Navigation – Plan du site

Trois tours terribles

Petite psychopathologie des monades urbaines
Three terrible towers: a little psychopathology of urban monads
Christophe Olivier
p. 121-141

Résumés

L’article propose une approche « mitoyenne » entre socio-anthropologie de l’espace et géographie culturelle sur l’espace vécu des grands bâtiments verticaux, en analysant trois récits de fiction prenant une tour pour cadre : « Total Environment » (Aldiss, 1968), The World Inside (Silverberg, 1971), et High-Rise (Ballard, 1975). On y étudie, en particulier dans les deux premiers, tirant profit de l’effet de loupe propre à la science-fiction « d’avertissement », en dégageant des faits socio-spatiaux saillants, la co-construction des formes de l’espace et des formes de socialisation. Ces catégories nous sont utiles dans un second temps pour l’analyse de High Rise, lequel nous guide dans les dynamiques de la désagrégation sociale. High-Rise expose un développement idéaltypique combinant types psycho­logiques et schémas d’évolution socio-spatiale, au cours duquel l’immeuble conçu pour la vue panoramique se retourne sur son intérieur, et dont l’aboutissement est l’enfermement paradoxal d’une population retournée à l’état de barbarie. On interroge pour finir la pertinence heuristique de cette analyse, et on dégage l’intérêt spécifique de ce détour par la science-fiction.

Haut de page

Texte intégral

Géographie et socio-anthropologie de la troisième dimension

1Comment les formes de socialisation sont-elles influencées par, et en retour influencent-elles l’espace et les configurations matérielles ?

2Pour un des premiers sociologues à aborder le problème avec une certaine consistance, Simmel, l’espace en tant que tel n’est jamais la cause efficiente des phénomènes observés par la sociologie, mais toujours une simple condition formelle. « Ce n’est pas l’espace, mais l’organisation et la synthèse de ses parties qu’opère l’esprit qui a une importance sociale ». Cependant, poursuit-il, « il peut être avantageux de s’attarder sur l’aspect spatial des phénomènes car il nous fournit souvent des données claires sur les forces efficientes » (Simmel, 2013, 599-601). Ce qui justifie à date ancienne aux yeux de la sociologie naissante l’approche géographique. On sait cependant qu’en France les tendances expansionnistes de l’école durkheimienne, et la résistance des héritiers de Vidal de la Blache vont plutôt avoir tendance à radicaliser les oppositions théoriques et institutionnelles (Rhein, 1982). C’est peut-être à la marge de ces querelles de chapelle, chez un durkheimien éclectique et ouvert, Halbwachs, qui rappelle le « possibilisme » d’un histo­rien battant les sentiers géographiques pour le compte de sa discipline, Lucien Febvre (1922, p. 216-25), que l’on peut aller chercher les premiers fondements d’une interdisciplinarité féconde : « Tout se passe comme si la société prenait conscience de son corps, de sa position dans l’espace, et adaptait son organisation aux possibilités qu’elle aperçoit ainsi. La morpho­logie sociale part de l’extérieur. Mais ce n’est pour elle, en effet, qu’un point de départ. Par ce chemin étroit, c’est au cœur même de la réalité sociale que nous pénétrons » (Halbwachs, 1970).

3Il semble que la géographie culturelle partage l’esprit de ce programme interrompu par la guerre, en insistant sur le rôle de la culture comme prisme dans les relations des sociétés avec leur espace (Claval, 2012, p. 131-3). Depuis « l’autre côté » socio-anthropologique, je voudrais dans ce qui suit m’avancer sur la frontière disciplinaire.

4Prenons un exemple de problème général que peut se poser une socio-anthropologie de l’espace. Y a-t-il quand on envisage la spatialité des phénomènes sociaux une spécificité de l’axe vertical par rapport aux phéno­mènes de surface ?

5L’anthropologie des représentations mythiques nous l’affirme de façon claire, même si on ne souscrit pas automatiquement aux approches uni­ver­salistes (Durand, 1992, p. 138-44) : il existe bien un symbolisme propre au vertical, aérien et souterrain, dont le contenu, spécifique ou pas à chaque société, se retrouve en général thématisé dans les représentations religieuses. Pour Durkheim, rien d’étonnant à cela : la conscience collective a sacralisé certaines formes du corps social dans le même geste qui a cons­truit les catégories dont fait partie l’espace (Durkheim, 1960, p. 627). Pour une anthro­pologie plus contemporaine (Bourdieu, 1980, p. 111-34), on peut encore noter que le champ des déplacements et des postures corporelles dans l’espace, en lien en particulier avec la gravité et la bilatéralité est fondamen­tal pour l’institution mythico-rituelle.

6Ces imaginaires de temps très long, ancrés dans les mémoires collectives des peuples, viennent-ils rejouer périodiquement dans les phénomènes sociaux ? La lente invention de la montagne en Europe, du Moyen-Âge au XVIIIe siècle (Joutard, 1986) a-t-elle subi et modifié ces mythologies célestes et souter­­raines ? L’avènement des aérostats (Dorrian, 2007) a-t-il fait de même ? On peut en faire l’hypothèse. On peut aussi supposer, dans une optique qui pourrait être proche de la géographie culturelle, que ces fonds « communs » ont été réfractés par des évolutions socio-historiques différen­ciées (par exemple pour l’imaginaire de la montagne en Chine, voir Jullien, 2014).

  • 1 Pour une histoire doublée d’une analyse critique de cette phase de la croissance urbaine, voir (Mum (...)

7Mais pour aborder l’exemple du phénomène vertical qui sera au cœur de cet article, intéressons-nous maintenant aux grandes cités des nations prospères du tournant du XXe siècle, Londres, Chicago et New York, où s’invente dans une frénésie technologique1l’architecture verticale (aérienne et souterraine).

Ville verticale et imaginaire

8De cette époque, nous avons au moins hérité, outre les bâtiments, d’un imagi­naire populaire bien visible, celui que des Robida, Fritz Lang, Harry Petit, Frank R. Paul et autres ont matérialisé sur leurs films, leurs livres et leurs magazines. Ces images sont restées, sans doute parce qu’en mêlant souvent architecture et transport aérien elles sont si consubstantielles à ce genre bicentenaire, bâtard des révolutions industrielle et romantique. On peut facilement retrouver leur influence dans nombre de succès de la science-fiction de la fin du XXe siècle, de Godzilla au Cinquième Élément, en passant par Blade Runner (Davis, 1992).

  • 2 Ci-dessous respectivement « TD », « MU » et « IGH », d’après les titres des éditions françaises uti (...)

9Mais les textes et les idées de la science-fiction (SF) ont eux suivi leur bonhomme de chemin, en phase avec leur époque. Il se trouve en effet que la SF, en plus d’avoir fait sa marque de fabrique du jeu avec la modernité, et de sa critique, est également attachée par des liens profonds à l’art spatial de l’urbanisme (Hewitt & Graham, 2015, P. 925). Ces deux domaines de savoir et d’imaginaire se sont mutuellement fécondés tout au long de leur histoire commune si bien que la SF en a hérité une riche thématique urbaine (Stableford et al., 2015). Pour le sujet, inspiré par l’article de Harris (2015, p. 609‑11). De l’ethnologie des grands bâtiments verticaux, on en extraira un échantillon sous la forme de trois récits dont le cadre est une tour, qui sont des tentatives d’imaginer des expériences limite plus ou moins contrôlées de vie confinée, en densité élevée pour deux d’entre eux : « Total environment » (Aldiss, 1968), The World Inside (Silverberg, 1971) et High Rise (Ballard, 1975)2. Ces textes classiques (au moins pour les deux der­niers), contemporains aussi bien des débats qui suivirent les premières expériences de grands ensembles d’inspiration corbuséenne à partir de la seconde moitié du XXe siècle, que de la grande peur de la « bombe démo­graphique » des années soixante, relèvent tous trois d’une SF qu’on pourrait appeler « d’avertissement ». On notera tout de suite que si on espère montrer qu’il reste pertinent de les interroger à partir d’un point d’entrée assez purement architectural (l’Immeuble de Grande Hauteur), la réflexion urba­nistique dont ils sont les rejetons fait maintenant partie de l’histoire, comme Mike Davis en particulier s’en est largement fait l’écho à partir de ses études angelines. L’étalement urbain et la désagrégation sociale dans les mégapoles contemporaines par exemple – bien qu’ils commencent à apparaître dans IGH – constituent les thématiques d’une période ultérieure de la SF, que l’on peut dater de la décennie suivante, avec Octavia Butler, le cyberpunk ou les dernières œuvres de Ballard. Nous reviendrons donc en conclusion sur le champ d’application possible de notre analyse.

Partir des fictions

  • 3 Voir un exemple de ce genre d’analyse dans Jameson (1987).

10De façon plus générale, on peut encore avancer la raison suivante des liens particuliers de la SF à l’espace : Lehman (2001) constate que le « sense of wonder » caractéristique du genre (et qu’il retrouve néanmoins ailleurs – chez Kafka, Borgès,...) est basé sur l’animation matérielle des métaphores, qui peuvent aller de la simple comparaison à la vision du monde. Ce qui signifie que la SF (et les textes apparentés) tend à la spatialisation de toute sorte de matériaux. D’un point de vue formel, ces textes se construisent donc dans l’hyperbole de la métaphore spatiale filée3.

11Si la géographie peut se targuer d’une tradition de fécondation croisée avec les études littéraires (Lévy, 1997), y compris en particulier avec la SF (Kitchin & Kneale, 2002), l’approche par la fiction me semble moins bien organiquement établie en socio-anthropologie (voir cependant Lassave, 2002 et Longo, 2015). Il ne s’agit pas de traiter le texte en symptôme d’un incons­cient collectif que l’écrivain mettrait au jour (la SF ne sera pas considérée comme une mythologie), ou d’une subjectivité dont on valoriserait l’unicité (pas d’analyse du génie littéraire, ce qui n’est d’ailleurs pas un jugement de valeur sur le caractère esthétique de la SF en général), mais plutôt en parte­naire épistémologique (Majastre, 1999, p. 47) : comme l’idéal-type sociolo­gique est une fiction (Weber 1965), on veut parier qu’on peut le découvrir dans une fiction littéraire.

12Pourquoi encore la SF ? Outre les rapports de contenus déjà évoqués, qui constituent un premier ensemble de raisons dans le domaine qui nous intéresse, il existe un argument plus général à l’« usage » de la SF en sciences sociales. Nulle part ailleurs que dans ce genre la visibilité de la construction sociale n’est meilleure, car le travail de l’écriture, puis celui de la lecture, passe par une reconstruction contrôlée (Langlet, 2006, p. 24-9) d’une partie plus ou moins grande d’un paradigme inédit, « qui ne s’effondre pas deux jours plus tard » (Dick, 1995). Souvent, on a donc affaire à un exercice de modélisation sociologique, et dans les meilleurs des cas à quelque chose qui peut nous aider dans l’analyse de notre monde.

13Il s’agira donc de considérer les textes non seulement comme des exemples fictifs d’histoires vécues dans des sociétés humaines particulières, mais également comme des analyses socio-anthropologiques déguisées, dont on pourrait exhiber les idéaux-types en fonctionnement.

  • 4 Du point de vue d’une poétique de la SF, on pourrait par exemple insister plus sur la totalité des (...)
  • 5 Le détail de cette analyse est à paraître. On s’est servi en particulier du texte synthétique (Harv (...)

14Les trois textes seront abordés de façon différenciée, pas dans une optique de comparaison ni d’ailleurs d’analyse littéraire « canonique »4 (le « chrono­tope » de Bakhtine (1987, p. 384-98) est le seul vrai concept d’origine littéraire que j’évoquerai, mais justement parce qu’il est déjà si polyvalent chez son inventeur), même s’il s’agit ici surtout de tenter de faire dialoguer des traditions disciplinaires différentes dans le respect de leurs spécificités. Les faits socio-spatiaux saillants et la co-construction des formes de l’espace et de socialisation, seront le plus visibles dans TD et MU, les deux textes les plus distanciés, qui nous serviront de révélateurs. Les catégories dégagées nous seront utiles dans un second temps pour l’analyse d’IGH et des dyna­miques de la désagrégation sociale. Pour ces deux phases, les outils d’analyse socio-spatiaux de la géographie seront mis en commun avec des notions plus socio-anthropologiques. Ici, on s’est en particulier inspiré des travaux de David Harvey5, qui présentaient l’avantage d’offrir une réflexion globale sur la notion d’espace, dans un cadre déjà influencé par l’approche sociologique.

Thématique socio-spatiale

Verticalité et frontière

Le champ de vision – système vertical/horizontal

15Dans MU et IGH, la stratification sociale est nette, et se reflète dans l’éta­gement architectural des niveaux, avec classiquement depuis le XXe siècle en Occident les classes privilégiées en haut.

16Dans IGH, cette perception hiérarchique s’installe peu à peu en dépit d’une certaine homogénéité sociale initiale. La thématisation verticale de la hiérarchie sociale, matérialisation de la métaphore typique de la SF, contient elle-même plusieurs dimensions vécues : le poids de l’immeuble, ressenti dans les appartements du bas, est comme le poids d’une hiérarchie (IGH, p. 502) ; le haut n’est rien sans le bas qui le soutient (« ton patron a besoin de toi... ») – ressenti par le haut quand le bas sera soupçonné de vouloir couper les voies d’approvisionnement (p. 583) – ; la sensibilité à ce qui se passe en haut, mais l’oubli de ce qui se passe « deux niveaux en dessous » (p. 442-452). L’espace vécu ressemble en général à un axe orienté vers le haut, avec un « bas » indéterminé, une origine centrée autour de son propre étage, et une flèche montrant, au-delà d’une ligne de démarcation personnelle, soit avec envie le groupe de référence, soit les nuées indistinctes (p. 453).

17Cet imaginaire socio-spatial travaille également le raisonnement géomé­trique en faisant intervenir l’extérieur horizontal par le biais du point de vue : le champ de vision plus étendu à mesure que l’on monte en altitude permet d’accéder à un point de vue de plus en plus aérien, de plus en plus insensible aux détails de la vie au niveau du sol, où corrélativement de plus grandes structures paysagères se révèlent. Il en va de même avec la dimen­sion temporelle, où les rythmes plus lents de masses plus étendues sont privilégiés. Ce point de vue entre en homologie avec la situation de pouvoir du dominant, où la puissance est mesurée par le nombre, l’étendue et la durée des phénomènes sur lesquels elle influe, ainsi qu’avec la quantité d’information disponible. C’est la « contemplation monarchique » de Bachelard (1948, p. 385). Dimensions verticales et horizontales font donc système dans cette machine à hiérarchiser. Si ce type de hiérarchie verticale est inconnu dans TD, c’est sans doute précisément en raison de l’absence de point de vue sur l’extérieur.

18On retrouve dans l’affectation des parkings en pied d’immeuble, sur un mode burlesque et pourtant si réaliste, le système horizontal/vertical : les places les plus proches sont réservées aux résidents des étages les plus hauts, « par souci d’équité » car ceux-ci ont plus de chemin à faire verticalement. Le cynisme de cette justification géométrique, où l’on voit presque un gigantesque mètre d’arpenteur épouser à angle droit le pied de l’immeuble de la place de parking jusqu’au balcon se révèle quand on rajoute que les gens « du haut » ont un accès privilégié aux ascenseurs rapides.

19La structuration dichotomique du système horizontal/vertical est particuliè­rement développée sur un autre point, dans MU : le monde extérieur est occupé par l’autre moitié de la population mondiale, celle des « communes agricoles ». C’est le monde « horizontal » face au monde « vertical », et c’est aussi une philosophie en tous points opposée à celle de la vie en monade, centrée elle sur « la verticalité considérée comme l’élément philosophique essentiel de la conformité humaine » (p. 241). La dichotomie est appuyée par l’aspect de campagne agricole mécanisée des étendues horizontales, c’est-à-dire des paysages cultivés quasi-déserts parsemés de quelques villages et survolés par des drones épandeurs et autres robots cultivateurs. Les circula­tions monades-campagne, essentielles aux deux parties (produits agricoles dans un sens, engrais et produits technologiques dans l’autre (p. 22)), sont souterraines, ce qui accentue à la fois l’aspect faussement naturel du pay­sage, et l’idée de l’exploitation, aux sens doublement politique et écolo­gique du terme, de la campagne par la monade, qui étend comme des racines son réseau souterrain pour pomper le flux nourricier.

20On voit que cette dichotomie horizontal/vertical en recouvre en fait d’autres, dont celle entre intérieur et extérieur, plus essentielle peut-être dans l’expé­rience vécue des résidents.

Une expérience de clôture

  • 6 Préfiguration évidente du style associé à l’architecte Richard Rogers depuis la conception du Centr (...)

21Dans TD, la tour étant le lieu d’une expérimentation psychosociologique, le monde extérieur ressemble à la pièce du laboratoire dans laquelle on a disposé l’échantillon à étudier : « Faite pour être regardée de l’intérieur, pas de l’extérieur, la Tour offrait à la vue de gigantesques parois laides et défigurées par toutes sortes de tuyauteries, canalisations et conduites qui se prolongeaient jusqu’au sommet » (p. 161)6 Les flux de matière, d’énergie et d’information entre le dehors et le dedans sont strictement contrôlés, comme dans tout protocole expérimental. L’observateur est désinfecté quand il entre dans la tour (p. 161). La nourriture est fournie à heures fixes par des sys­tèmes automatiques (p. 140), l’air est contrôlé (p. 173), des films spé­ciaux sont projetés pour donner aux habitants un aperçu du monde extérieur (p. 145, 151), et inversement des capteurs (micros et caméras) sont disposés à l’intérieur de la tour pour en surveiller la population (p. 136, 143, 161).

22Ce dispositif fait penser à l’idée d’institution totale qu’utilise Goffman (1961, p. 3-12) pour étudier la vie asilaire, au sens où toute la vie des rési­dents est organisée à plus ou moins grande échelle dans un même lieu fermé.

23Dans le monde puissamment administré de MU, si les déplacements à l’extérieur ne sont théoriquement pas interdits, ils sortent fortement de la norme, et sont suspects s’ils sont accomplis par des individus sans une justification professionnelle. Les monades sont programmées pour l’autarcie, en tenant compte des accords d’échange qui les lie au monde agricole horizontal, et la vie d’un habitant se déroule normalement entièrement à l’intérieur sauf dans le cas où il doit en intégrer une nouvelle pour cause de dépassement de jauge.

24Ces deux circonstances de sortie (anormale et programmée) sont au cœur des chapitres 6 et 2 qui exposent deux types de déviations à la « psychologie normale » de la monade. Dans le premier, c’est à la fois l’envie d’aventure (frustration de la vie programmée), d’élargissement de l’horizon (frustration spatiale) et de découverte de la nature qui pousse Micael à s’évader. Il découvrira alors le monde horizontal et sa culture exotique. Dans le second, il s’agit d’une déviation d’hypernormalité. Les habitants que l’on a condi­tionnés à faire de la monade leur lieu de vie unique, et chez qui on encourage ce qui nous apparaît comme une topophilie casanière (p. 57) doivent pour­tant accepter d’en changer, pour une monade identique, s’ils sont tirés au sort le jour où la leur est pleine. La condition de pionnier, obligatoire à certaines phases du fonctionnement de cette société, est aussi un passage délicat pouvant entraîner des crises personnelles. La religion sociale, qui prend ici clairement l’aspect d’une technique de gouvernement ainsi qu’une incitation plus ou moins musclée, en particulier chimique, est chargée d’y remédier. Une troisième circonstance importante de « contact » normalisé – et à distance – avec l’extérieur est la vision kantienne du ciel étoilé chez le « sanctificateur » (p. 235), vision de « dieu » destinée à faire retrouver l’échelle des réalités aux déviants (les « anomos ») en puissance. Il est intéressant de noter que la structure formelle du roman elle-même fournit l’image d’une clôture spatio-temporelle, et doublement. Chacun des petits récits interconnectés mais relativement autonomes nous fait toujours retrou­ver la tour, mais réfractée par les points de vue de personnages nouveaux, ce qui exprime bien le caractère de totalité auto-suffisante de ce lieu et de sa culture. C’est également la reprise de l’incipit « solaire » à la fin du roman après le saut désespéré dans le vide d’un de ses personnages focaux qui inscrit le roman entier dans le cycle clos du chronotope circadien.

25Abordé cette fois d’un point de vue dynamique, ce thème de l’enfermement dans l’immeuble, définit très exactement le chronotope d’IGH. Or ici, bien que chacun y ait concouru, il s’agit bien entendu d’un développement non voulu, voire paradoxal. Car c’est un désir de liberté matérielle et symbolique qui anime initialement les résidents, et les pousse à rechercher dans cette résidence verticale de grand standing le double profit de la sécurité et des grands espaces, en « colonis[ant] le ciel » (p. 460). Mais c’est en fait une volière que l’architecte Royal, lui-même résident du dernier étage, a conçu, de façon presque consciente (p. 623). Les oiseaux putatifs se retrouvent « emboîtés dans le ciel » (p. 444).

26Dans cette construction, le traitement par Ballard de la frontière entre l’immeuble et l’extérieur est très emblématique. La façade est conçue par l’architecte comme un lieu d’observation et de contemplation sûr, un des attraits de l’habitat vertical, mais ce n’est pas son seul statut. La « falaise » (p. 441) sert d’abord d’aspect externe à l’immeuble. Mais quand la vue de l’immeuble depuis l’extérieur est évoquée dans le texte, c’est pour dire l’absence d’indice de ce qui se passe à l’intérieur (p. 564), et la façade participe donc à la clôture. On songe aux façades en vitres miroirs qui voudraient rendre les bâtiments invisibles. Elle contient aussi les loges d’un théâtre, quand meurt un habitant lors d’une chute (p. 492). Cette vision vers l’extérieur n’est plus celle d’un large point de vue mais s’exerce ici vers le parking, pour un événement singulier qui fait basculer (!) l’histoire ou surtout la perception des habitants sur l’aventure en cours. Par la suite de nombreuses scènes sont présentées comme des scènes de théâtre, jouées par les habitants, souvent comme des acteurs amateurs, ou des mauvais acteurs (p. 459, 479, 528...). Symboliquement, la scène s’est incorporée à l’immeu­ble, l’extérieur replié sur l’intérieur. Enfin, si l’on affine la résolution, la façade est une frontière pas si lisse, présentant des ouvertures dans les appar­tements : lieux de pénétration potentielle à cause du vent, ou du clinamen des rebonds aléatoires sur les balcons : bruit (p. 447), poussière, bouteille (p. 442), mégots et lieux de sortie : détritus, rayons lumineux éventuels pour les regards de ceux « qui attendent que quelqu’un comm[ette] un impair » (p. 449). Ce voyeurisme vertical, style « Fenêtre sur cour », suggère de parler de village vertical plutôt que de ville. Peu à peu, cette peau, comme le reste de l’immeuble, finira tout de même par attraper les signes de la déchéance : « Une brume graisseuse semblait flotter autour de la façade depuis que les gens avaient pris l’habitude d’envoyer cascader leurs déchets le long des parois sans se préoccuper de savoir si le vent n’allait pas les rabattre à l’intérieur d’un autre appartement » (p. 571).

Densité

27Les corps sont mis à contribution. Un des modèles sous-jacents de TD et MU est celui des expériences de génétique sur les souris ou les drosophiles, et à son image la population « à l’étude » possède des capacités de repro­duction accrues. Les rythmes biologiques s’accélèrent avec la densité (TD, p. 166 et MU, p. 26) et le stock génétique est sollicité pour l’émergence d’un homo turris, de façon patente dans TD (p. 133) et hypothétique dans MU (p. 103).

  • 7 (Domingo, 2008) souligne le succès du livre du biologiste américain Paul R. Ehrlich The Population (...)

28Les années soixante, qui furent le terreau de ces deux textes, virent poser le « problème démographique » avec une insistance qui confina souvent à la caricature7. L’expansion démographique, en particulier du tiers-monde, nourrit une grande peur malthusienne.

29Ainsi la surpopulation est-elle la prémisse de TD (p. 158) aussi bien que de MU (p. 27, 96-99, 194). Si TD est le récit d’une expérience sur les hautes densités, MU montre le résultat d’une révolution culturelle et technique ayant sous la pression démographique créé une nouvelle civilisation munie d’une paradoxale éthique à double face : croître et multiplier, mais dans un espace restreint.

Éthique de l’acceptation, éthique de l’acquiescement

30La densité ressentie (« le poids d’une humanité entassée » (TD, p. 162), « tous ces gens collés à votre peau » (MU, p. 225)...), c’est tout d’abord une frustration spatiale qui peut déboucher sur l’agressivité et la violence.

31« L’agressivité des jeunes doit sans cesse être canalisée vers l’extérieur » (TD, p. 138) or le véritable extérieur est inaccessible et se replie donc sur l’inté­rieur, et l’autre intérieur le plus proche, c’est le niveau adjacent dans TD. D’où les guerres inter-niveau et les clans-territoires. Les techniques de télépathie et de « télécide » inventées dans la tour sont également, en tant que moyens de défenses, liées à cette atmosphère violente. Le tissu social se délite, quelle que soit l’échelle, et quelle que soit l’uniformité initiale.

32Dans MU, la violence sociale est présente également, en gros pour les mêmes raisons. Mais elle y est combattue par les moyens les plus divers, la monade disposant d’un gouvernement intransigeant (les « administrateurs » de la cité supérieure, Louisville) à l’autorité en général feutrée mais efficace. Tout un ensemble d’instances concourt à ce maintien de la paix sociale, des plus technologiques aux plus immatérielles dont une philosophie sociale­ment adaptée. L’ultime violence légitime, de la part de cet État intraitable, c’est l’exécution sans procès (« dévaler la chute »).

33Si dans TD, la surdensité et ses conséquences les plus violentes sont globa­lement acceptées par fatalisme, et le repli vers l’intérieur devient presque un repli sur soi-même, elles débouchent dans MU sur l’exposition d’une utopie basée sur une nouvelle éthique, issue d’une transformation fondamentale de l’esprit humain : une « orientalisation, la fin de la mentalité conquistador » (MU, p. 95) de l’ancienne philosophie occidentale : goût du pouvoir, amour de la conquête, soif de la propriété (p. 105), la jalousie, l’envie (p. 128). « Nous avons appris à garder nos distances à l’intérieur de notre civilisation urbaine » (p. 97). Pour combattre à tout prix « l’obscénité de ne plus sup­porter son voisinage » (p. 42), on a vu l’émergence lente d’une philosophie du « oui » et de la concorde, où tout mouvement de colère est culpabilisant (« on a certainement stérilisé l’étage avec nos glapissements » (p. 127)). Un cran plus loin, et c’est le refus de l’intimité, un accès de tous à tous (p. 19) : ne pas se refuser, ce serait « impie et sacrilège » (p. 120). Cette religion sociale est en cohérence avec la valorisation inconditionnelle de la sexualité et de la reproduction. Notons cependant qu’elle a tous les caractères d’une idéologie, à l’usage des dominants : les corps sont aisément accessibles, mais les débouchés professionnels (et le prestige) moins (p. 54). Il s’agit bien d’une société de statut, un peu figée, où les signes extérieurs de richesse sont simplement moins ostensiblement matériels que chez nous, faute de place et par mesure d’apaisement des relations sociales. Le combat contre les frus­trations passe par l’entretien d’une fiction méritocratique, où le statut social est indiqué par le numéro de l’étage, et son accès accordé au conformisme et à la rationalité.

Public/privé

34Les problèmes dus à la surdensité ont été liés au sentiment de manque d’intimité et à l’excès de stimulus sociaux (Gove, Hughes & Galle, 1979, p. 60-2). Mais ces sentiments sont culturellement construits, et liés à l’importance sociale des « coulisses » de Goffman (1996, ch. 3), et à la définition de l’espace privé. Nos trois textes montrent justement trois types de distinction entre privé et public.

35Il faut tout d’abord constater qu’aussi bien dans TD que dans MU le rôle des divisions spatiales matérialisées (murs, fenêtres, ameublement, « écran d’intimité » (MU, p. 18)) est considérablement moindre que dans notre société. Ainsi, le statut d’un espace est souvent défini sans recours à la matérialité physique. Corrélativement la distinction privé/public, est en général mal adaptée à sa qualification. Dans TD, le corps est la seule vraie propriété individuelle, en plus d’un petit espace où dormir, souvent peu matérialisé. Mais à l’échelle supérieure, les clans-territoires sont eux bien définis par l’étagement vertical des niveaux. On retrouve ici un topos de la vision occidentale de l’Inde, voire de l’Asie : la civilisation holiste, où l’individu est subordonné au social (Dumont, 1983). Dans MU, qui tente une synthèse originale holisme/individualisme, l’appartement privé n’est pas cloisonné et n’entrepose guère de possession meuble. Globalement, tous les passages de frontière sont désinvestis, en particulier celles des appartements, qui sont attribués mais, au moins en théorie, ouverts à tous – et même le corps, on l’a vu, n’est pas vraiment approprié.

36La dynamique d’IGH est précisément celle d’une redistribution des appro­priations de l’espace. Mais un petit détour s’impose avant de le montrer car on va voir que la surdensité, qui n’y semble pas a priori être un paramètre pertinent, revient par la bande, du fait des expériences spécifiques de la matérialité.

Le corps, le corps de la tour et le corps social

Homo turris

37La transformation psychique soutenue par les religions de la fatalité (TD) ou par une nouvelle religion sociale (MU) s’accompagne donc d’une mutation des sensibilités et des corps. Si les muscles sont développés différemment de ceux des « horizontaux » (MU, p. 173), la spatialité particulière des tours forge également des espaces vécus et relationnels spécifiques (Harvey, 2006). La tour est une île densément peuplée, et la proximité physique liée à l’enfermement de l’institution totale procure l’impression d’entassement et d’étouffement. D’autre part, les résidents intègrent une « image-sensation » de l’espace d’habitat au point qu’on peut parler d’une véritable incorporation de la tour par les corps. Chrimes, le musicien, recherche cette identification dans une expérience de centralité assistée par la drogue en se rendant au 500e étage de la monade (MU, p. 82). « Sa substance se mélange avec la totalité du bâtiment » (p. 83) et il a une vision de l’harmonie sociale (p. 84). Cet équilibre des forces psycho-sociales est ainsi relié à l’espace bâti lui-même et à sa régulation propre, fruit de technologies futuristes. Les con­ne­xions architecturo-sociales forment « un gigantesque standard humain » (MU, p. 217).

Les technologies et l’homéostasie

38Il est classique d’envisager la SF d’après-guerre comme plus engagée dans la thématisation des sciences humaines que dans la prophétie technologique. Dans nos trois textes, le fait est flagrant, puisque l’accent est mis frontale­ment sur les phénomènes mentaux chez Aldiss, et sur la psycho-sociologie en général chez Silverberg et Ballard. Il faut cependant noter qu’une certaine conception utilitariste, alors assez répandue en Occident, influe fortement sur ces thématisations dans TD et MU, de façon réflexive ou non. La science en question y est vue sur le modèle de la physique comme une connaissance fondamentale pouvant servir de socle au développement de technologies spécifiques. C’est explicitement le cas dans TD où il s’agit du moteur de l’intrigue, et c’est à plus grande échelle encore la base de MU, où l’homéo­stasie sociale repose sur des technologies de gouvernement spéci­fiques, et une conception très instrumentale des grandes instances norma­tives (culture, religion, éthique...). Mis à part l’éthique de l’acquiescement, on y croise le rôle de pacification de la culture (p. 61, 74) et de la religion – le temple dans la galerie commerciale (p. 233) –, la conversation quotidienne utilise un voca­bu­laire psychosociologique – « seuil de consentement/niveau de désir » (p. 93) –, et on y parle également de « sociocomputeurs » en un temps où la scientificité de la sociologie ne fera plus débat...

39Bien sûr, les « ingénieurs moraux » (p. 56, 238) ne rechignent pas à une petite cure chimique pour normaliser l’attitude des cas les plus sérieux. D’une manière générale, la technologie « dure », même si elle n’est pas centrale, tisse la trame d’une toile de fond dont les éléments s’intègrent de façon signifiante dans le monde social décrit : entre autres exemples les techniques de vidéo et olfacto-surveillance (p. 123) disent le caractère à la fois feutré et implacable du contrôle social, la « plaque apaisante » (p. 128), les drogues diverses et les « centres d’accomplissement somatique » (p. 122, 243) signalent l’importance du relâchement des tensions dans cet univers clos, en même temps que l’image d’un « bébé bercé [et soigné automati­quement] dans son alvéole » (p. 65) montre que dans le monde de MU, on aime (et on doit) faire des enfants, mais que le « care » n’est pas fondamen­talement valorisé, peut-être parce que trop anxiogène. La sélection génétique (p. 102) est une autre technique de gouvernement, froidement scientifique, touchant fondamentalement à l’homéostasie (p. 135).

  • 8 Ceux de la blague de Le Corbusier : « Pour Ledoux c’était facile – pas de tubes ».

40Par contraste, dans IGH le « monde des tubes »8 est vu sous son aspect souvent plus réaliste de la panne, de l’engorgement ou du sabotage. L’« autorégulation » technologiquement assistée (« une armée invisible de thermostats et d’hygromètres » (p. 535)) de la machine à habiter se grippe (pannes de courant, de la ventilation, des ascenseurs, obstruction des vide-ordures...) et la tour, ce magnifique organisme qui devait participer de l’homéo­stasie sociale (comme « quelque gigantesque entité [surveillant] le déroulement des événements : les ascenseurs pompant dans leurs cages évoquaient des contractions cardiaques, les habitants circulant dans les couloirs les globules d’un réseau artériel, les lampes de leur appartement figuraient les neurones d’un cerveau » (p. 489)) s’arrange en fait « pour nourrir les pulsions les plus mesquines » (p. 466). Toutes les communi­cations internes entre niveaux (cages d’escalier et d’ascenseur, vide-ordures) vont servir au cours du récit des terrains d’affrontement et de champs de tir, cependant que les interrupteurs du circuit électrique, les vannes d’eau et les gaines de ventilation serviront d’armes et de menaces. L’autonomie s’y transforme là aussi en clôture.

IGH, une « dévolution » programmée

41On a vu dans l’évocation des relations avec l’extérieur, en particulier dans TD, se dégager la notion de l’institution totale. Ce qui signifie que l’immeu­ble sera pensé en fonction de cette autonomie comme une sorte de « machine à habiter », réminiscence de l’œuvre de Le Corbusier (1924, p. 219). Ballard utilise explicitement le terme (p. 446), ainsi que celui de « ville verticale » (p. 444, 507) (Le Corbusier, 2006). IGH peut être vu dans cette optique comme une critique des constructions « idéologiques » du fonctionnalisme corbu­séen (Phillips, 2006, p. 52). C’est le caractère d’inhumanité de l’ingé­nierie qui refait surface dans la façon dont les individus vont l’habiter. Remarquons en passant qu’il s’agit, décliné sur ce thème particulier, d’un des noyaux de l’œuvre entière de Ballard (Colombino, 2012, p. 28), pour qui l’espace extérieur est pris dans une relation de reflet dialectique avec la subjectivité du personnage : il est à la fois le produit et le reflet du sujet.

42IGH est le récit de la désintégration de la société d’un immeuble résidentiel, où les liens sociaux, sur la pente d’une évolution régressive (« dévolution »), redeviennent claniques, avant d’être ceux de la horde primitive mythique, où un mâle entouré ou pas de quelques femelles se bat pour assurer sa survie. Ballard ressuscite même à la toute fin une espèce de matriarcat à la Bachofen (1996) sous la forme d’un clan féminin anthropophage élevant collecti­vement les enfants de la tour.

Situation initiale

  • 9 Ballard utilise les qualificatifs de l’étranger simmelien (Simmel, 2013, p. 663).

43Les cellules confortables, sûres et isolées, ainsi que les aménités qui repro­duisent celles d’une ville occidentale de l’époque consumériste (école, piscine, supermarché, restaurant,...) font de l’IGH une machine à servir non le collectif, mais les habitants individuellement (p. 446). Ce qui contraste avec la monade urbaine de Silverberg et sa régulation sociale spécifique. Chez Ballard, on a simplement placé cette nouvelle race d’homme, « profes­sionnels sans affects » (p. 483) – objectifs, c’est-à-dire étrangers « proches et lointains » (p. 456)9, dans l’environnement qu’il désirait (Smith, 2015). La tour est sensée « support[er] l’ensemble de l’édifice social et en assur[er] à elle seule le fonctionnement. » (p. 484). Mais le système n’est pas stable, malgré cette « autorégulation de l’immeuble » et de ses habitants ressentie par Laing (p. 444), un des protagonistes. En effet, pour reprendre la distinc­tion de Chombart de Lauwe (1964), la technique et le bâti qui semblent prendre en charge tous les besoins de ces habitants laissent leurs aspirations en dehors de leur juridiction. Et ces aspirations sont en fait « psychopatholo­giques », nous dit Ballard. « Livrée à l’abandon en plein ciel » (p. 441), la tour concrétise un ensemble de possibilités nouvelles de libérer la sauvagerie.

Lignes de fuite

44Une fête d’enfants qui tourne à l’orgie bachique dans un appartement du neuvième, avec moult bruits et projections sur les véhicules des gens « du haut » garés au pied de l’immeuble donne le signal d’un véritable carnaval (p. 474), avec comme première conséquence spatiale l’ouverture des portes sur les paliers dans la soirée, cependant que s’installe une circulation des habitants entre les nombreuses fêtes organisées. « Toutefois, cette intimité nouvelle [s’établit] étage par étage. » (p. 475) Comme dans tous les carna­vals, le défoulement des passions ne servira qu’à rendre patente la hiérarchie et cristalliser une bipolarisation. Ainsi Laing (25e) et sa voisine du dessus refuseront de se rendre à l’invitation de Wilder (2e) de peur que « les choses [y soient trop] tumultueuses » (p. 475). C’est à ce premier stade l’image de « communautés villageoises » qui correspond le mieux à ces formes de socialisation, entre pairs socio-économiques regroupés opportu­nément sur le même palier par la structure spatiale hiérarchique de la tour.

45Parti de problèmes de copropriété on ne peut plus communs (bruit, mauvais usage des équipements collectifs, jalousies diverses...), le travail de cristalli­sation finira bientôt par faire apparaître les quelques grands thèmes de cette « dévolution » : sécurité physique, rivalités sexuelles et recherche de nour­riture.

46Matériellement, il prendra la forme d’une dégradation spécifique des com­muns (aux agressions sur les véhicules le « haut » répondra par l’utilisation des escaliers comme « décharges » (p. 511), les équipements seront dégra­dés, les étages semi-communs « envahis » par l’autre camp), de leur usage intempestif (ascenseurs bloqués, menaces de coupure de courant), de leur contrôle par les commandos des nouveaux clans-territoires. Tout cela mènera rapidement à une « impossibilité d’exercer ses droits de libre circu­lation » (p. 505) dans l’immeuble, et, de façon plus insidieuse, à sa clôture par rapport à l’extérieur.

Redéfinition des espaces et des formes de socialisation

47Si la première étape de carnaval a ouvert les portes sur les paliers, multiplié les circulations entre appartements, à la fin Royal fera la remarque que tout le monde s’est de nouveau retrouvé chez soi, comme avant (p. 623). Entre les deux, après une brève période de foisonnement des fêtes, le rythme circadien fera alterner des périodes diurnes de plus en plus courtes où l’ancien ordre social se maintiendra comme un masque avec des nuits réservées au défoulement dionysiaque. Dès lors, les communs auront plus le rôle de champs de bataille que de lieux de convivialité. Peu à peu, dans la terreur des mauvaises rencontres et des invasions de l’espace privé, tout le monde retournera se cloîtrer chez soi ou dans un autre espace vacant ou non. Paral­lè­lement, les groupes affinitaires puis les tribus se seront transfor­més en bandes de plus en plus restreintes. Ainsi, si le régime spatial semble superfi­ciellement identique, l’état social aura été complètement bouleversé par les événements. Il est alors intéressant de parler d’un état socio-spatial différent, en ce sens que les caractéristiques sociales attribuées aux différents espaces ont changé. En particulier, il n’existera plus de « communs », car leur statut supposait une coordination sociale qui a disparu. À la place sont apparus, soit de nouveaux espaces privés contrôlés par la violence, soit des no man’s land, zones de chasse, zones dangereuses non encore « territoriali­sées ».

  • 10 Il serait intéressant, en développant ce travail, d’aborder de plus près le système des personnages (...)

48Au cours du récit, l’axe vertical, en devenant l’axe de circulation des dangers et de leur anticipation, devient également l’axe dynamique essentiel des définitions identitaires10. La circulation verticale ascensionnelle est par exem­ple pour Wilder une dynamique vitale. Royal descendra, pour y mourir, vers le dixième niveau « commun », la zone de faille active qu’il avait contribué à créer, où à bien des égards s’est cristallisé le drame.

49L’espace, comme l’indiquait Simmel, n’est actant que par les représentations que s’en font les hommes, souvent au travers d’« images-sensations » aux contenus très concrets, qui aboutissent à une sorte d’animation (p. 459, 466, 529), voire une incorporation du bâtiment (p. 533). L’état d’esprit de Wilder en fournit un exemple parlant, mais qui pourrait être décliné pour tous les protagonistes principaux. « Leur véritable ennemi n’était pas l’ordre social de la tour, la hiérarchie étagée, mais l’image de l’immeuble dans leurs esprits, toutes ces strates de béton qui les ancraient au sol » (p. 516), réalise-t-il en voyant ses voisins préparer une dérisoire expédition de représailles. Lui-même, en proie à une phobie d’écrasement physique dans son apparte­ment du deuxième, a transformé son désir de revanche sur les gens « du haut » en une haine contre le corps de la tour lui-même, doublée d’un « mythe de l’ascension » (p. 518) socio-spatial. Pris dans un guet-apens au trente-septième, il pensera que « finalement […] c’est la tour qui le rejetait » (p. 529).

50Ce bâtiment créé en grande partie pour offrir une vue confortable sur l’extérieur finit inexorablement par se retourner sur son intérieur par l’action conjointe des résidents, qui s’entendent tacitement pour prévenir toute incursion (p. 579, 618). La clôture de l’immeuble – « la séparation avec le monde était totale » (p. 619) –, est finalement l’aboutissement ironique de l’idée de la « machine à habiter » autarcique.

51Clôture d’ailleurs redoublée temporellement par le chronotope cyclique dans lequel les toutes dernières lignes du roman (où Laing voit avec délectation la tour voisine prendre le chemin de la sienne) nous invitent à plonger le récit. Renchérissant sur cette prophétie, Ballard retrouvera cette fascination pour la clôture à l’échelle du lotissement, quand il prendra des gated communities pour décor de ses derniers thrillers (Blandy, 2001).

Conclusions : quelques pistes à l’usage des ethnologues de la troisième dimension

52On retrouve dans les synthèses de la littérature sur les grands ensembles et les immeubles de grande hauteur de (Gifford, 2007) et (Kearns et al., 2012) les différents thèmes que nous avons croisés : la surdensité perçue, le moindre sens de la communauté, l’absence de contrôle sur l’environnement et les relations sociales sont facteurs de sentiments d’insécurité, d’anonymat subi, de solitude et de dégradation de l’espace public.

53Comment habiter une machine à habiter ? En s’insérant dans les circulations humaines et techniques. Mais le délire collectif d’IGH entend nous avertir contre l’idée que l’édifice social bénéficierait automatiquement de la perfec­tion des régulations matérielles. Au contraire l’hypothèse est faite que l’affi­nité entre d’une part la recherche d’isolement et d’anonymat caractéris­tique de l’éthos de classe des « professionnels sans affect », sans goût ni aptitudes pour la vie collective et d’autre part le « cocooning technolo­gique » fera de l’IGH une machine socio-spatiale à cristalliser les hiérarchies sociales et débouchera sur la violence. IGH est l’exposition de ce modèle de dévelop­pement (Kalberg, 1994, p. 117-19).

54Grâce à la conception verticale, le sentiment de surdensité pour les habitants ne devrait a priori pas être corrélé à la densité des urbanistes, rapport pure­ment « horizontal » du nombre d’habitant à l’emprise au sol. Cependant deux facteurs se conjuguent qui sabotent la machine. D’abord tout se passe comme si la perfection technique de l’immeuble, jointe au goulot d’étran­glement que constitue son entrée au niveau du sol, le changeait inexorable­ment, dans l’expérience des résidents, en un Alcatraz urbain (IGH, p. 507). À ce sentiment de clôture se joint le ressenti de la présence des autres résidents (car les cellules ne sont pas étanches) pour produire un sentiment d’entassement. Ressenti qui peut être renforcé par l’enclavement du quar­tier : Royal se fait d’ailleurs la réflexion (p. 532) qu’il n’y a guère de diffé­rence avec les événements violents qui peuvent advenir dans les grands ensembles d’habitat social. Ce qui laisse entrevoir un élargissement possible de ce modèle à d’autres milieux socio-économiques.

55Que signifie encore pour les formes de socialisation cette fameuse propen­sion à la clôture ? De ce qui s’apparentait à la problématique de la vie « hors-sol » (Wener et Carmalt, 2006, p. 164), IGH nous a fait aussi dériver vers une autre thématique : le village vertical, pourrait-on dire. Cette com­munauté, qui est celle des premières phases de désorganisation sociale de IGH est caractérisée par un type de socialisation particulier, basé sur la dialectique simmelienne du proche et du lointain, ainsi que sur la visibilité sans accès, qui inaugurent un nouveau rapport aux gens et aux choses. On mêle à l’anonymat de la « culture urbaine » un avant-goût du panoptique villageois. On imagine, et on voit quotidiennement plus qu’on ne parvient jamais à connaître ses voisins. « On dirait presque que tous ces gens ne sont pas ceux qui vivent réellement dans l’immeuble », résume Helen Wilder (IGH, p. 459).

56S’il est sans doute légitime, au moins à titre d’hypothèse, d’étendre le modèle d’IGH à l’habitat social des pays riches, il est possible que l’espace vécu des nouvelles tours, édifices de prestige majoritairement situés dans les pays émergents, relève d’un régime différent. L’immeuble y est effective­ment, dès sa conception, prévu pour être un bunker. Si les « professionnels » d’IGH pouvaient encore rêver d’être des oiseaux, les classes nanties du Tiers-monde actuel savent mieux toute l’énergie qu’elles doivent dépenser pour s’élever quelque peu au-dessus du sprawl et des taudis. Le modèle dynamique de cet espace vécu serait à chercher dans d’autres œuvres qu’IGH, sans doute postérieures, comme on l’a évoqué en introduction. Cependant, les notions socio-spatiales dégagées sur TD et MU seraient peut-être encore pertinentes, inhérentes qu’elles sont à un chronotope (plus général que celui de l’enfermement qui est celui d’IGH) qui reste à décrire et qu’on pourrait appeler chronotope de « l’arche ». Au milieu d’un monde hostile, le groupe humain s’y fabriquerait consciemment son institution totale en cherchant à maîtriser au maximum les échanges avec l’extérieur.

57D’une manière générale, c’est sur ce terrain de l’expérience vécue de l’habitat que l’approche par la (science-)fiction est la plus directement fructueuse. Gifford (2007, p. 12) note qu’il n’existe guère d’étude sur toutes les dimensions de l’expérience concrète de la vie en IGH. En dépit de son insistance générique sur la technique et la société, la SF, et singulièrement celle de nos auteurs, garde de son ascendance réaliste le goût de la psycholo­gie, au moins sous une forme schématique. Les personnages et leurs fan­tasmes propres offrent donc une galerie d’idéal-types psychosociaux pouvant servir à l’analyse du monde réel (Kalberg, 1994, p. 87-91). Dans l’idéal-type de développement que constitue la narration de désintégration sociale où ils s’intègrent, on voit ensuite s’articuler les dimensions culturelles, psycho-sociales et proprement spatiales. Cette thématisation de l’espace qui est justement un des traits caractéristiques du genre littéraire choisi, en fait un partenaire de choix au croisement de la socio-anthropologie et de la géogra­phie culturelle.

Haut de page

Bibliographie

ALDISS Brian, 1968, « Total environment », Galaxy Magazine, février, p. 113-156. <https://archive.org/details/Galaxy_v26n03_1968-02_modified>

ALDISS Brian, 1983, « La Tour des damnés », in Histoires écologiques, tr. par Guy Abadia, p. 131-97, Paris, Le Livre de Poche, coll. « La Grande Anthologie de la science-fiction, n° 3778 ».

BACHELARD Gaston, 1948, La terre et les rêveries de la volonté, Paris, José Corti.

BACHOFEN Johann Jakob, 1996, Le droit maternel : recherche sur la gynécocratie de l’antiquité dans sa nature religieuse et juridique, Lausanne, L’Âge d’homme.

BAKHTINE Mikhail, 1987, Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard.

BALLARD James Graham, 1975, High-rise, London, J. Cape.

BALLARD James Graham, 2014, La trilogie de béton, tr. par R. Louit, Paris, Gallimard.

BLANDY Sarah, 2001, « Enemies within? Gated communities unhinged ». <http://www.jgballard.ca/criticism/jgb_gated_communities.html>

BOURDIEU Pierre, 1980, Le sens pratique, Paris, Minuit.

CHOMBART DE LAUWE Paul-Henry, 1964, « Aspirations, images guides et transformations sociales », Revue Française de Sociologie, vol. 5, n° 2, p. 180-192.

CLAVAL Paul, 2012, Géographie culturelle une nouvelle approche des sociétés et des milieux, Paris, A. Colin.

COLOMBINO Laura, 2012, « The house as skin: J. G. Ballard, existentialism and archigram’s mini-environments », European Journal of English Studies, vol. 16, n° 1, p. 21-31.

DICK Philip K., 1995 [1978], « How to build a universe that doesn’t fall apart two days later », in The shifting realities of Philip K. Dick: selected literary and philosophical writings, New York, Pantheon Books, p. 259-80.

DOMINGO Andreu, 2008, « “Demodystopias”: prospects of demographic hell », Population and Development Review, vol. 34, n° 4, p. 725-45.

DORRIAN Mark, 2007, « The aerial view: notes for a cultural history », in Strates. Matériaux pour la recherche en sciences sociales, n° 13.

DUMONT Louis, 1983, Essais sur l’individualisme. Une perspective anthropolo­gique sur l’idéologie moderne, Paris, Le Seuil.

DURAND Gilbert, 1992, Les structures anthropologiques de l’imaginaire : introduction à l’archétypologie générale, Paris, Dunod.

DURKHEIM Émile, 1960 [1912], Les formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, PUF.

FEBVRE Lucien, BATAILLON Lionel, 1922, La terre et l’évolution humaine : introduction géographique à l’histoire, Paris, Renaissance du livre.

GIFFORD Robert, 2007, « The consequences of living in high-rise buildings », Architectural science revivent, vol. 50, n° 1, p. 2-17.

GOFFMAN Erving, 1961, Asylums: essays on the social situation of mental patients and other inmates, New York, Anchor Books.

GOFFMAN Erving, 1996 [1956], La présentation de soi, Paris, Minuit.

HALBWACHS Maurice, 1970 [1938], Morphologie sociale, Paris, A. Colin.

HARRIS Andrew, 2015, « Vertical urbanisms: opening up geographies of the three-dimensional city », Progress in Human Geography, vol.  39, n° 5, p. 601-20.

HARVEY David, 2006, « Space as a keyword », in N. Castree et D. Gregory (eds), David Harvey a critical reader, Blackwell Publishing, p. 270-93.

HEWITT Lucy, GRAHAM Stephen, 2015, « Vertical cities: representations of urban verticality in 20th century science fiction literature », Urban Studies, vol. 52, n° 5, p. 923-37.

JAMESON Fredric, 1987, « Science fiction as a spatial genre: generic disconti­nuities and the problem of figuration in Vonda Mclntyre’s “The exile waiting” », Science Fiction Studies, vol. 14, n° 1, p. 44-59.

JOUTARD, Philippe (éd.), 1986, L’invention du Mont Blanc, Paris, Gallimard/ Julliard.

JULLIEN François, 2014, Vivre de paysage, ou L’impensé de la raison, Paris, Gallimard.

KALBERG Stephen, 1994, Max Weber’s comparative-historical sociology, Cambridge, Polity Press.

KEARNS Ade, WHITLEY Elise, MASON Phil, BOND Lyndal, 2012, « ‘Living the high life’? Residential, social and psychosocial outcomes for high-rise occupants in a deprived context », Housing Studies, vol. 27, n° 1, p. 97-126.

KITCHIN Rob, KNEALE James (eds), 2002, Lost in space: geographies of science fiction, London, Continuum.

LANGLET Irène, 2006, La science-fiction : lecture et poétique d’un genre littéraire, Paris, A.Colin.

LASSAVE Pierre, 2002, Sciences sociales et littérature : concurrence, complémentarité, interférences, Paris, PUF.

LE CORBUSIER, 1924, Urbanisme, Paris, G.Crès.

LE CORBUSIER, 2006 [1946], « Ville verticale, ville horizontale », in Le Corbusier, un homme à sa fenêtre : textes choisis 1925-1960, Fage.

LEFEBVRE Henri, 1974, La production de l’espace, Paris, Anthropos.

LEHMAN Serge, 2001, « La physique des métaphores », Europe, vol. 79, n° 870, p. 32-50.

LÉVY Bertrand, 1997, « Géographie humaniste, géographie culturelle et littérature. Position épistémologique et méthodologique », Géographie et cultures, n° 21, p. 27‑44.

LONGO Mariano, 2015, Fiction and social reality: literature and narrative as sociological resources, Farnham, Ashgate Publishing.

MAJASTRE Jean-Olivier, 1999, Approche anthropologique de la représentation : entre corps et signe, Paris, L’Harmattan.

MUMFORD Lewis, 2011 [1989], La cité à travers l’histoire, Marseille, Agone.

PHILLIPS Lawrence, 2006, London narratives: post-war fiction and the city, London/New York, Continuum.

RHEIN Catherine, 1982, « La géographie, discipline scolaire et/ou science sociale ? (1860-1920) », Revue française de sociologie, p. 223-251.

SILVERBERG Robert, 1971, The World inside, Garden City, N.Y., Doubleday.

SILVERBERG Robert, 1974, Les monades urbaines, tr. par Michel Rivelin, Paris, Laffont.

SIMMEL Georg, 2013 [1908], Sociologie : études sur les formes de la socialisation, Paris, PUF.

SMITH Matt, 2015, « J. G. Ballard and the death of affect ». <https://fr.scribd.com/document/162277262/The-Work-of-Emotion-Ballard-and-the-Death-of-Affect-Part-1>

STABLEFORD Brian, LANGFORD David, CLUTE John, 2015, « Cities », in The encyclopedia of science fiction. <http://www.sf-encyclopedia.com/entry/cities>

TERREL-FAUCONNIER Denise, 1984, « High Rise, la cité dressée de J.G. Ballard », Cycnos, n° 1, 109-17.

WEBER Max, 1965 [1904], « L’objectivité de la connaissance dans les sciences et la politique sociales », in Essais sur la théorie de la science, Paris, Plon.

WENER Richard, CARMALT Hannah, 2006, « environmental psychology and sustainability in high-rise structures », Technology in Society, vol. 28, p. 157-67.

ZHONGYUAN Zhang, SPICER André, HANCOCK Philip, 2008, « Hyper-organizational space in the work of J. G. Ballard », Organization, vol. 15, n° 6, p. 889-910.

Haut de page

Notes

1 Pour une histoire doublée d’une analyse critique de cette phase de la croissance urbaine, voir (Mumford, 2011, ch.17).

2 Ci-dessous respectivement « TD », « MU » et « IGH », d’après les titres des éditions françaises utilisées pour les références (numéros de pages entre parenthèses) : (Aldiss, 1983), (Silverberg, 1974) et (Ballard, 2014).

3 Voir un exemple de ce genre d’analyse dans Jameson (1987).

4 Du point de vue d’une poétique de la SF, on pourrait par exemple insister plus sur la totalité des procédés spécifiques au genre mis en œuvre dans nos textes, en particulier sur les jeux temporels qui lui semblent consubstantiels (Langlet, 2006, ch. 7) au moins autant que l’imagi­naire spatial sur lequel je me suis appuyé. De façon plus pressante encore, il faudrait, pour se dégager de la fameuse « illusion référentielle » à laquelle est trop susceptible de succomber toute lecture « hétéronome » d’une œuvre littéraire, prêter plus d’attention que je n’ai pu le faire pour le moment aux problèmes d’énonciation. Mais il s’agit d’un travail en cours dont un des objectifs est justement de clarifier peu à peu l’apport possible de la verbalisation littéraire à l’épistémologie de la sociologie.

5 Le détail de cette analyse est à paraître. On s’est servi en particulier du texte synthétique (Harvey, 2006).

6 Préfiguration évidente du style associé à l’architecte Richard Rogers depuis la conception du Centre Beaubourg (1977) en particulier. On peut noter cependant, pour l’anecdote et pour minimiser le caractère prophétique de ce genre d’inspiration, que l’idée originale en remonte plutôt, et au moins, à Michael Webb, un des fondateurs du groupe Archigram, dans un projet de 1957. Aldiss (et Ballard également d’ailleurs, en particulier sur ce thème) était suffisam­ment intégré dans les milieux d’avant-garde londoniens pour que ceci explique cela.

7 (Domingo, 2008) souligne le succès du livre du biologiste américain Paul R. Ehrlich The Population Bomb (1968).

8 Ceux de la blague de Le Corbusier : « Pour Ledoux c’était facile – pas de tubes ».

9 Ballard utilise les qualificatifs de l’étranger simmelien (Simmel, 2013, p. 663).

10 Il serait intéressant, en développant ce travail, d’aborder de plus près le système des personnages dans nos trois textes, ce qui recouperait d’ailleurs le programme de Harris (2015, 611). Voir les remarques d’Irène Langlet (2006, p. 66-92 et p. 195-206) sur les liens entre focalisation et travail de lecture en SF.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Olivier, « Trois tours terribles », Géographie et cultures, 102 | 2017, 121-141.

Référence électronique

Christophe Olivier, « Trois tours terribles », Géographie et cultures [En ligne], 102 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2018, consulté le 24 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gc/5455 ; DOI : 10.4000/gc.5455

Haut de page

Auteur

Christophe Olivier

UMR Litt&Arts – Imaginaire et
Socio-Anthropologie
Université Grenoble Alpes
christophe.olivier20@wanadoo.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals