Navigation – Plan du site

Topos et mémoires des deux rives de La Loire amont (XVIIIe–XXe siècles)

L’exemple de Chassenard (Allier) et Digoin (Saône-et-Loire)
Topos and memories on both sides of the upstream section of the Loire River (XVIIIth‑XXth centuries AD): the example of Chassenard (Allier) and Digoin (Saône-et-Loire)
André-Marie Dendievel et Dominique Chevalier
p. 91-112

Résumés

Dans le bassin amont de la Loire, la plaine alluviale située entre Chassenard (Auvergne-Rhône-Alpes, Allier) et Digoin (Bourgogne-Franche-Comté, Saône-et-Loire) offre un cadre privilégié pour discuter des divagations récentes du fleuve et de leur prise en compte mémorielle par les communautés riveraines. Nous proposons une approche croisée de géographie physique et sociale, pour mettre en relief les procédés – volontaires ou inconscients – utilisés par ces populations pour conserver en mémoire les fluctuations spatiales du cours d’eau. Notre étude s’appuie sur une analyse géohistorique des toponymes, qui souligne l’origine moderne, voire contemporaine (XVIIIe-XXe siècles) d’une majorité de noms de lieux dans cette section de la Loire Amont. Ils rappellent la présence de méandres abandonnés, de terres fertiles, de zones de franchissement du fleuve ou de protection face aux crues passées comme actuelles. Cette analyse est étayée par d’autres témoignages oraux et écrits, dont de nombreuses marques de crues datées du XIXe siècle, qui montrent que les crues exceptionnelles et historiques constituent l’un des points marquants de la mémoire collective, mais sélective des communautés ligériennes. Connectés par cette discussion transversale, ces diffé­rents exemples mettent en évidence que la mobilité du tracé du fleuve, au-delà du risque qu’il représente, constitue aussi un lien symbiotique et un héritage spatio-mémoriel très fort.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 L’UMR 5600 « Environnement Ville Société » (EVS) rassemble des chercheurs issus d’un large spectre (...)

1Cet article résulte d’une discussion épistémologique située dans le prolon­gement des « Journées de l’UMR 5600 EVS »1. En écho à nos propres recherches, nous avons choisi d’interroger les liens entre géographie phy­sique, environnementale, sociale et culturelle en partant d’une démarche géohistorique en contexte de plaine alluviale. Ainsi, si la dimension spatiale des faits sociaux (Brunet, Ferras & Théry, 1993 ; Levy & Lussault, 2003 ; Claval, 2003 ; Di Méo, 2016) ne fait plus débat dans la discipline, avons-nous, au regard de nos travaux respectifs, des interrogations communes ? Que partageons-nous de manière syncrétique ? À la confluence de ces deux expériences, la thématique des mémoires spatiales a émergé rapidement comme point de rencontre à partir d’une réalité particulière : la Loire, ses crues et ses zones humides. Objet d’étude spécifique pour l’un, elle concerne l’autre au double titre d’une mémoire familiale ligérienne et d’un intérêt pour les spatialités des mémoires. Nos travaux s’inscrivent dans le prolon­gement des recherches connectant l’occupation et les aménagements de l’espace fluvial au cours du temps avec les questions de mémoire et de gestion des risques d’inondation en plaine de Loire (Dion, 1961 ; Burnouf & Leveau, 2004 ; Mercier, 2004 ; Castanet, 2014). Nous proposons ici une approche singulière à la fois socio-environnementale et géo-historique (Valette & Carozza, 2010) du vécu et de la mémoire communautés rive­raines dans le cas d’une petite section de plaine de Loire située entre Chassenard (Allier, région Auvergne-Rhône-Alpes) et Digoin (Saône-et-Loire, région Bourgogne-Franche-Comté) depuis le XVIIIe siècle.

2Dans le cadre de cette analyse, nous avons répertorié les toponymes de la plaine de Loire entre Chassenard et Digoin, contenus dans « l’épaisseur temporelle » de cartes et de plans anciens : Carte de Cassini, Atlas général des routes de la Province de Bourgogne, informations du cadastre « napo­léonien » de 1837, révision « Alluvions » de 1847, carte d’État-Major de 1882, cartes topographiques depuis 1952. Ces données ont été extraites en ligne à partir du Géoportail, des Archives Dépar­tementales de Saône-et-Loire et de l’Allier ainsi que du dictionnaire topographique du département de Saône-et-Loire (Rigault, 2008)2. Toutes ces infor­mations ont été géo-référencées à l’aide du logiciel ArcGis (ver­sion 10.5) afin de réaliser les documents cartographiques utilisés dans l’article. Les documents relatifs aux inondations contempo­raines ont été collectés à partir de témoignages oraux (entretiens individuels ouverts sur le thème de la Loire), de la consultation d’articles de journaux (années 1980-2010) et de notes personnelles conservées par les riverains de la Loire (étude qualitative sur un échantillon de quelques personnes-ressour­ces). Plusieurs données proviennent également des fonds d’archive de l’Observaloire de Digoin, tels que les relevés étiométriques, les rapports de dégâts ainsi que de nombreuses photographies réalisées lors des inondations (source : J. Guillemet).

  • 3 Nous tenons ici à exprimer nos plus vifs remerciements à Betty Chevalier, Solange Couture, Denise R (...)
  • 4 La révision du PPRi est en cours sur le secteur de Digoin (arrêté préfectoral du 10 mai 2016). Dans (...)

3L’objectif de cet article3 est ainsi de montrer comment une analyse transver­sale permet d’approcher le thème de la mémoire et de l’expérience spatiale des communautés riveraines en Loire amont, tantôt réunies, tantôt déchirées par les crues et par la refonte des limites administratives au cours du temps. Il s’agit ainsi d’interroger le vécu et la mémoire par les relations entre paysage fluvial et identité communautaire (Bertrand et al., 2007). S’inscri­vant également dans le contexte de la révision des Plans de Préven­tion des Risques d’inondation (PPRi), ce travail propose de fournir des clés pour appréhender les évolutions environnementales récentes de la plaine alluviale de la Loire et leurs impacts, leurs influences sur les communautés riveraines4.

Contexte géographique et historique

  • 5 Données de l’Établissement Public Loire, bureau du 21 septembre 2016, point n° 5, 3 p. et 8 panneau (...)
  • 6 Dans les deux cas, recensement de 2014.

4La Loire est le plus long fleuve de France (1 012 km) et présente également le bassin versant le plus étendu du territoire français (117 800 km²)5. L’aire étudiée dans cet article se développe dans la partie amont de ce bassin versant, entre le village de Chassenard (956 habitants) et la ville de Digoin (8 005 habitants)6. Ces deux communes sont situées de part et d’autre de la Loire, qui coule du sud-est au nord-ouest sur ce tronçon (figure 1).

Figure 1 – Mémoire et variations spatiales de la Loire entre Chassenard (Allier) et Digoin (Saône-et-Loire)

Figure 1 – Mémoire et variations spatiales de la Loire entre Chassenard (Allier) et Digoin (Saône-et-Loire)

Sites archéologiques et historiques principaux : A) Établissement agricole antique, 9 rue des perruts à Digoin, B) Pont romain et pêcherie médiévale de Chassenard, C) Emplacement du pont suspendu puis du pont de pierre sur la Loire. Toponymes : 1) Les Chérats, 2) Les Caillots, 3) Creux de la Pointe, 4) La Beugnerie, 5) Le Tureau, 6) Les Verdets, 7) Creux Bidolet, 8) Creux des Ouilles, 9) Terre Guillot, 10) Potet au Loup, 11) Montarland, 12) Le Grand Chambon, 13) Les Crots Monins, 14) Les Ganches, 15) Le Pas Guilly, 16) Le Golet, 17) Le Port, 18) La Crue, 19) La Grève – Champ de Foire, 20) Le Teureau Jaune, 21) Rue du petit port, 22) l’île des Carrages, 23) Le Fromental, 24) Le Pas Guilly, 25) Le Gravet, 26) le Pré Vert, 27) Bas de Varenne, 28) île de la Beugnerie, 29) Les Lapineries, 30) Pré du Gravet, 31) Bécheron, 32) Les Grands Verniauds/Verdiaux.

5D’un point de vue géomorphologique, la zone étudiée s’inscrit dans un complexe de formations alluviales mises en place lors des divagations de la Loire et de l’Arconce, un de ses affluents, au cours du Pléistocène supérieur puis de l’Holocène (Straffin & Blum, 2002 ; Steinmann, 2015). La plaine d’inondation montre un resserrement progressif de la bande fluviale active entre Chassenard et Digoin. La ville est située à l’endroit le plus étroit entre deux terrasses alluviales anciennes (Donzeau, Chèvremont & Marteau, 2001 ; Straffin & Blum, 2002) et correspond à un goulot d’étranglement naturel marqué par les crues répétées de la Loire (Genet, 2007). En effet, la section de la plaine de la Loire étudiée est soumise à d’importantes précipi­tations d’origine océanique, parfois associées à de fortes pluies intervenant sur le haut bassin de la Loire (phénomènes cévenols). De mai à décembre, ces épisodes hydrologiques peuvent engendrer des crues majeures et dévia­trices comme ce fut le cas en mai 1733, en juin 1856 ou en décembre 1907 (Genet, 2007).

6La section resserrée de plaine de Loire entre Chassenard et Digoin offre un caractère propice au franchissement du fleuve à différentes périodes. Si les découvertes préhistoriques sont souvent mal localisées, l’histoire est mieux documentée à partir de la fin de l’Âge du Fer et de la période romaine. Les piles de bois d’un pont situé au sud de Chassenard témoignent d’une liaison entre les deux rives du fleuve dès la fin du Ier siècle avant Jésus-Christ (Dumont, 2010 ; Steinmann et al., 2011). D’autres traces d’occupation ont aussi été reconnues près de Digoin : une tombe d’officier romain est connue près de « Vivant », en bord de Loire (Beck & Chew, 1991), et les vestiges d’un établissement agricole et de fosses de plantation de vignes ont été mis au jour par une opération d’archéologie préventive dans la « rue des per­ruts » à Digoin (Maza & Shenk, 2011). Ajoutons que les indices archéolo­giques régionaux suggèrent que les deux rives de la Loire appartenaient à un même territoire, celui du peuple des Éduens, avant d’être intégrées dans le pagus puis le diocèse d’Autun durant l’Antiquité (Kasprzyk, Nouvel & Hostein, 2012). La Loire est par ailleurs abondamment citée dans les Conti­nuations de la Chronique des temps mérovingiens de Frédégaire où le fleuve joue le rôle de limite entre les territoires de Pépin le Bref et les territoires de rive gauche comme le duché d’Aquitaine. Cet ouvrage évoque notamment le passage de la Loire près de Digoin par les troupes de Pépin le Bref – peut-être à l’aide d’un pont ou via un gué – dans notre zone d’étude au VIIIe siècle apr. J.-C.

  • 7 Archives Départementales de Saône-et-Loire, côte C SUP PC 1.

7La multiplication des sites à partir des IXe et Xe siècles apr. J.-C. est inter­prétée comme un signe de développement économique autour de la plaine alluviale : les prieurés clunisiens de Marcigny et de Paray-le-Monial ainsi que l’abbaye Saint Martin d’Autun possèdent de nombreux domaines à Digoin et à Chassenard (Chevalier, 1891 ; Durix, 2000). De petits fiefs fortifiés comme la motte castrale de Reuillon s’implantent sur les terrasses hautes de la Loire, hors de la bande active du fleuve, mais à proximité d’un axe routier majeur reliant Digoin à Marcigny (de Contenson, Lemétayer & Maerten, 1990 ; de Contenson & Maerten, 1991). Cet axe est relevé de façon précise dans l’Atlas général des routes de la Province de Bourgogne au XVIIIe siècle7. La Loire correspond à la limite occidentale du Bourbonnais ; néanmoins les deux rives semblent à nouveau réunies au sein du Duché de Bourgogne au XVIe siècle (Steinmann, 2015).

8La création des départements en 1793 sanctuarise la Loire comme limite officielle ; cependant, le territoire de la commune de Chassenard (départe­ment de l’Allier), situé en rive gauche dépendra du Diocèse d’Autun (dé­partement de Saône-et-Loire) jusqu’à la mise en place définitive du Diocèse de Moulins en 1822/1823. C’est également au niveau de cette section de Loire et le long du canal du Centre que sera établie la ligne de démarcation en 1942. Les premiers ponts modernes sont construits en 1832 (pont sus­pendu) et en 1835 (pont-canal) face à Digoin (Chaussard, 1970). Les élé­ments de ce bilan s’articulent donc essentiellement autour du lit du fleuve qui constitue une zone de ressources, un point de franchissement de premier plan et une limite territoriale récurrente au gré des périodes.

La toponymie locale : une mémoire socio-environnementale récente des évolutions du fleuve

9Les données toponymiques peuvent être utilisées pour interpréter l’histoire locale des peuplements et l’évolution des paysages (par exemple : Rossi, 2009). Toutefois, articuler ce type d’analyse sur une petite zone suppose une adaptation méthodologique. Il convient notamment de rester circonspect quant à l’origine ancienne des toponymes, comme l’a démontré E. Zadora-Rio en confrontant ces interprétations aux données archéologiques et historiques factuelles (Zadora-Rio, 2001). Nous proposons plutôt de présen­ter ici un état de la « mémoire cartographique et spatiale », telle qu’enre­gistrée par la toponymie et les documents cartographiques dans cette section de la plaine de la Loire du XVIIIe au XXe siècle.

Méandres et replis : les évolutions récentes du tracé de la Loire

10Partons de la limite départementale établie en 1793 au milieu du lit de la Loire. Aujourd’hui, cette limite ne recoupe que ponctuellement le tracé du fleuve et, au contraire, serpente plus à l’est (figure 1). Cette particularité rappelle la localisation de la Loire à la fin du XVIIIe siècle. Comme remarqué par R. Steinmann et al. (2011, 2017) entre L’Hôpital-le-Mercier et Chas­senard, le cours de la Loire s’est progressivement incisé et décalé vers l’aval et vers l’ouest au cours du XIXe puis du XXe siècle.

11Ces toponymes de la plaine alluviale reflètent de nombreux changements et adaptations humaines face à l’évolution du fleuve. Parmi les plus répandus, le terme de « creux » évoque des bras morts. On rencontre ainsi, au nord-est de Chassenard, une trilogie composée du « Creux de la pointe », du « Creux Bidolet » et du « Creux des Ouilles », faisant référence à plusieurs anciens méandres de la Loire (figure 1). La forme en arc de cercle des parcelles cadastrales trahit la mise en place de terres agricoles gagnées sur le fleuve depuis la déconnexion de ces méandres (figure 2). En outre, de petites étendues d’eau encore présentes indiquent la réactivation occasionnelle de ces bras lors des crues actuelles du fleuve (figure 2).

Figure 2 – Toponymie et paléo-méandres de la Loire à l’est de Chassenard

Figure 2 – Toponymie et paléo-méandres de la Loire à l’est de Chassenard

(© IGN, 2013)

  • 8 Route Centre-Europe Atlantique. Elle traverse la France de la côte atlantique aux pays frontaliers (...)

12À l’est du hameau de « Vivant », « les Crots Monins » correspondent aussi à un ancien chenal orienté sud-nord, coupant le méandre actuel de la Loire sous la RCEA8. À l’ouest des « Crots Monins », le terme de « Ganches » est susceptible de faire référence à un autre bras mort (Rigault, 2008). L’analyse cartographique montre que la mémoire de ce méandre est conservée dans la forme des parcelles cadastrales établies au XIXe siècle (figure 3-A). D’après la carte de Cassini, cette zone correspondrait à une ripisylve près du chenal principal de la Loire au XVIIIe siècle (figure 3-B). Ces changements du cours d’eau se sont donc déroulés sur un laps de temps relativement court entre ces deux intervalles. Par ailleurs, la prise en compte de ces anciens bras, dotés de ponts lors de la construction de la RCEA à Digoin entre 2000 et 2002 (pont de 110 m de long aux « Crots Monins » et de 88 m aux « Ganches »), illustre la nécessité de conserver ces passages de la Loire pour la gestion des crues (figure 3-A).

Figure 3 – Toponymie et paléo-chenaux de la Loire à Digoin

Figure 3 – Toponymie et paléo-chenaux de la Loire à Digoin

A) Anciens chenaux ou zones en eau en 1837 (fond orthophotographique © IGN, 2013), B) Extrait de la carte de Cassini de la même zone

(© IGN, EHESS, CNRS, BNF, 2013), C) Angle nord-est de la zone sur l’Atlas général des routes de la Province de Bourgogne (XVIIIe siècle ; Archives Départementales de Saône-et-Loire, C SUP PC 1)

13Les « potets » sont aussi assez répandus en Bourgogne où ce terme évoque une nappe d’eau stagnante liée à un bras mort de cours d’eau (Rigault, 2008). Au nord-est de Chassenard, le « Potet au Loup » (rive gauche) rappelle ainsi le passage d’un chenal de la Loire. Enfin, face à Digoin (rive gauche), le « Golet » renvoie à l’espace resserré envahi par la Loire lors des crues (figure 1).

14Les anciens chenaux de la Loire peuvent être représentés par leur végétation. Les aulnaies sont évoquées par le toponyme de « Verdets » (nord de Chas­senard). Le toponyme des « Grands Verdiaux »/« Verniauds » face à Chassenard (rive droite) évoquerait également une ripisylve ancrée le long du paléochenal de Bécheron, emprunté par la Loire jusqu’à 1882-1926 selon R. Steinmann (2015). Aussi, le « Pré Vert » situé à la confluence Loire – Arconce dépeint des terrains humides, à proximité du « Bas de Varenne », nom évoquant le dépôt de sédiments sablonneux fertiles (Pégorier, Lejeune & Calvarin, 2008). Enfin, un grand nombre de « gravets » et de « grèves », répartis le long de la limite départementale, montrent la proximité du chenal et de dépôts de berges en 1793 (figure 1). Cette mémoire environnementale et toponymique s’étend aux dépôts argileux de « Terre Guillot » (nord-est de Chassenard, rive gauche) et du « Pas Guilly » mentionné à deux reprises sur la rive droite (au sud de Digoin et au nord-ouest de la Motte). Des reliefs positifs, insubmersibles en cas de crue, peuvent être construits sur le préfixe « mont- » comme « Montarland », qui domine le « Potet au Loup », ainsi que sur des variantes de « Beugne » (Pégorier, Lejeune & Calvarin, 2006), telle la « Beugnerie » dominant le « Creux des Ouilles » (figure 1). Plus à l’est, « l’île de la Beugnerie » correspond à un ancien banc formé entre deux bras de la Loire sur le cadastre de 1837. Enfin, la parcelle appelée « île des Carrages », au sud de Digoin (rive droite), présente sans doute une origine plus ancienne, dont on peut discerner la probable localisation sur l’Atlas général des routes de la Province de Bourgogne dressé à partir de 1759 (figure 3).

La vie au fil de l’eau : la Loire et ses communautés riveraines

  • 9 Les turcies et les levées correspondent respectivement aux digues de protection médiévales puis mod (...)

15Les données toponymiques et cartographiques illustrent aussi la vie des communautés riveraines et un certain nombre de lieux-dits évoque notam­ment des ouvrages de protection. « Teureau » et ses variantes désignent une digue ou une butte de terre (Pégorier, Lejeune & Calvarin, 2006). Ces ouvrages sont récents : 41 % des toponymes recensés dans cette analyse correspondent à des digues de protection en terre des canaux et à des écluses de la région, comme le « Teureau Jaune » à Digoin, situé près de l’ancien tracé du canal du Centre (figure 1 & 4). En effet, cette section de la Loire n’est pas endiguée. Cette situation est donc très différente de celle des secteurs situés en aval (val d’Orléans, val Nantais) où la mise en place des turcies remonte parfois au début du Moyen Âge (Burnouf, Carcaud & Garcin, 2009 ; Castanet, 2014)9. Certaines buttes de la plaine entre Chas­senard et Digoin sont aussi occupées depuis longtemps, comme le domaine de la « Beugnerie », mentionné dès le XIVe siècle, ou celui de « Vivant », probablement cité dans le cartulaire de Paray-le-Monial au XIe siècle (Chevalier, 1891, charte 6). Par ailleurs, ajoutons que les « Chérats » et les « Caillots », situés au sud de Chassenard (rive gauche), suggèrent des buttes naturelles ou des levées anthropiques de blocs et de cailloux, près du fleuve (figure 1).

Figure 4 – Répartition chronologique des premières mentions de lieux-dits dérivés de « Teureau » en Saône-et-Loire

Figure 4 – Répartition chronologique des premières mentions de lieux-dits dérivés de « Teureau » en Saône-et-Loire

(d’après Rigault, 2008)

16Étant donné le contexte récent de cet ensemble toponymique et les change­ments importants subis par la plaine alluviale depuis le XVIIIe siècle, il nous paraît inexact de raccrocher le toponyme de « Chambons » à une hypothé­tique racine celtique de « Cambo » (Davillé, 1929). Nous suggérons plutôt de voir dans le « Grand Chambon » des terres fertiles, « champs bons », alimentées par les limons de crue du fleuve (figure 1). De façon parallèle, en rive droite, le lieu-dit de « Fromental » suggère aussi un sol destiné aux cultures céréalières (figure 1). Ces lieux-dits reflètent donc aussi, dans une certaine mesure, le système d’occupation du sol dominé par l’agriculture céréalière au cours du XVIIIe siècle, comme le montrent notamment les traits de labours représentés par des alignements de points sur la figure 3C. Les terres alluviales dites « légères » étaient ainsi cultivées pour le blé, l’avoine, l’orge, le seigle et le chanvre comme l’a démontré S. Dontenwill pour les communes de bord de Loire du bailliage de Semur-en-Brionnais (à Saint-Yan ou à L’Hôpital-le-Mercier d’après Dontenwill, 1997). D’autre part, les activités portuaires sont rappelées par le petit hameau du « Port », face à Digoin (rive gauche). Ce site correspond à un port créé au XIXe siècle et référencé sur le cadastre de 1837 ainsi que sur la carte de l’État-Major de 1882. Ce « nouveau port » fait face à l’« ancien port », situé en rive droite du fleuve et monu­mentalisé par la construction de gué en pierre en 1911 (figures 3 et 5). Aujourd’hui abandonné, le souvenir de ce port est conservé par l’odonyme « rue du petit port » à Digoin (figure 1).

  • 10 En 2017, La Poste a édité une série de timbres dédiée aux « Ponts & viaducs » du monde où le pont-c (...)

17La carte topographique constitue aussi une mémoire des lieux de franchis­sement du fleuve. Les « Pas Guilly » que l’on découvre sur les cartes du XIXe siècle suggèrent l’existence de deux anciens passages à gué : le « Pas Guilly » méridional permettait de franchir un bras de la Loire menant au « Gravet », tandis que le « Pas Guilly » septentrional reliait le hameau de « Vivant » au sud de Digoin (figure 1). Des bacs permettaient, de façon plus pérenne, de franchir la Loire. La carte de Cassini fait ainsi état de deux bacs à la fin du XVIIIe siècle : l’un au sud de Chassenard, faisant la navette entre « Bécheron en deçà » (rive droite) et « Bécheron en delà » (rive gauche), et l’autre arrivant près de la place de la grève à Digoin. Ce dernier apparaît également dans l’Atlas général des routes de la Province de Bourgogne qui montre l’évolution de l’emplacement du bac entre les périodes de « basses eaux » et de « grandes eaux », c’est-à-dire lors des crues. Le toponyme de franchissement le plus récent et le plus connu est sans conteste le « Pont-Canal de Digoin »10, un pont-aqueduc sur la Loire achevé en 1835, reliant les canaux de Roanne à Digoin (1832-1838) et de Briare à Digoin (1822-1838) avec le canal du Charolais (1783-1794), aujourd’hui appelé canal du Centre (Chaussard, 1970). Entre divagations, crues et activités humaines, c’est donc aussi une partie du vécu des communautés riveraines qui est enregistrée dans ces toponymes que nous proposons de placer essentiellement entre le XVIIIe et le XXe siècle.

Témoignages et inscriptions : un autre regard sur la mémoire des crues

Mémoires et témoignages d’une Loire vivante

18Comme détaillé en introduction, cette partie a pour objet d’approcher l’expérience spatiale des communautés riveraines de la Loire à Chassenard-Digoin, grâce à une étude qualitative et à l’analyse d’une documentation riche et diverse, collectée par les personnes interrogées.

19Interconnectée, cette documentation vient appuyer l’analyse toponymique et souligne le caractère sans cesse changeant des eaux de la Loire avec ses méandres, ses mares temporaires et ses dépôts alluviaux quaternaires. Ces évolutions rapides constituent un danger et un obstacle qu’il faut traverser via des ponts, des passages à gué, ou encore des bacs. Mais le fleuve offre aussi d’importantes ressources : terres fertiles, forêts, activités halieutiques. Ces dernières sont attestées dans la plaine dès le XIe siècle (Chevalier, 1891) et les vestiges d’une pêcherie du XIIIe siècle ont récemment été découverts au sud de Chassenard (Dumont, 2010). Dans ce contexte, de nombreuses études se sont intéressées à la question de la vulnérabilité des communautés des bords de Loire, en lien avec le système d’occupation du sol et l’augmentation de la démographie (par exemple : Jousseaume, Landrein & Mercier, 2008 ; Dournel, 2014). Dans notre zone d’étude, les communes de Digoin et Chassenard montrent des évolutions très différentes. Pour la première – Digoin – la croissance s’est effectuée en deux étapes, à la fin du XIXe siècle (6 890 hab. en 1901) puis dans un contexte de développement urbain et de boom démographique entre 1950 et 1980 (11 008 hab. en 1982). Depuis, la démographie régresse (8 005 hab. en 2014), comme dans les autres villes de cette région : Paray-le-Monial, Charolles, Gueugnon. À l’inverse, la commune de Chassenard qui forme la majeure partie de la zone étudiée (figure 1) montre une croissance faible, mais relativement constante depuis la fin du XVIIIe siècle (685 hab. en 1793, 834 hab. en 1896, 956 hab. en 2014). Le système d’exploitation a profondément évolué au cours du XIXe siècle, passant de la culture céréalière dominante aux herbages destinés à l’engraissement des bovins charolais. Mais, la structure du peuplement à Chassenard semble attachée à la persistance du bâti en pierre comme le montre la permanence des lieux-dits habités en bord de Loire, dont le nombre est resté stable au cours de cette période, notamment en dessous de l’isoligne 235 m, tout en évitant d’empiéter sur le lit majeur du fleuve.

20Ainsi, aujourd’hui encore, la vie des habitants de la plaine de Loire entre Digoin et Chassenard est rythmée par les aléas du fleuve. La Loire fait partie intégrante de leur environnement et se trouve régulièrement personnifiée dans leurs propos : « La Loire est notre plus proche voisine » et lorsque les crues envahissent des terrains inhabituels, on peut « se demander si elle n’a pas changé d’avis ? » commente une habitante des « Chérats ». La personni­fication du fleuve constitue ainsi une forme de référentiel commun aux personnes interrogées de la rive gauche (département de l’Allier) à la rive droite (département de Saône-et-Loire). Cette proximité tant physique que phénoménologique ne la rend pas moins déconcertante : « elle ne monte jamais de la même façon » précise l’un des enquêtés. Imprévisible, cette voisine est également avide : « en 1976, la Loire a mangé le bois d’acacias sous Cée ». D’ailleurs, au nord-est de Chassenard, le toponyme des « Ouilles » sous-entend la présence d’eaux tourbillonnantes (figure 1). Les crues et les inondations répétées de la ville de Digoin lui ont conféré l’expression de « ville amphibie » (Semet, 1950).

  • 11 Édifié après la crue de 1983, le barrage de Villerest a permis d’écrêter d’environ 1,3 m la hauteur (...)
  • 12 Archives départementales de l’Allier, 3P 3055. Échelle 1/2500.

21Comme dans d’autres régions, ces inondations sont parfois expliquées comme la conséquence d’aménagements inadéquats installés dans le lit du fleuve (par exemple : Le Lay & Rivière-Honegger, 2009). C’est ainsi qu’en 2003 et 2008, enquêtés, journaux locaux et notes d’informations ont souvent pu juger assez sévèrement l’écrêtage relatif produit par le barrage de Villerest11. Les risques de pollutions diverses liés à la présence de la RCEA, occupant une partie du lit du fleuve, sont également régulièrement soulevés (Ville de Digoin, 2011). Ces types de controverses sur l’aménagement des cours d’eau ont fait l’objet de plusieurs travaux spécifiques dans le bassin de la Loire (par exemple : Blanc & Bonin, 2008 ; Rode, 2010). Il est intéressant de remarquer que ce type de discours était déjà utilisé, en Loire amont, à Digoin au XIXe siècle (Genet, 2007). En effet, O. Cucherat, dans son rapport de 1847 sur les conséquences de la crue catastrophique de 1846, ne manque pas d’incriminer l’insuffisance du nombre d’arches du pont-canal sur la Loire (Cucherat, 1847). Ces incidents débouchent, en mai 1847, sur un nouveau levé cadastral local suite aux « Corrosions et Alluvions » mises en place par la crue du 18 octobre 184612. À ceci s’ajoute l’absence de digues et de levées continues le long de la Loire dans la section étudiée. L’analyse toponymique souligne néanmoins la présence d’ouvrages de protection autour des canaux et de digues en terre permettant de disposer de chaussées surélevées (par exemple : au Teureau Jaune ou au Pré Vert : figure 1 : n° 20 & 26). Les archives municipales montrent également que la ville s’était dotée d’un « nouveau quai de protection » en 1911 (figure 5) par décision du conseil municipal suite à la crue exceptionnelle de 1907 (Genet, 2007).

Figure 5 – Vue sur la Loire depuis les quais de l’ancien port de Digoin, rive droite vue de l’est

Figure 5 – Vue sur la Loire depuis les quais de l’ancien port de Digoin, rive droite vue de l’est

(Photographie : A.-M. Dendievel & D. Chevalier, 2017)

22Ces premières observations mettent en évidence que les crues et l’élargis­sement saisonnier du fleuve constituent une réalité concrète, parfois soudaine pour les communautés riveraines de Chassenard et de Digoin, du fait de la montée rapide des eaux. Pour mémoire : en octobre 1846, il n’aura fallu que trois heures pour que la Loire monte de plus de quatre mètres (Genet, 2007). L’utilisation du toponyme de « crue »/« crud » mentionné depuis le XVIIIe siècle au moins à Digoin montre que certaines localités ne peuvent être désignées que rapport aux fluctuations de la Loire qui laisse son empreinte sur le temps long (figure 1, n° 18). Brutalisés, les ouvrages de franchis­sement rendent périlleux le passage d’une rive à l’autre lors des grandes crues. Ainsi, le pont suspendu « en fil de fer », construit en 1832 au bout de la place de la Grève, s’est effondré lors de la crue de 1846 (Genet, 2007). Reconstruit dans un premier temps, il a ensuite été remplacé en 1907 par un pont en pierre, dont les inondations du 8 octobre 1907 ont emporté les premiers travaux. Nous avons pu retrouver un amoncellement de blocs taillés, situé à l’est de la deuxième pile du pont de la D 779 qui constitue un des derniers vestiges de ces constructions (figure 6). Pour permettre le passage au moment des plus hautes eaux, un service de barques est instauré pour le passage d’une rive à l’autre, mais, et surtout, pour venir en aide aux sinistrés comme le rappellent de nombreux rapports et d’émouvants articles de journaux locaux (figure 7A). Ce service saisonnier fait par ailleurs écho aux « bacs des grandes eaux » spécialement mis en place lors des épisodes de crues dès le XVIIIe siècle par exemple (figure 3C).

Figure 6 – Le franchissement de la Loire au sud-ouest de Digoin

Figure 6 – Le franchissement de la Loire au sud-ouest de Digoin

A) Vue actuelle du pont de pierre avec présence de blocs taillés au pied de l’une des piles du pont (vue du nord-ouest, photographie A.-M. Dendievel & D. Chevalier, 2017). B) Carte postale illustrant l’ancien et le nouveau pont sur la Loire, vue depuis le sud-ouest

(Archives départementales de Saône-et-Loire, 6 FI8045).

Figure 7-A – Le sauvetage du chien « Bébelle » publié dans Le Progrès, le 18 avril 1975
Figure 7-B – Hauteurs de crues notées sur le fond cartonné d’une boîte de sucre

Figure 7-A – Le sauvetage du chien « Bébelle » publié dans Le Progrès, le 18 avril 1975Figure 7-B – Hauteurs de crues notées sur le fond cartonné d’une boîte de sucre

(© B. Chevalier) et (D. Chevalier, 2017).

Une mémoire sélective : les crues exceptionnelles

  • 13 Certains repères de crues ont un statut juridique. Ainsi, dès la loi 43-374 du 06/07/1943 modifiée (...)

23Les épisodes de crues exceptionnelles du XIXe et du début du XXe siècle sont profondément inscrits dans les mémoires actuelle et passée des sociétés riveraines. Parmi ces épisodes, les « crues historiques » sont les plus connues et font surtout référence aux débordements survenus en octobre 1846, en juin 1856, en octobre 1866 et en décembre 1907 (Dacharry, 1996). Pour les rive­rains interrogés, les crues des années 1980 forment néanmoins la réfé­rence la plus récente. Leur souvenir est encore si vif que ces crues ont eu tendance à effacer les autres débordements annuels ou saisonniers plus fréquents. Ce processus de « mémoire sélective » a donné naissance à de nombreuses marques de crues qui entretiennent la mémoire du risque d’inondation. Ces repères gravés ont été mis en place dès le XIXe siècle dans la région de Digoin, ce qui constitue une date relativement précoce (figure 8)13. En effet, la pose des repères de crue n’est une obligation que suite à la loi n° 2003-699 du 30 juillet 2003, reproduite dans l’article 563-3 du Code de l’Environ­nement et liée à la mise en place des PPRis (arrêté pré­fectoral du 20 juillet 2001 à Digoin). Cette loi vise à introduire une « culture du risque », en particulier dans les régions où l’urbanisation et le déclin des activités fluviales ont amené une méconnaissance des risques d’inondation, le but étant de limiter les pertes économiques et humaines. Ces marques des « crues historiques » constituent ainsi le socle pour la limite des Plus Hautes Eaux Connues (PHEC), fixée à 232 m NGF au niveau du pont-canal et du goulot d’étranglement de la Loire à Digoin. La série de marques de crues gravées sur les piles est et ouest du pont-canal constitue un exemple de réfé­re­nce, entretenu par les autorités publiques (figure 8). Elles indiquent la côte atteinte par la Loire par rapport à sa hauteur d’étiage, lors des crues du 18 octo­bre 1846 (7,4 m), du 26 septembre 1866 (6,3 m) et du 9 octobre 1893 (5,1 m). Ces repères montrent que le pont-canal et les ouvrages de protection atte­nants sont a priori insubmersibles, mais les lieux-dits de Chassenard et quartiers de Digoin situés à une altitude plus basse restent soumis au risque d’inondation. Ainsi, ces protections n’en ont pas moins été dépassées par plu­sieurs crues : par exemple, en 1846, plusieurs maisons ont été détruites par les eaux à Chavanne, sur la place de la Grève et rue des Dombes (Genet, 2007).

  • 14 F. Ripoll et V. Veschambre distinguent les modalités d’appropriation de l’espace selon qu’elles son (...)

24Autres témoignages toujours visibles, plusieurs repères de crue se trouvent de part et d’autre du fleuve, à Digoin (rive droite) comme à Vivant (rive gauche). Ces marques, gravées sur les murs des maisons, matérialisent une mémoire sociale du niveau le plus haut atteint lors de « crues historiques » de 1846, 1856 et 1866 (figure 8). La multiplication de ces « marques histo­riques » dans le paysage fluvial étudié témoigne d’un processus singu­lier où le risque spatial et récurrent d’inondation acquiert une sorte de statut mythique, érigé en « mémorial » par et pour les populations riveraines qui composent, dans leur vie quotidienne, avec le fleuve et les rythmes de ses déambulations (cf. Langumier & Verdier, 2015). On retrouve parfois des traces de cette omniprésence sur des objets hétéroclites : sur le fond d’une boîte de sucre en morceaux, différentes hauteurs des crues ont ainsi soigneu­sement été relevées par Robert et Anna Chevalier (figure 7B). Comme dans le cas des repères de crues publics, ces informations sont factuelles : une date et la hauteur de crue correspondante. Cette liste de chiffres, organisés sur un support cartonné rangé dans le tiroir d’un buffet, exprime bien ce mode d’habiter caractérisé par une forme d’appropriation existentielle14 de l’espace mis en évidence par F. Ripoll et V. Veschambre (2006). La concor­dance de ces chiffres, de ces repères et de ces lieux-dits aux consonances alluviales contribue à perpétuer la mémoire des crues dans les espaces et les esprits, et à doter la Loire du statut quasi mythique de « dernier fleuve sauvage ». Mais, cette mémoire reste sélective ; elle (se) repose dans le lit actuel de la Loire et finit par faire oublier certains événements, certains lieux clés. Ainsi, en 1790, environ cinquante maisons ont été détruites à Digoin lorsque la Loire s’est décalée vers le nord, en franchissant les digues de protection du bassin du canal du Centre (Genet, 2007). Aujourd’hui, le bassin du canal a laissé la place à la piscine municipale et à un bassin de joutes nautiques, tandis que les digues de protection ont été aménagées pour le passage de la « voie verte », une piste cyclable européenne, ce qui montre, ici comme ailleurs, le changement de statut progressif de ces structures de gestion des eaux fluviales vers des espaces d’agrément au bord de l’eau.

25

Figure 8 – Carte de localisation et illustrations des marques de hauteur de crue citées dans le texte

Figure 8 – Carte de localisation et illustrations des marques de hauteur de crue citées dans le texte

A) 5 quai de la Loire (vue du sud, photographie : A.-M. Dendievel & D. Chevalier, 2017), B) Vue de l’étiomètre de la pile nord-est du pont-canal (vue du sud-est, photographie : J. Guillemet, 2008), C) Maison de la famille Chevalier à Vivant (vue de l’est, photographie : A.-M. Dendievel & D. Chevalier, 2017), D) 13 rue de la Dombe (vue de l’est, photographie : J. Guillemet, 2008)

(© IGN, 2013)

Conclusion

26Les mémoires du domaine fluvial, sur les deux rives de Loire étudiées, sont plurielles comme nous avons pu le démontrer. La réminiscence des crues et de leur souvenir ainsi que la variabilité et l’évolution rapide des paysages fluviaux peuplent les toponymes et les territoires analysés en détail dans cet article. Ils forment ainsi de véritables « fossiles de la géographie humaine » pour reprendre l’expression de Jean Brunhes (1910, citée par Nicolas Verdier, 2009). Les autres témoignages abordés de manière qualitative (discours oraux, photographies, articles de journaux, repères de crues, artefacts individuels) viennent enrichir cette approche croisée interrogeant le vécu et la mémoire par les relations entre paysage fluvial et identité rive­raine. Tous ces indices constituent ainsi de véritables « marques histo­riques » des crues passées et du risque d’inondation ancrés dans les mémoires des habitants des deux rives. Les crues les plus récentes de décembre 2003, de novembre 2008 ou du mois de mai 2013 garderont-elles une telle postérité ?

27En guise d’ouverture, rappelons que le « devoir de mémoire » (Lalieu, 2001 ; Ledoux, 2012) qui désigne une obligation morale de se souvenir d’un événement historique tragique et de ses victimes afin qu’il ne se reproduise pas (génocides, crimes de masse…) s’applique ainsi pareillement dans une perspective de « culture et de prévention des risques d’inondation ». Les crues et leurs souvenirs historiques mobilisent une pluralité d’acteurs et rassemblent une diversité de regards à travers la coexistence et la contiguïté de mémoires écrites et orales. Allant au-delà du discours sur le « sauvage », le « naturel » ou le « vert » mis en avant ces dernières années pour nombre de paysages fluviaux (par exemple : Valette et al., 2014), la Loire incarne véritablement un rôle d’interface et reste un vecteur d’identité régionale. Pour reprendre les propos de nombreux riverains de Digoin-Chassenard : « ce n’est pas auvergnat, ce n’est pas bourbonnais, ce n’est pas bourgui­gnon : c’est ligérien ».

Haut de page

Bibliographie

BECK Françoise, CHEW Hélène, 1991, Masques de fer. Un officier romain du temps de Caligula, Paris, Réunion des Musées Nationaux, 175 p.

BERTRAND Magali, BLOT Frédérique, DASCON Juhane, GAMBINO Mélanie, MILIAN Johan, MOLINA Géraldine, 2007, « Géographie et représentations : de la nécessité des méthodes qualitatives », Recherches qualitatives, H.S. n° 3, actes du colloque « Bilan et prospectives de la recherche qualitative », p. 316-334.

BLANC Nathalie, BONIN Sophie, 2008, Grands barrages et habitants : les risques sociaux du développement, Paris, Éditions de la MSH & Éditions QUAE, 336 p.

BRUNET Roger, FERRAS Robert, THERY Hervé, 1993, Les mots de la géographie, dictionnaire critique, 3e éd., Paris, Reclus, La Documentation française, 520 p.

BRUNHES Jean, 1910, La géographie humaine, Paris, Alcan, p. 208-250.

BURNOUF Joëlle, LEVEAU Philippe, 2004, Fleuves et Marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture. Actes du colloque d’Aix-en-Provence, avril 2002, Paris, éditions du CTHS, 493 p.

BURNOUF Joëlle, CARCAUD Nathalie, GARCIN Manuel, 2009, « Nouvelle histoire pour la Loire entre nature et sociétés », Géosciences, n° 9, p. 72-79.

CASTANET Cyril, 2014, « Étude de cas n° 2. Les risques d’origine fluviale et leur gestion du Moyen Âge à l’actuel : le cas du Val de Loire en Orléanais », in H.-J. Scarwell, G. Schmitt et P.-G. Salvador, Urbanisme et inondation : outils de réconciliation et de valorisation, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, p. 86-94.

CHAUSSARD Paul, 1970, Marine de Loire et mariniers digoinais, Moulins, Éditions des Cahiers Bourbonnais, 202 p.

CHEVALIER Ulysse (éd.), 1891, Chartularium prioratys beatae mariae de Paredo monachorum, Montbéliard, Imprimerie P. Hoffman, 220 p.

CLAVAL Paul, 2003. La géographie culturelle, Une nouvelle approche des sociétés et des milieux, Paris, A. Colin, 287 p.

CUCHERAT Oscar, 1847, Recherches sur les causes qui ont amené les désastres de la petite ville de Digoin (Saône-et-Loire) et de son territoire, lors de l’inondation de la Loire, le 18 octobre dernier, Roanne, A. Farine, 15 p.

CONTENSON Henri de, LEMETAYER Germaine, MAERTEN Michel, 1990, « Varenne-Saint-Germain (Saône-et-Loire). La Motte Reuillon », Archéologie médiévale, vol. XX, p. 429-430.

CONTENSON Henri de, MAERTEN Michel, 1991, « La motte castrale de la Motte Reuillon », Les Échos du Passé, vol. 66, p. 6-10.

DACHARRY Monique, 1996, « Les grandes crues historiques de la Loire », La Houille Blanche, vol. 6-7, p. 47-53.

DAVILLÉ Louis, 1929, « Le mot celtique “cambo-” et ses dérivés en toponymie », Revue des Études Anciennes, vol. 31, n° 1, p. 42-50.

DI MÉO Guy, 2016, « Une géographie sociale », Cybergeo : European Journal of Geography. <http://cybergeo.revues.org/27761>

DION Roger, 1961, Histoire des levées de la Loire, Paris, Dion, 312 p.

DONTENWILL Serge, 1997, Du terroir au pays et à la région. Les espaces sociaux en Roannais à l’époque préindustrielle (milieu du XVIIe siècle - fin du XVIIIe siècle). Essai d’histoire géographique, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 433 p.

DONZEAU Michel, CHÈVREMONT Philippe, MARTEAU Pascal, 2001, Carte géologique de la France, feuille n° 600, Paray-le-Monial, Orléans, Éditions du BRGM. Notice explicative par Michel Donzeau, Philippe Chèvremont, Pascal Marteau, avec la collaboration de Pierre-Jean Debriette, Dominique Jauffret, Jérôme Lambert, René Mouterde, Denis Thiéblemont, Roland Wernli, Robert Wyns, 152 p.

DOURNEL Sylvain, 2014, Géohistoire du risque d’inondation dans les villes du Val de Loire (Nevers, Orléans, Blois, Tours, Angers) : de l’analyse paysagère à la gestion territorialisée de la prévention. Rapport de Recherche, Université d’Orléans ­– EA CEDETE 1210, 140 p.

DUMONT Annie, 2010, « Franchir les fleuves : le pont, point de passage obligé. L’exemple de la Loire à l’époque gallo-romaine », in Jean-Paul Le Bihan et Jean-Paul Guillaumet (eds), Routes du monde et passages obligés de la Protohistoire au haut Moyen Âge. Actes du colloque international d’Ouessant (27 et 28 septembre 2007), Quimper, Centre de recherche archéologique du Finistère, p. 193-220.

DURIX Hannelore, 2000, « Aux sources de l’art roman : l’émergence des paroisses pays brionnais », in Nicolas Reveyron, Michel Rocher et Marie-Thérèse Engel (eds), Paray-le-Monial, Brionnais-Charolais. Le renouveau des études romanes. IIe colloque scientifique international de Paray-le-Monial (2-4 octobre 1998), Paray-le-Monial, Amis de la basilique de Paray-le-Monial, p. 163-184.

FRÉDÉGAIRE, Chronique des temps mérovingiens (Livre IV et Continuations). Texte latin selon l’édition de J.M. Wallace-Hadrill. Traduction, introduction et notes par O. Devillers et J. Meyers, Turnhout, Brepols, 284 p.

GENET Fabien, 2007, Indomptable Loire. Mémoire des grandes crues, Digoin, Éditions JP Neuville, 96 p.

JOUSSEAUME Valérie, LANDREIN Julie, MERCIER Denis, 2008, « La vulnérabilité des hommes et des habitations face au risque d’inondation dans le Val nantais (1841-2003) », Norois, vol. 192, p. 29-45.

KASPRZYK Michel, NOUVEL Pierre, HOSTEIN Anthony, 2012, « Épigraphie religieuse et communautés civiques au Haut-Empire : la délimitation du territoire de la ciuitas Aeduorum aux IIe et IIIe siècles », Revue Archéologique de l’Est, vol. 61, n° 184, p. 97‑115.

LALIEU Olivier, 2001, « L’invention du “devoir de mémoire” », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 69, janvier-mars 2001, p. 83-94.

LANGUMIER Julien, VERDIER Léa, 2015, « Sécurisation des digues et dispositifs de « culture du risque » : une alliance originale sur le delta du Rhône dans un contexte post-catastrophe », Géocarrefour, vol. 90, n° 3, p. 233-244.

Le LAY Yves-François, RIVIÈRE-HONEGGER Anne, 2009, « Expliquer l’inondation : la presse quotidienne régionale dans les Alpes et leur piedmont (1882-2005) », Géocarrefour, vol. 84, n° 4, p. 259‑270.

LEDOUX Sébastien, 2012, « Écrire une histoire du “devoir de mémoire” », Le Débat, vol. 170, mai-août 2012, p. 175-185.

LEVY Jacques, LUSSAULT Michel (eds.), 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 1033 p.

MAZA Guillaume, SHENK Aurélie, 2011, « L’occupation gallo-romaine de la rue des Perruts à Digoin (71) », in Actualités de la recherche archéologique. Journée organisée par le service archéologique d’Autun, Autun, SAVA, p. 50-53.

MERCIER Denis, 2004, « La mémoire des crues dans le val nantais », La Loire et ses terroirs, vol. 49, p. 19-23.

PÉGORIER André, LEJEUNE Sylvie, CALVARIN Élisabeth, 2006, Les noms de lieux en France. Glossaire des termes dialectaux, Paris, IGN, 518 p.

RIGAULT Jean, 2008, Dictionnaire topographique du département de Saône-et-Loire, Paris, CTHS, 966 p.

RIPOLL Fabrice, VESCHAMBRE Vincent, 2006, « L’appropriation de l’espace : une problématique centrale pour la géographie sociale », in Raymonde Séchet et Vincent Veschambre (eds), Penser et faire la géographie sociale, contributions à une épistémologie de la géographie sociale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 295-304.

RODE Sylvain, 2010, « De l’aménagement au ménagement des cours d’eau : le bassin de la Loire, miroir de l’évolution des rapports entre aménagement fluvial et environnement », Cybergeo : European Journal of Geography, Environnement, Nature, Paysage, n° 506. <http://journals.openedition.org/cybergeo/23253>

ROSSI Mario, 2009, Les noms de lieux du Brionnais-Charolais témoins de l’histoire du peuplement et du paysage, Paris, Publibook, 579 p.

SEMET Roger, 1950, La chasse aux coquecigrues, Mâcon, Éditions Jean Renaudier, 288 p.

STEINMANN Ronan, 2015, L’influence climatique et anthropique sur trois cours d’eau bourguignons  : géoarchéologie de sites de franchissement sur la Loire, la Saône et le Doubs au cours de l’Holocène, thèse de doctorat, Dijon, Université de Bourgogne, 2 vol. : 421 et 260 p.

STEINMANN Ronan, GARCIA Jean-Pierre, DUMONT Annie, LAVIER Catherine, 2011, « Deux aménagements antiques replacés dans la dynamique de la Loire au cours des deux derniers millénaires. Implications de l’évolution récente du fleuve pour les aménagements anciens », in M. Reddé, P. Barral, et F. Favory (eds), Aspects de la Romanisation dans l’Est de la Gaule, Glux-en-Glenne, Bibracte, n° 21, p. 61-72.

STEINMANN Ronan, GARCIA Jean-Pierre, DUMONT Annie, QUIQUEREZ Amélie, 2017, « Aspects méthodologiques de l’approche intégrée des comblements postglaciaires : apports pour la reconstitution de la dynamique fluviale de la Loire au cours de l’Holocène », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 23, n° 1, p. 83-104.

STRAFFIN Éric, BLUM Michael, 2002, « Late and post glacial dynamics of the Loire river », in Jean-Paul Bravard, Michel Magny (eds), Les fleuves ont une histoire. Paléo-environnement des rivières et des lacs français depuis 15 000 ans, Paris, Éditions Errance, p. 85-99.

VALETTE Philippe, CAROZZA Jean-Michel, 2010, « Mise en œuvre d’une démarche géohistorique pour la connaissance de l’évolution des paysages fluviaux : l’exemple de la moyenne vallée de la Garonne », Géocarrefour, vol. 85, n° 1. <http://journals.openedition.org/geocarrefour/7679>

VALETTE Philippe, CAROZZA Jean-Michel, SALLES Denis, DAVID Mélodie, SIMONET Guillaume, 2014, « Construction géohistorique du “sauvage” de la Garonne toulousaine : quelle part de naturalité dans les paysages fluviaux ? (1re partie) », Développement durable et territoires, vol. 5, n° 3. <http://journals.openedition.org/developpementdurable/10578>

VERDIER Nicolas, 2009, « La mémoire des lieux : entre espaces de l’histoire et territoires de la géographie », in Adam Takacs (éd.), Mémoire, contre mémoire, pratique historique, Equinter, p. 103-122.

ZADORA-RIO Élisabeth, 2001, « Archéologie et toponymie : le divorce », Les petits cahiers d’Anatole, vol. 8. <http://citeres.univ-tours.fr/doc/lat/pecada/F2_8.pdf>

Haut de page

Notes

1 L’UMR 5600 « Environnement Ville Société » (EVS) rassemble des chercheurs issus d’un large spectre de disciplines en sciences humaines et sociales, provenant de neuf composantes au sein de l’Université de Lyon : http://umr5600.cnrs.fr/fr/le-laboratoire. Organisées une fois par an, ces journées ont pour objet de discuter de la pluri- et la transdisciplinarité qui forment l’identité des travaux de recherche de l’UMR 5600.

2 Sites Internet respectifs : www.geoportail.gouv.fr, http://www.archives71.fr, http://archives.allier.fr/, http://cths.fr/dico-topo/index.php

3 Nous tenons ici à exprimer nos plus vifs remerciements à Betty Chevalier, Solange Couture, Denise Renaud, aux pompiers de Digoin ainsi qu’à Jérôme Guillemet (Observaloire) et Marc Comairas (DDT 71) pour leur aide précieuse et leur intérêt pour ce travail. Merci à Ronan Steinmann pour sa relecture et ses conseils ainsi qu’aux relecteur.trice.s sollicité.e.s par les éditeurs.

4 La révision du PPRi est en cours sur le secteur de Digoin (arrêté préfectoral du 10 mai 2016). Dans ce contexte, l’Observaloire de Digoin a accueilli, en mai 2017, une exposition consacrée aux « grandes crues historiques de la Loire aux XIXe et XXe siècles », sous la direction de J. Guillemet et de M. Comairas.

5 Données de l’Établissement Public Loire, bureau du 21 septembre 2016, point n° 5, 3 p. et 8 panneaux.

6 Dans les deux cas, recensement de 2014.

7 Archives Départementales de Saône-et-Loire, côte C SUP PC 1.

8 Route Centre-Europe Atlantique. Elle traverse la France de la côte atlantique aux pays frontaliers que sont la Suisse, l’Allemagne et l’Italie. Le tronçon aménagé au niveau de Digoin correspond à la route européenne E62.

9 Les turcies et les levées correspondent respectivement aux digues de protection médiévales puis modernes mises en place, de façon plus ou moins continue, le long de la Loire et de ses affluents.

10 En 2017, La Poste a édité une série de timbres dédiée aux « Ponts & viaducs » du monde où le pont-canal de Digoin figure aux côtés des ponts de Manhattan et Brooklyn.

11 Édifié après la crue de 1983, le barrage de Villerest a permis d’écrêter d’environ 1,3 m la hauteur de crue à Digoin en 2003 et 2008 (données EPL, 2016).

12 Archives départementales de l’Allier, 3P 3055. Échelle 1/2500.

13 Certains repères de crues ont un statut juridique. Ainsi, dès la loi 43-374 du 06/07/1943 modifiée le 28/03/1957 (loi 57-391), certains repères, bornes et autres travaux géodésiques mis en place par l’État ont pu avoir un statut particulier : interdiction de s’opposer à leur pose, de les détériorer, modifier ou déplacer...

14 F. Ripoll et V. Veschambre distinguent les modalités d’appropriation de l’espace selon qu’elles sont à dominante matérielle ou idéelle. L’appropriation « existentielle » représente une des formes d’appropriation idéelle de l’espace.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Mémoire et variations spatiales de la Loire entre Chassenard (Allier) et Digoin (Saône-et-Loire)
Légende Sites archéologiques et historiques principaux : A) Établissement agricole antique, 9 rue des perruts à Digoin, B) Pont romain et pêcherie médiévale de Chassenard, C) Emplacement du pont suspendu puis du pont de pierre sur la Loire. Toponymes : 1) Les Chérats, 2) Les Caillots, 3) Creux de la Pointe, 4) La Beugnerie, 5) Le Tureau, 6) Les Verdets, 7) Creux Bidolet, 8) Creux des Ouilles, 9) Terre Guillot, 10) Potet au Loup, 11) Montarland, 12) Le Grand Chambon, 13) Les Crots Monins, 14) Les Ganches, 15) Le Pas Guilly, 16) Le Golet, 17) Le Port, 18) La Crue, 19) La Grève – Champ de Foire, 20) Le Teureau Jaune, 21) Rue du petit port, 22) l’île des Carrages, 23) Le Fromental, 24) Le Pas Guilly, 25) Le Gravet, 26) le Pré Vert, 27) Bas de Varenne, 28) île de la Beugnerie, 29) Les Lapineries, 30) Pré du Gravet, 31) Bécheron, 32) Les Grands Verniauds/Verdiaux.
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/6522/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 2 – Toponymie et paléo-méandres de la Loire à l’est de Chassenard
Crédits (© IGN, 2013)
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/6522/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Figure 3 – Toponymie et paléo-chenaux de la Loire à Digoin
Légende A) Anciens chenaux ou zones en eau en 1837 (fond orthophotographique © IGN, 2013), B) Extrait de la carte de Cassini de la même zone
Crédits (© IGN, EHESS, CNRS, BNF, 2013), C) Angle nord-est de la zone sur l’Atlas général des routes de la Province de Bourgogne (XVIIIe siècle ; Archives Départementales de Saône-et-Loire, C SUP PC 1)
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/6522/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Figure 4 – Répartition chronologique des premières mentions de lieux-dits dérivés de « Teureau » en Saône-et-Loire
Crédits (d’après Rigault, 2008)
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/6522/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 5 – Vue sur la Loire depuis les quais de l’ancien port de Digoin, rive droite vue de l’est
Crédits (Photographie : A.-M. Dendievel & D. Chevalier, 2017)
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/6522/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 6 – Le franchissement de la Loire au sud-ouest de Digoin
Légende A) Vue actuelle du pont de pierre avec présence de blocs taillés au pied de l’une des piles du pont (vue du nord-ouest, photographie A.-M. Dendievel & D. Chevalier, 2017). B) Carte postale illustrant l’ancien et le nouveau pont sur la Loire, vue depuis le sud-ouest
Crédits (Archives départementales de Saône-et-Loire, 6 FI8045).
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/6522/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Figure 7-A – Le sauvetage du chien « Bébelle » publié dans Le Progrès, le 18 avril 1975Figure 7-B – Hauteurs de crues notées sur le fond cartonné d’une boîte de sucre
Crédits (© B. Chevalier) et (D. Chevalier, 2017).
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/6522/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 8 – Carte de localisation et illustrations des marques de hauteur de crue citées dans le texte
Légende A) 5 quai de la Loire (vue du sud, photographie : A.-M. Dendievel & D. Chevalier, 2017), B) Vue de l’étiomètre de la pile nord-est du pont-canal (vue du sud-est, photographie : J. Guillemet, 2008), C) Maison de la famille Chevalier à Vivant (vue de l’est, photographie : A.-M. Dendievel & D. Chevalier, 2017), D) 13 rue de la Dombe (vue de l’est, photographie : J. Guillemet, 2008)
Crédits (© IGN, 2013)
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/6522/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André-Marie Dendievel et Dominique Chevalier, « Topos et mémoires des deux rives de La Loire amont (XVIIIe–XXe siècles) », Géographie et cultures, 105 | 2018, 91-112.

Référence électronique

André-Marie Dendievel et Dominique Chevalier, « Topos et mémoires des deux rives de La Loire amont (XVIIIe–XXe siècles) », Géographie et cultures [En ligne], 105 | 2018, mis en ligne le 28 février 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/gc/6522 ; DOI : 10.4000/gc.6522

Haut de page

Auteurs

André-Marie Dendievel

Université de Lyon, Université Jean Monnet de Saint-Étienne, UMR 5600 EVS-ISTHME
andremarie.dendievel@gmail.com

Dominique Chevalier

Université de Lyon, Espé, UMR 5600 EVS
dominique.chevalier@univ-lyon1.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals