisions tous les 5 ans et si possible plus tôt, de renforcement des efforts après 2020, d’une aide de 100 milliards $/an pour les pays pauvres mais sans garantie. Il n’est donc question que d’émissions de GES, aucunement d’adaptation, et tout engagement est assorti d’un « bémol » !

8Au total, la CoP de Paris marque un changement radical dans l’appréhension internationale des problèmes associés au réchauffement climatique. À Copenhague en 2009, il était envisagé une physique et métaphysique de l’atmosphère planétaire imposant, via les Nations Unies, à un anthropos indifférencié, une norme globale, abstraite mais universelle. La CoP de Paris en 2015 consacre avec plus de réalisme une géographie des ressources et contraintes territorialisées. Implicitement est reconnue l’existence incon­tournable d’économies, de cultures, de modes de gouvernance propres à chaque pays, avec laquelle la politique internationale doit composer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Tabeaud, « La CoP : un changement de cap », Géographie et cultures, 99 | 2016, 280-282.

Référence électronique

Martine Tabeaud, « La CoP : un changement de cap », Géographie et cultures [En ligne], 99 | 2016, mis en ligne le 18 mai 2018, consulté le 19 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/gc/4631

Haut de page

Auteur

Martine Tabeaud

Université Paris 1
Martine.Tabeaud@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals