Navigation – Plan du site
Lectures

La Méditerranée vue par un linguiste

Paul Claval
p. 151-152
Référence(s) :

Louis-Jean Calvet, 2016, La Méditerranée. Mer de nos langues, Paris, Éditions du CNRS, 327 p.

Texte intégral

  • 1 Louis-Jean Calvet, 1999, Pour une écologie des langues du monde, Paris, Plon, 304 p.

1Voici un livre qui intéressera les géographes à un double titre : par la réflexion qu’il offre sur la dimension spatiale des faits linguistiques (illus­trant ainsi les thèses avancées par l’auteur en 19991), et par ce qu’il ajoute à notre connaissance de la géographie et de l’histoire de la Méditerranée.

2Louis-Jean Calvet définit la mer intérieure comme une « niche écolinguis­tique » :

« [Je considère] les langues comme des espèces qui ‘habitent’ [...] un es­pace de taille variable dans lequel elles entretiennent entre elles des relations et des conflits. De la même façon qu’une niche écologique est constituée par un biotope et des espèces, une niche écolinguistique est cons­tituée par une communauté sociale et des langues » (Calvet, 2016, p. 12).

3Le programme de l’ouvrage s’en déduit :

« La question est [...] de savoir à partir de quand se constitue une ‘com­munauté sociale méditerranéenne’ et donc, corrélativement, comment et à partir de quand des groupes de locuteurs des diverses langues de la Méditerranée sont entrés en contact, en coexistence ou en conflit et qu’ont produit, ces contacts, cette coexistence et ces conflits » (ibid., p. 13).

4Les hommes communiquent depuis toujours par la parole, mais à partir d’un certain moment, ils le font aussi par l’écrit : la Phénicie est le berceau des alphabets. C’est à partir d’elle que ce modèle d’écriture se diffuse et se différencie en familles, dont deux, la famille grecque et la famille sémitique l’occupent depuis l’Antiquité, témoignant des courants d’échange animés par les Phéniciens et les Grecs. Ils balaient la mer intérieure d’est en ouest au premier millénaire avant notre ère.

5Certaines langues bénéficient de cette mobilité accrue pour se répandre. Lorsque les groupes se bornent à semer des comptoirs le long des côtes, la langue dont ils sont porteurs ne laisse guère de traces que dans la toponymie, comme on le voit pour le phénicien et pour le grec jusqu’à Alexandre. Lorsque les peuples deviennent conquérants, leurs langues s’imposent sur de grands espaces continus, comme le grec après Alexandre, le latin ou plus tard l’arabe. L’hébreu, dont la diffusion est liée à la multiplication des diasporas et à la dis­per­sion du peuple élu, ne s’étend pas en nappe et sa présence est plus fragile.

6Lorsqu’un groupe d’arrivants comporte des locuteurs de langues variées (bien que souvent apparentées), une langue commune s’élabore au lieu d’arrivée, où elle incorpore des éléments des parlers locaux – on le voit au moment des Croisades. Pour communiquer dans les ports qu’ils fréquentent, marins et commerçants développent une autre forme de langue franche, comme celle qui est utilisée dans les ports de la Méditerranée occidentale à l’époque moderne.

7Comment communiquer lorsqu’on ne connaît pas la langue locale ni de locuteurs d’une langue franche pour assurer un minimum de relations ? En ayant recours à des truchements ou des drogmans, comme l’institution s’en généralise dans les ports du Levant à l’époque ottomane – catégorie originale et importante d’intermédiaires.

8Les relations conduisent aussi à la diffusion générale de certains mots (tous ceux qui désignent l’huile à partir de l’olive qui sert à la produire dans le monde méditerranéen par exemple) et grâce aux traductions, elles conduisent à celles de certaines façons de dire et de penser.

9L’analyse écolinguistique permet de suivre – et c’est la conclusion la plus originale de ce livre – les progrès de la « méditerranéisation » d’un espace encore limité, une unification partielle qui préfigure la globalisation dont nous sommes les témoins.

Haut de page

Notes

1 Louis-Jean Calvet, 1999, Pour une écologie des langues du monde, Paris, Plon, 304 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Claval, « La Méditerranée vue par un linguiste », Géographie et cultures, 103 | 2017, 151-152.

Référence électronique

Paul Claval, « La Méditerranée vue par un linguiste », Géographie et cultures [En ligne], 103 | 2017, mis en ligne le 18 octobre 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gc/5989

Haut de page

Auteur

Paul Claval

Université Paris Sorbonne
p.claval@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals