Navigation – Plan du site

Le renouveau plurifonctionnel de l’oléiculture dans les espaces urbanisés en France méditerranéenne

The renewal of olive growing: its multifunctional features in the French Mediterranean urban areas
Stéphane Angles
p. 35-58

Résumés

Face à une urbanisation très rapide, l’oléiculture enregistre aujourd’hui un maintien, voire une extension de ses surfaces dans les aires urbaines de la France méditerranéenne. Apparaît ainsi une culture de l’olivier avec une orienta­tion productive et une finalité paysagère pour des nouveaux oléiculteurs, principa­lement des amateurs. L’olivier s’insère désormais dans une agriculture urbaine plurifonctionnelle à des échelles variées (du jardin à la grande exploi­tation). L’olivier devient un fournisseur de produits très appréciés, mais aussi un vecteur de capital culturel et social, un facteur d’identité locale et un élément fédérateur. Les oliveraies peuvent également s’insérer dans la matrice écologique par leurs hauts niveaux de biodiversité. En raison de cette plurifonctionnalité, l’oléiculture est aujourd’hui fréquemment mobilisée dans les projets urbains.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Une oliveraie correspond à un verger planté d’oliviers. Les termes d’olivaie ou d’olivette peuvent (...)
  • 2 Le nombre d’oliviers cultivés en France a fortement décru depuis le XIXe siècle et le gel de févrie (...)

1L’oléiculture est une activité agricole fondamentale dans l’aire méditerra­néenne avec plus de 800 millions d’arbres cultivés couvrant 9 millions d’hec­tares dont une part croissante s’intègre désormais dans des espaces urbanisés ou confrontés à l’étalement urbain. Cette insertion dans les aires urbaines n’est pas nouvelle puisque les liens entre l’oléiculture et les villes ont souvent été étroits pour approvisionner les populations et activités urbaines ou par le rôle du négoce urbain dans le marché de l’huile d’olive. Aujourd’hui d’importantes surfaces oléicoles se situent dans des espaces urbains et périurbains ; or, en France méditerranéenne, on constate que ces oliveraies1 ne reculent pas face à la poussée urbaine mais, au contraire, ont tendance à se maintenir, voire s’étendre avec une réhabilitation de vieux vergers et de nouvelles plantations. Cette observation est non seulement originale par rapport à d’autres contrées dans lesquelles l’olivier recule face à la poussée urbaine, mais elle est aussi inédite en France face au déclin séculaire de l’oléiculture française qui s’était accentué après le gel catastro­phique survenu en février 19562.

2Ainsi, les oliviers se multiplient dans les aires urbaines françaises et demeu­rent fréquemment productifs car la majorité des oléiculteurs, aussi bien parmi les amateurs que chez les professionnels, souhaite obtenir leur propre produc­tion d’huile d’olive. L’olivier s’insère aujourd’hui dans une agricul­ture urbaine méditerranéenne devenue plurifonctionnelle. Face à ce constat, les questions portant sur la spécificité de l’olivier dans de tels processus et les ressorts en action demandent à être approfondies : quelle est la nature de cette nouvelle oléiculture urbaine ? Quels en sont les acteurs ? Quelles stratégies sont déployées ? Dans quel cadre s’opèrent ces change­­ments ? Quels effets et quelles dynamiques observe-t-on ? Dans ce cadre, notre propos entend montrer comment l’oléiculture en milieu urbain offre un regard pertinent sur l’agriculture urbaine en mettant l’accent sur l’impor­tan­ce accordée aux dimensions paysagères et socio-culturelles. Nous tenterons ainsi de mettre en lumière les dynamiques qui transforment l’olivier, géo-symbole d’une méditerranéité et d’une tradition agraire méditerranéenne, en révélateur, voire catalyseur de mutations contemporaines.

Cadre de l’étude et méthodes

3Face à l’étalement urbain, l’oléiculture montre deux évolutions bien diffé­ren­tes. Dans de nombreux pays méditerranéens, les oliveraies subissent le même sort que les autres activités agricoles et sont arrachées progressive­ment sous le coup de la poussée urbaine. En France cependant, on observe un maintien voire une augmentation étonnante des surfaces oléicoles. L’évo­lu­tion des surfaces et des exploitations oléicoles dans quelques communes de la métropole marseillaise (tableau 1) illustre les prémices de cette évolution que l’on note également dans les autres aires urbaines de la France médi­terra­néenne et qui s’est poursuivie jusqu’à aujourd’hui.

Communes

Année

Surface agricole utile

(en ha)

Nombre d’exploitations oléicoles

Superficies oléicoles (en ha)

Aubagne

1979

671

22

6

1988

541

10

2

2000

334

15

14

Auriol

1979

762

110

32

1988

498

52

13

2000

264

26

21

Cuges-les-Pins

1979

590

12

8

1988

234

5

2

2000

96

6

4

Roquevaire

1979

301

47

17

1988

134

9

2

2000

98

10

7

Tableau 1 – Évolution des exploitations et surfaces oléicoles dans quelques communes de l’agglomération marseillaise (Bouches-du-Rhône)

Source : INSEE – RGA (1979-1988-2000).

Note : le tableau n’a pas pu intégrer les données du RGA 2010 car ce dernier n’individualise plus les superficies oléicoles et les agrège désormais dans une rubrique générale (« vergers 9 espèces »).

4Pour répondre aux interrogations soulevées par le rôle nouveau joué par l’oléiculture dans les espaces urbanisés, notre étude s’est appuyée sur les recherches menées au cours du programme ANR Paysages & Terroirs Médi­t­­erranéens (Patermed 2010-2014) qui entendait analyser les paysages de la vigne et de l’olivier en France méditerranéenne (Angles, 2014). Quatre terrains de recherche dans un cadre urbanisé ont été choisis : la région de Bandol (Var), la communauté d’agglomération du Pays d’Aubagne (Bouches-du-Rhône), la vallée du Paillon dans la périphérie niçoise (Alpes-Maritimes) et la communauté de communes du Grand-Pic-Saint-Loup aux abords de la métropole montpelliéraine (Hérault). Cela permettait d’appré­hender des contextes urbains différents en fonction de leur localisation et de leur nature (de la banlieue proche aux franges périur­baines). Ce travail de terrain a mis en lumière de multiples processus qui montrent la plurifonc­tionnalité de l’oléiculture et sa mobilisation dans des projets de territoires. Un des points saillants de notre étude a porté sur la place croissante accordée aux paysages de l’olivier et sur la mise en patri­moine de ces paysages et de l’activité oléi­cole au sein d’espaces en profondes mutations. La notion de patrimoine est ici fondamentale et désigne les héritages matériels et imma­tériels recon­nus par les sociétés afin d’être transmis aux générations futures (Veschambre, 2007).

5Le dispositif méthodologique déployé pour étudier cette nouvelle oléiculture en milieu urbain repose sur une observation paysagère sur le terrain avec une grille d’observation des secteurs étudiés, la mobilisation des vues aériennes obliques prises au cours du Patermed, des relevés paysagers et botani­ques effectués dans 44 parcelles oléicoles (12 dans le Pays d’Aubagne, 10 dans l’aire de Bandol, 17 dans la vallée du Paillon et 5 dans le territoire du Grand-Pic-Saint-Loup) et un recensement exhaustif des oliviers dans quatre com­munes de l’aire de Bandol (Var) pour mieux cerner leurs contextes géogra­phiques (66 000 oliviers identifiés). Un travail d’enquête a été mené auprès de 86 résidents possédant des oliviers, des élus et des acteurs de la filière oléicole (oléiculteurs, mouliniers, dirigeants de coopératives oléicoles, responsables d’associations de producteurs comme l’Afidol, représentants de la Chambre d’agriculture…). Ces enquêtes correspondaient à des entre­tiens semi-directifs assortis d’un traitement qualitatif. La prise en compte des niveaux de biodiversité dans les oliveraies et leur insertion dans la trame éco­lo­gique a pu être intégrée grâce au traitement des données issues de 227 relevés botaniques (analyse paysagère et inventaire des espèces végéta­les le long d’un transect de dix quadrats de 1 m2 dans 106 sites plantés de vigne et/ou d’oliviers et dans 121 sites localisés dans les bordures avoisi­nantes). Les données des relevés ont été croisées avec les enquêtes menées auprès des 55 propriétaires des parcelles étudiées (Cohen et al., 2014).

6Le travail d’observation mené sur le terrain montre que les oliviers demeu­rent très présents dans les jardins, qu’ils sont pour la plupart taillés et entre­tenus et quelques oliveraies compactes témoignent encore d’une ancienne orientation oléicole. Ce constat, complété par de multiples entre­tiens avec des résidents et des acteurs locaux de la filière oléicole, met en lumière le renouveau de l’oléiculture en milieu urbain et sa place dans un nouveau contexte d’agriculture urbaine.

7Le travail d’enquête a permis de mieux cerner l’ensemble des acteurs qui gravite autour d’un milieu oléicole très divers et de distinguer quelques catégories d’acteurs fondamentales en s’appuyant principalement sur la finalité de leur orientation oléicole. On peut ainsi identifier les oléicul­teurs professionnels : ils sont déclarés comme agriculteurs, ils produisent d’importants volumes (au moins 1 tonne d’olives à triturer) et attendent donc un revenu substantiel de leurs activités oléicoles en assurant eux-mêmes la commercialisation ou en vendant leur huile aux moulins. Sur 34 900 oléicul­teurs identifiés en France, 9 500 sont considérés comme des professionnels, soit 27,3 % du total (Promolive, 2016). Assez peu nombreux dans les ter­rains étudiés (24 personnes interrogées peuvent être incluses dans cette catégorie), la plupart d’entre eux sont des exploitants agricoles, très souvent spécialisés dans un autre secteur (viticulture, cultures fruitières, maraî­chage…) et possédant des oliviers comme complément de ressources. Les oléiculteurs exclusifs sont moins de 350 en France. Ces oléiculteurs profes­sionnels sont organisés au sein d’un organisme interprofessionnel (Associa­tion Française Interprofessionnelle de l’Olive ou Afidol) qui joue un rôle actif pour promouvoir les productions oléicoles françaises et trans­met­tre des compétences et des informations.

  • 3 Promolive est une association originaire du Gard qui entend défendre et promouvoir les oléiculteurs (...)

8Les oléiculteurs amateurs, estimés à plus de 25 000 personnes par l’asso­ciation Promolive3, constituent une catégorie encore plus hétéro­gène (avec une majorité de retraités) et ont représenté une cinquantaine de personnes interrogées. Les oliveraies des amateurs sont très variables pouvant aller de quelques arbres dans leurs jardins à des vergers comptant plusieurs hectares. Les revenus obtenus sont souvent nuls (autoconsom­ma­tion) ou réduits (faibles ventes à des réseaux d’amis ou de connaissances), mais peuvent être importants dans certains cas. Toutefois, ces revenus ne constituent pas la principale motivation des oléiculteurs amateurs et c’est plutôt le goût voire la passion pour l’olivier qui les a conduits à reprendre un héritage oléicole, à le déve­lopper ou à acquérir des oliviers. Il convient de préciser que cette catégorisation est à relativiser car on rencontre de nom­breux exemples de situa­tions intermédiaires entre les professionnels et les amateurs. Cela prouve l’engouement général des populations locales pour l’olivier et la multiplicité des facettes qu’offre aujourd’hui l’oléiculture. C’est ainsi que les néo-oléiculteurs apparaissent comme une population (chez les amateurs comme chez les professionnels) de plus en plus impor­tante au sein du milieu oléicole en raison du regain d’intérêt pour la culture de l’olivier observé en France depuis la fin de la décennie 1980.

L’émergence d’une oléiculture urbaine

9L’oléiculture se situe fréquemment dans des régions où l’extension urbaine est particulièrement importante et s’inscrit donc dans cette nouvelle frontière agraire, lieu d’enjeu pour « l’alimentation et la santé des populations urbai­nes, la reconquête des liens de proximité entre les villes, la nature et l’agriculture » (Soulard et al., 2011). L’existence d’espaces oléicoles à l’échelle des agglomérations viserait ainsi à encourager l’approvisionnement alimentaire de proximité, mais aussi à favoriser le maintien de ces paysages, de la biodiversité et de la cohérence écologique des territoires (Nahmias & Le Caro, 2012). Ainsi, les paysages oléicoles étudiés dans nos 4 terrains de recher­che s’insèrent dans des pôles urbains marqués par une forte croissance démographique (tableau 2) et un étalement urbain majeur.

Pôle urbain

1999

2013

1999-2013 (en %)

Aix-Marseille

1 349 772

1 570 325

+ 16,3 %

Nice

888 784

947 337

+ 6,6 %

Toulon

519 640

559 421

+ 7,7 %

Montpellier

287 981

383 972

+ 33,3 %

Tableau 2 – Évolution de la population dans quatre pôles urbains en France méditerranéenne

Source : INSEE – Recensement de la population (1999, 2013).

10Les oliveraies, comme tous les espaces agricoles, sont donc soumises à une importante pression foncière et subissent les effets de l’expansion urbaine sous forme de fronts de construction ou de mitage (Clément & Abrantes, 2011 ; Minvielle et al., 2013). En outre, l’attractivité des paysages de l’olivier en raison de leur caractère esthétique accroît cette pression qui s’exerçait sans grande résistance quand l’oléiculture offrait une faible rentabilité avec des vergers peu entretenus voire abandonnés, surtout depuis le gel de 1956. Bernard Kayser évoquait déjà dans les années 1950 la présence de l’olivier dans la région niçoise comme une « allure fantoma­tique » qui se limitait à « des lambeaux témoins de l’ancienne olivaie » (Kayser, 1958). Au cours des décennies 1960, 1970 et 1980, de nombreuses oliveraies ont été arrachées à la périphérie des agglomérations méditerra­néennes en pleine croissance démographique.

11Pour mieux cerner les nouvelles orientations d’une oléiculture désormais insérée dans la trame urbaine, le travail d’enquête a permis de comprendre les difficultés rencontrées par les oléiculteurs professionnels pour poursuivre leurs activités dans un contexte urbanisé. Le mitage urbain fragmente leurs parcelles et perturbe leur travail ; quant aux terres agricoles, elles sont devenues rares et chères, rendant délicate toute extension de l’exploitation. Certains oléiculteurs sont même gênés pour leur conversion à l’agriculture biologique car le compostage, indispensable dans le « bio » pour apporter de la matière organique, provoque des nuisances olfactives indésirables pour le voisinage. Toutefois, un certain nombre de ces oléiculteurs ont une activité de moulinier qui profite des productions croissantes apportées par les ama­teurs urbains. Ces oléiculteurs professionnels apparaissent souvent com­me des modèles, des figures tutélaires auprès des amateurs en raison de leurs compétences reconnues et sont fréquemment sollicités pour transmettre leurs savoir-faire pour la taille, le choix des variétés ou la récolte.

Figure 1 – Secteur résidentiel étendu sur d’anciennes oliveraies à Manosque (Alpes-de-Haute-Provence)

Stéphane Angles, août 2010.

12Face à l’extension des villes, les oliveraies s’étaient effacées et se situent aujourd’hui dans des zones urbanisées. La photographie prise à la périphérie de Manosque (figure 1) illustre ce processus : l’ensemble du versant, en position d’adret, était couvert d’oliviers et a été peu à peu mité par les habi­ta­tions individuelles au point d’être désormais une zone totalement résiden­tielle. Ainsi, les oliveraies qui couronnaient jadis la cité de Giono sont maintenant un lointain souvenir au profit d’une périphérie bâtie. Un tel phénomène se rencontre dans toutes les agglomérations du Midi méditer­ranéen et inciterait à penser que les oliveraies périurbaines connaissent le même déclin inexorable que les ceintures maraîchères, les vergers ou les vignobles qui environnaient les villes. Une analyse plus détaillée montre qu’il n’en est rien car les oliviers demeurent encore bien visibles sur la figure 1 et bon nombre d’entre eux sont toujours entretenus pour être productifs.

13De la même façon, le paysage urbain observé à Ceyreste (figure 2), en périphérie de La Ciotat (Bouches-du-Rhône) montre qu’une multitude de taches vert argenté, révélatrices de la présence d’oliviers, parsème cette zone urbanisée : non seulement, les oliviers n’ont guère été arrachés, mais ils sont encore bien présents et entretenus. Il est même possible de remarquer l’existence de quelques petites oliveraies soignées qui témoignent du main­tien d’une orientation productive. Ceyreste possède toujours son moulin coopératif qui perpétue une vie oléicole qui a bien changé selon son direc­teur, mais qui se maintient avec plus de 200 apporteurs. Au cours des décennies 1960 et 1970, les agriculteurs locaux avaient abandonné leurs oliviers pour aller travailler dans les chantiers navals voisins et leurs terres ont été progressivement bâties par leurs héritiers ou de nouveaux proprié­taires. Toutefois, une part importante des oliviers a été préservée et le paysage conserve sa tonalité oléicole bien que sa vocation soit aujourd’hui très différente (Angles et al., 2014). À Ceyreste, les oliviers sont désormais conservés pour leur intérêt esthétique et décoratif afin d’agrémenter les jardins et sont aussi perçus comme des témoins d’un passé agraire.

Figure 2 – Les oliviers résiduels dans une zone urbanisée à Ceyreste (Bouches-du-Rhône)

Stéphane Angles, avril 2011.

Note : les oliviers sont identifiés à l’intérieur des zones délimitées par les traits noirs.

14Les enquêtes faites auprès de propriétaires nous apprennent que ces derniers conservent leurs arbres pour trois raisons : (i) garder des éléments orne­mentaux appréciés (en particulier les rares oliviers pluri-centenaires qui ont échappé au gel de 1956), (ii) maintenir un décor méditerranéen typiquement provençal et, pour ceux qui ont hérité des oliveraies, (iii) prolonger une tradition familiale à laquelle ils sont très attachés. Les oléiculteurs amateurs de Ceyreste sont soucieux de conserver les variétés locales (cultivars Brun et Cayanne), d’apprendre les méthodes de taille et de participer à la vie sociale qui se tisse autour de l’olivier auprès des moulins et d’associations. Une nouvelle forme d’oléiculture s’épanouit : celle des oléiculteurs amateurs qui unissent une vision décorative à l’orientation productive. Les enquêtes menées auprès de ces amateurs montrent leur désir d’avoir leurs propres productions, de soigner leurs arbres, de connaître les savoir-faire tradition­nels, d’acquérir ou retrouver un capital culturel et social et de préserver un paysage agraire idéalisé au sein d’un milieu profondément urbanisé. Les oliviers offrent ainsi une « fonction récréative, liée au plaisir issu du contact avec les plantes, la terre et la nature, apportant bien-être et sérénité » (Scheromm et al., 2014). En outre, les productions des oliveraies permettent d’assurer des échanges auprès des réseaux familiaux et/ou amicaux. On observe donc que le nombre d’oliviers peut s’accroître nette­ment dans les zones périurbaines, engendrant un renouveau oléicole original et maintenant un paysage agraire hérité au sein d’espaces urbanisés (Perrin, 2013).

15Le travail d’enquête entrepris auprès de 15 possesseurs d’oliviers à Drap (Alpes-Maritimes), dans la périphérie niçoise, a confirmé le même processus de conservation des oliviers en zones périurbaines. Les oliviers qui cou­vraient les versants dominant le Paillon se situent aujourd’hui dans une zone résidentielle ; selon des oléiculteurs résidents, un certain nombre d’oliviers a été arraché pour la construction des habitations, mais la plupart ont été conservés et les restanques ont été réhabilitées. De manière unanime dans les entretiens, le caractère historique et décoratif est largement mis en avant et les murets en pierres sèches sont associés à l’esthétisme et à l’héritage agricole apporté par les oliviers pour constituer un patrimoine agraire recherché. Les olives ne sont pas toujours ramassées mais de nombreux habitants apportent leurs récoltes, même modestes, aux moulins voisins qui acceptent des petits volumes en pratiquant une mouture collective. L’entre­tien des arbres est assuré par les résidents qui ont appris les techniques appropriées ou par des entreprises de jardinage qui se chargent de la taille, voire de la récolte. Les propos tenus par ces prestataires paysagistes mon­trent que les propriétaires souhaitent obtenir leur propre huile d’olive. Les volumes d’olives récoltées sont moindres que dans les années 1950, il ne reste plus qu’un seul oléiculteur spécialisé, mais le nombre d’apporteurs ne cesse de grossir selon des responsables des moulins de Drap et de Contes, la commune voisine.

16Des collectivités territoriales s’engagent également à la préservation des olive­raies car ces dernières offrent un cadre de vie très apprécié et témoi­gnent d’un passé rural que l’on entend préserver. À cet égard, la commune de Pignan (Hérault) et les initiatives de sa coopérative oléicole sont exem­plaires en déployant une politique de réhabilitation des oliveraies abandon­nées aux abords de la zone urbanisée. Le Plan Local d’Urbanisme de Pignan reflète bien cette stratégie car il entend « pérenniser l’activité agricole présente, activité historique qui joue un rôle identitaire et garant de l’identité du paysage » (Laurens et al., 2014). Une initiative semblable a été entreprise à Manosque pour la réhabilitation des oliveraies abandonnées du Mont d’Or. Identifiées en tant que patrimoine par le Parc Naturel Régional du Luberon et par l’association « Le Groupement des Oléiculteurs de Haute Provence et du Luberon », forte de 600 membres en 2008, les oliveraies et les terrasses ont fait l’objet d’une grande opération de restauration menée par la commune, le Conseil général des Alpes-de-Haute-Provence et le Conseil régional dans un but urbanistique, écologique, culturel et touristique (Minvielle et al., 2009). L’agriparc du Mas Nouguier à Montpellier (Hérault) ou le domaine pédago­gique de La Font de Mai à Aubagne (Bouches-du-Rhône) constituent également deux exemples de projets urbains destinés à la préservation d’espaces agraires méditerranéens comportant des oliveraies avec des objectifs paysagers et pédagogiques (les produits obtenus sont donnés au cours de manifestations).

  • 4 C’est principalement le cas des domaines viticoles qui agrémentent leur décor agricole en plantant (...)

17Tout un faisceau de facteurs explique le renouveau de l’oléiculture en zone périurbaine et complexifie l’activité oléicole qui a désormais un ancrage en milieu urbain et bien d’autres finalités que l’ancestrale orientation agricole. Les dimensions paysagères, décoratives, alimentaires et socio-culturelles sont aujourd’hui des cadres fondamentaux pour comprendre cette oléiculture contemporaine qui s’épanouit dans les villes. La sphère politico-territoriale s’est emparée de cette nouvelle forme d’oléiculture et les collectivités territoriales entreprennent des initiatives dans lesquelles l’olivier constitue un moyen de plus en plus mobilisateur au profit de l’aménagement du territoire. Les motivations économiques ne sont pas à négliger car l’oléicul­ture parvient à se maintenir en zone urbanisée quand ses productions procu­rent une forte rémunération ou quand le décor oléicole offre des retombées sur d’autres produits4. En outre, les oliviers apportent une nette valorisation immobilière des terrains. La plantation de nouvelles oliveraies dans de nombreuses grandes propriétés périurbaines peut sembler étonnante au regard de la faible rentabilité offerte par l’olivier, mais elle est plus compré­hensible si on y adjoint une source de satisfactions personnelles (la posses­sion d’une oliveraie, avoir sa propre production d’huile d’olive, créer un patrimoine, modeler un paysage esthétique…) et l’accroissement de la valeur immobilière du bien.

18Le domaine de la Picholine à Aubagne (Bouches-du-Rhône), dotée d’une oliveraie récente de 7 hectares en pleine zone résidentielle et de son propre moulin, est l’illustration parfaite de ce genre d’investissement où se mêlent objectifs hédonistes, patrimoniaux, agricoles et immobiliers (figure 3). Le propriétaire, un chirurgien travaillant à La Ciotat, a ainsi enchâssé sa bâtisse au centre d’une vaste oliveraie située au pied du Garlaban, si cher aux Aubagnais. De telles initiatives sont nombreuses dans l’oléiculture où elles s’effectuent à des échelles très variables qui vont des petites oliveraies agrémentant les jardins jusqu’aux grands domaines oléicoles équipés d’un moulin.

Figure 3 – Une nouvelle oliveraie dans une grande propriété urbaine : le domaine de La Picholine à Aubagne (Bouches-du-Rhône)

Stéphane Angles, avril 2011.

19Les mutations de l’oléiculture dans ce nouveau contexte urbain sont révéla­trices des changements majeurs qui s’opèrent dans les sociétés contempo­raines. L’agriculture urbaine devient une question de plus en plus prégnante et le succès de l’oléiculture auprès d’un public urbain à la recherche d’une production personnelle, d’un cadre esthétique, d’un héritage agraire et d’un ancrage local reflète des attentes sociétales émergentes émanant d’une partie de la population. Cela illustre les volontés de plus en plus affichées pour une préservation des paysages agraires dans le cadre de vie urbain et dans la promotion de cet héritage.

  • 5 Au cours de notre étude, nous nous sommes intéressés aux actions menées par deux associations en mi (...)

20L’olivier suscite une vie associative très active qui démontre l’attachement pour un arbre placé au cœur de la culture locale selon les personnes interro­gées. Ces associations, comme « L’olive et l’olivier » à Aubagne ou « Les amis de l’olivier » à Ollioules (Var), animent une multitude de mani­fes­tations festives et d’actions de restauration paysagère (entretien des oliviers, stages de taille, voire réhabilitation d’anciens vergers comme à Manosque avec le « Groupement des Oléiculteurs de Haute Provence et du Luberon »)5. Par ce biais, les néo-oléiculteurs peuvent s’insérer dans un milieu oléicole qui participerait à leur ancrage local, à une transmission des traditions et à une intégration dans des réseaux sociaux, culturels et écono­miques à l’échelle locale. L’essor de l’oléiculture de loisir reflète aussi un hédonisme am­biant qui se fonde sur des représentations nostalgiques, la recherche d’apprentissages traditionnels, un lien revivifié vis-à-vis de l’agri­cul­ture, un rapport sensible, créatif et signifiant avec la nature (Blanc & Mathieu, 1996 ; Blanc, 2010). En cela, le renouveau de l’olivier en zone urbaine s’inscrit dans les désirs émergents pour les jardins (Menozzi, 2012), l’agriculture « hobby » ou l’élevage de loisir (renouveau des élevages équin et asinien par exemple). L’olivier pourrait ainsi s’intégrer dans ce concept novateur de la « ville fertile » (Cavin, 2012) et dans cette « dynamique d’urbanisation de la nature et de ruralisation de la ville qui demande à reconsidérer la vieille séparation entre ville et nature ou entre urbain et rural » (Daniel, 2009). Dans ce contexte contemporain, il s’agit bien d’un changement « des pratiques alimentaires, de nouvelles façons de s’appro­prier les espaces agraires, de valoriser une culture locale et de revendiquer une dimension sociale de l’habiter » (Nahmias & Le Caro, 2012). Cette dynamique de l’oléiculture urbaine a des incidences multiples car la présence d’oliviers entretenus accroît la valeur de la parcelle et contribue à la préservation d’une vie oléicole à laquelle de nombreux rési­dents (aussi bien d’origine locale qu’étrangère à la région) sont très attachés (maintien d’un paysage agraire traditionnel, conservation de savoir-faire, sociabilité autour des pratiques oléicoles et des moulins…). Le processus de valorisation et la volonté de transmettre un héritage paysager et socio-culturel tendent bien à inscrire cette dynamique dans une démarche de mise en patrimoine.

21Ces tendances majeures sont largement partagées au sein des populations périurbaines, même si les retraités possédant des liens familiaux avec le monde agricole constituent la majorité des oléiculteurs amateurs selon des responsables de moulins rencontrés. La possession d’oliveraies obtenues par héritage, les compétences acquises dans leurs cercles familiaux, l’attache­ment viscéral pour des paysages créés par leurs anciens et le temps disponi­ble qu’ils peuvent consacrer aux oliviers expliquent aisément cette surrepré­sentation. Néanmoins, de nombreuses enquêtes montrent que les oléiculteurs amateurs correspondent à toutes les classes d’âge, toutes origines sociales ou géographiques, hommes et femmes confondus.

22

Figure 4 – Oliveraies et murets restaurés par un oléiculteur amateur à Roquevaire dans l’aire urbaine marseillaise (Bouches-du-Rhône)

Stéphane Angles, avril 2012.

23Une personne interrogée au cours du Patermed illustre bien cette catégorie des nouveaux oléiculteurs en milieu urbain. Monsieur M., résidant à Roquevaire dans la banlieue marseillaise, est un retraité qui a hérité de quelques hectares de terres qui étaient abandonnées. Sitôt à la retraite, il a entrepris des travaux colossaux pour restaurer les terrasses situées dans ses parcelles, régénérer les vieux oliviers et planter de nouveaux arbres comme en témoigne la figure 4. Il souhaite ardemment redonner un aspect entretenu et esthétique à ses terrasses d’oliviers et contribuer à restaurer un héritage agraire qui lui tient à cœur. Son souci esthétique est bien visible puisqu’il a réhabilité le bâti agricole en respectant le travail en pierres sèches et en plantant des cyprès pour agrémenter le paysage de ses oliveraies. L’objectif contemplatif est réel avec une attention portée sur le paysage (minéralité des pierres sèches, petits oliviers bien taillés, cyprès pour rompre les lignes de plantation…) et des aménagements pour la vue et le repos (bancs, terrasses près des cabanons, signalétique en pierre pour indiquer son domaine et ses produits en AOP Huile d’olive d’Aix-en-Provence). Le lieu se veut comme « un petit coin de nature » (sic) et le témoin d’un héritage agricole aux portes de Marseille. La production oléicole est assez conséquente (une tonne d’huile d’olive en moyenne) et Monsieur M. veille à obtenir une huile AOP d’excellente qualité qu’il commercialise en vente directe auprès de commer­çants et restaurateurs qu’il approvisionnait quand il était grossiste en fruits et légumes. Bien qu’il soit soucieux de générer des revenus qui lui permettent de rentabiliser ses investissements et ses frais, la motivation profonde de son activité oléicole demeure la recherche d’une satisfaction personnelle et la préservation d’un paysage qu’il juge digne d’être restauré comme un patri­moine. L’oliveraie de Monsieur M. est maintenant très connue et attire de nombreux visiteurs.

24L’olivette de Monsieur M. illustre bien une situation devenue très fréquente dans le Midi méditerranéen et qui reflète l’émergence de nouvelles formes d’oléiculture structurées par l’urbanité et une démarche patrimoniale. Cependant, il est possible de s’interroger sur la pérennité de ces oléicultures émer­gentes car les productions sont réduites et fluctuantes et peuvent diffici­lement maintenir un système productif dynamique (moulins, confise­ries). Tout cela démontre l’appropriation par la société urbaine des espaces agraires devenus des cadres paysagers en relation avec des représentations sociales de l’espace rural qui, aux yeux des citadins, perd peu à peu sa fonction utilitaire et productive (Luginbühl, 1991).

L’olivier, un élément fédérateur pour des projets de territoire

25L’oléiculture a un effet majeur dans les perceptions paysagères en raison de son ubiquité et de son identification visuelle. Ainsi, le développement des oliveraies dans les espaces urbanisés octroie une plus-value paysagère au sein de régions bouleversées par des mutations profondes et rapides. Grâce à ces atouts, la culture de l’olivier peut engendrer des synergies fructueuses avec d’autres activités agricoles, en particulier la viticulture, ou économiques comme le tourisme en suscitant des valorisations mutuelles. Depuis quelques décennies, de nombreux domaines viticoles ont décidé d’associer leurs vins avec des ventes d’huile d’olive provenant ou non de l’exploitation. Les moulins ne sont plus seulement des lieux de trituration des olives, mais deviennent aujourd’hui des locaux commerciaux particulièrement soignés pour la vente d’huile d’olive et de nombreux produits régionaux. L’olivier est désormais un élément incontournable dans le marketing territorial et certaines régions comme le Nyonsais ou les Alpilles en ont fait un symbole local sur lequel se fonde une partie de la promotion et de l’offre touristique. Devant ce constat, la place de l’oléiculture face aux enjeux des territoires méditerranéens devient une question pertinente quant au positionnement de cette activité dans sa dimension territoriale. Au-delà de la simple production d’une ressource agricole, l’oléiculture se transforme en source d’aménités qui valorise les territoires concernés.

26Dans un premier temps, l’oléiculture peut offrir des aménités environne­mentales grâce à son rôle de réservoir de la biodiversité. Les relevés botani­ques effectués pour le programme Patermed ont mis en exergue des hauts niveaux de biodiversité spécifique dans les parcelles oléicoles étudiées. La richesse floristique naturelle est deux fois plus élevée dans les oliveraies que dans les parcelles de vigne et même légèrement supérieure à celles des lopins agricoles abandonnés comme en témoigne la figure 5. L’importance de la flore locale relevée dans les parcelles (40,2 % des espèces sont médi­ter­ra­néennes) montre que les oliveraies contribuent activement au maintien, voire au développement de la biodiversité locale. De plus, certaines de ces espèces sont rares au point de justifier une protection au niveau national ou régional. L’analyse des données botaniques obtenues au cours du Patermed montre le rôle prédominant des pratiques agricoles pour expliquer les niveaux de richesse floristique et l’oléiculture y apparaît comme une activité qui offre des niveaux de biodiversité et des fonctionnalités écologiques appré­ciables (Cohen et al., 2014).

27En fonction des pratiques agricoles déployées, les oliveraies offrent des caractéristiques qui permettraient de les inclure dans la trame écologique comme réservoirs ou corridors. Ceci constitue un enjeu primordial pour pren­dre en compte les services écologiques rendus par une oléiculture dura­ble et pour conserver des continuités écologiques au sein d’espaces de plus en plus urbanisés dans lesquels s’accroît la fragmentation des habitats. Dans les zones périurbaines, les oliveraies peuvent constituer des corridors de type paysager ou « en pas japonais » favorables à la fonctionnalité de la trame écologique. Les paysages de l’olivier, souvent émiettés en de multiples îlots, participent à l’agencement d’une mosaïque paysagère autant pour son aspect esthétique que pour ses aménités environnementales.

28Dans un second temps, les mutations qui bouleversent les territoires méditer­ranéens constituent des défis majeurs pour les espaces périurbains : mitage urbain, installation de nouvelles populations et activités économiques et changements environnementaux intenses. Dans l’hypothèse d’une réin­ven­tion de la relation ville-agriculture, l’oléiculture constitue un élément qui permet de répondre partiellement à ces défis territoriaux. En se plaçant dans la définition du développement territorial (Torre, 2015), on observe que des projets territoriaux portés par l’oléiculture correspondent bien aux trois spécificités requises : (i) des processus qui mobilisent l’ensemble des parties prenantes du territoire (acteurs productifs, collectivités locales, monde associatif…), (ii) des pratiques sociales et des actions collectives, (iii) des problématiques d’occupation de l’espace et d’usage des sols. Ainsi, les projets de développement territorial fondés sur l’olivier dépassent la seule sphère de l’économie pour intégrer les dimensions sociales, culturelles et environnementales. L’oléiculture contribue ainsi à favoriser deux points essentiels pour un développement territorial : les questions d’attractivité à partir des aménités paysagères et socioculturelles et les problématiques de résilience portées par un tissu social dynamisé par l’olivier.

Figure 5 – Richesse floristique selon le type de culture (oliveraies, vignobles) et le terroir

Réalisation : M. Cohen et F. Garlatti, in Cohen et al., 2014.

29L’olivier participe activement aux processus d’identification et d’intégration aux milieux locaux par les réseaux qu’il génère, par le caractère patrimonial qu’il représente et par les effets socioculturels qu’il engendre. Il permet de raviver des liens sociaux grâce aux relations tissées au sein de la filière oléicole, aux transferts de savoir-faire et aux activités culturelles qui contri­buent à vivifier le capital social local (Moity Maïzi & Bouche, 2011). L’olivier s’intègre complètement dans une logique de « reterritorialisation [qui] reflète un sentiment identitaire tout en créant de la sociabilité et de la solidarité » (Rieutort, 2009). De nombreux stages de perfectionnement pour la taille et l’entretien des oliviers sont ainsi organisés chaque année par l’Afidol ou d’autres associations et attirent des milliers de participants passionnés par l’arbre et soucieux de préserver les traditions oléicoles : les responsables de l’Afidol et des oléiculteurs professionnels entrent ainsi en relation avec le monde des oléiculteurs amateurs. Ainsi, en 2015, l’Afidol a organisé 106 séances de démonstration et d’information qui ont réuni plus de 3200 personnes (Afidol, 2016). Les dizaines de milliers d’apporteurs, petits ou gros, perpétuent les relations sociales tissées autour des moulins au moment de l’olivaison. Selon les enquêtes et les entretiens de 16 res­pon­sables de moulin, les mouliniers constituent des personnes-ressources essentielles pour l’ensemble du milieu oléicole et contribuent à la diffusion de bonnes pratiques pour améliorer la qualité des olives apportées et, par là même, des huiles produites. L’activité oléicole s’inscrit en grande partie dans des circuits courts et dans une sociabilité redynamisée. Ces modalités mettent en lumière des pratiques et des innovations qui portent à réfléchir sur l’apparition plus générale d’alternatives au système alimentaire dominant, contribuant au développement durable (Fleury & Donadieu, 1997 ; Aubry & Chiffoleau, 2009 ; Aubry & Consales, 2014).

30Le travail de terrain mené dans le Pays d’Aubagne met en exergue ces mutations en étudiant l’activité du Centre d’Études Techniques Agricoles du Pays d’Aubagne et ses nombreuses initiatives pour promouvoir l’agriculture de proximité. Parmi ses multiples actions, une plaquette a été éditée pour expliquer la fabrication et les vertus de l’huile d’olive mais, surtout pour fournir aux consommateurs les coordonnées de neuf oléiculteurs locaux qui effectuent de la vente directe. Ces derniers ont été interrogés et il apparaît bien que cette forme de commercialisation est en forte croissance sans toutefois prédominer. Les producteurs insistent sur l’importance des liens sociaux qui se tissent dans le cadre de ces circuits courts : la qualité du produit, et donc la justification de son prix, est bien expliquée et l’attache­ment aux variétés locales et aux paysages de l’olivier est largement mis en avant. Plus encore que sa fonction alimentaire, c’est en raison des fonctions paysagères, environnementales et sociales que l’olivier peut s’ancrer dans les nouvelles orientations de l’agriculture urbaine. L’oléiculture peut ainsi con­tri­buer à la « durabilité interne » des exploitations, souvent fragilisées sous la pression urbaine, et à une « durabilité externe » des territoires, de plus en plus souhaitée par les décideurs urbains et les habitants (Ba & Aubry, 2011).

31Les transferts de savoir-faire et les liens sociaux qui s’opèrent grâce à l’oléiculture contribuent à l’activation d’un capital social et à l’intégration des nouvelles populations au sein des communautés et des territoires locaux. Les centaines de manifestations économiques et/ou culturelles autour de l’olivier et de ses produits perpétuent l’attachement pour cet arbre et cons­tituent des animations attractives et consensuelles pour un très large public. L’entretien ou la plantation d’oliviers, la réhabilitation d’anciennes olive­raies participent, aux dires selon les personnes interrogées, à la conservation d’un patrimoine qui leur permet de s’enraciner dans une tradition et un paysage profondément ancrés dans leur territoire. Or, les représentations identitaires se fondent en grande partie sur des paysages agricoles bien souvent idéalisés sous le prisme d’une idéologie ruraliste (Di Méo et al., 2004 ; Donadieu et al., 2007 ; Poulot, 2010). Cette référence au patrimoine, récurrente dans tous les entretiens effectués auprès des oléicul­teurs, montre à quel point l’olivier est perçu comme un élément identitaire essentiel dans les régions méditerranéennes.

32En liaison avec ce caractère identitaire et valorisant, l’oléiculture peut occuper une place active dans les projets territoriaux au profit du dévelop­pement local. Des initiatives visant à une amélioration qualitative de l’agri­culture et des paysages agraires peuvent s’appuyer sur l’olivier et ses pro­duc­­tions disposant de signes d’identification de la qualité et de l’origine (SIQO) comme les AOP et d’une image très positive. Des typicités, fondées sur les nombreuses variétés d’oliviers locales ou sur les multiples pratiques oléicoles, sont des particularités en faveur des reconnaissances régionales. Dans le sillage des mutations qui touchent l’agriculture contemporaine, l’oléiculture peut s’inscrire dans « l’émergence de nouvelles figures de l’agri­culture et partant de nouvelles identités agricoles » (Poulot, 2014). L’oléiculture développée dans ce contexte contemporain présente une plura­lité fonctionnelle qui peut se décliner selon la « série des quatre “p” » iden­tifiée par Christopher Bryant (Bryant, 2013). En s’appuyant sur cette catégorisation, le tableau 3 montre que l’on peut inscrire l’oléiculture dans la multifonctionnalité contemporaine des campagnes méditerranéennes.

33L’oléiculture, devenue plurielle, se transforme ainsi en un bien commun, un outil de marketing territorial et de cohésion sociale, un vecteur éducatif, une source alimentaire qui peut être mobilisée pour des projets territoriaux.

  • 6 Au Mas Dieu, trois communes périurbaines (Montarnaud, Saint-Paul et Valmalle, Murviel-les-Montpelli (...)

34Les programmes de promotion et d’aménagement touristique s’emparent souvent du patrimoine oléicole pour une meilleure attractivité. La réhabi­litation des oliviers centenaires de La Farlède (Var), dans l’agglomé­ration de Toulon, est un exemple révélateur du rôle moteur que l’olivier peut jouer dans le cadre d’une opération urbaine. Le Conseil Général du Var a acquis en 1990 une parcelle comptant 800 vieux oliviers situés près d’un moulin construit au XIVe siècle. L’oliveraie a été restaurée, ouverte au public et constitue désormais un élément fort dans la promotion touristique de la commune et du département. Malgré une orientation fondamentalement orne­men­tale, les oliviers du Partégal sont toujours cultivés et l’huile est produite dans le moulin voisin. La réhabilitation des oliveraies du Mas Dieu dans le département de l’Hérault ou la restauration des terrasses oléicoles du Mont d’Or à Manosque (Alpes-de-Haute-Provence) se placent en contexte similaire et pour des finalités semblables6.

Les 4 grandes catégories
de fonctions collectives
(les 4 ‟p”)

La contribution de l’oléiculture
dans des fonctions collectives

Fonctions liées à la localisation de l’espace rural
(place functions)

Maintien d’espaces agricoles

Valeurs identitaires véhiculées par l’olivier

Conservation d’un patrimoine agraire local

Valorisation mutuelle des territoires et des productions oléicoles

Fonctions de loisirs et touristique
(play functions)

Aménités paysagères

Oléo-tourisme

Sociabilité (transfert de savoir-faire, vie associative, réseau tissé autour des moulins…)

Fonctions s’appuyant sur les ressources localisées dans les territoires ruraux
(production functions)

Production agricole à haute valeur

Valorisation des productions locales (émergence de « paniers de biens »)

Fonctions de protection
(protection functions)

Rôle des oliveraies dans les continuités écologiques

Réservoir potentiel de biodiversité

Tableau 3 – L’insertion de l’oléiculture dans les fonctions principales des espaces ruraux sous influence urbaine

Réalisation propre d’après C.R. Bryant, 2013.

  • 7 C’est en particulier le cas du sort des parcelles abandonnées et de la volonté de mobiliser des out (...)

35Les recherches à une échelle fine ont mis en lumière l’importance des enjeux d’appropriation vis-à-vis des oliveraies reconnues comme un patrimoine paysager. Les projets de réhabilitation de ces vergers ne suscitent pas tou­jours l’unanimité au sein des populations locales. Les questions foncières apparaissent rapidement et peuvent devenir des points de discorde7. L’action des associations engendre parfois des interrogations voire des tensions en raison d’une appréhension différente des paysages oléicoles. Ainsi, la per­cep­tion des oliveraies peut revêtir plusieurs visions qui s’unissent, se con­fondent ou s’opposent selon les acteurs : on peut distinguer l’oliveraie-cadre de vie, l’oliveraie-héritage agraire, l’oliveraie-milieu écologique et l’olive­raie-lieu de production. Les enquêtes effectuées sur nos terrains de recherche nous ont bien montré l’importance accordée à la dimension productive des oliveraies : les personnes interrogées demeurent attachées à l’obtention d’une récolte qui leur apporte un revenu et/ou la satisfaction d’avoir leur propre production destinée à un cercle familial ou amical. Toujours selon les enquêtes, les oliveraies constituent aussi un cadre paysa­ger valorisant de plus en plus recherché pour son aspect esthétique et pour son appartenance à une région ou à l’aire méditerranéenne. Les entretiens ont également montré que la dimension historique et agraire est très présente car bon nombre d’oléiculteurs entendent s’inscrire dans un héritage agraire où la fibre familiale et/ou locale est mise en avant (volonté de sauvegarder un paysage traditionnel, choix de variétés locales, souhait de perpétuer une culture familiale…). Parallèlement, la dimension écologique devient de plus en présente dans les propos des oléiculteurs en faveur des pratiques de l’agriculture biologique, de l’enherbement des oliveraies, de l’importance à accorder à la biodiversité ou en rejetant les pratiques intensives.

  • 8 C’est le cas de la Violette de Pignan (Hérault) ou de la Rosée du Mont d’Or à Manosque (Alpes-de-Ha (...)

36Une étude précise des opérations de réhabilitation des oliveraies menées par des associations dans les communes de Manosque et de Lurs (Alpes-de-Haute-Provence) et de Saint-Guilhem-le-Désert (Hérault) nous a permis de saisir la nature de ces initiatives et les quelques difficultés rencontrées (Minvielle et al., 2009). La majorité des membres de ces associations souhaite contribuer à l’embellissement d’un cadre de vie paysager en restau­rant un héritage agraire (les oliviers et les murets en pierres sèches) dans des parcelles récupérées et, accessoirement, à la lutte contre les incendies en nettoyant les oliveraies en friche depuis plusieurs décennies. Ces initiatives peuvent heurter une population locale très attachée au droit à la propriété et soucieux de conserver l’appartenance villageoise des oliviers. En outre, les coûts de réhabilitation peuvent s’avérer très élevés et soulever ainsi quelques doutes sur la pertinence de telles dépenses. Les oléiculteurs professionnels perçoivent avant tout les oliveraies comme des lieux de production et ne sont guère intéressés par la réhabilitation de parcelles trop exiguës ou pentues, inadaptées au passage des engins. De même, les pratiques de certains oléiculteurs professionnels peuvent aller à l’encontre d’une préoccupation paysagère et environnementale car les attaques fongiques et parasitaires (sur­tout celles dues à la mouche de l’olivier) s’accentuent ces dernières années néces­sitant des moyens croissants ; ainsi, la pulvérisation d’argile sur les oliviers pour leurrer la mouche ne contribue guère à l’embellissement paysager des oliveraies ! Pour finir, le discours tenu par les associations de préservation des oliviers est souvent très localiste (redécouverte d’une variété locale, conservation du passé agraire communal) et peut déconcerter (ou attirer) certains nouveaux résidents8.

37La question de la légitimité devient souvent un point important pour justifier les positions des divers acteurs. Des formes de conflictualité peuvent appa­raître autour de questions foncières (quelles parcelles à réhabiliter ?), financières (comment financer de tels projets ?) et politiques (quelle gouver­nance pour porter et piloter ces projets ?). La patrimonialisation aboutit donc à des mobilisations et des actions susceptibles d’engendrer une conflictivité et constitue un enjeu majeur au cœur des territoires et des sociétés locales (Veschambre, 2007). Toutefois, il convient de relativiser ces difficultés car les différentes fonctions de l’oléiculture (tableau 3) sont bien souvent com­plé­­mentaires. Ainsi, les oléiculteurs professionnels ont large­ment contri­bué au pilotage de la réhabilitation des oliveraies du Mont d’Or à Manosque bien que la finalité de cette opération soit essentiellement paysagère, envi­ronne­mentale et urbanistique. Ces oliveraies restaurées jouxtent le grand moulin coopératif de Manosque, l’Olivette, et sont utilisées comme support touristique : des circuits quotidiens sont organisés et permettent de visiter les oliviers réhabilités et la boutique du moulin. De même, certains oléiculteurs professionnels, comme les domaines de Souviou au Beausset (Var) ou de La Michelle à Auriol (Bouches-du-Rhône), ont restauré de vieilles oliveraies en terrasses en raison d’une valorisation paysagère qui se répercute sur la notoriété de leurs domaines et sur la valeur des productions vendues directe­ment à la propriété.

Conclusion

38L’oléiculture est désormais une activité qui se maintient et s’intègre dans le monde urbain en prenant une nature multifonctionnelle. L’orientation produc­tive demeure encore présente, autant pour les rares oléiculteurs professionnels soucieux de leurs revenus que pour les innombrables oléicul­teurs amateurs désireux d’obtenir leur propre récolte et d’acquérir des savoir-faire agraires. Toutefois, la fonction productrice des oliveraies urbaines est aujourd’hui associée à des fonctions environnementales, récréa­tives et esthétiques de plus en plus appréciées par les sociétés urbaines contemporaines. La finalité paysagère apparaît désormais essentielle et les oliveraies sont fréquemment perçues comme un patrimoine qu’il convient de préserver. Ce processus de mise en patrimoine repose sur de multiples fac­teurs et contribue à faire de l’olivier un élément paysager et identitaire largement mobilisé par les sociétés locales.

39Loin d’être reléguée dans des espaces ruraux marginalisés, l’oléiculture s’insère dans un cadre agricole urbain en devenant une source de denrées alimentaires locales, mais aussi un facteur de sociabilité, un vecteur de capital culturel et social, un porteur d’identité et un agroécosystème intégré dans la matrice écologique urbaine. Face aux multiples bouleversements que connaissent les régions méditerranéennes, la culture de l’olivier peut ainsi offrir une réponse aux enjeux paysagers en contribuant à la préservation de la trame paysagère traditionnelle à l’instar d’autres activités agricoles. Ainsi l’olivier, symbole d’une histoire agraire plurimillénaire, s’inscrit pleinement dans les questionnements contemporains sur la place des activités et espaces agricoles au sein des aires et sociétés urbaines.

Haut de page

Bibliographie

AFIDOL, 2016, Rapport d’activité 2015, consulté le 16/02/2017. <http://afidol.org/wp-content/uploads/2014/09/Rapport-activites-2015.pdf>

ANGLES Stéphane (éd.), 2014, Atlas des paysages de la vigne et de l’olivier, Versailles, QUAE, 208 p.

ANGLES Stéphane, CONSALES Jean-Noël, MINVIELLE Paul, 2014, « L’olivier dans les jardins périurbains du Pays d’Aubagne : une nouvelle forme d’oléicu­lture ? », in Marie-José Menozzi (dir.), Les jardins dans la ville, entre nature et culture, Rennes, PUR, p. 71-80.

AUBRY Christine, CHIFFOLEAU Yuna, 2009, « Le développement de circuits courts et l’agriculture périurbaine : histoire, évolution en cours et questions actuelles », Innovations agronomiques, n° 5, p. 41-51.

AUBRY Christine, CONSALES Jean-Noël., 2014, « L’agriculture urbaine en question : épiphénomène ou révolution lente ? », Espaces et sociétés, n° 158, p. 119‑131.

AUBRY Christine, 2015, « Les agricultures urbaines et les questionnements de la recherche », POUR, n° 224, p. 35-49.

BA Awa, AUBRY Christine, 2011, « Diversité et durabilité de l’agriculture urbaine : une nécessaire adaptation des concepts », Norois, n° 221/4, p. 11-24.

BLANC Nathalie, MATHIEU Nicole, 1996, « Repenser l’effacement de la nature dans la ville », Courrier du CNRS, n° 82, p. 105-107.

BLANC Nathalie, 2010, « De l’habilité urbaine », in Olivier Coutard, Jean-Pierre Lévy (dir.), Écologies urbaines, Paris, Economica-Anthropos, p. 169-183.

BRYANT Christopher R., 2013, « Mutations sociodémographiques dans les territoires ruraux sous influence urbaine au Québec et en Amérique du Nord : de l’intégration des nouvelles populations à la culture locale et implications pour la gouvernance des territoires », Géographie, économie, société, n° 15, p. 11-24.

CAVIN Joëlle, 2012, « Entre ville stérile et ville fertile, l’émergence de l’agriculture urbaine en Suisse », Environnement urbain, n° 6, p. 17-31.

CLÉMENT Camille, ABRANTES Patricia, 2011, « Préserver les espaces agricoles périurbains face à l’étalement urbain. Une problématique locale ? », Norois, n° 221‑4, p. 67-82.

COHEN Marianne, BILODEAU Clélia, GODRON Michel, 2014, « Les biodi­versités dans les paysages de la vigne et de l’olivier », in Stéphane Angles (éd.), Atlas des paysages de la vigne et de l’olivier, Versailles, QUAE, p. 151-164.

DANIEL Hervé, 2009, « Agriculture en zones péri-urbaines et biodiversité. Approches écologiques », Innovations agronomiques, n° 5, p. 83-89.

DI MÉO Guy, SAUVAITRE Claire, SOUFFLET Fabrice, 2004, « Les paysages de l’identité (le cas du Piémont béarnais, à l’est de Pau) », Géocarrefour, n° 79-2, p. 131-141.

DONNADIEU Pierre, PÉRIGORD Michel, SCAZZOSI Luigi, 2007, Le paysage : entre natures et cultures, Paris, A. Colin, 127 p.

FLEURY André, DONADIEU Pierre, 1997, « De l’agriculture péri-urbaine à urbaine », Le Courrier de l’environnement de l’INRA, n° 31, p. 45-61.

KAYSER Bernard, 1958, Campagnes et villes de la Côte d’Azur, Monaco, Éd. du Rocher, 593 p.

LAURENS Lucette, 2012, « Quel est le rôle de l’olivier dans l’urbanité ? », in Catherine Breton, André Bervillé (coord.), L’histoire de l’olivier, Versailles, QUAE, p. 185-194.

LAURENS Lucette, DALIGAUX Jacques, ARNAL Clément, 2014, « Les paysages de la vigne et de l’olivier face à la périurbanisation et à la pression urbaine », in Stéphane Angles (éd.), 2014, Atlas des paysages de la vigne et de l’olivier, Versailles, QUAE, p. 111-126.

LUGINBÜHL Yves, 1991, « Le paysage rural : la couleur de l’agricole, la saveur de l’agricole, mais que reste-t-il de l’agricole ? », Études rurales, n° 121-124, p. 27-44.

MENOZZI Marie-José (dir.), 2014, Les jardins dans la ville, entre nature et culture, Rennes, PUR, 364 p.

MINVIELLE Paul, CONSALES Jean-Noël, DALIGAUX Jacques, 2009, « La requalification des paysages oléicoles dans les Alpes-du-Sud : l’exemple de la Haute Provence (Manosque, Lurs, Estoublon), in Eduardo Araque (dir.), El olivar : paisaje, patrimonio y desarrollo sostenible, Cambil, Grupo de Desarrollo Rural de la Sierra Mágina, p. 75-92.

MINVIELLE Paul, ANGLES Stéphane, DALIGAUX Jacques, 2012, « La gouvernance territoriale agricole : l’exemple de la viticulture et de l’oléiculture dans l’agglomération de Toulon (France) », Environnement urbain, n° 6, p. 74-99.

MOITY MAÏZI Pascale, BOUCHE Rémy, 2011, « Ancrage territorial et hybridation des savoir-faire au sein d’un système agroalimentaire localisé. Le cas des fromages corses », Économie rurale, n° 322, p. 24-38.

NAHMIAS Paula, LE CARO Yvon, 2012, « Pour une définition de l’agriculture urbaine : réciprocité fonctionnelle et diversité des formes spatiales », Environnement urbain, n° 6, p. 1-16.

PERRIN Coline, 2013, « L’empreinte des structures agraires sur les dynamiques paysagères en périurbain : une modélisation spatiale diachronique comparée entre la Provence et la Toscane », Méditerranée, n° 120, p. 59-71.

POULOT-MOREAU Monique, ROUYRES Thérèse, 2000, « La ceinture maraî­chère et horticole entre production économique et production de paysage », Méditerranée, n° 95-3/4, p. 51-57.

POULOT Monique, 2010, « L’agriculture comme composante de l’identité périur­baine francilienne : entre (re)connaissance et innovation », POUR, n° 205-206, p. 73-81.

POULOT Monique, 2014, « Agricultures et acteurs agricoles dans les mailles des territoires de gouvernance urbaine : nouvelle agriculture, nouveaux métiers ? », Espaces et sociétés, n° 158, p. 13-30.

PROMOLIVE, 2016, « L’oléiculteur, cet inconnu », document interne de l’association Promolive, consulté le 21/02/2017. <http://www.vincenwoo.com/promolivev2/>

RIEUTORT Laurent, 2009, « Dynamiques rurales françaises et re-territorialisation de l’agriculture », L’Information géographique, n° 73-1, p. 30‐48.

SCHEROMM Patricia, PERRIN Coline, SOULARD Christophe, 2014, « Cultiver en ville…Cultiver la ville ? L’agriculture urbaine à Montpellier », Espaces et sociétés, n° 158, p. 49-66.

SOULARD Christophe-Toussaint., MARGÉTIC Catherine, VALETTE Élodie, 2011, « Introduction : innovations et agricultures urbaines durables », Norois, n° 221, p. 7-10.

TORRE André, 2015, « Théorie du développement territorial », Géographie, économie, sociétés, n° 17, p. 273-288.

VESCHAMBRE Vincent, 2007, « Patrimoine : un objet révélateur des évolutions de la géographie et de sa place dans les sciences sociales », Annales de géographie, n° 656, p. 361-381.

Haut de page

Notes

1 Une oliveraie correspond à un verger planté d’oliviers. Les termes d’olivaie ou d’olivette peuvent également être employés pour qualifier de telles plantations ; toutefois, par souci de clarté, seul le terme d’oliveraie sera utilisé dans cet article.

2 Le nombre d’oliviers cultivés en France a fortement décru depuis le XIXe siècle et le gel de février 1956 a accéléré ce déclin : 26 millions d’oliviers en 1840, 14 millions en 1929, 4 millions en 1979 et 3,4 millions en 1988. Toutefois, depuis la fin des années 1980, le nombre d’oliviers en France a de nouveau augmenté : 4 millions en 2003 et plus de 5 millions aujourd’hui (données Afidol). Cette reprise est particulièrement nette en Languedoc et Roussillon, un peu plus modérée en Provence et en Corse. Seul le département des Alpes-Maritimes enregistre une diminution de ses surfaces oléicoles (Angles, 2014).

3 Promolive est une association originaire du Gard qui entend défendre et promouvoir les oléiculteurs non-professionnels. Selon les dirigeants de cette association, les oléiculteurs familiaux (terme préféré à celui d’oléiculteurs non-professionnels ou amateurs) ne sont pas représentés par l’Afidol et ne disposent pas d’une filière structurée. C’est dans ce contexte que les premières assises nationales de l’oléiculture familiale ont été organisées par Promolive, à Nîmes, le 8 avril 2017.

4 C’est principalement le cas des domaines viticoles qui agrémentent leur décor agricole en plantant des oliviers le long de leurs allées ou de leurs parcelles. À la valorisation de leurs paysages, ils y ajoutent une production oléicole qui complète la gamme de leurs produits. Dans le Pays d’Aubagne, des maraîchers et producteurs de fruits ont une démarche similaire.

5 Au cours de notre étude, nous nous sommes intéressés aux actions menées par deux associations en milieu urbain à Manosque et à Aubagne. Le « Groupement des Oléiculteurs de Haute Provence et du Luberon », créé par une vingtaine d’oléiculteurs en 1993, compte aujourd’hui plus de 600 membres avec une forte majorité d’oléiculteurs amateurs, mais elle reste dominée par les oléiculteurs professionnels. Son action majeure a été la réhabilitation des oliviers du Mont d’Or, colline qui surmonte la ville de Manosque. L’association auba­gnaise « L’olive et l’olivier » s’adresse à tous les amoureux de l’olivier et pas seulement aux seuls oléiculteurs. Elle cherche à faire mieux connaître l’olivier et ses productions par des manifestations festives. Elle ne compte que des oléiculteurs amateurs avec une grande majorité d’Aubagnais de longue date. Il est à noter que toutes les associations liées au monde oléicole que nous avons pu rencontrer mettent en avant la dimension locale : les variétés, l’histoire de l’olivier, les anciens moulins, les terrasses d’oliviers…

6 Au Mas Dieu, trois communes périurbaines (Montarnaud, Saint-Paul et Valmalle, Murviel-les-Montpellier) situées à l’ouest de Montpellier, et des associations locales de défense du cadre de vie se sont opposées à un projet d’unité de traitements des déchets de l’agglomé­ration montpelliéraine et ont créé une structure agricole alternative. Cette dernière compte 50 hectares d’oliviers et 70 hectares de vigne et propose un espace de vente et de promotion de ses produits dans un lieu qui accueille de nombreux événements festifs (Laurens, 2013).

7 C’est en particulier le cas du sort des parcelles abandonnées et de la volonté de mobiliser des outils de maîtrise foncière afin de coordonner et d’amplifier la réhabilitation d’oliveraies abandonnées depuis plusieurs décennies. À Manosque, le Groupement des Oléiculteurs de Haute Provence et du Luberon a ainsi mobilisé le Fonds de Gestion de l’Espace Rural. À Saint-Guilhem-le-Désert (Hérault), l’association « Terrasses de Gellone » a mis en place une association foncière agricole pour récupérer des parcelles abandonnées d’oliviers. L’émiette­ment du parcellaire oléicole et l’absence ou l’inertie de nombreux propriétaires d’oliveraies abandonnées rendent bien difficiles ces opérations de réhabilitation. Le volontarisme des milieux associatifs (souvent des « nouveaux habitants ») se heurte parfois à l’intangible respect de la propriété individuelle (souvent défendue par les agriculteurs locaux).

8 C’est le cas de la Violette de Pignan (Hérault) ou de la Rosée du Mont d’Or à Manosque (Alpes-de-Haute-Provence).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Angles, « Le renouveau plurifonctionnel de l’oléiculture dans les espaces urbanisés en France méditerranéenne », Géographie et cultures, 101 | 2017, 35-58.

Référence électronique

Stéphane Angles, « Le renouveau plurifonctionnel de l’oléiculture dans les espaces urbanisés en France méditerranéenne », Géographie et cultures [En ligne], 101 | 2017, mis en ligne le 17 juillet 2018, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gc/4815 ; DOI : 10.4000/gc.4815

Haut de page

Auteur

Stéphane Angles

Université de Lorraine
EA LOTERR
stephane.angles@univ-lorraine.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals