Navigation – Plan du site

Les monades urbaines, entre utopie et dystopie de la ville verticale

The World Inside, between utopia and dystopia of the vertical city
Thomas Michaud
p. 83-99

Résumés

Le roman de Robert Silverberg Les monades urbaines (1971) propose une réflexion sur la verticalisation urbaine. Dans le futur, les humains ont construit de gigantesques édifices, les monades, pour loger des milliards d’individus et libérer des terres agricoles censées les alimenter. Cette organisation a pris le relais d’un modèle d’expansion horizontale des villes qui a provoqué une famine au XXIe siècle. Ce roman reflète les débats des années 1960-70 qui prônaient à la fois la libération sexuelle et la limitation des naissances. Le malthusianisme renaissait à cette époque, et dans le roman, la verticalisation est présentée comme un moyen de permettre la promotion de la natalité. Silverberg propose aussi une réflexion sur les valeurs défendues dans ce type de société. Si le lecteur porte rapidement un regard critique sur ce qui ressemble à une dystopie en raison notamment de la limitation des libertés individuelles dans ce type de structures, les personnages du roman expriment le plus souvent leur bonheur, et témoignent de ce qu’ils conçoivent comme une utopie réalisée, à l’exception de rares déviants, les anomos pris en charges, reconditionnés ou éliminés. Cet article est l’occasion de présenter quelques récits de science-fiction traitants de la verticalisation urbaine, et de considérer l’imaginaire comme un outil utile à la prospective et à la critique des évolutions culturelles et politiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans un article, Hewitt et Graham (2014), s’interrogent sur la façon par laquelle la science-fictio (...)

1L’imaginaire de la ville verticale est particulièrement fécond dans la science-fiction (Hewitt et Graham, 2014)1. Dans de nombreux romans et films, le futur décrit montre des immeubles gigantesques dans des univers soit utopiques, soit dystopiques. Ces représentations alimentent les lecteurs en rêves et métaphores leur permettant d’imaginer le futur ou de critiquer le présent. Pour rappel, le terme utopie fut imaginé par Thomas More en 1516 pour désigner une société idéale. Le mot dystopie, plus récent, désigne l’inverse, c’est-à-dire le pire monde possible.

2Les organisations politiques, notamment dans les zones urbaines, montrent des structures verticales dans des futurs plus ou moins souhaitables. Cet article ne cherche pas à développer une analyse des représentations de la ville du futur dans la science-fiction, même si ce sujet peut faire l’objet de recherches complémentaires. Il se penche sur un roman de Robert Silverberg, Les monades urbaines, publié en 1971, qui cristallise de nom­breux fantasmes et soulève des problématiques au centre des débats publics dans les années 1960-70. De plus en plus souvent, les innovateurs font appel à des auteurs de science-fiction pour contribuer à structurer leurs visions du futur (Michaud, 2010). L’architecture et la géographie n’échap­pent pas à cette tendance (Kitchin et Kneale, 2005). La prospective est une disci­pline qui cherche à décrire l’avenir dans le but d’aider les organisations à décider. De nombreuses méthodes sont possibles pour accéder à la connais­sance du futur, donnée aussi cruciale stratégiquement que difficile à saisir.

3Méthodologiquement, la science-fiction mobilise de plus en plus d’intérêt (Westfahl, 1998) et apparaît comme un imaginaire permettant de stimuler la créativité et l’intuition. Cet art se déroule souvent dans le futur et propose des récits envisageant l’impact de la science et de la technologie sur la société. Le roman qui nous intéresse, devenu une référence, se déroule en 2381. Constitue-t-il une expérience de pensée qui pourrait s’inscrire dans une réflexion prospective (Minois, 1996), ou une simple métaphore de questions contingentes ?

4Les villes du futur seront-elles verticales, ou continueront-elles à se dévelop­per horizontalement, sur des terres agricoles qui pourraient manquer dans le futur et provoquer des famines ? Conscient de la critique malthu­sienne d’une hypothétique surpopulation humaine sur la planète, Silverberg imagine un futur dans lequel la natalité est encouragée et dans lequel la planète Vénus a été colonisée. Après avoir présenté les thèmes principaux abordés dans ce roman, la question de sa nature utopique ou dystopique sera posée (Hottois, 2000). La construction de tours de plusieurs kilomètres de haut dépasse-t-elle le statut de pur fantasme, ou faut-il prendre ces récits au sérieux en considérant qu’ils pourraient proposer des solutions viables pour des situa­tions réelles dans un futur plus ou moins lointain ?

La monade urbaine, élément central d’une nouvelle civilisation

5Dans le futur décrit par Silverberg, les humains vivent dans de gigantesques structures pouvant accueillir plus de 800 000 personnes. L’espèce compte plus de 75 milliards d’individus. Après une famine, l’Humanité s’est organi­sée pour pouvoir nourrir une population toujours plus importante. Les monades sont des structures de 3000 mètres de hauteur. Elles ont été cons­truites pour libérer des espaces cultivables qui avaient été considé­rablement réduits en raison du développement horizontal des zones urbaines. Il est interdit aux habitants des monades d’en sortir. Les agriculteurs sont chargés de produire la nourriture pour alimenter les milliards d’humains et sont aidés par des robots jardiniers et des technologies de pointe. Les humains chargés de la production de la nourriture et les habitants des monades ont développé des cultures très différentes. Les agriculteurs limitent au maximum les naissances afin d’éviter une augmentation de la population alors que les monadiens vouent un culte à la fertilité. Mariés très jeunes, ils procréent pour satisfaire Dieu. C’est ainsi qu’un ordre social harmonieux permet la pérennité de ces structures et la reproduction des individus. Aucune limite n’est fixée. L’espèce humaine pourrait selon les person­nages se développer à l’infini. Si les mœurs sexuelles libérées de cette société fonctionnent, c’est aussi en raison d’une gestion spécifique de la contestation. Les individus qui développent une personnalité ou des opinions contraires au bien collectif sont soit orientés vers des ingénieurs moraux, soit éliminés en étant jetés du sommet de la monade dans laquelle ils habitaient. Nommés anomos, ils manifestent le plus souvent des idées noires et cher­chent à fuir une société qu’ils ne supportent plus. Le plus souvent, ils souhaitent fuir et visiter le monde, dans lequel leur chance de survie est infime.

6L’organisation des humains dans les monades peut sembler utopique. La libération sexuelle et l’accès aux drogues, notamment psychédéliques, renvoie aux thèmes utopiques de la révolution hippie (Brix, 2008), qui se développait encore à l’époque de rédaction des nouvelles constituant le roman de Robert Silverberg. Ce roman de science-fiction témoigne des interrogations présentes dans sa société de production, en portant un regard décalé sur des positions idéologiques partiellement caricaturées. Les hippies faisaient l’apologie de la libération sexuelle mais ils ne prônaient pas la reproduction à outrance. Dans Les monades urbaines, la société repose sur un culte de la fertilité menant certes à des comportements sexuels débridés (il est interdit de refuser un rapport sexuel car cela génère de la frustration néfaste à l’organisation sociale), mais cela dans un but de reproduction. Les hippies s’appuyaient sur la contraception pour légitimer la révolution sexuelle, et proposaient un retour à la nature, tout en ayant recours à des valeurs écologiques. Il n’en est rien dans les monades. Ces gigantesques communautés ne permettent pas l’accès à la nature. Les individus vivent sans y avoir accès. Ceux qui en font la demande sont orientés vers les ingénieurs moraux.

7Pour mieux comprendre la dimension politique et gestionnaire de ce roman, il est intéressant de consulter la préface de la réédition américaine (Silverberg, 2010) dans laquelle l’auteur revient sur ses influences et ses aspirations. Il explique avoir été influencé dans les années 1960 par les travaux du biologiste Paul Ehrlich. Dans son livre publié en 1968 et intitulé La Bombe P, ce dernier réactive la pensée malthusienne qui considérait les famines comme inévitables tant que la croissance de la population ne serait pas contrôlée pour correspondre à la production de denrées alimentaires (Malthus, 2012). En 1968, le club de Rome était créé. Il se fit connaître mondialement en 1972 en publiant son célèbre rapport Halte à la crois­sance ? Il révélait la possibilité d’un effondrement du système productif mondial en raison de la croissance démographique dans les prochaines décennies. À l’époque, la critique de la société de consommation animait les cénacles intellectuels qui craignaient aussi la possibilité d’un manque de ressources énergétiques, ce qui fut partiellement vérifié dans les années 1970 avec les chocs pétroliers. Le rapport de 1972 rappelait qu’au XVIIe siècle, la population mondiale de 500 millions d’humains croissait de 0,3 % par an. Elle doublait tous les 250 ans. Au début des années 1970, elle atteignait 3,6 milliards d’habitants, soit un doublement tous les 32 ans. Les économistes et démographes de l’époque craignaient une population de 12 milliards d’individus au milieu du XXIe siècle si cette tendance se vérifiait. La crois­sance de la population dans le monde posait donc des questions sur la stabilité d’un modèle économique reposant sur la croissance. Si certains spécialistes prônaient la limitation des naissances, le monde de Silverberg se situe complètement à l’antithèse de cette solution. Le but est de procréer le plus possible sans se soucier de l’alimentation qui est assurée par les agri­culteurs :

  • 2 Silverberg Robert, Les monades urbaines, Paris, Robert Laffont, p. 26.

Actuellement, notre système écologique est parfaitement bien articulé. Nous sommes nécessaires aux agriculteurs – nous sommes leur seul dé­bouché et leur unique source de biens manufacturés. Ils nous sont néces­saires, étant notre unique source de nourriture. Nous nous sommes réci­proquement indispensables, n’est-ce pas ? Et le système fonctionne. Nous pourrions nourrir plusieurs milliards de bouches supplémentaires. Un jour, dieu soit loué, ce sera.2

8Silverberg prend donc le contre-pied total des solutions prescrites par les experts de son époque. Il met en scène la verticalisation des villes pour éviter d’empiéter sur les terres agricoles. Cette solution est d’ailleurs utilisée dans les villes chinoises depuis le début du XXIe siècle. Une grande partie des tours les plus hautes de la planète sont construites dans ce pays qui compte la plus grande population, malgré un contrôle des naissances. Le roman Les monades urbaines témoignait aussi de la tendance à construire des tours et des immeubles sur le modèle de la ville de New York un peu partout aux États-Unis depuis la seconde guerre mondiale. La mode des pavillons individuels en banlieues fut cependant la solution choisie pour éviter le mal-être social (Squires, 2002). L’urban sprawl est devenu un modèle qui s’est diffusé un peu partout en Occident (Gonzalez, 2009). Si Silverberg décrivait un futur dans lequel la verticalisation répondait à des crises écologiques et économiques menant à la pénurie de nourriture, voire à des famines, il est à craindre que son récit soit prospectif et suggère une nouvelle organisation remplaçant l’urban sprawl, qui repose sur l’expansion de la ville sur les terres cultivables.

9Silverberg mentionne aussi des œuvres de science-fiction qui ont traité du thème du malthusianisme. C.M. Kornbluth a publié le roman The Marching Morons en 1951. Il décrivait un monde dans lequel les personnes avec un quotient intellectuel élevé pratiquaient un strict contrôle des naissances alors que le reste de l’Humanité faisait l’inverse, ce qui s’avéra catastrophique. En 1953, dans Les cavernes d’acier, Isaac Asimov décrivait une ville de New York surpeuplée. Il mentionne aussi le roman Master of Life and Death (1957) dans lequel il imagine un monde surpeuplé en raison de la diffusion d’un sérum d’immortalité. Enfin, il cite le roman d’Harry Harrison, Make Room! Make Room! (1966), qui traitait du problème de la surpopulation et qui fut adapté au cinéma sous le nom de Soleil Vert (1973). Il explique aussi que la plupart des grands auteurs de science-fiction dans les années 1960 et 1970 ont abordé ce thème, comme John Brunner, James Blish ou Kurt Vonnegut. À l’époque, les experts avaient créé une forme de panique en annonçant des famines inévitables en raison de la croissance exponentielle, ce qui avait généré un imaginaire particulièrement abondant.

10Harry Harrison a demandé en 1969 à Robert Silverberg de rédiger une nouvelle pour une revue. Ce dernier se demanda si la croissance illimitée de la population était vraiment une mauvaise chose et s’il était possible de considérer la théorie de Malthus comme erronée. Il décida de réaliser une expérience de pensée à contre-courant des théories dominantes en se deman­dant ce qu’il adviendrait si la croissance de la population était encouragée et non contrôlée. Il envisagea la limitation de l’urban sprawl et la possibilité de confiner l’Humanité dans de gigantesques tours. Il considère ce récit comme une spéculation, et ne cherche pas à promouvoir cette forme d’organisation sociale.

11Silverberg explique qu’il s’est aussi inspiré des « arcologies » de l’architecte italien Paolo Soleri (1969) pour rédiger son récit. Ce dernier proposa ce terme, synthèse d’architecture et d’écologie, pour définir un aménagement des villes reposant sur la verticalité et le développement de jardins, de terrasses ou de toits végétalisés. Selon Solari, la construction d’arcologies permettrait de réduire à 2 % la surface des villes actuelles. De cette manière, l’espace serait optimisé, ce qui permettrait d’assurer le développement durable. Cependant, ce concept fut détourné et réutilisé dans de nombreuses œuvres de science-fiction (Fortin, 2011), particulièrement cyberpunks (Abbott, 2007). Dans ces films, romans, et jeux vidéo, le futur est souvent décrit comme un cauchemar, la société étant victime de la pollution, de la violence et de la gestion de la population par les multinationales. Les arcologies sont citées par exemple dans le roman Hyperion, de Dan Simmons. Dans Oath of fealty, de Larry Niven et Jerry Pournelle (1981), une arcologie est créée par une entreprise privée après des émeutes à Los Angeles, dans un futur proche. Ses habitants sacrifient leur vie privée et acceptent d’être filmés en permanence. La construction est gérée par un système informatique nommé Millie, auquel sont reliés les habitants par un implant bio-électronique implanté dans leur cerveau. Certains habitants travaillent par téléprésence, par exemple en réalisant à distance la construc­tion d’une base lunaire. Les arcologies de la science-fiction cyberpunk intègrent rarement la dimension écologique souhaitée initialement par Soleri. Dans ces univers sombres, il s’agit de structures liberticides qui finissent par aliéner les individus qui y vivent. La science-fiction de Silverberg n’est pas cyberpunk. Pour rappel, ce dernier courant est né au début des années 1980, sous l’impulsion d’auteurs comme William Gibson et Bruce Sterling, qui s’intéressaient notamment à l’impact de l’informatisation sur l’organisation des sociétés. Silverberg mentionne dans quelques extraits l’informatique qui contribue au bon fonctionnement des monades. Il évoque même une numéri­sation des archives et une forme d’Internet à travers le chapitre 4 consacré à l’activité d’historien de Jason Quevedo. Ce personnage dispose d’un bureau qui n’est pas une nécessité car il pourrait recevoir à domicile les documents nécessaires à ses recherches sur son « pupitre électronique » :

  • 3 Ibid., p. 99-100.

Devant son pupitre électronique il a accès à n’importe quelle œuvre d’art considérée comme humainement sanctifiante (…). N’existe-t-il pas des ré­seaux inter-monadiaux de communication instantanée capables de trans­mettre toutes les informations nécessaires ?3

La verticalisation, parade au malthusianisme

12Le livre Les monades urbaines conçoit la verticalisation de la civilisation humaine comme une réponse au malthusianisme, qui connaissait un renou­veau dans certains groupes sociaux dans les années 1960-70. Thomas Robert Malthus a publié Essai sur le principe de population en 1798. Il influença de nombreux penseurs, principalement, britanniques, et notamment Charles Darwin pour sa théorie de la sélection naturelle. Sa théorie explique que l’augmentation des ressources alimentaires est moins rapide que la progres­sion démographique, ce qui engendre une paupérisation de la population. Elle fut appliquée en Chine avec la politique de l’enfant unique. Les idées malthusiennes resurgissent de temps à autre dans le débat politique.

13Si la catastrophe annoncée par Ehrlich n’a pas eu lieu, ce dernier estime avoir contribué à une prise de conscience globale sur les périls liés à une croissance incontrôlée de la population. Les théories néomalthusiennes n’ont apparemment pas convaincu Robert Silverberg, qui propose une fiction aux antipodes des perspectives d’Ehrlich.

14Les habitants éliminent les réfractaires à l’idéologie monadienne, ce qui confère à cette organisation une dimension dictatoriale, voire totalitaire. Leur croyance peut se justifier d’un point de vue biblique, Dieu ordonnant à Noé, dans la Genèse, « Croissez et multipliez, et remplissez la terre ». Le popula­tionnisme prôné dans les monades s’oppose radicalement au malthusianisme. Il privilégie l’accroissement de la population humaine. Cette idéologie, pour ne pas dire cette théocratie constitue une sorte de dérive de la pensée des hippies, qui souhaitaient vivre en communauté en érigeant la paix et l’amour en valeurs primordiales. La dérive vers un système totalitaire en 2381 est la conséquence de famines qui provoquèrent une prise de conscience globale de la nécessaire réorganisation de la civilisation.

Une famine à l’origine de la verticalisation

  • 4 Ibid., p. 100.

15Intéressons-nous désormais au chapitre 4 du roman, consacré à l’historien Jason Quevedo. Il apporte des éléments de compréhension des origines des monades urbaines, car il est spécialiste de la civilisation pré-monadiale, qui s’est éteinte au XXIe siècle. Ses études le confortent dans sa conviction de vivre dans un monde idéal. Il souhaite même développer une thèse intitulée La monade urbaine en tant qu’évolution sociale : paramètres de l’esprit définis par la structure communautaire4, selon laquelle la transition vers la société monadiale a fondamentalement transformé l’esprit humain :

  • 5 Ibid., p. 100-101.

L’ancienne philosophie expansionniste-individualiste a été abandonnée ainsi que ses conséquences (à savoir l’ambition territoriale, la mentalité conquistador, la poussée vers le toujours plus loin) au profit d’une sorte de conscience collective centrée sur la croissance ordonnée et illimitée de la race humaine.5

  • 6 Ibid., p. 103.

16Pour Jason, la société horizontale est une aberration qui ne pouvait que disparaître. C’est l’occasion pour lui, en consultant des documents d’archives, de s’étonner de la logique de la société de consommation, de la présence de rues, d’automobiles, et d’habitations individuelles qui consti­tuent un gaspillage d’espace potentiellement utile à l’agriculture. La vertica­lisation est conçue comme une optimisation de l’espace et comme une apothéose de l’urbanité. Son travail d’historien l’oblige à imaginer comment les contemporains de Silverberg auraient jugé les monades urbaines, proba­blement comme un enfer dans lequel la prolifération démographique serait jugée comme une absurdité incompréhensible, bien que reposant sur un socle de croyances en une divinité assurant le bonheur de tous. Il est conscient du jugement négatif qu’un homme du passé aurait pu avoir sur l’élimination des anomos, ces derniers remettant en cause la légitimité d’un nouvel Homme appelé « Homo urbmonadis »6. Jason tente de comprendre les réflexes malthusiens des membres de la civilisation horizontale. Il constate que de nombreux textes s’opposent aux politiques natalistes, bien que la population ne compte que quatre milliards d’individus. Il s’étonne que la verticalisation ne soit pas devenue une évidence plus rapidement. Il établit un dialogue imaginaire avec les hommes du passé et justifie radicalement la civilisation monadiste, contre la répression inspirée par le malthusianisme :

  • 7 Ibid., p. 104.

Une civilisation ne peut conserver son élan (et si elle n’accélère pas elle meurt) qu’en exploitant la fertilité que Dieu nous a donnée. Nous avons résolu le problème de la place pour tous. La Terre porte une population dix ou vingt fois supérieure à ce que vous imaginiez comme le maximum ab­solu. Vous y voyez une répression et un autoritarisme. Mais que faites-vous des milliards de vies qui n’auraient jamais existé dans votre sys­tème ? N’est-ce pas là la pire répression, interdire de vivre à des êtres hu­mains ?7

17Jason pense qu’un nouvel Homme, l’Homme monadial, est la conséquence de la verticalisation de la société. Il lui est conseillé de s’associer avec un généticien pour déterminer si l’espèce s’est purgée de certains gènes la poussant notamment à se battre pour le pouvoir, la conquête de biens et de propriétés, bref d’une pensée expansionniste occidentale. La critique du capitalisme développe ce type d’arguments sans pour autant promouvoir la création de structures urbaines monadiales. L’imaginaire du futur de Silverberg, conçu par l’auteur comme une expérience de pensée, alimente de nombreux débats sur la gestion optimale de la population et est utile à de nombreuses disciplines, de l’architecture et la géographie ou la science politique, en passant par la sociologie, l’économie, la démographie ou les sciences de gestion. Jason estime que les politiques malthusiennes menées notamment au XXe siècle ont mené à la disparition d’une civilisation immo­rale.

18Au chapitre 6, Micael, le beau-frère de Jason, quitte la monade, avide de découvrir le monde extérieur. Il est capturé après plusieurs heures de fuite par une communauté d’agriculteurs. Il finit par dialoguer avec Artha, une habitante d’un village. La confrontation des deux univers révèle des visions du monde et du contrôle social radicalement opposées. Les agriculteurs limitent les naissances dans une perspective malthusienne car ils ne souhai­tent pas s’étendre horizontalement, cela menant à la transformation de terres utiles à l’agriculture. Micael, convaincu du bien-fondé des monades, lui suggère de s’organiser verticalement. Artha et Micael affirment tous les deux êtres heureux, mais ne partagent pas les mêmes rites et coutumes relatifs à la natalité.

19Le livre Les monades urbaines peut aussi être considéré comme une critique du mode de vie dans les lieux de vie verticaux. Les habitants du roman estiment que leur mode de vie est idéal car ils se sont adaptés après plus de deux cents ans passés à se reproduire, principalement. Pourtant, leur organi­sation apparaît comme cauchemardesque aux observateurs extérieurs. Les monadiens n’ont pratiquement aucune intimité, et habitent dans des loge­ments exigus. Le roman oppose les habitants radicalement conscients de la chance qu’ils ont de vivre dans de telles structures et de se reproduire à la gloire de Dieu, et les opposants, les anomos, qui sont présentés comme des êtres ne pouvant plus supporter ce système totalitaire. Les monades sont la conséquence d’un instinct de survie de l’espèce humaine qui a choisi à un moment donné, en raison d’une famine, de totalement reconsidérer son organisation. Le traitement des opposants, la politique nataliste radicale, entre autres, font penser à un régime politique qui, malgré son ambition d’être une utopie réalisée, constitue une dystopie, un moyen pour Robert Silverberg de critiquer les politiques urbaines menant à l’accumulation de nombreux individus dans des tours, sans se préoccuper des libertés indivi­duelles, dont le respect est édicté dans les démocraties libérales « droits de l’hommistes » aux XXe et XXIe siècles. Silverberg situe l’action dans un monde qui a mis de côté certaines libertés et certaines valeurs philoso­phi­ques au nom d’un intérêt collectif considéré comme supérieur. Les justifica­tions de leur révolte et de leur mal-être par les anomos font penser aux critiques apportées par certains habitants de grands ensembles.

Une fiction métaphorique, prospective, ou une expérience de pensée ?

20Le bonheur collectif permis par la verticalisation urbaine fut obtenu à la suite de l’effondrement du précédent modèle civilisationnel. Il est pourtant tentant de considérer ce roman comme une métaphore de la réalité urbaine des années 1960-1970, ou comme une anticipation, l’action se situant en 2381. À la lueur des données actuelles, son scénario est-il crédible et anticipe-t-il un nouveau système urbain et organisationnel dans lequel l’Humanité pourrait s’épanouir en cas de crise alimentaire ?

21Les réponses apportées par la science-fiction aux grandes catastrophes permettent de situer ce roman dans un genre qui se situe la plupart du temps dans le futur (Stableford, 2006). Les solutions à de grands cataclysmes sont souvent radicales, et éloignées des valeurs démocratiques. Le réchauffement climatique, les pandémies, les attaques d’extraterrestres ou de monstres, les guerres nucléaires sont des thèmes qui se retrouvent notamment dans la science-fiction post-apocalyptique (Scholes, 1975). Le livre Les monades urbaines n’appartient pourtant pas à ce genre. La transition vers les villes verticales s’est certes réalisée à la suite d’une grave crise alimentaire, mais rien n’indique dans le roman que les survivants résident dans les ruines d’un monde détruit. L’Humanité a réussi à survivre en construisant des tours gigantesques. Ces édifices constituent les technologies utopiques de ce livre. Des techniciens et ingénieurs sont d’ailleurs nécessaires pour assurer le bon fonctionnement des monades, qui permettent un confort optimal à leurs occupants. Les douches moléculaires sont souvent évoquées, ainsi que les pupitres électroniques, par exemple. Le monde extérieur est aussi réorganisé grâce à la technologie. Les immenses terres agricoles sont gérées par des machines afin d’optimiser la production alimentaire. Le progrès technique n’a donc pas été altéré par la catastrophe qui a poussé les humains à cons­truire les monades. La verticialisation fonctionne car elle est réalisée sur toute la planète, ce qui évite de donner l’occasion à d’éventuels opposants d’ériger un autre mode de vie en modèle alternatif qui pourrait provoquer l’anomie et la critique de la part des monadiens.

22Ce roman reproduit les questions démographiques des années 1960 et 1970. Cette métaphore rappelle que le malthusianisme revenait en force à cette époque, lors de laquelle les experts estimaient que l’Humanité ne pourrait pas continuer à croître longtemps à son rythme. La régulation de la popula­tion était une question centrale, ce qui poussa Silverberg à réfléchir à ce thème sous la forme d’un roman de science-fiction qui fit office d’expérience de pensée. Ce thème de la surpopulation fut certes abondam­ment relayé par de nombreux autres auteurs, mais finit par devenir une question secondaire dans le débat politique mondial. Dans les années 1950, c’est la peur de la guerre atomique qui posait problème et qui généra de nombreuses questions. Puis, dans les années 1980-90, l’informatisation de la société et la pollution de la planète apparurent comme des enjeux stratégi­ques centraux, ce qui fut illustré notamment dans le courant cyberpunk. Depuis les années 2000-2010, le changement climatique est devenu le sujet de préoccupation central des décideurs du monde entier. La science-fiction propose de multiples récits relatifs à cet enjeu, si bien qu’un nouveau courant fut nommé la « fiction climatique ». La science-fiction accompagne donc les grandes réflexions sur les enjeux globaux, pour critiquer des situations absurdes, mais aussi pour proposer des solutions, souvent stimulantes pour les décideurs, mais aussi parfois très éloignées des capacités techniques effectives permettant de les mettre en œuvre (Michaud, 2014). Construire des monades urbaines est ainsi techniquement impossible à l’époque de sortie du roman. Pourtant, cette fiction demeure lue et consultée par les spécialistes car elle pose des questions pertinentes concernant la gestion de la population dans le futur. Les adeptes de la verticalisation des zones urbaines estiment cependant depuis les années 2000 que l’agriculture pourrait être intégrée directement dans des zones urbaines, à proximité immédiate des logements (Rio, 2013).

23Ce roman peut-il être utile aux prospectivistes pour mettre en place un nouveau modèle de civilisation urbaine ? Que faire de la science-fiction dans le processus de création de plans architecturaux, et dans l’invention des sociétés du futur ? (Kitchin et Kneale, 2001). La science-fiction permet une distanciation cognitive (Suvin, 1977) et une distanciation critique vis-à-vis de situations présentes. La majorité des auteurs de science-fiction rejettent l’idée selon laquelle leurs œuvres sont conçues dans le but de décrire le futur (Hottois, 2013). L’utilisation de ces récits par la prospective est donc indépendante des objectifs des auteurs. Les futurologues et prospectivistes s’associent cependant parfois à des écrivains de science-fiction pour établir des scénarios, ou des prototypes science-fictionnels (Johnson, 2011). Par ailleurs, bien que de nombreux récits soient rédigés par des scientifiques, l’idée selon laquelle l’imaginaire serait à l’origine des pensées scientifiques demeure une pure hypothèse. Il est préférable d’affirmer que la science-fiction constitue une métaphore permettant de familiariser les lecteurs avec les grandes problématiques technoscientifiques de la société. Les auteurs de la revue de prospective Futuribles (juillet-août 2016) ont réfléchi sur la fonction de la science-fiction dans l’invention de l’avenir. Gérard Klein affirme notamment que :

  • 8 Klein Gérard, « L’invention de l’avenir : prospective et science-fiction », Futuribles, juillet-aoû (...)

Le prospectiviste est légitimement tenté de rechercher des pistes dans ce continent de représentations imaginaires de l’avenir que constitue la litté­rature de science-fiction. L’abondance de prévisions exactes ne peut que l’y encourager.8

  • 9 Ibid.

24Il note cependant trois erreurs à éviter. Le prospectiviste doit se convaincre que « la science-fiction ne lui propose pas un reflet anticipé des avenirs possibles, mais seulement des représentations de tels avenirs »9. Il conseille aussi de s’intéresser davantage aux nouvelles qu’aux romans, et de considé­rer l’intérêt de ces textes en fonction de leur contexte historique de produc­tion. La prospective en matière d’urbanisme, d’architecture et d’amé­nage­ment du territoire s’intéresse à la verticalisation, en gardant à l’esprit les représentations ambivalentes de ce système organisationnel. L’histoire dira si Silverberg est un prophète qui, en situant son action au XXIVe siècle, avait pressenti la nécessité pour l’Humanité d’élaborer des monades urbaines.

Une dystopie urbaine, ou une utopie nataliste ?

25Le roman de Silverberg constitue autant une dystopie urbaine (Claeys, 2016) qu’une utopie sociale (Chirpaz, 1992). La densité, la répression des oppo­sants, et la verticalité de l’organisation sont des éléments négatifs de la fiction. Certains personnages sont même conscients que le contrôle social très strict pourrait être remis en cause si les opposants au système n’étaient pas réprimés sévèrement. Le natalisme est à l’inverse considéré comme un élément central du pacte social de cette société, les individus se mariant et procréant très jeunes. Le sentiment de vivre dans une société aux ressources illimitées génère un optimisme et un enthousiasme laissant imaginer une organisation sociale utopique. Le confort et le bien-être des habitants sont assurés. L’utopie nataliste présentée par Silverberg fait référence au baby-boom qui a eu lieu en Occident après la seconde guerre mondiale. Au lieu de considérer l’expansion démographique comme un problème, l’auteur la présente comme un progrès et comme un impératif moral. Il imagine un monde assurant le bonheur de tous. En ce sens, dans la mesure où les habitants sont heureux, le roman constitue davantage une utopie qu’une dystopie. La verticalisation est un progrès dans la mesure où elle permet d’optimiser l’espace urbain. Mais les décideurs politiques ont tendance à relativiser cette conception pour promouvoir l’urban sprawl depuis plusieurs décennies. Les grandes tours sont la plupart du temps construites pour accueillir des entreprises comme des multinationales (Douglas, 2004). De nombreux services sont disponibles et il est possible de s’y épanouir socia­lement. Si les grandes tours sont des symboles du capitalisme triomphant (Campi, 2000), peu d’entre elles sont construites dans un but d’habitation. Pour cette dernière fonction, les urbains privilégient souvent des logements de plusieurs étages, mais très loin d’atteindre les hauteurs évoquées dans Les monades urbaines. Les villes verticales rendent-elles plus heureux que les villes horizontales dont le modèle est dominant depuis les années 1980 (Koerte, 1984) ? S’il est difficile de répondre à cette question, il est en re­vanche connu que la périurbanisation provoque de nombreux effets négatifs sur l’environnement, consommant de nombreuses terres cultivables et polluant davantage qu’une urbanisation verticale (Samyn, 2014). Silverberg a le mérite d’avoir anticipé les effets néfastes de ce type d’urbanisme, pourtant imaginé dans le but de rendre plus humaine la vie dans les villes. En proposant une réflexion sur le futur des rapports entre les villes et les campagnes, il s’inscrivait dans la lignée d’auteurs de science-fiction qui s’intéressaient aux limites d’un système de peuplement potentiellement dange­reux pour les équilibres écologiques et sociaux à une échelle globale. Les deux modèles de gestion des zones urbaines ont des avantages et des incon­vénients. L’horizontalisation est néfaste pour les écosystèmes et les terres agricoles. La plupart des experts estiment cependant que les pavillons individuels sont préférables pour le logement des familles, qui cherchent le plus souvent à éviter de vivre dans des tours, aux défauts multiples. La verticalisation, au contraire, permet de libérer de l’espace pour l’agriculture et pour le maintien des écosystèmes. En revanche, la promiscuité et la forte densité d’habitants peuvent provoquer des conflits sociaux et du mal-être. Dans le roman Les monades urbaines, l’historien estime qu’un nouvel homme est né après plus de deux siècles de civilisation monadiale. Il accepte sans difficulté les caractéristiques de son existence dans les tours. Son esprit critique a été éliminé. Si un lecteur du XXIe siècle est tenté de considérer les monades comme une dystopie (Aldridge, 1984), l’individu du XXIVe siècle considère la ville verticale comme une utopie réalisée et n’envisage un changement que lorsqu’il devient un anomos.

26Dans Les monades urbaines, l’Humanité a choisi une expansion verticale. En plus d’avoir colonisé Vénus, elle a construit des tours impressionnantes, qui ont aussi permis une organisation sociale harmonieuse (Parker, 2003). La hiérarchie de classes demeure cependant, puisque les chefs habitent dans les étages les plus hauts, à l’inverse des classes sociales inférieures qui sont logées dans les bas étages. Bien que tolérées, les interactions entre personnes de classes différentes sont dans la pratique limitées. L’organisation de la cité verticale n’en demeure pas moins validée par la très grande majorité des monadiens. Il faut cependant avoir à l’esprit que la contestation n’est pas tolérée et est très sévèrement sanctionnée. Une telle organisation urbaine, caractérisée par une très forte densité, ne peut en effet fonctionner que si le contrôle social est optimal. L’utopie verticale repose ainsi sur une régulation totalitaire des opposants. En cela, ce roman ne prétend pas proposer une utopie, mais plutôt apporter la critique d’un type de société que peu d’experts osent même imaginer. Plusieurs grands classiques de la science-fiction critiquent les tendances autoritaires des sociétés humaines, comme 1984, d’Orwell, Fahrenheit 451 de Ray Bradbury ou Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley. La science-fiction constitue un rempart contre toutes les formes de dictatures, en anticipant d’éventuelles dérives organisationnelles et idéologiques (Marcus, 1995).

Conclusion

27Robert Silverberg a réussi à présenter un récit montrant les dérives possibles d’une utopie initiale devenue un système inhumain. Les conséquences des projets utopiques sur la population sont d’ailleurs bien souvent inverses à celles escomptées (Moylan, 2000). L’utopie sociale se transforme en effet en dystopie, comme le montre le sort des anomos, éliminés ou reconditionnés pour éviter qu’ils nuisent à l’organisation verticale. Si les fondements philosophiques initiaux semblent attractifs, ils impliquent cependant une évolution et une adaptation de la nature humaine à des conditions de vie difficilement envisageables pour le visiteur de Vénus ou par le lecteur du XXIe siècle. Silverberg touche cependant un point de philosophie politique intéressant. Les humains, selon La Boétie, ont tendance à accepter et à justifier les systèmes autoritaires, les condamnant à ce qu’il nomme la « servitude volontaire ». Les idéologues de la ville verticale font tout pour éviter la contestation, et les habitants des monades ne se plaignent que très rarement, affirmant dans la quasi-intégralité des cas apprécier leurs condi­tions de vie.

28En ce qui concerne la dimension anticipatrice de la science-fiction, il est intéressant de lire Vertical, the city from satellites to bunkers de Stephen Graham (2016). Il s’intéresse à l’impact de la science-fiction sur les projets et conceptions des urbanistes et architectes. Il estime que la verticalisation des villes est un thème présent dans de nombreuses cultures. Il évoque aussi les représentations de la ville dans Blade Runner qui, bien que dystopiques, mobilisent encore l’attention. Le gigantisme est un élément récurrent des décors de la science-fiction. Par un phénomène de filtrage, les décideurs sont capables de transformer un environnement fictionnel infernal en une réalité positive et un lieu de vie édénique.

29Plus de quarante ans après la publication des Monades urbaines, le projet Tall Tower a été lancé en 2014 par l’auteur de science-fiction américain Neal Stephenson, à travers le projet Hieroglyph, hébergé par le Center for science and the imagination de l’Arizona State University. Hieroglyph regroupe de nombreux auteurs de science-fiction, mis en relation avec des ingénieurs et scientifiques dans le but d’imaginer les technologies qui changeront le monde dans les prochaines années. Outre Neal Stephenson, citons par exemple Cory Doctorow ou Bruce Sterling. Stephenson a établi le constat il y a quelques années d’une tendance de la science-fiction à ne plus assumer son rôle de générateur d’utopies et de fictions optimistes sur le futur de l’Humanité. Il remarqua, à la suite de constats de scientifiques, que les auteurs avaient de plus en plus tendance à produire des textes et films dystopiques, qui inspiraient peu les ingénieurs qui avaient pris l’habitude, principalement aux États-Unis, de réaliser les représentations de technolo­gies utopiques de la science-fiction (Michaud, 2014). Stephenson propose dans ce contexte de créer une tour de 20 km de haut, dans le but de lancer des engins spatiaux. Une nouvelle sur ce thème a été publiée dans le livre Hieroglyph : stories and visions for a better future (2014). Cette initiative originale pourrait orienter de nouveaux auteurs à concevoir des récits conformes à l’idée de Neal Stephenson. Cette approche met en perspective le récit de Silverberg en gommant les éléments dystopiques de son roman pour ne retenir que le projet technopolitique reposant sur la création de gigan­tesques tours.

30La symbolique de la verticalité est devenue un enjeu géopolitique à la suite des attentats contre le World Trade Center en 2001. Ces deux tours étaient le symbole de la puissance américaine. À la suite de leur effondrement, des tours encore plus grandes furent érigées en Chine et au Moyen Orient, comme pour signifier un changement symbolique des lieux de pouvoir dans le monde. La proposition de Stephenson de créer une tour de 20 km de haut s’inscrit dans une réflexion géostratégique qui cherche à conforter l’hégémonie des États-Unis. L’imaginaire et le soft power américains contribuent à alimenter un storytelling (Salmon, 2008) depuis la seconde guerre mondiale. La science-fiction a aussi comme fonction d’alimenter la réflexion prospective en représentations imaginaires futuristes (Slaughter, 2003). L’étude de ces récits est importante pour comprendre et anticiper l’évolution urbaine (Menegaldo, 2007), mais aussi pour critiquer certaines tendances potentiellement néfastes au bonheur de la population.

Haut de page

Bibliographie

ABBOTT Carl, 2007, « Cyberpunk cities: science fiction meets urban theory », Journal of Planning Education and Research, vol. 27, n° 2, p. 122-131.

ALDRIDGE Alexandra, 1984, The scientific world view in dystopia, Ann Arbor, UMI Research Press, 150 p.

BRIX Michel, 2008, L’Amour libre. Brève histoire d’une utopie, Éditions Molinari, 244 p.

BUTLER Andrew M., 2012, Solar flares: science fiction in the 1970s, Liverpool University Press, 302 p.

CAMPI Mario, 2000, Skyscrapers: An architectural type of modern urbanism, Princeton Architectural Press, 195 p.

CHIRPAZ François, 1992, Raison et déraison dans l’utopie, Paris, L’Harmattan, 242 p.

CLAEYS Gregory, 2016, Dystopia: a natural history, Oxford University Press, 576 p.

DAVIS Mike, 2014, Au-delà de Blade Runner : Los Angeles et l’imagination du désastre, Allia, 160 p.

DOUGLAS Georges H., 2004, Skycrapers: A social history of the very tall building in America, McFarland, Jefferson, 280 p.

FORTIN David Terrance, 2011, Architecture and science fiction film: Philip K. Dick and the spectacle of home, Ashgate Publishing, 239 p.

GONZALEZ George A., 2009, Urban sprawl, global warming and the empire of capital, SUNY Press, 170 p.

HEWITT Lucy, GRAHAM Stephen, 2014, « Vertical cities: representations of urban verticality in 20th century science fiction literature », Urban Studies, vol. 52, n° 5, p. 923-937.

HOTTOIS Gilbert, 2000, Philosophie et science-fiction, Paris, Vrin, 156 p.

HOTTOIS Gilbert, 2013, Généalogies philosophique, politique et imaginaire de la technoscience, Paris, Vrin, 288 p.

JOHNSON Brian David, 2011, Science fiction for prototyping: Designing the future with science fiction, Morgan & Claypool Publishers, 190 p.

KITCHIN Rob, KNEALE James, 2001, « Science fiction or future fact? Exploring imaginative geographies of the new millennium », Progress in Human Geography, vol. 25, n° 1, p. 19-35.

KITCHIN Rob, KNEALE James (eds), 2005, Lost in space. Geographies of science fiction, London and New York, Continuum, 224 p.

KOERTE A., 1984, « Confinement versus liberation: a cross-cultural analysis on high-rise, high density living », in Y.M. Boey (ed.), High-rise, high-density living, Singapore, Singapore Professional Center, p. 175-186.

MALTHUS Thomas R., 1889, Essai sur le principe de population, Hachette livre BNF, 272 p.

MARCUS George E., 1995, Technoscientific imaginaries, University of Chicago Press, 570 p.

MENEGALDO Hélène et MENEGALDO Gilles, 2007, Les imaginaires de la ville : entre littérature et arts, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 499 p.

MICHAUD Thomas, 2010, Prospective et science-fiction, Paris, L’Harmattan, 212 p.

MICHAUD Thomas, 2014, L’imaginaire et l’organisation, la stimulation de l’innovation technoscientifique par la science-fiction, Paris, L’Harmattan, 208 p.

MINOIS Georges, 1996, Histoire de l’avenir, des prophètes à la prospective, Paris, Fayard, 676 p.

MOYLAN Tom, 2000, Scraps of the untainted sky: science fiction, utopia, dystopia, Westview Press, 406 p.

PARKER Martin (ed.), 2003, Utopia and organization, Wiley-Blackwell, 200 p.

RIO Yves, 2013, « La relation ville/campagne dans la littérature de science-fiction », Le Déméter, p. 241-258.

SALMON Christian, 2008, Storytelling, Paris, La Découverte, 252 p.

SAMYN Philippe, 2014, The vertical city, Bebooks, 126 p.

SCHOLES Robert E., 1975, Structural fabulation: an essay on fiction of the future, University of Notre Dame Press, 122 p.

SILVERBERG Robert, 2010, The world inside, Orb Books, 256 p.

SIMON Marvin, 2000, « Understanding urban futures: between science and science fiction », Foresight, vol. 2, n° 6, p. 559-577.

SLAUGHTER Richard A., 2003, Futures beyond dystopia: creating social foresight, Routledge, 336 p.

SOLERI Paolo, 1969, Arcology: the city in the image of man, Cambridge, MA. MIT Press, 132 p.

SQUIRES Gregory D., 2002, Urban sprawl: causes, consequences, & policy responses, The Urban Institute, 364 p.

STABLEFORD Brian M., 2006, Science fact and science fiction: an encyclopedia, Taylor & Francis, 729 p.

SUVIN Darko, 1977, Pour une poétique de la science-fiction, Montréal, Presses de l’Université du Québec, 228 p.

WESTFAHL Gary, 1998, The mechanics of wonder: the creation of the idea of science fiction, Liverpool University Press, 344 p.

Haut de page

Notes

1 Dans un article, Hewitt et Graham (2014), s’interrogent sur la façon par laquelle la science-fiction a animé certains thèmes et recherches contemporains sur le développement des villes, particulièrement à travers des représentations sur la verticalisation des constructions. Ils citent notamment Rob Kitchin et James Kneale (2005) qui expliquent que la science-fiction permet d’établir un entrejeu entre les écrivains, les lecteurs et le développement de l’espace. Ces représentations deviennent les éléments d’un imaginaire populaire et professionnel qui influence la pratique de l’architecture. Hewitt et Graham (2014) s’intéressent particulièrement à deux ouvrages de science-fiction traitant de la verticalisation des villes : The sleeper awakes, de H.G. Wells (1910), et High-Rise, de J.G. Ballard (1975). En finalité, l’objectif de ces deux auteurs était de déterminer les relations entre l’imaginaire science-fictionnel des villes verticales, et les espaces verticaux de l’urbanisme. High-Rise est présentée comme une exploration des implications sociales des constructions verticales. Ballard utilise la verticalité pour explorer les divisions sociales et la hiérarchie présente dans la société. La science-fiction cyberpunk s’est aussi intéressée aux villes du futur. Les représentations du Los Angeles de 2019 dans Blade Runner (1982) montrent un espace urbain tentaculaire et dystopique malgré les technologies de pointe qui permettent à une élite de contrôler le reste de la population (Butler, 2012). La pyramide néomaya de la Tyrell Corporation indique que les multinationales dominent la société. Le géographe et sociologue Mike Davis (2014) déduit de cette apocalypse urbaine certaines perspectives et une prospective des conflits sociaux résultant de cette organisation urbaine, tout en participant à une esthétisation catastrophiste de processus qui se sont révélés erronés, bien que les problèmes de la pollution et de la pauvreté dans certains quartiers demeurent.

2 Silverberg Robert, Les monades urbaines, Paris, Robert Laffont, p. 26.

3 Ibid., p. 99-100.

4 Ibid., p. 100.

5 Ibid., p. 100-101.

6 Ibid., p. 103.

7 Ibid., p. 104.

8 Klein Gérard, « L’invention de l’avenir : prospective et science-fiction », Futuribles, juillet-août 2016, p. 44.

9 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Michaud, « Les monades urbaines, entre utopie et dystopie de la ville verticale », Géographie et cultures, 102 | 2017, 83-99.

Référence électronique

Thomas Michaud, « Les monades urbaines, entre utopie et dystopie de la ville verticale », Géographie et cultures [En ligne], 102 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2018, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gc/5375 ; DOI : 10.4000/gc.5375

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals