Navigation – Plan du site

Cultiver la ville

Outils et territoires d’une (re)conquête citoyenne ?
Florence Brondeau
p. 5-15

Texte intégral

1Un renouveau de l’agriculture urbaine est perceptible ces dernières années dans les villes du Nord comme dans celles des Suds. Ce mouvement s’inscrit dans la mouvance de la réflexion sur la ville durable qui ouvre de nouvelles perspectives de réconciliation entre l’aménagement urbain et le maintien ou le développement d’espaces de « nature » (Duchemin, 2013 ; Ernwein & Salomon-Cavin, 2014). Ainsi, l’accueil et le renforcement du « végétal » dans nos villes, la reconnexion des citadins avec la nature sont devenus des enjeux importants promus par les politiques récentes, notamment par la mise en place des projets de trames vertes urbaines (Blanc & Clergeau, 2013), par la promotion de l’agriculture ou encore la végétalisation des murs et des toits… En se végétalisant, les villes participent donc à l’enjeu global de tran­si­tions écologique et environnementale, que ce soit directement – par la mise en place de corridors écologiques – ou indirectement – par un renou­vellement de l’intérêt des citadins pour la « nature » et des formes de leur implication dans les enjeux de conservation et de production (Clergeau, 2014). Au-delà, cette évolution répond aussi à des besoins locaux d’amélio­ration de la qualité de vie des citadins et se traduit par de nouvelles pratiques de la ville et de nouvelles formes d’appropriation de leur environ­nement par les citadins. Dans ce contexte, au-delà des pratiques agricoles ou horticoles, l’agriculture urbaine se définit par son caractère plurifonctionnel qui englobe des enjeux divers : la sécurité alimentaire, l’écologie, l’emploi, l’économie, la santé, les services écosystémiques… (Wegmuller & Duchemin, 2010).

2L’action de cultiver la ville, sous des formes très diverses, est associée à un fort investissement citoyen et apparaît comme un mouvement social qui s’approprie l’espace urbain (Baudry, 2010 ; Soulard, 2014 ; Paddeu, 2015) et participe d’une recherche plus ou moins conscientisée de justice environne­mentale et d’une démarche de reconquête spatiale (Soja, 2010 ; McClintock, 2010, Shepard, 2014) ; le concept de justice alimentaire, inspiré du « food movement » qui a émergé aux États-Unis étant sous-jacent (Paddeu, 2012 ; Smith et al., 2013).

3(Re)conquête d’espaces délaissés ou marginalisés, réappropriation d’un cadre de vie, lutte pour une plus grande justice environnementale et alimen­taire, participation active à la construction d’un projet territorial, approche patrimoniale… : ce numéro se propose d’aborder ces différents types de démarches citoyennes territorialisées qui s’appuient sur les formes les plus diverses de cultiver la ville.

4À travers les questionnements et les développements de ces six articles, quelques thématiques semblent se dessiner de façon transversale sans qu’elles traduisent de façon exhaustive la richesse des développements apportés par les différents auteurs.

Agriculture urbaine ou jardinage ?

5L’agriculture urbaine est définie de façon différente selon les auteurs aux­quels on se réfère (Moustier et al., 2004 ; Mougeot 2000 ; Duchemin, 2013), mais dans tous les cas c’est un concept dont la définition ne se limite pas à l’analyse des pratiques agricoles ou horticoles mais qui englobe de multiples enjeux : la sécurité alimentaire, l’écologie, l’emploi, l’économie, la santé, etc. Elle constitue elle-même une partie de l’écosystème urbain (Mougeot, 2000). Son caractère plurifonctionnel a d’ailleurs été largement démontré (Wegmuller, Duchemin, 2010) ; dans ce sens, le cas des jardins collectifs est largement mis en évidence dans la littérature scientifique et associative que ce soit en France ou à l’étranger (Robineau & Soulard, 2017 ; Scheromm, 2015 ; Argaillot, 2014 ; Wegmuller & Duchemin, 2010). En effet, les jardins collectifs constitueraient un outil d’analyse privilégié du « faire » et du « vivre » la ville contemporaine car ils répondent à des enjeux ayant trait à l’environnement, aux sociétés et à la production alimentaire (Duchemin, 2013). L’agriculture se présente par ailleurs sous des faciès multiples et peut être envisagée à des échelles spatiales contrastées : une agriculture de production relictuelle (maraîchers, horticulteurs,…) côtoie des jardins partagés hérités pour bon nombre d’entre eux des jardins ouvriers, et des jardins collectifs, partagés ou encore d’insertion qui foisonnent ces dernières années… (Clergeau, 2014).

6« Face à la multitude de formes que prend ce phénomène, peut-on et doit-on toujours parler d’agriculture urbaine ? » s’interrogent ici Maud Chalmandrier et al. En effet, les définitions se sont multipliées pour tenter d’englober la diversité des fonctions, des pratiques, des espaces et des acteurs sous le terme englobant d’« agriculture urbaine », sans parvenir à déli­miter les contours de la notion et sans aboutir à un consensus. Cela tient sans doute au fait que les deux mots de cette expression semblent au départ antinomiques. M. Ernwein et J. Salomon Cavin (2014), distinguent clairement « le jardi­nage urbain [qui] se conjugue bien à la notion de nature en ville […] et « l’agriculture [qui] demeure associée, dans les repré­sentations comme dans les pratiques, à une activité hors la ville ».

7Maud Chalmandrier et al. considèrent comme révélateur, que les participants aux jardins collectifs urbains rencontrés lors des enquêtes effectuées dans le cadre de leur étude, ne se définissent pas comme « agriculteurs » ; ils sont au contraire très fiers d’affirmer leur identité de « jardinier » en se démarquant de la figure de l’agriculteur et du mode de production agricole souvent qualifié d’« intensif » ou de « productif ».

8Les auteurs justifient ce débat terminologique par les concurrences qui peuvent surgir entre ces différentes pratiques selon les choix d’aménagement du territoire, dans un contexte de rareté croissante du foncier. À partir d’exem­ples précis, Maud Chalmandrier et al montrent que le développement de jardins urbains finalement peu productifs mais qui bénéficient d’une forte promotion associée au « verdissement de la ville » et à la mise en place de circuits courts, ne compense pas la perte des terres périurbaines agricoles qui se trouve de ce fait quelque peu occultée bien que participant également à l’approvisionnement de proximité des citadins.

(R)établir des liens nourriciers entre la ville et les citadins

9L’engouement suscité par l’action de cultiver la ville s’articule sur un fond de contestation des modèles de développement dominants et d’interrogation sur les modalités potentielles d’une transition des systèmes alimentaires et des systèmes urbains dans une démarche plus durable (Blay-Palmer, 2010 ; Marsden & Morley, 2014). Ce mouvement est éminemment politique en ce sens qu’il bouscule les schémas en place du fait de la réflexion sous-jacente et des débats qu’il suscite (Fleury & Vidal, 2009). Ainsi, le concept de justice alimentaire a émergé aux États-Unis dans la mouvance du « food movement » (Paddeu, 2015), dont l’objectif est de favoriser la sécurité alimen­taire des populations pauvres et des minorités ethniques des quartiers défavorisés considérés comme des « food desert » (Aubry et al., 2014, Paddeu, 2012 ; Bitler & Haider, 2009). Le « food movement » s’est traduit par l’essor de l’agriculture urbaine dans les grandes métropoles américaines. Les citadins cultivent donc aussi pour revendiquer et reconquérir le droit à l’accès à une nourriture saine de proximité, dans le cadre de circuits courts participant de la recherche d’alternatives au système alimentaire dominant et du fonctionnement de villes plus durables (Aubry & Chiffoleau, 2009 ; Lardon & Loudiyi, 2014 ; Marsden & Morley, 2014).

10Le travail de Camille Robert-Bœuf peut être associé à cette réflexion. L’auteure aborde le rôle essentiel tenu par les datchas dans l’appro­vi­sionnement alimentaire des citadins la Russie en particulier à Kazan ; et ce, depuis la période soviétique. Ces jardins collectifs permirent en effet de pallier les crises alimentaires que l’Union soviétique puis la Russie ont connues. Depuis 1991, structurées en association, les datchas se sont réaf­firmées comme vecteur de justice alimentaire, dans le cadre d’un système de commercialisation de proximité, alternatif et adaptatif, qui parvient à appro­visionner en produits frais une grande partie de la population urbaine.

11Dans un autre contexte, Stéphane Angles montre que l’orientation produc­tive et la vocation alimentaire de l’oléiculture dans les villes du sud de la France, demeurent bien présentes ; ceci autant pour les rares oléiculteurs professionnels soucieux de leurs revenus que pour les innombrables ama­teurs désireux d’obtenir leur propre récolte. Ces oliveraies de taille très variable répondent au souci des arboriculteurs de contribuer à une produc­tion locale de qualité, qui permette par ailleurs de renouer des relations entre la ville, la nature et l’agriculture.

12Pour Marine Legrand, l’introduction d’un élevage ovin au sein du parc Georges Valbon à La Courneuve est revendiquée comme la volonté de développer une pratique agricole au cœur du tissu urbain et l’installation d’un mode de vie paysan en ville. Ce projet se positionne ainsi dans une démarche d’ancrage de l’approvisionnement alimentaire dans le territoire local. De la même façon, si les pratiques de collecte font l’objet de moti­vations plurielles et opportunistes de la part de populations diverses, elles concernent également un public qui s’y intéresse dans le cadre d’une dé­marche militante et souhaite participer à une transformation du mode de vie citadin. Un des objectifs des projets menés dans ce parc est donc d’ouvrir la réflexion sur les articulations entre l’aménagement urbain et le rétablis­sement potentiel de liens nourriciers avec le monde « sauvage » au cœur des villes.

13Maud Chalmandrier et al. émettent toutefois des réserves sur la qualité des sols urbains et leur éventuelle multi-contamination qui peuvent justifier une remise en question de leur capacité à supporter des productions végétales destinées à la consommation alimentaire. Les auteurs estiment que produire en milieu urbain de façon à promouvoir une nourriture et une vie saines constitue encore un « horizon à co-construire en prenant le temps le temps de l’expérimentation scientifique, avec les acteurs concernés (scientifiques en sciences biotechniques et sociales, experts techniques, habitants-jardi­niers, associations, gestionnaires, pouvoirs publics, organismes de dépollu­tion,…) ».

Cultiver la ville : une démarche patrimoniale

14Si on définit comme Stéphane Angles, le patrimoine comme « l’ensemble des héritages matériels et immatériels reconnus par les sociétés afin d’être transmis aux générations futures » (Veschambre, 2007), et si on admet avec Donnadieu et Fleury (1997) « que l’agriculture a toujours fait partie de l’histoire des villes », on peut envisager de ce fait que les jardins urbains s’inscrivent dans une démarche sociale, culturelle et historique, qui, inspirée du souvenir de paysages agricoles parfois idéalisés, se revendique comme patrimoniale, à l’image des initiatives qui se multiplient dans ce qui fut la banlieue maraîchère de Paris (Trochet et al., 2003).

15En Russie, les datchas constituent une forme rare de jardinage urbain à grande échelle et Camille Robert-Bœuf rappelle ici les fondements histo­riques et culturels dans lesquels ces jardins urbains se sont développés. Aujourd’hui leur vocation n’est plus exclusivement alimentaire mais répond à des besoins récréatifs et esthétiques. Les propriétaires, qu’ils soient jardi­niers ou citadins fortunés en quête de villégiature, sont restés attachés au terme de « datcha », en dépit des transformations profondes des activités pratiquées, des modes de vie et des paysages ; ce qui révèle le profond ancrage culturel de ces jardins hérités d’une longue tradition d’implantation des urbains dans les périphéries des villes.

16L’oléiculture des villes du sud de la France insérée dans un cadre agricole urbain, s’inscrit dans une démarche identitaire culturelle, sociale et paysa­gère qui associe l’insertion d’éléments ornementaux appréciés, l’entretien d’un décor méditerranéen et la perpétuation pour certains d’une tradition familiale. Les enquêtes menées dans le cadre des recherches de Stéphane Angles, montrent l’attachement des producteurs amateurs à développer leur propre production, leur souci de soigner les arbres, de transmettre ou d’apprendre les savoir-faire traditionnels, d’acquérir ou de retrouver un capital culturel et social et de préserver un paysage agraire apprécié esthéti­quement au sein d’un milieu profondément urbanisé. Les collectivités territoriales s’engagent également à la préservation de ces oliveraies qui contribuent à offrir un cadre de vie très recherché et constituent dans ce sens un véritable outil de promotion touristique.

17Un processus de patrimonialisation est particulièrement perceptible en milieu oasien ces dernières années. Les techniques d’irrigation séculaires sont en effet à l’origine de constructions remarquables (Benslimane et al., 2013). Or, celles-ci sont bien souvent en cours de dégradation et font l’objet d’opérations de restauration et d’entretien impliquant la sauvegarde de savoir-faire en perdition. Le réseau de foggaras de Marrakech en constitue un exemple au même titre que d’autres oasis particulièrement étudiées comme celle de Figuig (Janty, 2013).

18L’étude menée par David Goeury, à propos des dynamiques en cours dans l’oasis de Tiznit au Maroc, montre comment cette démarche patrimoniale porte aussi sur les structures sociales inhérentes à la gestion de l’eau. Mena­cée par le processus d’urbanisation et rejetée à l’heure des grands barrages et de la grande culture irriguée comme un archaïsme dysfonc­tionnel, l’agri­culture urbaine n’est plus reconnue en tant qu’activité productive par les pouvoirs publics. Or, le code de loi écrit (orf) qui réglemente la gestion collective de la ressource hydrique figure parmi les premiers textes établis par la communauté des habitants de Tiznit. Considéré comme un des fonde­ments d’une forme de démocratie collective masculine aujourd’hui en grande partie caduque, ce cadre réglementaire est associé à un passé idéalisé et constitue un repère identitaire, un patrimoine à préserver.

(ré)appropriation et (re)structuration individuelle et collective de l’espace urbain

19L’action de cultiver la ville participe d’un mouvement social qui s’approprie l’espace urbain (Duchemin, 2015). Les jardins urbains exercent une emprise physique qui correspond à une démarche de reconquête spatiale (Fol & Pflieger, 2010) et de réappropriation territoriale. Aussi, on peut considérer que les innombrables initiatives qui se développent dans ce sens, bien qu’à échelle très variable et de façon ponctuelle et peu coordonnée, contribuent à concevoir de nouvelles formes de rapports à la ville et à son aménagement. Jardiner contribue ainsi à créer de nouvelles dynamiques, à l’image du mouvement de réappropriation citoyenne des friches et des vacants dans certaines villes en crise aux États-Unis (Paddeu, 2015). Des actions simi­laires sont aujourd’hui perceptibles sur la petite ceinture à Paris (Scapino, 2016), dans l’ensemble de la région parisienne et ailleurs (Aubry et al., 2014).

20Kaduna-Ève Demailly, en s’appuyant sur des enquêtes menées dans diffé­rents jardins partagés franciliens, montre que la réappropriation des vacants est essentiellement animée par la volonté des populations de requalifier leur cadre de vie. La dimension transgressive qui peut être sous-jacente à un certain nombre d’initiatives spontanées (Scapino, 2016) se retrouve dans l’article de Marine Legrand. Ainsi, le maintien de pratiques interdites comme la cueillette et surtout la pêche et la chasse dans le parc Valbon peut être envisagé comme une forme de revendication du droit à accéder à un bien commun.

21Camille Robert-Bœuf aborde la question de l’appropriation citoyenne de l’espace urbain dans son analyse du fonctionnement des datchas. Le carac­tère individuel des parcelles n’était pas conforme à l’idéologie soviétique et à la collectivisation des pratiques agricoles. Ces jardins représentèrent alors pendant plusieurs décennies un espace où l’individu pouvait se démarquer et se valoriser. Ils permettaient de disposer d’une forme de liberté individuelle dans une société où celle-ci était stigmatisée.

22Par ailleurs en développant le cas de Kazan, l’auteure fait apparaître le rôle structurant de l’agriculture urbaine dans l’organisation actuelle de la ville et des citadins russes. Le système alimentaire et commercial qui est associé aux datchas génère une structuration territoriale à part entière. En effet, ce jardinage crée des flux et des mobilités spécifiques, impliquant la mise en place de moyens de transport adaptés, qui modifient le rapport entre le centre et la périphérie : les espaces péri-urbains accueillant les datchas deviennent durant l’été le centre des dynamiques économiques et sociales de la région, de véritables pôles attractifs qui réorganisent les rapports de force entre la ville et la campagne. Camille Robert-Bœuf démontre ici que l’agriculture urbaine est productrice de spatialités, de réseaux économiques et sociaux spécifiques, contribuant ainsi à réinventer les manières de faire territoire.

23La réappropriation de l’espace et des ressources par les cultivateurs de l’oasis de Tiznit étudiée par David Goeury est également éloquente. La résis­tance collective des agriculteurs urbains qui s’organise par l’inter­médiaire de l’association Abrinaz est le symbole d’une stratégie de reconquête de la ressource en eau par les riverains face à la planification de nouveaux aména­gements urbains. La population a ainsi obtenu de multiples travaux (moder­nisation des canalisations, forage de puits sur nappe pour compenser la perte de l’eau des sources), dans le cadre d’un partenariat avec la municipalité de Tiznit, destinés à protéger, réhabiliter et se réapproprier le périmètre irrigué de Targa.

Cultiver la ville participe de la transition écologique

24Si on considère avec Kaduna-Ève Demailly (d’après Veyret, 2007) que « la transition environnementale désigne une évolution vers un nouveau modèle des relations entre espaces et sociétés qui renouvellerait les modes de pro­duire, de consommer et de vivre ensemble pour répondre aux grands enjeux environnementaux, notamment celui de la perte accélérée de la biodiversité, et ne se limite pas aux modifications du fonctionnement du système écolo­gique, mais intègre les données sociales, comme la volonté des citadins de se réapproprier un cadre de vie et préserver une certaine qualité de vie », alors « l’agrarisation de la ville », alors « l’agrarisation de la ville » (Ernwein & Salomon-Cavin, 2014) peut parti­ciper effectivement de ce processus. En contribuant à verdir, à embellir, à réintroduire un peu de « nature » en ville en particulier dans des quartiers d’où elle était quasi exclue, le développe­ment des jardins s’inscrit par ailleurs dans la recherche d’une justice envi­ronnementale (Fol & Pflieger, 2010, Blanchon et al., 2009).

25Ainsi, les usagers des jardins partagés franciliens étudiés par Kaduna-Ève Demailly, comme ceux du « vallon écologique » du parc Valbon investigués par Marine Legrand, mettent en avant un désir d’embellissement du cadre de vie. L’esthétique de l’aménagement du vallon donne à voir des formes à l’allure spontanée qui remplacent le « jardin fleuri » des années 1960 et au-delà de la recherche d’« une image naturelle », les variétés sont également choisies pour leur intérêt écologique. L’étude des collectes alimentaires dans ce parc urbain ouvre des pistes pour saisir comment ces lieux permettent aux citadins de maintenir des relations avec le vivant et alimentent un imaginaire écologique multiforme, susceptible d’inspirer les initiatives des usagers.

26La reconquête et la requalification d’espaces délaissés par les jardins parta­gés participent de l’amélioration du cadre de vie et en ce sens, ils constituent d’après Kaduna-Ève Demailly, des territoires de transition environnementale y compris dans le cas des vacants jardinés qui restent temporaires (Demailly, 2014). D’ailleurs, le respect de l’environnement et la protection de la biodiversité sont intégrés dans la charte des jardins partagés : les produits phytosanitaires et les engrais chimiques sont interdits, le compostage est généralisé… À la fois laboratoire de diffusion de pratiques et vitrine, ces jardins constituent des lieux-outils de formation aux pratiques écologiques pour les usagers mais aussi pour l’ensemble des riverains qui sont sensibili­sés à un certain nombre d’éco-gestes.

27Le travail de Marine Legrand sur le Vallon écologique du parc Georges Valbon montre que la volonté de réintroduire la nature en ville via des activités agricoles peut se traduire par des formes de mise en scène de la biodiversité. Ainsi, l’introduction de troupeaux ovins et l’organisation de la fête des foins sont orchestrées dans un « cadre pastoral » à vocation esthétique et patrimoniale, créé de toutes pièces par un paysagiste. Sur ce même site, l’auteure montre comment la collecte de ressources alimentaires constitue par ailleurs une sorte de jeu caractérisé par l’utilisation d’une flore considé­rée comme « sauvage » par les usagers, alors que celle-ci est savam­ment introduite et entretenue dans le cadre du projet paysager.

28Camille Robert-Bœuf de son côté, soulève quelques réserves quant aux aménités environnementales apportées par les jardins collectifs en Russie. Les datchniki sont depuis quelques années critiqués pour les problèmes environnementaux qu’ils génèrent. Les déchets sont souvent mal collectés et polluent les abords des parcelles et des rivières ; ils peuvent augmenter les risques d’incendies lorsque les mesures de sécurité sont mal appliquées. Les associations pour la promotion de l’agriculture biologique essaient toutefois de remettre en question le rapport de la datcha et du jardinier russe à la nature en promouvant l’adoption de pratiques plus respectueuses de la nature.

29Par ailleurs, Kaduna-Ève Demailly à propos des jardins partagés franciliens insiste sur le fait que ceux-ci ne sont pas intégrés aux trames vertes urbaines comme des territoires relais de biodiversité et ne sont donc pas réellement reconnus comme des composantes écologiques de l’environnement urbain. Certaines initiatives citadines laissent toutefois à penser que l’appréhension des jardins partagés comme maillons des corridors écologiques pourrait être amorcée par les habitants. Ainsi, à Paris, cité pour exemple, une traversée fleurie a été réalisée en 2009 dans le 20e arrondissement entre deux jardins partagés et le parc de Belleville. Le développement de ces expériences visant à articuler les jardins partagés avec d’autres espaces verts publics devrait contribuer à l’émergence d’un réseau vert urbain.

30Le travail de Stéphane Angles abonde dans ce sens. Les parcelles d’oliviers en milieu urbain des villes du sud de la France, souvent émiettées en de multiples îlots, participent à l’agencement d’une mosaïque paysagère dont l’intérêt réside autant dans son aspect esthétique que dans ses aménités environ­nementales. Ainsi, l’existence d’espaces oléicoles à l’échelle des agglo­mérations n’octroie pas seulement une plus-value, mais favorise aussi le maintien des paysages, de la biodiversité et de la cohérence écologique des territoires autour et au sein des agglomérations de Nice, Toulon, Aix-Marseille et Montpellier, au sein de régions bouleversées par des mutations profondes et rapides. Les relevés botaniques réalisés par l’auteur témoignent de la richesse floristique des parcelles à tel point que les oliveraies peuvent constituer des corridors écologiques ou « des pas japonais » favorables à une certaine pérennité et fonctionnalité de la trame écologique.

31Cette tentative de présentation transversale des thématiques qui se sont dégagées au fil de la lecture de ces articles, laisse maintenant toute la place aux auteurs qui ont bien voulu participer à ce numéro et à leur travail original.

Haut de page

Bibliographie

ALKON Alison Hope, AGYEMAN Julian, 2011, Cultivating food justice, Cambridge, USA, The MIT Press, 404 p.

ARGAILLOT Janice, 2014, « Émergence et impacts de l’agriculture urbaine à Cuba », Espaces et Sociétés, vol. 3, n° 158, p. 101-116.

AUBRY Christine, BAUDRY Sandrine, RÉMY Élisabeth, SCAPINO Julie, 2014, « L’espace public à l’épreuve des jardins collectifs à New York et Paris », Géocarrefour, vol. 89, n° 1, p. 41-51.

AUBRY Christine, CHIFFOLEAU Yuna, 2009, « Le développement des circuits courts et l’agriculture péri-urbaine : histoire, évolution en cours et questions actuelles », Innovations Agronomiques, n° 5, p. 53-67.

BAUDRY Sandrine, 2010 Cultiver son jardin, s’inscrire dans la ville : approche anthropologique des community gardens de New York City, thèse de doctorat, Institut Paris-Diderot, 481 p.

BENSLIMANE Mohamed, HAMIMED Abderrahmane, SEDDINI Abdelali, 2013, « Contribution de l’hydraulique médiévale dans la dynamique urbaine du Maghreb. Cas de la Médina de Tlemcen en Algérie », Larhyss Journal, n° 13, p. 77-93.

BITLER Marianne, HAIDER Steven J., 2009, An economic view of food deserts in the United States, Michigan, National Poverty Center working paper, 5 p.

BLANC Nathalie, CLERGEAU Philippe (dir.), 2013, Trames vertes urbaines. De la recherche scientifique au projet urbain, Paris, Le moniteur, 337 p.

BLANCHON David, MOREAU Sophie, VEYRET Yvette, 2009, « Comprendre et construire la justice environnementale », Annales de géographie, vol 1, n° 665-666, p. 35-60.

BLAY-PALMER Alison, 2010, Imagining sustainable food systems, Wilfrid Laurier University, Ashgate, 251 p.

CLERGEAU Philippe, 2014, « Les relations écologiques ville-agriculture », Pour, vol. 4, n° 224, p 67-72.

DEMAILLY Kaduna-Ève, 2014, Jardiner les vacants. Fabrique, gouvernance et dynamiques sociales des vacants urbains jardinés du nord-est de l’Île-de-France, thèse de doctorat, Université Panthéon-Sorbonne, LADYSS, 515 p.

DONNADIEU Pierre, FLEURY André, 1997, « L’agriculture, une nature pour la ville ? », Les Annales de la recherche urbaine, vol. 74, n° 1, p. 31-39.

DUCHEMIN Éric, 2015, « L’agriculture urbaine d’hier à aujourd’hui, en île de France, en France et dans le monde », in Antoine Lagneau, Marc Barra, Gilles Lecuir (dir.), Agriculture urbaine. Vers une réconciliation ville-nature, Paris, Le Passager Clandestin, 313 p.

DUCHEMIN Éric, 2013, « Multifonctionnalité de l’agriculture urbaine : perspective de chercheurs et de jardiniers », in Éric Duchemin (dir.), Agriculture urbaine : aménager et nourrir la ville, chapitre 2, Éditions Vertigo, p. 97-107.

ERNWEIN Marion, SALOMON-CAVIN Julie, « Au-delà de l’agrarisation de la ville : l’agriculture peut-elle être un outil d’aménagement urbain ? Discussion à partir de l’exemple genevois », Géocarrefour, vol 89, n° 1-2, p. 31-40.

FOL Sylvie, PFLIEGER Géraldine, 2010, « La justice environnementale aux États-Unis : construction et usages d’une catégorie d’analyse et d’une catégorie d’action », Justice Spatiale/Spatial Justice, n° 2. <http://www.jssj.org/wp-content/uploads/2012/12/JSSJ2-8fr1.pdf>

JANTY Gwenaëlle, 2013, « Capacité d’adaptation des pratiques traditionnelles de gestion et de partage de l’eau dans l’oasis de Figuig (Maroc) », Autrepart, vol. 2, n° 65.

LARDON Sylvie, LOUDIYI Salma, « Agriculture et alimentation urbaines : entre politiques publiques et initiatives locales », Géocarrefour, vol. 89, n° 1, p. 3-10.

MARSDEN Terry, MORLEY Adrian, 2014, Sustainable food systems: building a new paradigma, Routledge, 240 p.

MCCLINTOCK Nathan, 2010, « Why farm the city? Theorizing urban agriculture through a lens of metabolic rift », Cambridge Journal of Regions, Economy and Society, vol. 3, p. 191-207.

MOUGEOT Luc, 2000, « Urban agriculture, definition, presence, potentials and risks », in N. Bakker et al., Growing cities, growing food: urban agriculture on the policy agenda: a reader on urban agriculture, Feldafing, DSE, p. 1-42.

MOUSTIER Paule, MOUGEOT Luc. FALL Abdou, SMITH Olanrewaju, (éditeurs), 2004, Développement durable de l’agriculture urbaine en Afrique francophone. Enjeux, concepts et methods, Montpellier, CIRAD-CRDI, 173 p.

PADDEU Flaminia, 2012, « L’agriculture urbaine dans les quartiers défavorisés de la métropole new-yorkaise : la justice alimentaire à l’épreuve de la justice sociale », VertigO, vol. 12, n° 2. <http://vertigo.revues.org/12686>

PADDEU Flaminia, 2015, De la crise urbaine à la réappropriation du territoire : Mobilisations civiques pour la justice environnementale et alimentaire dans les quartiers défavorisés de Detroit et du Bronx à New York, thèse de doctorat, Université Paris-Sorbonne, 585 p.

ROBINEAU Ophélie, SOULARD Christophe-Toussaint, 2017, « Comprendre la complexité des liens ville-agriculture : intérêt d’une approche par le système agri-urbain. Le cas de Bobo-Dioulasso, Afrique de l’Ouest », NSS, vol. 1, n° 25, p. 36-47.

SCAPINO Julie, 2016, De la friche urbaine à la biodiversité : ethnologie d’une reconquête (la petite ceinture de Paris), thèse de doctorat, MNHN, 525 p.

SCHEROMM Pascale, 2015, « L’expérience agricole des citadins dans les jardins collectifs urbains : le cas de Montpellier », Développement durable et territoires, vol. 6, n° 1. <https://developpementdurable.revues.org/10726>

SHEPARD Benjamin, 2014, « Community gardens, creative community organizing and environmental activism », in M. Gray, J. Coates, T. Hetherington (dir.), Environmental social work, Abingdon, Oxon, Routledge, p. 142-156.

SMITH Vincent, GREENE Robert, SILBERNAGEL Janet, 2013, « The social and spatial dynamics of community food production: a landscape approach to policy and program development », Landscape ecology in practice, vol. 28, n° 7, p. 1415-1426. <DOI: 10.1007/s10980-013-9891-z>

SOJA Edward, 2010, « La ville et la justice spatiale », Justice Spatiale/Spatial Justice, n° 1. < http://www.jssj.org/wp-content/uploads/2012/12/JSSJ1-1fr3.pdf>

SOULARD Christophe, 2014, Pratiques, politiques publiques et territoires : construire une géographie agricole des villes, mémoire d’habilitation à diriger de la recherche, Bordeaux, Université Michel de Montaigne, 189 p.

TROCHET Jean-René, PERU Jean-Jacques, ROY Jean-Michel, 2000, Jardinage en région parisienne, XVII-XXe siècle, Actes du colloque « Jardiner et produire », octobre 2000, Écomusée de la Courneuve, Paris, Créaphis, 275 p.

VESCHAMBRE Vincent, 2007, « Patrimoine : un objet révélateur des évolutions de la géographie et de sa place dans les sciences sociales », Annales de géographie, n° 656, p. 361-38.

WEGMULLER Fabien, DUCHEMIN Éric, « Multifonctionnalité de l’agriculture urbaine à Montréal : étude des discours au sein du programme des jardins commu­nautaires », VertigO, vol. 10, n° 2. <DOI : 10.4000/vertigo.10445>

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Brondeau, « Cultiver la ville », Géographie et cultures, 101 | 2017, 5-15.

Référence électronique

Florence Brondeau, « Cultiver la ville », Géographie et cultures [En ligne], 101 | 2017, mis en ligne le 08 juin 2018, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gc/4731

Haut de page

Auteur

Florence Brondeau

Université Paris Sorbonne
Laboratoire ENeC UMR 8185
Florence.Brondeau@paris-sorbonne.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals