Navigation – Plan du site

Un décor comestible

Mise en ordre écologique des parcs urbains et collecte citadine de ressources alimentaires « sauvages »
An edible scenery: collecting wild food resources in ecologically managed urban parks
Marine Legrand
p. 97-117

Résumés

Cet article s’intéresse à la place actuelle des pratiques informelles de cueillette, chasse et pêche dans les parcs urbains gérés de manière écologique. Il s'appuie sur une enquête ethnographique autour d’un grand parc urbain en Seine-Saint-Denis. L’analyse porte d’abord sur l’introduction de la conser­vation de la biodiversité comme enjeu d’aménagement : celle-ci conduit à la mise en place d’un modèle paysager structuré autour d’un entretien de milieux de vie diversifiés qui s’appuie en partie sur une mise en scène pastorale. L’article présente ensuite un aperçu des appropriations citadines de ces lieux comme support de collecte de ressources matérielles, en particulier comestibles, entre survivance de pratiques anciennes et nouveaux usages, révélateurs d’une diversité culturelle locale. Nous analysons enfin les tensions qui se jouent entre la diversité de ces pratiques et les logiques de conservation du patrimoine portée par l’institution gestionnaire.

Haut de page

Texte intégral

Je tiens à remercier toutes les personnes qui m’ont fait confiance lors de ce travail et ont bien voulu partager avec moi leur expérience. Je remercie éga­le­ment les relecteurs anonymes de cet article pour leurs remarques et con­seils. Ce travail a été mené dans le cadre d’un doctorat au Muséum natio­nal d’histoire naturelle sous la direction d’Anne-Caroline Prévot et Anne Sourdril. Il a été financé par la région Île-de-France (R2DS) et le Conseil général de Seine-Saint-Denis (Direction Nature, Paysage, Biodiversité).

Introduction. Cueillette, chasse et pêche : penser leur présence en ville ?

1Les dynamiques croisées de patrimonialisation de la biodiversité et de regain des pratiques agricoles qui touchent les territoires urbains participent de concert à redessiner les rapports citadins à l’espace public. Cet article a pour objectif d’explorer la manière dont se recomposent les relations de produc­tion matérielle avec la nature en ville, au-delà du strict contexte de mise en culture. Les pratiques de production telles que la récolte de plantes comes­tibles, de fruits et baies, la cueillette de champignons, la chasse et la pêche ont coexisté sur le temps long avec la culture et d’élevage. Si elles restent souvent dans l’ombre au côté de l’image historique d’une civilisation agraire, elles sont pourtant fondatrices de la culture européenne (Lieutaghi, 1998). Ces pratiques manifestent un lien nourricier avec une nature pensée comme sauvage, même si elles reposent souvent sur un entretien important des milieux. La notion de lien nourricier est utilisée ici pour désigner la relation entre un individu et son environnement qui s’installe, par l’acte de prélever un animal ou une plante dans le milieu et de le consommer (que ce soit pour le manger ou s’en servir à des fins thérapeu­tiques) ; elle renvoie à l’idée d’un devenir humain « toujours-déjà » inséré dans un ensemble relationnel qui concerne des collectifs plus vastes, impli­quant également d’autres êtres vivants (Ingold, 2013). La vie urbaine est associée à une perte d’expérience et de savoirs liés aux utilisations des ressources prélevées dans la nature. Elle fait dire à de nombreux auteurs que les urbains poursuivent leur vie hors-sol du fait d’une forme de déconnexion (Pyle, 1998) ou de perte d’accès à un mode vivant rendu silencieux (Abram, 2013) : psycho­logues comme anthropologues mettent ainsi ensemble l’ac­cent sur la manière dont ces relations ont été rompues ou du moins rendues invisibles, impensables.

  • 1 En atteste par exemple la publication de nombreux guides de reconnaissance ces dernières années. Un (...)
  • 2 Le terme renvoie à la double vocation, conservatoire et ludique, des parcs urbains, cherchant un éq (...)
  • 3 Nous reprenons ici la définition classique « d’activités de prélèvement d’espèces ou de variétés “s (...)

2Tandis que flore et faune spontanées trouvent un accueil croissant dans les territoires urbains, à la faveur de la mise en œuvre de méthodes d’entretien plus écologiques des espaces publics, la cueillette de plantes utiles rencontre aujourd’hui un vif intérêt public1. À partir d’une étude des pratiques de collecte de ressources comestibles rencontrées dans un parc urbain affichant un modèle de gestion écologique, la « gestion harmonique »2, nous interroge­rons cette forme particulière d’appropriation des lieux de la part de certains usagers, ou dit autrement, cette façon particulière d’entrer en relation avec les milieux qu’ils abritent et les formes de vie qui les habitent, qui consiste à vouloir s’en nourrir. Les transformations sociales contempo­raines entourant les activités de chasse, de pêche et de cueillette en France, en relation avec l’émergence de la notion de patrimoine naturel, ont été largement étudiées mais très peu de choses ont été faites à notre connais­sance concernant leur mobilisation au sein des territoires urbains3.

3Le déploiement de politiques de protection de la nature s’est déroulé de manière concomitante au déclin des modes d’appropriation de l’espace spécifiques au monde paysan, au profit d’une exploitation touristique des espaces qui mettent en scène la nature comme patrimoine, investie alors également par les classes moyennes (Chamboredon, 1985). Les frictions se multiplient alors avec les pratiques de prélèvements de ressources dans la nature, qui si elles ont déjà largement perdu de leur importance économique, gardent alors une importance symbolique forte (Bromberger & Lenclud, 1982). C’est la légitimité de pratiques traditionnelles qui est mise en ques­tion, qu’elles soient très codifiées comme la chasse (Dalla Bernardina, 2001), ou plus informelles comme la cueillette des escargots (Fortier, 1999).

4Ces changements sont liés à l’installation croissante du patrimoine naturel comme grille de lecture légitime du paysage, mettant en avant le caractère remarquable des espaces et des espèces au regard de leur rareté. Cette caté­go­rie structure également l’administration de l’appropriation des ressour­ces, la mise en patrimoine procédant en effet par principe de la sauvegarde face à une menace de disparition (Héritier & Guichard-Anguis, 2008). Mais au-delà de cette opposition entre pratiques traditionnelles et protection de la nature, les figures du rapport productif à la nature sauvage en Europe se sont consi­dérablement complexifiées à l’articulation avec la « gestion » du patrimoine naturel et l’émergence de nouvelles formes de loisirs de plein air. En témoi­gne par exemple le retour en grâce du paysan écologiste mytho­logisé qui chasse raisonnablement, nouvel avatar du bon sauvage (Dalla Bernardina, 2009), ou encore les normes ambivalentes qui président à la fréquentation contemporaine des espaces naturels dans un cadre ludique : leur sacralisation apparente participe, dans le même temps, à l’établissement des normes de conduites relatives à une nouvelle forme de « consom­mation » de la nature (Dalla Bernardina, 2001).

5Derrière ces transformations, apparaissent des déplacements concernant la notion de patrimoine elle-même. Avec l’essor du développement durable, et de la question du patrimoine culturel immatériel, dynamisme et transmission des pratiques et des savoirs sont mis à l’honneur (Jadé, 2006). Ainsi l’attention pour la biodiversité permet en retour une nouvelle valorisation des savoirs naturalistes locaux (Bérard et al., 2005).

  • 4 La gestion différenciée, dont le développement répond à des enjeux économiques aussi bien qu’écolog (...)

6Comment la présentation de ces dynamiques peut-elle venir nourrir une analyse concernant les territoires urbains ? Le fait est que ceux-ci font en effet également l’objet de tensions croissantes entre vocation ludique, produc­tive et conservatoire autour des mêmes espaces : nous voici donc incités à nous interroger sur le rôle que peuvent jouer, dans la redéfinition des rapports citadins à l’espace public, les pratiques de collecte alimentaire concernant la flore et la faune spontanée, dans un contexte de mise en patrimoine de la nature… en ville. En France, cette dynamique a pris son essor avec le développement de la gestion différenciée des espaces verts4. Celle-ci assemble depuis les années 1980 les collectivités qui penchent pour des méthodes moins polluantes, plus économes en énergie et plus accueil­lantes pour la flore spontanée (Aggeri & Donadieu, 2003 ; Aggeri, 2010). À l’attention croissante pour la biodiversité sur l’ensemble des terri­toires, s’ajoute alors la reconnaissance des intérêts, notamment sanitaires, de la présence de la nature en ville. L’aménagement urbain commence ainsi à recevoir des influences des sciences biologiques avec le développement de l’écologie urbaine. Celle-ci propose un cadre où la diversité biologique dans son ensemble se trouve embarquée dans la mise en ordre des espaces publics (Micoud, 2000 ; Dubost & Lizet, 2003 ; Dubost, 2010).

7L’influence des pratiques agricoles se fait également sentir. Ainsi, des tentatives contemporaines de combiner production agricole et équipements de loisir donnent lieu à des projets mixtes où la réflexion paysagère, intègre les pratiques agricoles dans une « écologie du lieu » héritière du land art (Barrès, 2012). À plus grande échelle, la mise en culture des sols urbains, au travers de projets aussi variés que les jardins communautaires et les fermes hydroponiques installées sur les toits d’immeubles, se révèle riche de conséquences sur les plans économiques, social, environnemental mais également morphologique, pouvant dès lors devenir structurante pour le projet urbain (Ernwein & Salomon-Cavin, 2014).

8Au-delà de la conservation du patrimoine agricole en ville (notamment des vignes et vergers), la remise en culture du sol des villes a été décrite comme un support privilégié de réappropriation de l’espace public par les habitants, notamment en contexte paupérisé ou marginalisé (Paddeu, 2012). Elle implique des gestes, des techniques du corps : « semer, arroser, planter, cueillir », qui sont presque comme autant de rituels, permettant de « ré-ancrer l’alimentation dans le territoire vécu » (Pagès, 2016).

9L’objectif est ici, en se focalisant sur les pratiques de collecte, d’étudier la place que peut prendre une intervention des habitants dans l’espace public passant par des pratiques faisant intervenir le sauvage comme « bon à penser mais aussi à manger », pour paraphraser en l’inversant, l’expression canoni­que de Claude Lévi-Strauss. Nous le ferons en explorant la manière dont ces pratiques entrent en tension avec les logiques contemporaines de patri­monialisation de la biodiversité : celle-ci se trouve en effet partie prenante d’une « mise en ordre écologique » d’espaces qui sont dès lors conçus à la fois comme équipements publics et espaces naturels (Legrand, 2015). Cette réflexion sera structurée en trois étapes : dans quel contexte paysager s’inscrivent les pratiques de cueillette, de chasse, de pêche, telles qu’elles se rencontrent – même de manière marginale, en territoire urbain dense ? À quelle diversité de motivations répondent-elles ? Enfin, de quelle légitimité disposent-elles du point de vue institutionnel, en particulier vis-à-vis des objectifs assignés en termes de conservation de la biodiversité ?

Du parc urbain à l’espace naturel protégé : une étude de cas en Seine-Saint-Denis

  • 5 Le site s’étend sur un peu plus de 1 000 hectares et compte 15 entités, dont 8 sont gérées par le C (...)

10Cette étude s’appuie sur une enquête ethnographique et ethno-historique menée de 2012 à 2014, centrée sur parc Georges Valbon, un parc urbain de 417 ha situé au nord-est de la Seine-Saint-Denis. Ce département créé en 1968 est l’un des plus densément peuplés de France avec 1,5 million d’habitants, dans un contexte régional lui-même très fortement urbanisé et carencé en espaces verts, selon les normes en vigueur(IAURIF, 2009, p. 6). Par rapport au reste de la région, la Seine-Saint-Denis accueille une popu­lation plus jeune, plus métissée. Elle est aussi moins diplômée, plus touchée par la précarité sociale et la pauvreté (CG93 et APUR, 2010). Du point de vue environnemental, la présence d’un site Natura 20005 contraste avec l’importante pollution des sols et de l’eau héritée de l’ère industrielle (BRGM, 2004), à laquelle s’ajoute un air pollué par la forte densité des axes routiers (AIRPARIF, 2014).

11Accompagnant l’urbanisation rapide du territoire au cours de la deuxième moitié du XXe siècle, la construction des parcs départementaux de Seine-Saint-Denis vise d’abord à offrir des espaces verts en quantité aux popula­tions qui s’installent dans les grands ensembles à proximité. Le parc Georges Valbon est à la fois le plus grand et le plus ancien de ces parcs. D’abord considérés comme des décors végétaux pour les loisirs au grand air, les parcs départementaux ont changé de statut avec la mise en œuvre d’un modèle de « gestion harmonique » au début des années 1990, vers une double vocation d’accueil du public et de conservation de la biodiversité. Ainsi le parc Georges Valbon, densément fréquenté par les citadins pour leurs loisirs avec 2 millions de visiteurs par an, est aussi publiquement reconnu pour ses attraits faunistiques, classé ZNIEFF et intégré, depuis 2006, à un site Natura 2000 et à la protection de douze espèces d’oiseaux. C’est la Direction de la nature, des paysages et de la biodiversité (DNPB) du Conseil général, qui gère le parc, avec une équipe d’une quarantaine de personnes. Elle comprend divers métiers (techniciens-paysagistes, gardes, animateurs, hôtesses). L’en­tre­tien des lieux est largement sous-traité. Plusieurs associations naturalistes et bureau d’études viennent en appui scientifique. Enfin le métier de garde, renommé « éco-garde », évolue aujourd’hui vers une part de surveillance des milieux et de sensibilisation des usagers aux questions liées à la biodiversité.

12L’enquête ethnographique a été structurée comme une étude de cas, autre­ment dit l’étude d’une configuration sociale singulière « accessible à l’observation » (Passeron & Revel, 2005, p. 9) en prêtant attention à la manière dont elle s’insère dans des dynamiques structurées à plus grande échelle. Le geste premier de cette enquête correspond aux retrouvailles quasi quotidiennes avec un lieu, auxquelles s’ajoutent observation participante, entre­tiens répétés, semi-directifs ou informels, dans différentes situations (évènements publics, situations de travail, accompagnement des usagers durant leurs sorties). En tout 128 personnes ont été rencontrées (agents de l’administration départementale, employés des entreprises prestataires et partenaires, et usagers du parc). Les entretiens menés pendant l’enquête ont été en grande partie retranscrits, et analysés qualitativement.

La gestion harmonique, « un site campagnard » aux portes de Paris ?

13La « gestion harmonique » revient à la superposition progressive de deux vocations dans un même espace, entre encadrement des loisirs et optique con­servatoire. Elle traduit également une plus grande prise en compte des pro­cessus écologiques déjà en place, de la faune et de la flore spontanées, intégrés dans le dessin de paysage qui reste au service du plaisir quotidien des citadins.

14Son histoire s’écrit avec la création du « vallon écologique », un étang aujourd’hui situé au nord du parc Georges Valbon. Cela fait suite à un conflit d’aménagement dans le contexte de la montée en puissance des enjeux environnementaux dans le territoire de Seine-Saint-Denis, qui se trouve en voie de saturation par les infrastructures de transport. Cette mobili­sation contre le projet d’autoroute mène à la patrimonialisation des milieux qui ont finalement été préservés, passant par la création d’une aire protégée. C’est alors un nouveau « modèle paysager institutionnel » qui émerge. La notion de modèle paysager (Cadiou & Lughinbül, 1995) est ici comprise comme une manière de structurer l’étude des relations entre dynamiques sociales et dynamiques écologiques sur un territoire, en s’intéressant d’une part aux modes de cadrage, c’est-à-dire, aux façons de lire, analyser, évaluer le paysage et d’autre part aux modes d’intervention sur l’espace, qui trans­forment les dynamiques écologiques locales. Ici, Le projet paysager initial se réoriente alors vers un jeu avec la faune et la flore sponta­nées, largement influencé par l’écologie scientifique, et la mise en avant d’une l’atmosphère pastorale, contribuant à façonner une extériorité à la fois matérielle et symbolique des lieux concernés par rapport au reste du territoire urbain.

Le « vallon écologique » : entre jardin au naturel et jardin naturaliste

15Le « vallon écologique », situé à l’emplacement de l’ancien lit d’une rivière, la Molette, est intégré au parc dans les années 1990 seulement. Son aména­gement s’oriente vers la préservation des milieux humides, à une époque où la biodiversité est devenue un enjeu d’importance pour le parc. Des proposi­tions esthétiques nouvelles s’y construisent, entre un jeu avec la flore sauvage et un travail d’architecture du paysage. Le projet initial confié par concours à deux paysagistes de premier rang, Gilbert Samel et Allain Provost, prévoyait de remblayer le creux pour y dessiner de nouveaux jardins. Les paysagistes renouvellent leurs propositions, leurs façons de produire une image du naturel. Cela se traduit par un renversement du regard porté sur l’eau, le sol et la végétation. La création d’un décor avec des éléments minéraux et végétaux entièrement importés laisse place à une reconnaissance de ce qui se trouve déjà là, la topographie initiale, des plantes et des animaux déjà présents, l’eau qui stagne au fond du vallon.

  • 6 À cette époque la pratique de reproduction de semences locales pour la création de prairies dites « (...)

16Maintenant l’agrément des usagers au cœur du projet paysager, le paysagiste Gilbert Samel, à l’origine du terme de « gestion harmonique », ne renonce en rien à ses ambitions esthétiques. Ainsi l’endroit n’est pas totalement laissé à lui-même. Les semis sont confiés à un pépiniériste féru de phytosociologie, qui propose des mélanges de graines récoltés dans différents milieux et repro­duits par lui-même. Cette « pépinière naturelle » alors unique en son genre6 fait de lui l’un des rares fournisseurs de « graines sauvages » en France, selon une collaboratrice de l’équipe de paysagistes.

17Il travaille à l’instar des « jardiniers naturalistes » décrits par Bernadette Lizet (1997), qui cultivent le sauvage sans ségrégation spatiale entre inté­rieur et extérieur du jardin, en semant dans les jardins les graines cueillies dans la nature. Les « plans de plantation » du vallon, selon l’expression usuelle en horticulture, montrent ainsi des compositions de mélanges de grai­nes par milieu telles que : « prairie de fauche », « prairie humide », « fleurs de rochers ». L’esthétique de l’aménagement du vallon – et d’autres lieux du parc par la suite – emprunte ainsi également clairement au jardin dit « au naturel » (Bergues, 2011), dont les mises en scène donnent à voir des formes à l’allure naturelle : nouveau type de fleurissement, qui remplace le « jardin fleuri » des années 1960 (ibid.). Au-delà de la recherche d’« une image naturelle », les variétés sont également choisies pour leur intérêt bio­lo­­gique, entre production de fruits comestibles, intérêt mellifère et couvert permettant aux animaux de trouver abri.

Décors pastoraux ou milieux de vie ?

18Le modèle paysager institutionnel installé par la gestion harmonique passe par une transformation conjointe des choix esthétiques et techniques : la diver­­sité des milieux, au sens écologique du terme, est intégrée dans la réflexion, leur entretien vise à offrir des ressources à diverses formes de vie sauvages (papillons, oiseaux, etc.). Ainsi des prairies, figures à la définition plurielle qui renvoient à la fois à un mode de gestion lié à la fauche, et à un type de milieu au sens biologique, lié à un cortège d’espèces particulier.

19Cette attention s’articule avec la mise en scène d’une atmosphère pastorale, intervenant ici comme un cadre où les citadins sont invités à inscrire leurs moments de loisirs. Allain Provost, l’autre auteur du dessin du parc évoque ainsi dans l’ouvrage qu’il lui consacre le « luxe d’un site campagnard à 6 km du périphérique parisien », où se rencontrent les images d’une « prairie à foin » ou d’un « petit chemin qui sent la noisette » (Provost, 2004b, p. 60 à 64). Le changement d’allure des lieux s’accompagne de nouveaux événe­ments, de nouveaux acteurs. Une tentative de « fête des foins » a ainsi été lancée mais a dû être abandonnée pour cause d’incendie volontaire des meules. Par ailleurs le parc accueille régulièrement, pour les manifestations publiques, un troupeau de moutons appartenant à une association de Saint-Denis, Clinamen, qui revendiquent le statut de « bergers urbains ». Si des négociations ont finalement abouti après plusieurs années pour qu’ils participent à la gestion des herbages, le point d’entrée est d’abord pour le Conseil général l’image donnée par la présence d’un troupeau dans le paysage, et les vertus pédagogiques de la présence des animaux. Les prairies, à l’instar des étangs et des boisements, considérés à la fois dans leur dimension paysagère et écologique, participent à faire du parc une extériorité reconstruite vis-à-vis du contexte urbain, au cœur d’un lieu où les bruits de la ville sont étouffés, les immeubles lointains, voire invisibles (figure 1).

Figure 1 – Vue sur Garges-lès-Gonesse, au nord, depuis le bord de « la grande prairie »

En s’éloignant des limites du parc, les immeubles disparaissent vite du regard.

Photographie : Marine Legrand.

Diversité des pratiques de collecte alimentaire : entre survivances et réinventions

20Les différents milieux mis en scène dans le parc offrent des ressources alimentaires non seulement aux espèces qui y trouvent abri mais aussi aux usagers eux-mêmes. Des champignons aux pissenlits, en passant par l’origan et le millepertuis, les aubépines, noisetiers, noyers, pommiers, poiriers, meri­siers : bien des plantes comestibles ou offrant des fruits poussent dans l’enceinte des grilles protectrices du parc. Les lapins y profitent également en grand nombre, posant d’ailleurs par leur impact sur les plantations un problème aux gestionnaires qui tentent de réguler la population. Les étangs, qu’ils soient artificiels ou non, présentent des peuplements piscicoles diversifiés. Ceux-ci font également l’objet d’une surveillance, de manière à maintenir l’équilibre trophique entre brouteurs et prédateurs. Les rencontres et récits portant sur les pratiques de chasse, de pêche et de cueillette dans l’enceinte du parc révèlent des pratiques aux motivations diversifiées. Quan­titativement, elles semblent relativement marginales. Néanmoins, explorer leur diversité permet de révéler la manière dont certains usagers se comportent vis-à-vis des lieux en prenant, en quelque sorte au sérieux, les milieux qui s’y trouvent et les ressources alimentaires qu’ils renferment.

Chasse et pêche : activités qui persistent et changent de statut

21Des cultures maraîchères ont subsisté en Plaine de France jusqu’à une époque récente, de même que l’élevage : les dernières parcelles cultivées ont cessé de l’être dans les années 1960 directement remplacées par le chantier du parc. Les anciens loisirs ouvriers tels que la pêche se voient d’abord réser­ver une place dans le parc avec un étang spécifiquement dédié. Néan­moins la pratique est progressivement interdite. Quant à la chasse, c’est d’abord évidemment l’utilisation des armes à feu dans un endroit densément fréquenté qui rend sa pratique inimaginable aujourd’hui, de même que la protection des animaux et en particulier des oiseaux qui fréquentent le parc. Ces deux activités se pratiquent pourtant toujours aujourd’hui de manière illicite et donc des plus discrètes dans le parc. Si je n’ai eu que de rares occa­sions de rencontrer ces pratiques directement, j’ai pu en trouver des échos indirects, entre récits de cannes à pêches confisquées et rares échos de carabine.

Figure 2 – L’étang des Brouillard auparavant dédié à la pêche, aujourd’hui lieu de nidification privilégiée du blongios nain

Photographie : Marine Legrand.

22La pêche a été longtemps autorisée dans les plans d’eau du nord du parc, en particulier l’étang des Brouillards (figure 2), nommé « étang de pêche » sur d’anciens plans. Cette attribution reprenait une pratique ancienne puisqu’à peu près au même endroit, à l’époque des cultures maraîchères, un étang accueillait déjà les pêcheurs. Yves, la cinquantaine, qui habitait dans les années 1970 Garges-lès-Gonesse, allait pêcher avec ses amis sur un étang d’une vingtaine de mètres de long : « Il y avait un étang mais c’était privé, ça appartenait pas au parc encore, on allait à la pêche à l’époque (…) C’était en accès libre, il n’y avait pas carte de pêche ni rien. » Les raisons de l’interdiction de la pêche sont plurielles. Officiellement, c’est la pollution des étangs qui y a mis un coup d’arrêt. Néanmoins pour le directeur de la DNPB, les pêcheurs laissaient des déchets, piétinaient les roselières, en somme dégradaient les lieux. À une époque où des réflexions étaient menées sur la gestion des rives de l’étang des Brouillards au profit du blongios nain, l’un des oiseaux protégés du parc, la pollution a donc fourni un prétexte commode.

23Aujourd’hui les contrevenants sont donc rappelés à l’ordre. Ainsi, un garde de la brigade équestre, qui patrouille régulièrement le secteur, raconte :

« L’autre fois on a confisqué des cannes à pêche, c’était un vieux mon­sieur avec son petit-fils, il nous a dit qu’il n’était pas venu depuis long­temps, qu’il ne savait même pas que c’était interdit ». (Discussion avec Gilles, dans le parc, avril 2013)

24En dehors des heures d’ouverture, chasse et pêche échappent à la surveil­lance et ne suscitent donc aucune répression :

« – Il y a des gens qui doivent rentrer pour chasser ou pêcher, mais ça ne se voit pas trop. Les lapins ce n’est pas grave, il y en a plein. Mais ça se fait, c’est sûr.

– Vous ne les rencontrez pas ?

Non. C’est discret, quoi. Avant les maîtres-chiens s’en occupaient, puisqu’ils étaient là. Mais maintenant le mec qui rentre avec sa canne à pêche à 22 h, l’été... tranquille les gardes sont partis à 21h. Même il rentre avec sa canne à pêche, il la cache, à 21h15 les gardes sont partis il peut commencer à pêcher. Personne ne lui dira rien, il n’y a personne de toute façon. » (Entretien avec Laurent, Maison du parc, avril 2013)

25La pêche, loisir qui préexistait à l’existence du parc, persiste, tout en chan­geant de visage, de statut, à mesure que les lieux se voient attribuer de nouvelles fonctions par l’institution qui les gère. L’interdiction de la pêche répond à des raisons qui vont de sécurité, à la propreté, et à l’intégrité des milieux humides du parc. Elle participe d’une recomposition des formes d’organisation de l’espace et des légitimités citadines, rejouant, parado­xalement, la mise à distance avec la nature au sein même de ces espaces qui obéissent dorénavant à plusieurs fonctions, entre accueil des citadins pour leurs loisirs et conservation de la biodiversité (Legrand, 2014). En relation avec le recours accru aux savoirs scientifiques de la part de l’institution gestionnaire, les usagers sont plutôt aujourd’hui orientés vers des pratiques telles que l’observation de la faune sauvage.

26Pour certains, la chasse, de son côté apparaît d’emblée comme une pratique plus liée à la survie. Pratiquée dans les années 1980, dans les parties en travaux aussi bien que dans celles ouvertes au public, elle fait déjà l’objet d’interpellations, comme en attestent les rapports de gardes de l’époque. Citons-en deux à titre d’exemple : en 1982, un homme avec une carabine est interpellé dans la partie ouverte au public du parc. L’arme, une carabine calibre 9, est confisquée mais l’homme prend la fuite. En 1987, deux hommes armés, sans-domicile-fixe mais avec permis de chasse, sont ainsi interpellés sur la partie en chantier. Aujourd’hui les gardes repèrent encore régulièrement ceux qu’ils appellent des « braconniers », soulignant la franche illégalité de la pratique.

  • 7 Le terme de sans-abri désigne ici les personnes qui viennent se réfugier dans le parc de manière is (...)

27Les vallons du nord du parc font aussi l’objet de véritables installations. Des sans-abri7 y trouvent refuge sporadiquement en tente ou en construisant des abris en bois dans un coin reculé. Des Roms, désignés comme catégorie à part, cherchent aussi parfois à s’installer comme le relate une garde :

« Dans le vallon écologique, il y avait des Manouches… non, des Roms… qui s’étaient installés. Comme ressource ils avaient les lapins, et les pois­sons. Les lapins encore, ça faisait une sélection, mais les poissons, c’était plus embêtant. Et ils laissaient des déchets. Ça a été difficile, parce qu’on avait beau intervenir, à neuf heures [21h], c’était fini, ils revenaient. »

28Ce récit se fait l’écho du genre de « ressources » offertes par les lieux pour ceux qui cherchent à y survivre. Ceux-ci remplissent alors une fonction analogue à celle d’autres marges, entre friches et délaissés situés aux abords des infrastructures de transport. Le parc lui-même présente ce genre de marges, ainsi des sans-abri isolés, et des groupes Roms, logent sous les différents ponts qui entourent le parc enclavé par plusieurs bretelles rou­tières. Le parc offre alors un apport complémentaire, pour le bois, l’eau, la nourriture : au-delà des rumeurs répandues de pose de collets pour les lapins, de récupération dans les tas de bois, j’ai pu moi-même constater les pratiques des habitants de l’un de ces campements, venant dans le parc pour se laver aux fontaines publiques, ou encore puiser de l’eau dans le grand lac à l’aide de grands jerricans.

29Ces épisodes peuvent être considérés comme une extension du « glanage alimentaire » urbain, qui consiste à récupérer de la nourriture dans l’espace public et notamment dans les poubelles. D’une manière générale le glanage, en particulier alimentaire, concerne d’abord des personnes précaires, à côté ou à la place de l’aide alimentaire et de l’achat de nourriture (Olivier et al, 2010). Le glanage participe largement à la subsistance des populations Rom et concerne aussi bien la nourriture que l’eau, le bois de chauffage, les vêtements, la ferraille et d’autres objets. Il installe une forme de subsistance dans et à partir de l’espace public, qui profite des « espaces-rebuts » et des déchets produits en abondance par l’activité urbaine (Olivera, 2015).

Identités plurielles autour de la cueillette

  • 8 Les animations naturalistes destinées au public, par contre, ne traitent pas des champignons comest (...)

30Les pratiques de collecte alimentaire font l’objet de motivations plurielles. Certains usagers retrouvent d’abord dans le parc les joies de la campagne : parmi celles-ci la cueillette des champignons, et le code de conduite qui lui est associé. C’est le cas de ce chef d’entreprise d’une cinquantaine d’années, qui se rend souvent dans sa résidence secondaire à la campagne où il aime chasser et cueillir les champignons et se vante de ramasser chaque année d’énormes quantités de cèpes. Il vient au parc avec son chien, qui joue dans les sous-bois à débusquer les lapins, tandis que lui cueille les champignons. Sans me dévoiler leur emplacement, il me raconte les coins qu’il a trouvés, « quelque part dans la partie nord ». Avec un air de conspirateur, il évoque le « tricholome de la saint Georges » dont il partage la récolte avec celui qui lui a montré le coin, un autre usager du parc, plus âgé, avec lequel il a fait connaissance. Il est arrivé qu’il trouve le lieu déjà ramassé et qu’ensuite, revenu à sa voiture, il ait la surprise de découvrir un sac plastique rempli de champignons pendu au rétroviseur. La cueillette des champi­gnons, ici, permet à cet usager de reproduire en ville une pratique à laquelle il s’adonne plus largement dans sa résidence secondaire, avec ses corollaires, entre goût du secret et partage des récoltes par affinité8. Elle dessine une sociabilité élective, un entre-soi généré non par un lieu mais par une res­source et un savoir la concernant.

31D’autres espaces ruraux plus lointains, en relation avec les parcours migra­toi­res des usagers, mobilisent également des savoirs liés aux plantes utiles et comestibles, qui sont réinvestis dans le parc. En effet, la Seine-Saint-Denis accueille de nombreux immigrés récents qui pour une partie d’entre eux sont issus de territoires ruraux dans leur pays d’origine. Les équipes de gestion des parcs citent volontiers les membres de la « communauté chinoise » comme détenteurs de savoirs, présentés comme des vestiges, dans le sens où les urbains ne les possèdent plus en général, comme en témoigne un agent de la DNPB :

« [Ils ont encore] une culture de la terre, un savoir qu’on a perdu. Ils her­borisent, ils cueillent de nombreuses plantes, c’est interdit par le règle­ment mais les gardes laissent faire parce qu’ils ne sont pas nombreux, ça n’a pas d’impact. Le seul problème c’est qu’ils mangent les œufs de canard. »

32Pour ma part j’ai eu plusieurs occasions de rencontrer des femmes, parfois des hommes, marchant dans les pelouses hautes les yeux vers le sol à la recher­che de pissenlits, plantains et autres plantes comestibles. Me rappro­chant et manifestant ma curiosité, le produit de la cueillette m’a volontiers été montré. La barrière de la langue n’a pas permis de pousser beaucoup plus loin la conversation. Les quantités récoltées, remplissant de grands cabas de courses, indiquent que ces collectes représentent au moins un complément alimentaire gratuit, si ce n’est une source de revenu. Le ramassage de plantes à rosettes et la consommation d’œufs d’oiseaux d’eau, qui semble spécifique aux populations asiatiques, introduisent donc une dimension culturelle spéci­fique dans les motivations liées à la cueillette.

Figure 3 – Des membres de l’association Clinamen et quelques-uns de leurs moutons partagent un moment de repos dans une prairie du parc lors de la fête des « 24 h de la biodiversité 2012 »

Photographie : Marine Legrand.

33La cueillette concerne également un public de personnes plutôt jeunes, entre vingt et trente ans, qui ont grandi en ville et s’y intéressent de manière délibérée, en rapport avec un engagement politique qui passe entre autres par une transformation du mode de vie. Deux exemples viendront illustrer ce type de parcours. La botaniste chargée des inventaires floristiques sur le parc s’intéresse aussi à l’utilisation des plantes qu’elle est chargée d’identifier. Même si cela allonge sa journée de travail, elle prend parfois un moment pour cueillir origan, millepertuis ou verveine officinale, qu’elle fait ensuite sécher : ainsi dans les milieux qu’elle inventorie, « il y a plein de choses qui se mangent ». La question alimentaire est importante pour cette botaniste qui s’est inscrite dans une AMAP, ne mange quasiment pas de viande et prend en charge des livraisons de produits de la ferme en vente directe pour ses collègues. Par ailleurs, les membres de l’association Clinamen revendiquent, à travers leur statut déclaré de bergers, de développer une pratique agricole au cœur du tissu urbain (figure 3). Cette identification va pour eux aussi de pair avec certaines cueillettes, comme celles des noix, noisettes et cyno­rhodons à la période indiquée. De même, le groupe à l’origine de cette association, qui compte plusieurs paysagistes et d’architectes, a commencé à vendre la viande des moutons qu’ils élèvent et cultive aussi un potager dans la cité du Franc-Moisin à Saint-Denis, se plaçant ainsi au cœur d’un enga­gement plus large, associé à l’installation d’un mode de vie paysan en ville. Ces deux exemples replacent la cueillette dans différentes approches mili­tantes de la nature en ville, par le biais scientifique d’une part et agricole d’autre part. À l’instar du glanage urbain militant, en tant qu’expression d’une lutte contre le gaspillage alimentaire (Perraud, 2014), la cueillette ici ne répond pas d’abord à une nécessité économique mais nourrit des parcours personnels orientés vers la recherche d’ancrage de la production alimentaire dans le territoire local.

Conflits avec la conservation d’un patrimoine élargi

34Dans cette dernière partie nous verrons comment l’appropriation de ressources alimentaires par les usagers du parc s’articule avec la vocation conservatoire, assignée au parc par l’institution gestionnaire. Quelles possibilités matérielles s’offrent à ces pratiques alimentaires dans un cadre aussi contraint ? Dans quelle mesure les usagers du parc peuvent-ils être considérés comme partie prenante de ces réseaux de relations, quelle légitimité leur est accordée ?

35Comme l’élevage d’animaux de ferme au pied des barres d’immeuble ou le jardinage des friches, les pratiques de chasse, de pêche et de cueillette s’ins­crivent en décalage vis-à-vis des catégories qui structurent les politiques publiques. Pratiques en lien avec le vivant qui investissent les espaces en marge, elles se glissent dans les interstices des normes (Dalla Bernadina, 2014).

36Les pratiques de collecte alimentaire peuvent en effet participer à redonner corps à la ville comme ensemble de milieux de vie. Or considérer les parcs comme abritant des milieux de vie introduit une rupture avec l’idée d’espace public comme équipement clé en main dont la conception est confiée à des experts, logique poussée à son extrême, dans une optique hygiéniste et fonctionnaliste, jusqu’à la limite de l’abstraction, par le modèle de l’espace vert. Cette rupture apparente doit néanmoins être mise en regard avec l’élar­gis­sement de ce qui fait « patrimoine » pour la collectivité qui s’en rend responsable, c’est-à-dire garante, en l’occurrence, du maintien de la diversité biologique.

  • 9 Nous laissons de côté le trafic d’espèces sauvages en vue de leur revente, telle que la capture d’o (...)

37Au premier plan surviennent les conflits plus ou moins directs avec la conservation des milieux protégés et des espèces qu’ils abritent9. Le braconnage de lapin ne suscite qu’une large indifférence, face aux dégâts qu’ils causent dans le parc. Le prélèvement d’œufs de canards pour les consommer dérange au contraire les gestionnaires de même que la pêche enlève des ressources aux oiseaux qui s’alimentent sur les étangs du parc : en cela les citadins se retrouvent placés en position de concurrence vis-à-vis des espèces protégées.

38Au-delà des pratiques considérées comme pouvant porter atteinte aux espèces protégées du parc, l’interdiction des pratiques de collecte répond, allant plus loin, à un élargissement de la notion locale de patrimoine à l’en­semble du vivant, dans le sillage du glissement entre gestion horticole et écologique des lieux. Ainsi la cueillette, au même titre que la chasse et que la pêche, est aujourd’hui interdite dans le parc, même si elle est plus ou moins tolérée. Les gardes ne comprennent pas tous cette interdiction totale et le déplacement des limites du patrimoine du parc, qui englobe aussi bien les rosiers que « ce qui pousse en désordre » :

Extrait du carnet de terrain (discussion avec deux gardes à la Maison du parc pendant une pause. Mars 2013).

Mourad raconte : « Il y a deux ou trois jours, une femme prenait des pieds dans la roseraie. La police est venue. Elle pleurait. Elle a proposé de payer. Ils ont été indulgents avec elle ». Guillaume poursuit : « Elle devait le savoir, que c’est interdit ». Pour lui c’est comme dégrader le matériel, c’est du vol. Il raconte son expérience de gendarme : « Autour du 1er mai les gens cueillent en forêt le muguet pour le revendre, c’est réglementé, on a droit à un certain nombre de brins par personne, au-dessus on paie une amende. Les fleuristes, ils paient pour ça. » Il revient au parc. « C’est in­terdit parce que ça fait partie du patrimoine. ». Mourad fait alors la liste de ce qui est interdit. « La cueillette de champignons, ça, je comprends, mais les fleurs sauvages je comprends moins. Ce qui pousse en désordre, je ne pensais pas que ça posait un problème ! »

39Une tension apparaît ici entre l’objectif du parc d’inclure l’ensemble de la biodiversité dans son patrimoine public, au même titre que le mobilier et les plantes horticoles, et l’attrait que représentent les plantes sauvages pour des fins alimentaires, médicinales ou décoratives. La surexploitation pose un problème évident. Techniciens et animateurs s’alarment des dégâts causés aux pommiers, aux noyers, par ceux qui cueillent les fruits. L’un d’eux se plaint de l’avidité de certains : « Il y a des petits vieux qui viennent cueillir toutes les pommes alors qu’elles ne sont pas mûres. Quand on leur demande pourquoi ils répondent : “Après il n’y en aura plus” ». Finalement, la ques­tion qui se pose est bien celle de la régulation de l’utilisation d’un bien commun. En effet, vu la densité de la fréquentation du parc, accepter ouver­tement les pratiques de cueillette pourrait signer la disparition de ce qu’il contient. À partir du moment où les ressources concernées en arrivent à être convoitées par un trop grand nombre de personnes, leur maintien dans le temps se trouve mis en péril. Est-il possible d’imaginer que l’espace public urbain puisse fournir aux citadins des ressources matérielles de manière équitable et durable, en impliquant le monde « sauvage » ? Avant d’espérer répondre en pratique à cette question, envisager au moins sérieusement d’essayer nous apparaît comme une voie fertile pour alimenter les réflexions concernant les communs environnementaux en contexte urbain (la notion de commun renvoyant à une ressource gérée en commun et dont les règles d’utilisation sont décidées de concert entre les membres du groupe concerné (Ostrom, 2009)).

40La contradiction concerne aussi différents usages possibles des lieux : une agent du Conseil général insiste ainsi sur le décalage entre ce que les parcs semblent offrir, du fait qu’ils sont mis en scène, en partie au moins, comme des espaces de « pleine nature », et ce qu’ils offrent en réalité : ce sont des lieux de très petite taille où la collectivité locale gestionnaire tâche de concilier une grande diversité d’usages. La cueillette de plantes sauvages dans les parcs urbains peut ainsi valoir appropriation indue aux yeux de l’institution pour des raisons entre lesquelles il est difficile de trancher : entre appropriation privée d’un bien public, produit du travail des agents qui assurent l’entretien des milieux ; et gestes qui entrent en rupture avec l’idée d’une pratique contemplative de la nature sauvage – fut-elle largement reconstituée, entretenue et mise en scène : cette mise à distance apparaissant en outre comme la seule condition à laquelle son existence matérielle en pleine ville semble rendue possible dans les circonstances actuelles.

Conclusion

41Chasse, pêche et cueillette, pour des raisons différentes, prennent aujour­d’hui place en ville dans des lieux à l’allure champêtre au sein d’un en­semble d’activités informelles, régulées dans la mesure où elles portent atteinte à l’intégrité d’une biodiversité urbaine devenue patrimoine sous la garde de l’administration locale. L’enquête mériterait d’être poursuivie pour comprendre en quoi la dimension transgressive qui caractérise ces pratiques va éventuellement plus loin. À l’instar d’autres espaces en marge, les parcs urbains se caractérisent par une forme de codification particulière des comportements, propre aux lieux urbains en marge (Dorso, 2012). Celle-ci est en l’occurrence à rapprocher d’une tendance contemporaine à assimiler l’univers naturel à un espace « ludique » ou « festif », ce qui le rend en puissance porteur d’inversions rituelles, un genre de carnaval permanent (Dalla Bernardina, 2001). Alors, la possibilité physique, en pleine ville, d’aller quotidiennement à la rencontre d’un « sauvage » apparemment livré à lui-même ne renverrait dès lors pas tellement à un « en dehors » de la ville mais plutôt à son « envers ». L’idée selon laquelle cet envers du décor se rendrait comestible le place à distance du risque de la mise en vitrine totale, poursuivant l’entreprise hygiéniste sous des auspices écologiques. Reste à imaginer collectivement à quelles conditions.

  • 10 Comme le propose par exemple Michel Lussault.

42Les pratiques de collecte concernant les espèces sauvages en ville installent, dans leur diversité, un tissu de relations au sein de collectifs où s’entremêlent des devenirs humains et ceux d’autres vivants, situés dans un territoire particulier. La gestion des parcs et jardins publics se développe comme un dialogue entre gestionnaires, processus écologiques et diversité des pratiques citadines, dont dépend l’espace d’expression laissé à chacun. Est-il imagi­nable que ces lieux deviennent, selon les mots d’un agent du conseil général, « le grand jardin de tout le monde » ? David Harvey a défini le droit à la ville comme la possibilité pour les citadins de participer à l’aménagement de leur lieu de vie et plus largement, à orienter les processus de développement urbain dans un contexte de privatisation croissante des espaces publics (Harvey, 2011). Les travaux concernant les jardins collectifs questionnent la participation citoyenne à la fabrique de la ville (Baudry et al., 2014). En regard cette étude propose une ouverture aux réflexions contemporaines sur les articulations entre aménagement urbain et rétablissement de liens nourri­ciers avec le monde sauvage au cœur des villes – territoires qui ont long­temps symbolisé la rupture complète avec la nature, ses êtres, ses rythmes et ses cycles : cette approche ouvre sur une pensée de l’écologie urbaine nourrie par une présence aux corps, tel que cela a pu être fait par la mise en avant de l’éthique du care pour l’aménagement, à partir des apports de la philosophie éco-féministe (Tronto, 2009)10.

43Poursuivre l’exploration des collectes alimentaires dans les parcs urbains pourrait donc apporter des pistes pour saisir la manière dont ces lieux permet­tent aux citadins de maintenir des relations avec le vivant, ainsi que des relations sociales, et d’en construire de nouvelles, via l’alimentation, entre mobilisation de techniques du corps, et partage de savoirs et savoir-faire dans une optique multi-culturelle. Il s’agira alors de voir comme elles alimentent un imaginaire écologique multiforme, qui offre le potentiel de transformer peu à peu les territoires en ouvrant, par le geste, vers des ré­flexions collectives sur l’espace public (Manceron & Roué, 2013).

Haut de page

Bibliographie

ABRAM David, 2013, Comment la terre s’est tue. Pour une écologie des sens, Paris, La découverte, 250 p.

AGGERI Gaëlle, 2010, Inventer les villes-natures de demain : gestion différenciée, gestion durable des espaces verts, Dijon, Educagri, 199 p.

AGGERI Gaëlle, DONADIEU Pierre, 2003, « La nature sauvage dans les parcs urbains : du wild garden à la gestion différenciée », Les Carnets du paysage, n° 9.

BARRÈS Patrick, 2012, « Pratiques du site, écologie du lieu », Marges, n° 14, p. 94‑107. <https://marges.revues.org/298>

BAUDRY Sandrine, SCAPINO Julie, AUBRY Christine et RÉMY Élisabeth, 2014, « L’espace public à l’épreuve des jardins collectifs à New York et Paris », Géocarrefour, n° 89, p. 41-51. <https://geocarrefour.revues.org/9388>

BÉRARD Laurence, CEGARRA Marie, DJAMA Marcel et al. (dir.), 2005, Biodiversité et savoirs naturalistes locaux en France, Cirad, Iddri, Ifb, Inra, 271 p.

BERGUES Martine, 2011, En son jardin. Une ethnologie du fleurissement, Paris, Éditions de la maison des sciences de l’homme, 400 p.

BROMBERGER Christian, LENCLUD Gérard, 1982, « La chasse et la cueillette aujourd’hui », Études rurales, n° 87-88, p. 7-36.

CADIOU Nathalie, LUGINBÜHL Yves, 1995, « Modèles et représentations du paysage en Normandie-Maine », in C. Voisenat (dir.), Paysage au pluriel. Pour une approche ethnologique des paysages, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, p. 19‑34.

CHAMBOREDON Jean-Claude, 1985, « La “naturalisation” de la campagne : une autre manière de cultiver les “simples” », in A. Cadoret (dir.), Protection de la nature. Histoire et idéologie. De la nature à l’environnement, Paris, L’Harmattan, p. 138‑151.

COUJARD Jean-Louis, 1982, « Appropriation des ressources “sauvages” et accès à l’espace : les usages de cueillette dans les Vosges et dans le Massif Central. Association des ruralistes français », Actes du Colloque national Appropriation et utilisation de l’espace rural, loi et coutume, Association des ruralistes français.

DALLA BERNARDINA Serge, 2001, « La nature sauvage et ses consommateurs : le Game Fair », Ethnologie française, n° 31, p. 681-694.

DALLA BERNARDINA Serge, 2009, « Le gibier de l’apocalypse. Chasse et théorie du complot », Ethnologie française, n° 39, p. 89-99.

DORSO Frank, 2012, « Pour une sociologie de l’écart. Affiliation et différenciation dans les processus de socialisation et d’urbanisation », Nouvelles Perspectives en Sciences Sociales, n° 8(1), p. 35‑59.

DUBOST Françoise, 2010, « Les paysagistes sous la bannière de l’écologie urbaine », Ethnologie française, n° 40 (4), p. 629‑638.

DUBOST Françoise, Lizet Bernadette, 2003, « La nature dans la cité », Communications, n° 74, p. 5‑18.

ERNWEIN Marion, SALOMON-CAVIN Joëlle, 2014, « Au-delà de l’agrarisation de la ville : l’agriculture peut-elle être un outil d’aménagement urbain ? Discussion à partir de l’exemple genevois », Géocarrefour, n° 89, p. 31-40. <https://geocarrefour.
revues.org/9380>

FORTIER Agnès, 1999, « De l’efficacité sociale d’une réglementation. Le cas du ramassage de l’escargot de Bourgogne, Helix pomatia », Le Courrier de l’environnement, n° 38, p. 75‑83.

HARVEY David, 2011, Le capitalisme contre le droit à la ville. Néolibéralisme, urbanisation, résistances, Le Kremlin Bicêtre, Éditions Amsterdam, 93 p.

HERITIER Stéphane, GUICHARD-ANGUIS Sylvie, 2008, « Présentation », Géographie et cultures, n° 66, p. 3‑10. <https://gc.revues.org/3638>

INGOLD Tim, 2013, Marcher avec les dragons, Nazareth, Zones Sensibles, 384 p.

JADÉ Mariannick, 2006, Patrimoine immatériel : perspectives d’interprétation du concept de patrimoine, Paris, L’Harmattan.

LEGRAND Marine, 2014, « Le paradoxe de la gestion harmonique : construction d’un patrimoine écologique et dispositifs de contrôle de l’espace au sein d’un parc urbain », Ethnographiques.org, n° 29. <http://www.ethnographiques.org/Le-paradoxe-de-la-gestion-harmonique-construction-d-un-patrimoine-ecologique-et>

LEGRAND Marine, 2015, « La mise en ordre écologique des parcs urbains : savoirs, pratiques et paysages (exemple d’un grand parc francilien) », École doctorale Sciences de la nature et de l’homme, Muséum national d’Histoire naturelle, Paris.

LIEUTAGHI Pierre, 1998, La plante compagne. Pratique et imaginaire de la flore sauvage en Europe occidentale, Arles, Actes Sud, 299 p.

LIZET Bernadette, 1997, « Au jardin d’Athis. Portrait de Paul Jovet », Journal d’agriculture traditionnelle et de botanique appliquée, n° 39 (2), p. 131‑155.

MANCERON Vanessa, ROUE Marie, 2013, « L’imaginaire écologique », Terrain, n° 60, p. 4‑19.

MICOUD André, 2000, « L’écologie urbaine comme utopie contemporaine », Quaderni, n° 43, p. 101‑116.

OLIVERA Martin, 2015, « Insupportables pollueurs ou recycleurs de génie ? Quelques réflexions sur les “Roms » et les paradoxes de l’urbanité libérale”, Ethnologie française, n° 153, p. 499-509.

OLIVIER Chris, NICOLAÏ Chantal, RIFFAUT Hadrien, 2010, Glaneurs dans les villes. Synthèse d’étude monographique, Paris, CerPhi.

OSTROM Elinor, 2009, « A general framework for analyzing sustainability of social-ecological systems », Science, n° 325, p. 419‑422.

PADDEU Flaminia, 2012, « Faire face à la crise économique à Detroit : les pratiques alternatives au service d’une résilience urbaine ? », L’Information géographique, n° 76, p. 119-139.

PASSERON Jean-Claude, REVEL Jacques, 2005, « Penser par cas. Raisonner à partir de singularités », in Jean-Claude Passeron, Jacques Revel (dir.), Penser par cas, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, p. 9‑44.

PYLE Robert M., 2003, « Nature matrix: reconnecting people with nature », Oryx, n° 37, p. 206‑214.

TRONTO Joan, 2009 [1993], Un monde vulnérable, pour une politique du care. Paris, La découverte, 230 p.

Presse et documentation

AFIE (Association Française des Ingénieurs Écologues), 1999, « L’approvision­nement en espèces végétales locales dans les aménagements : quels enjeu(x) pour la diversité végétale ? » Actes de colloque, Versailles, 13 mars 1999.

AIRPARIF, 2014, La qualité de l’air en 2013 en Seine-Saint-Denis, 47 p.

BRGM, 2004, Inventaire historique de sites industriels du département de la Seine-Saint-Denis (93) : rapport final, 63 p.

CG93 & APUR, 2010, « Portrait de la Seine-Saint-Denis », Cahiers de l’observatoire, n° 2.

IAURIF, 2009, « La desserte en espaces verts, un outil de suivi de la trame verte d’agglomération », 16 p.

PERRAUD Stéphane, « Glanage, cueillette et partage des aliments : comment éviter le gaspillage », Basta Mag, 05 février 2014.

Haut de page

Notes

1 En atteste par exemple la publication de nombreux guides de reconnaissance ces dernières années. Une recherche thématique avec les mots clés « cueillette plantes sauvages » sur le site d’un libraire généraliste français indique plus de dix références de guides d’identification de plantes, fruits et fleurs destinées à une utilisation culinaire ou médicinale, pour ces trois dernières années seulement.

2 Le terme renvoie à la double vocation, conservatoire et ludique, des parcs urbains, cherchant un équilibre entre accueil de la biodiversité et possibilités de loisir des populations (Legrand, 2014, p. 13). Cette définition sera précisée plus loin dans le propos.

3 Nous reprenons ici la définition classique « d’activités de prélèvement d’espèces ou de variétés “sauvages” qui impliquent “l’absence d'un processus productif préalable” », la définition du sauvage et de l’absence de processus productif restant évidemment très relatives (Coujard, 1982).

4 La gestion différenciée, dont le développement répond à des enjeux économiques aussi bien qu’écologiques, renvoie aussi à une différenciation des formes d’aménagement, avec la création de typologies et d’une approche plus extensive à mesure que l'on s’éloigne de l’hyper­centre des agglomérations.

5 Le site s’étend sur un peu plus de 1 000 hectares et compte 15 entités, dont 8 sont gérées par le Conseil général.

6 À cette époque la pratique de reproduction de semences locales pour la création de prairies dites « fleuries » en émerge seulement en France, pour devenir un sujet de réflexion au croise­ment entre horticulture, botanique et ingéniérie écologique (AFIE, 1999).

7 Le terme de sans-abri désigne ici les personnes qui viennent se réfugier dans le parc de manière isolée.

8 Les animations naturalistes destinées au public, par contre, ne traitent pas des champignons comestibles, Si l’animateur qui en est responsable estime en effet qu’il n’a pas les compé­tences requises, et qu’il n’entre pas dans son rôle d’accompagner cette pratique.

9 Nous laissons de côté le trafic d’espèces sauvages en vue de leur revente, telle que la capture d’oiseaux chanteurs, ou les œufs de cygnes, hors du cadre de la présente analyse, pour en rester aux pratiques alimentaires.

10 Comme le propose par exemple Michel Lussault.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marine Legrand, « Un décor comestible », Géographie et cultures, 101 | 2017, 97-117.

Référence électronique

Marine Legrand, « Un décor comestible », Géographie et cultures [En ligne], 101 | 2017, mis en ligne le 17 juillet 2018, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gc/4975 ; DOI : 10.4000/gc.4975

Haut de page

Auteur

Marine Legrand

Centre d'Écologie et des sciences de la conservation
marine.m.legrand@gmail.com

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals