Navigation – Plan du site

Vers une construction collaborative de l’agriculture en ville

Exemple du « Budget Participatif » de la ville de Rennes (Bretagne, France)
Though a collaborative construction of agriculture integration within the city: example of the “Participatory Budget” of Rennes (Brittany, France)
Giulia Giacchè et Sabine El Moualy
p. 39-61

Résumés

Cet article entend contribuer au débat sur la place de l’agriculture en ville et il interroge l’évolution des formes d’agriculture urbaine (AU) puis ses modes d’appropriation par les citadins. En particulier il investigue les représentations de l’AU dans le cadre d’une expérience de démocratie directe : le budget participatif de la ville de Rennes (Bretagne) (2015-2016). La dimension novatrice de cet article repose sur cette source de données, la plateforme internet où sont déposées les propositions des porteurs des projets, et les commentaires des services techniques et des citadins. Ainsi, un spectre élargi d’acteurs qui portent des regards multiples, parfois discordants, est pris en compte. L’analyse a été conduite avec plusieurs outils comme l’analyse discursive et la lexicométrie. L’objectif est de faire émerger les positionnements différents des acteurs, au vu de ces propositions de projet et des commentaires sur l’intégration de l’agriculture dans les espaces urbains. En outre, il s’agit de montrer comment ces représentations et les visions du rapport des hommes à la terre peuvent contribuer à la fabrication collective et collabora­tive de l’AU. Lien social, production agricole, éducation, une pluralité d’arguments est posée avec en toile de fond le désir de vivre ensemble. Cependant, les condi­tions du développement de l’AU sont discutées et on y voit aussi émerger un certain nombre de contraintes qui peuvent remettre en question la place de l’AU.

Haut de page

Texte intégral

Cet article a été élaboré dans le cadre du projet JARDISAT (Des jardins partagés dans le système agro-alimentaire territorial rennais) financé dans le cadre du programme SAD (Stratégie d’Attractivité Durable) 2016, ainsi que la cellule recherche de l’UFR Sciences sociales de l’Université Rennes 2 et la composante rennaise de l’UMR CNRS 6590 ESO « Espaces et sociétés » qui en ont rendu possible la réalisation.

Introduction

1La ville-nature (Chalas, 2003), ville-campagne (Donadieu, 2003 ; Donadieu & Fleury, 2003 ; Berque, 2004), ville renaturée (Galand et al., 2015), ville biodiversitaire (Clergeau, 2015), ville-fertile (Salomon Cavin, 2012 ; Audouy, 2014) sont des concepts qui permettent de repenser la ville. Ces modèles mobilisent différemment les termes de nature, agriculture et ville. En même temps, il n’en ressort pas une véritable distinction entre nature et agriculture. En effet, Donadieu (2003) conceptualise la « ville-campagne » comme une « figure agricole de la ville-nature » (p. 170) et Chalas (2003) définit la « ville-nature » comme « l’agriculture qui devient urbainefaisant office d’identités ou de références urbaines nouvelles » (p. 2). La « ville fertile » selon la conception de Salomon Cavin révèle une relation entre agriculture et ville qui se base sur le bouleversement de l’idée de la domination de la ville sur l’agriculture vers une agriculture qui devient « source alimentaire et source de lien social » de la ville. De leur côté, les paysagistes Penà et Audouy définissent la ville fertile, comme une ville « qui repose sur un pacte entre culture et nature pour un monde ou les hommes habitent en accord avec… les milieux naturels » (Audouy, 2014, p. 133) et où écologie et culture sont associées. Ces modèles sont le résultat d’un changement des pratiques et d’une évolution des représentations de la nature et de l’agriculture. L’agriculture qui « redevient » urbaine peut être associée au mouvement de renaturation des villes (Blanc, 2013) comme un élément important de l’urbanité contemporaine (Banzo, 2009) et de son renouvelle­ment (Scheromm et al., 2014). Cultiver la terre touche aussi d’autres significa­tions telles que la culture de soi et celle de la communauté (Zask, 2016).

  • 1 Le mouvement fédère des personnes et des initiatives qui s’engagent dans une démarche collective ba (...)

2La culture de la terre en ville n’est pas une pratique récente, mais au fil du temps elle a pris des formes différentes selon les contextes socio-écono­miques et culturels, les espaces et les acteurs impliqués. Pendant longtemps l’agriculture a été intégrée dans la ville de façon normée et verticale dont un exemple est la mise en place des jardins ouvriers à partir de la fin 1800 (Dubost, 1997 ; Den-Hartigh, 2013). À l’heure actuelle, différents acteurs contribuent à cette intégration avec des démarches variées (gardening guerrilla, « Incroyables Comestibles »1 (IC), associations de jardins par­tagés, etc.). L’arti­cle portera sur la pluralité des formes et de leurs justifica­tions par des ambitions citoyennes, en tant qu’homme-habitant (Demangeon, 1942) sous l’angle des « manifestations de l’activité humaine » (Claval, 1964, p. 71). Rappelons que l’homme détermine son milieu et, habiter l’espace signifie le transformer non seulement selon une perspective produc­tiviste mais aussi à partir de ses valeurs et de ses représentations (Bonnemaison, 2000). Comme le montrent Namhias et Le Caro (2012) l’agriculture pratiquée et vécue par les habitants aux échelles de la vie quotidienne donne lieu à une diversité d’expériences et de formes agri-urbaines qui concernent l’individu et ses constructions sociales.

3Cet article entend contribuer au débat sur la place de l’agriculture en ville. Il repose sur une étude de cas : le budget participatif de la Ville de Rennes (2015-2016) qui nous a permis de prendre en compte un spectre élargi d’acteurs aux regards multiples, parfois discordants, sur l’équipement de la Ville et sur la place de l’agriculture. Les objectifs principaux sont de montrer la complexité et la multiplicité des représentations de l’agriculture en ville en les mettant en relation entre elles. On questionnera le point de vue des acteurs et la manière dont ils se positionnent vis-à-vis de ces aménagements, parfois représentatifs d’une vision des rapports des hommes à la terre (Claval, 1992) et, plus généralement à la nature (Terrasson, 2002). Dans cet article d’abord nous précisons le contexte territorial et la méthodologie employée. Ensuite nous présentons les projets déposés qui proposent l’intégration de l’agriculture en ville afin de montrer la tendance de cet engouement citadin ; avec, cependant, une mise en garde sur la divergence des points de vue à travers les commentaires adressés par les habitants aux projets d’AU et les avis émis par la collectivité. Nous concluons sur les modalités d’une construction collaborative de ces espaces, possible si elle assure un équilibre entre les représentations plurielles de la ville et de son rapport aux espaces cultivés.

Contexte et méthode

Rennes : l’agriculture en ville et la démocratie participative

  • 2 L’association a été créée en 2000, à Brest, comme résultat d’une réflexion collective qui a débuté (...)

4Rennes est une ville de taille moyenne au cœur de l’un des principaux bassins européens de production agricole, la Bretagne. Les agriculteurs professionnels qui travaillent dans les zones urbaines et périurbaines pour des activités de production ou de services tournées vers la ville et intégrés à des circuits courts (une dizaine d’Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP), des magasins fermiers, de nombreux marchés de plein vent, des fermes pédagogiques, des fermes équestres, etc.) sont minoritaires dans une profession agricole occupée à garder une place de leader sur les marchés national et européen du lait et du veau de boucherie pour lesquels le département d’Îlle-et-Vilaine est le premier en France. Sur le plan de l’espace agricole périurbain, les collectivités territoriales ont promu la préservation des espaces agricoles sur la base du concept de la « Ville-archipel ». En 1983, l’aménagement d’une ceinture verte autour de Rennes marque le début d’une intégration plus qualitative de l’agriculture et des espaces naturels dans la perspective d’urbanisme et d’aménagement de l’agglomération rennaise (Nahmias & Le Caro, 2012). Le Schéma de cohé­rence territoriale (2007) conforte cette politique en identifiant des « champs urbains » à préserver et valoriser, et par le Plan Local de l’Agriculture adopté en 2006 entre le Pays de Rennes et la Chambre d’agriculture d’Îlle-et-Vilaine. L’enjeu, à l’échelle métropolitaine, réside dans la position de la ville par rapport à l’agriculture (et de l’agriculture par rapport à la ville), compte tenu de la diminution de la surface agricole entre 2000 et 2006 qui a été de près de 10 % (MSA, 2006). Une étude sur son autonomie alimentaire montre que Rennes Métropole est capable de produire une partie de son alimentation et de respecter des objectifs multiples comme la découverte des activités de la terre, la réconciliation et la conciliation entre espaces ruraux et urbains (Darrot & Boudes, 2011). Le scénario qui vise à une autonomie alimentaire repose sur une agriculture professionnelle, complété par un renforcement de l’agriculture intra-urbaine à travers l’introduction d’arbres producteurs d’aliments, la végétalisation des toits plats, la transformation des jardins individuels en potagers et la culture de fruits et légumes dans des parcs et espaces verts publics. À l’échelle de la ville de Rennes l’agriculture urbaine occupe déjà une place importante si on considère les 19 ha occupés par les Jardins Familiaux (JF) étalés sur une dizaine des sites et gérés par l’association des JF créée en 1981. Au cours des dernières années, la culture potagère en ville est de plus en plus convoitée par les habitants comme le montre la longueur de la liste d’attente pour avoir accès à une parcelle qui varie entre 2 et 10 ans. L’introduction des jardins partagés est plus récente. La première remonte à 1997 suite à la participation au forum national, mais il faut attendre 2012 pour observer un essor considé­rable des jardins à l’échelle de la ville ; essor qui en partie coïncide avec l’activation à Rennes de l’antenne locale de l’association brestoise Vert le jardin2, dont l’expé­rience sur une soixantaine de jardins a convaincu les services rennais. En 2016 on compte 130 jardins partagés dans Rennes Métropole, dont 75 dans la ville-centre. Sur ce territoire urbain, une autre association créée en janvier 2010, vise à promouvoir l’agriculture en ville et à sensibiliser les « urbains » à la protection de l’environnement, tout en créant du lien social entre voi­sins : l’association Jardin ou(verts). Cette association a conçu un espace, le jardin permacole du Landry où elle propose d’apprendre et d’échanger autour de la permaculture. Au fil du temps, plusieurs opérations ont été imaginées et certaines ont été mises en œuvre pour inciter les habi­tants des îlots résidentiels puis collectifs à la mise en œuvre d’actions de préservation de la biodiversité et au partage des outils (broyeur, remorque, etc.). Chaque opération participe aussi de la création de liens sociaux avec le voisinage immédiat. L’association s’est aussi engagée dans la création du premier espace « Incroyables Comestibles ». Le mouvement IC de Rennes trouve son inspiration dans la démarche internatio­nale d’Incredible Edible née dans la ville de Todmodern en Angleterre en 2008.

5Pourtant, la présence de ces nouvelles formes d’agriculture urbaine pour Rennes n’est pas sans interroger les services qui gèrent l’entretien de l’espace public rennais. Ils y sont favorables mais souhaitent trouver un équilibre entre l’appropriation habitante et les exigences liées à leur respon­sabilité de concessionnaires de ces espaces, parce qu’il s’agit bien d’« espace public » et les demandes des habitants sont plurielles. C’est pourquoi Rennes a privilégié une organisation avec un partenaire fédérateur, comme l’asso­ciation Vert le jardin pour les jardins partagés ou l’association des Jardins Familiaux, afin de limiter le nombre d’interlocuteurs sur le sujet et peut être par tradition, celle de la mobilisation des associations dans les territoires depuis 1977 (Ségat, 2015). Le résultat des municipales de 2014 bouscule un peu la tradition politique locale. À l’entre-deux tours, l’alliance PS/EELV/ Front de Gauche inscrit dans son programme la « Fabrique Citoyenne », démarche participative qui propose différents outils. Cette négociation est le reflet d’une demande croissante de démocratie partici­pative sous des formes plus radicales, ce qui « reflète la combinaison d’un scepticisme à l’égard des capacités régulatrices des gouvernements natio­naux et de doutes quant à la capa­cité des démocraties conventionnelles à inclure les énergies des cito­yens ordinaires » (Cohen & Fung, 2011, p. 115). La municipalité rennaise fait donc le choix, en 2015, pour la première fois, de lancer un appel aux citadins afin de décider de l’emploi de 5 % du budget 2016 évalué à 3,5 M€. Il s’agit de donner la possibilité aux citadins de se rapprocher des élus en leur présentant leurs propres idées pour l’aménage­ment des espaces publics. Pour mettre en place le processus, la Ville fait appel à un cabinet de consul­tant qui privilégie un outil numérique, avec des moments de sensibili­sation et de communication auprès des habitants sur le terrain. Elle met également en place un « Conseil des témoins » dans lequel 24 citoyens tirés au sort ont été invités à donner leurs avis. Dans le même temps, les outils numériques semblent pouvoir répondre techniquement à la mise en pratique de ce désir citoyen, bien que certaines mises en garde soient vives sur les réalités démocratiques d’internet ; dès 2008, B. Loveluck s’interroge sur « la légiti­mité et les moyens de l’action politique » (p. 166) de cet outil.

Les sources d’information et les méthodes d’investigation

6La principale source d’information de cet article est la plateforme créée par la mise en place du budget participatif. Les données discursives disponibles sont les propositions des porteurs des projets, lors du dépôt sur la plate­forme internet, et les commentaires des services techniques et des citadins.

7Nous avons reconstitué les informations disponibles sous forme de tableur. Une base de données a été conçue avec les éléments inscrits dans les formu­laires sur trois aspects principaux : les projets (localisation, descriptif, objectifs, budget, catégorisation), leurs porteurs et les commentaires de la collectivité et des « cyber-habitants ». Dans un premier temps, nous avons d’abord attribué un numéro d’identifiant à chaque projet afin de les cartogra­phier. Nous les avons spatialisés sur une orthophotographie sous forme d’em­prise (polygones) à l’aide du logiciel Qgis, dans l’optique d’obtenir une vision d’ensemble, mais aussi d’interroger les caractéristiques des aména­gements proposés à l’échelle de la ville. Cependant, le manque de précision sur certains emplacements ou emprises et le caractère généralisant de quelques idées ont posé des limites à l’usage de cet outil.

8Ensuite, chaque proposition a été analysée à partir des informations sur les projets (porteurs, description et objectifs) et les commentaires (citoyens et de la Ville). Nous avons classé les projets selon leur matérialisation (jardin pédagogique, jardins partagés, etc.), et leurs objectifs.

9Enfin, une grille de lecture croisée entre les propositions des porteurs et les attentes des citadins a été élaborée et les commentaires déposés par la Ville nous ont permis d’alimenter la réflexion sur la faisabilité. Nous disposons ainsi de trois points de vue : le porteur projet, le citoyen et la collectivité locale.

10Ces matériaux ont fait l’objet de traitements successifs : lexicométriques, pour opérer un traitement du contenu plutôt exploratoire (Reinert, 2007) à l’aide du logiciel IramuteQ, ainsi que Verbatim, pour bien comprendre le fond des discours. Malgré une formulation des phrases, certes, relativement spontanée et des discussions parfois succintes, ces débats en ligne consti­tuent une riche source d’information et comportent des éléments qui sous-tendent des représentations de l’agriculture en ville.

11Toutefois, pour mieux comprendre ces différentes représentations et leurs enjeux, puis valider les résultats obtenus, il a été nécessaire d’apporter des compléments d’investigation plus classiques (entretiens semi-directifs, reports de débats et bibliographies) durant le printemps 2016.

Fabrication collective de l’agriculture urbaine : ce que révèle l’expérience rennaise

Quels projets pour quelles priorités ?

12Le 2 novembre 2015 l’appel à projet a été lancé et les Rennais qui le souhai­taient ont pu proposer leur projet sur une plateforme Internet. Les infor­mations disponibles sur la plateforme et accessibles au public sont le nom ou pseudonyme du porteur et sa catégorie (association, particulier, conseil quartier, etc.), les descriptions du projet, ainsi que le budget prévisionnel établi par la Ville lors de l’évaluation de sa faisabilité. Entre le 2 et le 30 novembre, 992 projets sont déposés dont l’éligibilité a été vérifiée sur la base du respect de la Charte rennaise de la démocratie locale, la correspondance avec les compétences et le territoire de la municipalité, l’inscription dans des domai­nes définis, et la faisabilité technique de la proposition. Seules les dépenses d’investissement étaient prises en compte. 241 idées jugées rece­vables ont ensuite été soumises au vote populaire en ligne (un mail = un votant) entre 25 février et le 6 mars 2016. Chaque participant a dû créer un compte en ligne par lequel il peut proposer des projets, commenter ceux des autres et voter. Les porteurs de projets sont invités à remplir un formulaire avec leurs coordonnées et les principales informations sur les projets. Sur les 992 projets totaux, 57 projets concernent l’agriculture en ville dont 29 n’ont pas été soumis au vote car « déjà prévus » (17 projets) ou « hors cadre » (12 projets). Finalement 9 projets ont été retenus pour le budget participatif, dont 6 concernent des jardins partagés. La réalisation de ces projets sera assurée par les services de la ville qui leur réservent une part de leur budget au cours du 2016-2017 selon la complexité du projet. Les porteurs des projets étaient pour la plupart des citoyens (26), des institutions (8) et associations (11) avec une minorité de représentants des jardins déjà en place (3). Les données ne sont pas plus détaillées il n’est donc n’est pas possible tracer les profils des porteurs. Néanmoins, en passant par la plateforme Internet, il a été possible de s’entretenir avec certains d’entre eux.

Figure 1 – Typologies des projets présentés au budget participatif

Figure 1 – Typologies des projets présentés au budget participatif

Source : Élaboration des auteurs (juin 2016) d’après enquêtes sur les informations dispo­nibles dans le site du budget participatif 1 (Ville de Rennes, 2015-2016).

13L’analyse qui suit ne se limite pas aux projets sélectionnés mais elle porte sur les 57 projets déposés car notre attention porte sur les représentations de l’agriculture en ville plus que sur la mise en place effective des projets. Ces projets concernent d’une part, de nouveaux aménagements comme la réalisation des jardins (partagés, familiaux ou pédagogiques), la plantation d’arbres fruitiers, la mise en culture des espaces intra-urbains, l’installation de ruches ou de poulaillers, et d’autre part, la création d’infrastructures pour faciliter l’utilisation de ces espaces. Les formes d’agriculture proposées démontrent une diversité mais aussi la prépondérance des projets de jardi­nage urbain à l’instar d’une vraie agriculture professionnelle.

14Comme le montre la figure 1 les choix se révèlent très éclectiques, un même type de projet a été classé dans des sections différentes (définies dans le formulaire à remplir en ligne), cela indique la diversité des fonctions attri­buées par les porteurs. 50 % des projets présentés concernent la mise en culture (sous forme des jardins familiaux, jardins pédagogiques, haies, carrés potagers, espaces cultivés) ou la création d’élevages de petits ani­maux ou de ruches dans des espaces intra-urbains. 44 % intéressent la création des jardins partagés ou l’amélioration des infrastructures de jardins déjà en place. On voit donc comme la forme d’AU privilégiée est ici celle des jardins partagés.

15Bien que les projets se soient vus davantage inscrits par les porteurs dans les catégories environnement (39 %), aménagement des territoires (35 %) et moins dans le vivre ensemble (20 %), on peut remarquer que les objectifs (dans leur forme écrite) que visent à atteindre ces projets ne correspondent pas forcément à la section d’inscription (choix parmi une liste imposée). Nous avons traduit les textes inscrits dans la case du formulaire « objectifs du projet » en catégories représentants les principaux objectifs déclinés textuellement. Les cinq principaux sont : la convivialité et le lien social, la production agricole, le développement durable, la pédagogie et enfin l’esthétique. En effet, une analyse qualitative du descriptif des projets montre que les projets ambitionnent d’abord la création de convivialité et la production d’aliments, puis, comme objectifs secondaires, on observe la prédominance des fonctions productives, de promotion du développement durable, et on retrouve de nouveau la création de lien social, de convivialité (figure 2). Les fonctions d’aménagement de l’espace et d’action sur le cadre de vie sont très peu exprimées. Le développement durable apparaît souvent en « objectif secondaire » puisqu’il n’est pas formulé comme le but premier.

16Ces objectifs deviennent aussi les catégories choisies pour analyser les projets et les commentaires parce qu’ils sous-tendent des expectatives et une place différente pour l’agriculture en ville. En ce qui concerne la convivialité émerge l’importance de créer des espaces et des lieux pour « briser les préjugés, accepter les différences et créer du lien pour rester unis » (La Plomberie du canal), mais aussi pour « remettre du lien entre voisins qui vont se croiser et discuter… [qui en même temps] apporte également une pierre à édifier une autosuffisance alimentaire » (Lorin G.) ; des endroits « de rencontre, de convivialité et de sérénité favorisant la diversité et les rencontres intergénérationnelles » (association Jardinet St-Cyr).

Figure 2 – Les objectifs des projets

Figure 2 – Les objectifs des projets

Source : Élaboration des auteurs (juin 2016). D’après enquêtes sur les informations dispo­nibles dans le site du budget participatif 1 (Ville de Rennes, 2015-2016).

17La fonction productive révèle des objectifs pluriels. L’échelle de projet varie depuis des projets ponctuels dans des écoles ou en bas d’immeuble jusqu’à l’échelle de la ville, avec des fonctions et des impacts différents, de l’action de sensibilisation jusqu’à un réel changement de modèle agroalimentaire. Deshayes vise un « approvisionnement en fruit et légume de proximité à des familles ou des collectivités » à travers à la fois la création d’une zone des jardins (familiaux et partagés) et d’une zone de maraîchage de proximité. CLCV présente le projet « Ma ville est autosuffisante en fruits, légumes, œufs et volailles biologiques » en proposant la préservation d’« une ceinture verte autour de l’agglomération. Ceinture verte formée d’une multitude de petites fermes maraîchères biologiques sans motorisation et dont les tech­niques sont inspirées par les principes de la permaculture ». L’auto­suffi­sance alimentaire apparaît aussi dans la proposition suivante : « Adhérer au label des Villes et villages comestibles de France » initiative promue par les incroyables comestibles qui a pour but « de mettre en avant et développer les initiatives d’autosuffisance alimentaire, développer le jardinage, les circuits courts, la formation populaire ». La fonction pédagogique est déclinée à travers des propositions qui envisagent une participation plus ou moins directe des élèves. L’Association des Parents de l’École des Clôteaux souhaite installer un verger et un potager « afin d’expliquer aux enfants les rudiments de la culture de la terre et de valoriser les métiers concernés […] d’apprendre à mieux connaître ce que l’on mange, de réapprendre au quotidien les temporalités de la nature ». Lorin G. souligne aussi dans son projet de « Verger conservatoire » que la plantation des arbres fruitiers « dans les lieux publics [représente un] acte de “terreaurisme” (action de planter un arbre de la paix à l’aide de terreau en vue d’un monde meil­leur) ».

18En ce qui concerne le développement durable la plupart des projets visent à montrer l’importance de récupérer et recycler les déchets organiques comme dans le projet de poulailler urbain où il est souligné que « les riverains apporteraient les déchets dont les poules raffolent et récolteraient les œufs » (projet présenté par « Une Rennaise »). Aussi la création d’une zone de jardins près de l’hôpital est présentée par les « avantages associés (purifica­tion de l’air, limitation des températures en cas de canicule...) » (projet présenté par Deshayes).

19En outre, l’analyse lexico métrique (Fallery & Rodhain, 2007) (figure 3) de ces mêmes textes d’objectifs confirme ce désir de vivre ensemble avec une forte prépondérance du vocabulaire représentatif de la recherche de convi­vialité et de partage, du désir d’agir sur l’espace public (créer-permettre), ainsi que la pluralité des échelles de pensée (« Ville-quartier_lieu »).

20

Figure 3 – Les objectifs premiers et secondaires des projets

Figure 3 – Les objectifs premiers et secondaires des projets

Source : Élaboration des auteurs (juin 2016) avec logiciel IramuteQ.

21Ce nuage de mots, construit à partir du comptage des segments de phrases exprimant les buts recherchés par ces porteurs de projets met en lumière les mots : social, lien, partager ou encore échange. Au-delà de la production, c’est donc bien le souhait de tisser des relations humaines qui semblait prédominer.

Commentaires citoyens : ambivalences des argumentaires et pluralités des opinions

22Les intentions du ressort de l’AU ont reçu au total 351 commentaires dont 81 se limitent à manifester un soutien au projet. 15 d’entre eux sont des com­mentaires négatifs et 267 sont des commentaires positifs, avec 10 % de demandes de précisions et leurs réponses.

23Les commentaires négatifs expriment surtout des inquiétudes sur d’éven­tuelles contraintes (pollution, confits d’usages, modalité de gestion et gouvernance) de l’agriculture en ville.

24Les commentaires positifs se différencient et se caractérisent par un bref commentaire de soutien jusqu’à une argumentation qui rappelle les fonctions les plus importantes du projet ou plus généralement, de l’intégration de l’agriculture en ville. Dans ces commentaires, on retrouve une corres­pon­dance avec les descriptifs de projets : le lien social et la convivialité prédo­minent et la fonction esthétique reste minoritaire. Les fonctions alimentaire et environnementale sont, elles aussi, prises en compte (la fonction alimen­taire est la seule qui ait été toujours citée dans au moins un commentaire de chaque projet). Mais la convivialité est l’élément davantage mis en valeur. Les espaces d’agriculture en ville sont envisagés comme des lieux de partage, de convivialité entre les habitants mais aussi de création d’un lien entre l’homme et la nature. Comme en témoigne F., le jardin est pertinent pour « créer du lien entre les habitants et leur permettre de s’approprier leur lieu de vie ». En ce qui concerne le développement du­rable, c’est la réduction de température de la ville grâce à l’ombre des arbres et à l’évaporation des végétaux et à la préservation de la biodiversité. Bien que ce concept ne soit pas partagé par tous, car des internautes pensent que la biodiversité est dégradée par l’uniformisation du biotope et non par sa variété et que « les biotopes de la ville sont différents de ceux de la cam­pagne et c’est ce qui donne son utilité à la biodiversité » (commentaire de M.). Par ailleurs, la contribution des arbres et espaces cultivés à la lutte contre le réchauffement climatique fait l’objet de commentaires contradic­toires entre ceux qui mettent en avant l’importance « d’augmenter les espaces verts » car ils permettent « de mieux réguler la température et la pollution » et d’autres qui considèrent que Rennes n’a pas besoin de baisse de température à la différence des villes françaises du sud. En outre, la fonction environnementale de l’agriculture est vue en relation à l’intro­duc­tion des abeilles, fondamentales pour la pollinisation, la possibilité de réutiliser les ordures ménagères et des matériaux de construction locaux et recyclés. La production agricole, quant à elle, oscille entre ceux qui soutien­nent l’importance d’augmenter la culture des aliments en ville en trans­formant une partie des pelouses (associées à du « béton vert » par E.) en parcelles vivrières (commentaire de R.) ou en utilisant des espaces sous-exploités (ex. toits), et ceux qui prônent la mise en culture de tout l’espace disponible afin de garantir l’accès des produits à tous (commentaire de L.) et aller vers une « démocratisation » (commentaire de H.) de ces produits alimen­taires. G. aspire aussi à la labélisation de Rennes comme « ville comes­tible », cependant sans préciser le statut des espaces cultivés. De façon plus générale, lorsque le discours aborde le cadre de vie, l’introduction de l’agriculture est vue comme une présence accrue de nature à travers la création d’un « poumon vert » (commentaire de V. et de B.) ou l’accueil de « Dame Nature » (commentaire de D.), éléments qui améliorent la qualité de l’aire et l’esthétique du paysage urbain.

Figure 4 – Les commentaires des citadins

Figure 4 – Les commentaires des citadins

Source : Élaboration des auteurs (juin 2016) avec logiciel IramuteQ.

25Toutefois des personnes réfractaires à la présence de lieux agricoles urbains s’expriment aussi sur la plateforme. Ils considèrent que cette pratique doit se limiter aux zones rurales et soulignent que les priorités d’une ville sont différentes : « L’augmentation de la circulation piétonne localement, ce serait bien de ne pas remplacer les terrasses et les étals par des arbres... et de ne pas prendre de l’espace aux usagers des voies publiques pour un usage sans lien avec l’urbanité de la ville » (commentaires de M.). En outre, si la fonction éducative est soutenue par ceux qui y voient un intérêt pour les jeunes et les scolaires dans leur apprentissage de l’environnement et de l’alimentation, d’autres désapprouvent cet enseignement à l’école, qui devrait se concentrer, selon eux, sur des savoirs vus comme « fondamen­taux ». En ce sens, ils rejettent cette forme d’éducation car ils craignent que cela puisse être une façon de « formater les esprits des enfants aux produits issus de l’industrie du lobby bio » (commentaire de A.). L’ensemble de ces avis démontrent bien l’ambivalence des argumentaires, quelles que soient les fonctions attribuées à ces espaces.

26Comme pour les objectifs des projets, une analyse lexicométrique du texte des commentaires (figure 4) nous confirme la prépondérance du désir d’appro­­priation de son quartier et de l’espace (« utiliser », « permettre », etc.) à travers des projets et des idées portés par les habitants (« idée », « ini­tia­tive », etc.) où la mise en place d’un jardin est perçue principalement comme un outil de partage (« partager », « lien », « convivial », etc.) et d’amé­lioration de la qualité esthétique de la ville et du cadre de vie (« beau »).

Commentaires de la Ville : proposer sans déposséder ?

  • 3 Le traitement lexical de ces écrits (figure 5) représenté par ce dendrogramme met en relief les mot (...)

27Enfin, nous avons aussi analysé les commentaires de la part de la Ville. Si nous n’avons pas l’identité précise des auteurs, l’aspect très concret de certaines phrases laisse à penser qu’il s’agit de personnes compétentes et alertes sur les possibilités des services de la collectivité (vocabulaire tech­nique, références précises à des chantiers). Nous avons par ailleurs remarqué que sur des projets similaires, les réponses étaient presque identiques. Mais ce qui nous intéresse ici, c’est bien la formulation officielle d’une réponse aux citoyens et les arguments posés, plus particulièrement sur des aménage­ments liés à l’agriculture urbaine3.

28En effet, on y retrouve trois notions clefs : l’organisation (porteur, associa­tion, cadre etc.), la technique (rangement, outil, intégrer, concurrence etc.) et l’échange mais sous une dimension différente de celle des commentaires habitants (demander, répondre, remercier, soumettre, proposition, etc.). La collectivité se positionne principalement avec deux sphères discussives : la technique et l’organisation. Les textes sont toujours formulés de façon positive et visent, on s’en aperçoit, à « répondre aux demandes » ; même lorsque, in fine, il s’agit de refuser le projet. Les propositions acceptées peuvent aussi se voir attribuer des réserves de la part des services. Égale­ment, les idées déposées étant assez succinctes, compte tenu de la démarche « formulaire », la Ville précise très matériellement ce qu’elle peut investir.

Figure 5 – Les commentaires de la ville

Figure 5 – Les commentaires de la ville

Source : Élaborations des auteurs (juin 2016) avec logiciel IramuteQ.

29Ainsi, nous avons donc pu observer que la démarche en ligne était l’occasion d’un échange entre les professionnels qui entretiennent les espaces publics (ici, il agit des espaces verts) et les habitants. En effet, nous lisons dans ces commentaires principalement des contraintes très pratico-pratiques qu’elles soient d’ordres techniques ou financiers. Par exemple : « Cette proposition n’est pas réalisable du fait des structures porteuses de la toiture non adap­tées aux charges nouvelles ainsi qu’une sécurisation de l’accès par un garde-corps », ou encore : « Cette idée est intéressante. Seulement, la nature en pot au centre-ville à un impact incommensurable tant ces décors sont coûteux en main-d’œuvre que ce soit tout simplement pour l’arrosage ou pour le déplacement des pots ». Ensuite, les réponses formulées, selon la définition du projet déposé, propose des alternatives ou pose des conditions de sa faisabilité, comme ici : « La Ville pourra installer des ganivelles, des bacs pour le rangement des outils et des jardinets pour une culture suréle­vée. La réalisation de ce projet est conditionnée par un accord avec une association ou une structure gestionnaire ». Ce dernier commentaire montre aussi la présence de cette contrainte organisationnelle. Soit dans le but de s’assurer d’un portage suffisant, soit lorsque deux projets similaires sont repérés : la collectivité demande alors aux participants de fusionner leurs propositions. Une dernière contrainte de ce type est celle des opérations d’aménagement déjà programmées sur les espaces concernés : « La création de la trémie Marbeuf pour supprimer le passage à niveau, à l’est de l’agrocampus va lever les contraintes de circulations sur le boulevard Marbeuf. Ces évolutions ciblées vers 2023, devraient conduire à réaliser un réaménagement de la rue L. Guilloux. Au vu de ces perspectives, il est proposé de ne pas planter d’arbres à court terme pour éviter que ces végétaux ne soient incompatibles avec les futurs projets d’aménagements. Cependant des plantations pourront être intégrées au programme d’aménagement qui aura lieu dans quelques années ». Nous comprenons donc, au travers de ces commentaires émis par la Ville, qu’il s’agit de trouver un espace d’échange très pragmatique avec les habitants. Si, lors des entretiens avec les agents de la collectivité, la crainte d’aller vers un « clien­télisme habitant » était exprimée clairement, le côté positif de pouvoir exprimer ces contraintes d’ordre technique et de tisser des relations avec les citoyens-jardiniers au cœur des secteurs semblent des leviers largement approuvés. Nous assistons ainsi en ligne à une forme de matérialisation des idées de l’agriculture urbaine, tant au niveau des équipements proposés, qu’au niveau des traductions organisationnelles.

Vers la définition d’une ville agricole contemporaine ?

Favoriser la participation habitante et mieux comprendre la pluralité des positionnements

30Comme nous l’avons montré, cet échantillon de participants nous a permis d’observer la position d’acteurs nouveaux qui enrichit l’appréhension des espaces agricoles urbains. Le reportage sur le budget participatif fait par le journal Les Rennais de mai-juin 2016 explique comment ce dispositif, qui a été mis en place dans d’autres villes françaises, a eu plus de succès à Rennes (nombre de projets soumis et de nombre de votants). Bien que, finalement, seuls 3,5 % des Rennais aient participé au budget, avec une dispa­rité géo­graphique selon les quartiers (les quartiers populaires sont moins représentés que les quartiers centraux). Ainsi, le budget participatif, qui s’ajoute au panel de solutions locales pour soutenir les actions citoyennes (demandes directes aux services ou aux élus, subventions, Centre de ressources à la vie associa­tive de Rennes), est une expérience nouvelle pour le territoire observé. Les principaux aspects critiques relevés lors de la première édition concernent toutes les étapes suivies par le budget participa­tif. À la phase de conception, l’important nombre des projets jugés hors cadre ou déjà prévus révèle la difficulté d’identification de projets suscep­tibles d’être financés. Ensuite, le mode de dépôt numérique filtre un peu la participation avec la condition d’une forme de compétence prérequise pour concevoir un projet et pratiquer l’outil informatique. Ainsi, il semble que la concentration des projets dans les quartiers centraux de la ville n’est pas anodine. Éric Berroche, élu commu­niste des quartiers sud de Rennes, est partisan de cette méthode démocra­tique mais rappelle que la forme numé­rique n’est pas sans exclure une partie de la population, « contrairement à ce que peuvent penser les professionnels de la communication, tout le monde n’a pas de boîte mail ». Il observe la difficulté de cette démarche à faire comprendre son message auprès de tous. Il souhaite donc améliorer l’accompagnement des habitants pour la prochaine édition avec le comité de suivi qui y est dédié ; car inver­sement, l’avantage de cette démarche est bien la simplicité de formulation des projets. Pas besoin de budget, ni de long rapport de présentation, une idée en quelques phrases suffit, ce qui ouvre largement le champ des partici­pants. Pourtant il s’agit bien d’une logique de projet puisque la ville, en dehors du financement dédié au matériel d’investissement, n’intervient pas dans la mobi­lisation habitante, il faut donc bien un porteur qui assure la vie de l’idée. Ainsi, dans la phase de suivi du projet deux interrogations ma­jeures apparaissent. D’un côté la difficulté du portage à la mise en place des aménagements, certains internautes considé­rant que leur rôle se limitait à présenter une idée que la ville aurait réalisé et, dans le même temps, le manque de dispositif pour suivre la mise en place des projets sélectionnés donc l’absence d’information quotidienne sur le processus de réalisation des projets mis à part quelques articles ponctuels dans la presse locale. Dans la deuxième édition du budget participatif, certains aspects ici mentionnés ont été pris en compte pour améliorer la participation et la mise en place du dispositif. Des réunions préalables avec des techniciennes et élus de la ville dans différents quartiers et sur diffé­rentes thématiques ont été organisées afin d’avoir des échanges avec les citadins et les porteurs des projets. Le but des rencontres était de mieux expliquer les types d’investissements soutenus et approuvés, et l’importante et le rôle du porteur du projet lors du suivi et de la mise en place. En outre, pour élargir la participation, des rencontres dans différents quartiers ont été organisés. Pour garantir aussi une meilleure distri­bution des projets, les deux premiers projets arrivés en tête pour chacun des 12 quartiers ont été automa­tiquement lauréats et ensuite, ont été retenus les projets en fonction du nombre de votes obtenus, quelle que soit leur locali­sation, dans la limite des 3,5 millions d’euros. Il est essentiel, pour comprendre plus finement le vécu pluriel des citadins de ces projets, de les mobiliser davantage dans les débats lors de ce type de démarche.

Trouver un équilibre collectif sur le gradient de la ville cultivée

31Cette première expérience, avec les manières de catégoriser les projets et de rédiger succinctement les argumentaires, permet d’éclairer quelque peu l’esprit dans lequel l’individu envisage l’AU. Les projets étudiés dans ce dispositif semblent représentatifs d’une diversité possible des formes d’agriculture en ville et aussi d’un besoin et d’une nécessité des habitants de cultiver pour des motivations variées. L’avantage d’utiliser le budget parti­cipatif rennais comme source était d’avoir accès à des réactions de personnes qui ne portent habituellement pas d’intérêt à ce type de projet et que nous n’avions donc pas interrogées auparavant. Ces discours montrent que tous ne partagent pas l’idée d’intégrer l’agriculture en ville à l’ère de son « l’agra­risation » (Ernwein & Salomon Cavin, 2014). Mais les observations sur le budget participatif rennais nous ont permis de dégager les aménités qui sont attribuées à des espaces agricoles urbains cultivés par des habitants. Elles sont plurielles et souvent complémentaires avec une forte prépondé­rance de la recherche de lien social. L’AU y est aussi vue, en toile de fond, comme une manière de participer à une démarche globale de développement du­rable. Mais, au-delà d’une vision idyllique de l’AU, ces discours mettent également en lumière un versant plus sombre de l’opinion publique sur ce type d’aménagement. À une échelle plus fine, celle des jardins partagés, il existe d’un côté les partisans de cette appropriation des espaces à proximité des habitations qui affirment que cette présence sociale est une méthode de prévention efficace contre les incivilités et favorise un cadre de vie plus paisible. Mais de l’autre, des habitants expriment une vision négative de ces espaces avec plusieurs arguments (bruit, résidentialisation etc.). Pour certai­nes personnes, l’agriculture n’a pas sa place en ville et que la dichoto­mie ville/campagne reste prégnante dans les esprits.

32Différentes formes d’agricultures urbaines émergent (jardins partagés, familiaux, pédagogiques, carrés potagers, toit vert, ruches, etc.) ainsi que diffé­rentes façons de les incorporer dans l’espace et dans la vie quotidienne. Ces positionnements se situent dans un continuum dont les extrémités sont marquées par un modèle de la ville comestible et durable, basé sur des valeurs de partage, de créativité et de solidarité, puis un modèle qui pose une dualité irréversible entre ville et campagne. Le modèle « dual » considère la ville comme un biotope urbain porteur d’une biodiversité différente où l’intégration de l’agriculture est vue comme une réduction de cette spécifi­cité et porteuse d’un modèle médiéval infructueux qu’il n’y a pas de sens de reproduire (commentaire de M.). D’autre part le modèle de ville comestible trouve son inspiration dans des mouvements internationaux externes comme IC et Colibri mais il s’appuie aussi sur l’étude universitaire d’Agrocampus qui a montré le potentiel réel de la Ville de Rennes pour devenir autonome ou les études de l’INRA sur la ferme de Bec Hellouin. Dans le cadre du Budget Participatif, la notion « vivrière » est présente, bien que le concept de production s’exprime davantage en termes de recherche de qualité des aliments et de proximité qu’en termes de besoins vivriers. Entre les deux nous pouvons retrouver le modèle de la ville « fertile » qui intègre des formes de l’agriculture à différentes échelles (simple projet, quartier, espaces délaissés ou sous-exploités), avec des niveaux d’engagement variés (du loisir à la production pour sa propre autosuffisante alimentaire) et pour des fonc­tions multiples (lien social, convivialité, cadre de vie, protection de l’envi­ronnement, production, etc.). Nous pouvons ainsi constater qu’il ressort, selon les modèles, différentes formes de relation entre Homme et Agricul­ture. Dans le modèle dual le citadin urbain délègue aux agriculteurs profes­sionnels la production d’aliments et pense la présence de forêts, espaces agricoles et plantations de fruitiers hors ville. Le modèle de la ville fertile favorise des espaces pour jardiner dans les écoles, les entreprises, les quar­tiers, l’« agri-culture » devient un moyen d’éduquer, de divertir et de pro­duire une partie de la nourriture. On y retrouve des « citadins jardiniers » qui pratiquent une agriculture d’autoproduction ou de loisir (Mundler et al., 2014). Enfin, le modèle de la « ville vivrière » suppose qu’une partie de la population s’engage à cultiver et produire fruits et légumes en se transfor­mant partiellement en agriculteur et qu’une autre partie de la population puisse se servir avec des pratiques typiques du chasseur-cueilleur (Testart, 1981).

33Bien que le sujet soit à approfondir, c’est peut-être d’un équilibre entre ces modèles que pourra développer davantage l’agriculture urbaine. Avec des jeux d’acteurs pluriels et des personnalités combinant les savoirs techniques, organisationnels, et le goût de transmettre une pratique loisiro-productive. C’est de cette manière que ces savoir-faire pourraient être réinscrits dans le quotidien urbain tout en assurant une intégration paysagère socialement recon­nue. D’autant que les enjeux dépassent la sphère productive et s’étendent à la sphère sociale, pédagogique et environnementale.

34On perçoit que la construction collaborative de l’AU se définit par la mise en cohérence des représentations et des éléments plus matériels de contexte. Il s’agit bien d’un jeu d’équilibriste entre préservation du statut public de l’espace et réponse à des usages (pour éviter la résidentialisation et/ou le morcellement à outrance par exemple), entre images de l’AU et matérialisa­tions envisageables dans l’espace. C’est avant tout une question de compro­mis et de dialogue entre les acteurs, c’est-à-dire les citoyens-agricul­teurs, les citoyens spectateurs et les pouvoirs publics (services et élus). Ainsi, nous ouvrons de nouveaux questionnements sur les modes d’orga­nisation hu­maines et contractuelles de ces espaces hybrides, qui, pour des raisons de gestion et de lacunes en termes d’outils techniques ou juri­diques simplifiés, semblent se voir limités par la collectivité, parfois au détriment d’aspirations habitantes novatrices. Si la généralisation n’est jamais une approche perti­nente, les jardins collectifs montrent un potentiel conséquent de supports favorables à une part de bien-être et de paix sociale. Alors, si les entretiens auprès des services compétents montrent un argument en demi-teinte, dans la mesure où les jardiniers de la ville investissent du temps dans la mise en place de ces espaces dont la pérennité ainsi que le consensus populaire ne sont pas toujours assurés, lorsque les projets fonc­tionnent, les agents affir­ment avec enthousiasme la plus-value à la fois paysagère, relationnelle et économique. De surcroît, ces pratiques sur l’espace public assurent une forme de présence sociale qui est un facteur important de prévention des dégradations.

35Le défi aujourd’hui semble donc davantage résider dans la capacité à mettre en place et animer un système collaboratif autour de ces aménagements pour favoriser à la fois une matérialité qui réponde aux contraintes urbaines, le partage des savoir-faire en AU et la durabilité de ces espaces dans lesquels habitants, services et élus se sont investis localement. Pour cela il semble important de mieux comprendre les formes de cette pratique et l’inves­tissement habitant (Nahmìas, 2016). Cependant, dans le cas du Budget Participatif, le terme « investissement » ne couvre que le matériel, et le concept même « d’investissement dans les ressources humaines » n’y a pas trouvé sa place. Cela limite fortement les éventails de possibles projets autour d’une culture agricole, et des savoir-faire attenants, bien que pourtant, lorsque ces espaces fonctionnent, la présence des habitants-jardiniers inter­vient sur le pendant économique de cette pratique qui fait diminuer les surfaces d’entretien à la charge de la collectivité ou des copropriétés privés, et donc les budgets alloués à ce poste. Il faut donc s’interroger sur les formes de l’AU, ses objectifs et son intégration de façon plus générale dans le paysage urbain.

  • 4 « Ensembles de ressources collectivement gouvernées dans le but de permettre un accès partagé aux b (...)

36Notre expérience se limite à un cas, mais nous pourrions imaginer un traitement à plus grande échelle dans la mesure où ce type de démarche démocratique progresse. Nous pourrions alors comparer à des échelles plus importantes (villes, région, pays…) les représentations de l’AU. Elle n’appa­raît plus seulement comme une mode temporaire mais plutôt comme un outil parmi d’autres pour renouer des liens avec les autres, l’espace que l’on habite, la nature. Elle peut jouer un rôle d’impulsion vers un mouve­ment de transition urbaine (Hopkins, 2008). Il faut désormais continuer d’investiguer les modalités d’intégration de l’agriculture en ville et observer les modalités de son inscription dans l’aménagement urbain. Pour cela, des clefs d’actions semblent déjà pertinentes. Il s’agit d’abord de favoriser davantage une réflexion qui amène à mieux cerner les innovations tech­niques et les lieux de leur faisabilité. Ces espaces doivent aussi faire l’objet d’études juridiques (Grimonprez, 2016) pour mieux en organiser les usages qui se déroulent principalement sur des espaces publics et/ou communs. Le cadre actuel ne fournit pas encore des solutions optimales mais, par ailleurs, des dispositifs et outils en place peuvent nous servir d’inspiration (codes d’usages, baux ruraux, etc.). Ces leviers permettraient d’assurer une plus grande marge de liberté pour favoriser les initiatives tout en rassu­rant la collectivité respon­sable des sites. Dans la métropole contemporaine le partage de l’espace d’autant plus qu’il est rare est une question d’actualité. Les discussions autour des « communs »4 (Coriat, 2015) en sont un exemple.

37En outre, une priorité à l’investissement dans les ressources humaines est fondamentale car il s’agit bien d’une co-construction très liée aux savoir-faire et à leur transmission. Dans ces espaces hybrides le temps est proba­blement le meilleur garant de la fertilité agricole et sociale. Nous pourrons mieux envisager l’intégration des pratiques agricoles dans le tissu urbain seulement s’il est le résultat d’une réflexion collective entre les institutions, la société civile et les professionnelles du secteur.

Haut de page

Bibliographie

AUDOUY Michel, 2014, « La ville fertile », in Sophie Allemand, Édith Heurgon, Sophie de Paillette, Renouveau des jardins : clés pour un modèle durable ?, Paris, Édition Hermann, p. 132-139.

BANZO Mayté, 2009, L’espace ouvert pour une nouvelle urbanité, HDR, Géographie, Université Michel de Montaigne-Bordeaux III.

BAUDRY Sandrine, 2011, « Les community gardens de New York City : de la désobéissance civile au développement durable », Revue française d’études américaines, n° 129, p. 73-86.

BERQUE Augustin, 2004, « Colloque à Cerisy : “Les trois sources de la ville-campagne” », Urbanisme, n° 239, p. 18‑19.

BLANC Nathalie, 2013, « À quelle échelle jardiner la ville ? », in Jean-Jacques Terrin (ed.), 2013, Jardins en ville. Villes en Jardin, Marseille, Parenthèses, p. 246‑259.

BONNEMAISON Joël, VASSEUR Maud, THIBAULT Christel, 2000, La géographie culturelle, Paris, Édition du CTHS, 152 p.

CHALAS Yves, 2003, « Préface : les agriculteurs dans la cité. Urbanisation de la nature et ruralisation de la ville », Revue de géographie alpine, tome 91, n° 4.

CLAVAL Paul, 1964, Essai sur l’évolution de la Géographie Humaine, Paris, Les Belles Lettres.

CLAVAL Paul, 1992, « Champ et perspectives de la géographie culturelle », Géographie et culture, n° 1, p. 7-38.

CLERGEAU Philippe, 2015, Manifeste pour la ville biodiversitaire, Rennes, Édition Apogée, 70 p.

COHEN Joshua, FUNG Archon, 2011, « Le projet de la démocratie radicale », Raisons politiques, 2/2011, n° 42, p. 115-130.

CORIAT Benjamin (ed.), 2015, Le retour des communs, la crise de l’idéologie propriétaire, Les liens qui libèrent, 297 p.

DARROT Catherine, BOUDES Philippe (éds.), 2011, Rennes Métropole, ville vivrière ?, Projet ingénieur spécialité systèmes de production et développement rural, a.a. 2010-2011, 177 p.

DEMAILLY Kaduna-Ève, 2014, « Les jardins partagés de l’Est parisien : de nouveaux territoires citoyens ? », in Marie-Jo Menozzi (ed.), Les jardins dans la ville entre nature et culture, Presse Universitaire de Rennes Société d’Écologie Humaine, p. 193-204.

DEMANGEON Albert, 1942, Problèmes de géographie humaine, Paris, Armand Colin, 408 p.

DEN-HARTIGH Cyrielle, 2013, Jardins collectifs urbains, Paris, Educagri, 168 p.

DONADIEU Pierre, 2003, « La construction actuelle des villes-campagnes. De l’utopie aux réalités », Histoire urbaine, n° 8, p. 157-170.


DONADIEU Pierre, FLEURY André, 2003, « La construction contemporaine de la ville-campagne en Europe », Revue de géographie alpine, tome 91, n° 4, p. 19-29

DUBOST Françoise, 1997 [1984], Les jardins ordinaires, Paris, L’Harmattan, 174 p.

ERNWEIM Marion, SALOMON CAVIN Joëlle, 2014, « Au-delà de l’agrarisation de la ville : l’agriculture peut-elle être un outil d’aménagement urbain ? Discussion à partir de l’exemple genevois », Géocarrefour, vol. 89, n° 1-2-3, p. 31-40.

FALLERY Bernard, RODHAIN Florence, 2007, Quatre approches pour l’analyse de données textuelles : lexicale, linguistique, cognitive, thématique, XVIe conférence internationale de management stratégique à Montréal.

GALAND Geoffrey, AUTISSIER Isabelle, GERMA Philippe, 2015, La ville renaturée. Réconcilier l’espace urbain et la biodiversité, Paris, Éditions de La Martinière, 224 p.

GIACCHÈ Giulia, 2014, « L’Agriculture Urbaine révélatrice de formes de résistance », ESO Travaux & Documents, n° 37, p. 17-26.

GRIMONPREZ Benoît, 2016, « Vers un concept juridique de l’agriculture de proximité », in Benoît Grimonprez, Denis Rochard (dir.), Agriculture et ville : vers de nouvelles relations juridiques, LGDJ, Faculté de droit et des sciences sociales de Poitiers. <hal-01550626>

HOPKINS Rob, 2008, The transition handbook, Green Books Ltd, 240 p.

LOGET Pascale, RUAU Cécile, 2013, Dehors, dans les jardins et dans les champs, rapport d’étape interne sur le projet de la Taupinais.

LOVELUCK Benjamin, 2008, « Internet, vers la démocratie radicale ? », Le Débat, 2008/4, p. 150-166.

MUNDLER Patrick, CONSALÈS Jean-Noël, MELIN Gil, POUVESLE Cyril, VANDENBROUCKE Perrine, 2014, « Tous agriculteurs ? L’agriculture urbaine et ses frontières », Géocarrefour, vol. 89, n° 1-2-3, p. 53-63.

NAHMIAS Paula, LE CARO Yvon, 2012, « Pour une définition de l’agriculture urbaine : réciprocité fonctionnelle et diversité des formes spatiales », Environnement Urbain/Urban Environment, vol. 6, p. 1-16.

NAHMIAS Paula, 2016, L’habiter citadin interrogé par l’agriculture urbaine, thèse de doctorat en géographie, Université de Rennes 2, 369 p.

REINERT Max, 2007, « Postures énonciatives et mondes lexicaux stabilisés en analyse statistique de discours », Langage et société, vol. 3, n° 121-122, p. 189-202.

REYNOLDS Richard, 2008, On guerrilla gardening: a handbook for gardening without boundaries, Londres, Bloomsbury, 255 p.

SALOMON CAVIN Joëlle, 2012, « Entre ville stérile et ville fertile, l’émergence de l’agriculture urbaine en Suisse », Environnement Urbain/Urban Environnement, vol. 6, p. 17-31.

SCHEROMM Pascale, PERRIN Coline, SOULARD Christophe, 2014, « Cultiver en ville... Cultiver la ville ? L’agriculture urbaine à Montpellier », Espaces et sociétés, n° 158, p. 49-66.

SÉGAS Sébastien, 2015, Rennes, un modèle de politiques alternatives ?, France Culture, émission Pixel du 23 octobre 2015.

TESTART Alain, 1981, « Pour une typologie des chasseurs-cueilleurs », Anthropologie et Société, vol. 5, n° 2, p. 177-221.

ZASK Joëlle, 2016, La démocratie aux champs. Du jardin d’Éden aux jardins partagés, comment l’agriculture cultive les valeurs démocratiques, Les Empêcheurs de penser en rond, 250 p.

Haut de page

Notes

1 Le mouvement fédère des personnes et des initiatives qui s’engagent dans une démarche collective basée sur l’échange de savoir-faire et le partage d’expériences, il s’agit de produire pour partager. Le modèle anglais repose sur l’activation de trois volets : la communauté, l’appren­tissage et l’économie. Les IC se proposent de transformer la ville en immense jardin partagé, auquel tout le monde peut contribuer. Chacun est ainsi appelé à devenir un apprenti jardinier-citoyen, en plantant, cultivant tous les espaces possibles et récoltant à sa guise les fruits du potager en libre-service. Les IC sont ainsi un outil d’éducation à l’écologie et à l’alimentation, qui reconnecte le citoyen à son environnement naturel et à ses ressources locales. À Todmorden, la démarche a été plus loin : ils ont soutenu et promu la mise en place des programmes éducatifs au sein des établissements scolaires et la formation des micro-fermes pour renforcer à la fois la culture autour de l’agriculture et alimentation et l’économie locale.

2 L’association a été créée en 2000, à Brest, comme résultat d’une réflexion collective qui a débuté en 1998 de la part des associations brestoises autour du développement de « jardins pour tous » sur le territoire. La Ville de Brest, Brest Métropole Océane, le Conseil général du Finistère et la Caisse d’Allocations Familiales Finistère ont participé à l’écriture et à la publication de la charte qui est devenue un document partagé et qui a inspiré d’autres villes bretonnes qui ont mis en place une antenne locale.

3 Le traitement lexical de ces écrits (figure 5) représenté par ce dendrogramme met en relief les mots les plus utilisés mais propose aussi un classement construit sur la base d’un calcul de la proximité entre les segments de mots utilisés par les commentateurs des projets pour la Ville. Nous ne rentrerons pas ici dans la complexité des algorithmes de la méthode Reinert mais il nous permet de montrer comment le lexique dominant reflète bien les entretiens qui ont été menés et l’analyse Verbatim.

4 « Ensembles de ressources collectivement gouvernées dans le but de permettre un accès partagé aux biens dont ils sont l’objet », Les biens communs (du four à pain à l’open source matériel), expliqués par Valérie Peugeot sur France Culture, le 29 novembre 2015.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Typologies des projets présentés au budget participatif
Crédits Source : Élaboration des auteurs (juin 2016) d’après enquêtes sur les informations dispo­nibles dans le site du budget participatif 1 (Ville de Rennes, 2015-2016).
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/5661/img-1.png
Fichier image/png, 22k
Titre Figure 2 – Les objectifs des projets
Crédits Source : Élaboration des auteurs (juin 2016). D’après enquêtes sur les informations dispo­nibles dans le site du budget participatif 1 (Ville de Rennes, 2015-2016).
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/5661/img-2.png
Fichier image/png, 55k
Titre Figure 3 – Les objectifs premiers et secondaires des projets
Crédits Source : Élaboration des auteurs (juin 2016) avec logiciel IramuteQ.
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/5661/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 4 – Les commentaires des citadins
Crédits Source : Élaboration des auteurs (juin 2016) avec logiciel IramuteQ.
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/5661/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 5 – Les commentaires de la ville
Crédits Source : Élaborations des auteurs (juin 2016) avec logiciel IramuteQ.
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/5661/img-5.png
Fichier image/png, 65k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giulia Giacchè et Sabine El Moualy, « Vers une construction collaborative de l’agriculture en ville », Géographie et cultures, 103 | 2017, 39-61.

Référence électronique

Giulia Giacchè et Sabine El Moualy, « Vers une construction collaborative de l’agriculture en ville », Géographie et cultures [En ligne], 103 | 2017, mis en ligne le 18 octobre 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gc/5661 ; DOI : 10.4000/gc.5661

Haut de page

Auteurs

Giulia Giacchè

Exp'AU/AgroParisTech
UMR ESO Rennes 2

giacche.giulia13@gmail.com

Sabine El Moualy

UMR ESO
SCOP Aubépine
sabine.elmoualy@aubepine.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals