Navigation – Plan du site

Éditorial

Paul Claval
p. 5-7

Texte intégral

1Le numéro 100 de Géographie et cultures, déjà ? Vingt-cinq ans que la revue a été lancée ? Je n’en reviens pas ! La première enfance d’un nouveau périodique est toujours fragile. Mille accidents peuvent survenir avant qu’il ne parvienne à l’âge adulte !

2Depuis le début des années 1980, la curiosité des géographes pour la dimension culturelle des distributions qu’ils analysaient ne cessait de s’affirmer. Fini le temps où par souci d’objectivité, et comme le professait Pierre Deffontaines pour la géographie religieuse, leur quête ne pouvait s’étendre aux représentations :

« Le géographe est [...] appelé à conserver à l’égard des faits religieux une attitude de pur observateur, ne cherchant pas à étudier le fondement, l’origine ou l’évolution des systèmes religieux et la valeur respective de ceux-ci. Il se borne à noter les répercussions géographiques des faits de religion sur le paysage, il réduit ainsi le point de vue religieux à des éléments extérieurs et physionomiques, laissant délibérément de côté le domaine majeur de la vie intérieure » (Deffontaines, 1966, p. 17-18).

3Avec la publication en 1984 de l’ouvrage de Maurice Godelier : L’idéel et le matériel, la catégorisation par beaucoup de marxistes de tout système de pensée comme idéologie était en train de passer de mode.

4Le champ de l’approche culturelle se trouvait ainsi libéré. Je rêvais d’une publication où il puisse s’exprimer. En me faisant rencontrer Denis Pryent, le directeur de l’Harmattan, un ami et collègue lyonnais, Jean Rieucau, m’offrit, en décembre 1991, l’occasion qui m’avait jusqu’alors manqué : au cours d’un déjeuner, en un peu plus d’une heure, le titre, la périodicité et le mode de préparation de Géographie et cultures furent décidés. Le premier numéro sortit deux mois plus tard, en février 1992.

5La curiosité pour les dimensions géographiques de la culture revêtait des formes variées. Mon souci était d’offrir à toutes un lieu de discussion et un moyen d’expression. Ce choix n’a pas été trahi : la revue n’a cessé de reflé­ter les multiples curiosités et préoccupations des géographes qui s’intéressent aux faits culturels.

6Au début des années 2000, et pour favoriser la diffusion du périodique, l’éditeur, l’Harmattan, a imposé la généralisation des numéros thématiques. La formule ancienne donnait plus de poids au directeur de la publication et au comité de lecture ; elle permettait de suivre au plus près l’évolution des idées et de faire une très large place aux auteurs étrangers. Louis Dupont sut tirer avantage de la nouvelle façon de faire : en confiant la conception des numéros thématiques à des chercheurs extérieurs à la direction de la revue, il lui permit de refléter plus fidèlement la multiplicité des curiosités.

7Au sens le plus large, la culture est constituée de tout ce qui, dans les com­por­tements humains, n’est pas inné. Elle est faite d’attitudes, de pratiques, de savoirs et de croyances. Elle met en œuvre des artefacts nécessaires pour agir sur l’environnement et créer des milieux qui conviennent à la vie humaine ; elle implique une connaissance empirique et (ou) intellectuelle de la nature et de la société ; elle met en jeu des préceptes qui guident les conduites et des discours qui donnent un sens à la vie individuelle et collective.

8Pour les auteurs de la revue, la géographie se passe ainsi tout autant dans la tête des gens, dans leurs sens et dans leurs corps que dans le monde qui les entoure. Cela les rapproche de la littérature, de la peinture, de la musique ou du cinéma, et de tous les travaux consacrés aux représentations, aux mythes et aux imaginaires – ces images dont nous sommes tous porteurs –, et qui donnent une forme à nos rêves, expriment nos aspirations et orientent notre action.

9Les démarches mises en œuvre prennent en compte une gamme très large de perspectives, celles du quotidien et du local, celles du public et du privé, celles des mouvements d’opinion, des engouements et des modes à côté de celles des religions ou des idéologies.

10Pour certains géographes, la culture est essentiellement héritage : elle souli­gne la continuité des savoir-faire et des motivations, s’exprime dans des patrimoines paysagers ou bâtis et fait naître des sentiments d’identité liés aux lieux et à l’histoire. Pour d’autres, elle fournit aux hommes les outils dont ils ont besoin pour façonner leur futur ; elle est inventivité et créativité ; elle aboutit à une reconstruction permanente des sentiments d’identité ou au surgissement de nouvelles formes d’attachement. L’intérêt pour les aspects matériels de la culture n’a d’autre part pas disparu, même si la part faite à ses dimensions idéelles et à ses expressions symboliques a explosé.

11L’évolution de l’approche culturelle telle qu’elle ressort de Géographie et cultures n’est pas linéaire. Des points communs existent : l’élargissement progressif des curiosités tout d’abord, dont témoigne la place croissante donnée à la musique, à la danse ou aux problèmes du genre, par exemple ; la conviction partagée, ensuite, par la plupart des auteurs, de participer à une riche aventure intellectuelle. Mais les désaccords sur le fond sont nombreux : pour certains, l’exploration des dimensions culturelles des comportements humains suffit à tout expliquer ; pour d’autres, elle ne prend tout son sens que si elle est conjuguée avec une approche sociale, qui souligne les intérêts en jeu à l’arrière-plan des ‘guerres culturelles’. Certains pensent aussi qu’il y a, dans les recherches sur le genre menées par les géographes queer, une dimension subversive jusque-là inédite dans la discipline.

12Cette diversité constitue une force : l’approche culturelle n’a pas vocation à développer une conception de la discipline qui devrait s’imposer à tous. Elle est faite pour explorer une dimension longtemps négligée des répartitions humaines et pour rappeler que ce qui détermine l’action, ce n’est pas le monde en tant que tel, mais la manière dont il est perçu, exprimé, symbolisé et imaginé. Elle donne aux discours, aux images, aux représentations et aux imaginaires la place qui leur revient.

13Le champ ainsi délimité est immense. Il est loin d’être dès aujourd’hui cou­vert ! Je souhaite bonne chance à Géographie et cultures et aimerai lire ce qu’écrira, dans 25 ans, le collègue qui rédigera l’éditorial de son numéro 200 !

Haut de page

Bibliographie

DEFFONTAINES Pierre, 1966, « La marque géographique des religions », in Pierre Deffontaines et Mariel J. Brunhes-Delamarre (dir.), Géographie générale, Paris, Gallimard, p. 1717-1725, cf. p. 1717-1718.

GODELIER Maurice, 1984, L’idéel et le matériel. Pensée, économies, sociétés, Paris, Fayard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Claval, « Éditorial », Géographie et cultures, 100 | 2016, 5-7.

Référence électronique

Paul Claval, « Éditorial », Géographie et cultures [En ligne], 100 | 2016, mis en ligne le 25 mai 2018, consulté le 14 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/gc/4637

Haut de page

Auteur

Paul Claval

Université Paris Sorbonne
p.claval@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals