Navigation – Plan du site

« L’agriculture urbaine », entre concept scientifique et modèle d’action

Une notion mise à l'épreuve par le jardinage et le sol urbains
The « urban agriculture », between a scientific concept and a model for action: a notion put to the test by urban gardening and urban soil
Maud Chalmandrier, Marine Canavese, Yves Petit‑Berghem et Élisabeth Rémy
p. 119-138

Résumés

La notion d’« agriculture urbaine » renvoie à des pratiques, des rapports à la production végétale et au sol urbain multiformes, portés par des acteurs divers. Son absence de stabilité scientifique est concomitante à son utilisation politique et experte croissante en tant qu’outil d’aménagement. À l’aide d’études de cas s’intéressant à l’analyse de l’action publique et des rapports des jardiniers au sol urbain, nous tenterons de démontrer que l’avènement de la notion d’« agriculture urbaine » lisse les tensions propres à son objet d’étude, en vue de promouvoir son développement en tant que catégorie de l’action. Ce constat soulève deux questionnements. Le premier pointe une tendance à minimiser les différences de sens que les acteurs portent au sujet de leurs pratiques culturales. Le suivant relègue au second plan la question pourtant cruciale de la qualité des sols urbains et de leur aptitude à recevoir (ou non) des cultures à vocation alimen­taire.

Haut de page

Texte intégral

À l’échelon national, cette recherche s’inscrit dans le projet Jassur (Jardins Associatifs Urbains : pratiques, fonctions, risques) retenu par l’ANR Villes et bâtiments durables (2013-2016). Ce travail a reçu l’aide financière de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR-12-VBDU-0011). Nous adres­sons tous nos remerciements aux relecteurs de la revue et à nos collègues Pierre Donadieu et Frédéric Wallet pour leurs remarques constructives sur une version antérieure de ce texte.

Introduction

1Les analyses de l’aménagement urbain au regard de ses espaces non bâtis montrent la place croissante faite à la culture dans la ville que Marion Ernwein et Joëlle Salomon Cavin (2014) décrivent comme un double proces­sus concourant à la recomposition des liens entre ville et agriculture : d’une part l’urbanisation de l’agriculture ou de la campagne (Fleury & Donadieu, 1997) et d’autre part l’agrarisation/ruralisation de la ville (Poulot, 2015). La première correspond à l’emprise croissante de l’urbanisation et des pratiques urbaines sur le monde agricole, poussant une partie de la profes­sion agricole à développer des pratiques innovantes. Parallèlement, l’agrarisation de la ville voit le jardinage et l’agriculture devenir un outil de l’aménagement urbain, pris en charge par les acteurs de la ville. Dans ce cas, la culture du sol est comprise, voire assimilée, non sans tensions, à une forme de nature en ville, élément structurant de « l’urbanisme végétal » (Da Cunha, 2009).

2Les définitions se sont multipliées pour tenter d’appréhender la notion d’« agriculture urbaine » par une dimension inclusive destinée à englober la diversité des pratiques, des espaces et des acteurs (Nahmías & Le Caro, 2012 ; Aubry & Consalès, 2014 ; Mundler et al., 2014) montrant en cela la difficile délimitation des contours de la notion. Sa promotion est justifiée au nom du développement urbain durable (Smit et al., 2001 ; Nahmías & Le Caro, op.cit. ; Grandchamp Florentino, 2012) et on lui attribue des vertus multiples : garante de la biodiversité cultivée et de la perméabilité des sols, offre de « services écosystémiques », coin de respiration en ville, autosuffi­sance alimentaire, etc. Tous ces atouts constitueraient la multifonctionnalité de ce qui est désigné et rassemblé sous le terme englobant d’« agriculture urbaine ».

3Face à deux phénomènes concomitants, d’une part, l’absence de stabilité scientifique de la notion, d’autre part, son utilisation experte et politique croissante, le risque est que le cadre d’analyse façonné par la notion d’agriculture urbaine homogénéise et réifie l’objet étudié. Sans remettre en cause la pertinence et le potentiel heuristique de l’objet « agriculture ur­baine » ainsi que la fertilité des travaux qui tentent de le définir, nous proposons dans cet article de l’analyser au regard de la diversité des enjeux qu’il sous-tend, considérés comme autant de mises à l’épreuve de la notion. Celle-ci est également questionnée par une autre problématique émergente, celle de la qualité du sol urbain (Douay et al., 2008) et de sa capacité à accueillir des cultures alimentaires.

  • 1 Le projet Jassur (Jardins Associatifs Urbains : pratiques, fonctions, risques) a été retenu par l’A (...)

4Nous nous appuyons sur la littérature existante et le corpus suivant : pour Paris et l’Île-de-France, ces données d’enquête ont été recueillies entre 2013 et 2016 dans le cadre du projet ANR Jassur1. L’enquête a été menée par des entretiens semi-directifs (une centaine) auprès de l’ensemble du réseau d’acteurs concernés par la gouvernance des jardins collectifs urbains et la prise en compte des contaminations urbaines – des enquêtes suivant le même protocole ont été réalisées à Nantes, Lille et en Île-de-France (Canavese, 2015, Grenet et al., 2016). Pour Dijon, il s’agit d’une analyse de l’action publique par une étude documentaire (documents d’urbanisme et de communication municipale) accompagnée d’entretiens semi-directifs avec les acteurs publics concernés (Chalmandrier, 2016).

5Pour cela, nous allons d’abord voir à travers l’analyse de l’organisation des services urbains de la ville de Dijon, comment les formes de culture du sol sont considérées et qualifiées par les acteurs institutionnels. Alors que cette étude de cas montre la différenciation opérée entre agriculture et jardinage dans le cadre de l’aménagement urbain, s’ouvre ensuite une discussion sur les concurrences entre les différentes formes de culture en ville, et les diverses façons d’appréhender les risques liés au milieu urbain.

Cultiver la ville à Dijon, la différenciation entre agriculture et jardinage au sein de l’action publique2

  • 2 L’analyse de l’inscription territoriale de l’agriculture et du jardinage collectif à Dijon offre un (...)
  • 3 La commune de Dijon compte environ 152 000 habitants en 2012 et le Grand Dijon, encore communauté d (...)
  • 4 En 2010, 38 % de la surface de l’agglomération est agricole (SCoT, 2014, p. 19) et, sur le territoi (...)

6À la différence des métropoles fortement urbanisées comme Paris3, la frange urbaine est encore proche du centre urbain dijonnais4 : quelques terrains agricoles sont encore présents en ville tandis que certaines communes de l’agglomération conser­vent une identité rurale forte. C’est au regard de ce contexte foncier que la situation en matière de culture du sol urbain est intelligible.

7Dijon a suivi dès les années 2000 un modèle d’aménagement urbain basé sur les principes du développement durable dont l’objectif premier – conte­nir l’urbanisation et réduire l’étalement urbain – est en partie justifié par une volonté de préserver une ceinture verte aux portes de l’agglomération. Son corollaire, la densification urbaine, s’est traduit par la multiplication des projets d’écoquartiers (une dizaine), pour la plupart prévus sur des friches industrielles, militaires ou agricoles requalifiées. Cette politique urbanistique est couplée à une valorisation des espaces publics et espaces verts5 au sein des projets immobiliers, fortement végétalisés, venant appuyer son image de « ville verte ». Dans ce contexte, la culture du sol urbain prend la forme de trois politiques différenciées : le jardinage collectif, l’agriculture périur­baine et l’agriculture urbaine.

  • 6 Le choix de cet établissement public déjà en place est motivé par ses compétences en matière de con (...)
  • 7 Ils réunissent l’élue déléguée à l’écologie urbaine (principale concernée), ainsi que ceux délégués (...)

8Le jardinage collectif urbain est redynamisé dans les années 2010 quand, portés par des demandes de commissions de quartier, les premiers jardins partagés sont créés (treize sites depuis 2012, sept en projet). En 2014, le dossier est pris en charge par la nouvelle adjointe au maire déléguée à l’écologie urbaine et au cadre de vie, qui commande un état des lieux des surfaces effectivement cultivées à Dijon. La même année, le plan biodiver­sité de nature en ville est lancé sur l’agglomération. Dès le départ, la théma­tique « biodiversité cultivée » affichée dans ce plan conduit à l’inclusion du jardinage partagé parmi les opérations de végétalisation citoyenne aux côtés des plantations au pied des arbres, ruchers, arbres fruitiers dans la constitu­tion des réseaux écologiques des trames vertes et bleues. Constatant la transversalité des questionnements, l’animation du plan a été confiée au Jardin des Sciences6 plutôt qu’à un service technique ou un chargé de mission spécifique. Le Jardin des Sciences collabore avec les élus concernés via les comités de pilotage7 et coordonne les actions des différents services par deux comités techniques orientés selon deux axes : biodiver­sité/aménagement et biodiversité/citoyenneté.

9Les jardins partagés sont implantés, après instruction par le service foncier, sur le domaine de la ville derrière des infrastructures publiques, au pied d’immeubles ou intégrés aux projets d’écoquartiers. La gestion et l’anima­tion des jardins sont rapidement confiées aux structures de quartier comme les centres d’action sociale. L’organisation des jardins partagés, très évolu­tive du fait de sa nouveauté et de son dynamisme, est donc particuliè­rement encadrée par les acteurs publics dont la mission est de travailler à la création d’un réseau de jardins partagés et à la constitution d’une charte.

10Les jardins familiaux, dont l’emprise foncière (16 ha) est nettement supé­rieure à celle des jardins partagés (6000 m²), ne sont pas concernés par le plan biodiversité et font l’objet d’un encadrement public moindre. Implantés sur d’anciennes terres agricoles en bordure de ville, ils sont identifiés dans le PLU comme terrains cultivés en milieu urbain (article L. 123-1-9 du code de l’urbanisme) et mis à disposition des associations par des conventions d’oc­cupation précaire. Ils se sont développés dans les années 1970 avec deux associations : les jardins ouvriers des Cheminots (« Jardinot ») et la Fédéra­tion Nationale des Jardins Familiaux (« Jardins et vergers de la Chouette »). Cette dernière gère près de 500 adhérents sur 14 parcelles dont les tailles peuvent aller jusqu’à 350 m² pour les plus anciennes. Après une quinzaine d’années de stagnation, les jardins familiaux ont également bénéficié d’un regain d’intérêt auprès des habitants et des pouvoirs publics, entraînant l’ouverture progressive de nouveaux sites dans le domaine public à partir des années 2010 et le rétrécissement des parcelles.

  • 8 On mesure la différence avec des villes comme Paris qui dispose de la division « Impacts Santé-Envi (...)

11Au sein de l’action publique dijonnaise, la qualité du sol cultivé est une question émergente. Le plan biodiversité a permis d’engager la réduction, voire la suppression des intrants chimiques, mais la gestion des éventuelles contaminations ne fait pas l’objet d’une politique spécifique8. Sa prise en charge a été temporisée car dès les premiers jardins partagés, les autorités locales ont choisi la mise en bac pour faciliter les aménagements vis-à-vis des implantations choisies (sur béton comme sur terre). Peu à peu, avec les réflexions du personnel du Jardin des Sciences la question de la qualité du sol cultivé se développe dans les discussions des comités, comme le montre cet extrait d’entretien :

Je reste persuadée, que ce soit des jardins partagés sur cette forme là où on n’est pas sur le vrai sol, ou bien tout l’engouement qu’il y a sur l’agriculture périurbaine cette fois-ci high-tech, ben quelque part c’est su­per à la mode tout le monde y va parce que personne se pose la question d’imperméabilisation des sols, de pollution des sols […]. C’est à nous, dans le cadre du plan biodiversité, petit à petit de se faire le porte-parole et le garant de tout ce qui doit contribuer à une meilleure fonctionnalité des sols à l’échelle de la ville, et mettre des carrés comme ça, et pas se poser de questions et rajouter de la terre, voire, parce qu’il y a aussi des jardins pédagogiques dans les cours d’école sur le béton […]. Petit à petit on sent bien que la question elle arrive, elle se pose et elle est super pertinente et, à la fois les élus, les services commencent à s’en rendre compte (entretien, Jardin des Sciences, Dijon, 10/06/2016).

  • 9 Ce choix n’est pas étranger à l’inscription récente des vignobles dijonnais au patrimoine mondial d (...)

12Parallèlement, le PLU de la ville a confié à l’agriculture environnante une fonction économique et sociale, une fonction paysagère et une fonction de loisir (Dijon, PLU, 2010a). Ce dossier est pris en charge depuis 2008 par un élu délégué à l’« agriculture périurbaine » au niveau communautaire – échelle administrative où la cohabitation entre usage agricole du sol et urbanisation est plus prégnante – qui travaille principalement avec la chambre d’agriculture et la Société d’Aménagement Foncier et d’Établis­sement Rural (SAFER). Si la préservation de l’agriculture « périurbaine » est schématisée dans les docu­ments d’urbanisme comme une ceinture « verte » à sanctuariser autour de l’agglo­mération, les contours du périurbain sont flous et en pratique modulés selon les priorités politiques et économiques et les opportunités foncières du Grand Dijon. La SAFER a été conventionnée en 2011 pour cartographier le foncier disponible dans le SCoT, afin d’amorcer une politique volontariste d’acquisition et de préser­vation du foncier agricole par la collectivité, en mettant l’accent sur les vignobles9. Elle a ainsi acquis dans l’Ouest dijonnais (Dijon et deux com­munes limitrophes) un domaine de 160 ha de terres agricoles (céréa­lières ou à faible valeur agronomique) et viticoles, autrefois destinées à l’urbanisation de nouveaux quartiers dans les années 1990. La chambre d’agriculture a été chargée de choisir des jeunes producteurs locaux porteurs d’une agriculture respectueuse de l’environ­nement et diversifiée susceptible d’interagir avec les citadins.

  • 10 L’aquaponie est une forme de culture hors sol qui associe culture de végétaux et élevage de poisson (...)

13Enfin, la notion d’« agriculture urbaine » dans les discours locaux est margi­nale et circonscrite : elle n’apparaît qu’une fois pour faire la promotion d’un projet privé porté par une start-up. Nommée Urbanleaf, elle commer­cialise des modules (pour l’instant seulement destinés à l’agrément) de culture de végétaux basés sur la technique de l’aquaponie10. Le projet soute­nu par la municipalité fait l’objet d’une démonstration au Jardin des Sciences. Dans la communication mise en place par l’entrepreneuse qui a bien saisi l’opportunité commerciale de l’expression d’« agriculture ur­baine », sont vantés les potentiels rendements du projet, le peu de transports, la production d’une nourriture « saine, de saison et locale », ainsi que « l’émergence d’un nouveau métier, celui d’agriculteur urbain » (Gazette info, 2015).

  • 11 On a vu pour le domaine de la Cras à Dijon la collaboration inédite et singulière entre la chambre (...)

14Ainsi, malgré une imbrication géographique, la politique d’aménagement des espaces non bâtis à Dijon montre une rupture institutionnelle entre jardinage urbain et agriculture de proximité dans les missions et rôles attri­bués aux services et aux élus, confrontés à des enjeux différents. Certes le caractère embryonnaire des recompositions institutionnelles est lié à la nouveauté de ces politiques par rapport à d’autres métropoles comme Paris, Lyon, Rennes ou Angers, et des tentatives d’harmonisation sont à l’œuvre11. Mais observer à partir d’une action publique encore peu stabilisée les variations entre jardinage et agriculture permet de déconstruire l’évidence de « l’agriculture urbaine » et de souligner la persistance de clivages pro­fonds qui sont communs à d’autres villes, comme nous allons l’examiner maintenant.

« Agriculture urbaine », jardinage urbain : divergences dans les discours et les pratiques

15Comme la multiplication des définitions le montre (voir notamment Bourg & Papaux, 2015 ; Duchemin, 2013 ; Jarosz, 2008 ; Moustier & Fall, 2004 ; Torre, 2013 ; Imhoff et al., 2004 ; Smit & Nasr, 1992), la notion d’« agri­culture urbaine » pose problème. L’un des axes de discussions porte sur les contours et le périmètre de la notion « d’agriculture urbaine ». À l’appui de nos enquêtes de terrain, ce qui est présenté parfois comme des supposées sous-catégories de cette notion nous semble réducteur par rapport à la diversité des projets et des enjeux. Le croisement de différents résultats d’analyses menées à l’échelle locale (la ville et sa frange urbaine), celle à laquelle les jeux d’acteurs sont les plus visibles, permet de mettre en avant les usages concurrents du sol urbain cultivé et notamment les divergences entre agriculture, jardinage urbain et verdissement de la ville.

Pratiques et discours de jardiniers : quels rapports à la productivité ?

  • 12 Il est interdit de commercialiser les produits des jardins familiaux même si quelques rares pratiqu (...)

16Dans les études que nous avons menées à Dijon, en Île-de-France, à Nantes et Lille, on note un rapport différent à la production végétale (depuis la pratique jardinière sans volonté de rendement jusqu’à l’intensif-artificialisé du high-tech), à la commercialisation (absente dans le cas des jardins12 collec­tifs étudiés mais recherchée par l’agriculture urbaine d’entreprise) et à autrui (convivialité-loisir vs. modèle entrepreneurial fondé sur la rentabilité et l’approvisionnement des marchés).

  • 13 Association des Jardins Ouverts et Néanmoins Clôturés (voir Canavese, 2015).
  • 14 Pour des raisons de confidentialité sur un sujet sensible (pollutions urbaines) les noms des jardin (...)

17Cultiver son jardin renvoie à des pratiques mais aussi à un sens de l’existence et à un rapport singulier à la nature. Suivant l’idée du « jardin en mouvement » (Clément, 1991) mise en pratique (notamment dans les jardins portés par les Ajoncs13 à Lille), l’idée du jardin est une ouverture au monde parce qu’on y plante des espèces venues d’ailleurs – même si aujourd’hui la biodiversité « locale » est mise en avant – et parce qu’on y perçoit les rythmes du monde vivant. Le jardin intime devenu collectif change le rapport au monde et à l’autre et revêt des formes parfois très personnelles entraînant des façons différentes de jardiner, de concevoir et de vivre le jardin, comme l’expriment ces divers extraits d’entretien : « Le jardin, c’est avant tout un loisir » (Jardin C14, Paris), « J’aime bien voir ce qui pousse, tester des choses mais je ne mange pas les légumes, on est dans un environ­nement urbain quand même » (Jardin C. Paris), « Pour moi le jardin, c’est la convivialité » (J PdI, Issy-les-Moulineaux).

  • 15 Même si on n’oublie pas que le jardin est un lieu de forçage avec des techniques de contrôle de son (...)
  • 16 Bien que leur forme soit historiquement vivrière et d’origine rurale (Weber, 1998), les pratiques d (...)

18Parmi les usagers des jardins collectifs urbains rencontrés lors de nos enquêtes, aucun ne se définit comme « agriculteur » ; ils sont au con­traire fiers d’affirmer leur identité de « jardinier » en se démarquant de la figure de l’agriculteur et du mode de production agricole souvent qualifié « d’inten­sif » ou de « productif ». À l’opposé, au jardin et selon l’expression maintes fois entendue, on « prend ce qui vient ». S’il est difficile de mesurer cette rupture au degré de productivité des parcelles et au regard de la diversité des pratiques jardinières, les jardins partagés et de plus en plus les jardins familiaux partagent un rejet de la production agroalimentaire et développent une vision différente de la « belle parcelle » et de la « belle récolte »15. Jusqu’au sein des jardins, ces divergences peuvent se manifester lors des discussions entre jardiniers (garde-t-on tel arbre ou défrichons-nous davan­tage ?) (Chalmandrier, 2016), ou lorsque les pratiques parfois intensives des jardins familiaux sont critiquées par des nouveaux publics.16 Arnaud Frauenfelder et ses co-auteurs (2014) ont analysé les controverses qui ont lieu à Genève entre acteurs traditionnels du jardinage et réformateurs sur les modèles légitimes du jardinage dans ses dimensions esthétiques (nature « spon­tanée »/nature « ordonnée »), sociales, écologiques. Ils ont montré que la disqualification progressive du jardin familial va de pair avec la promotion de nouvelles formes de jardinage (type plantations et jardin partagé).

  • 17 Institut technique de l’horticulture.
  • 18 Même le « guerilla gardening » est souvent cité parmi ces formes d’agriculture urbaine alors qu’il (...)
  • 19 Les techniques liées aux fermes urbaines reproduisent artificiellement les conditions de développem (...)
  • 20 Même si des travaux sont en cours, ce lien est peu documenté par la recherche. Cet angle mort est r (...)

19Pourtant, les effets de mode sont tels aujourd’hui à Paris (ce qui n’est pas le cas dans toutes les autres villes françaises) que le fait de posséder un pot de thym et quelques tomates cerises sur un balcon suffirait selon certains acteurs (entreprise, ingénieries de projets en urbanisme ou en agronomie), à se voir qualifié d’« agriculteur » (Astredhor17, 2016)18. Or, cette orientation s’éloigne du monde des amateurs, propre aux jardiniers collectifs car elle ne correspond pas à la définition que les jardiniers donnent d’eux-mêmes. Ceci peut se traduire par une crise de représentation, certains jardiniers de « base » se sentant mal représentés par les instances dirigeantes d’une fédération de jardiniers qui cherche à profiter du mouvement initié par « l’agriculture urbaine » notamment à des fins politiques (Beauclair, 2015). En parallèle, les pratiques de l’agriculture urbaine high-tech (fermes verti­cales, etc.), portées par des objectifs d’intensification et de rendement19, con­trastent à la fois avec la volonté de « retour à la terre » qu’expriment les jardiniers-amateurs et les différentes normes de la profession agricole. Certains ana­lystes ont déjà attiré l’attention sur l’absence de lien entre ces deux mondes et parfois d’un rejet mutuel (Vidal et Fleury, 2009 ; Salomon Cavin et Ernwein, 2014)20. Ce statut de l’agriculteur urbain apparaît donc peu lisible car il n’y a pas de « métier(s) » identifié(s) et même si cette perspective est en construction – serait-on agriculteur si l’activité productive est faible ? Ou serait-ce une nouvelle forme d’animateur social avec une composante agricole ou horticole ? – et vient questionner le « continuum » annoncé entre jardinier et agriculteur, entre jardin et agriculture urbaine (Consalès, 2016 ; Mundler et al., 2014).

Décalages de terminologie et inégale promotion des formes de cultures et de nature en ville

20Dans le contexte suisse, M. Ernwein et J. Salomon Cavin s’interrogent : « Face à la multitude de formes que prend ce phénomène, peut-on et doit-on toujours parler d’agriculture urbaine ? » (2014, p. 32). Au terme de leur analyse sur les processus d’agrarisation de la ville, ces auteures distinguent clairement « le jardinage urbain [qui] se conjugue bien à la notion de nature en ville » […] et « l’agriculture [qui] demeure associée, dans les repré­sentations comme dans les pratiques, à une activité hors la ville » (p. 38).

21Englober le jardinage urbain dans une seule et même catégorie « agriculture urbaine » soulève des problèmes de définition, de taille, de perception et d’appropriation et répond également à des finalités politiques. Au niveau de la région Île-de-France, les controverses terminologiques tradui­sent ces enjeux. Natureparif, conseillée par l’ingénierie de projets en agriculture urbaine ou en urbanisme, adopte une définition englobante :

Il n’existe pas « une » agriculture urbaine mais « des » agricultures ur­baines. L’emploi du pluriel s’avère ici incontournable dès lors que l’on tente de caractériser ce mouvement […]. De quelques m² sur un balcon à la récupération de friches, du jardin partagé aux terrasses ou façades d’immeubles, la ville offre, en pleine terre ou en hors-sol, un terrain de jeu immense où le moindre interstice peut parfois se relever propice à l’implan­tation d’un potager21.

  • 22 Au moment de l’enquête selon la légende suivante : jardins familiaux, jardins partagés, jardin d’in (...)

22Or, dans le même temps, l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme (IAU) officiant également à l’échelle de la région Île-de-France, propose une grille de lecture très précise sur ces mêmes jardins dénommés jardins collectifs22 sans parler d’« agriculture urbaine ». Récemment, au sein même de ce mouvement, des divergences ont été exprimées publiquement par Antoine Lagneau (2017), coordinateur de l’observatoire régional de l’agriculture urbaine à NaturParif et promoteur d’une agriculture urbaine selon lui porteuse « d’autonomie et d’émancipation » vis-à-vis du « système politico-économique dominant ». Ce dernier a critiqué l’orientation commerciale prise récemment par certains de ces acteurs (ibid.) alors que des start-up en agriculture urbaine fleurissent de toute part.

23Ces débats terminologiques soulignent les concurrences qui peuvent surgir entre ces différentes pratiques selon les choix d’aménagement du territoire, dans un contexte de rareté croissante du foncier. Ainsi a-t-on pu entendre lors d’un entretien avec un responsable de l’aménagement, concernant le territoire de Plaine Commune en Île-de-France :

« Plaine Commune par exemple, nous ce qu’on reprocherait aujourd’hui c’est qu’on peut avoir des communes qui soi-disant sont actives sur l’agriculture urbaine mais qui vont être actives sur jardins partagés/jardins familiaux et ne vont absolument pas préserver leurs espaces agricoles ».

  • 23 Cela a entraîné un conflit d’aménagement avec des riverains et militants qui, pour s’opposer à l’ur (...)

24Cette problématique rejoint l’analyse de Nelly Niwa (2009) qui montre la fragilité du maintien ou du développement des pratiques agricoles professionnelles intra-urbaines à Genève par rapport aux autres formes de nature en ville. À Montpellier, l’étude de Pascale Scheromm et al. (2014) montre que les différentes formes agricoles recensées ont des évolutions contradictoires : la multiplication des surfaces de jardinage collectif se fait en parallèle de la réduction des exploitations agricoles environnantes et d’une difficulté accrue des agriculteurs à pratiquer leur profession en milieu urbain. De même, à Dijon, le rachat de 160 ha de terres à faible valeur agronomique par l’agglomération pour constituer une vitrine politique à la promotion et la préservation de l’agriculture en ville est concomitant de l’urbanisation de 180 ha de terres maraîchères et céréalières pour un projet de zone d’activité économique prévu depuis une dizaine d’années. Or, ces arbitrages fonciers entre jardinage et agriculture peuvent faire l’objet d’une communication indifférenciée – comme si le premier pouvait remplacer la seconde – pour justifier des politiques de densification. À Dijon toujours, pour un projet de requalification de 19,6 ha de friches agricoles et industrielles en écoquartier nommé « l’Écocité Jardin des maraîchers », les orientations initiales inscrites dans le PLU prévoyaient une dimension productive au projet (Dijon, PLU, 2010b, p. 5). Elle s’est finalement traduite par le projet d’installation de jardins familiaux (entre 1 et 2 ha), destiné à rappeler « le passé maraîcher du site ». L’ambiguïté entre les cultures urbaines et maraîchage sert alors de justification à l’idée de ville à la campagne promue par le projet, dont la dimension proprement agricole reste à l’état de discours tout en légitimant l’urbanisation du reste des terres.23

25Ainsi, prendre position pour l’utilisation indifférenciée du terme d’agri­culture pour des pratiques professionnelles comme non profession­nelles (Nahmías et Le Caro, 2012) nous semble problématique car nos terrains nous montrent qu’il est l’un des enjeux principaux des controverses locales, ce que confirment d’ailleurs Yvon le Caro et ses co-auteurs au sujet d’une des publications d’un numéro thématique qu’ils coordonnent. Dans celle-ci, l’analyse des jeux d’acteurs locaux laisse apparaître « une ligne de fracture entre représentations socio-politiques de ce que doit être l’agri­culture, clivage largement transversal aux différents mondes urbains, périurbains, ruraux et agricoles » (Le Caro et al., 2016, p. 11). Or, on l’a vu, au fur et à mesure que les discours sur la ville nourricière se multiplient, les différentes pratiques qui y sont associées le sont de façon inégale (Salomon Cavin et Ernwein, 2014). Cela permet de supposer que la notion d’agricul­ture urbaine et sa promotion participent à la sélection de certains types de public, de production et d’environnement. Nous allons étudier plus précisément, pour finir, l’une des implica­tions importantes des discours de promotion d’une ville nourricière, celle de la qualité du sol urbain comme support potentiel de cultures alimentaires.

Souvent contaminé, le sol urbain peut-il être un sol nourricier ?

26Ce n’est pas seulement en tant que notion que l’« agriculture urbaine » pose problème, mais aussi par le fait que sa promotion par l’ingénierie de projet a des conséquences sur la façon dont est orientée la question des risques liés à la contamination des sols et du milieu urbain (air, eau d’arrosage).

27Ne pourrait-on pas se demander, rejoignant les propos du débat Astredhor (2016), qui condamnaient alors l’absence de prise en compte du « bien habiter » de la part du monde politico-technique qui a construit la ville, s’il n’y a pas également une non prise en compte du « bien se nourrir » ? Il semblerait que ceux qui construisent la ville s’affranchissent souvent de la question de la qualité de ce qui est produit en ville et de la possibilité de manger sainement dans ce milieu (péri)urbain particulier, maintes fois remanié, souvent contaminé (Jean-Soro et al., 2015) et difficile à caractériser (Baize, 2009). Si la question de la qualité d’une « bonne terre » est centrale pour les jardiniers, celle de leur contamination est une question émergente. Certains jardiniers sont demandeurs d’informations et participent d’une expertise profane (Canavese, 2015). Or, la pollution d’un sol n’est pas toujours visible et décelable dans l’environnement ; elle est difficile à mesu­rer à partir d’un simple examen visuel, et faire des analyses en laboratoire coûte cher. Partant, les jardiniers n’ont pas la possibilité de connaître véritablement la qualité du sol. Ils peuvent le qualifier de « sain » ou de « pollué » à tort ou à raison, selon les connaissances vernaculaires qu’ils ont de la terre qu’ils travaillent pour jardiner. Ils suivent en cela d’autres logiques d’action que celles des scientifiques qui ont, certes, des connais­sances, mais encore de nombreuses incertitudes sur la caractérisation de ce sol urbain. De plus, l’accès à l’information n’est pas toujours favorisé par les collec­tivités concernées. Ainsi, lorsqu’ils sont confrontés à la découverte de contaminations des sols, les comportements des jardiniers-amateurs sont très variables : la tendance est de se référer à sa propre pratique construite avec l’expérience et selon des valeurs que chaque utilisateur accorde à la res­source, aux usages qu’il en fait et aux connaissances dont il dispose ou non (Grenet et al., 2016 ; Canavese, 2013, 2015).

  • 24 La traçabilité de ces terres d’apport n’est pas encore bien établie (Daniel, 2014).

28Compte tenu des connaissances très partielles sur le sol (péri)-urbain , ce champ d’expertise est encore aujourd’hui largement inexploré. En parallèle se développe l’ingénie­rie de projet qui se donne pour objectif d’accom­pa­gner les projets d’agri­culture urbaine. Différentes cultures épistémiques (agronomie, géochimie, sciences du sol) et postures d’experts s’expriment alors sur le sol urbain en des termes très différents. En ce sens, à Toronto (souvent citée par les entrepreneurs), l’idée est de favoriser le jardinage « en toutes circonstances » alors que la philosophie d’action de Paris par exemple est de ne pas « cultiver dans le sol en place » (Branchu, 2015). Toujours à Paris, le « sol urbain » cultivé est constitué à partir des terres de la péri­phérie24 transportées dans l’intra-urbain ou sur des substrats artificialisés posant, en cela, la question de la qualité, de la traçabilité et de la durabilité de ces supports au risque d’importer dans l’intra-urbain d’autres pollutions (Canolle, 2016). Ne faudrait-il pas se donner le temps de l’expérimentation scientifique avant d’envisager de développer des dispositifs sur lesquels on ne dispose ni des connaissances ni du recul nécessaires compte tenu de l'extrême hétérogénéité du sol et des contaminations urbaines qu'il a pu subir au cours du temps ?

29Si l’on ne peut assurer l’indépendance des experts, entendue comme activité épurée de toute conviction, l’exemple de comités d’experts comme celui du Groupe Radioécologie du Nord Cotentin (Estades & Rémy, 2003) montre que l’objectif est de viser « l’objectivité de l’expertise ». En situation d’incer­titude, la constitution d’une expertise, détachée des aspirations mili­tantes, ne peut devenir crédible que si elle repose sur un message pluraliste (associant sciences biotechniques et sociales, experts techniques, jardiniers, gestionnaires, représentants de l’État, collectivités, etc.) qui incite à la vigilance quant aux effets des contaminations urbaines (sol, air, eau d’arro­sage) sur les cultures envisagées. Dans le même ordre d’idées, l’éten­due des risques à prendre en considération fait débat. Par exemple, la valorisation du compost à partir de déchets urbains est mise en avant au nom des circuits courts et de la ville durable. Cependant, des analyses ont montré que ces composts urbains peuvent être contaminés (Yuksel, 2015) remettant en question la dynamique supposée toujours vertueuse de l’économie circulaire.

  • 25 Selon la nature et les concentrations des polluants, des solutions sont envisageables pour le jardi (...)

30Les « effets boomerang » (Beck, 2001) d’une pratique ou d’une technique encore peu suivies aujourd’hui pourraient se révéler problématiques demain. Tous ces processus technologiques sont-ils bien maîtrisés ? Jusqu’où aller dans l’artificialisation du vivant ? Et pour quelle qualité gustative et nutri­tionnelle des produits ? Face à ces risques de contamination, les décisions ne sont pas basées uniquement sur la connaissance fine du sol mais toujours simultanément sur l’exposition aux risques : nature de la menace (et controverses sur sa mesure), de son ampleur, des personnes touchées, des conséquences à moyen ou long terme, des mesures à prendre, des respon­sables, mêlant ainsi connaissances expertes et contingences politiques et socio-économiques (Rémy et al., 2015). Tout ceci implique que l’on n’est jamais dans la science « pure » mais déjà dans l’hybridation avec du politi­que, de l’économique (quel est le coût de telle ou telle mesure de dépollution ou de gestion in situ25 ?) et de l’éthique (est-il acceptable de faire courir tel risque à une population – parfois défavorisée – compte tenu de toutes les incertitudes en termes d’évaluation des risques (Douay, 2016) ?).

Conclusion 

31À l’issue de ce travail, les nombreuses variations observées dans les rapports à la production végétale et le rôle attribué au sol urbain ont montré l’écart entre les formes de jardinage, de nature en ville et d’agriculture urbaine. L’analyse de l’organisation institutionnelle de la ville de Dijon a permis d’observer la persistance de cette rupture et les enjeux sous-jacents à son évolution. Nous décelons ainsi deux enjeux transversaux : la question de l’usage des sols induit une hiérarchisation des pratiques soutenues en fonction des objectifs politiques qui, dans un contexte de rareté croissante du foncier, peut être source de concurrences entre les différentes formes de cultures regroupées ou non sous le terme d’agriculture urbaine. D’autre part, la qualité des sols urbains et leur éventuelle multi-contamination viennent questionner les rapports au sol urbain en tant que sol nourricier. Les discours municipaux et les plans de communication des entrepreneurs peuvent entre­tenir la confusion entre ces différents rapports à la culture ou à la végétalisa­tion du sol urbain. Malgré les effets d’annonce, l’aspect multi­forme de ces différentes formes de cultures traduit la difficulté d’accoler deux termes qui ne semblent pas aujourd’hui fédérer les acteurs concernés.

32Complexe, la qualification « d’agriculture urbaine » apparaît alors également comme un modèle d’action que certains acteurs cherchent à faire advenir, à l’instar du monde académique qui, à l’interface entre science et société, façonne parfois son objet autant qu’il l’analyse comme l’a signalé récem­ment Cécile Blatrix, au sujet de la « participation » :

C’est ainsi l’action d’un ensemble de réseaux de citoyenneté active qui par son action donne une cohérence à des initiatives hétérogènes, en gommant par un travail de traduction leurs conditions d’apparition et les intérêts variés qu’elles servent, et qui aboutit à la solidification de la notion de démocratie participative. Aujourd’hui, ce sont les « sciences de la partici­pation » qui assurent largement ce travail de mise en rapport, de to­talisa­tion et de définition/délimitation des objets et des cadres théoriques légitimes. La recherche contribue de façon active et tangible, bien que souvent déniée, à dessiner les contours et contenus du paysage participatif français et également à en surestimer l’importance sociale (Blatrix, 2012, p. 74).

33À l’image du phénomène décrit par l’auteure, on peut faire le postulat, à approfondir, que les débats autour de l’inclusion de telle pratique ou de tel acteur pour délimiter la notion « d’agriculture urbaine » sont révélateurs de leur position et du rôle qu’ils s’attribuent (ou non) par rapport à l’orientation de l’action, comme l’a montré Jean-Baptiste Paranthoën (2015) à propos de la promotion des circuits courts par les chercheurs eux-mêmes. Les connais­sances produites peuvent être étudiées comme autant de ressources sélectives mobilisées pour promouvoir une certaine vision de l’agriculture urbaine et on mesure alors l’importance de questionner les pratiques des experts alors que l’agriculture urbaine devient un outil de l’aménagement urbain, action éminemment politique.

  • 26 Notion de prises empruntée à C. Bessy et F. Chateauraynaud, (1995) au sens symétrique de « donner p (...)

34Le jardinage urbain est un terrain propice pour entrer en « démo­cratie technique » (Callon et al., 2001) : il constitue la seule « prise »26 pour le citadin de s’emparer de la question de la qualité du sol. Puisque certains jardiniers sont prêts à discuter avec les experts, le sol urbain commence à être l’objet d’un questionnement et d’une mise en commun de solutions possibles (Donadieu et al., 2016) pour la sécurité sanitaire.

35Un sol sain pour une nourriture et une vie saines est encore un horizon à co-construire avec les acteurs concernés (scientifiques en sciences biotech­niques et sociales, experts techniques, habitants-jardiniers, associations, gestionnaires, pouvoirs publics, organismes de dépollution, etc.). Pour accorder une place à part entière à une parole citoyenne sur la qualité des sols urbains, il nous semble nécessaire de débattre avec les personnes concernées sur les certitudes ou incertitudes dont disposent les experts. Il s’agit non seulement de définir l’usage collégialement et a posteriori, une fois connue la qualité du sol et du milieu urbain pressenti, mais aussi de rendre intelligible les intentions, les valeurs et les choix de société (Coutellec, 2015) que sous-tendent les différentes expertises en présence (Rémy et al., 2017) .

Haut de page

Bibliographie

ASTREDHOR, 2016, Horticulteurs, pépiniéristes, paysagistes : des spécialistes au cœur de l’agriculture urbaine, Journées d’Astredhor, Synthèse des débats, Paris, 20‑21 janvier.

AUBRY Christine, CONSALES Jean-Noël 2014, « L’agriculture urbaine en question : épiphénomène ou révolution lente ? Dialogue entre Christine Aubry et Jean-Noël Consalès », Espaces et sociétés, vol. 3, n° 158, p. 119-131.

BAIZE Denis, 2009, « Éléments traces dans les sols. Fonds géochimiques, fonds pédogéochimiques naturels et teneurs agrocoles habituelles : définitions et utilités », Courrier de l’environnement de l’INRA, n° 57.

BARRAULT Julia, 2012, Les pratiques de jardinage face aux risques environnementaux et sanitaires des pesticides. Les approches différenciées de la France et du Québec, thèse de doctorat sociologie, Toulouse, Montréal, Université Toulouse le Mirail, Université du Québec.

BEAUCLAIR Malvina, 2015, Changement de gouvernance en milieu associatif : la place de la démocratie et de la représentativité au sein d’une institution séculaire. Entre théorie et pratique, mémoire de master Professionnel GREEN, Caen, Université de Caen Basse-Normandie.

BECK Ulrich, 2001, La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier.

BESSY Christian, CHATEAURAYNAUD Francis, 1995, Experts et faussaires. Pour une sociologie de la perception, Paris, Métaillé.

BLATRIX Cécile, 2012, « Des sciences de la participation : paysage participatif et marché des biens savants en France », Quaderni, n° 79, p. 59-80.

BOURG Dominique, PAPAUX Alain (dir.), 2015, Dictionnaire de la pensée écologique, Paris, PUF.

BRANCHU Philippe, 2015, « Comparaison des modèles de Toronto et Paris », Groupe de travail sur l’évaluation des risques liés aux jardins collectifs urbains.

CALLON Michel, BARTHE Yannick, LASCOUMES Pierre, 2001, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil.

CANAVESE Marine, 2013, Jardins associatifs urbains sur sites et sols pollués : quelle gouvernance en Île-de-France ?, Lyon, Université Lyon 2, CEREMA.

CANAVESE Marine, 2015, Jardinage urbain sur sites et sols pollués : étude sociologique des mécanismes de réaction des jardiniers face à la découverte de la pollution et à ses propositions de gestion, Nantes, commande de l’IFFSTAR, projet de recherche JASSUR.

CANOLLE Élise, 2016, Aménagement des espaces verts parisiens : évolution des mesures de caractérisation des sols et de leur qualité, mémoire Master 2 Sciences de l’Univers, de l’Environnement et de l’Écologie, Paris, université Pierre et Marie Curie.

CHALMANDRIER Maud, 2016, Le renouvellement urbain conflictuel d’une ancienne zone maraîchère à urbaniser (Dijon) : étude d’une controverse sur l’aménagement et le développement durables des villes, mémoire Master 2, Paris, EHESS.

CLÉMENT Gilles, 1991, Le jardin en mouvement, Paris, Pandora.

CONSALES Jean-Noël, 2016, « Jassur, jardins associatifs urbains et villes durables : pratiques, fonctions et risques », in Horticulteurs, pépiniéristes, paysagis­tes : des spécialistes au cœur de l’agriculture urbaine, Journées d’Astredhor, Synthèse des débats, p. 41-43.

COUTELLEC Léo, 2015, La science au pluriel. Essai d’épistémologie pour des sciences impliquées, Versailles, Éditions Quae.

DA CUNHA Antonio, 2009, « Introduction : urbanisme végétal et agriurbanisme. La ville entre artifice et nature », Urbia, n° 8, p. 1-20.

DANIEL Anne-Cécile, 2014, Les terres végétales en Île-de-France, rapport projet ANR-JASSUR.

DIJON, 2010a, Plan Local d’Urbanisme, Rapport de présentation : diagnostic communal et état de l’environnement.

DIJON, 2010b, Plan Local d’Urbanisme, orientations particulières d’aména­gement : Grand Sud Est.

DONADIEU Pierre, RÉMY Élisabeth, GIRARD Michel-Claude, 2016, « Les sols peuvent-ils devenir des biens communs ? », Natures Sciences Sociétés, vol. 24, n° 3, p. 261-269.

DOUAY Francis, ROUSSEL Hélène, PRUVOT Christelle, WATERLOT Christophe, 2008, « Impact of a smelter closedown on metal contents of wheat cultivated in the neighbourhood », Environmental, Science and Pollution Research, n° 15, p. 162-169.

DOUAY Francis, 2016, Contribution du groupe de travail « Évaluation et gestion des risques » en lien avec le jardinage et la consommation de fruits et légumes autoproduits, rapport projet ANR-JASSUR.

DUCHEMIN Éric (éd.), 2013, Agriculture urbaine : aménager et nourrir la ville, Montréal, Les éditions en environnement VertigO.

ERNWEIN Marion, SALOMON-CAVIN Joëlle, 2014, « Au-delà de l’agrarisation de la ville : l’agriculture peut-elle être un outil d’aménagement urbain ? Discussion à partir de l’exemple genevois », Géocarrefour, vol. 89, n° 1-2, p. 31-40.

ESTADES Jacqueline, RÉMY Élisabeth, 2003, L’expertise en pratique. Les risques liés à la vache folle et aux rayonnements ionisants, Paris, L’Harmattan.

FLEURY André, DONADIEU Pierre, 1997, « De l’agriculture périurbaine à l’agricul­ture urbaine », Le courrier de l’environnement de L’INRA, Versailles, n° 31, p. 45-61.

FRAUENFELDER Arnaud, DELAY Christophe, SCALAMBRIN Laure, 2014, « Potagers urbains vs jardins familiaux ? Réforme urbaine et controverses autour du beau jardin et son usage légitime », Espaces et sociétés, vol. 3, n° 158, p. 67-81.

GAZETTE INFO, 2015, « Avec Urbanleaf, l’agriculture urbaine débarque à Dijon », 26 janvier, Gazetteinfo.fr, URL inactif.

GRANDCHAMP FLORENTINO Laurence, 2012, « Définir les contours de l’agriculture urbaine et sa contribution à l’émergence de la ville durable », Revue des sciences sociales, n° 47, p. 142-152.

GRAND DIJON, 2015, Ville de Dijon, jardins partagés, jardins familiaux, fiches descriptives par quartier, pôle éco-urbanisme et aménagement urbain du Grand Dijon.

GRENET Marie, RÉMY Élisabeth, CANAVESE Marine, BERTHIER Nathalie, 2016, « Des jardiniers à l’épreuve du sol urbain, L’exemple de jardins collectifs en France », Projets de paysage.

GUYON Frédérick, 2008, « Les jardins familiaux aujourd’hui : des espaces socialement modulés », Espaces et sociétés, vol. 3, n° 134, p. 131-147.

IMHOFF Marc L., BOUNOUA Lahouari, DEFRIES Ruth, LAWRENCE William T., STUTZER David, TUCKER Compton J., RICKETTS Taylor, 2004, « The consequences of urban land transformation on net primary productivity in the United States », Remote Sensing of Environment, n° 89, p. 434‑443.

JAROSZ Lucy, 2008, « The city in the country: Growing alternative food networks in Metropolitan areas », Journal of Rural Studies, n° 24, p. 231‑244.

JEAN-SORO Liliane, LE GUERN Cécile, BECHET Béatrice, LEBEAU Thierry, RINGEARD Marie-Françoise, 2015, « Origin of trace elements in an urban garden in Nantes, France », Journal of Soils Sediment, n° 15, p. 1802-1812.

LAGNEAU Antoine, 2017, « L’agriculture doit rester un bien commun pas une activité commerciale », Reporterre, 22 janvier, consulté le 04-04-17. <https://reporterre.net/L-agriculture-urbaine-doit-rester-un-bien-commun-pas-une-activite-commerciale>

Le CARO Yvon, JOUSSEAUME Valérie, POULOT Monique, ROUGET Nicolas, 2016, « Agricultures et villes : des articulations renouvelées », Annales de géographie, n° 6, p. 5-15.

MOUSTIER Paule, FALL Abdou, 2004, « Les dynamiques de l’agriculture urbaine : caractérisation et évaluation », in N. Smith, B. Olanrewaju, P. Moustier, L. J.-A. Mougeot, A. Fall (eds.), Développement durable de l’agriculture urbaine en Afrique francophone : enjeux, concepts et méthodes, Montpellier, CIRAD, p. 23-43.

MUNDLER Patrick, CONSALES Jean-Noël, MELIN Gil, POUVESLE Cyril, VANDENBROUCKE Perrine, 2014, « Tous agriculteurs ? L’agriculture urbaine et ses frontières », Géocarrefour, vol. 89, n° 1-2, p. 53-63.

NAHMÍAS Paula, LE CARO Yvon, 2012, « Pour une définition de l’agriculture urbaine : réciprocité fonctionnelle et diversité des formes spatiales », Environnement urbain/Urban Environment, vol. 6, p. 1-16.

NIWA Nelly, 2009, « La nature en ville peut-elle être agricole ? De la Suisse au Japon », Urbia, n° 8, p. 103-126.

PARANTHOEN Jean-Baptiste, 2015, « L’incursion des scientifiques dans l’organisation des marchés agricoles. La promotion des circuits courts », Politix, n° 111, p. 119-140.

POULOT Monique, 2015, « Être ou ne pas être rural... Ou quand le rural se décline en ville comme à la campagne », Pour, vol. 4, n° 228, p. 69-76.

POURIAS Jeanne, 2014, Production alimentaire et pratiques culturales en agriculture urbaine. Analyse agronomique de la fonction alimentaire des jardins associatifs urbains à Paris et Montréal, thèse de doctorat, Paris, Agroparistech, Montréal, Université du Québec.

RÉMY Élisabeth, DOUAY Francis, CANAVESE Marine, LEBEAU Thierry, BERTHIER Nathalie, BRANCHU Philippe, PINTE Emilie, 2015, Jardins collectifs urbains et contaminations des sols : quels enjeux en termes d’évaluation et de gestion des risques ?, TOPIA-ENSP.

RÉMY Elisabeth, BRANCHU Philippe, CANAVESE Marine, BERTHIER Nathalie, 2017, « Les risques sanitaires liés aux jardins collectifs : l’expertise sur le sol urbain en débat », Lien Social et Politiques, n° 78, p. 49-69. <http://id.erudit.org/iderudit/1039338ar>

SALOMON CAVIN Joëlle, ERNWEIN Marion, 2014, « La ville fertile. Un mythe fondateur pour l’agriculture urbaine à Genève », in P. DONADIEU (dir.), L’agriurbanisation. Rêves ou réalités ?, Paris, Editopics, p. 18-35.

SCHEROMM Pascale, PERRIN Coline, SOULARD Christophe, 2014, « Cultiver en ville... Cultiver la ville ? L’agriculture urbaine à Montpellier », Espaces et sociétés, vol. 3, n° 158, p. 49-66.

SCoT, 2014, Quelle consommation foncière sur le territoire du SCoT du Dijonnais ?

SMIT Jac, NASR Joe, RATTA Anna, 2001, Urban agriculture: food jobs and sustainable cities, The Urban Agriculture Network, Inc.

TORRE André, 2013, « Natures urbaines : l’agriculture au cœur des métropoles ? », Demeter, p. 271-292.

WEBER Florence, 1998, L’honneur des jardiniers : les potagers dans la France du XXe siècle, Paris, Belin.

YUKSEL Orhan, 2015, « Influence of municipal solid waste compost application on heavy metal content in soil », Environmental Monitoring and Assessment [en ligne].

Haut de page

Notes

1 Le projet Jassur (Jardins Associatifs Urbains : pratiques, fonctions, risques) a été retenu par l’ANR Villes et bâtiments durables (2013-2016) et soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche.

2 L’analyse de l’inscription territoriale de l’agriculture et du jardinage collectif à Dijon offre un exemple original et différent de celui des grandes villes françaises plus étudiées (comme Paris ou Lyon). Il ne s’agit pas de restituer ici une étude détaillée mais d’ouvrir la discussion à l’appui de cet exemple et du corpus cité plus haut.

3 La commune de Dijon compte environ 152 000 habitants en 2012 et le Grand Dijon, encore communauté d’agglomération en 2014 regroupe 252 100 habitants (recensements INSEE).

4 En 2010, 38 % de la surface de l’agglomération est agricole (SCoT, 2014, p. 19) et, sur le territoire communal, d’après le zonage foncier, 24,5 % du territoire est classé agricole ou naturel (592 ha de ZA et 423 ha de ZN).

5 Au sein des zones classées urbanisées en 2015, il y a 820 ha d’espaces verts (http://www.ma-nature.dijon.fr, consulté le 1/08/2016) et 16,6 ha de jardins collectifs (ainsi que 3,4 ha en projet) (Grand Dijon, 2015).

6 Le choix de cet établissement public déjà en place est motivé par ses compétences en matière de connaissance et de documentation du vivant (expertises déjà existantes en écolo­gie, botanique)… ainsi que sur ses missions de sensibilisation du public et d’éducation à l’environnement.

7 Ils réunissent l’élue déléguée à l’écologie urbaine (principale concernée), ainsi que ceux délégués à l’environnement, à l’éducation, à la culture et à l’urbanisme.

8 On mesure la différence avec des villes comme Paris qui dispose de la division « Impacts Santé-Environnement » et du pôle « Pollution des sols et installations classées » ayant pour objectif de sécuriser le jardinage urbain. De plus, si une ville comme Lille dispose d’un service « risques urbains », Nantes n’en possède pas. Enfin, les politiques de communication de chacune de ces villes en termes de risques sont radicalement différentes (voir Canavese et al., 2015).

9 Ce choix n’est pas étranger à l’inscription récente des vignobles dijonnais au patrimoine mondial de l’Unesco et au projet de cité internationale de la gastronomie, l’ensemble participant à donner de Dijon une image de ville viticole, gastronomique et de terroir, sur laquelle elle base le renforcement de son attractivité.

10 L’aquaponie est une forme de culture hors sol qui associe culture de végétaux et élevage de poissons par le système d’échanges suivant : la matière organique produite par les poissons permet d’apporter les nutriments nécessaires au développement des plantes.

11 On a vu pour le domaine de la Cras à Dijon la collaboration inédite et singulière entre la chambre d’agriculture, acteur agricole, et le Jardin des Sciences en vue de promouvoir « la biodiversité cultivée », programme jusqu’alors seulement associé aux jardins partagés.

12 Il est interdit de commercialiser les produits des jardins familiaux même si quelques rares pratiques existent (revente à des restaurateurs, à des agriculteurs bios vendant sur les marchés), ce qui pose la question de la qualité et de la traçabilité de ces légumes.

13 Association des Jardins Ouverts et Néanmoins Clôturés (voir Canavese, 2015).

14 Pour des raisons de confidentialité sur un sujet sensible (pollutions urbaines) les noms des jardins ont été anonymisés.

15 Même si on n’oublie pas que le jardin est un lieu de forçage avec des techniques de contrôle de son environnement, comme une pratique culturale parfois riche en intrants de synthèse (Barrault, 2012).

16 Bien que leur forme soit historiquement vivrière et d’origine rurale (Weber, 1998), les pratiques des jardins ouvriers puis familiaux tendent à évoluer au fur et à mesure que les besoins et les profils socio-économiques des jardiniers se transforment (Guyon, 2008). La dimension productive devient secondaire (Frauenfelder et al., 2014) : à Paris, elle est aujourd’hui très variable d’un jardin collectif à l’autre, et d’une parcelle à l’autre au sein d’un même jardin familial (Pourias, 2014), mais reste généralement plus faible pour les jardins partagés.

17 Institut technique de l’horticulture.

18 Même le « guerilla gardening » est souvent cité parmi ces formes d’agriculture urbaine alors qu’il est avant tout un engagement militant de revendication de l’espace public : il vise le fleurissement de la ville par des plantes résistantes et adaptées au milieu urbain en s’affranchissant de l’entretien régulier que suppose le jardinage.

19 Les techniques liées aux fermes urbaines reproduisent artificiellement les conditions de développement des plantes (sol, lumière, température, nutriments), et peuvent aller pour les prototypes les plus extrêmes jusqu’à robotiser totalement les modes de production; certaines initiatives visent à s’affranchir de la nature et du métier d’agriculteur, soulevant la question de l'artificialisation accrue du vivant, comme le relève ce reportage d’Arte : https://info.arte.tv/fr/la-controverse-de-la-semaine-agriculture-urbaine

20 Même si des travaux sont en cours, ce lien est peu documenté par la recherche. Cet angle mort est révélateur de la prise en compte asymétrique des logiques d’acteurs dans l’étude et le façonnement de la notion d’agriculture urbaine.

21 http://www.natureparif.fr/

22 Au moment de l’enquête selon la légende suivante : jardins familiaux, jardins partagés, jardin d’insertion, jardin thérapeutique, autre (jardin militant) et jardins non identifiés (IAU, 2016).

23 Cela a entraîné un conflit d’aménagement avec des riverains et militants qui, pour s’opposer à l’urbanisation du site, le squattent et expérimentent depuis sept ans différentes formes de cultures sur plus de 6 ha (jardinage totalement collectif, jardinage individuel, « maraîchage » informel avec marché à prix libre), formant « le quartier des Lentillères » (Chalmandrier, 2016). Le maintien de ces associations singulières s’appuie sur l’autogestion et une assise spatiale forte.

24 La traçabilité de ces terres d’apport n’est pas encore bien établie (Daniel, 2014).

25 Selon la nature et les concentrations des polluants, des solutions sont envisageables pour le jardinage urbain (phytoextraction, phytostabilisation, etc.). Mais on manque encore de retours d’expériences sur ces modalités d’adaptations qui restent à étudier au cas par cas avec les gestionnaires et les jardiniers concernés – travaux en cours. La mise en politique de la qualité du sol urbain est en train d’émerger.

26 Notion de prises empruntée à C. Bessy et F. Chateauraynaud, (1995) au sens symétrique de « donner prise à » et « d’avoir prise sur ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maud Chalmandrier, Marine Canavese, Yves Petit‑Berghem et Élisabeth Rémy, « « L’agriculture urbaine », entre concept scientifique et modèle d’action », Géographie et cultures, 101 | 2017, 119-138.

Référence électronique

Maud Chalmandrier, Marine Canavese, Yves Petit‑Berghem et Élisabeth Rémy, « « L’agriculture urbaine », entre concept scientifique et modèle d’action », Géographie et cultures [En ligne], 101 | 2017, mis en ligne le 17 juillet 2018, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gc/5052 ; DOI : 10.4000/gc.5052

Haut de page

Auteurs

Maud Chalmandrier

EHESS
maud.chalmandrier@gmail.com

Marine Canavese

Université Lumière Lyon 2
Centre Max Weber UMR 5283
Équipe Politiques de la Connaissance
m.canavese@yahoo.fr

Yves Petit‑Berghem

École Nationale Supérieure de Paysage (ENSP)
Laboratoire de recherche en projet de paysage (LAREP)
y.petitberghem@ecole-paysage.fr

Élisabeth Rémy

Inra UMR SAD-APT– AgroParisTech
elisabeth.remy@agroparistech.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals