Navigation – Plan du site

Du jardinage collectif au paysagisme bénévole

Trois figures de la participation corporelle à la fabrique de la ville
From community gardening to green space volunteering: three figures of corporeal participation to the making of urban space
Marion Ernwein
p. 63-86

Résumés

Cet article porte sur l’institutionnalisation et la normalisation du jardi­nage urbain au sein de politiques municipales d’espaces verts. Il prend le jardinage urbain comme une porte d’entrée permettant d’explorer les différentes formes que prend la participation corporelle des citadins à la fabrique de la ville. À partir de la comparaison de deux programmes municipaux de jardinage urbain dans le canton de Genève (Suisse), l’article met en évidence trois figures : un urbanisme tactique mobilisant des pratiques jardinières pour produire des formes urbaines temporaires, un paysagisme bénévole recourant à un travail gratuit pour entretenir des espaces verts existants, enfin un bénévolat d’entreprise dans les espaces verts traduisant le développement d’un nouvel entrepreneurialisme floutant les fron­tières entre espace privé et espace public et entre engagement environnemen­taliste et team-building.

Haut de page

Texte intégral

L’auteure remercie Juliet Fall pour son encadrement et son soutien enthou­siaste tout au long de cette recherche, Joëlle Salomon Cavin pour les nom­breux et riches échanges autour de l’agriculture urbaine, et les deux évaluateur/ice-s anonymes dont les commentaires ont permis de préciser certaines idées. Ce travail n’aurait pu être effectué sans la participation des jardinier/ère-s et des responsables politiques et administratifs rencontré-e-s : qu’ils et elles soient remercié-e-s pour leur contribution.

  • 1 Dans cet article, le terme de « jardinage urbain » est utilisé comme une catégorie générique renvoy (...)

1En octobre 2012, lors d’un congrès national (français) réunissant représentant-e-s d’associations de jardinage urbain1, responsables municipaux d’espaces verts et chercheur-e-s, était rédigée et signée à Strasbourg la Déclaration universelle pour le droit à la ville jardinée. Reconnaissant la légitimité des citadins à vouloir agir collectivement sur leur cadre de vie, l’appel à rédaction invitait les collectivités à les impliquer dans la production des espaces verts urbains :

« Hier, des habitants et des agents des services des espaces verts ont tenté, chacun de leur côté, de végétaliser le béton de nos villes. Comment conce­voir la ville de demain autrement ? Élaborons ensemble la charte d’une ville jardinée pour une vie sociale plus humaine, pour une sécurité ali­mentaire apaisée et un rapport quotidien à la nature. La ville de demain sera jardinée et potagère. Elle sera élaborée, réalisée et gérée en synergie entre les agents de la collectivité et les citoyens. »2

2Trois ans plus tard, un congrès national (suisse) sur la nature en ville organisé à Genève était accompagné d’un argumentaire lui faisant écho :

« Afin de développer la qualité de vie de son espace bâti, l’État de Genève s’engage en faveur de la nature en ville dans le cadre d’un Programme cantonal innovant. De nombreuses mesures sont ainsi mises en œuvre pour promouvoir les actions qui permettent d’offrir aux habitants une nature de proximité à l’échelle du quartier. C’est dans ce cadre que Genève, avec le soutien de la Confédération, a lancé en 2014 un appel à projets s’adressant aux acteurs privés. Entreprises, gérants immobiliers ou associations, ces derniers ont en effet un important rôle à jouer dans le développement d’une ville plus durable et plus agréable à vivre. Cette opération a révélé un réel engouement de la part de ces acteurs à l’égard de ces démarches qui demeurent encore pionnières. »3

3Ce congrès, intitulé « Quand les acteurs privés font la nature en ville », a été l’occasion de célébrer les projets lauréats de la seconde édition du concours « Nature en ville » organisé par le canton de Genève. Représentants de grandes régies immobilières, paysagistes privés, associations d’habitants et collectifs de jardiniers urbains y ont côtoyé les responsables administratifs et politiques du canton et des communes. Le point commun de ces acteurs dits « privés » ? Avoir bénéficié, à l’issue d’un processus de compétition, du soutien financier du canton pour végétaliser l’espace urbain en complément des parcs, jardins et massifs de fleurs gérés à l’année par les municipalités.

4Comment l’action citoyenne sur les espaces publics urbains a-t-elle pu être normalisée au point d’être mise en équivalence avec celle du secteur privé ? Dans quelle mesure cette normalisation éclaire-t-elle les évolutions de la fabrique de la ville ? Alors que l’engagement de citadins dans l’aménagement et le verdissement de leur espace de vie est majoritairement présenté comme un vecteur d’émancipation (Boulianne, 2001), comme l’expression d’une revendication du droit à la ville (Purcell & Tyman, 2015) ou encore comme un outil de construction d’alternatives politiques (Eizenberg, 2012 ; Follmann & Viehoff, 2015), cet article s’interroge sur les mutations institutionnelles qui ont accompagné le développement de ces pratiques et leur normalisation. Il prend le jardinage urbain comme une porte d’entrée permettant d’explorer l’évolution des formes que prend la participation corporelle des citadins à la fabrique de la ville. À partir d’une recherche qualitative menée auprès des services d’espaces verts de deux communes du canton de Genève, l’article identifie trois usages de l’investissement corporel des citadins dans la fabrique de la ville : au titre d’un urbanisme tactique producteur, à moindre coût, de formes urbaines temporaires ; comme un pourvoyeur de travail bénévole pouvant être activé pour l’entretien d’espaces publics ; et comme outil d’attractivité et d’animation dans le cadre de politiques urbaines entrepreneu­rialistes. Il montre ainsi comment l’engouement actuel exprimé par les citadins pour un investissement corporel dans la fabrique de la ville est réinterprété et récupéré, et contribue à transformer les manières de produire et d’entretenir la forme urbaine.

Jardinage urbain et reconquête citoyenne : des approches contrastées

Les jardins collectifs comme espaces de contestation et de lutte

  • 4 Le terme de « jardin collectif » désigne dans cet article les différents espaces accueillant des fo (...)

5L’agriculture urbaine au sens large et le jardinage urbain en particulier sont majoritairement décrits en termes positifs comme des phénomènes permet­tant non seulement à des individus de s’approvisionner en nourriture (Pourias et al., 2012), de pratiquer une activité saine (Wakefield et al., 2007), et de se reconnecter aux processus écologiques, mais aussi, à un niveau plus sociétal, d’agir en faveur d’une plus grande inclusion sociale, de revendiquer le droit à la ville (Purcell & Tyman, 2014), ou encore de contri­buer à une justice sociale et environnementale (Paddeu, 2012). Un trait commun à la plupart des articles travaillant la thématique du jardinage urbain est l’effort d’inscription de celui-ci dans une généalogie des mouve­ments sociaux. Rares sont en effet les articles sur la guérilla jardinière ne la faisant pas remonter aux Diggers anglais luttant contre la privatisation de l’espace (McKay, 2011 ; pour une critique voir Adams & Hardman, 2014), ou ceux sur les jardins collectifs ne mention­nant pas au moins le cas de New York (voir par exemple Baudry, 2011 ; Baudry et al., 2014 ; Demailly, 2014 ; Purcell & Tyman, 2015), où les community gardens ont servi à contester les politiques urbaines issues de la crise financière des années 1970. Dans ce dernier cas, devenu emblématique, l’aménagement d’espaces jardinés sur des parcelles vacantes a permis à des citadins de s’impliquer dans la vie politique locale en opposant à un discours officiel insistant sur la valeur d’échange du foncier un discours alternatif valorisant la valeur d’usage de l’espace vécu (Eizenberg, 2012 ; Purcell & Tyman, 2014 ; Schmelzkopf, 2002). En produisant des espaces publics d’accès gratuit dans des quartiers souvent délaissés par les pouvoirs publics, les community gardens ont contribué à la fois à une répartition plus égale des aménités environnementales en ville et au développement d’espaces de visibilité pour des populations marginalisées et exclues des espaces publics classiques fortement normés et réglementés (Staeheli et al., 2002). Si New York est un cas emblématique, ces dynamiques se retrouvent dans de nom­breux autres cas où on rapporte la participation des jardins collectifs4 à des luttes urbaines allant du combat contre les déserts alimentaires (Paddeu, 2012) à celui de la dé-financiarisation de la production urbaine (Follmann & Viehoff, 2015).

Municipalités et société civile : des rapports changeants et emprunts de pouvoir

6Alors que les expériences les plus emblématiques semblent plutôt avoir été menées par des collectifs issus de la société civile dans une perspective d’opposition aux politiques urbaines (Schmelzkopf, 2002 ; Smith & Kurtz, 2003), le rapport entre institutions et jardins collectifs a en fait été changeant au fil du XXe siècle, mais toujours empreint de rapports de pouvoir. Laura Lawson a ainsi analysé les programmes de jardinage urbain successivement mis en place par les pouvoirs publics états-uniens au fil du XXe siècle (Lawson, 2004). Réinscrits dans cette généalogie incluant les war gardens, victory gardens et autres relief gardens, les community gardens apparaissent à la fois comme le dernier modèle de jardin collectif en date et comme celui dont la longévité est la plus importante. En Europe, les jardins ouvriers ont constitué à compter de la fin du XIXe siècle une des premières formes institu­tionnalisées de jardinage urbain. Force est donc de constater que l’investissement des pouvoirs publics dans le développement et la protection d’espaces de jardinage est ancien et ne date pas de l’entrée en scène des jardins collectifs. Pourtant, les politiques changent, et les formes de jardi­nage aussi. On assiste ainsi depuis les années 2000 au développement de nouvelles politiques de jardinage urbain s’inscrivant dans une valorisation plus large de l’agriculture urbaine. Dans le cadre de politiques alimentaires urbaines, on voit se développer des programmes de production et de distri­bution à l’échelle métropolitaine (Pothokuchi et Kaufman 1999 ; Ernwein et Salomon Cavin, 2014). Quant aux politiques publiques portant spécifique­ment sur le jardinage urbain, elles ont connu récemment un développement rapide, et se retrouvent aujourd’hui dans des villes aussi diverses que New York (Baudry, 2011), Lisbonne et Montpellier (Scheromm et Mousselin, 2015), Rennes (Nahmias & Hellier, 2012), Paris (Demailly, 2014), ou Barcelone (Domene & Sauri, 2007). Dans ce cadre, les munici­palités apportent aux jardins collectifs un soutien technique et/ou financier ainsi qu’un accompagnement dans le montage des projets. Ces programmes sont par ailleurs souvent liés à des objectifs d’action sociale, d’aménagement paysager (Paris, 2016) ou encore de requalification urbaine.

7Mais le rapport entretenu par les institutions publiques à ces espaces reste ambigu. Certains types de jardins, certaines formes d’organisation et cer­taines localisations sont nécessairement préférés à d’autres. À Genève par exemple, l’investissement des autorités cantonales et municipales dans le développe­ment des jardins collectifs et l’objectif clairement affiché de s’éloigner du modèle des jardins familiaux marqueraient la valorisation de pratiques et d’esthétiques plutôt associées à la classe moyenne, les jardins familiaux étant eux toujours caractérisés par un profil social populaire (Frauenfelder et al., 2011). Quant à la localisation de ces jardins, elle reflèterait parfois des inégalités sociales profondes, comme à Tel-Aviv où la plupart des jardins collectifs sont concentrés dans des quartiers aisés (Eizenberg & Fenster, 2015). Le soutien au jardinage collectif n’est en outre pas déconnecté des enjeux économiques auxquels font face les villes au­jourd’hui. Certaines municipalités semblent ainsi avoir découvert les incidences que peut avoir la présence d’un jardin collectif sur l’augmentation de la valeur d’échange du foncier ; elles les utilisent alors à des fins de redynamisation de la valeur marchande de leurs quartiers (Perkins, 2010). Dans le contexte politico-économique actuel marqué par des politiques d’austérité, les municipalités utilisent enfin les jardins collectifs à une tout autre fin : celle de l’externalisation de l’entretien de l’espace public. Rosol identifie ainsi, dans le cas Berlinois, un « turn from community gardens as part of urban social movements towards community gardens as a form of voluntarism » (Rosol, 2010, p. 557). Alors que la munici­palité avait accueilli avec réserve les premiers projets de jardins collectifs, portés dans les années 1980 et 1990 par des structures de la société civile, elle a mis sur pied dans les années 2000 son propre programme de jardins collec­tifs. Le contexte, celui d’importantes restrictions budgétaires dans les dépenses publiques pour l’aménagement et l’entretien des espaces verts, permet d’expliquer ce changement de paradigme : les jardins collectifs sont conçus comme une manière de faire entretenir l’espace public par des citoyens œuvrant alors comme des travailleurs non payés (Rosol, 2012).

8Loin d’être linéaire et prévisible, l’investissement des municipalités dans des politiques de jardinage urbain est donc protéiforme et renvoie à différents types d’objectifs et de rationalités. Cet article analyse les modalités d’insertion des jardins collectifs dans des dispositifs de gestion des espaces verts et de participation et vise, à travers une approche comparative entre deux com­munes voisines, à interroger les permanences et les différences dans les formes d’implication des institutions municipales dans le dévelop­pement du jardinage urbain. À partir d’une constatation – celle qu’en dépit de rapports initialement très différents au jardinage collectif, les respon­sables de deux municipalités s’orientent tous deux vers des programmes de jardinage bénévole – l’article explore la manière dont l’engoue­ment actuel des citadins pour une implication corporelle dans la fabrique de la ville est intégré, institutionnalisé et normalisé par les pouvoirs publics, et prend part aux transformations de la fabrique de la ville et de l’économie politique urbaine.

Méthode et cas d’étude

9Cet article est issu d’une recherche menée entre septembre 2011 et février 2015 à l’Université de Genève, au sein du projet de recherche Les natures de la ville financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS). Il a abouti à la rédaction d’une thèse de doctorat portant sur l’inscription de nouvelles pratiques de production et d’entretien des espaces verts urbains – en particulier gestion différenciée et jardinage urbain – dans des processus de néolibéralisation (Ernwein, 2015). Dans le cadre de cette recherche, des données de terrains qualitatives ont été récoltées dans plu­sieurs services municipaux de communes du canton de Genève. D’une part, des entretiens ont été réalisés avec des responsables politiques et administra­tifs en charge de la planification et de la gestion des espaces qualifiés de « verts » et de « jardi­nés », ainsi qu’avec des responsables associatifs cherchant à impliquer la société civile dans la fabrique de ces espaces. D’autre part, un travail d’observation et d’entretien a été mené durant deux étés au sein de trois équipes de jardiniers municipaux et de trois collectifs de jardiniers urbains afin de saisir le dialogue entre discours et projets poli­tiques/administratifs d’un côté et pratiques de terrain de l’autre.

10Les données utilisées dans cet article proviennent de deux communes gene­voises, Genève et Vernier – l’une, ville globale, étant la seconde commune suisse en termes d’habitants, l’autre étant une commune suburbaine dans l’aire métropolitaine de la première. En Suisse, hormis les forêts, lacs et rivières qui sont une prérogative cantonale, les espaces végétalisés urbains – parcs, jardins, squares, cimetières, etc. – relèvent de la compétence munici­pale. Générale­ment relativement bien dotés en personnel, les services d’espaces verts s’occupent de la planification, l’aménagement et l’entretien de ces espaces. Au vu de leurs prérogatives, ces services se sont retrouvés en première ligne lorsqu’a été mise sur la table la question du jardinage collec­tif. Ils font donc l’objet d’une attention particulière dans cet article. La confrontation de ces deux communes permet quant à elle de saisir les permanences et les variations entre une ville-centre à l’ambition mondiale et à la densité urbaine singulière, et une commune suburbaine au tissu plus lâche, touchée par des probléma­tiques de cohésion et de cohérence spatiale.

11Les données produites ont été traitées à l’aide de l’analyse critique de discours, visant à rendre compte des pratiques sociales, des intérêts situés et des condi­tions institutionnelles auxquelles sont liées les pratiques discursives (Maingueneau, 2012). Cette méthode d’analyse permet d’ajouter à l’analyse du contenu celle des ressources mobilisées dans sa construction – choix lexicaux, figures de rhétorique, répertoires et genres – (Bryman 2008 ; Van Dijk 1993), ainsi que celle des effets de légitimation / délégitimation pro­duits par l’organisation du discours (Bryman, 2008). Les résultats intermédiaires et finaux ont été présentés et discutés avec les participant-e-s à la recherche durant des ateliers.

Deux programmes municipaux de jardinage urbain, le rôle des services d’espaces verts5 en question

Les « plantages » Verniolans : le SEV à l’avant-poste de l’action sociale

12La commune de Vernier, 769 hectares, est avec ses 34 500 habitants la deuxième commune la plus peuplée du canton de Genève. C’est aussi celle qui concentre le plus fort taux de chômage et le plus grand nombre de nationalités. Coupée en deux par l’autoroute de contournement de Genève, elle articule tant bien que mal zones résidentielles, quartiers de grands ensembles et vastes zones industrielles. Face à ces enjeux de cohésion sociale et spatiale, la commune cherche à susciter davantage de convivialité au sein des quartiers. Depuis 2009, elle a mis sur pied dans cet objectif un programme de jardins collectifs appelés « plantages ». L’élu en charge des espaces verts, à l’initiative de ce programme, présente ses objectifs, avant tout sociaux et alimentaires :

« Le premier [objectif] était d’amener les résidents à se rencontrer. Et la nature offre pour cela de bonnes opportunités. Le second était de leur per­mettre de cultiver leurs légumes. C’est quelque chose d’important, pour les résidents précarisés de ce quartier » (T., élu, Vernier, 2013).

13Sur les trois plantages existant au moment de la recherche, deux étaient localisés dans des quartiers de grands ensembles (Balexert, Libellules), un en bordure du centre-bourg. Les deux plantages alors en cours de planification devaient être réalisés dans les deux quartiers les plus denses de la ville, celui du Lignon et celui des Avanchets. Les plantages sont divisés en parcelles, individuelles mais non clôturées, d’une taille de 6 à 20 m2. Celles-ci sont arrangées autour de placettes sur lesquelles sont disposés des bancs et des arrivées d’eau. Une table de pique-nique est mise à disposition. Ces jardins articulent ainsi des éléments individuels faisant d’eux des ersatz de jardin privé au bénéfice de celles et ceux qui n’en disposent pas, et des éléments plus collectifs incitant à la rencontre, à l’échange et à la convivialité.

Figure 1 – Le plantage des Libellules à Vernier, aménagé en 2009, est situé sur l’ancien parking de ce qui était une usine à gaz. Les parcelles y sont individuelles mais, à la différence des jardins familiaux, non clôturées.

Figure 1 – Le plantage des Libellules à Vernier, aménagé en 2009, est situé sur l’ancien parking de ce qui était une usine à gaz. Les parcelles y sont individuelles mais, à la différence des jardins familiaux, non clôturées.

Photographie Marion Ernwein, printemps 2016.

  • 6 En Suisse Romande, le terme de « planton » désigne un jeune plant destiné à être repiqué.

14L’élu en charge des espaces verts confie faire en sorte que les personnes les plus isolées bénéficient en priorité de l’accès à ces jardins en les plaçant systématiquement, grâce à la collaboration du service social, en haut des listes d’attente. Enfin, les plantages sont conçus pour fournir aux personnes margi­nalisées la possibilité de produire une partie de leur alimentation. Le règlement insiste ainsi sur la dimension vivrière en proscrivant la plantation de pelouses ou d’arbres, et le directeur du SEV cherche à encourager le recours à des systèmes de distribution alternatifs en organisant un marché annuel de se­mences et plantons6 de variétés anciennes à destination des bénéficiaires de plantages (Ernwein, 2017). Le plantage apparaît donc comme un outil multiforme visant à l’action sociale, vis-à-vis duquel le SEV joue un rôle clé d’organisation et d’animation : gestion des inscriptions et de leur renouvelle­ment annuel, suivi du bon déroulement des saisons de jardi­nage, ou encore organisation de l’assemblée générale annuelle ainsi que de la fête des plantages.

Le jardinage urbain en ville de Genève : une constellation d’acteurs, le SEVE en retrait

15Le cas de la commune de Genève contraste nettement avec celui de Vernier. Les deux premiers jardins collectifs y sont créés en 2003 et 2006, l’un à l’initiative d’une maison de quartier, l’autre d’une Unité d’action commu­nau­taire (UAC – organe décentralisé du service social). Par la suite, les nombreuses demandes, écrites et téléphoniques, émanant d’individus et de groupes d’habitants, reçues par les services des espaces verts, de l’urbanisme, ou encore de l’action sociale, ont mené la municipalité à mettre sur pied un groupe de travail dédié au jardinage urbain et à recruter un collaborateur à l’Agenda 21, avec pour mission de développer un pro­gramme d’agriculture urbaine.

16Pour la réalisation des premiers jardins collectifs, une petite surface de pelouse a été retournée respectivement au parc Bertrand et au parc Beaulieu au profit de la culture légumière et fruitière.

17Ce volet technique a été apporté par le SEVE, un rôle dont la direction se satisfait, ne souhaitant pas s’investir davantage :

« Nous c’est sûr on est favorables [aux plantages], parce que c’est très sympa, on a envie que les gens se sentent bien dans les parcs, et ce projet on y adhère ; mais ce n’est pas notre mission. On sort de la mission ges­tion des grands parcs et entretien, donc c’est pour ça qu’on travaille avec le service social » (JT, Adjoint scientifique, SEVE Genève, 2012).

18In fine, si les jardins collectifs de ces deux communes sont relativement similaires en termes de forme, d’organisation, ou encore de règlement, l’engagement des services d’espaces verts y diffère fortement. Alors que les responsables du SEV verniolan s’attribuent volontiers une mission sociale, ceux du SEVE genevois préfèrent s’arrêter à l’aménagement et la gestion des parcs et espaces verts, et laissent à l’Agenda 21 et au service social le soin de se consacrer à l’action sociale, dont les jardins collectifs sont censés être un outil (Ernwein, 2014).

Figure 2 – Le plantage de Beaulieu, à Genève, a été aménagé en 2006 au cœur d’un parc, dont une surface de pelouse de 120 m2 a été retournée. Il s’agissait alors de la seconde expérience de jardin collectif municipal dans le canton. Depuis lors, ce jardin a été déplacé.

Figure 2 – Le plantage de Beaulieu, à Genève, a été aménagé en 2006 au cœur d’un parc, dont une surface de pelouse de 120 m2 a été retournée. Il s’agissait alors de la seconde expérience de jardin collectif municipal dans le canton. Depuis lors, ce jardin a été déplacé.

Photographie Marion Ernwein, automne 2012.

Entre urbanisme tactique et bénévolat, trois figures de la participation corporelle des habitants à la fabrique de la ville

19Aborder le jardinage urbain au prisme de l’engagement des services d’espaces verts dans son développement permet de saisir son inscription dans l’évolution des modes de gestion des espaces verts et plus largement dans celle de la fabrique de la ville. Trois figures émergent : un urbanisme tactique mobilisant des pratiques jardinières pour produire des formes urbaines temporaires, un paysagisme bénévole recourant à un travail gratuit pour entretenir des espaces verts existants, enfin un bénévolat d’entreprise dans les espaces verts tradui­sant le développement d’un nouvel entrepre­neurialisme floutant les frontières entre espace de la ville et de l’entreprise ainsi qu’entre engagement environ­nementaliste et team-building.

Le plantage comme dispositif d’entretien ad interim : un urbanisme tactique ?

20La création des premiers plantages à Vernier a non seulement été concomi­tante à la mise en place de la gestion différenciée des espaces verts, mais elle a en outre été portée par les mêmes personnes et intégrée dans une même réflexion. La gestion différenciée suggère un renouvellement de la manière d’envisager les surfaces urbaines végétalisées, non plus tant comme unifor­mément « vertes » mais dans toutes leurs variations – de la plus horticole à la plus « champêtre » ou « extensive » (voir Aggeri, 2004 ; Allain, 1997 ; Arpin et al., 2015 ; Le Crenn Brulon, 2010, 2011 ; Menozzi, 2007). Elle requiert le recensement, la classification et la cartographie de l’ensemble des surfaces communales gérées par le service, à des fins d’ajustement de leur aménage­ment et leur entretien à leurs spécificités historiques, écologiques et sociales. Les plantages constituent, à Vernier, une des catégories de surfaces – au même titre que les massifs de vivaces, les pelouses ou les prairies fleuries. Toutefois, la particularité de l’entretien des espaces correspondant à cette catégorie est d’être réalisée non par les employés du service des espaces verts, mais par les bénéficiaires des parcelles :

« [les plantages] c’est une des catégories de la gestion différenciée […] donc ça peut être un moyen d’entretenir des surfaces, à même titre qu’une autre, dans l’entretien différencié. C’est-à-dire qu’au lieu que ce soit les équipes du service des espaces verts qui les entretiennent réellement, phy­siquement, eh bien on le met à la disposition de la population, qui d’une certaine manière va l’entretenir » (J.-M., directeur, SEV Vernier, 2012).

21Hormis un responsable des plantages chargé de veiller au respect du règle­ment et de l’entretien des espaces communs (tonte des chemins, taille des arbres pouvant faire trop d’ombres aux potagers), le service des espaces verts n’y intervient en effet physiquement pas et chaque parcelle est sous la responsabi­lité de son bénéficiaire. La plupart des plantages verniolans sont situés sur des espaces récemment acquis par la municipalité et en attente d’aménagement, dont l’entretien ne peut être assuré avec les forces de travail déjà occupées à l’entretien courant :

« Deux plantages actuels sur trois sont disposés actuellement sur des ter­rains où il y a des projets de construction […] Ils sont en attente : quand on fait des projets, on a la demande d’autorisation de construire, on doit attendre un financement, il peut se passer pas mal d’années, donc au lieu de laisser un terrain sans entretien, avec de la mauvaise herbe, pourquoi pas offrir ce terrain à la population pendant 3-4 ans, peut-être plus, sou­vent on ne sait pas avec certitude combien d’années ça va durer » (J.-M., directeur, SEV Vernier, 2012).

22En effet, alors que la commune de Vernier est engagée dans l’acquisition de terrains en vue de réaliser des infrastructures communales et de nouveaux espaces publics, l’augmentation des surfaces publiques végétalisées ne s’est pas accompagnée du recrutement proportionnel d’employés municipaux, et les plantages sont une solution à moindre coût à cette non-adéquation entre investissements et capacité d’entretien. Le caractère éphémère et réversible de ce dispositif et sa conjugaison à une implication corporelle des habitants dans l’entretien de l’espace renvoient à la figure de l’urbanisme tactique, qui propose de « transformer et dynamiser l’espace public urbain » en combinant à des « interventions légères et fréquemment réversibles » une participation citoyenne (Prévot & Douay, 2016, p. 2).

Figure 3 – Situé sur une parcelle en attente de réaménagement, le plantage des Libellules est une solution d’entretien à bas coût pour cet espace acquis par la municipalité à la fin des années 2000.

Figure 3 – Situé sur une parcelle en attente de réaménagement, le plantage des Libellules est une solution d’entretien à bas coût pour cet espace acquis par la municipalité à la fin des années 2000.

Photographie Marion Ernwein, printemps 2016.

Vers un entretien bénévole des parcs et espaces verts

23En ville de Genève aussi, le développement des premiers jardins collectifs et l’adoption de la gestion différenciée ont été concomitants. Mais ce n’est, à l’inverse de Vernier, ni la même personne, ni le même service qui est à leur origine. Le SEVE n’est au demeurant pas impliqué outre mesure dans le développement de ces jardins. En revanche, ses responsables planchent sur le développement d’autres formes de participation citoyenne à la végétali­sation urbaine, et mobilisent volontiers l’expression de « bénévolat » dans la gestion des parcs. Il s’agit là non point de déléguer, comme c’est le cas à Vernier, pour un temps limité la maintenance d’espaces nouvellement acquis et s’additionnant au plan de gestion, mais celle d’espaces jusqu’ici entrete­nus par des équipes de jardiniers municipaux. Les responsables du service s’efforcent au demeurant de distinguer les deux types de dispositifs que sont les jardins collectifs et le bénévolat :

D. : Ce n’est pas la même approche : dans les plantages, on produit ses propres légumes, alors que le bénévolat dans les parcs, c’est vraiment un travail pour la collectivité. Les plantages, ce n’est pas du tout ça.

[…]

J.-T. : C’est vrai que les potagers, ça s’adresse plus à des familles, qui veu­lent déjà produire leurs légumes, montrer aux enfants comment ça pousse, rencontrer d’autres familles ; c’est souvent un autre public que des béné­voles qui s’occuperont de parcs.

D. : Les bénévoles c’est souvent plutôt des personnes un peu plus âgées, qui ont du temps, qui ont envie de s’investir quelque part, et puis qui cher­chent un lien avec leurs voisins (D., directeur, et JT, adjoint scientifique, SEVE Genève, 2013)

24Alors que les plantages sont souvent encensés, par la presse locale comme par les responsables administratifs, au titre de l’alternative qu’ils représen­tent aux jardins familiaux décriés pour leur caractère fermé, familialiste et pollué (Frauenfelder et al., 2014), ils font ici l’objet de critiques : trop centrés sur la petite production nourricière à destination de la cellule fami­liale – « s’adresse à des familles », « montrer aux enfants » –, ils apparaissent trop domestiques – « ses propres légumes » – pour être perti­nents pour la collectivité. À l’inverse, le bénévolat est valorisé comme une véritable action collective et un moyen de s’engager avec ses voisins au sein de son quartier – comme en témoignent les expressions « un travail pour la collectivité », « s’investir », ou « un lien avec leurs voisins ». Le responsable du service détaille la forme que pourrait prendre ce programme en se réfé­rant à ce qu’il a pu récemment découvrir à New York :

« J’ai visité, à New York, un parc où une association fait tout : récolte de fonds, programmes de travail, organisation des équipes. Et la ville vient juste encore très ponctuellement en appui, pour fournir un peu de logis­tique. Mais le travail est quasiment à 100 % assuré par les gens. Je ne pense pas que ce modèle soit transposable tel quel ici à Genève. Malgré tout, je suis assez convaincu que l’avenir des services publics n’est plus celui où les services publics fournissent tout et où l’utilisateur est un pur consommateur de prestations. Je pense qu’il y aura un partage des rôles, où les habitants dans les quartiers seront plus impliqués, dans tous les do­maines » (D., directeur, SEVE Genève, 2013).

25Il est intéressant ici de relever la référence explicite à la transformation de la nature des services publics. Le système actuel au sein duquel des pouvoirs publics urbains offrent aux citoyens des services en échange d’impôts locaux est disqualifié par la description des seconds comme « consommateur[s] de prestations ». À l’inverse, les termes de « partage » et d’« implication », mobilisés pour qualifier le projet défendu par le directeur, valorisent la coproduction des services publics par celles et ceux qui en bénéficient direc­tement. On retrouve la rhétorique des politiques néolibérales qui cherchent à culpabiliser les bénéficiaires de services publics en les caractérisant de « consommateurs de services » voire d’« assistés », tout en cherchant à impliquer chacun dans la production des services lui revenant en propre, au détriment d’une solidarité redistributive (au sujet de ces discours voir par exemple Quirion & Bellerose, 2007).

26Genève et Vernier témoignent de deux approches différentes de la participa­tion corporelle des citadins à la production des espaces urbains. À Vernier, le jardin collectif lui-même est conçu comme une manière de faire occuper et entretenir aux habitants, de manière temporaire et sans grands frais, un espace en attente d’aménagement. À Genève, le SEVE observe ce type de dispositif avec une certaine distance, et s’investit plus volontiers dans des réflexions sur des formes de gestion bénévole des parcs existants. Dans les deux cas, les municipalités se reposent sur l’action des citoyens sur l’espace public pour résoudre un problème de manque de moyens et de personnel.

Le bénévolat d’entreprise, entre environnement et entrepreneurialisme

27Avec le taux de chômage le plus élevé du canton et un ratio emplois/habi­tants plus bas que les communes voisines, la situation économique de Vernier inquiète ses élus. Considérant les grandes entreprises comme des moteurs pour le développement urbain par les emplois qu’elles offrent et les taxes qu’elles paient, la commune cherche à se rendre accueillante envers elles et mobilise un certain nombre de ressources et de stratégies pour les séduire. En effet, du fait de sa proximité avec l’aéroport et l’autoroute de contournement de Genève, la municipalité estime être en bonne place pour capter des flux et attirer des cadres d’entreprises internationaux.

28La volonté, de la part des grands groupes, de verdir leur image et de promou­voir la cohésion au sein de leurs rangs d’employés constitue une aubaine pour des SEVs à la recherche de bénévoles prêts à prendre en charge des tâches d’entretien de l’environnement urbain. Le SEV verniolan leur donne ainsi la possibilité de verdir leur image et de resserrer leurs rangs par le biais de « journées de l’environnement ». Le Bois de la Grille, acquis en 2010 par la municipalité de Vernier, est une vaste zone boisée classée réserve natu­relle. Ne disposant pas des moyens humains pour en assurer l’entretien, la munici­palité propose aux grands groupes (L’Oréal, Accor, etc.) établis sur la commune d’accueillir leurs employés durant certains week-ends pour des travaux d’entretien – désherbage, débroussaillage, construction de chemins et de barrières, etc. Pour ces journées, la municipalité met à disposition plusieurs jardiniers qui accueillent, guident, et accompagnent les bénévoles dans leurs travaux ; elle prête également les serres du centre horticole pour un grand buffet festif. Si à Vernier, l’implication de bénévoles reste ponc­tuelle – de l’ordre de quatre à cinq week-ends par an –, le directeur du SEVE genevois projette d’attribuer la gestion saisonnière de certains espaces à des équipes de bénévoles d’entreprises :

« Je pense qu’il y aura à l’avenir toute une série d’offres. Par exemple, pour les entreprises qui veulent créer des jours pour les collaborateurs […] Et à l’avenir c’est la ville qui devra prendre les devants et dire « nous créons à certains endroits des équipes faites de bénévole », et on dit aux entreprises « vous pourrez venir tous les jours, on a un potentiel pour 10 ou 20 personnes », et certains sites sont à gérer par des volontaires, qui sont offerts ou mis à disposition par des entreprises. Mais ça, ça nécessite vraiment tout un travail de préparation, qu’on n’a pas fait, mais que l’élu nous a demandé de faire. Et je trouve ça bien et intéressant. Mais c’est du terrain vraiment un peu… on explore, hein » (D., directeur, SEVE Genève, 2013).

29Au-delà des politiques entrepreneuriales classiques cherchant à attirer le capital par la provision d’un cadre matériel et fiscal attractif (voir While et al., 2004), ce type de programme propose aux entreprises de faire de l’espace public, à titre provisoire, une extension de leurs locaux, leur per­mettant à la fois de démontrer leur engagement pour l’environnement et de resserrer les rangs de leurs employés à travers une activité physique effec­tuée en commun. Permettant à de grands groupes de faire temporaire­ment leur des espaces publics, ce type de programme floute la frontière entre espace public et espace privé. Il donne en outre aux jardiniers municipaux – agents publics – un rôle d’animation et de team-building à destination de grands groupes. Enfin, médiant l’engagement environnementaliste par l’en­tre­prise, il contribue à flouter les frontières entre bénévolat environnemental et corporate team-building et à faire voir dans les grands groupes des lieux où l’on peut s’engager pour l’environnement, plutôt que des causes de nombre de dégra­dations environnementales (voir sur ce sujet Adams, 2017).

30Loin d’être des réalités distinctes, chacune de ces trois figures – urbanisme tactique, paysagisme bénévole, bénévolat d’entreprise – complète l’autre. Le jardinage bénévole est conçu comme une manière de rediriger l’engouement actuel des citadins pour le jardinage depuis les jardins collectifs vers les parcs en manque de main-d’œuvre. Quant au bénévolat d’entreprise, il est perçu comme un moyen efficace de recruter des bénévoles additionnels tout en fidélisant des entreprises sur le territoire communal.

Comprendre la posture des responsables d’espaces verts

31Il peut sembler paradoxal qu’alors que les responsables de services sont garants de la gestion professionnelle des espaces verts, ils fassent preuve d’un tel enthousiasme à propos de la mise en place de programmes de béné­volat visant à suppléer la main-d’œuvre professionnelle. Plusieurs facteurs expliquent cet enthousiasme.

Compenser les diminutions de personnel

32À Genève comme à Vernier, les surfaces d’espaces verts se sont accrues au cours des dernières années sans que cette hausse ne soit accompagnée de recrutements suffisants pour pouvoir continuer à mettre en œuvre le même niveau d’entretien. Ainsi, entre 2010 et 2016, le SEVE de Genève s’est doté d’environ 40 hectares supplémentaires (représentant une augmentation d’environ 10 %) et d’un nouveau programme de végétalisation hors des parcs, tandis qu’entre 2012 et 2016 il s’est défait de plus de 20 employés soit 10 % de la force totale de travail, entre non-remplacement de départs à la retraite et transferts interservices. En réponse à ce type d’inadéquation entre les varia­tions respectives des surfaces et de la main-d’œuvre – soit schémati­quement entre budget d’investissement et de fonctionnement –, les directions de service ont mis sur pied différentes stratégies, incluant l’externalisation de certains travaux à des entreprises privées et des changements dans les pratiques de végétalisation. Le recours à la société civile – ce que les Anglo-Saxons nom­ment le tiers-secteur – est alors une solution parmi d’autres à la disposition des responsables de services pour assurer la continuité de l’entretien des espaces communaux. C’est un motif que l’on retrouve à Berlin (Rosol, 2010, 2012) ou encore Milwaukee (Ghose & Pettygrove, 2014 ; Perkins, 2009, 2010, 2011) où, pour faire face à la diminution mas­sive du nombre d’employés dans les services en charge des parcs et jardins, les institutions locales ont recouru à la mise en place de jardins collectifs et à l’action d’associations d’amis des parcs.

L’attractivité d’un modèle qui circule

  • 7 Pour une lecture critique du système mis en place à New York, se référer à Krinsky et Simonet (2012 (...)

33Ce paradoxe s’explique aussi par le recours à des modèles. Les États-Unis, en particulier, font office de parangon pour les responsables genevois. Pour rappel, la référence à New York du responsable du SEVE : « J’ai visité, à New York, un parc, où une association fait tout […] » (D., directeur, SEVE Genève, 2013). En mobilisant la référence à l’expérience états-unienne où, selon lui, de telles pratiques ont été adoptées avec succès7, le directeur du service donne une portée plus grande à son projet et l’inscrit dans une ten­dance globale qui sert à le légitimer. Il insiste, expliquant que l’élu partage son inclination pour la « culture » états-unienne des services publics :

« Notre élu est très américain, vraiment, il a étudié et vécu longtemps aux États-Unis, il connaît bien cette culture, et il imagine bien aussi de multi­plier un peu ce genre de démarches. C’est pas tellement la culture d’ici, parce qu’ici on a plutôt la culture, l’administration fournit les prestations, et puis le public est quand même « nous, on paie les impôts, donc l’administration a qu’à fournir les prestations ». Mais je pense qu’à l’avenir les tâches seront parta­gées » (D., directeur, SEVE Genève, 2013)

34Son insistance sur l’adoption de ce qu’il considère être un modèle états-unien à Genève et sur le fait que sa propre expérience et celle de l’élu aux États-Unis justifient son bien-fondé illustre par ailleurs le rôle joué par la circulation d’individus dans la diffusion de politiques (voir à ce sujet Larner, 2010 ; Larner & Laurie, 2010).

Une manière de s’assurer du soutien

35L’implication de citadins dans l’entretien d’espaces verts est aussi conçue par le service des espaces verts genevois comme une manière de s’assurer le soutien de la population. En effet, alors que les usages sociaux des parcs connaissent de profondes évolutions tant quantitatives que qualitatives, mettant parfois à mal les efforts d’entretien – pelouses grillées par des grills jetables, arbres abimés par les courroies de slacklines, etc. – il est attendu des bénévoles qu’ils soutiennent le service en opérant un contrôle social sur l’espace et en protégeant les parcs d’éventuelles déprédations, et qu’ils deviennent in fine les alliés du service en défendant ses intérêts propres :

« Ça crée toute une nouvelle logique : ces bénévoles, ils défendent après les intérêts du service, les intérêts du parc, ils veillent à ce qu’il n’y ait pas de déprédations, donc je dirais que c’est un modèle intéressant à plusieurs points de vue » (D., directeur, SEVE Genève, 2013)

36Ceci n’est pas sans rappeler les résultats des recherches menées par Perkins sur un programme fédéral d’externalisation de la gestion de forêts urbaines à Milwaukee (USA). Selon lui, le programme analysé « hopes mobilizing unpaid volunteers in the city today will provide consent for funding national parks and forests tomorrow. Thus they try to ensure the perpetuation, if not expansion, of Federal programs into the future » (Perkins, 2009, p. 400). En formant des bénévoles, les administrations s’assurent d’avoir des soutiens prêts à défendre leur existence – une approche pragmatique qui s’inscrit en réaction aux risques multiples auxquels font face les services d’espace verts.

Des transformations de la participation : urbanisme tactique, bénévolat et gouvernementalité néolibérale

37Alors que la littérature sur la participation s’est majoritairement focalisée sur les questions de gouvernance et de démocratie délibérative, émergent au­jourd’hui des formes de participation matérielle des citoyens à la fabrique de la ville. Jardinage urbain, tricot-graffiti, guérilla piste cyclable, sont autant de manières pour les citadins de transformer physiquement leur espace de vie en dehors ou à la marge des processus participatifs formels. Alors que ces pratiques tendent aujourd’hui à être à leur tour institutionnalisées, il convient aux termes de cet article de s’interroger sur les transformations de la fabrique de la ville que cette institutionnalisation révèle.

Des temporalités du « faire-faire » et de leur évolution

38Alors que les processus participatifs au sens classique sont connus pour chercher à informer, consulter, faire penser, faire décider ou encore simple­ment faire consensus, émergent aujourd’hui des modalités de participation cherchant à faire faire. L’urbanisme tactique, consistant originellement à intervenir subversivement hors du cadre programmatique, par petites touches et de manière temporaire et généralement réversible, sur la forme urbaine, s’est retrouvé intégré à la pratique urbanistique institutionnelle. Il s’accommode fort bien d’une demande citoyenne à agir sur la matérialité de l’espace urbain. On assiste ainsi, dans un contexte de resserrement budgé­taire lié à un climat d’austérité, à l’émergence de formes d’action publique jouant sur des interventions ponctuelles impliquant la corporéité des habi­tants. Cette pratique de l’urbanisme constitue une nouvelle offre participative au sein de laquelle « il ne s’agit pas seulement de demander aux habitants ce qu’ils veulent, mais de les inciter à faire eux-mêmes » (Douay & Prévot, 2016, p. 13). Ainsi, les plantages mis en place à Vernier ne sont-ils pas seulement une manière pour la municipalité d’agir dans le sens d’une plus grande convivialité urbaine, mais aussi de mettre en mains de certains résidents des espaces à entretenir sur une durée limitée. Par leur petite échelle, leur caractère éphémère assumé et leur utilisation de l’envie d’agir des habitants, ces dispositifs contribuent à « transformer et dynamiser l’espace public urbain grâce à des initiatives citoyennes » (Douay & Prévot, 2016 p. 2), en « pro­pos[ant] des interventions légères et fréquemment réversibles, éloignées des modes d’intervention lourds des pratiques tradi­tionnelles de l’urbanisme » (Douay & Prévot, 2016, p. 2). Tandis que l’urbanisme tactique a montré qu’il était possible de faire faire la ville éphémère aux citadins, la notion de paysa­gisme bénévole étend le principe du faire-faire à des temporalités longues et des espaces existants. Ainsi, alors que la (mince) littérature portant sur l’urbanisme tactique insiste fortement sur son lien avec un urbanisme tempo­raire et de l’événement et avec la rhétorique de la ville créative (Mould, 2014 ; Douay & Prévot, 2016 ; Orduña-Girot & Jacquot, 2014), le cas genevois met en évidence la manière dont des formes de participation corporelle sont mobilisées pour faire faire et entretenir la ville à des échelles spatiales et temporelles plus larges.

Gouverner à distance mais au plus proche des corps

39Le « faire-faire » au principe de l’action des deux municipalités étudiées ne s’accompagne pas d’un « faire-décider » : le règlement, uniforme pour l’ensemble des plantages communaux, est imposé à Genève comme à Vernier par la municipalité, et son respect fait l’objet d’un engagement écrit de la part de chaque participant signant une charte à titre individuel ; spécifi­cité vernio­lane, les assemblées générales annuelles sont, d’après mes observations, principalement des moments de transmission d’information ; même la fête annuelle des plantages est, à Vernier, organisée de manière descendante par le service des espaces verts. Alors que ces dispositifs auraient pu s’accompagner d’un processus d’empowerment permettant à des personnes n’ayant habituel­lement pas voix au chapitre de faire valoir leurs valeurs dans la conception et la gestion de l’espace urbain, ils prennent une forme paradoxale entre ersatz de jardin privé et prise en charge individuali­sante de l’entretien de morceaux d’espaces publics.

40Parce qu’ils y cultivent des légumes, herbes et petits fruits pour leur consom­mation personnelle, les titulaires d’une parcelle dans les plantages commu­naux sont publiquement qualifiés de « participants », de « bénéficiaires » ou d’« ayants-droit » ; à l’inverse, ils ne sont, en dépit de la clarté des discours analysés dans cet article qui désignent les plantages comme des outils d’entretien ad interim de l’espace public, jamais ouvertement qualifiés de « bénévoles ». Ce caractère non-dit du transfert de certaines responsabilités publiques à des individus non organisés est problématique. En effet, alors que leurs gestes et leur attention sont focalisés sur la culture de végétaux, les participants prennent part sans en être avertis à une expérimentation touchant aux modalités de provision de services publics urbains. La conduite des conduites (Foucault, 2004) s’opère à distance – loin de toute forme de coerci­tion, la participation à ces jardins est purement volontaire – , mais elle mobilise très directement les corps et leur capacité à être affectés par les végétaux, pour produire du consentement à ce qui est la fois une nouvelle division du travail environnemental urbain et une forme expérimentale de service urbain post-public.

41Le bénévolat dans les parcs a, lui, le mérite d’être transparent par sa dénomi­nation, entrainant de ce fait une participation informée. De plus, la manière d’envisager le dispositif se veut plus collective, avec des groupes de béné­voles qui prennent en charge un espace. À ce stade toutefois, s’agissant du pro­gramme existant à Vernier comme des projets genevois en cours d’élaboration, l’ensemble des tâches sont conçues et organisées par les SEVs, qui définissent les lieux prioritaires et les actions à mener. Reste à savoir si l’un de ces dispositifs – jardins collectifs comme outil d’entretien ad interim / programmes de bénévolat dans les parcs – laisse plus de marge à l’organisation de différentes formes de subversion/résistances dépassant le cadre institutionnel imposé.

Conclusion

42Genève et Vernier sont deux municipalités voisines qui, à l’échelle du canton de Genève, ont été pionnières dans la mise en place de jardins collectifs. En dépit de trajectoires différentes, le jardinage urbain est mobi­lisé dans les deux communes à des fins d’externalisation de l’entretien de certaines parcelles communales – soit que des jardins collectifs soient temporairement aménagés sur des espaces acquis et en attente de dévelop­pement, soit que la demande citadine à jardiner soit redirigée vers une implication bénévole dans l’entretien d’espaces verts existants.

43Ces transformations des formes d’implication des habitants dans la produc­tion des espaces urbains végétalisés – du jardinage collectif au paysagisme bénévole – incitent à penser davantage la dimension corporelle et matérielle de la participation à la fabrique de la ville, lorsque celle-ci intervient hors des processus participatifs et consultatifs classiques. Entre un urbanisme tactique pensé sur le mode de l’intervention éphémère, un paysagisme bénévole venant en renfort de jardiniers municipaux en sous-effectif, et un bénévolat d’entreprise conjuguant environnement et entrepreneurialisme, le citadin devient à la fois co-producteur d’espace public et de service public. L’évolution de la participation corporelle des habitants à la fabrique des espaces verts participe aussi de la transformation des rapports entretenus par le public au « privé ». En effet, les plantages et le bénévolat sont conçus comme une solution d’externalisation comme une autre, en parallèle à la privatisation de certaines tâches d’entretien. À travers le bénévolat d’entreprise, l’engagement du citoyen en faveur de l’environnement – qui est censé être le mot d’ordre des « journées de l’environnement » mises en place à Vernier – est construit dans et à travers l’entreprise. Un glissement s’opère alors entre ce qui relève de l’action de la société civile et ce qui relève du privé à but lucratif. La municipalité quant à elle joue un rôle d’animation : elle fournit un service de team-building, et glisse de la promotion d’une convivialité de quartier avec les plantages à celle d’une convivialité d’entreprise. Cela s’inscrit dans le cadre d’une valorisation plus globale de l’implication du privé dans la fabrique de la nature urbaine – le concours « Nature en ville » organisé par le canton et mettant en compétition associa­tions, institutions publiques et entreprises pour l’obtention de finance­ments, le programme estival de végétalisation « Urbanature » financé sur fonds privés, et le parc Hentsch « offert » en 2015 à la ville de Genève par un riche banquier, en offrent d’autres illustrations.

Haut de page

Bibliographie

ADAMS David, HARDMAN Michael, 2014, « Observing guerrillas in the wild: Reinterpreting practices of urban guerrilla gardening », Urban Studies, vol. 51, n° 6, p. 1103-1119.

ADAMS William, 2017, « Sleeping with the enemy? Biodiversity conservation, corporations and the green economy », Journal of Political Ecology, vol. 24, p. 243‑257.

AGGERI Gaëlle, 2004, La nature sauvage et champêtre dans les villes : origine et construction de la gestion différenciée des espaces verts publics et urbains. Le cas de la ville de Montpellier, thèse de doctorat, ENGREF.

ALLAIN Yves-Marie, 1997, « La ville : un territoire nouveau pour la nature ? La gestion différenciée en Europe ». Journal d’agriculture traditionnelle et de bota­nique appliquée, vol. 39, n° 2, p. 199-217.

ARPIN Isabelle, MOUNET Coralie, GEOFFROY David, 2015, « Inventaires naturalistes et rééducation de l’attention : le cas des jardiniers de Grenoble », Études rurales, n° 195, p. 89-108.

BAUDRY Sandrine, 2011, « Les community gardens de New York City : de la désobéissance civile au développement durable », Revue française d’études améri­caines, vol. 3, n° 129, p. 73-86.

BAUDRY Sandrine, SCAPINO Julie, RÉMY Élisabeth, 2014, « L’espace public à l’épreuve des jardins collectifs à New York et Paris », Géocarrefour, vol. 89, n° 1-2, p. 41-51.

BOULIANNE Manon, 2001, « L’agriculture urbaine au sein des jardins collectifs québécois : empowerment des femmes ou “domestication de l’espace public” ? », Anthropologie et Sociétés, vol. 25, n° 1, p. 63-80.

BRYMAN Alan, 2008, « Language in qualitative research », in Social Research Methods, Oxford, Oxford University Press, p. 499-511.

DEMAILLY Kaduna-Ève, 2014, « Les jardins partagés franciliens, scènes de participation citoyenne ? », EchoGéo, n° 27.

DOMENE Elena, SAURI, David 2007, « Urbanization and class-produced natures: Vegetable gardens in the Barcelona Metropolitan Region », Geoforum, vol. 38, n° 2, p. 287-298.

DOUAY Nicolas, PRÉVOT Maryvonne, 2016, « Circulation d’un modèle urbain “alternatif” ? Le cas de ‘urbanisme tactique et de sa réception à Paris », Echogéo, n° 36.

EIZENBERG Efrat, 2012, « Actually existing commons: three moments of space of community gardens in New York City », Antipode, vol. 44, n° 3, p. 764-782.

EIZENBERG Efrat, FENSTER Tovi, 2015, « Reframing urban controlled spaces: community gardens in Jerusalem and Tel Aviv-Jaffa », ACME: An international journal for critical geographies, vol. 14, n° 4, p. 1132-1160.

ERNWEIN Marion, 2017, « Urban agriculture and the neoliberalisation of what? », ACME: An international journal for critical géographies, vol. 17, n° 2.

ERNWEIN Marion, 2015, Jardiner la ville néolibérale : la fabrique urbaine de la nature, thèse de doctorat, Université de Genève.

ERNWEIN Marion, 2014, « Framing urban gardening and agriculture: on space, scale and the public », Geoforum, vol. 56, p. 77-89.

ERNWEIN Marion, SALOMON CAVIN Joëlle, 2014, « Au-delà de l’agrarisation de la ville : l’agriculture peut-elle être un outil d’aménagement urbain ? Discussion à partir de l’exemple genevois », Géocarrefour, vol. 89, p. 31-40.

FOLLMANN Alexandre, VIEHOFF Valerie, 2015, « A green garden on red clay: creating a new urban common as a form of political gardening in Cologne, Germany », Local Environment, vol. 20, n° 10, p. 1148-1174.

FOUCAULT Michel, 2004, Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France, 1978-1979, Paris, Seuil/Gallimard.

FRAUENFELDER Arnaud, DELAY Christophe, SCALAMBRIN Laure, 2011, « Le monde privé des classes populaires : le jardin familial comme poste d’observation privilégié », Tsantsa, n° 16, p. 159-163.

FRAUENFELDER Arnaud, DELAY Christophe et SCALAMBRIN Laure, 2014, « Potagers urbains vs jardins familiaux ? Réforme urbaine et controverses autour du beau jardin et son usage légitime », Espaces et sociétés, vol. 3, n° 158, p. 67-81.

GHOSE Rina, PETTYGROVE Margaret, 2014, « Urban community gardens as spaces of citizenship », Antipode, vol. 46, n° 4, p. 1092-1112.

KRINSKY John, SIMONET Maud, 2012, « La servitude et le volontaire : les usages politiques du travail invisible dans les parcs de la ville de New York », Sociétés contemporaines, n° 87, p. 49-74.

LARNER Wendy, 2007, « Expatriate experts and globalising governmentalities: the New Zealand diaspora strategy », Transactions of the Institute of British Geographers, vol. 32, n° 3, p. 331-345.

LARNER Wendy, LAURIE Nina, 2010, « Travelling technocrats, embodied knowledges: Globalising privatisation in telecoms and water », Geoforum, vol. 41, n° 2, p. 218-226.

LAWSON Laura, 2004, « The planner in the garden: a historical view into the relationship between planning and community gardens », Journal of Planning History, vol. 3, n° 2, p. 151–176.

LE CRENN-BRULON Patricia, 2010, Les espaces verts au cœur de nouveaux enjeux : des projets de territoire au renouvellement des références jardinières : le regard des jardiniers sur l’évolution de leur métier, thèse de doctorat, Université de Bretagne Occidentale.

LE CRENN-BRULON Patricia, 2011, « De la problématique de l’eau en Bretagne (France) aux techniques alternatives d’entretien des espaces verts », VertigO, vol. 11, n° 3.

MAINGUENEAU Dominique, 2012, « Que cherchent les analystes du discours ? », Argumentation et Analyse du Discours, n° 9, p. 1-13.

MCKAY G., 2011, Radical gardening: politics, idealism and rebellion in the garden, Londres, Frances Lincoln Limited.

MENOZZI Marie-Jo, 2007, « “Mauvaises herbes”, qualité de l’eau et entretien des espaces », Natures Sciences Sociétés, vol. 15, n° 2, p. 144–153.

MOULD Oli, 2014, « Tactical urbanism: the new vernacular of the creative city », Geography Compass, vol. 8, n° 8, p. 529-539.

MOUSSELIN Guilhem, SCHEROMM Pascale, 2015, « Vers une mise en politique des jardins collectifs urbains. Approche comparée de deux trajectoires municipales à Montpellier et à Lisbonne », Articulo – Journal of Urban Research, n° spécial 6.

NAHMIAS Paula, HELLIER Emmanuelle, 2012, « La gouvernance urbaine en question : le cas des lieux de nature cultivée. Une lecture de la situation rennaise », VertigO, vol. 12, n° 2.

ORDUÑA-GIRO Paula et JACQUOT Sébastien, 2014, « La production participa­tive d’espaces publics temporaires en temps de crise. Le projet “Pla Buits” à Barcelone », Métropolitiques.

PADDEU Flaminia, 2012, « L’agriculture urbaine dans les quartiers défavorisés de la métropole New-Yorkaise : la justice alimentaire à l’épreuve de la justice sociale », VertigO, vol. 12, n° 2.

PARIS Magali, 2016, « Habiter, jardiner, construire la ville nourricière. Comment passer d’une échelle à l’autre ? », in Sylvain Allemand et Édith Heurgon (dir.) Nourritures jardinières dans les sociétés urbanisées, Paris, Hermann.

PERKINS Harold A., 2009, « Out from the (Green) shadow? Neoliberal hegemony through the market logic of shared urban environmental governance », Political geography, vol. 28, n° 7, p. 395-405.

PERKINS Harold A., 2011, « Gramsci in green: neoliberal hegemony through urban forestry and the potential for a political ecology of praxis », Geoforum, vol. 42, n° 5, p. 558-566.

PERKINS Harold, A., 2010, « Green spaces of self-interest within shared urban governance », Geography Compass, vol. 4, n° 3, p. 255-268.

POTHOKUCHI Kameshwari, KAUFMAN Jerome L., 1999, « Placing the food system on the urban agenda: the role of municipal institutions in food systems planning », Agriculture and Human Values n° 16, p. 213-224.

POURIAS Jeanne, DANIEL Anne-Cécile, AUBRY Christine, 2012, « La fonction alimentaire des jardins associatifs urbains en question », POUR, vol. 215-216, p. 333-347.

PURCELL Mark, TYMAN Shannon K., 2015, « Cultivating food as a right to the city », Local Environment, vol. 20, n° 10, p. 1132-1147.

QUIRION Bastien, BELLEROSE Charles, 2007, « Discours néolibéral d’émanci­pation dans le champ de l’usage des drogues : réduction des méfaits et empowerment », Sociologie et sociétés, vol. 39, n° 1, p. 29-50.

ROSOL Marit, 2010, « Public participation in post-fordist urban green space governance: the case of community gardens in Berlin », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 34, n° 3, p. 548-563.

ROSOL Marit, 2012, « Community volunteering as neoliberal strategy? Green space production in Berlin », Antipode, vol. 44, n° 1, p. 239-257.

SCHMELZKOPF Karen, 1995, « Community gardens as contested space », Geographical Review, vol. 85, n° 3, p. 364-381.

SMITH Christopher M., KURTZ Hilda E., 2003, « Community gardens and politics of scale in New York City », Geographical Review, vol. 93, n° 2, p. 193‑212.

STAEHELI Lynn A., MITCHELL Don, GIBSON Kristina, 2002, « Conflicting rights to the city in New York’s community gardens », GeoJournal, vol. 58, n° 2, p. 197-205.

VAN DIJK Teun A., 1993, « Principles of critical discourse analysis », Discourse and Society, vol. 4, n° 2, p. 249-283.

WAKEFIELD Sarah, YEUDALL Fiona, TARON Carolin, REYNOLDS Jennifer, SKINNER Ana, 2007, « Growing urban health: community gardening in South-East Toronto », Health Promotion International, vol. 22, n° 2, p. 92-101.

WHILE Aidan, JONAS Andrew E.G., GIBBS David, 2004, « The environment and the entrepreneurial city: Searching for the ‘urban sustainability fix’ in Manchester and Leeds », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 28, n° 3, p. 549-569.

Haut de page

Notes

1 Dans cet article, le terme de « jardinage urbain » est utilisé comme une catégorie générique renvoyant aux pratiques de jardinage, qu’elles soient ornementales ou vivrières, effectuées à titre non professionnel, dans l’espace urbain et hors du cadre de l’habitation, par des citadins. Il se distingue à la fois du jardinage professionnel (horticulture ou paysagisme) et du jardinage domestique.

2 <http://www.ecoconseil.org/public_files/fck/progVillesJardinees_4p_13juillet.pdf>

3 <http://ge.ch/nature/actualites/nature-en-ville-les-acteurs-prives-passent-laction-geneve>

4 Le terme de « jardin collectif » désigne dans cet article les différents espaces accueillant des formes organisées de jardinage urbain – jardins dits « partagés » ou parfois « communau­taires », « plantages » et « potagers urbains » en Suisse, etc. Ce terme permet de distinguer les initiatives récentes de jardinage urbain – à la localisation intraurbaine et aux traits générale­ment collectivistes – des formes plus anciennes et souvent plus individuelles que sont les jardins familiaux, généralement situés en périphérie des villes.

5 Dans le reste de l’article, l’acronyme SEV est utilisé pour référer à titre générique à tout service d’espaces verts. En ville de Genève, l’acronyme officiel est « SEVE ».

6 En Suisse Romande, le terme de « planton » désigne un jeune plant destiné à être repiqué.

7 Pour une lecture critique du système mis en place à New York, se référer à Krinsky et Simonet (2012).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Le plantage des Libellules à Vernier, aménagé en 2009, est situé sur l’ancien parking de ce qui était une usine à gaz. Les parcelles y sont individuelles mais, à la différence des jardins familiaux, non clôturées.
Crédits Photographie Marion Ernwein, printemps 2016.
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/5715/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Figure 2 – Le plantage de Beaulieu, à Genève, a été aménagé en 2006 au cœur d’un parc, dont une surface de pelouse de 120 m2 a été retournée. Il s’agissait alors de la seconde expérience de jardin collectif municipal dans le canton. Depuis lors, ce jardin a été déplacé.
Crédits Photographie Marion Ernwein, automne 2012.
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/5715/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Figure 3 – Situé sur une parcelle en attente de réaménagement, le plantage des Libellules est une solution d’entretien à bas coût pour cet espace acquis par la municipalité à la fin des années 2000.
Crédits Photographie Marion Ernwein, printemps 2016.
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/5715/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 721k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Ernwein, « Du jardinage collectif au paysagisme bénévole », Géographie et cultures, 103 | 2017, 63-86.

Référence électronique

Marion Ernwein, « Du jardinage collectif au paysagisme bénévole », Géographie et cultures [En ligne], 103 | 2017, mis en ligne le 18 octobre 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gc/5715 ; DOI : 10.4000/gc.5715

Haut de page

Auteur

Marion Ernwein

School of Geography and the Environment
University of Oxford
marion.ernwein@ouce.ox.ac.uk

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals