Navigation – Plan du site

Cultiver la ville en Russie

La datcha à Kazan : histoire de pratiques jardinières
Cultivate the city in Russia: Kazan’s dacha: history of gardening practices
Camille Robert-Boeuf
p. 17-34

Résumés

Développée depuis près d’un siècle en Russie, l’agriculture urbaine des datchas s’est maintenue dans le temps et dans un contexte d’urbanisation forte car elle a su s’adapter aux besoins de la ville. Conçue à l’origine comme un moyen de pallier les pénuries alimentaires par les autorités soviétiques, la datcha s’est révélée centrale dans le système alimentaire soviétique mais aussi pour l’amélioration du cadre de vie des urbains. Forte de cette position, elle est devenue un aspect fondamental de la culture russe, faisant référence à des modes de vie ancestraux. Face à l’organisation sociale soviétique qui valorisait les actions collectives, les jardins de Kazan ont servi de sphère domestique et d’espace de liberté. À la chute de l’URSS, les datchas, constituées en association, se sont imposées comme un nouvel acteur de la ville : elles ont réorganisé les rapports de force entre les différents protagonistes, tout en affirmant des normes esthétiques, et ont instauré une nouvelle forme de participation citoyenne en Russie. Enfin, les rôles du jardin ont évolué passant d’une justice alimentaire à des revendications aujourd’hui plus environnementales. L’exemple des jardins collectifs de Kazan démontre que ce type d’agriculture urbaine s’est adapté à la ville et peut la marquer profondément en réinventant de nouvelles manières de faire territoire. L’agriculture urbaine n’est donc plus seulement une activité de niche, mais est productrice de spatialités et de réseaux sociaux et économiques spécifiques qui s’inscrivent dans le temps long.

Haut de page

Texte intégral

1L’agriculture urbaine est aujourd’hui analysée en sciences sociales car elle apporte des réponses aux problématiques soulevées par le concept de ville durable, en abordant les questions d’autonomie et de justice alimentaires (Paddeu, 2012 ; Pourias et al., 2013), la réintégration de la nature en ville (Niwa, 2009 ; Menozzi, 2014) et les enjeux socio-politiques des relations entre l’urbain et l’agriculture (Cérézuelle, 2003 ; Demailly, 2014). Néan­moins, l’aspect historique de cette agriculture est souvent négligé, les études mettant l’accent sur ses formes récentes plus que sur ses résurgences et pérennisations dans un contexte urbain de plus en plus dense.

2La Russie est un pays marqué depuis longtemps par l’étroite relation entre la ville et son espace rural périphérique (Kolossov, 2007). En effet, l’urbani­sation massive a commencé tardivement et entraîné un déplacement rapide des populations rurales qui ont gardé un contact privilégié avec la campagne, ne dessinant pas de frontières nettes entre espace urbanisé et espace rural (Vichnevski, 2000). Ce contexte particulier a favorisé le déve­loppement d’une activité agricole de proximité qui a pallié au cours du temps les pénuries alimentaires successives ; cette activité se concentre en grande partie dans les jardins collectifs.

3Ces jardins sont des regroupements de parcelles individuelles où les urbains pratiquent le jardinage pour l’approvisionnement alimentaire ou le loisir. Chaque parcelle est composée d’une partie cultivée et d’une partie bâtie qui prend souvent la forme d’une maisonnette en bois. Ces espaces peuvent être apparentés aux jardins familiaux ou ouvriers présents dans d’autres pays d’Europe et sont désignés dans le langage courant en Russie par le terme de « datcha ». Ils se sont développés à grande échelle essentiellement pendant la seconde guerre mondiale et de récentes recherches estiment qu’ils concerne­raient encore aujourd’hui 54 % à 67 % de la population urbaine russe (Boukharaeva & Marloie, 2015). À l’origine utilisés comme ressource alimentaire de la ville, ce sont également, depuis les années 2000, des espaces d’agrément et des résidences secondaires pour les familles les plus riches pouvant y construire de véritables maisons de campagne.

4En développant le cas de la Russie, nous désirons faire apparaître le rôle structurant de l’agriculture urbaine dans l’organisation de la ville, ses évo­lutions et ses adaptations à travers les époques et face à l’urbanisation. Ce contexte spécifique permettra alors d’analyser l’agriculture urbaine com­me une pratique qui, loin d’être anecdotique, s’est développée depuis près d’un siècle et est devenue culturelle.

5À ce titre, l’exemple de Kazan, capitale de la république autonome du Tatarstan, nous paraît particulièrement éclairant puisque cette ville est en pleine mutation depuis le début des années 2000, urbanisant ses périphéries rurales, où s’implantent historiquement les jardins, et remettant ainsi leur avenir en question.

6Après avoir exposé notre méthodologie, nous verrons comment le jardin est devenu un aspect central de la culture russe, se construisant en lien avec la ville ; ensuite nous nous attacherons aux jeux d’acteurs et rapports de force qu’il recrée grâce à sa structure associative ; enfin nous analyserons son influence sur la ville comme pratique alternative et transgressive et les impacts qu’il provoque sur le territoire.

  • 1 Le terme de datchnik, au pluriel datchniki, qui vient du mot datcha, désigne les gens qui fréquente (...)

Méthode

Notre travail de recherche s’appuie sur plusieurs séjours de terrains effectués à Kazan à partir de l’été 2012. Nous avons choisi de centrer notre méthodologie sur des méthodes qualitatives, privilégiant l’entretien et l’observation : nous avons eu recours à des entretiens de types récits de vie pour enquêter auprès des jardiniers (aussi appelés en Russie datchniki1) et à des entretiens semi directifs auprès des autres catégories d’acteurs comme des responsables d’associations de jardinage, des présidents de jardins collectifs, des agriculteurs travaillant en relation avec les jardins, des acteurs publics, des juristes et des chercheurs. Nous avons réalisé vingt entretiens semi-directifs préliminaires avec des jardiniers de Kazan que nous avons complétés avec dix entretiens de type récit de vie (parfois avec les mêmes jardi­niers, parfois avec d’autres), et nous avons consacré vingt-six entretiens au reste du panel d’acteurs.

Ces entretiens se sont doublés d’observations et dans certains cas d’observations participantes grâce auxquelles nous avons pu confronter les acteurs à leur discours. Cette méthode a, de plus, facilité une approche plus sensible du jardin et des représentations qui lui sont associées.

Afin d’avoir une approche plus globale et de vérifier les grandes tendances ressor­tant des entretiens, nous avons distribué des questionnaires dans différents jardins collectifs de Kazan et avons obtenu cent une réponses.

Enfin, nous avons effectué un important travail de cartographie, principalement à partir de photographies aériennes et de vérification sur le terrain, les données cartographiques étant souvent difficiles à obtenir en Russie.

Cette méthodologie avant tout qualitative a permis une étude des discours et des représentations qui se développent autour du jardin collectif à Kazan et des différents enjeux qui lui sont liés. Cette approche, complétée par des analyses cartographiques, met l’accent sur les relations revendiquées ou ignorées entre les acteurs du territoire et entre les espaces urbains et périurbains qui se créent grâce à ces espaces de jardinage.

La datcha : une pratique culturelle à réinterroger dans la durée

7Les jardins collectifs russes sont un exemple d’agriculture urbaine qui s’est développée sur le temps long et est devenue, après un siècle d’existence, une pratique culturelle à part entière. Ces datchas, faisant partie du patrimoine russe, sont aujourd’hui confrontées à l’étalement des villes, ce qui modifie fortement leur organisation sur le territoire.

Des espaces multifonctionnels au service de la ville soviétique

8Les jardins collectifs sont intrinsèquement liés à l’histoire de l’Union soviétique car s’ils sont nés à l’origine d’une initiative citoyenne pendant la guerre civile, ils ont été très rapidement encadrés par l’État qui en délègue la gestion aux entreprises d’État. Ces jardins, aux parcelles individuelles, qui s’opposent à l’idéologie soviétique et à la collectivisation des pratiques agricoles, ont ainsi donné lieu à une législation très fournie jusqu’en 1991, surtout pour limiter leur appropriation par les jardiniers. Ils sont notamment intégrés à la politique d’alimentation de l’URSS à partir de 1982 et sont vus, par les autorités, comme un véritable moyen de nourrir les grandes villes.

  • 2 Les entreprises considérées comme les plus utiles au développement de l’URSS comme les entreprises (...)

9Dans ce cadre, l’accès aux parcelles était largement favorisé, de manière à compenser les productions insuffisantes de l’agriculture intensive ; chaque Soviétique travaillant dans une entreprise d’État pouvait demander l’octroi d’une parcelle d’en moyenne 600 m² en propriété d’usage et transmissible en héritage à ses descendants. En fonction du nombre de demandeurs dans chaque entreprise et de l’importance attribuée à l’entreprise dans l’écono­mie2, l’État allouait du foncier et les entreprises découpaient des parcelles, le long d’allées hiérarchisées, s’occupaient des infrastructures communes et géraient au quotidien ces espaces. Cette organisation structurée autour des entreprises était classique en URSS et se retrouvait dans toutes les offres de services, ce qui a permis la propagation de ces jardins.

10À Kazan, la création de jardins collectifs a véritablement commencé en 1946 lorsque la ville s’est élargie à la suite de la délocalisation de grosses indus­tries venues de Moscou pendant la Seconde Guerre mondiale pour échapper à l’invasion allemande. La ville a alors eu de nouvelles attributions et a joué un grand rôle dans la production d’armements militaires et dans la pétrochi­mie. La présence de grandes entreprises d’État favorisait le développement de grands jardins collectifs puisqu’elles ont eu à la fois plus de moyens attribués par l’État et plus de salariés, avec par exemple l’entreprise de moteurs industriels KMPO qui a créé vingt jardins collectifs toujours exis­tants. Aujourd’hui encore le nombre de regroupements de parcelles s’élève à 236 dans la région de Kazan (Marloie & Boukharaeva, 2011).

11Plus que des espaces d’approvisionnement alimentaire, les datchas sont très vite devenues pour les urbains des espaces permettant de pallier les désa­gréments de la ville soviétique puis russe.

12Tout d’abord, la datcha a été, pour la majorité des datchniki, un moyen d’agrandir leur espace domestique, dans un contexte où la plupart des loge­ments soviétiques étaient réduits et ne permettaient pas toujours d’avoir de l’intimité : beaucoup de familles vivaient et continuent de vivre dans un appartement d’une ou deux pièces. Cet espace complémentaire maintenait donc un espace privé dans une société où l’individu devait sans cesse être au service de la société (Hervouet, 2009).

13Les jardins ont aussi amélioré le cadre de vie plus large des urbains en offrant un accès plus facile à des espaces de nature, car ils se trouvent bien souvent en périphérie des villes, éloignés des espaces urbains et près de sites naturels comme des forêts, des lacs ou des rivières. Cette dimension natu­relle était d’autant plus importante à Kazan où beaucoup de quartiers d’habitation, construits pendant la seconde moitié du XXe siècle, manquaient d’espaces verts, de surcroît souvent peu entretenus. La plupart de nos entre­tiens évoquent le lien direct fait entre les jardins et la nature avec l’utilisation fréquente des termes « d’air pur » et de « verdure » pour qualifier les jardins. La parcelle est un lieu où l’on « respire », elle est opposée au domicile et plus largement à la ville « tout en béton », les jardiniers ont l’impression d’être « à la campagne ». Ce vocabulaire, faisant référence à la nature en opposition à la ville, place le jardin comme lieu complémentaire et indispen­sable au datchnik car il pallie les désagréments de la ville. Cette lecture du jardin est confirmée par les résultats de nos questionnaires qui montrent qu’une majorité des jardiniers fréquentent leur parcelle pour « être au contact de la nature » et « sortir de la ville ». La datcha est donc un espace à la fois de production alimentaire mais aussi de nature pour les jardiniers soucieux de s’évader d’un contexte urbain parfois considéré comme oppressant.

14Le développement des jardins collectifs russes a largement été favorisé par les autorités soviétiques qui en ont fait des espaces purement agricoles. Cependant l’influence des datchas sur les modes de vie ne se réduit pas au simple aspect agricole et agit également sur le cadre de vie même des urbains, offrant à toutes les couches sociales un espace de loisir et de contact à la nature. Cette relation de service par rapport à la ville fait de ces espaces jardinés, des espaces multifonctionnels.

Des origines profondément ancrées dans la culture russe

15Au-delà de leurs liens fonctionnels à la ville soviétique, les jardins jouent un rôle plus profond dans la vie culturelle des urbains russes et cela s’observe au travers de l’évolution de l’utilisation du terme de « datcha ».

16À l’époque soviétique, les jardins étaient désignés par le terme fortement connoté de « tovorichestvo ». Ce terme russe, qui peut être traduit en français par « société », vient du mot « tovarich » c’est-à-dire « camarade », et rappelle le vocabulaire typique soviétique. Après 1991, les jardins sont encore officiellement appelés « Sadovie Nekomertcheskie Tovarichestvo » (SNT), qui signifie « Société non Commerciale de Jardins ». Cependant, c’est le terme de datcha qui est le plus employé dans le langage courant avec parfois l’utilisation d’autres mots comme « ogorod » (potager), « sad » (jardin) ou encore « outchastok » (parcelle).

17Le terme de « datcha » est un élément ancien de la culture russe qui ne s’appliquait pas à l’origine aux jardins que nous étudions. La datcha faisait initialement référence aux terres données par le Tsar aux princes et aux boyards en récompense de leurs services (Nefedova, 2013). Elle a ensuite désigné les demeures d’été des nobles puis celles des membres de la nomen­klatura soviétique (Traven, 2005) avant de perdre son caractère élitiste puisqu’utilisée pour qualifier les jardins collectifs à partir de 1949 (Traven, 2005). Alors qu’elle désignait au départ la maison sur la parcelle, il désigne maintenant par métonymie la parcelle entière confondant à la fois l’espace jardiné et la maisonnette construite à côté. La datcha, n’est pas uniquement une parcelle de terre ou un jardin, c’est une résidence secondaire qui fait écho aux grandes demeures des élites d’autrefois. Dans ce contexte, la popularisation de la datcha signifie, pour les populations urbaines les plus précaires, un accès à un statut social supérieur.

18L’utilisation du terme « datcha » révèle donc l’aspect culturel de ces jardins qui vont au-delà de la simple production alimentaire mais qui servent aussi de résidences secondaires et qui se rattachent à une longue tradition d’implantation des urbains dans les périphéries des villes.

Un phénomène culturel aujourd’hui en évolution

19La datcha, si elle fait partie du paysage urbain traditionnel, subit depuis 1991 des évolutions importantes renforcées ces dernières années par l’urbanisation des espaces ruraux périphériques.

20La chute de l’URSS et l’introduction du système économique libéral qui s’est ensuivie ont profondément modifié l’organisation des jardins russes : à partir de 1992, le foncier acquiert une valeur marchande et la vente ou l’achat des parcelles sont autorisés. De plus, avec la loi appelée « l’amnistie des datchas », votée en 2006, tout jardinier occupant un jardin peut en réclamer la pleine propriété, en lieu et place de la simple propriété d’usage octroyée à l’époque soviétique. Ces changements législatifs contribuent à la périurbanisation et au développement d’une ségrégation socio-spatiale au sein des villes.

21Ces changements s’observent dans les grandes villes et notamment à Kazan, où la pression foncière commence à apparaître au milieu des années 2000. En effet, en 2005, Kazan fête son millénaire d’existence et entame d’impor­tants travaux de rénovation du centre historique, d’extension des quartiers périphériques et d’amélioration des réseaux de transport avec en particulier la création de la première ligne de métro. Entre 2007 et 2010, la municipalité élargit plusieurs fois les limites administratives de la ville et transforme par ce procédé quarante mille hectares de terres agricoles en terres construc­tibles, ce qui a accentué la vitesse de l’urbanisation autour de la ville. Cette urbanisation s’est encore renforcée après 2010 avec l’accueil à Kazan de plusieurs grands évènements sportifs comme les Universiades d’été en 2013 et les championnats du monde de natation en 2015. En outre, la mairie souhaite développer de nouveaux pôles dans le périurbain avec, par exemple, le complexe universitaire et technologique d’Innopolis et le projet de smart city, ce qui contribue toujours plus à l’urbanisation des espaces ruraux.

22Les jardins sont alors parfois fragilisés et certaines datchas situées près du centre de la ville se sont même transformées en quartiers résidentiels. La proximité des jardins est très attractive pour les promoteurs dans la mesure où ces espaces ont souvent des canalisations d’eau et de gaz ce qui réduit les coûts de construction des nouveaux lotissements. Dans ces cas-là, l’équipe­ment des jardins et leur maillage parcellaire favorisent le développement du pavillonnaire. Il en est ainsi du regroupement de parcelles « Dorojnik » qui, au milieu des champs à sa création, est aujourd’hui un véritable quartier de la ville.

23Cette intégration des parcelles au tissu urbain peut amener, pour les jardins les plus idéalement situés, à leur gentrification et à leur transformation en véritables pavillons servant de résidence principale. L’exemple le plus marquant est le jardin collectif « Borovoe Matiouchino », situé sur les berges de la Volga et où le prix du foncier est particulièrement élevé, qui est devenu le lieu de résidence de l’élite de Kazan.

Figure 1 – Exemple de l’urbanisation massive autour du jardin collectif « Dorojnik »

Camille Robert-Bœuf, source : d’après Google Earth, 2016.

24Toutefois, le processus de gentrification des jardins collectifs reste minori­taire à Kazan. Selon nos différentes visites entre 2012 et 2016 et nos entre­tiens avec le président de l’association des jardins collectifs de Kazan, peu de regroupements de jardins suivent l’évolution très spécifique de « Borovoe Matiouchino ». La plupart des jardiniers enquêtés restent très attachés à leur datcha traditionnelle : une grande majorité souhaite conserver leur parcelle et affirme qu’elle joue encore un rôle alimentaire important. De plus, si les équipements et le maillage des parcelles peuvent favoriser le développement de quartiers pavillonnaires, notre questionnaire montre que la moitié des jardins ne sont pas équipés en gaz et une partie non négligeable de personnes enquêtées dénonce la mauvaise qualité des voies d’accès aux parcelles. Ces faiblesses dans les infrastructures conduisent les catégories sociales les plus aisées à chercher des résidences dans des « bourgs de cottages » construits selon un parcellaire plus lâche, avec des terrains plus grands et des équipe­ments neufs, abandonnant les jardins collectifs aux classes moyennes et aux catégories sociales pauvres.

25La datcha est donc un espace agricole construit pour et par la ville soviétique puis russe, répondant aux besoins des urbains et s’adaptant à l’urbanisation. Cette relation étroite à la ville a fait d’elle un élément central de la culture russe, qui, en dépit de racines dans des pratiques anciennes, demeure en constante évolution. Le jardin est alors également un espace qui permet de redéfinir les rapports entre les différents acteurs de la ville.

Une pratique citoyenne : la datcha en organisation

26La datcha est fortement appropriée par les jardiniers, c’est un espace de liberté où l’individu peut s’affirmer. Depuis la fin de l’époque soviétique, elle est le lieu de nouvelles pratiques citoyennes car elle permet à des popu­lations souvent précaires de jouer un rôle non négligeable dans les réseaux d’acteurs de la ville. Néanmoins, elle n’est pas non plus sans effets de normalisation et de contrôle social.

La valorisation de l’individu par le jardinage

27Les jardins collectifs ont toujours été des lieux d’affirmation de l’individu en tant qu’acteur de la société, même à l’époque soviétique. Malgré l’enca­drement de l’État, des pratiques de détournement s’y développaient en résistance à l’idéologie officielle.

28Avant 1991, les règles étaient très souvent contournées, surtout dans la construction des maisonnettes sur les parcelles. Celles-ci ont pendant longtemps été strictement contrôlées : elles ne devaient pas dépasser une certaine surface, ne pas avoir d’étage ou encore ne pas être construites en dur. Mais comme la maisonnette était centrale pour le stockage des récoltes et des outils, pour l’accueil d’amis, de membres de la famille ou même pour loger sur la parcelle pendant l’été, les jardiniers ont rapidement trouvé des moyens de transgression ; les abris étaient bâtis en cachant un étage sous un toit haut ou en agrandissant les pièces au fur et à mesure pour grignoter la surface disponible. La datcha représentait alors un espace où l’individu pouvait se démarquer et s’affirmer.

29Cette affirmation de soi passait et passe encore à travers la réutilisation de matériaux ou d’objets recyclés. Si la récupération s’est d’abord instaurée par nécessité, elle a ensuite persisté car elle était l’occasion de mettre en valeur l’inventivité du jardinier et son savoir-faire. La datcha est devenue un lieu qui illustre et met en lumière les capacités des datchniki. Lors de nos en­quêtes de terrains, ces derniers nous faisaient très souvent visiter les par­celles jugées comme exemplaires. Le « beau jardin » et le « bon jardi­nier » sont mis en avant et honorés par la communauté des datchniki. Cette valorisation du jardinier se retrouve dans les pratiques même du jardinage : cultiver des plantes donne un « résultat » (la récolte), faisant du jardinier un véritable acteur au sein de sa parcelle.

30La valorisation de l’individu s’observe en grande partie dans la lecture des jardins par les datchniki : ceux-ci le voient comme une extension de leur espace domestique. C’est un « second chez-soi » ou un « chez-soi de plein air » (Weber, 1998, p. 51) qui vient non seulement compléter la résidence principale mais qui s’inscrit dans la construction de la cellule familiale et de son histoire. Ce chez-soi nourrit la famille et toutes les pratiques de jardinage s’organisent autour de la cellule familiale, comme le confirment nos entre­tiens et questionnaires : une grande majorité des datchniki enquêtés ensei­gnent à leurs enfants mais ont aussi appris grâce à leurs parents ou grands-parents. Les récoltes sont majoritairement consommées au sein de la famille, des grands-parents aux petits enfants. Le jardinage structure les relations intergénérationnelles avec des échanges de productions et de services.

31La dimension domestique des jardins collectifs offre enfin un espace de liberté, notamment pour les jeunes générations car elle met à leur disposition un lieu qui autorise la transgression. Selon nos observations, les plus jeunes fréquentent les jardins pour aider leurs parents et grands-parents dans la production agricole mais aussi quand ces derniers ne sont pas là. Ils les utilisent alors comme des lieux d’émancipation et de sociabilité : ils y organisent des soirées ou des anniversaires surtout en été et les week-ends.

La structuration en association : un levier d’action ?

32La crise des années 1990 provoque la fermeture de nombreuses entreprises d’État et celles qui subsistent n’ont pas les moyens de s’occuper des jardins qui se retrouvent livrés à eux-mêmes et sans structure d’encadrement.

33Dans ce contexte, Kazan, ville fortement industrielle, est gravement impac­tée et des jardins disparaissent. Face à cette situation critique, des présidents de jardins collectifs, autrefois payés par les entreprises, structurent leurs jardins en associations et en 1998 l’État vote une loi qui définit le nouveau statut de ces espaces de jardinage : ils deviennent des Collectifs de Jardins non Commerciaux, affirmant ainsi le caractère non commercial de leur activité et leur organisation en association. À la suite de cette loi, tous les jardins collectifs sont encadrés par des associations locales avec un conseil administratif et un président élus par les datchniki. Certains présidents de jardins se sont associés et ont créé l’Union des Jardiniers de Kazan, devenue en 2013 l’Union des jardiniers du Tatarstan, afin d’avoir un poids plus important à l’échelle de la Fédération de Russie. Beaucoup de régions du pays possèdent une association régionale, lesquelles sont réunies au sein de l’Union des Jardiniers de Russie, dont le président siège à la Douma, le parlement Russe.

34Ce réseau associatif qui s’implante à tous les échelons politiques permet aux datchniki de faire remonter leurs revendications et leurs problèmes ce qui leur donne une légitimité auprès des acteurs publics. La force de ce réseau s’est illustrée en 2014 au moment où le parlement avait décidé d’augmenter les impôts fonciers des jardins en transformant le foncier agricole sur lequel ils sont implantés en foncier constructible. Cette proposition de loi a fait l’objet d’une forte opposition chez les jardiniers et représentants associatifs ce qui a forcé le parlement à la supprimer.

35Les associations de jardins qui regroupent une forte part de la population urbaine, ont une réelle visibilité sur la scène politique et constituent des moyens d’actions citoyennes importants. Par l’intermédiaire des jardins, une grande partie de la population, souvent la plus pauvre et la moins impliquée dans la vie politique, peut exprimer ses revendications. Plus localement, l’Union des Jardiniers du Tatarstan construit un dialogue avec les autorités locales et les ministères concernés, en particulier le ministère de l’Agriculture avec lequel elle coopère pour créer des partenariats et des aides financières.

36Cette structuration en associations est renforcée par la sociabilité spécifique qui se crée au sein des jardins collectifs : la plupart des datchniki connaissent très bien leur voisin, les familles se côtoyant parfois depuis plusieurs géné­rations. En effet, les urbains ayant accès à leur jardin par leur entreprise, tous les employés d’une même entreprise se retrouvaient dans un même regrou­pement de parcelles. Aujourd’hui avec les achats et les ventes de parcelles, cette répartition a pu changer, mais il n’est pas rare que les jardi­niers s’échangent des productions, des conseils et même parfois des services entre eux, produisant des sociabilités spécifiquement jardinières.

37Les jardins collectifs sont ainsi le lieu de cristallisation d’une autre force à l’échelon politique : les associations de jardiniers, qui ne sont pas sans importance en Russie. Elles représentent des populations qui ne sont pas toujours prises en compte par les partis traditionnels de l’échiquier politique russe et constituent un outil de dialogue avec les autorités locales et fédé­rales. Cependant, la participation des datchniki dans ces associations est la plupart du temps assez faible, surtout après la loi de 2006. Certains conseils administratifs et réunions d’associations ressemblant alors plus à des assem­blées de copropriétés, il faut parfois nuancer le rôle de ces associations aujourd’hui.

Normes et contrôles au sein des jardins

38Les jardins collectifs sont des lieux de liberté mais aussi de contrôle et génèrent nombre de normes de nature principalement esthétique.

39Le contrôle est mis en place par deux types d’acteurs : les autorités publiques ou les jardiniers eux-mêmes. À l’époque soviétique, l’État central instituait les normes à travers une réglementation stricte qui allait jusqu’à recom­mander les variétés à planter dans les jardins. Cependant, depuis 1991, l’État et les autorités locales sont beaucoup moins présents dans les jardins.

40Ces dernières années, la création de normes se fait en grande partie par les datchniki eux-mêmes au travers de jeux de regards et de la construction d’une esthétique idéale du jardin. Cette construction est produite par la pratique du jardinage : l’activité agricole concourt à la normalisation des jardins collectifs en impliquant une organisation spécifique des cultures au sein des parcelles. Selon nos observations, les jardiniers ordonnent leurs cultures en rangées de légumes le plus souvent alternées ; les cultures sont plantées suivant des alignements de variétés avec des fleurs tout autour pour délimiter l’espace cultivé, le tout dans la recherche d’une certaine forme d’esthétisme. Cette ordonnance du jardin crée donc des normes pour juger le « beau jardin » et le « mauvais jardin » et en parallèle le « bon jardinier » et le « mauvais jardinier », car si la valorisation des plus belles datchas met en avant le datchnik, la critique à l’inverse peut participer à la dévalorisation de l’individu. Ainsi s’instaure un système de compétition entre ceux qui sont reconnus dans la norme et les autres.

Figures 2 et 3 – Exemples de « beaux » jardins, jardins collectifs « KMPO n° 8 » (à gauche) et « Victoria Zaretche » (à droite)

Ces photographies montrent deux exemples de jardins désignés comme exemplaires par plusieurs jardiniers lors de deux différentes visites en 2012 puis en 2015. Nous pouvons y observer l’aspect géométrique et bien organisé des parcelles ; en effet il n’y a pas de mauvaise herbe (terre à nue ou pelouse) et la séparation entre les différentes cultures, les éléments esthétiques (comme les haies, les fleurs, etc.) et les allées est nette.

Camille Robert-Bœuf, 2012 et 2015.

41La notion de beau est essentielle au jardinier. L’attachement au rendu esthétique contribue à la création d’un paysage spécifique des jardins collec­tifs, qui renvoie à des représentations classiques occidentales et chrétiennes du jardin. Ces références artistiques se retrouvent dans les datchas de Kazan avec un transfert entre un esthétisme, originellement issu de l’élite puis adapté par les classes populaires. La spécificité de ce transfert réside dans le mélange de références entre les jardins à la française (caracté­risés par leur organisation géométrique) et les jardins à l’anglaise (reconnais­sables à leur aspect faussement naturel dû à leurs massifs de végétaux) (Dmitrieva & Kouptsova, 2008).

42Le jardin est donc un lieu de l’expression de la maîtrise de l’Homme sur la nature à tel point que tout aspect désordonné du jardin (tel que la présence de mauvaises herbes ou herbes hautes, la présence de légumes plantés sans ordre particulier, d’une terre mal retournée et travaillée ou de déchets) est interdit ou du moins mal vu et critiquable.

43La datcha est un espace créateur de pratiques citoyennes multiples tant à l’échelle individuelle qu’à l’échelle associative. C’est un espace d’affir­mation de soi et de structuration de la cellule familiale qui favorise dans le même temps le lien social. Ce sont également des lieux qui engen­drent de nouvelles relations et qui mettent en avant une nou­velle catégorie d’acteurs, notamment à Kazan où l’Union des jardiniers est particulièrement active. Néanmoins, ils font l’objet d’une normalisation esthétique importante et créent des jeux de regards et de compétition entre les datchniki.

Une pratique transgressive du jardin : justice alimentaire et nouvelle forme urbaine

44Ces nouveaux réseaux d’acteurs, malgré les normes imposées, contribuent à l’essor de pratiques alternatives et transgressives grâce aux activités agri­coles, instaurant une véritable justice alimentaire à l’échelle de la ville. Au travers de ces pratiques agricoles, les datchas participent ainsi à la réorgani­sation territoriale de la ville et de ses périphéries.

Le jardin comme outil de la justice alimentaire

45Le premier rôle attribué aux jardins collectifs fut celui de pallier les crises alimentaires que l’Union soviétique puis la Russie ont connues. Ces jardins structurent un véritable système alimentaire qui a réussi, au moins en partie, à nourrir une grande majorité de la population urbaine.

46Cette efficacité s’explique par la spécificité des pratiques agricoles des jardins qui développent une agriculture saisonnière, entre mai et octobre, tout en exigeant un travail de prévision et de préparation sur plusieurs années. Si les plantes sont en grande majorité des annuelles et requièrent donc de nouveaux semis chaque année, la rotation des cultures et la prépara­tion en amont du sol demandent aux jardiniers de prévoir, d’une année sur l’autre, les différentes productions envisagées. Cette organisation de l’activité agricole permet d’adapter très rapidement les récoltes en fonction des besoins des datchniki et donc de répondre aux crises quand elles appa­raissent. L’intensivité de mise en culture des parcelles peut dépendre d’un contexte économique global : en 1998, la Russie connaît une crise écono­mique sans précédent et les jardins sont pour les urbains la principale source d’approvisionnement alimentaire ; mais cela peut aussi dépendre d’un contexte familial spécifique avec l’agrandissement de la famille par exem­ple. Les espaces de jardinage possèdent donc une grande adaptabilité de manière à faire face aux besoins des jardiniers. Pour les populations les plus pauvres, ces jardins sont également un moyen d’augmenter leur revenu, par la vente de leur production dans les centres urbains. Ce phénomène de vente, très présent dans les villes, est illégal mais toléré par les autorités car indis­pensable pour les populations les plus pauvres.

  • 3 Les produits venus des jardins sont réputés pour être de meilleure qualité et l’utilisation d’engra (...)
  • 4 Marcel Marloie et Louiza Boukharaeva ont montré que l’activité agricole de ces jardins améliorait s (...)

47Plus largement, le jardin sert d’approvisionnement alimentaire, même en temps de prospérité économique. Nos enquêtes de terrain ont montré que les jardins améliorent le quotidien alimentaire des populations urbaines en donnant accès à une alimentation considérée comme saine et de qualité qu’elles ne pourraient pas toujours se procurer à cause de prix parfois trop élevés. La vente des productions dans la ville amène aussi dans les réseaux de consommation des produits alimentaires biologiques3 dans un pays où la « filière bio » n’est que très peu développée et où les études sur la pollution des sols sont rares4.

  • 5 Données statistiques du ministère de l’Agriculture du Tatarstan de 2012.

48De plus, malgré la relative petite taille des parcelles, les jardins restent très productifs. Selon nos entretiens, la plupart des datchniki interrogés à Kazan arrivent à nourrir leur famille grâce à leur jardin au moins pendant la période estivale, voire pendant toute l’année pour certaines productions comme les pommes de terre. Ces dernières font en effet partie des légumes les plus cultivés, les statistiques agricoles indiquant que près de 80 %5 des pommes de terre de la région de Kazan sont produites sur ces parcelles.

49Le jardin collectif en Russie et en particulier dans notre cas à Kazan a construit un véritable système alimentaire alternatif et adaptatif, favorisant une justice alimentaire qui, selon les besoins, donne accès à une alimentation de qualité. Ce système alimentaire adaptatif implique alors une structuration territoriale à part entière.

Une ville façonnée par les jardins collectifs

50Les jardins collectifs ont été implantés dans la périphérie de la ville, sur du foncier agricole, souvent écartés des axes de communications et de l’espace urbanisé. Cette localisation particulière a produit des mobilités qui ont modifié la ville.

51La plupart des jardins collectifs sont assez mal reliés aux quartiers urbains centraux car s’ils sont proches à vol d’oiseau de Kazan, ils ne sont pas pour autant très bien connectés aux axes de communication. Cet isolement s’explique par le fait qu’ils ont souvent été localisés sur du foncier agricole pauvre et peu valorisable par l’agriculture intensive, comme sur les berges de la Volga (où le sol est très sableux), sur des terrains escarpés ou près des voies de chemins de fer. C’est le cas du jardin collectif « Polimer » qui n’est pas connecté à l’autoroute principale menant à Kazan, accessible seulement par des chemins de terre ce qui en interdit l’utilisation par temps de forte pluie et pendant l’hiver. L’impression d’isolement des jardins collectifs par rapport au tissu urbain et de manque de connectivité au réseau de communi­cations réside dans la nature même de ces espaces. Ils ont été pensés comme des formes spatiales provisoires, qui devaient être construites rapidement com­me en témoignent leur structure géométrique et leurs allées étroites qui n’ont pas été pensées pour accueillir des voitures et une circulation devenue dense avec la démocratisation de la voiture dans les années 2000 (Traven, 2005).

52La localisation spécifique des datchas crée des flux à la fois de personnes et de productions entre les jardins en périphérie et les résidences principales dans le centre urbain. Ces flux ont conduit les autorités à instaurer des réseaux de transports et principalement des lignes de bus ou des rallonge­ments de lignes pour que les populations urbaines puissent rejoindre plus facilement leur parcelle. Ces réseaux ont été créés pendant la période soviétique puisqu’à cette époque les urbains n’avaient que très peu de voitures et devaient se déplacer en grande majorité en transport en commun. Ces lignes perdurent aujourd’hui mais, face à la démocratisation de la voiture, elles se raréfient et sont souvent actives uniquement pendant la période estivale lorsque les déplacements sont les plus nombreux. Actuelle­ment, les jardiniers utilisent essentiellement la voiture pour leurs déplace­ments, d’autant plus qu’ils doivent souvent transporter leurs produc­tions et du matériel entre leur logement et leur datcha.

53Le nombre important de datchas et donc de datchniki provoque des flux très concentrés dans le temps, surtout le week-end et le soir en été, ce qui provoque la congestion de certains axes principaux de la ville. Cela est ren­for­cé par le manque d’axe routier de bonne qualité, il n’existe par exemple à Kazan qu’une seule route qui permet de traverser la Volga ce qui peut poser problème puisque beaucoup de jardins se situent sur ses berges.

La datcha : un espace producteur de nouvelles dynamiques territoriales

54L’influence des jardins sur l’organisation de la ville se fait également à travers la redéfinition de leur rôle afin de répondre aux nouvelles exi­gences des urbains.

55Les jardins collectifs, malgré le contact à la nature qu’ils procurent, sont depuis quelques années critiqués pour les problèmes environnementaux qu’ils occasionnent. Ils produisent en effet beaucoup de déchets mal collec­tés qui polluent leurs abords et les rivières voisines et peuvent augmenter les risques d’incendie lorsque les mesures de sécurité sont mal appliquées. Face à ces problèmes, l’Union des jardiniers du Tatarstan insiste de plus en plus sur la dimension environnementale des jardins en l’articulant au concept d’agriculture urbaine – assez peu utilisée en Russie – et en citant des exemples européens pour appuyer leur démonstration. Des formations sont pro­posées au sein d’associations de sensibilisation à l’environnement pour répon­dre aux questions des datchniki et aux difficultés qu’ils rencontrent. Cette nouvelle revendication d’une activité de jardinage plus « propre » se construit en mettant en avant le rapport traditionnel de la datcha et du jardinier russe à la nature. Elle rentre dans le cadre plus large de nouveaux rapports à l'environnement où l’on passe d’une simple consommation de la nature comme espace de loisir à des pratiques respectueuses de celle-ci et une attention accrue pour la bonne conservation des espaces verts dans et autour de Kazan. De fait, la mairie a lancé un programme de restauration et d’entretien des espaces verts de la ville depuis quelques années, afin de mettre en valeur son patrimoine naturel. Les associations participent alors à l’intégration des espaces jardinés dans cette nouvelle politique, l’activité agricole servant plutôt à améliorer le cadre naturel de la ville qu’à la nourrir. Dans ce nouveau contexte, la datcha peut être vue comme un facteur impor­tant dans la mise en place d’une plus grande accessibilité des espaces de nature au sein des espaces urbains.

56De plus, les datchas jouent un rôle économique non négligeable, en redyna­misant les bourgs en déprise par l’économie présentielle qu’elles y dévelop­pent (Talandier, 2011). Certains villages qui possèdent beaucoup de jardins sur leur territoire, particulièrement au sud de Kazan, voient depuis quelques années s’ouvrir des magasins près des axes routiers menant à ces espaces de jardinage. Ces magasins permettent aux datchniki de limiter leurs allers et retours à la ville notamment pour les produits carnés et laitiers. La présence des jardins apporte également une clientèle saisonnière aux agri­culteurs situés à proximité ; ces derniers vendent régulièrement aux jardiniers du fumier pour les engrais biologiques mais aussi des produits laitiers et parfois même de la viande. La vente peut se faire à la fois chez l’agriculteur et à l’entrée des jardins, comme nous l’avons observé lors de nos visites. Les datchas deviennent alors de véritables pôles attractifs pour certains échanges et ventes mettant en contact les populations urbaines et rurales. Dans cette perspective, lors de la période estivale, les jardins sont massivement occupés (les urbains quittant dès qu’ils le peuvent la ville pour se réfugier dans les jardins) et prennent l’apparence de centres à part entière dans les périphéries rurales. Cette nouvelle lecture des jardins rappelle la spécificité des villes russes abordée en introduction : il n’y a pas de fracture nette entre la ville et ses périphéries rurales. Ces dernières jouent un fort rôle dans l’organisation de l’espace urbain et dans la vie quotidienne des Russes ; elles nourrissent une large partie de la population tout en offrant un espace de loisir acces­sible.

57Les jardins collectifs russes et plus spécifiquement à Kazan sont des espaces qui s’inscrivent profondément dans la construction de la ville. Ils permettent l’expansion d’une meilleure justice alimentaire tout en produisant des dyna­miques propres à la fois spatiales, économiques et sociales, qui mar­quent durablement le territoire urbain et dessinent de nouvelles relations entre le centre urbain et les périphéries.

Conclusion

58Notre étude des jardins collectifs de Kazan montre que l’agriculture urbaine n’est pas un phénomène récent mais qu’elle nourrit les villes russes depuis un siècle.

59Les datchas sont des espaces multifonctionnels qui ont su évoluer en fonc­tion des besoins des populations urbaines. D’abord considérées comme des espaces clés pour la production agricole et fortement encadrées par les auto­rités soviétiques, les datchas sont devenues des lieux du quotidien. Ancrées dans la culture russe et faisant référence à un imaginaire de l’habiter spécifi­que à la Russie, elles offrent aujourd’hui une meilleure alimentation aux populations pauvres tout en favorisant l’accès à des espaces de loisir et de nature. De plus, les jardins collectifs, en tant que structure associative, permettent aux jardiniers de valoriser leur savoir-faire et de produire un discours, qui leur est propre, sur la ville.

60Cette forme d’agriculture urbaine nous montre qu’elle influe non seulement sur la vie des jardiniers mais aussi sur le territoire urbain et les réseaux entre le centre et ses périphéries. Les datchas ne doivent donc pas être analysées en tant que telles, à l’échelle du regroupement de parcelle, mais comme des éléments structurants de l’agglomération urbaine ayant des effets positifs (amé­lioration du cadre de vie, justice alimentaire, dynamisme économique des périphéries) comme négatifs (congestion des réseaux routiers, dégrada­tions des espaces environnants) sur le long terme.

Haut de page

Bibliographie

BOUKHARAEVA Louiza, MARLOIE Marcel, 2015, Family urban agriculture in Russia, London, Springer, 215 p.

CÉRÉZUELLE Daniel, 2003, « Les jardins familiaux, lieux d’initiation à la civilité », Communications, n° 74, p. 65-83.

DEMAILLY Kaduna-Ève, 2014, Jardiner les vacants. Fabrique, gouvernance et dynamiques sociales des vacants urbains jardinés du nord-est de l’Île-de-France, thèse, 513 p.

DMITRIEVA Ekaterina, KOUPTSOVA Olga, 2008, Jizn oussadebnogo mifa, Outratchennyï i obratennyï raï, Moscou, OGI, 524 p.

HERVOUET Ronan, 2009, Datcha Blues existences ordinaires et dictature en Biélorussie, Paris, Belin, 207 p.

KOLOSSOV, Vladimir (dir.), 2007, La Russie, espaces, villes et réseaux, Nantes, Éditions du temps, 319 p.

MARLOIE Marcel, BOUKHARAEVA Louiza, 2011, « Des sols agricoles au service de la résilience urbaine : réflexions à partir du cas de la Russie », Espaces et sociétés, n° 147, p. 135-153.

MARLOIE Marcel, BOUKHARAEVA Louiza, 2013, L’utilisation des sols urbains et périurbains pour le développement humain durable des villes : une alternative au modèle pavillonnaire, rapport fait dans le cadre du programme GESSOL, Fondation Maison des Sciences de l’Homme, 195 p. <http://www.gessol.fr/>

MENOZZI Marie-Jo (dir.), 2014, Les jardins dans la ville entre nature et culture, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 362 p.

NEFEDOVA Tatiana, 2013, Deciat aktoualnykh voprossov o selskoï Rossii, Moscou, Éditions Lenang, 456 p.

NIWA Nelly, 2009, « La nature peut-elle être agricole ? De la Suisse au Japon », Urbia, les cahiers du développement durable, n° 8, p. 103-126.

PADDEU Flaminia, 2012, « L’agriculture urbaine dans les quartiers défavorisés de la métropole New-Yorkaise : la justice alimentaire à l’épreuve de la justice sociale », VertigO, vol. 12, n° 2. <https://vertigo.revues.org/12686>

POURIAS Jeanne, DANIEL Anne-Cécile, AUBRY Christine, 2012, « La fonction alimentaire des jardins associatifs urbains en question », Pour, n° 215-216, p. 333‑347.

TALANDIER Magali, 2011, « L’accès aux services comme facteur de développe­ment local ? », Pour, n° 208, p. 91-94.

TRAVEN Vlada, 2005, La datcha en Russie de 1917 à nos jours, Paris, Éditions du Sextan, 232 p.

VICHNEVSKI Anatoli, 2000, La faucille et le rouble, La modernisation conserva­trice en URSS, Paris, Éditions Gallimard, 465 p.

WEBER Florence, 1998, L’honneur des jardiniers, les potagers dans la France du XXe siècle, Paris, Belin, 287 p.

Haut de page

Notes

1 Le terme de datchnik, au pluriel datchniki, qui vient du mot datcha, désigne les gens qui fréquentent assidument les datchas.

2 Les entreprises considérées comme les plus utiles au développement de l’URSS comme les entreprises de la grande industrie et les entreprises militaires avaient plus d’avantages et de budget que d’autres entreprises d’autres secteurs d’activité.

3 Les produits venus des jardins sont réputés pour être de meilleure qualité et l’utilisation d’engrais chimiques est anecdotique.

4 Marcel Marloie et Louiza Boukharaeva ont montré que l’activité agricole de ces jardins améliorait significativement la qualité des sols autour de Kazan (Marloie & Boukharaeva, 2013).

5 Données statistiques du ministère de l’Agriculture du Tatarstan de 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille Robert-Boeuf, « Cultiver la ville en Russie », Géographie et cultures, 101 | 2017, 17-34.

Référence électronique

Camille Robert-Boeuf, « Cultiver la ville en Russie », Géographie et cultures [En ligne], 101 | 2017, mis en ligne le 28 juin 2018, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gc/4740 ; DOI : 10.4000/gc.4740

Haut de page

Auteur

Camille Robert-Boeuf

UMR LAVUE
Université Paris Nanterre
kamrb@hotmail.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals