Navigation – Plan du site
Varia

Le problème régional en géographie

Un état de la question
The regional problem in geography. A survey
Paul Claval
p. 139-156

Résumés

Il est possible de distinguer à la surface de la terre des régions homogènes par leurs traits physiques ou humains : la perspective régionale joue un rôle essentiel dans le monde rural traditionnel dont elle facilite la connaissance et la bonne administration. Avec le développement de l’économie moderne, les grandes villes s’entourent d’espaces dont elles dominent la vie de relation : l’analyse régionale s’intéresse désormais à la région polarisée à base urbaine. L’intérêt des géographes se modifie dans les années 1970 : c’est à la manière dont les hommes perçoivent et vivent l’espace que s’attache désormais l’approche territoriale ; l’attention va aux lieux et aux territoires qui ont sens pour les hommes. Les ensembles qui comptent pour eux sont d’échelles plus variées. Aujourd’hui, l’espace où ils évoluent est souvent articulé en archipels. La modernisation et la globalisation ont dévalorisé les cultures vernaculaires et les régions où se reconnaissaient les gens : elles entraînent une déculturation et une déterritoria­lisation, suivies par une reconstruction des cultures et des identités : c’est sur ces thèmes qu’insistent les recherches régionales d’aujourd’hui.

Haut de page

Texte intégral

1L’étude régionale de la terre joue un rôle essentiel en géographie – mais un rôle qui évolue rapidement. Nous voudrions évoquer ici les formes succes­sivement revêtues par ce domaine et les problèmes qu’il rencontre aujourd’hui. Simple au départ (comment mettre en évidence des ensembles uniformes et homogènes à la surface de la terre), la question ne cesse de s’élargir : elle prend tour à tour en compte les problèmes d’organisation de l’espace, les formes de territorialité liées à la construction des identités et la nécessité de respecter des règles strictes pour éviter une détérioration de l’environnement global. Elle se complique avec la multiplication des sociétés multiculturelles.

La perspective régionale : diviser le monde en régions

21- Comme son nom l’indique, la géographie est d’abord une description de la terre, mais conduite différemment de celles qu’offrent les explorateurs. Alors que ceux-ci relatent des itinéraires – une série de points successi­ve­ment traversés –, le géographe saisit des ensembles. Il évite ainsi les répétitions et offre des informations plus synthétiques et plus faciles à mettre en œuvre.

3Pour que la description géographique soit possible, deux opérations sont nécessaires : (i) la reconnaissance, dans le continuum des formes terrestres, d’ensembles assez homogènes pour présenter partout les mêmes caractéris­tiques et (ii) la mise en évidence de lignes nettes pour délimiter les régions. Au début de notre ère, Strabon insiste d’abord sur le second point :

« C’est la mer au premier chef qui décrit la terre et lui donne sa forme, façonnant des golfes, des océans, des détroits et conjointement des isth­mes, des presqu’îles, des promontoires ; il faut y ajouter les fleuves et les montagnes. Tels sont les éléments, en effet, qui permettent de distinguer les continents, les peuples, les sites favorables pour les villes, et toutes les caractéristiques dont est pleine une carte régionale » (Strabon, II, 5, 17).

4Il indique ensuite les caractéristiques qui méritent d’être soulignées :

« Seules les qualités naturelles valent qu’on en parle, car elles sont dura­bles, tandis que les caractères acquis sont sujets à variations. Pourtant parmi ces derniers, il faut mettre en lumière ceux qui sont susceptibles de durer assez longtemps ou qui, sans une longue existence, ont une portée et une notoriété si durables dans la suite des temps qu’elles en font, pour ces pays, comme une seconde nature et leur enlève leur caractère d’acqui­sition » (Strabon, II, 5, 17).

5Le territoire occupé par une tribu, une cité ou un peuple peut ainsi constituer un cadre régional.

6En mettant en évidence les articulations régionales de la terre, le géographe fait œuvre utile. Son regard est plus informé que celui de l’homme de la rue. Les unités qu’il délimite sont mieux faites que celles communément rete­nues. Le géographe se conçoit donc comme un conseiller du Prince, auquel il offre le moyen de mieux comprendre et mieux gouverner ses possessions : « La géographie est essentiellement orientée vers les besoins de la vie politique » (Strabon, I, 1, 16).

72- L’art de la description régionale se développe à partir de la Renaissance. La cartographie devient plus précise. Les voyages se multiplient. Beaucoup de travaux retiennent malheureusement comme limites les frontières des États ou des circonscriptions administratives ou religieuses. Ces cadres fluc­tuent au hasard des guerres ou selon le caprice des gouvernants. Avec Leyser (1726), un mouvement se dessine en Allemagne pour une géographie ‘pure’ : les circonscriptions régionales qu’elle établirait cesseraient de refléter l’arbitraire du pouvoir. Leur dessin devrait être rationnel (c’est-à-dire bâti en fonction de critères géométriques) ou naturel (tiré de l’observation du réel).

8Le premier mouvement propose de diviser l’espace en rectangles appuyés sur les méridiens et les parallèles, comme Robert de Hesseln le suggère en France en 1779. Ses idées sont reprises aux États-Unis par Thomas Jefferson et par le Congrès américain, qui les applique à l’ensemble des territoires qui s’ouvrent au nouvel État (Johnson, 1976).

9L’autre groupe se fie à la nature. Certains, comme Philippe Buache, proposent de s’en tenir aux bassins versants et aux lignes qui les limitent : c’est le procédé auquel Élisée Reclus, un siècle plus tard, a le plus souvent recours dans ses descriptions. Les géologues remarquent que l’aspect des lieux change avec les affleurements qu’ils cartographient : l’idée de région naturelle se dessine ainsi en France – comme dans d’autres pays européens ­ – entre 1750 et 1780 (Gallois, 1908). L’Abbé Giraud-Soulavie (1781-1782) la complète au début des années 1780 en montrant qu’en montagne, l’altitude – et donc le climat – doivent également être pris en considération. Dans le courant du XIXe siècle (Gallois, 1908), le lever systématique de cartes géolo­gi­ques facilite le repérage de limites régionales fondées sur ces critères naturels.

103- Vidal de la Blache reprend aux géologues (de Laopparent, 1886) l’idée fondamentale selon laquelle la région est une structure que la description géographique de la terre met en évidence. Il s’inspire au départ du modèle de la région naturelle (Vidal de la Blache, 1888) : les ensembles qu’il reconnaît sont homogènes. C’est cette démarche que la plupart de ses élèves retiennent alors même que les idées de Vidal ne cessent d’évoluer – il s’intéresse de plus en plus au façonnement de l’espace par la circulation, les villes et l’industrie (Vidal de la Blache, 1910).

11La plupart des géographes français s’inspirent de Lucien Gallois (1908). Celui-ci reconnaît l’existence de régions industrielles et d’ensembles territo­riaux polarisées par les villes, mais considère que leur étude n’est pas du ressort de la discipline ; il recommande aux jeunes collègues de s’en tenir aux régions naturelles ou plus exactement, aux régions géographiques qui résultent de la transformation de celles-ci par l’activité humaine.

12En France, les travaux de géographie régionale se poursuivent sur cette lancée jusqu’aux années 1950. En Allemagne, les recherches s’appuient davantage sur les structures paysagères que sur les traits proprement régionaux. Aux États-Unis, la démarche régionale, un temps négligée, s’affer­mit dans les années 1930 (Vari. Auct., 1934) comme en témoignent les descriptions que Preston James (1942) propose alors de l’Amérique latine et Trewartha (1945) du Japon.

L’analyse régionale : expliquer l’organisation de l’espace

13Avec les dernières formes que prend l’approche régionale de Vidal de la Blache (Vidal de la Blache, 1910 ; 1913 ; 1917), un autre type de réfle­xion sur la région, l’analyse régionale, apparaît aussi au début du XXe siècle, mais son essor ne s’affirme qu’un demi-siècle plus tard : elle vise à démonter les ressorts de l’organisation de l’espace.

141- Vidal de la Blache n’est pas long à s’apercevoir que les structures régio­nales qu’il étudie sont des réalités dynamiques et d’échelles variées. Dans Le Tableau de la géographie de la France (1903), il distingue, au-dessus des petites régions naturelles que les affleurements géologiques multiplient dans notre pays, de grandes unités paysagères : la France des villages groupés au milieu de terroirs de champs ouverts de la France du Nord et de l’Est s’oppose à celle des hameaux et des fermes dispersées au sein de bocages de la France de l’Ouest. Vidal prend aussi, et de plus en plus, conscience du poids de la circulation et des villes dans l’organisation de l’espace – et en parti­culier après ses voyages en Amérique du Nord (Claval, 2011) : c’est sur ces éléments qu’il insiste surtout dans les dernières années de sa vie.

15Les unités qu’il se met à distinguer cessent d’être homogènes. Elles fonc­tionnent grâce à la complémentarité de leurs parties et aux échanges qui en résultent. Elles s’articulent autour de voies de communication et de villes. L’espace est d’autant plus intéressant pour celui qui fait de la géogra­phie humaine qu’il est organisé : c’est ce à quoi s’attache l’analyse spatiale.

16Un des problèmes essentiels qui se pose au début du XXe siècle est d’adapter les structures administratives héritées d’un passé essentiellement rural à une réalité de plus en plus urbaine et industrielle. Les ensembles longuement façonnés dans la longue durée du passé sont de moins en moins adaptés à un monde où les échanges se multiplient, où les spécialisations s’affirment et où les mouvements de biens, de personnes et d’informations explosent. Vidal aimerait donner au pays une organisation administrative en accord avec les formes nouvelles qu’y revêt la vie sociale et économique. Les départements, que l’accélération des transports a rendus trop étroits, doivent être remplacés par de grandes régions économiques animées par de véritables métropoles. Parmi les anciens élèves de Vidal, c’est un historien, Henri Hauser, qui a le mieux compris la portée pratique de son œuvre. Dans le cadre du ministère de l’Industrie, il met ainsi en place durant la Première Guerre mondiale une division régionale de la France (les régions Clémentel, du nom du Ministre alors en place) dont la fin des hostilités suspend la mise en application, mais qui inspire les politiques françaises d’aménagement du territoire jusqu’en 2014 (Hauser, 1924 ; Claval, 1994).

172- L’urbanisation et l’industrialisation du monde s’accélèrent après la Seconde Guerre mondiale. L’organisation de l’espace se transforme : il faut guider un mouvement qui se fait dans le désordre. Les hommes politiques découvrent la nécessité d’aménager leurs pays. Les géographes aimeraient parti­ciper au mouvement, mais les outils qu’ils ont forgés sont trop descrip­tifs. Ils ne permettent pas d’orienter des choix et d’élaborer des projets de structuration.

18Le propos de la géographie régionale s’approfondit donc : il s’agit toujours de fournir des conseils au Prince, mais ceux-ci doivent être plus précis, puisqu’il ne s’agit plus simplement de délimiter objectivement des ensem­bles territoriaux homogènes, mais de réfléchir à leur structure interne et au rôle que jouent les lieux centraux et les voies de communication dans la vie d’un ensemble (Christaller, 1933). Il convient également de prévoir la locali­sa­tion optimale des logements, des équipements commerciaux et des zones d’emploi. Il s'impose enfin de comprendre pourquoi les activités de transfor­ma­tion et les services de direction et de recherche se multiplient dans les parties centrales des espaces nationaux, alors que leurs aires périphéri­ques languissent et vivent surtout de leur agriculture, de leurs mines ou d’industries héritées de vieilles traditions artisanales (Ullman, 1958 ; Claval, 1968). Au niveau international, une opposition analogue existe entre les pays industrialisés du centre et les économies en voie de développement de la périphérie – du Tiers-Monde.

19Au cours des années 1950 et 1960, l’analyse régionale, dont le rôle devient dominant, se développe dans deux directions : (i) des procédures statistiques ou mathématiques permettent de parvenir à une régionalisation objective de la réalité ; (ii) le recours à l’économie spatiale fait comprendre comment l’espace s’organise à l’échelle de la région, de la ville ou du quartier. La dynamique profonde des régions, nations et grands espaces est mise à jour, ce qui permet de les organiser de manière plus rationnelle et plus efficace.

L’approche territoriale : prendre en compte les rapports entre identité et espace

201- Dès la fin du XVIIIe siècle, les naturalistes, géologues ou géographes, savent qu’ils ne sont pas les seuls à s’intéresser à la division de l’espace. Giraud-Soulavie découvre que les divisions que la géologie et l’altitude l’ont conduit à reconnaître dans le Vivarais sont connues depuis toujours par les habitants de cette contrée ; des noms leur ont été attribués : Montagne, Rive du Rhône, Maillaguès, Hautes et Basses-Boutières, Coiron et Cévennes (Giraud-Soulavie, 1780-1784). Ces divisions jouent un grand rôle dans la vie des gens : ceux qui sont d’un même pays sont confrontés au même environ­nement, font face aux mêmes problèmes, les résolvent de manière similaire. Ils parlent le même dialecte, partagent beaucoup de souvenirs. Ils aiment se retrouver entre ‘pays’ lorsqu’ils sont en déplacement.

21À la fin du XIXe siècle, les géographes qui, à la suite de Vidal de la Blache, dressent l’inventaire des régions naturelles, notent les dénominations popu­laires qui leur sont associées. Un doute s’installe pourtant chez certains : les noms de pays fluctuent. Plusieurs se superposent parfois dans la même aire naturelle. Leurs limites sont floues, varient au cours du temps et ne coïnci­dent que rarement avec celles des régions dessinées par la nature.

22Régions naturelles et noms de pays de Lucien Gallois (1908) systématise les résultats ainsi obtenus : la superposition des noms de pays aux régions natu­relles fait davantage figure d’exception que de règle. Inutile donc de poursuivre l’exploration de cette piste : non content de fermer la voie aux travaux sur la région industrielle et la région urbaine, Gallois condamne les recherches sur la signification populaire du territoire.

232- L’approche territoriale réapparaît un demi-siècle plus tard. En France, cette résurrection est annoncée par L’Homme et la Terre que publie Éric Dardel en 1952 : pour lui, le rôle du géographe n’est plus de profiter de sa science pour diviser la terre comme le ferait Dieu le Père ; il est de s’inter­roger sur la manière dont les hommes vivent ce monde et sur la signification que prennent pour eux les lieux et les territoires où ils évoluent.

24À sa publication, les collègues français ignorent le petit ouvrage de Dardel. Aux alentours de 1970, un intérêt nouveau pour le sens des lieux surgit dans le monde anglophone (Relph, 1970 ; Tuan, 1974 ; 1978), fatigué d’une géo­gra­phie trop économique, trop statistique et qui manque de chair et de couleurs. Il convient désormais de se montrer attentif à ce que pensent et disent les gens sur les campagnes ou les villes qu’ils habitent, et de s’attacher aux réactions des jeunes comme à celles des personnes âgées ou des femmes ; il est indispensable de prendre en compte les moments de loisir, de détente ou de fête, et ceux d’épidémie, de catastrophe naturelle, de tension, de crise sociale et de guerre ; les périodes où les activités produc­tives peuvent se dérouler sans rencontrer de difficultés ne sont pas les seules à mériter l’attention. La nouvelle sensibilité qui émerge ainsi bouleverse la discipline en quelques années.

25La révolution radicale se superpose à l’irruption de la phénoménologie : il ne suffit pas de prendre en compte l’individu ; il faut le saisir dans sa condition, voir les injustices dont il est victime, tenir compte des lieux dont l’accès lui est interdit, des consommations dont il est exclu. L’espace n’est pas un cadre neutre : il est coloré à la fois par l’expérience de chacun et par la position qu’il occupe dans l’échelle sociale.

263- La géographie qui se reconstruit alors diffère de celle de l’époque classi­que sur un certain nombre de points : elle n’est plus conçue pour exprimer le point de vue d’un spécialiste que sa formation situe au-dessus du commun des mortels (dont les problèmes l’intéressent peu) ; elle est à l’écoute de tous (Claval, 2012). Elle ne réduit pas l’homme à ses dimensions économiques ; elle prend en compte son sexe et son âge ; elle le suit dans les étapes de son existence ; elle s’attache aux contraintes qui pèsent sur ses choix.

27C’est une géographie sociale, mais dans laquelle l’appartenance de classe n’est pas la seule variable prise en compte. L’individu est saisi dans sa trajec­toire, dans les expériences que lui vaut son milieu social comme dans la culture qu’il acquiert dans sa famille, au contact de ses amis, à l’école ou à travers les médias. Sa conduite est en partie dictée par sa condition, même s’il fait montre d’initiatives personnelles.

28Délimiter des régions et comprendre leur organisation n’est plus le seul but des géographes – même si les résultats obtenus dans ce domaine demeurent précieux et demandent toujours à être affinés. Le vocabulaire mobilisé change. Les chercheurs peignent désormais des lieux et des territoires, c’est-à-dire des points ou des ensembles qui font sens pour les populations qu’ils étudient (Claval, 1998 ; 2006). Ils s’attachent à la territorialité qui s’y développe – au sentiment d’appartenance que les gens manifestent pour les endroits où ils vivent ; les chercheurs sont sensibles aux souvenirs person­nels ou collectifs liés à certains espaces et à ce qui fait que l’on dit d’un pays : « je m’y sens chez moi ».

29La recherche régionale classique s’appliquait mal aux pays jeunes. Pour Pierre Denis, au début du XXe siècle (1908 ; 1920), la différenciation des paysages résultait largement de la mise en valeur humaine de l’espace : elle demeurait limitée dans les pays où celle-ci commençait à peine. Autre raison à ce manque de différenciation : les structures sociales, qui expliquent en bonne partie l’organisation de l’espace, différaient beaucoup de celles qui prévalaient dans le monde développé. Joël Bonnemaison (1979 ; 1987 ; 1992) souligne par exemple le poids des relations égalitaires structurées en réseaux au Vanuatu et dans une bonne partie du monde océanien, alors qu’ailleurs prédominaient des systèmes hiérarchiques.

304- La recherche régionale privilégiait certaines échelles : dans les pays de vieux peuplement d’Europe, elle mettait volontiers l’accent sur des divisions de dimension petite ou moyenne, de quelques centaines ou quelques milliers de km2. Elle s’attardait moins sur les grands ensembles et ignorait ce qui se passait à l’échelle domestique. Elle avait de la peine à traiter l’organisation de l’espace des pays développés, comme en témoigne le dernier ouvrage de la Géographie Universelle dirigée par Vidal de la Blache et Lucien Gallois : pour traiter de la France, Albert Demangeon avait demandé à Emmanuel de Martonne de traiter à part la géographie physique ; il avait renoncé au plan régional et préféré traiter à part les campagnes et les villes (de Martonne, 1948 ; Demangeon, 1948).

31Les perspectives changent. C’est à l’échelle de la maison, de la famille élargie, du clan ou du quartier que commence la socialisation des individus et qu’ils acquièrent leurs réflexes fondamentaux. Pourquoi ne pas parler de ce qui se passe au sein des appartements ou des maisons ? Pourquoi ne pas analyser les villages et les quartiers (Collignon et Staszak, 2003) ?

32La recherche régionale mettait l’accent sur les activités productives. La démarche territoriale insiste volontiers sur les souvenirs matérialisés dans les paysages ou dans la pierre de monuments. Elle parle des morts, du culte dont ils sont entourés et du rôle des cimetières qui lient les vivants à leurs ancêtres. Elle fait une place de choix au patrimoine. Elle est fascinée par les fêtes où la société se donne à voir et affiche les symboles qui lui sont chers.

33Plus locale souvent, l’approche territoriale ne met plus l’accent sur les mêmes personnages et sur les mêmes activités. Elle est aussi plus mémo­rielle. La méthode qu’elle suit s’adapte bien à certaines réalités passées qu’on ne savait pas comment aborder – celle des sociétés premières ou des campagnes traditionnelles en particulier. Elle permet en même temps de prendre conscience de ce qui se passe dans les espaces urbains déme­surément élargis du monde contemporain souvent morcelés en petites communautés.

345- La démarche territoriale se heurte à des difficultés spécifiques et pose de nombreux problèmes. Elle s’applique bien dans des sociétés faites de la juxtaposition de petites unités jalouses de leurs spécificités, mais qui acceptent certaines règles communes, pratiquent par exemple la même religion ou partagent la même conception de la politique.

35Le monde actuel est marqué par une grande mobilité. Les courants migratoires motivés par la recherche d’un meilleur niveau de vie ou par l’insécurité qui règne dans certains espaces touchent des dizaines de millions d’individus. Des immigrants venus de partout s’installent dans les grandes agglomérations des pays d’économie moderne – et de plus en plus, dans celles de pays émergents : que l’on songe à Singapour !

36Les territoires dessinés par et pour les populations en place ne correspondent pas aux attentes et aux besoins des nouveaux venus. Des conflits surgissent.

Régions et territoires : des réalités dynamiques en constante redéfinition

371- La perspective régionale, l’analyse spatiale et l’approche territoriale se sont imposées à des moments différents, dans des contextes qui n’étaient pas les mêmes.

38La perspective régionale s’affirme dans le monde de la fin du XIXe siècle et du début du XXe. La révolution industrielle et celle des transports sont déjà avancées, mais la plupart des formes traditionnelles de la société et de l’espace qu’elle modèle subsistent encore. Des ensembles homogènes les carac­térisent : certains sont liés aux conditions naturelles, dont les hommes ont su tirer parti ; ils ont ainsi renforcé la signification de leurs limites ; d’autres résultent de l’écoulement du temps qui a fait naître les mêmes habitudes et uniformisé les techniques sur des espaces souvent assez vastes.

39La poursuite du progrès entraîne des bouleversements géographiques profonds : les fabriques attirent de plus en plus les journaliers et les paysans sans terre qui ne trouvent pas à vivre dans les campagnes où ils sont nés. L’urbanisation progresse à un rythme rapide, les grandes villes se multi­plient. L’analyse spatiale explique cette mutation et la manière dont l’espace s’organise autour d’axes et de nœuds de communication.

40Un des problèmes essentiels qui résultent de cette première étape de la moder­­nisation est d’adapter les structures administratives héritées d’un passé essentiellement rural à une réalité de plus en plus urbaine. Les ensembles longuement façonnés dans le passé, comme ceux que Vidal de la Blache (1903) évoquait dans Le tableau de la géographie de la France (l’ouvrage servait d’introduction à une histoire de la France d’avant la Révolution) sont de moins en moins adaptés à un monde où les échanges se multiplient, où les spécialisations se creusent et où les mouvements de biens, de personnes et d’informations explosent.

41Les préoccupations qui triomphent ainsi pour éclairer soit le monde tradi­tionnel, soit celui qui résulte des premières étapes de la révolution industrielle et des transports, diffèrent de celles qui paraissent aujourd’hui essentielles. Dans les pays européens du XIXe siècle, les sentiments d’appartenance régionale qui s’étaient mis en place dans le monde rural traditionnel demeuraient forts ; ils étaient désormais couronnés par des sentiments nationaux que les pouvoirs politiques ne cessaient d’exalter. Pour la partie de la société qui demeurait attachée à la terre, les problèmes identitaires étaient mineurs : on était normand et français, ou limousin et français… Ceux qui quittaient les régions agricoles surpeuplées retrouvaient en ville des migrants dont le passé n’était pas très différent du leur. Lors­qu’ils restaient dans le pays où ils étaient nés, ils étaient prêts à se fondre dans la communauté nationale qui se mettait en place, à la condition qu’on leur permette de se retrouver, dans l’immédiat, entre ‘pays’ originaires de la même région. Les associations d’Auvergnats de Paris ou de Bretons de Paris garantissaient la permanence de liens tissés dans la région d’origine et facilitaient l’intégration à une communauté plus large.

42La situation des migrants venus de pays étrangers n’était pas très différente. Même s’ils ne parlaient pas la même langue, l’immense majorité d’entre eux venaient, en Europe et dans les pays neufs qui se développaient alors, de pays de tradition judéo-chrétienne : ils n’étaient pas totalement désorientés par l’environnement qu’ils trouvaient. N’ayant participé que fort peu aux formes de culture supérieure de leur pays d’origine, ils étaient heureux de vivre dans une contrée où les possibilités que l’école offrait à leurs enfants étaient infiniment plus larges.

432- La situation qui prévaut dans la seconde moitié du XXe siècle est différente. Des sociologues – Henri Mendras (1967) en France – et des géographes – Harvey Franklin (1969) dans le monde anglophone – décrivent alors « la fin des paysans ». Un seuil a été franchi dans le mouvement d’exode et de modernisation qui caractérise les pays occidentaux depuis les débuts de la révolution industrielle : la reproduction des cultures vernacu­laires – à dominante paysanne, et à forte diversification régionale – qui caractérisaient le monde traditionnel, cesse de s’effectuer spontanément. Les agriculteurs ne représentent plus qu’une petite fraction de la population totale – moins de 10 %, parfois moins de 5 %. Dans la France d’avant-guerre, la scolarité se terminait en principe à 14 ans, mais dans les faits très souvent à 12 ou 13 ans. Elle s’allonge effectivement jusqu’à 16 ans dans les années 1950, avec passage par un collège – une école moyenne – qui fond les jeunes d’origine rurale et ceux d’origine urbaine et interrompt la transmission intergénérationnelle directe à l’âge où elle était la plus efficace – entre 12 et 16 ans.

44Pierre Nora (1984) a justement souligné la signification de cette mutation : elle fait passer de sociétés de mémoire, où la transmission des savoir-faire et des valeurs traditionnelles s’effectuait spontanément et sans que s’installe un sentiment de rupture entre hier et aujourd’hui, à des sociétés de l’histoire, où le passé n’est plus compréhensible qu’à travers le travail de relecture et de réinterprétation auquel se livrent des chercheurs – historiens, archéologues, spécialistes des langues populaires ou des langues anciennes.

45Les premières étapes de la révolution industrielle et de la révolution des transports n’avaient pas entrainé de problèmes identitaires majeurs : dans la plupart des régions rurales, les vieilles identités régionales s’étaient emboî­tées dans les identités nationales en voie d’affirmation et les avaient confortées. Dans les villes et dans les régions industrielles, les nouveaux arrivants s’étaient fondus sans peine dans une société nationale à laquelle ils appartenaient déjà – ou qu’ils adoptaient, s’ils venaient de l’étranger, parce qu’elle leur offrait de perspectives supérieures à celles qu’ils avaient connues dans leurs pays d’origine. Ces conditions disparaissent au milieu du XXe siècle.

463- Les savoir-faire et savoirs vernaculaires que recevaient jadis les nouvelles générations ne leur sont plus transmis : de ce point de vue, elles sont déculturées. Ce qu’elles apprennent n’est plus nécessairement d’origine locale et ne leur permet plus de se fondre dans le territoire où elles évoluent pour se l’approprier. À la déculturation dont elles souffrent s’ajoute une déterritorialisation (Haesbaert, 1999 ; 2004) : elles n’ont plus de lieux où elles se sentent naturellement chez elles.

47La déterritorialisation est d’autant plus marquée que l’information est plus mobile : ce n’est plus systématiquement du voisinage que viennent les flux les plus significatifs de nouvelles et de connaissances. On apprenait en lisant – et de ce point de vue, la déterritorialisation de la culture a commencé depuis longtemps, mais elle ne concernait généralement que les composantes intel­lectuelles des acquis. Avec la télévision et internet, elle touche également leurs formes vernaculaires.

48La dé-culturalisation s’accompagne – au moins partiellement – d’une re-culturation : l’individu continue à se construire une culture, mais celle-ci est acquise sur de nouvelles bases. Les premiers liens tissés ne sont plus auto­ma­tiquement locaux. Ils proviennent d’émetteurs situés sur des réseaux souvent étendus et dessinent des archipels plus que des espaces continus. La re-territorialisation (Haesbaert, 2004) qui s’ensuit cesse de donner naissance à des ensembles tout d’un bloc. Elle rapproche des lieux souvent éloignés. L’espace qu’elle fait naître est constitué d’îles et d’îlots. Aux étendues homogènes et continues auxquelles l’État westphalien nous avait accoutumé se substituent des archipels que l’on ne rencontrait jadis que dans le cas, rare en Europe occidentale et septentrionale, de diasporas. Les dynamiques nouvelles font ainsi naître des formes d’organisation de l’espace et de territo­rialisation qui ne sont pas inédites, mais ne jouaient qu’un rôle mineur dans le monde occidental.

494- L’organisation régionale de l’espace qui dominait depuis le XVIIe siècle reposait idéalement sur la superposition exacte des divisions spatiales et des entités sociales : le monde était fait de peuples qui occupaient un espace national continu et l’avaient transformé en État. Celui-ci était séparé de ceux formés par d’autres peuples par des frontières linéaires. Un groupe cessait d’exercer sa souveraineté là où commençait celle du suivant. Tel était le modèle de l’État westphalien (Badie, 1995).

50La société nationale était subdivisée en sociétés régionales ; à l’intérieur de chacune, des habitudes, des attitudes, des façons de parler et des manières de faire s’étaient imposées et assuraient sa spécificité – sans que la force de l’ensemble ne s’en trouve amoindrie.

515- D’autres formes d’organisation de l’espace et de la société existaient. Un des modèles caractéristiques des Balkans et du Moyen-Orient – celui de l’Empire ottoman – juxtaposait un groupe dominant (les musulmans) et des groupes dominés (juifs, chrétiens) (Prévelakis, 1994). Ici, pas de grand territoire homogène, mais une mosaïque. Des frontières intérieures subdivi­saient l’espace impérial : elles délimitaient des ghettos en ville, des espaces minoritaires dans les régions rurales. Pas de liberté de circulation et d’installation : l’espace ouvert sans contrôle se limitait à la cellule locale à laquelle chacun appartenait ; des voies permettaient d’aller d’un bout à l’autre de l’ensemble, mais elles étaient surveillées en permanence par l’autorité dominante. Des lieux neutres, mais également surveillés et contrôlés, autorisaient les rencontres et les échanges entre les divers groupes.

52Dans les sociétés réticulaires analysées par Joël Bonnemaison (1992), l’espace était pulvérisé en unités indépendantes et égales en droit. Un système d’alliances, au service desquelles était assignée une fraction de la population, se spécialisait dans la vie de relation et assurait les liaisons avec des lieux souvent lointains. La solidarité d’ensemble reposait, comme dans le cas du cercle de la kula décrit par Bronislaw Malinowski (1963/1924) autour des îles Trobriand, sur l’échange de biens de prestige.

536- Notre monde est à la recherche de formes d’organisation régionale et territoriale qui permettent l’épanouissement des peuples qui le composent. Le modèle westphalien, fait de la juxtaposition d’unités nationales souve­raines, est remis en cause par la mobilité accrue des informations, des biens et des personnes, par la quasi-instantanéité des mouvements d’information et de monnaie et par l’aplatissement des réseaux de circulation, qui n’ont plus besoin que de deux ou trois niveaux hiérarchiques (Badie, 1995 ; 1999). L’autorité dont disposaient les États dans le domaine économique s’est effritée à partir du moment où les entreprises ont pu disséminer leurs établis­sements au-delà des frontières étatiques sans que leur efficacité n’en souffre (Claval, 2003). Les formes nouvelles de transmission des savoir-faire, des connais­sances et des croyances remettent en cause les formes traditionnelles de culture et suscitent une dialectique inédite de dé-culturation et de re-culturation, doublée, sur le plan spatial, par une dynamique analogue de dé-territorialisation et re-territorialisation (Haesbaert, 1999 ; 2004).

54Sur le papier, la décolonisation a étendu à l’ensemble de la planète le système de l’État westphalien, mais une partie des pays nouvellement indé­pen­dants n’arrive pas à le faire vivre. Ceux qui les gouvernent les trans­forment en paradis fiscaux, abritent des trafics louches ou servent de base à des mouve­ments terroristes pour se procurer les ressources dont ils man­quent. Les États faillis se multiplient. Dans le même temps, les vieilles struc­tures d’États-nations de l’Europe et de l’Amérique du Nord voient leurs revenus fondre par suite de la délocalisation de leurs activités industrielles. La cité-État, forme d’organisation politique que l’on croyait appartenir au passé, ressurgit en Extrême-Orient (Hong Kong, Singapour) et dans les États du Golfe. Un certain nombre d’États européens ne sont plus guère que des cités-États, dont l’économie repose sur leur cité dominante – Londres pour la Grande-Bretagne, Amsterdam et la Randstad pour les Pays-Bas (Claval, 2010).

55Pour les géographes, le problème est de combiner les enseignements apportés par l’analyse spatiale à la mode des années 1960 et 1970 avec les aspirations territoriales de populations plus mobiles et plus mélangées.

Le problème régional dans des sociétés multiculturelles soumises à de forts impératifs écologiques

561- Le modèle westphalien d’organisation de l’espace et de la société reposait sur un principe hiérarchique : chaque société disposait d’un espace qu’elle orga­nisait à sa guise ; des composantes territoriales y prenaient naissance, mais qui restaient subordonnées à l’ensemble même dans le cas de l’urba­nisation et de l’industrialisation rapides de la fin du XIXe siècle et du début du XXe.

572- Les migrations juxtaposent de plus en plus des populations qui n’ont pas les mêmes habitudes – ce qui ne date pas d’aujourd’hui – et ne partagent pas les mêmes valeurs fondamentales – ce qui n’était pas toujours le cas autrefois : les sociétés multiculturelles se créent. Quelle organisation régio­nale et culturelle leur donner ?

58Deux doctrines s’affrontent en ce domaine. La première cherche à intégrer – et au-delà, à assimiler – les nouveaux venus. Selon elle, une culture civique commune doit s’imposer à tous. Les différences culturelles – les pratiques religieuses en particulier – sont acceptées à la condition qu’elles n’empiètent pas sur le domaine politique et qu’elles ne cherchent pas à dominer l’espace public.

59Ces conditions étaient réalisées en Europe et dans les États du Nouveau Monde dans la seconde moitié du XIXe siècle et au début du XXe. Elles ne le sont plus aujourd’hui parce que la facilité des communications assure le maintien de liens plus étroits entre les lieux d’origine et les lieux de nouvelle installation. Plus grave : certaines populations minoritaires estiment devoir imposer à tous leurs conceptions de la vie politique et contrôler au moins une partie de l’espace public.

60La seconde option est multiculturaliste (Taylor, 1994/1992). Elle place toutes les cultures sur le même pied, puisque chaque citoyen a le droit de choisir ses valeurs et d’organiser l’espace en fonction de ses préférences. Un peu comme dans l’espace ottoman, cela aboutit à la juxtaposition d’espaces communautaires ; ceux-ci communiquent partiellement entre eux grâce à des lieux publics ouverts à tous. Aux frontières placées aux limites de l’État westphalien se substitue – ou s’ajoute – un réseau serré de barrières internes. Les espaces publics sont l’enjeu de contestations souvent âpres entre des communautés qui se veulent dominantes. Dans la mesure où celles-ci restent fidèles à leur langue d’origine, la communication intercommunautaire se trouve souvent bloquée.

613- Jusqu’il y a peu, le besoin d’universalité ne répondait qu’à des motiva­tions religieuses, idéologiques ou rationnelles. Empiriquement, les formes d’organisation répondant à une logique globale ne possédaient pas de supériorité évidente sur celles qui ne s’appliquaient qu’à des espaces limités.

62De ce point de vue les conditions ont considérablement changé depuis un demi-siècle. La pesée que l’humanité exerce sur les milieux terrestres s’est rapidement alourdie : la population mondiale a explosé grâce aux progrès de la médecine et à la réduction de la mortalité qui en a résulté ; l’élévation des niveaux de vie a entraîné une augmentation rapide de la consommation par tête de produits alimentaires, de matières premières minérales et d’énergie. C’est le recours aux réserves fossiles de charbon, de pétrole et de gaz naturel qui a permis de faire face aux besoins dans ce dernier domaine. Leur combus­­tion a multiplié les rejets d’oxyde de carbone dans l’atmosphère ; l’accumulation de celui-ci modifie l’équilibre écologique global de la planète, car il s’agit d’un gaz à effet de serre.

63La lutte contre le réchauffement climatique n’est possible que si elle est menée par tous : le temps est passé où chaque groupe pouvait utiliser et aménager à sa guise l’espace où il vivait. Une contrainte globale pèse désor­mais sur l’aménagement de l’espace.

Conclusion : la question régionale aujourd’hui

64La question régionale est à la fois descriptive et prescriptive : (i) comment l’espace est-il distribué et aménagé entre les individus et les groupes à la surface de la terre ? (ii) comment doit-il l’être de manière à ce que chacun puisse se développer et s’épanouir pleinement ? La perspective descriptive est celle qui prédomine au moment où naît la géographie humaine, à la fin du XIXe siècle. La perspective prescriptive, dessinée avec l’analyse régionale au début du XXe siècle, prend de plus en plus d’importance depuis une cinquan­taine d’années.

65Pour réaliser les objectifs que celle-ci s’assigne, il convient de mettre en place des formes d’organisation territoriale où chaque individu, chaque famille, chaque collectivité ait sa place, accepte de respecter certaines règles écologiques, cependant que des espaces partagés permettent la poursuite d’objectifs communs en vue d’assurer le bien public.

66On n’y parviendra qu’en assurant à tous des ressources suffisantes – ce qui implique une répartition équitable de l’espace et des ressources qu’on en retire Avec l’augmentation des effectifs humains et l’accroissement des niveaux de consommation, ce dernier objectif apparaît de plus en plus essentiel. Il va de pair avec la protection contre les pollutions qui est néces­saire à tous – c’est l’objectif ultime des politiques de développement durable.

67Le problème de l’organisation régionale de l’espace est fondamental pour tous les groupements humains. Il est inséparable – comme les recherches récentes le soulignent – de deux autres questions : celle de l’organisation de la société elle-même, et celles de ses relations avec l’environnement.

68L’accent mis à la fin du XIXe siècle et dans la première moitié du XXe sur la division régionale convenait à une époque où les problèmes identitaires ne se posaient pas de manière dramatique et où le problème essentiel était de mettre en place des systèmes efficaces d’organisation des circulations. L’adop­­tion de cadres administratifs qui facilitent la réalisation de ces objec­tifs était essentielle.

69Aux problèmes surtout matériels qu’on se posait durant les premières phases de la modernisation se sont ajoutés de nouvelles préoccupations : la cons­truc­tion d’identités partagées ne se fait plus sur les mêmes bases ; la gestion des ressources demande à être mieux contrôlée pour éviter la détérioration de l’environnement et les déséquilibres écologiques globaux.

70L’aménagement de l’espace a pris une autre dimension : il ne suffit plus simplement de conseiller au Prince les meilleures voies pour rendre efficace le fonctionnement de l’économie – et donc la puissance de la nation et la croissance du revenu de ses citoyens ; il s’agit d’assurer à chacun les condi­tions qu’il juge indispensable à l’accomplissement de son existence. La territorialité devient un impératif majeur. Plusieurs voies sont explorées pour parvenir à une solution satisfaisante pour tous. Appliquées sans ménage­ment, les doctrines imaginées pour résoudre ces problèmes, celle de l’inté­gration comme celle du multiculturalisme, conduisent à des impasses. Le problème est de les combiner empiriquement pour assurer à tous des conditions de vie acceptables.

Haut de page

Bibliographie

BADIE Bertrand, 1995, La fin des territoires. Essai sur le désordre international et sur l’utilité sociale du respect, Paris, Fayard.

BADIE Bertrand, 1999, Un monde sans souveraineté. Les États entre ruse et responsabilité, Paris, Fayard.

BONNEMAISON Joël, 1979, « Les voyages et l’enracinement », L’Espace géographique, vol. 8, n° 4, p. 303-318.

BONNEMAISON Joël, 1987, Les fondements d’une identité : territoire, histoire et société dans l’archipel de Vanuatu, Paris, ORSTOM, 2 vol. 

BONNEMAISON Joël, 1992, « Le territoire enchanté. Croyances et territorialité en Mélanésie », Géographie et cultures, n° 3, p. 71-88.

CHRISTALLER Walter, 1933, Die zentralen Orte in Süddeutschland, Iena, G. Fischer.

CLAVAL Paul, 1968, Régions, nations, grands espaces. Géographie générale des ensembles territoriaux, Paris, Genin

CLAVAL Paul, 1994, « Henri Hauser (1866-1947) Professeur de Géographie commerciale et industrielle (1918-1933) », p. 642-654, in Les professeurs du Conservatoire National des Arts et Métiers, Dictionnaire biographique, Paris, CNAM-INRP, tome I.

CLAVAL Paul, 1998, Histoire de la géographie française de 1870 à nos jours, Paris, Nathan.

CLAVAL Paul, 2003, La géographie du XXIe siècle, Paris, L’Harmattan.

CLAVAL Paul, 2006, La nouvelle géographie régionale. Des régions aux territoires, Paris, A. Colin.

CLAVAL Paul, 2010, Les espaces de la politique, Paris, A. Colin.

CLAVAL Paul, 2011, « Les voyages américains de Vidal de la Blache et de Demangeon. Évolution de leur vision de la géographie et du monde », Cahiers de géographie du Québec, vol. 55, n° 155, p. 263-277.

CLAVAL Paul, 2012, De la Terre aux Hommes. La géographie comme vision du monde, Paris, A. Colin.

COLLIGNON Béatrice, STASZAK Jean-François (dir.), 2004, Espaces domestiques. Construire, habiter, représenter, Paris, Bréal.

DARDEL Éric, 1952, L’Homme sur la Terre, Paris, PUF.

DEMANGEON Albert, 1948, La France économique et humaine, Géographie Universelle, tome 6, Paris, A. Colin, 2 vol. 

DENIS Pierre, 1908, Le Brésil au XXe siècle, Paris, A. Colin ; 2e éd., 1921.

DENIS Pierre, 1920, La République argentine, Paris, A. Colin.

FRANKLIN Harvey, 1969, The European peasantry. The final stage, Londres, Methuen.

GALLOIS Lucien, 1908, Régions naturelles et noms de pays, Paris, A. Colin.

GIRAUD-SOULAVIE Jean-Louis, 1780-1784, Histoire naturelle de la France méridionale, Paris, 7 vol. 

HAESBAERT Rogério, 1999, Des-territorialização e identidade : a rede gaúcha no Nordeste, Niterio, Editoria da Universidade Federal Fluminense.

HAESBAERT Rogério, 2004, O Mito da desterritorialização. Do ‘fim’ dos territorios a multiterritorialidade, Rio de Janeiro, Bertrand Brazil, 395 p.

HESSELN Robert de, 1780, Nouvelle topographie ou description détaillée de la France divisée par carrés uniformes, Paris, ches l’Auteur.

JAMES Preston, 1942, Latin America, New York, Odyssey Press.

HAUSER Henri, 1924, L’organisation gouvernementale française durant la guerre. Le problème du régionalisme, Paris, PUF.

JOHNSON Hildegard Binder, 1976, Order upon the Land, New York, Oxford University Press.

LAPPARENT Albert de, 1888, La géologie en chemin de fer, Paris, Savy.

LEYSER Polycarpe, 1726, Comentario de vera geographiae methodo, Helmstedt.

MALINOWSKI Bronislaw, 1963/1924, Les Argonautes du Pacifique occidental, Paris, éd. ang. or., Londres, 1924.

MARTONNE Emmanuel de, 1948, La France, tome 1, La France physique, Géographie Universelle, tome VI, Paris. A. Colin

MENDRAS Henri, 1967, La fin des paysans, Paris, SEDES.

NORA Pierre, 1984, « Entre mémoire et Histoire », in Pierre Nora (ed.), Les lieux de mémoire, vol. 1, La République, p. XXV-ILII.

PRÉVELAKIS George, 1994, Les Balkans, cultures et géopolitique, Paris, Nathan.

STRABON, 1969, Géographie, tomes I et II, Paris, Les Belles Lettres.

TAYLOR Charles, 1992, Multiculturalism : examining the politics of recognition, Princeton, Princeton University Press ; trad. fse, Multiculturalisme. Différence et démocratie, Paris, Aubier, 1994.

TREWARTHA Glenn Thomas, 1945, Japan. A physical, cultural and regional geography, Madision, University of Wisconsin Press.

TUAN Yi-Fu, 1974, Topophilia. A study of environment perception, attitudes and values, Englewood Cliffs, Prentice-Hall.

TUAN Yi-Fu, 1976, « Humanistic geography », Annals of the Association of the American Geographers, vol. 66, p. 615-632.

ULLMAN Edward L., 1958, « Regional development and the geography of concentration », Papers and Proceedings of the Regional Science Association, vol. 4, p. 179-188.

Varii Auctores, 1934, « Conventionalizing geographic investigation and presentation », Annals of the Association of American Geographers, vol. 24, p. 77‑122.

VIDAL DE LA BLACHE Paul, 1888,, « Des divisions fondamentales du sol français », Bulletin littéraire, vol. 2, n° 1, p. 1-7.

VIDAL DE LA BLACHE Paul, 1903, Tableau de la géographie de la France, Paris, Hachette.

VIDAL DE LA BLACHE Paul, 1910, « Régions françaises », Revue de Paris, n° 6, p. 821-849.

VIDAL DE LA BLACHE Paul, 1913, « La relativité des divisions régionales », in Les divisions régionales de la France, Paris, Alcan, p. 1-14.

VIDAL DE LA BLACHE Paul, 1917, La France de l’Est (Lorraine-Alsace), Paris, A. Colin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Claval, « Le problème régional en géographie », Géographie et cultures, 100 | 2016, 139-156.

Référence électronique

Paul Claval, « Le problème régional en géographie », Géographie et cultures [En ligne], 100 | 2016, mis en ligne le 07 juin 2018, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/gc/4712 ; DOI : 10.4000/gc.4712

Haut de page

Auteur

Paul Claval

Université Paris Sorbonne
p.claval@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals