Navigation – Plan du site

Une tour d’habitat populaire, trois représentations contrastées

La tour Plein-ciel à Saint-Étienne (France)
One working-class residential tower, three contrasted representations: the Plein-ciel tower in Saint-Étienne (France)
Rachid Kaddour
p. 63-82

Résumés

En France, malgré des projets de bureaux à Paris ou Lyon, l’image de la tour est encore largement associée au logement populaire et social, du fait de la forte présence de ce type d’édifice dans les grands ensembles. Or, ce type de tour occupe plutôt l’actualité du fait de la démolition, encouragée depuis 2003 par l’Agence nationale pour la rénovation urbaine dans les Zones urbaines sensibles. Toutefois, l’image négative des « banlieues » et de leurs difficultés est-elle la seule à associer aux tours d’habitat populaire des grands ensembles ? Ne tend-elle pas à laisser dans l’ombre d’autres représentations ? Le cas de la tour Plein-ciel à Saint-Étienne, édifice construit en 1972, démoli en 2011, emblématique des grands ensembles stéphanois et occupant une place particulière dans le paysage de la ville, est sur ce point riche d’informations. Une chronique de cette tour est réalisée à partir de la constitution et de l’analyse d’un corpus d’une dizaine d’images artistiques (photographie, film, graphisme), complétées par une recherche docu­mentaire et des entretiens. Cette chronique met en lumière un système de représentations complexe : durant quatre décennies, la tour est perçue comme un symbole de modernité, l’emblème d’un grand ensemble en déclin et un monument dans le paysage de la ville. Les deux dernières représentations, l’une stigmatisante, l’autre valorisante, coexistent même durant les dernières années de l’édifice.

Haut de page

Texte intégral

1La tour est l’une des formes architecturales les plus connues de la ville verticale. Si des projets de tours de bureau voient aujourd’hui le jour à Paris ou Lyon, l’image de la tour reste malgré tout, en France, encore largement associée au logement populaire et social, du fait d’expériences pionnières à Drancy ou Villeurbanne (années 1930), ou de la forte présence de tours dans les grands ensembles (années 1950-70).

2Or, depuis un peu plus d’une décennie, c’est plutôt majoritairement du fait de la démolition que ce type de tour est présent dans les médias français. Il est vrai que, à partir de 2003, l’ANRU incite en effet les propriétaires et bailleurs sociaux à remodeler lourdement les Zones Urbaines Sensibles, en traitant prioritairement les barres et tours les plus imposantes. Mais y a-t-il pour autant, aujourd’hui en France, appréciation négative et condamnation exclusives et unanimes des tours d’habitat populaire ?

3La tour Plein-ciel (1972) à Saint-Étienne permet de discuter et nuancer cette vision. Il s’agit d’une tour certes elle-même démolie en 2011, mais seule­ment après un référendum mis en œuvre en 2010 à la suite de manifestations d’opposition à une première annonce de démolition (2003). Ce référendum proposait pour seconde option, à côté de la démolition, la conservation de la tour au nom du patrimoine. Entre démolition immédiate et transmission aux générations futures, l’écart est grand et transcrit des positions opposées, tout à fait visibles dans l’attitude de la foule au moment du foudroyage (figure 1) : celle-ci est partagée entre applaudissements et pleurs, joie et doutes (voire regrets). L’enjeu se dessine ainsi, à travers ce cas stéphanois, d’expliciter la complexité de représentations dont des tours d’habitat popu­laire peuvent faire l’objet. Quelles sont plus précisément les représentations ayant pu être associées à cette tour Plein-ciel au long de son histoire, et suivant quelles conditions et modalités particulières se sont-elles cons­truites ?

Figure 1 – La foule assiste à la démolition de la tour Plein-ciel (Saint-Étienne)

Ville de Saint-Étienne, Pierre Grasset, 2011.

4La volonté de donner une épaisseur historique à la réflexion, comme le fait que la tour Plein-ciel soit démolie depuis plus de cinq ans, a orienté le recueil d’informations vers une recherche de documents d’archive. Les deux premiers éléments trouvés ont été des photographies : l’une très lumi­neuse d’une maquette promotionnelle de la tour et du grand ensemble de Montreynaud qui l’accueille (figure 2), l’autre bien plus sombre de la tour déshabillée et en attente de démolition (figure 4). Le contraste fort entre ces deux clichés a suscité une intuition : les représentations mentales et sociales de la tour peuvent ici être saisies à travers des représentations matérielles qu’en ont fait des artistes.

5Cette intuition demande toutefois à être consolidée, en procédant d’abord à quelques définitions. Les représentations mentales sont ici entendues au sens donné par Jean-Paul Guérin de « créations sociales ou individuelles de schémas pertinents du réel » (André et al., 1989, p. 4). Pour Yves Le Lay, elles désignent des « ensembles structurés, fonctionnels et évolutifs didées, de croyances, dopinions à l’égard dun objet ou dune situation », et « toute représentation est individuelle et sociale ; elle est engagée dans un contexte de production. La représentation dite individuelle est tributaire des interac­tions sociales et la représentation sociale sincarne dans les individus » (Le Lay, 2016).

6Les représentations matérielles, quant à elles, « stabilisent des idées dans le monde concret des objets » (Le Lay, 2016). Pour ces dernières, le choix fait ici de ne se concentrer que sur des productions artistiques repose sur le postulat que l’artiste, doté de certaines connaissances géographiques, est porteur d’un regard certes singulier mais étroitement lié aux réalités et repré­sen­tations mentales et sociales de son époque. L’exemple de la photo­graphie, très présente dans le corpus de représentations matérielles constitué, peut être développé. Elle est en effet le produit d’un regard parce que le photographe opère des choix qui lui sont propres et rendent son travail unique : sélection d’une orientation particulière, délimitation d’un cadre avec plus ou moins d’arrière-plan, fixation d’un moment précis de prise de vue, etc. Mais si ces choix sont faits en fonction du projet du photographe, ils dépendent aussi de ses références. Et, ici, « le processus de création et de production artistique sinscrit toujours dans un contexte social, culturel, politique et économique. Dautre part, il est le reflet de systèmes de valeurs, de référents ainsi que de modes de vie, de pensée, daction et de représenta­tion propres à une société donnée à un moment donné » (Grésillon, 2008). Armand Frémont aborde cela lorsqu’il écrit : « la géographie rejoint la création artistique sur quelques grands thèmes de portée universelle : le paysage, la ville, la nature, la société, le territoire des hommes ». Il précise ensuite : « la création artistique est un révélateur dune société, dans ses origines, son histoire, son espace vécu, ses territoires. […]. Elle est porteuse de sens sur les lieux quelle révèle dans le miroir dune réalité et dune sensibilité […]. La création artistique constitue donc un puissant révélateur de géographie » (Frémont, 1988). Si bien que « la représentation matérielle [dont artistique] a une composante idéelle : elle stabilise des représentations idéelles dans le monde concret des objets » (Le Lay, 2016). Dans la démarche et la méthodologie mises en œuvre, la représentation matérielle artistique se présente donc comme un médium, un support inter­médiaire vers une explicitation des représentations mentales et sociales.

  • 1 Du côté des habitants et usagers notamment, et ils sont difficiles à capter, du fait entre autres d (...)

7Cette démarche et cette méthodologie, par-delà leur caractère ludique, présentent ici l’avantage de situer l’article, au moins pour partie, dans le champ de la géographie culturelle. Pour Paul Claval, l’un des thèmes impor­tants de celle-ci est en effet celui des rapports entre l’art, la création artisti­que et la géographie (Claval, 1995). En revanche, la démarche n’est toutefois pas exempte de limites. La principale consisterait à sur-valoriser la capacité de l’artiste producteur à exprimer le collectif et la société, ce que l’article se garde de faire en rappelant que l’artiste est socialement situé dans la caté­gorie sociale à laquelle il appartient, qu’il reste le producteur d’un point de vue parmi d’autres1, d’une vision subjective forcément partiale et partielle.

8Par ailleurs, des faits concrets de l’histoire de la tour sont également à rechercher et rapporter. C’est pourquoi, en parallèle, la réflexion se nourrit aussi d’informations complémentaires recueillies d’une part par recherche bibliographique et documentaire (presse, dossiers techniques, transcriptions de débats en délibérations du conseil municipal) et d’autre part par conduite d’entretiens avec différents acteurs de l’histoire de la tour (habitants, techni­ciens municipaux).

  • 2 En particulier s’il y a eu commande ou récupération de la part d’institutions : les politiques de c (...)

9Les représentations matérielles artistiques analysées, publiques (accessible à tous) et diffusées relativement largement, ont été identifiées aux archives municipales et dans les médiathèques de Saint-Étienne, ainsi qu’à la direc­tion Urbanisme de la Ville et sur Internet. Elles constituent un corpus d’une dizaine d’œuvres mettant en scène la tour Plein-ciel dans les champs de la photographie principalement et de la vidéo et du graphisme à un degré moindre, auxquels s’ajoute très ponctuellement la littérature (extrait d’une œuvre). Un travail de regroupement thématique de ces images, doublé d’efforts de compréhension du contexte logistique de leur réalisation2 et de la restitution de faits évoqués plus haut, a permis de dégager trois représen­tations sociales dominantes. La tour apparaît ainsi dans le corpus à la fois comme un symbole de modernité, l’emblème d’un grand ensemble en diffi­culté et un patrimoine bâti du paysage stéphanois. Chacune de ces trois représentations fait l’objet d’une partie du développement.

La tour Plein-ciel, immeuble moderne

Figure 2 – Maquette de la ZUP de Montreynaud (1970)

Archives municipales de Saint-Étienne, 2FIicono1354.

10La plus ancienne image du corpus a été identifiée aux Archives municipales de Saint-Étienne (figure 2). Il s’agit d’un cliché de 1970 de la maquette de la Zone à Urbaniser en Priorité (ZUP) de Montreynaud, pris sur le stand de l’exposition Saint-Étienne demain de la foire économique. Cette exposition vante les grandes opérations d’urbanisme en cours dans la ville, et vise à montrer, comme en témoigne le film qui l’accompagne (Saint-Étienne, on en parle, Atlantic Film, 1970), « les transformations de la cité et son nouveau visage », afin de rompre avec la « légende de ville noire, industrielle et fixée dans le XIXe siècle ». L’exposition n’est que l’une des premières actions d’une campagne de communication orchestrée par le maire Michel Durafour (1964-1977). En 1974, le film Les grands travaux à Saint-Étienne (Ville de Saint-Étienne, 1974) retrace la réalisation depuis 1969 de différentes opéra­tions d’urbanisme et d’architecture. Montreynaud y est mis à l’honneur, et sa tour Plein-ciel y tient une place essentielle. Les multiples plans et vues aériennes mettent en avant sa construction complexe, sa verticalité et ses dimensions imposantes, l’étrangeté de la présence d’un château d’eau à son sommet, sa situation dominante sur la ville et son contraste avec le bâti traditionnel. Les mêmes vues existent déjà dans une série de photographies aériennes commandées par la Ville en 1973 (figure 3).

Figure 3 – Vue aérienne de la ZUP de Montreynaud (1973)

Archives municipales de Saint-Étienne, 2FIicono837.

11Assurément, la perception qui se dégage de ces images de la tour Plein-ciel mises bout à bout est celle d’un édifice moderne, tant la rupture que la tour constitue avec le reste de la ville ancienne (en arrière-plan sur les images) est grande.

  • 3 Dates respectives du lancement de la construction des six premières opérations et de la circulaire (...)

12Cette perception amène à s’interroger sur les raisons de la construction, en France et à cette période, de telles tours et plus généralement de grands ensembles. La construction de ces derniers entre 1953 et 19733, comprenant plus de mille logements sous la forme de tours et de barres, répond à la crise du logement qui frappe alors le pays et permet la réorganisation de la France productive (logements des travailleurs) et la dynamisation du secteur éco­nomique du BTP (production industrialisée). Mais sans doute faut-il aussi voir dans cette construction, comme le proposent plusieurs géographes et historiens (Tomas, 2003 ; Fourcaut, 2004 ; Veschambre, 2011), la traduction physique et architecturale d’un projet sociopolitique moderne porté par un État centralisateur et des pouvoirs publics puissants. Le pays est alors dans une période post-Seconde Guerre mondiale où les aspirations et idéologies vont vers l’ouverture d’une ère urbaine nouvelle avec des ambitions (l’hy­giène, le bien-être, le confort) en rupture avec les difficultés connues jusqu’ici (la guerre, le taudis, les épidémies…). L’État et les pouvoirs publics s’investissent pleinement dans la tâche et font du logement, jusqu’ici incon­fortable et en nombre insuffisant, l’un des axes majeurs d’intervention : entre 1954 et 1975, plus de huit millions de logements sont construits, dont environ un dixième dans des grands ensembles. La rupture que ces derniers introdui­sent dans les paysages des villes et le quotidien domestique sont forts :

« Le grand ensemble des années 50 a symbolisé non seulement la victoire de l’hygiène, de la blancheur, de la lumière et du confort, mais aussi la perspective d’un avenir fait de progrès social où il contribuerait à faire re­culer la maladie, la délinquance, voire la mésentente entre les couples. Pierre Sudreau, premier ministre de l’Équipement de la Ve République, n’alla-t-il pas jusqu’à créer une Commission du bonheur ou des grands en­sembles […] ! Conçu comme le contraire de ces villes inhumaines, qui ve­naient de laisser mourir de froid en janvier 1954 un jeune enfant, le grand ensemble se voyait investi de la tâche de revaloriser la ville en ouvrant pour la société un futur radieux » (Tomas et al., 2003, p. 18).

13La forme de ces logements se doit d’être aussi moderne que le projet socio­politique, et c’est vers l’architecture moderne que les élus et techniciens se tournent. De grands noms et une nouvelle génération d’architectes s’investissent. Dans les opérations importantes, les évolutions techniques leur permettent de dessiner et multiplier des immeubles aux formes géomé­triques, « les tours et les barres, typologies triomphantes des Trente glo­rieuses » (Abram, 1999, p. 285). Un travail particulier est conduit autour de la verticalité, transcrit dans la construction de hautes tours autour desquelles se structurent les autres immeubles (Fortin, 2005).

  • 4 Désenclavement de la ville, réaménagement du centre (opérations de résorption de l’habitat insalubr (...)
  • 5 Surnom donné à la ville dans un reportage des années 1950 : Roger Monteran, La crise du logement, 1 (...)

14Saint-Étienne est exemplaire de ce mouvement de construction avec les actions des maires Alexandre de Fraissinette (1947-1964) et donc Michel Durafour (Vant, 1981). Tous deux mènent une politique de grands travaux4 censée permettre de rompre avec l’image traditionnelle de ville noire et de Capitale des taudis5 pour celle d’une ville verte, moderne et dynamique, au cadre de vie agréable. La construction de grands ensembles est l’une des pierres angulaires de la démarche et doit signifier le renouveau : de Fraissinette en lance cinq dans le sud-est de la ville, Durafour deux autres, dont celui de Montreynaud. Ces grands ensembles sont implantés sur des sommets de collines aux entrées de Saint-Étienne, du fait des disponibilités foncières, mais aussi de manière délibérée, puisque la topographie permet ainsi de rendre visibles tant aux Stéphanois qu’aux personnes de passage ces opérations emblèmes et leurs immeubles signaux.

  • 6 Ainsi, pour le cas par exemple de Lyon et des tours récentes et à venir du quartier d’affaires, les (...)

15Les travaux de la ZUP de Montreynaud sont lancés en 1969 pour permettre la réalisation de 4 400 logements, ainsi que des équipements sociaux, scolaires, commerciaux, sportifs et culturels, le tout devant fonctionner comme une « nouvelle petite ville à part entière » (brochure publicitaire Montreynaud, Saint-Étienne, résidence les Héllènes, n.d). Au centre de la ZUP se trouvent les sous-groupes consacrés au logement social et aux extré­mités ceux fonctionnant en copropriété, dont le Forum. C’est dans ce dernier, sur le point central et culminant de la colline, que l’architecte en chef de la ZUP, Raymond Martin, implante la tour-château d’eau qui propose « des appartements en plein ciel » (brochure publicitaire Des appar­te­ments en plein ciel. La tour de Montreynaud, n.d.). Cette dénomina­tion valorise la verticalité, source d’oxygène, de soleil, de vues. La tour, achevée en 1972, est également visible la nuit du fait de l’illumination du château d’eau. Le pari d’en faire un signal est immédiatement gagné, puisque, pour nombre de Stéphanois, dont cet habitant de Montreynaud interrogé pour cette recherche, elle constitue un « symbole de la modernité, […] le symbole du renouveau de la ville ! ». Cette image de modernité et de dynamisme n’est pas sans rappeler les mots qui accompagnent actuellement les projets de tours de bureaux que l’on voit fleurir en France, en Europe et dans le monde6.

La tour Plein-ciel, immeuble emblème d’une Zone Urbaine Sensible

16Si le corpus de représentations matérielles artistiques constitué est classé chronologiquement, la tour Plein-ciel ressurgit significativement dans le champ des arts au tournant des années 2000-2010. Avec d’abord un groupe d’œuvres que représente parfaitement la saga littéraire Les sauvages de Sabri Louatah, fiction éditée par Flammarion rencontrant un important succès critique. L’intrigue débute à Saint-Étienne et la tour Plein-ciel est un cadre important du premier des quatre romans (2011) :

La tour Plein ciel se dressait avec une majesté sinistre au sommet de la colline de Montreynaud. […]. À l’aube du XXIe siècle, sa démolition avait été plébiscitée par les riverains […]. La célèbre tour au bol était visible depuis la gare en arrivant de Lyon, et beaucoup de Stéphanois la considé­raient […] comme le point doublement culminant de la ville : du haut de ses soixante-quatre mètres qui dominaient les six autres collines mais aussi en tant qu’emblème, d’un désastre urbain éclatant et d’une ville résignée à la désindustrialisation (extrait du roman, p. 89).

17Cette description exprime bien la situation dans laquelle la tour se trouve à la rédaction du roman : vouée à une démolition imminente. En 2011, comme en écho, les photographies de Pierre Grasset, missionné par la Ville, mon­trent l’édifice moribond (figure 4).

  • 7 L’expression a été régulièrement entendue lors des entretiens conduits pour la réalisation de : Rac (...)

18Comment la tour Plein-ciel a-t-elle pu passer en quatre décennies de symbole de modernité ouvrant des perspectives d’avenir radieux à « emblème d’un désastre urbain » condamné à la démolition ? Les mécanismes de ce retour­nement de situation sont communs à bien d’autres grands ensembles français (Dubet & Lapeyronnie, 1992) et repose principalement sur le départ des catégories sociales les plus aisées (il s’agit ici pour partie significative d’ouvriers, souvent qualifiés) vers la propriété et un cadre plus central ou périurbain, et leur remplacement partiel par des catégories plus populaires voire défavorisées, pour partie significative issue de l’immigration. Toute­fois, l’accumulation de difficultés du quartier, et en particulier de la tour, présente aussi des singularités. Tout d’abord, et comme le montrent les géographes André Vant et François Tomas (Vant, 1981 ; Tomas et al., 2003), la ZUP de Montreynaud n’est jamais achevée : la non-réalisation des prévisions démographiques sur lesquelles s’appuyait la définition de son programme amène à ne construire qu’un peu plus de la moitié du maximum de logements imaginé. Il en est de même pour une partie significative des équipements projetés. Dans ce contexte, la situation à six kilomètres du centre-ville devient vite problématique, qui plus est avec les coupures que représentent au pied de la colline une zone industrielle et de larges voies de communication (une voie ferrée, une importante voie routière). Ensuite, la crise économique (industrielle) et sociale qui vient frapper les populations restées ou nouvellement arrivées sur place est particulièrement dure à Saint-Étienne. Le chômage, l’échec scolaire, la délinquance et les discriminations augmentent. Avec pour effet, suivant des mécanismes analysés ailleurs (Tissot, 2003 ; Masclet, 2005), que le regard porté sur la ZUP change dans les discours politiques et la presse. Pour de nombreux Stéphanois, Montreynaud devient un « là-haut »7 relégué. La vacance de logements, qui existe dès le départ à Montreynaud, va en augmentant.

Figure 4 – La tour Plein-ciel déshabillée (2011)

Ville de Saint-Étienne – Pierre Grasset.

19Plusieurs réhabilitations sont tentées dès la fin des années 1970 (Stébé, 1995 ; Thomas, 1992 ; Tomas et al., 2003), mais elles ne parviennent pas à relancer la ZUP. Depuis 2001, c’est dans des projets de démolition-recons­truction que Montreynaud est engagé, avec un Grand projet de ville (2001) puis une convention avec l’Agence nationale de la rénovation urbaine (2005, reconduite avec l’ANRU 2).

  • 8 Ses propos sont confirmés par les entretiens avec les habitants, mais n’ont pu être précisés (dates (...)
  • 9 Il s’agit là encore des propos du chef de projet, qu’il n’a pas été possible de traduire en chiffre
  • 10 Il s’agit, en 2000, de la première d’une série de spectaculaires démolitions par implosion. Le mini (...)

20La tour Plein-ciel, emblème de la ZUP, devient le symptôme le plus visible de cette dégradation précoce et progressive. Les démentis de la presse dans les années 1970 témoignent de l’existence de rumeurs (confirmées par les entretiens menés) sur la stabilité, l’isolation du château d’eau ou la fiabilité d’une pareille structure (« Le château d’eau : mille m3 qui ne fuiront pas ! », La Tribune, 17 novembre 1978, p. 14). Un entretien avec l’ancien chef de projet ANRU à la Ville pour Montreynaud enseigne que dix ans après la livraison de la tour Plein-ciel, seuls cinquante des quatre-vingt-dix apparte­ments sont vendus. Le même chef de projet raconte8 que cette vacance conduit à un projet d’implantation d’une résidence pour personnes âgées, mais qui n’aboutit pas, pour raisons financières, malgré le lancement des travaux. Les locaux sont repris pour l’aménagement d’un Foyer de loge­ments pour personnes dépendantes psychiatriques sous tutelle. Dans une société et une période où les malades psychiatriques sont souvent mis à l’écart, cet aménagement accentue dans l’opinion publique l’image de relégation du quartier et de la tour. De plus, la gestion difficile du Foyer, couplée aux problèmes financiers d’une partie des propriétaires, compromet les perspectives d’action du syndic.. La copropriété est classée « fragile » en 2002. Une étude sur le devenir de la tour est conduite en 2002-2003. La réhabilitation, souhaitée par une part significative des propriétaires et locataires9, est envisagée, tout comme la démolition, qui désormais n’est plus taboue du fait du précédent constitué par l’expérience de la « Muraille de Chine », barre de 526 logements située à l’autre bout de la ville et détruite par implosion en 200010. Une lettre envoyée par la Ville en 2003 informe les habitants des conclusions de l’étude. Cette lettre débute par un argumentaire technique (énumération des problèmes « qui ont déclenché des inquiétudes pour la sécurité et les conditions de vie des habitants », notamment autour des questions d’incendie) et conclut que la réhabilitation « ne présente pas un intérêt économique et social avéré » mais que la démolition « aurait un impact positif sur la requalification du parc de logements du quartier et permettrait également de promouvoir un changement d’image du site ». Le chef de projet rapporte que les habitants ne souhaitant pas la démolition tentent de se mobiliser, mais renoncent assez rapidement devant ce qui leur paraît être un combat perdu d’avance. Les expropriations commencent peu après, le dernier habitant quitte la tour fin 2008.

  • 11 Le géographe Manuel Appert évoque dans ses écrits l’idée d’une « déverticalisation physi-que et sym (...)

21Si la tour devient l’immeuble symbole des difficultés de Montreynaud, sa démolition revêt elle-même une forte part symbolique. En effet, de la même façon que la puissance publique montrait durant les Trente glorieuses sa légitimité et sa capacité à résoudre la crise du logement en construisant des grands ensembles, la politique de rénovation urbaine menée en France depuis 2000 (de manière précoce à Saint-Étienne), fortement médiatisée et accélérée avec la création de l’ANRU, est elle aussi à voir comme une action de ce type. Il s’agit de montrer une capacité à résoudre un problème majeur et jusqu’ici insoluble, celui des quartiers sensibles, en en tournant purement et simplement la page par la démolition, suivant un raisonnement faisant de l’architecture le responsable des problèmes, et de l’intervention sur l’espace une solution (Donzelot, 2012). Les quartiers ne sont bien sûr pas rasés en totalité, mais le fait de cibler prioritairement leurs immeubles signaux et emblèmes est tout à fait significatif11. Le maire Michel Thiollière affirme ainsi : « [Montreynaud fait partie] des quartiers qui ont été réalisés dans n’importe quel sens dans les années 60 et 70 » (délibération du conseil municipal – DCM – 3 septembre 2007) et « quand j’interroge les gens, ils me disent qu’ils ne veulent plus de tours et de murailles ; je pars du principe que c’est plutôt aller dans leur sens que de les supprimer » (DCM 5 juin 2000). L’opinion publique partage en partie ce raisonnement, à l’image de cet habitant interviewé par la presse le jour de la démolition : « à la fin, c’était une tour ghetto, très haute, avec beaucoup d’habitants » (« Jour J pour la tour Plein-ciel », La Tribune/Le Progrès, 24 novembre 2011).

La tour Plein-ciel, patrimoine stéphanois

22Avec ces caractérisations symboliques et schématiques s’appuyant sur des attentes et des jugements simples et de routine, on a affaire à des stéréotypes. Or, comme vu dans l’introduction, la réalité des représentations de la tour Plein-ciel est bien plus complexe. D’autres images du corpus indiquent qu’à partir des années 2000, l’image stigmatisée de la tour Plein-ciel comme emblème d’un grand ensemble en difficulté entre en tension avec une autre plus valorisante. Si l’on revient au roman de Sabri Louatah, il est possible de signaler qu’en choisissant la tour Plein-ciel comme l’un des théâtres stépha­nois de son intrigue, l’écrivain donne indirectement à l’édifice une valeur d’édifice caractéristique de la ville. Cette démarche se retrouve, de manière beaucoup plus consciente et militante, dans d’autres productions artistiques à la fin des années 2000. Ainsi, depuis 2005, la tour Plein-ciel sert d’identité visuelle à l’association Gaga jazz, qui en fait son logo et l’image centrale des affiches et prospectus annonçant les concerts (figure 5).

Figure 5 – Plusieurs prospectus du festival Gaga jazz (à partir de 2005)

Association Gaga jazz. Photographie : DMS photo. Conception graphique : Carton plume.

23Si le festival Gaga jazz se veut d’audience régionale, son nom montre un ancrage stéphanois : le gaga est le parler local. Dans ce contexte, le choix d’illustration des documents promotionnels par une image de la tour Plein-ciel est riche de sens : la tour fait référence à Saint-Étienne. La démarche est délibérée puisque, pour l’association comme pour les graphistes interrogés pour cette étude, il s’agit « d’utiliser l’image d’un bâtiment symbole à Saint-Étienne », autre que le classique chevalement de mine. La tour s’impose immé­diatement, « et pas seulement à cause de son château d’eau en forme de pavillon de trompette » : pour l’équipe, elle est « un monument connu de tous les Stéphanois, qui raconte un peu l’histoire de la ville ». La tour fait d’ailleurs l’objet d’une carte postale Saint-Étienne – Le quartier de Montreynaud datée de 1987 (en dépôt aux Archives municipales, 2FI icono 4401). Or, les édifices représentés ainsi sont traditionnellement les emblèmes d’une région. Des édifices qui sont souvent abondamment photographiés, et la tour Plein-ciel n’est pas en reste : elle figure sur les blogs de photographes amateurs12 ou professionnels stéphanois. Jacques Prud’homme par exemple réalise plusieurs sténopés de la tour (figure 6), visibles sur le blog qui prolonge son ouvrage Saint-Étienne autrement (2008, éditions Jarjille). Pour lui aussi, comme il l’écrit13, la tour est l’un des « symboles de Saint-Étienne ». Enfin, la tour est utilisée comme édifice emblème de la ville sur au moins un autocollant et un tifo de supporters de l’Association sportive de Saint-Étienne (ASSE) (figure 7), aux côtés des symboles miniers (chevale­ment, « crassiers ») et du stade Geoffroy Guichard. Avec d’autres tours de Saint-Étienne, elle figure aussi sur la pochette de la compilation Je mettrai ma ville sur la carte de France du rap (2012) du DJ DRK, avec à nouveau, derrière, cette idée qu’elle est un édifice caractérisant Saint-Étienne.

Figure 6 – Sténopé de Jacques Prud’homme (2009)

<http://prudhommestenope.canalblog.com/​archives/​2009/​03/​03/​12797616.html>

24Ces images et les propos de leurs auteurs indiquent, comme l’affirme le quotidien local dans le premier de ses articles consacrés au devenir de l’édifice, que la tour est « devenue, au fil des années, un monument ancré dans le paysage stéphanois » (« Tour Plein Ciel : rayonner ou s’effacer », La Tribune/Le Progrès, 4 février 2009). Comment et pourquoi la tour a-t-elle pu ainsi être perçue comme un « monument » ?

25L’architecture de la tour Plein-ciel, avec en particulier cette combinaison peut-être unique en France tour d’habitation – château d’eau, ne lui vaut pas une protection au titre des Monuments historiques, ni même d’être labellisée Patrimoine du XXe siècle, mais elle en fait un édifice singulier. Couplée avec son implantation en sommet de colline, cette singularité fait de la tour un marqueur paysager et un point de repère important pour les Stéphanois. Visible de la voie express, elle signifie le retour à domicile après un trajet hors de l’agglomération. D’ailleurs, pour l’automobiliste effectuant un trajet entre Clermont-Ferrand et Lyon en passant par Saint-Étienne, elle retient l’attention, avec deux autres éléments construits fortement associés à la ville : le « crassier » de Méons (terril en parler stéphanois) et le stade Geoffroy Guichard. La tour est d’ailleurs un repère important pour les nombreux supporters de l’ASSE non-résidents de la ville qui se rendent au stade, dont elle est toute proche.

Figure 7 – Autocollant Saint-Étienne Fans, aire d’autoroute du Haut-Forez

N.d., n.s., cliché R. Kaddour 2015.

26L’assimilation de la tour à un monument ou à un patrimoine de la ville, sous-jacente et en tout cas non clairement exprimée jusque-là, est par ailleurs précipitée par l’annonce de la démolition, suivant un processus de réaction de défense classique dans l’histoire du patrimoine : naissance des monu­ments face au vandalisme post-révolutionnaire, du patrimoine industriel devant les démolitions accompagnant les fermetures d’usine, etc. Les sciences humaines et sociales, la sociologie et la géographie en particulier (Micoud, 1995 ; Gravari-Barbas, 2003 ; Veschambre, 2007), ont montré le caractère dynamique de la patrimonialisation, avec des acteurs sociaux, leurs représentations mentales et leurs stratégies (économiques, appropriation symbolique d’espaces, etc.). Il convient ici de s’inscrire dans cette démarche, en commençant par l’identification des acteurs du processus de patrimoniali­sation de la tour Plein-ciel. Deux groupes d’acteurs se distinguent. Tout d’abord, les images présentées indiquent clairement que des artistes se mobilisent. Ainsi, les organisateurs de Gaga jazz et les graphistes chargés de la création de l’identité visuelle du festival adoptent une posture militante. Ils affirment lors d’un entretien que « les affiches et flyers invitant les Stéphanois aux concerts de jazz font aussi office d’actes de revendications pour la conservation de ce bâtiment ». Ils expliquent qu’au moment du choix de l’identité visuelle, la tour est« déjà en sursis, prochaine cible désignée du grand nettoyage urbain symbolique commencé avec l’implosion de la Muraille de Chine du quartier de Montchovet ». Présentant leur interpréta­tion du raisonnement tenu par la municipalité, ils rapportent : « si on débar­rasse le paysage de cette tour disgracieuse, on finira peut-être par oublier Montreynaud et ses problèmes. […] De plus, elle fait de l’ombre à la nouvelle Saint-Étienne », qui se rêve en capitale française du design. Or, pour les membres de Gaga jazz, « la tour mérite une seconde chance » ; en plus d’être un repère dans le paysage de la ville, elle est « l’unique lien direct entre la ville et le quartier extra-muros ou plutôt ex-linea de Montreynaud. Un lien ténu, seulement visuel, mais c’est le seul qui rac­croche encore la colline aux six autres... ».

27Les œuvres et mobilisations des artistes entrent en résonance avec les propos d’une partie des habitants de Montreynaud, interviewés par la presse (« Tour Plein Ciel : rayonner ou s’effacer », La Tribune/Le Progrès, 4 février 2009 et « Jour J pour la tour Plein-ciel », La Tribune/Le Progrès, 24 novembre 2011) : « j’en garde un bon souvenir : il y avait des fêtes, des mariages, des baptêmes, on se voyait entre voisins » ; « c’est dur car c’est un vrai repère pour les habitants » ; « c’est comme si on enlevait le clocher d’un village ». Il n’est pas question ici de patrimoine, en tout cas pas (directement) au sens culturel, mais plutôt de témoignages d’un attachement à l’édifice, évident après les décennies de vie dans ou à proximité de l’immeuble et de la défense d’un cadre et d’habitudes de vie.

  • 14 « Tour Plein Ciel : rayonner ou s’effacer », La Tribune/Le Progrès, 27 juin 2009. La comparaison av (...)
  • 15 Voulue éphémère, sauf peut-être par son concepteur, la tour Eiffel a d’abord été conservée pour des (...)

28La nouvelle municipalité Vincent élue en 2008 se montre sensible à la réaction de défense patrimoniale et au malaise suscité par le projet de démo­lition. L’élu référent pour le quartier de Montreynaud affirme dans la presse au sujet de la tour : « beaucoup de jeunes […] sont pour son maintien. Ils nous disent qu’ils ont grandi avec, qu’ils l’ont toujours vue. C’est leur tour Eiffel… »14. La municipalité remet donc en question le projet, en partageant toutefois avec la municipalité précédente l’idée d’une perte de la fonction résidentielle, d’ailleurs effective depuis les relogements. L’adjoint à l’urba­nisme affirme qu’« en revanche, [la tour] représente un symbole » (« Tour Plein Ciel : rayonner ou s’effacer », La Tribune/Le Progrès, 4 février 2009). Pour lui, « le symbole d’une ville est parfois assez inattendu », et on ne peut que le rejoindre quand on sait que tour Eiffel dont il était question plus haut, est un monument qui n’a construit sa légitimité que lentement15. De plus, pour l’adjoint, « quand on démolit, ce n’est pas anecdotique. Ça suscite une émotion… ». C’est pourquoi il affirme : « nous souhaitons mettre l’avenir de cette tour dans [les] mains des habitants ». Un référendum est mis en place. Il soumet au vote des habitants et travailleurs de Montreynaud deux possibi­lités : accentuer la valeur de repère de la tour en la transformant, comme l’affirme l’élu dans un entretien, en « symbole artistique de la ville de Saint-Étienne » via l’intervention d’un plasticien qui en ferait « une sculpture urbaine […], quelque chose de monumental, peut-être sans équi­va­lent au monde » ; ou bien démolir la tour et rendre public l’espace libéré (aménage­ment d’un parc). Le résultat du vote le 27 juin 2010 est sans appel : 71 % des votants se prononcent pour la démolition, soit 230 personnes sur les 318 votants. La presse rapporte les principaux arguments avancés par des votants partisans de la démolition (« Le devenir de la tour Plein-ciel se décide aujourd’hui », La Tribune/Le Progrès, 27 juin 2009 et « Jour J pour la tour Plein-ciel », La Tribune/Le Progrès, 24 novembre 2011) : « [la tour] apporte son lot de nuisances pour nous qui sommes voisins [vent, obstacle visuel et télévisuel – sa présence gêne le fonctionne­ment des paraboles] » ; « la tour Plein-ciel stigmatise négativement le quartier, ce n’est pas une bonne image de marque pour Montreynaud » ; « une fois [la tour] disparue, on sera moins repéré, plus anonyme, on parlera beaucoup plus de nous en positif qu’en négatif » ; « la tour part, d’autres bâtiments surgiront, vecteurs d’emploi et de bien-être ». La mauvaise image née des difficultés et véhiculée durant des années est in fine plus forte que le début de recon­naissance patrimoniale.

29Les défenseurs de la conservation expriment un double regret : d’une part au sujet de l’ouverture du vote aux seules personnes fréquentant quotidienne­ment Montreynaud et non à l’ensemble des Stéphanois pourtant concernés ; d’autre part à propos de la très faible mobilisation des habitants de Montreynaud (l’hypothèse peut être formulée que les habitants s’étant le plus mobilisés sont les résidents des co-propriétés autour de la tour voyant vraisemblablement un intérêt immobilier direct à la démolition).

30La démolition a lieu le 24 novembre 2011 à 10 heures 45. Le choix du foudroyage est retenu, avec des arguments d’ordre sécuritaire, de gêne pour les riverains et de durée des travaux. Cette technique de démolition met une dernière fois la tour sous les projecteurs : les démolitions par foudroyage fascinent, restent longtemps en mémoire et sont prolongées par les nom­breuses images enregistrées par les appareils audio-visuels présents le jour J. Les images les plus poétiques sont sans doute celles réalisées par les street artists Ella & Pitr16. Ces images s’ajoutent à celles existantes, présentées ou évoquées ici, et constituent les dernières traces d’un immeuble dont il n’en reste plus aucune sur le terrain.

31Cette fin dramatique donne à cette chronique des allures de représentation théâtrale, en trois actes : apogée puis chute de l’édifice, avec un ultime soubre­saut sous la forme d’une tentative vaine de sauvetage au nom du patrimoine. C’est ainsi une troisième définition du terme de représentation qui est mobilisée dans cette conclusion. Ce sont en effet des représentations matérielles, qui ont permis de constituer cette chronique de la tour. Cette dernière révèle que trois représentations mentales et sociales sont associées à l’édifice et à sa verticalité : pour la puissance publique ayant commandé sa réalisation et pour les premiers résidents, la tour est, durant les années 1970, un symbole de modernité ; pour une partie des Stéphanois, mais aussi pour les acteurs ayant décidé sa démolition, elle est l’emblème d’un grand en­semble stigmatisé ; et enfin pour d’autres Stéphanois, habitants de Montreynaud ou artistes entre autres, la tour est un objet phare et patrimonial dans le paysage de la ville.

32Cette mise en évidence de la trajectoire des représentations de la tour Plein-ciel permet d’expliciter que la verticalité dont nos villes ont hérité, tout du moins celle présente dans les grands ensembles, fait l’objet d’un système de représentations complexe, et en tout cas plus varié que celui présenté dans les discours de légitimation de la rénovation urbaine. Les représentations négatives cohabitent avec une appréciation patrimoniale plus positive et relativement nouvelle. La multiplication depuis les années 1960-70 des acteurs s’investissant dans la transformation du cadre de vie (Tomas, 1997), dont les artistes, comme les richesses de leurs cultures toujours en évolution (perception de ce qui fait patrimoine, idée du confort, sensibilité à l’art – architecture…) sont des éléments clés de compréhension de cette com­plexité.

33Afin de montrer que le cas de la tour Plein-ciel n’est sans doute pas unique, celui de la Duchère dans la ville voisine de Lyon peut être cité. Dans ce grand ensemble profondément renouvelé par un projet ANRU, la tour dite Panoramique a été conservée et est même labellisée Patrimoine du XXe siècle. L’hypothèse peut être émise que l’édifice a dû connaître, lui aussi, des représentations sociales contrastées.

Haut de page

Bibliographie

ABRAM Joseph, 1999, L’architecture moderne en France. Du chaos à la décroissance, 1940-1966, Paris, Picard, 328 p.

ANDRÉ Yves, BAILLY André, FERRAS Robert, GUÉRIN Jean-Paul, GUMUCHIAN Hervé, 1989, Représenter l’espace. L’imaginaire spatial à l’école, Paris, Économica, 227 p.

BLANC Jean-Noël., BONILLA Mario, TOMAS François, 2003, Les grands ensembles, une histoire qui continue, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 260 p.

CLAVAL Paul, 1995, La géographie culturelle, Paris, Nathan, coll. « Fac. Géographie », 384 p.

DUBET François, LAPEYRONNIE Didier, 1992, Les quartiers d’exil, Paris, Seuil, 251 p.

DUFAUX Frédéric, FOURCAUT Annie (dir.), 2004, Le monde des grands ensembles, Paris, Creaphis, 251 p.

FRÉMONT Armand, 1988, France : géographie d’une société, Paris, Flammarion, 290 p.

FORTIN Jean-Patrick, 2005, « Des tours et des barres... Une histoire du grand ensemble relue par un architecte », Informations sociales, n° 123, p. 116-125.

GRAVARI-BARBAS Maria, 2003, « Le patrimoine territorial. Construction patrimoniale, construction territoriale : vers une gouvernance », in Jacques Beauchard (dir.), La mosaïque territoriale, enjeux identitaires de la décentralisation, Paris, Éditions de l’Aube, p. 51-56.

GRÉSILLON Boris, 2008, « Ville et création artistique. Pour une autre approche de la géographie culturelle », Annales de géographie, n° 2660-661, p. 179-198. <http:// www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2008-2-page-179.htm>

HURIOT Jean-Marie, 2011, « Les tours du pouvoir », Métropolitiques. < https://www.metropolitiques.eu/Les-tours-du-pouvoir.html>

JUAN Anna, 2012, Le jour J : perspectives d’une démolition en banlieue. Une approche ethnographique au conflit patrimonial autour de la démolition de la tour Plein Ciel à Saint-Étienne, rapport final de post-doctorat, Université Jean-Monnet de Saint-Étienne.

KADDOUR Rachid, 2013, Quand le grand ensemble devient patrimoine, thèse pour l’obtention du doctorat de géographie, Université Jean Monnet de Saint-Étienne.

LE LAY Yves, 2016, « Notion à la une : représentation », Géoconfluences. <http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/a-la-une/notion-a-la-une/notion-a-la-une-representation>

MASCLET Olivier, 2005, « Du bastionau ghetto, le communisme municipal en butte à l’immigration », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 159, p. 10-25.

MICOUD André, 1995, « Le Bien Commun des patrimoines », in Collectif, Patrimoine naturel, patrimoine culturel, Paris, La Documentation française, p. 25‑38.

PAULET Jean-Paul, 2002, Les représentations mentales en géographie, Paris, Anthropos, 150 p.

STÉBÉ Jean-Marc, 1995, La réhabilitation de l’habitat social en France, Paris, Presses Universitaires de France, 127 p.

THOMAS Éric, 1992, Politiques urbaines et transformations socio-spatiales, lexemple stéphanois 1977-1991, thèse de doctorat de géographie, Université de Saint-Étienne, 438 p.

TISSOT Sylvie, 2003, « De lemblème au ‘problème’, histoire des grands ensembles dans une ville communiste », Les annales de la recherche urbaines, n° 93, p. 123-129.

TOMAS François, 1997, « Une nouvelle culture de l’aménagement des villes », Géocarrefour, vol. 72, n° 2, p. 91-92.

VANT André, 1981, Imagerie et urbanisation, recherches sur l’exemple stéphanois, Saint-Étienne, Centre dÉtudes Foréziennes, 661 p.

VESCHAMBRE Vincent, 2007, « Patrimoine : un objet révélateur des évolutions de la géographie et de sa place dans les sciences sociales », Les annales de géographie, n° 656, p. 361-381.

VESCHAMBRE Vincent, 2008, Traces et mémoires urbaines, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 315 p.

VESCHAMBRE Vincent, 2011, « La rénovation urbaine dans les grands ensembles : de la monumentalité à la banalité ? », in I. Iosa et M. Gravari-Barbas, Monumentalité(s) urbaine(s) aux XIXe et XXe siècles. Sens, formes et enjeux urbains, Paris, L’Harmattan, p. 193-206.

Haut de page

Notes

1 Du côté des habitants et usagers notamment, et ils sont difficiles à capter, du fait entre autres d’identification et d’entrée en contact peu aisées, quelque cinq ans après la démolition.

2 En particulier s’il y a eu commande ou récupération de la part d’institutions : les politiques de communication et d’aménagement des collectivités intègrent souvent le lien entre représentations matérielles et idéelles, en particulier dans des visées de changement d’image.

3 Dates respectives du lancement de la construction des six premières opérations et de la circulaire Guichard mettant fin aux constructions.

4 Désenclavement de la ville, réaménagement du centre (opérations de résorption de l’habitat insalubre notamment), réorganisation des espaces industriels, construction d’espaces tertiaires, implantation d’équipements universitaires, culturels et de loisirs et développement d’espaces verts.

5 Surnom donné à la ville dans un reportage des années 1950 : Roger Monteran, La crise du logement, 1954. En dépôt à la cinémathèque de Saint-Étienne. Un recensement de l’INSEE indique que la ville compte 20% de taudis et 56% de logements médiocres.

6 Ainsi, pour le cas par exemple de Lyon et des tours récentes et à venir du quartier d’affaires, les institutions à l’initiative, la presse et les acteurs du tourisme utilisent les mêmes qualifications, autour de l’idée de modernité : <http://www.lyon-partdieu.com/projet/ambition/> ; <http://www.20minutes.fr/lyon/700047-20110404-lyon-lyon-part-dieu-vise-nuages> ; <http://www.lyon-france.com/Que-faire/Culture-loisirs/Sites-monuments-historiques/Monuments-historiques/La-Tour-Oxygene>. Voir aussi : Jean-Marie Huriot, 2001, « Les tours du pouvoir », Métropolitiques. <https://www.metropolitiques.eu/Les-tours-du-pouvoir.html>

7 L’expression a été régulièrement entendue lors des entretiens conduits pour la réalisation de : Rachid Kaddour, 2013, Quand le grand ensemble devient patrimoine, thèse pour l’obtention du doctorat de géographie, Université Jean Monnet de Saint-Étienne.

8 Ses propos sont confirmés par les entretiens avec les habitants, mais n’ont pu être précisés (dates, statuts de propriété, etc.) par des documents écrits, faute d’en avoir trouvé.

9 Il s’agit là encore des propos du chef de projet, qu’il n’a pas été possible de traduire en chiffre.

10 Il s’agit, en 2000, de la première d’une série de spectaculaires démolitions par implosion. Le ministre de la Ville Claude Bartolone vient pour l’occasion à Saint-Étienne et tient un discours qui lance la rénovation urbaine en France.

11 Le géographe Manuel Appert évoque dans ses écrits l’idée d’une « déverticalisation physi-que et symbolique » (entretien, 27 novembre 2015).

12 Voir le blog participatif de photographies « 42 yeux », en ligne : <http://42yeux.over-blog.com/categorie-11117393.html>

13 En ligne : <http://prudhommestenope.canalblog.com/archives/2009/03/03/12797616.html>

14 « Tour Plein Ciel : rayonner ou s’effacer », La Tribune/Le Progrès, 27 juin 2009. La comparaison avec la tour Eiffel ressurgit par ailleurs dans le journal local le lendemain de la démolition : « Démolition de la tour Plein-ciel : le jour d’après », La Tribune/Le Progrès, 25 novembre 2011.

15 Voulue éphémère, sauf peut-être par son concepteur, la tour Eiffel a d’abord été conservée pour des raisons techniques et scientifiques (relais TSF, télégraphie sans fil, notamment durant la Première Guerre mondiale, émetteur radio civil, émission télévision), avant qu’une valeur patrimoniale ne lui soit accordée <http://www.tour-eiffel.fr/tout-savoir-sur-la-tour-eiffel/dossiers-thematiques/95>.

16 Sur une vidéo visible sur Viméo <http://vimeo.com/32685756>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rachid Kaddour, « Une tour d’habitat populaire, trois représentations contrastées », Géographie et cultures, 102 | 2017, 63-82.

Référence électronique

Rachid Kaddour, « Une tour d’habitat populaire, trois représentations contrastées », Géographie et cultures [En ligne], 102 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2018, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gc/5310 ; DOI : 10.4000/gc.5310

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals