Navigation – Plan du site
Lectures

Quand les musées participent au développement territorial

Marie‑Alix Molinié‑Andlauer
p. 152-154
Référence(s) :

Guy Baudelle, Gerhard Krauss et Jean-François Polo, 2015, Musées d’art et développement territorial, Presses universitaires de Rennes, coll. « Espaces et territoires », 227 p.

Texte intégral

1L’ouvrage collectif Musées d’art et développement territorial, dirigé par Guy Baudelle, Gerhard Krauss et Jean-François Polo, s’intéresse à l’articula­tion entre musée d’art et développement territorial en proposant une approche pluridisciplinaire et internationale.

2Le postulat de cet ouvrage est de démontrer l’imbrication et surtout l’évolu­tion de l’utilisation de la dimension culturelle dans le processus régé­néres­cence territoriale. Les différents écrits questionnent principalement l’utilisa­tion du musée comme outil de territorialisation et son impact sur les territoires en s’intéressant plus spécifiquement au fonctionnement et à la genèse des mu­sées afin de répondre aux problématiques économiques à diffé­rentes échelles.

3Ainsi, dans cet ouvrage les auteurs affirment que l’approche culturelle est apparue « dès le milieu des années 1990, avec comme idée maîtresse que la culture peut favoriser voire déclencher une dynamique favorable et qu’un retour sur investissement est possible ».

4L’hypothèse centrale propose qu’outre les stratégies des acteurs, différentes motivations d’ordre culturel, politique et économique, participent à ces projets de musées. Cela dit, les contributions à cet ouvrage répondent à une hypothèse plus spécifique, expliquant le succès d’un musée par l’encastre­ment de ses initiateurs et de ses promoteurs dans des réseaux sociaux pour mener à bien leur projet. L’ensemble de ces hypothèses permet alors d’orienter les analyses vers l’étude de la genèse et des réseaux dans lesquels les musées se situent.

5Les treize chapitres de cet ouvrage s’articulent en trois grandes parties. La première partie subdivisée en trois chapitres, fait référence au titre même de l’ouvrage en s’intitulant « Les musées et le développement local ». Cette partie contextualise l’ouvrage en expliquant dans un premier temps comment les musées participent au tournant culturel métropolitain (Saez). Le deu­xième chapitre introduit les deux dimensions discutées tout au long de l’ouvrage, l’intégration de l’art dans le développement territorial et les nouvelles pers­pectives qu’offrent les musées (Bernard). Ensuite est évoqué le modèle pour les territoires en quête de revitalisation et connu pour une régénération urbaine post-industrielle réussie, le cas du musée Guggenheim, point final d’un projet urbain d’ampleur européenne à Bilbao (Plaza et Haarich). En effet, cet ouvrage questionne plus particulièrement ce modèle, sa pérennité et surtout sa capacité à être dupliqué par des territoires ancien­nement industrialisés. En outre, l’« effet Bilbao » interroge au-delà de l’utilisation du musée comme vecteur de développement territorial, il questionne aussi la place du musée dans le territoire et plus largement la place de la culture dans le territoire.

6La deuxième partie s’intéresse quant à elle aux clés du succès dans la création d’un musée sur un territoire, avec cinq chapitres évoquant des musées inter­nationaux en quête de renouvellement institutionnel et territo­rial. Pour com­prendre les clés du succès, le choix s’est porté sur une analyse interna­tionale, en proposant une approche historique sur les musées des Beaux-Arts en Grèce (Ntaflou), puis en offrant un aperçu des nouveaux musées en Europe centrale et orientale (Pierantoni) et enfin en interrogeant le cas spécifique de l’Istanbul Modern Art Museum, premier musée d’art contemporain à Istanbul, partici­pant à la régénération urbaine de la ville (Polo). S’ajoute à cet aperçu paneuro­péen, deux focus sur des cas français issus de deux grands musées nationaux, le cas du Louvre-Lens (Baudelle) et la naissance du Centre Pompidou-Metz (Hélie et Krauss). Enfin la dernière partie présente cinq études de cas de musées implantés sur d’anciennes zones industrielles pour présenter leur impact sur leur territoire et questionnant l’utilisation du musée comme vecteur de déve­lop­pement territorial. Les deux premiers cas sont euro­péens, l’un interroge à nouveau la contribution du musée dans la régénération d’une région indus­trielle à Essen en Allemagne au cœur de la Ruhr (Heidenreich) et le second contextualise la création du Tate Liverpool en y retra­çant l’histoire et la démarche de l’implantation de ce musée impulsé par le gouvernement britan­nique (McKane). Ensuite, une étude comparative est proposée entre le musée d’Art et d’Industrie à Roubaix (France), le musée d’Art contemporain de Mons (Belgique) et le musée d’Ostwall à Dortmund (Allemagne), tous trois créés sur d’anciens quartiers industriels (Lusso). Cette étude comparative est suivie d’une étude de cas française, celle du Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM) à Marseille. Ce chapitre analyse les succès et les controverses d’un équipement culturel partici­pant au dévelop­pement territorial (Buslacchi, Girel et Maisetti) et pensé dans un projet urbain d’envergure européen : le projet Euroméditerranée 1 et 2. Le dernier chapitre permet, quant à lui, de comprendre l’impact du Centre Pompidou-Metz sur le commerce local (Boquet et Hamez) en proposant les résultats d’une enquête locale riche comme en témoignent les huit cartes relatives au chapitre.

7Les enjeux que cristallise le musée sont développés tout au long de ces chapitres dans l’optique de concilier la haute valeur symbolique de l’insti­tution et la dimension économique qui en découle. Par ailleurs, le spectre de l’« effet Bilbao », relativement présent, questionne la possibilité de retrans­crire cette réussite sur d’autres territoires. Bien que le désir de concilier dimension culturelle et dimension territoriale dès les prémices du projet urbain de la part des acteurs locaux soit souvent évoqué, la temporalité différente de celle du musée Guggenheim par rapport aux autres projets envisagés ou réalisés est aussi prise en compte par les acteurs comme l’évoquent les principaux textes. De plus, il est clairement expliqué que le manque de recul sur les différents cas évoqués ne permet ni d’affirmer ni d’infirmer si un « effet Guggenheim » existe et est transposable à d’autres territoires.

8Cet ouvrage permet donc d’avoir un aperçu général sur les travaux actuels en sciences humaines et sociales s’intéressant aux musées et à leurs perspec­tives économiques sur des territoires en quête de revitalisation urbaine. Le musée peut autant être perçu comme symbole ou comme acteur, ainsi l’ouvrage aurait dû mettre plus en avant la distinction entre le désir de l’institution à se renou­veler pour se réinventer et le désir des territoires à se renouveler en pariant sur des musées d’art.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie‑Alix Molinié‑Andlauer, « Quand les musées participent au développement territorial », Géographie et cultures, 103 | 2017, 152-154.

Référence électronique

Marie‑Alix Molinié‑Andlauer, « Quand les musées participent au développement territorial », Géographie et cultures [En ligne], 103 | 2017, mis en ligne le 18 octobre 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gc/5998

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals