Navigation – Plan du site
Lectures

Chroniques de la Mer Noire

Paul Claval
p. 141-142
Référence(s) :

Neal Ascherson, 2016, Chroniques de la Mer Noire. Berceau de la civilisation et de la Barbarie. De Périclès à Poutine, Paris, de Fallois, 299 p. Éd. or. ang., Londres, Random House, 1995, éd. révisée, Vintage, 2015.

Texte intégral

1Voici la traduction tardive d’un livre inclassable, mais qui fournit une foule d’informations à ceux qui sont curieux de la mer Noire et des pays qui l’entourent, comme à ceux qui s’intéressent aux peuples, à leurs cultures et aux rapports de la civilisation et de la barbarie.

2Neal Ascherson est archéologue et anglais ; il a fouillé ou visité tous les chantiers de fouille de la Crimée et des littoraux de la mer Noire en Ukraine, en Russie, en Abkhazie, en Géorgie et en Turquie. Ce dont parlent les ruines qu’il évoque ainsi, ce sont des sites et des villes à la jointure de deux mondes : le monde des immenses steppes eurasiatiques qui viennent ici border la mer et celui des villes créées pour tirer parti du poisson, du blé, des fourrures, des esclaves ou des produits provenant d’Asie centrale ou de plus loin et que l’on peut y acheter. C’est une histoire qui commence avec les colonies grecques du Pont, se renouvelle au Moyen Âge avec les comptoirs génois ou vénitiens de la Tana ou de Tanaïs, puis rebondit à l’époque moderne, entre commerçants venus d’Angleterre ou de France, Cosaques et Russes. C’est l’histoire renouvelée du contact des sédentaires urbanisés et des nomades – des civilisés et des barbares, disent les premiers. Et c’est ce qui fait tout l’intérêt de l’ouvrage.

  • 1 Hall Edith, 1989, Inventing the Barbarian. Greek self-definition through tragedy, Oxford, Clarendon (...)
  • 2 Randsborg Klavs, 1992, “Barbarians, classical Antiquity and the rise of Western Europe”, Past and P (...)

3Ascherson traite de ce thème sur le ton de la conversation, mêlant récits de voyages, rencontres, évocations historiques et actualité. La construction défie la logique, mais elle est faite avec art et permet à ce fils d’officier de l’armée du Tsar d’évoquer des problèmes qui lui tiennent à cœur parce qu’ils tou­chent sa propre histoire. Il le fait comme quelqu’un qui parle la plupart des langues de la région, a beaucoup de sympathie pour la bigarrure ethnique et linguistique qui a été longtemps le trait le plus marquant de ces espaces, et s’étonne des jugements portés par ceux qui ne les connaissent que de loin, par ouï-dire. Trois lectures en ont été proposées : (i) le schéma civilisation au centre et barbarie à la périphérie qu’on peut lire en filigrane derrière les Scythes d’Hérodote et que formalisent la Persée d’Eschyle ou la Médée d’Euripide (Edith Hall s’en est faite la théoricienne dans Inventing the Barba­rian1) ; le schéma qui conteste la supériorité du centre et vante l’authen­ticité et l’ouverture des périphéries, et (iii) l’interprétation de l’archéo­lo­gue danois Klavs Randsborg2, pour qui l’économie des centres, destructrice des milieux où elle est née, ne peut survivre qu’en conquérant pour s’en nourrir (et les détruire à leur tour) les espaces encore en équilibre de la périphérie : l’idéo­logie de la supériorité n’y est qu’un masque à l’exploitation des périphéries.

4Ascherson approfondit aussi la réflexion de Benedict Anderson sur la création des nations par l’imaginaire des élites au XVIIIe et XIXe siècle en se demandant ce qui arrive à des peuples qui ont longtemps vécu paisiblement noyés dans des groupes qui leur étaient étrangers en refusant de se pencher sur leur passé et en se contentant de pratiquer leurs langues et leurs coutumes entre eux. C’est l’exemple des Lazes de Turquie, pour lesquels un chercheur allemand lointain émule de Herder a récemment inventé un alphabet et une langue écrite, ce qui commence à susciter la prise de conscience d’une identité propre…

5Un livre dont la légèreté de ton ne doit pas faire oublier le sérieux, l’immense érudition et la réflexion fondamentale sur ce qu’est la culture.

Haut de page

Notes

1 Hall Edith, 1989, Inventing the Barbarian. Greek self-definition through tragedy, Oxford, Clarendon Press.

2 Randsborg Klavs, 1992, “Barbarians, classical Antiquity and the rise of Western Europe”, Past and Present, n° 137, p. 8‑24.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Claval, « Chroniques de la Mer Noire », Géographie et cultures, 101 | 2017, 141-142.

Référence électronique

Paul Claval, « Chroniques de la Mer Noire », Géographie et cultures [En ligne], 101 | 2017, mis en ligne le 17 juillet 2018, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gc/5141

Haut de page

Auteur

Paul Claval

Université Paris Sorbonne
p.claval@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals