Navigation – Plan du site

Où va l’ethnologie ?

Bernard Traimond

Texte intégral

1L’ethnologue anglaise Mary Douglas considère que l’ouvrage de Marilyn Stratherm, Problems with Women and Problems with Society in Melanesia, « s’adresse à une génération nourrie des questions d’authenticité et d’autorité, et profondément sceptique face à toute prétention d’objectivité. Il ne reste alors à écrire que sur l’expérience personnelle » (Douglas, 1991).

2Cette méfiance envers le discours « objectif » s’explique en particulier par le réexamen de Tepoztlan effectué par Oscar Lewis après l’étude de Robert Redfield ; les résultats opposés obtenus par les deux ethnologues que rappelaient encore récemment Clifford Geertz (Geertz, 1988, Lewis, 1960, Redfield, 1930, 1955) incitent à la méfiance ; toute société « revisitée » ne ressemble guère à l’image donnée par la première étude. Pourtant, un Malinowski sort relativement indemne de ces jeux de massacre puisque Annette Wiener valide presque tous ses propos tout en insistant sur les obstacles dus à son point de vue, celui d’un homme ignorant inévitablement le regard féminin (Wiener, 1983). Cette limite, intrinsèque à son statut, insiste sur l’influence de l’observateur sur les informations collectées.

3Dès lors, une bonne part des travaux ethnologiques tombe sans l’avouer sous le coup d’une invalidation épistémologique ; le discours n’intègre pas dans ses résultats la place de l’ethnologue. Bachelard nous l’avait pourtant dit depuis longtemps mais les ethnologues avaient eu tendance à l’oublier ou à ne pas l’entendre.

4Pour prendre en compte la place de l’observateur, l’ethnologie post­moderne met ce dernier au centre de l’enquête ; l’objet d’étude glisse de la société aux relations entre le(s) chercheur(s) et le groupe étudié. Pour examiner cette évolution des enquêtes ethnologiques, nous allons considérer en premier lieu les divers obstacles que rencontre le chercheur pour représenter la société étudiée ; ensuite nous essayerons de définir les modalités employées pour les surmonter soit en donnant la parole à l’indigène, soit en commentant les écrits des auteurs. Il restera alors à définir les spécificités des regards ethnologiques.

1. Les sauts périlleux

5Entre l’observation et son compte rendu, l’ethnologue rencontre une série d’obstacles qu’il convient de caractériser afin de mieux les surmonter. En effet, aucune continuité légitime ne s’établit spontanément entre le point de départ, les informations initiales produites par la société étudiée et le résultat, le discours final ; pour passer de l’un à l’autre, l’ethnologue doit donc effectuer une série de « sauts périlleux ».

Les représentations

6Travaillant (surtout, mais pas seulement) sur les discours, l’ethnologue rencontre d’un côté des propos imaginaires et de l’autre des témoignages retraçant une expérience. L’origine de chacun d’eux leur donne une place fort différente ; l’argument publicitaire selon lequel un roman ou un film retrace une « histoire vraie » reflète la fascination exercée par le témoignage ; ainsi les éditeurs de littérature orale distinguent le conte, imaginé, du récit, évoquant des événements réels.

7L’ethnologie cherche à échapper à cette distinction spontanée en considérant tout discours en lui même quelle qu’en soit son origine ; que l’éruption du volcan soit réelle ou imaginaire, elle suscite des descriptions qui révèlent certains mécanismes de pensée, certains modes de représentation spécifiques à la culture étudiée. L’objet de l’étude se transforme, il devient alors les formes du discours et non la réalité qui a donné aux indigènes l’occasion de s’exprimer. Échappent à cette méthodologie certains domaines de l’ethnologie, la technologie en particulier, qui s’appuient donc sur d’autres données que Je discours, les objets, l’observation qui peut passer par la médiation éventuelle de photographies, de dessins ou du cinéma.

L’oral et l’écrit

8Outre l’observation directe, l’ethnologue recueille des témoignages indirects et des commentaires d’événements constatés ; un comportement en effet ne peut se comprendre que par rapport à un contexte culturel défini par les propos des acteurs et des spectateurs.

9Ainsi, les sources essentielles se présentent sous la forme de discours oraux rassemblés plus ou moins artificiellement autour du thème étudié ; le contexte de leur expression varie souvent énormément ; les acteurs répondent aux questions au cours de leur intervention, après, souvent beaucoup plus tard ; les spectateurs témoignent selon des rythmes identiques. Leurs déclarations dépendent non seulement de leur position sociale mais aussi du discours dominant, surtout si celui-ci a accédé au domaine écrit. Un érudit local a pu forger la doctrine que tous répètent inconsciemment pour l’avoir suffisamment intériorisée et en arrivent à considérer les propos répétés comme des idées personnelles.

  • 1 « L’art d’Adélaïde a consisté d’abord à condenser énormément, ensuite à ne pas s’astreindre à une f (...)

10Cependant, les travaux ethnologiques s’écrivent pour la lecture. « Elle a trouvé le moyen de styliser l’oral sans le réduire à l’écrit, en spéculant sur les mécanismes de lecture », souligne Philippe Lejeune à propos de l’ouvrage d’Adélaïde Blasquez1 mettant ainsi l’accent sur le passage de l’un à l’autre. Dans son article, il essaie de montrer que par nature, la transcription littérale du discours oral donne un texte illisible ; à l’appui de cette thèse il donne un exemple précis en juxtaposant l’extrait d’une cassette et le passage correspondant du texte publié ; « Adélaïde est un écrivain, elle cherche la vérité de l’impression » (Lejeune, 1985 : 74). La nécessité d’utiliser des procédés littéraires pour donner, dans l’écrit, l’illusion de l’oral constitue la meilleure preuve de la déformation subie par le passage de l’un à l’autre.

11Les distorsions ne relèvent pas seulement de formes rhétoriques ; la force de conviction de l’un et de l’autre organise non seulement les propos mais les thèmes abordés ; le « bon goilt » exige que certaines choses ne s’écrivent pas. Enfin les ethnologues ont souvent insisté sur la spécialisation des langues selon les sujets pour affirmer la nécessité pour l’enquêteur de parler comme les indigènes (Malinowski, 1974 : 237-314, Mead, 1971 : 24-46).

12Il n’est pas nécessaire de reprendre ces arguments, développés depuis des décennies, sinon pour regretter leur oubli dans bien des cas ; n’évoquons, par discrétion, que l’étude de Plozevets où des dizaines de chercheurs ont enquêté plusieurs années, avant de s’apercevoir à la fin de la réalisation du programme de recherche qu’aucun d’entre eux ne parlait breton (Burguière, 1978 : 348).

13L’oral et l’écrit relèvent d’ordres différents et le passage de l’un à l’autre se fait par une perte d’informations et un changement de sens. Que cela soit inévitable ne doit pas permettre, en toute rigueur, de le considérer comme négligeable.

Langue dominée et langue dominante

14Une deuxième rupture intervient entre les langues ; l’ethnologue parle une langue d’État, l’indigène une autre langue, aux appellations multiples mais toujours péjoratives, patois, langue vernaculaire,... La notion de diglossie élaborée par les sociolinguistes rend compte de l’inégalité de statut (Bidard, 1978) ; entre la codification d’un côté, et l’intériorisation de l’infériorité de l’autre, cette situation conduit parfois à une valorisation mythique de la langue dominée qui peut adopter la graphie de l’autre, multiplier les localismes... (Kremitz, 1987).

15Surtout, ce conflit linguistique renforce la suprématie des instances dominantes auxquelles se rattache institutionnellement l’ethnologue. Dans ces circonstances, l’obstacle des différences de langue reflète et organise l’ensemble des mécanismes de domination, enfermant chacun dans un camp d’où il ne peut s’échapper.

Le spontané et l’élaboré

16Jack Goody a souligné que l’introduction de l’écriture entraînait de multiples conséquences sociales et culturelles ; en un mot, l’écrit permet, entre autres, le développement• cumulatif des connaissances (Goody, 1979). Pourtant, l’ethnologie se posant comme la science des sociétés exotiques, étudiait prioritairement « la pensée sauvage » ; échappant relativement tard au mythe de la « mentalité primitive », elle s’est attachée avec constance à reconstituer les logiques du discours spontané, même quand il s’exprime sous forme de parenté, de mythes, de rites...

17Dès lors, le passage à l’écrit entraîne des modifications structurelles de l’information ; dans ce processus, cette dernière abandonne le « bricolage » pour parler comme Lévi-Strauss pour entrer dans un domaine « scientifique », c’est-à-dire en suivant une série de conventions préconisées par la communauté de personnes réputées compétentes dans ce domaine ; elle s’engage dans une voie particulière – par son vocabulaire, ses méthodes, ses procédures – à l’opposé du discours spontané.

18Rappelons quels objectifs justifient ces procédures de rupture. L’ethnologie utilise cette forme d’information comme matière première ; il lui faut donc, dans un même processus, à la fois l’appréhender dans sa spontanéité et élaborer un discours opposé car « scientifique ». Rappelons quelques procédures pour justifier cette rupture : trouver la logique interne aux informations données par les indigènes, établir des relations entre l’assemblage recueilli dans un domaine (la parenté) et un autre (les rites)...

19Que devient dans l’affaire la société étudiée ? Entre le choix des thèmes, l’abstraction du traitement, l’éloignement des conclusions, la civilisation étudiée peut ne pas y retrouver ses petits. Les réflexions subtiles, les combinaisons harmonieuses, l’ampleur de l’analyse en arrivent parfois à parler de tout autre chose que du point de départ négligeant l’objet de l’étude, la société.

L’informateur et la réalité

20L’informateur serait en effet la principale source d’information des ethnologues ; parfois, ces derniers leur rendent hommage comme Augé qui dédie son ouvrage à Boniface Ethé Neuba (Augé, 1975). Pourtant le rôle de l’informateur soulève d’importantes difficultés.

  • 2 Dans sa thèse, il parle de « la méthode suspecte de l’“informateur”  et des questionnaires » (Berqu (...)

21Jacques Berque affirme une radicale hostilité à leur encontre : « L’informateur est suspect en ethnologie comme il l’est en politique » ajoutant : « J’en ai connu pas mal de ces informateurs jadis utilisés par de grands maîtres, ou réputés tels. C’étaient soit d’humbles instituteurs maghrébins perdus dans le  »bled«  comme nous disions, soit des mokhaznis ou miliciens, soit encore de ces individus plus éveillés que d’autres et qui s’intéressent aux types de questions que pose l’enquêteur et qui, par là même, pour lui plaire, finissent par déformer la réalité » (Berque, 1988)2.

22Pour tenir compte du refus de Berque sans rompre avec la pratique des informateurs, Michel et Françoise Panoff essaient de se protéger en multipliant les conseils de prudence à leur encontre (Panoff, 1968), mais tombent alors sous l’accusation de moralisme que leur adresse Jeanne Favret (1969).

23Les deux numéros du Bulletin de l’A.F.A. consacrés aux informateurs (1988), décrivent l’état de la question aujourd’hui ; ses divers articles insistent souvent sur le fait que la qualité des informations données par les informateurs découle du statut de l’ethnologue et des relations établies avec les groupes étudiés : « Au sein d’une sorte de distribution symbolique des liens, ils m’ont tous attribué une  »place«  : il devait se passer, il s’est passé, il se passera quelque chose entre A... et l’Européenne » (Bergé, 1988). On peut imaginer dans ces inévitables circonstances que les informations collectées passeront dans l’inévitable filtre dû à la place de l’ethnologue dans la société étudiée.

24Ces obstacles introduisent inexorablement des distorsions entre la réalité et les informations recueillies par le chercheur. Conscients de ces difficultés, certains ont imaginé les moyens de les surmonter.

2. L’ethnologie du « je ». Le témoignage

25Un premier moyen consiste tout simplement à supprimer le « saut périlleux » en faisant de la « matière première », des matériaux, l’objet même de l’étude. Entre les informations et leur publication aucun obstacle (autre qu’une indispensable adaptation formelle) ne s’interpose ; l’observateur, l’acteur ou l’observé prennent la parole.

Les voyages ethnologiques

26Pour supprimer les distorsions subies par les informations collectées sur une société, des ethnologues se dirigent vers une espèce de « récit de séjour » décrivant à la première personne leurs tribulations dans la société étudiée. Il ne s’agit plus de parcourir un continent comme Michel Leiris et son Afrique fantôme mais de s’attacher comme Jacques Soustelle avec Mexique terre indienne (1971) dans les années 30, à décrire les réactions de l’ethnologue devant une civilisation. Depuis, la collection « Terre humaine » s’est consacrée à ce genre avec Tristes Tropiques (1962) ou Chronique des Indiens Guayakis (1977) parmi bien d’autres.

27Prenons l’exemple de l’ouvrage de Nigel Barley qui se pose comme un Candide chez les sauvages (1983) ; il décrit minutieusement ses propres conduites, les raisons du choix de son lieu d’enquête, surtout ses malheurs : il tombe au Cameroun dans une zone de langue allemande alors qu’il ne connaît que le français, aucune panne d’automobile ne nous est épargnée, son apprentissage de la langue, une langue à ton, ses maladies... L’exotisme ne provient pas de l’Afrique mais du titre des chapitres reprenant les catégories savantes « l’humide et le sec », « rites et défis » qui s’opposent aux descriptions d’événements extrêmement triviaux.

28La vérité surgit de la relation entre l’ethnologue et le groupe dans lequel il séjourne ; exprimés à la première personne, ces témoignages immédiats reflètent indirectement certains aspects de la société environnante ; ailleurs, les indigènes auraient eu d’autres comportements et l’enquêteur d’autres réactions. Cette procédure, qui cherche à concilier la trivialité de l’observation directe et la prise en compte de considérations épistémologiques, affirme une extrême subjectivité. Cependant, en bonne démarche scientifique, elle intègre dans ses formulations les conditions de leur émergence.

29Bien des auteurs anglo-saxons suivent depuis peu cette démarche, Rabinow ou Stratherm dont nous avons déjà parlé en introduction, afin de rompre avec les présupposés « objectifs » proclamés dans la période précédente, et de privilégier la question de la procédure de collecte et de publication des informations, la « tuyauterie » pour parler comme Mary Douglas, ou « le travail de construction d’une représentation de la réalité sociale » comme dit Bourdieu (1988).

30Curieusement, ce compte-rendu d’enquête s’accompagne chez Rabinow d’une publication « traitée sous forme anthropologique traditionnelle ». Nécessité académique, difficulté de rupture, limite du « voyage ethnologique » ? Toutes ces raisons ont dû se cumuler pour que cet ethnologue adopte les deux points de vue opposés envers une même société. Marilyn Stratherm assemble dans le même ouvrage les divers types de textes ainsi que le souligne M. Douglas en écrivant qu’elle « a effectivement quelque chose à dire, mais elle désire également écrire un livre post-moderne » (Douglas, 1991 : 114).

31La critique anglaise détaille le procédé utilisé : elle examine la littérature consacrée aux civilisations mélanésiennes à propos de quelques thèmes pour finir par affirmer qu’on ne peut étudier une société exotique au moyen des catégories occidentales, mais seulement dans le cadre de ses propres valeurs et de sa propre logique. Sans entrer dans le détail de l’analyse, nous rencontrons là une tentative de rompre l’opposition entre l’étude d’une société considérée comme un objet spécifique et la pratique personnelle de l’ethnologue.

L’autobiographie

32Ces textes posent également la question des modalités permettant de donner directement la parole à l’indigène. Premier procédé, l’autobiographie indigène, abondamment pratiquée puisque Lévi-Stauss parlait en 1959 de plus de 200 titres. Au moyen des termes mêmes de Malinowski, Oscar Lewis considère que l’autobiographie familiale enregistrée « nous aide à aller, par­ delà la forme et la structure, jusqu’aux réalités de la vie humaine » (Lewis, 1969). La masse d’informations ainsi transcrites, l’adoption du point de vue interne à la culture, la nécessaire intensité des relations avec l’« enquêté », son émergence singulière qui le sort de l’anonymat des informateurs rendent cette démarche particulièrement gratifiante quant aux résultats et à l’accès au public.

  • 3 Ainsi P. Lejeune évoque non sans une certaine cruauté, « la divergence entre les relations euphoriq (...)

33Philippe Lejeune a souligné au travers d’un exemple précis, Adélaïde Blasquez et Gaston Lucas, serrurier, toutes les ambigüités du genre et surtout les oppositions entre le transcrit tel qu’il apparaît au lecteur et la réalité3. Pierre Bourdieu va plus loin encore quand il reproche à la biographie non seulement de s’inscrire dans un contexte parcellisé mais surtout de sous­ entendre implicitement une discutable conception de l’individu et de son expression ; le procédé impose une certaine mise en scène à usage public selon des nonnes qu’imposent la démarche, l’enquêteur et l’attente du public ; enchâssée dans ces contraintes, l’autobiographie informe davantage sur les demandes éditoriales que sur les pratiques sociales (Bourdieu, 1986).

34Pourtant, une première utilisation des autobiographies les considère comme un nœud au sein d’un tissu culturel ; elles constituent une espèce de microcosme d’une société et donc une représentation particulièrement probante de cette société ; en termes différents, un Ferrarotti ne dit guère autre chose quand il rappelle que la pratique d’un individu condense « l’ensemble des rapports sociaux » (Marx) (Ferrarotti, 1983 : 50). Dès lors, l’autobiographie constitue un moyen commode et immédiatement accessible de comprendre le fonctionnement d’une société.

35En second lieu, l’autobiographie peut constituer une source d’informations privilégiée permettant l’accès à des domaines cachés ou inavouables. O. Lewis et ses Portoricaines de La vida nous montre, en raison de la liberté de langage de cette société mais aussi du parti pris de faire raconter tous les aspects de la vie individuelle, les pratiques sexuelles intimes des interlocuteurs (on n’ose dire informateurs tant les relations avec O. Lewis apparaissent confiantes et donc égalitaires), dont aucun détail aussi scabreux soit-il ne nous échappe : les Portoricaines tiennent des propos et décrivent des activités sexuelles confiées habituellement aux seuls ouvrages érotiques.

36En troisième lieu, l’autobiographie constitue un moyen de lier les constatations empiriques vécues et formulées par la personne qui s’exprime ct des considérations plus générales dans lesquelles l’ethnologue inscrit le témoignage ; Ogotemmêli décrivant sa vision du monde à Griaule ne constitue une cosmologie que dans la mesure où, en Europe, les lecteurs la confrontent avec d’autres conceptions du monde (Griaule, 1966) ; le discours spontané se mesure alors à l’aune des visions de l’univers conçues dans les cultures européennes. Le simple propos, aussi sophistiqué soit-il en définitive, change complètement de sens en passant de l’oral à l’écrit d’une part, et par la confrontation avec d’autres conceptions qui lui sont complètement étrangères.

37En définitive, au delà des objectifs éditoriaux et de leurs conséquences économiques et symboliques, l’autobiographie se présente comme une mine où l’ethnologue puisera des matières premières, pour élaborer son discours théorique. L’autobiographie d’un Tzotzil (Maya des Hauts-Plateaux du Chiapas) sert à Henri Fabre à décrire les difficultés rencontrées par le Maya pour passer de sa communauté à une autre puis pour y revenir ; « le cas de Juan Perez Jolote est intéressant parce qu’il montre non seulement la conformité qu’exige la communauté de la part de ses membres, mais encore l’attraction qu’elle exerce sur ceux-ci » (Favre, 1971). L’auteur transforme l’indigène en une espèce d’informateur avec tous les sauts périlleux que cela implique.

L’ethnologie indigène

38Tout naturellement, le procédé le plus immédiat pour ne pas tomber dans les critiques de l’européocentrisme consiste à faire effectuer les recherches par les indigènes eux-mêmes : « En développant systématiquement, en regard de la nôtre, cette ethnographie due à des originaires, on obtiendrait pour les sociétés en question, des études faites selon deux points de vue : celui du métropolitain qui, quels que soient ses efforts pour se mettre de plain-pied avec la société qu’il observe, ne peut rien contre le fait qu’il est un métropolitain ; celui, d’autre part, du colonisé qui travaillant dans son propre milieu ou dans un milieu proche du sien et dont on peut espérer que sa façon de voir différera plus ou moins de la nôtre » écrivait dès 1951, Michel Leiris (1977 : 108).

39Selon la procédure déjà utilisée, partons d’un cas précis, celui de Jacinto Arias, Tzotzil de San Pedro de Chanalho, communauté des Hauts­Plateaux du Chiapas, Mexique, auteur de El mundo numinoso de los Mayas. Le titre même sc réfère à la théorie de R. Otto ce qui suppose de la part de cet indigène la maitrise des théories anthropologiques. Déjà la conception de l’univers de son père, José Arias, avait été relevée par Calixta Guiteras Holmes (1965) ; ensuite, il a suivi des études universitaires aux États-Unis avant de revenir dans sa communauté.

40Dans ce cadre, il a réalisé l’étude de la cosmologie tzotzil en utilisant le style indirect, suivant les normes « scientifiques ». Pourtant, certains arguments ou certaines informations n’apparaitraient pas dans les mêmes termes sous la plume d’un « étranger » ; qui, par exemple, dans un chapitre sur les « maestros », indigènes employés par l’administration, leur reprocherait de préférer « la bière qui est la boisson des ladinos (colons) au trago » (rhum), boisson locale, si ce n’est un indigène (Arias, 1975) ? Lui seul sentira que le choix du type de consommation reflète un mépris pour les valeurs de la société indienne.

41Évoquons maintenant un bilan systématique établi par Kim, ethnologue coréen vivant aux USA (Kim, 1990) ; il commence par évoquer un premier travail effectué dans son pays, la facilité avec laquelle il adopte le point de vue indigène, l’avantage que lui donne une connaissance des registres de langage, bien que les Coréens attendent de lui le respect des normes sociales, parfois défavorables à l’enquête, qu’un étranger pourrait transgresser. Trente ans plus tard, alors considéré comme expatrié, après une période d’adaptation, il devra surmonter des difficultés affectives se trouvant, lors d’une enquête sur la famille, le témoin des difficultés personnelles liées à la désagrégation de l’institution. Il occupe désormais une position marginale ; l’écart entre sa connaissance de la culture coréenne de 1965 et celle de 1980 le tient relativement éloigné de sa société d’origine.

42Ces deux exemples, parmi une multitude, soulignent la force du discours académique, même énoncé par un indigène, qui nécessairement adopte des nonnes conceptuelles et formelles établies par la société occidentale (et coloniale). L’émergence de la parole indigène ne peut dans ce cadre qu’apparaître incidemment, par un ton particulier, par la précision de certaines remarques mais le cadre académique impose des formes identiques. Le discours spontané ne peut apparaitre que dans les entretiens, les autobiographies avant d’effectuer les divers « sauts périlleux » déjà évoqués qui le transformeront en « écrit scientifique » conforme à la tradition occidentale.

43Ainsi, les chercheurs africains enquêtant en France de 1983 à 1985 « se refusèrent aux rapports que les institutions de la recherche française attendaient d’eux, récusant le principe d’une évaluation par une instance française » (Le Pichon, 1991 : 45) afin, entre autres, de ne pas entrer dans le cadre théorique et formel du discours indigène (français). Le dilemme semble incontournable, un texte appartient à l’un ou l’autre domaine, chacun ayant un statut particulier fondé sur la suprématie de l’un sur l’autre, reproduisant des mécanismes de domination.

3. Le « néo »

44Le second moyen d’éviter, sinon de résoudre, le passage à l’écrit, consiste à réduire l’ethnologie à l’étude des discours ; plusieurs études se consacrent à l’analyse des modalités d’expression de la discipline en insistant sur les modalités d’écriture des situations vécues par le chercheur.

L’effet vérité, l’écriture

45Les textes consacrés à l’écriture de l’ethnologie se multiplient ; une série d’auteurs non seulement réexaminent les modalités de travail de leurs collègues (Freeman, 1983) mais s’attachent à étudier les procédés rhétoriques utilisés pour rendre compte des enquêtes (Clifford, 1983 ; Clifford et Marcus, 1986 ; Geertz, 1988 ; Rabinow, 1985). Tous insistent, pour l’avoir parfois pratiqué eux-mêmes, en des formulations variées, sur « l’effet du j’ai été là bas ». Ainsi, le célèbre combat de coqs qui introduit l’ouvrage de Geertz permet selon ses dires d’expliquer l’intensité des relations qu’il a pu établir rapidement avec les indigènes ; selon Clifford, il permet également de faire jouer le mécanisme « j’y étais » et ainsi de valider tout le discours postérieur.

46Que l’objet de l’étude devienne exclusivement les écrits de ses collègues (Clifford) ou qu’il y annexe les sociétés étudiées (Geertz), l’ethnologue ne se consacre plus à une culture, mais aux écrits qui l’évoquent ; le discours qu’il soit énoncé par les indigènes ou par les ethnologues devient le sujet central de l’étude. Dès lors, le lien entre l’objet étudié et le produit de l’étude se déroule sans rupture aucune, ce qui contribue à renforcer la validité des résultats.

« L’effet Beaubourg »

47Dans cette perspective, les modalités de confection des textes deviennent un élément essentiel de l’analyse ; il convient d’y repérer les effets rhétoriques qui permettent de donner une impression de vérité à l’étude de la société effectuée, et d’indiquer les modalités des enquêtes. « L’anthropologie post-moderne, écrit Mary Douglas, s’arrange pour paraître sincère en refusant de dissimuler la tuyauterie » ; « son objet principal est de dévoiler comment les choses fonctionnent » (1991 : 114).

48En fait, l’explicitation des conditions de confection des textes ethnologiques peut s’attacher aux conditions de l’enquête (durée du séjour, statut de l’enquêteur, relations avec les indigènes...) ou aux modalités d’écriture. Les auteurs adoptent l’une ou l’autre optique ; Rabinow s’intéresse à la première dans son ouvrage sur le Maroc (1988) et à la seconde dans l’article déjà cité.

49La force de ces discours repose sur le dévoilement des conditions de leur écriture ; par contre, ils oublient, surtout dans le premier cas, l’étude des sociétés, objet de l’ethnologie. Leur approche s’inscrit dans une perspective dite post-moderne, en ce sens qu’ils refusent les « grands métarécits qui légitimaient l’initiative historique de l’humanité sur le chemin de l’émancipation » (Vattimo, 1991 : 14).

50Un projet global expliquerait et organiserait le fonctionnement des sociétés, comme successivement l’évolutionnisme a justifié la colonisation puis, le relativisme, la décolonisation. Faute d’une telle perspective, le chercheur se consacre désormais à la mise en évidence des ressorts cachés des discours. Cette distance et ces jeux de miroirs au sein même des textes ethnologiques permettent la valorisation des procédés rhétoriques ou tout au moins constituent un discours sur le discours.

Le montage

51Dans les « récits enquête », Rabinow, Barley ou, quelques années auparavant, Monod (1972), juxtaposent la description des tribulations de l’ethnologue, l’évolution de leurs sentiments vis-à-vis des indigènes ou de leur société, à des considérations générales sur l’ethnologie ou le monde... Ce montage de plusieurs types de textes propose ainsi au lecteur plusieurs facettes d’une marne réalité, source d’ambiguïtés mais aussi de subtiles profondeurs ; il s’inscrit dans des genres littéraires précis, le récit de voyage et le journal intime, les genres à la première personne. L’ethnologie après des décennies consacrées à délimiter son champ d’étude ct à constituer un discours spécifique, revient à ses origines, des récits de découvertes. Elle reprend les formes et les préoccupations des siècles qui précédaient son accession au statut de discipline académique. On accumule ainsi des matériaux hétérogènes, les uns s’inscrivant dans un cadre « scientifique », les autres s’orientant vers des visées littéraires explorant ainsi une bonne partie des discours concevables à propos de l’examen d’une société.

52Tout naturellement, cette perspective amène les auteurs à examiner les textes d’un point de vue rhétorique. Simplement, l’ethnologue organise ses textes, non avec un objectif esthétique mais pour affirmer la vision non d’un « honnête homme » mais d’un « spécialiste qualifié ». Cette autorité lui fait choisir et combiner ces types de récits en fonction d’un savoir académique ; l’ethnologie jaillit des interstices de la construction qui révèlent un point de vue, des connaissances et des préoccupations précises. L’ethnologue joue à l’ethnologue ; il transforme des schémas culturels (des genres littéraires) en signes socialement distinctifs (l’ethnologie).

53Cette juxtaposition d’éléments hétérogènes, cette critique dans la réutilisation de techniques antérieures s’appelle en architecture le style « néo ». Reprenons les termes même de l’étude qu’a consacré Pierre Bidard au style « néo-basque » (Bidard, s.d.). Il insiste en premier lieu sur le travail de recomposition (ne peut-on pas dire également déconstruction ?) effectué par les architectes qui ont utilisé ce style ; le « néo » reproduit un modèle réel mais modifié par le créateur, transformé, complété et adapté à de nouveaux impératifs. Il ne s’agit pas de copier mais d’interpréter dans une nouvelle logique afin de remplir « une fonction cathartique par la révélation de l’existence de quelque chose d’autre, d’une alternative » ; l’ethnologie « traditionnelle » devient un réservoir où l’on puise « les modèles de référence et un champ d’expérimentation (...) en voie de constitution ».

54Cette transposition sur des textes ethnologiques de propos exprimés dans l’analyse d’un style architectural permet de souligner, au delà d’un certain arbitraire, quelques procédures communes aux deux démarches :

  1. la vision critique propre à toute démarche se voulant scientifique ;

  2. la référence à un modèle ;

  3. l’adaptation à d’autres normes réputées nouvelles et nécessaires.

55La déconstruction des discours ethnologiques auxquels se livrent les auteurs post-modernes répond évidemment à des préoccupations pertinentes et promulgue un discours original qu’il convient d’examiner. Auparavant, il convient de prendre en compte d’autres médiations.

4. Les voies de l’information

56Un moyen commode d’échapper, au moins partiellement, aux contradictions évoquées consiste à partir du discours indigène et des conditions de son émission, pour, ensuite, lui attribuer une place éminente et préciser le passage d’un domaine à l’autre. Pourtant, de multiples obstacles s’opposent à sa nécessaire prise en compte.

Obstacles théoriques

57La polémique Sartre-Lévi-Strauss porte entre autres sur la question des modalités d’utilisation du discours spontané (Lévi-Strauss, 1962 ; Sartre, 1960). Pour critiquer le texte de Sartre, Lévi-Strauss part d’un point particulièrement abstrait, l’opposition entre la raison analytique ct la raison dialectique, opposition non fondée selon lui. li affirme par là une légitime proposition, qu’il a souvent illustrée, selon laquelle « les choses sont d’abord bonnes à penser », justifiant cependant ainsi, l’étude des sociétés du point de vue extérieur ; par la même, il néglige la prise en compte, dans l’analyse, des modalités de l’observation. Par contre, le souci de prendre en compte les modalités de l’enquête revient à Sartre, qui essaie de définir les conditions dans lesquelles surgissent les informations ; il pose la question de l’extériorité à l’objet (p.133), du vécu (p.l43), de l’expérience critique (p.146)...

58Ainsi, Sartre reconstitue la démarche qui suscite l’information avant de passer à son traitement, le holisme selon le vocabulaire de Louis Dumont ou pour lui, la dialectique. Cette méthode banale depuis Malinowski ainsi que le souligne Lévi-Strauss, s’avère indispensable à l’établissement de la validité du discours ; surtout, partant de la pratique même, ou mieux du discours spontané, il intègre, dans sa définition de la démarche scientifique, la description du déroulement des phases cognitives et des points de vue qui les suscitent. Les formes des discours qui constituent la « pensée sauvage », « dont le propre est d’être intemporelle », dit Lévi-Strauss (p.348) constitue le point de départ de la démarche scientifique, dont Sartre repère les obstacles tels que les rencontrent les chercheurs dans l’étude des sociétés ; il essaie donc ensuite de trouver différents moyens de les surmonter.

  • 4 « Pour Sartre la conscience de soi et des choses se découvre à elle-même dans la praxis, et, pour c (...)

59L’un des auteurs part de deux paradigmes, la spécificité de la « pensée sauvage » et l’utilisation dans son traitement d’une méthode logique ; l’autre décrit les modalités d’élaboration du discours scientifique qui, dans sa logique même, détermineront la nécessité de l’usage de la raison dialectique et les conditions nécessaires pour faire accéder le discours spontané à cet autre domaine4.

La colonisation (Memmi, 1973)

  • 5 Michel Leiris disait déjà en 1950 : « quels que soient ses efforts pour se mettre de plain-pied ave (...)

60La colonisation pose une barrière autrement infranchissable. Opposant un peuple à un autre, elle enferme chacun dans son statut social et culturel que seule la fuite du futur colon permet de résoudre ; les rapports entre groupes et individus, dans cette situation, figent les relations de domination et de répression qui renvoient chacun dans son propre camp5. L’accès au discours de l’autre devient ainsi particulièrement difficile, car non seulement le colonisé considérera que l’enquêteur ne peut que servir la colonisation, mais la situation empêche toute relation entre les deux peuples.

  • 6 Bulletin de l’A.F.A., n° 31, janvier-mars 1989, pp. 115-117.

61L’ethnologue peut évidemment, comme le suggérait un Robert Jaulin, prendre fait et cause pour le colonisé et combattre à ses côtés (Jaulin, 1970). Dans la violence coloniale, nous pouvons imaginer le prix personnel et social à payer et le courage que ce choix implique, quand, encore en 1987, en raison de la publication en Kanaky d’un simple ouvrage qui déplaît au pouvoir, Jean­ Marie Kohler voit son affectation dans ce pays interrompue par la direction de l’ORSTOM6.

62L’évolution de la situation politique mondiale entraîne que, dans ce domaine, la situation ait tendance à se détériorer. L’exacerbation des conflits nord-sud, le retour des expéditions telles que la guerre du Golfe, le développement des réactions religieuses tendent les relations entre dominants et dominés, rétablissant les anciennes relations coloniales peut-être encore plus exacerbées. « Voilà des gens qui, comme moi, ont eu l’occasion de passer des années de suite dans des terroirs perdus en faisant corps avec les tribus. C’est une expérience qui, aujourd’hui, me paraît impraticable », n’hésite pas à affirmer Jacques Berque en 1988 (1988 : 41).

L’écriture

63Aux obstacles politiques qui s’opposent aux enquêtes, Michel Seurat y a laissé la vie (Seurat, 1989, 1990), s’ajoutent enfin, des difficultés moins périlleuses mais permanentes, les modalités rhétoriques, l’« effet vérité » ou « l’autorité » selon les diverses appellations des auteurs.

64Ainsi James Clifford (1983) fait l’historique de ce qui, dans le temps, justifie le discours de l’ethnologue, et il illustre son propos, au début de son article, par les frontispices des ouvrages de Lafitau (1724) et Malinowski (1922) : le premier évoque le travail d’écriture effectué par l’auteur alors que le second insiste sur son séjour dans la société étudiée. Les fondements de « l’autorité » de l’ethnologue ont changé, ainsi que le note malicieusement David Mc Knight : « on juge son compte-rendu à la durée de son séjour » (1977 : 234).

65Ce principe qui prévalait depuis Malinowski s’accompagne d’une multitude de procédures que, depuis quelques années, les auteurs ont cherché à apprécier. Ainsi, Geertz examine le travail d’une série d’ethnologues, Lévi­ Strauss, Evans-Prichard, Ruth Benedict, décortiquant leurs procédés rhétoriques (Geertz, 1988) ; il insiste, sur ce qu’il appelle l’effet « être là ».

66Examinons sommairement, à titre d’exemple, ce qu’il dit du seul auteur français pris en compte, Lévi-Strauss. Partons de sa conclusion : « Le message final de Tristes tropiques et de l’œuvre qui se déroule à partir de lui, montre que les textes anthropologiques, à l’image des mythes ct des mémoires, existent moins à l’usage du monde que le monde existe pour eux ». Dans la démonstration de Geertz, Tristes tropiques constitue le peint zéro de l’effet « être là » : il ne parle pas des cultures mais constitue une vision du monde et à ce titre, n’a besoin d’aucune justification réaliste ; il constitue donc « un excellent exemple » de la nécessité d’effectuer une analyse littéraire d’un texte ethnologique.

67Pour démonter cette proposition, l’ethnologue américain s’appuie en amont sur une introduction consacrée à la nécessité des enquêtes, peut aller, en aval, dans les textes d’autres auteurs vers une présence de plus en plus accentuée des indigènes. Chez Lévi-Strauss, en effet, la réalité ne se regarde pas en traversant le texte, mais en son sein. Geertz après avoir situé Tristes Tropiques en marge de l’œuvre de Lévi-Strauss, définit en son sein, cinq types de textes superposés :

  1. un livre de voyage

  2. une enquête ethnographique s’appuyant sur la « mystique du terrain » et la spécificité des cultures

  3. un texte philosophique recherchant concrètement la réalisation du « contrat social »

  4. un pamphlet politique contre les agressions de l’Occident envers les autres sociétés

  5. une œuvre littéraire dans la tradition symboliste.

68La combinaison de ces éléments amène la formulation d’un « mythe », d« une histoire initiatique » existant pour lui même indépendamment du monde.

69Nous n’allons pas reprendre les analyses de Geertz sur les différents ethnologues. La démarche que nous avons essayé de suivre, à propos de l’œuvre de Lévi-Strauss, a pour fonction de montrer que l’ethnologie s’appuie d’abord sur des fondements littéraires, sur des techniques scripturales ; l’objet étudié devient second. Dès lors, la validité du discours ethnologique ne se fonde pas sur la qualité des enquêtes, sur la transcription de la réalité d’une culture, mais sur des effets rhétoriques. Cette conclusion pessimiste rompt avec le projet scientifique habituellement affirmé ; de plus, elle souligne fortement la difficulté, voire l’impossibilité à rendre compte d’une réalité, de sortir du discours et de l’interprétation.

70À l’obstacle entre le réel et la réalité, entre les divers points de vue, s’ajoute celui des visions du monde, difficultés devant laquelle nous avons souvent trébuché et qu’il s’agit d’affronter maintenant

5. Les regards

71Il arrive que les ethnologues aient pu regretter « le vice fondamental de toute ethnologie » (Augé. 1975 : 117), le silence dans lesquels leurs bavardages enfermaient la société indigène. Comment échapper à cette calamité ?

Le regard intérieur

72Dès 1963, s’opposant à Leiris, Bourdieu s’élève contre ce qu’il appelle un « privilège éthique et épistémologique » de l’indigène (Bourdieu, 1963). Pour cela il pan de l’affirmation selon laquelle « il n’est pas de conduite, d’attitude ou d’idéologie qui puisse être décrite, comprise ou expliquée objectivement en dehors de toute référence à la situation existentielle du colonisé » pour, en premier lieu, réfuter la responsabilité morale de l’ethnologue dans la situation coloniale et, en second lieu, affirmer la nécessité pour lui « de restituer à d’autres hommes le sens de leur comportement ».

73De plus, « étranger au groupe, l’ethnologue échappe aux critères de jugement utilisés dans les rapports quotidiens entre membres du groupe » mais surtout, malgré le contexte colonial, comme il vient pour « écouter, observer, apprendre et comprendre, » son attitude « est presque toujours accueillie avec une sorte d’émerveillement ». Ainsi, pour Bourdieu, la situation coloniale constitue une variable dont l’enquête doit tenir compte dans l’analyse du discours spontané mais qui n’empêche pas le déroulement des recherches scientifiques fondées sur le regard extérieur.

74Les choses en étaient là jusqu’à l’irruption du discours féminin. Un petit article de Monique Gadant montre la démarche d’une ethnologue qui, au travers d’un cheminement personnel, politique et théorique passe de la position de Bourdieu, citée explicitement, à la nécessité et aux difficultés d’affirmer un discours (scientifique) spécifiquement féminin (Gadant, 1991). L’abondance des travaux inscrits dans cette perspective, surtout dans les pays anglo-saxons, montre cette irréductibilité des groupes dominés et ce que les femmes ont fait admettre vaut nécessairement tout autant pour les civilisations dominées. Le regard des femmes comme celui du colonisé porte des spécificités qu’eux seuls peuvent exprimer.

Le regard inégal

75Le silence des groupes dominés sur lequel insiste Marc Augé trouve son fondement dans le fonctionnement des sociétés ; « La théorie enseigne avant tout à se taire, elle révèle les dangers de la prise de parole, elle menace de condamner ceux qui auraient l’imprudence de recourir à elle pour élaborer un discours effectivement dit, une accusation effectivement formulée » (Augé, 1975 : 226).

76Au silence de l’observé dans sa société, correspond celui de « ce visage sans voix, qu’on tente de déchiffrer entre soi, objet à définir et non sujet d’un discours possible » (Houtondji, 1970) ; la démarche ethnologique qui fait de l’indigène « le contraire d’un interlocuteur » le transforme en chose. Partons cette fois, non d’un auteur mais d’une situation précise, le regard des hommes et des femmes. Une étude sociolinguistique menée sur un corpus un peu restreint, montre en effet, que « les façons de dire » les relations de pouvoir entre les sexes n’adoptent pas les mêmes formules chez les hommes et chez les femmes. Évidemment, ces différences révèlent un projet implicite (et inconscient) : « si la réflexion de l’énonciateur minoritaire vise à connaître la relation sociale construisant les sexes pour l’abolir, celle de l’énonciateur majoritaire vise à justifier cette relation pour la maintenir » (Michard, 1991). Il n’est pas difficile de préjuger sans grand risque que cette situation qui pénalise les femmes dans le discours académique se reproduit à l’encontre de toutes les populations opprimées.

77La force de la démonstration de Claire Michard réside dans le fait que le discours masculin ne montre aucun antiféminisme et que son auteur a été certainement surpris et intéressé par les résultats de son analyse. La solution scientifique ne réside donc pas dans la défense des opprimés car inconsciemment se glissera dans le discours du dominant les marques de son pouvoir. Aussi louable qu’elle soit, l’adoption des positions du minoritaire ne donne pas à l’oppresseur les moyens scientifiques de sortir de son statut.

78Or, ce qui peut se formuler depuis quelques années à propos des femmes se réalise à l’encontre de tous les groupes dominés, classes, castes, groupes, ethnies, nations... qui eux, pour des raisons diverses, politiques ou académiques n’ont pas les moyens de s’exprimer.

Le regard vivant

79Cette « réification » provient de rapports de production qui transforment des relations personnelles en relations marchandes : Lukacs l’a montré s’inscrivant dans le réel (Lukacs, 1968). Mais cette situation résulte également, dans le domaine de la pensée, des formes par lesquelles l’observateur examine les hommes. Il convient donc, d’examiner le processus de chosification dans la pensée afin de déterminer les moyens d’y échapper.

80Partons d’un détail de la polémique évoquée plus haut, dans laquelle Lévi-Strauss se sent visé quand Sartre évoque l’esthète qui voit les hommes « comme des fourmis » (Sartre, 1960 : 183). On comprend la démarche qui consiste à prendre un aspect de leur conduite, à la détacher des conditions concrètes de son expression et à en faire l’usage discursif de son choix.

  • 7 Il ne nous semble pas rare qu’un auteur essaie de résoudre un problème de façon nouvelle au moyen d (...)

81Sartre propose la solution : « le mouvement de la compréhension intraperceptive se fait donc en renversant la simple appréhension de l’inanimé : le présent se comprend à partir du futur, le mouvement singulier à partir de l’opération entière, bref le détail à partir de la totalité »7. En d’autres termes nous dirions que l’information ne peut s’utiliser qu’en tenant compte des conditions qui ont permis son émergence.

82Ce glissement terminologique s’accompagne évidemment d’un changement de sens ; l’optique de Sartre n’entre pas tout à fait dans la théorie de la communication dans laquelle nous nous situons tant par le vocabulaire utilisé et que par les centres d’intérêt. Même si nous nous situons plus près d’un Goffman que d’un Sartre, ce dernier nous semble avoir posé très clairement les questions que nous essayons de résoudre. En d’autres termes, pour reprendre les formulations utilisées jusqu’ici, la chosification consiste dans l’utilisation d’informations sur un objet, indépendamment des conditions de leur production.

83Cependant, cette inclusion de l’observation dans une totalité ainsi que le font bien des ethnologues depuis Malinowski et Mauss ne suffit pas ; un aspect peut parfaitement s’inclure dans un ensemble plus vaste sans pour cela échapper à la chosification ; pire, l’assemblage de quelques aspects dans un ensemble constitue un moyen de le réduire.

84En réaction contre le structuralisme, l’ethnologie post-moderne, également appelée post-structuraliste, affirme la place de la subjectivité dans le discours scientifique ; elle élimine ainsi radicalement les difficultés que nous avons tour à tour signalées sans toutefois les résoudre ; elle compense cependant l’extrême parcellisation de ses études par la valorisation d’analyses plus « universelles » sur le discours ethnologique qui nous apprennent, eux aussi, beaucoup sur les ethnologues et peu sur les sociétés qu’ils étudient.

6. Pirandello est-il ethnologue ?

85La prise en compte des conditions de la parole indigène s’effectue en la réduisant à des dialogues parlés ou vécus avec l’enquêteur, ce dernier reste le seul objet à partir duquel se déroulent l’enquête et le récit qui la divulgue. Par là, l’indigène n’est plus réduit au seul statut d’observé muet, mais devient un interlocuteur... dans la multitude. Pourtant, il peut se distinguer.

L’ethnologue indigène

86Deux auteurs parmi d’autres évoquent la participation d’indigènes compétents aux enquêtes. D’un côté, Bourdieu « comprend que, entre toutes les formations possibles, l’équipe d’enquête la plus efficace ait été, à l’expérience, celle qui unissait un Algérien et un Français » (1960 : 262) ; de l’autre, symétriquement, Kim rappelle que « si l’anthropologue occidental avait cherché l’assistance du non-occidental qui a enquêté en Occident et qui est quelque peu familier de la culture occidentale, il ne serait pas interpellé par des critiques comme celles de Freeman à Mead » (1990 : 199).

87La complémentarité de ces propos confrontés avec un certain arbitraire montre l’Occidental (pour parler comme Kim) qui consent à se faire aider par des ethnologues indigènes pour accroître l’efficacité de ses recherches, alors que ces derniers regrettent leur sous-utilisation. Tous s’accordent sur la qualité de la science occidentale et le droit d’aider que réclame le Coréen se gagne par un apprentissage en Occident ; en bref, dans le cadre ainsi défini, l’ethnologie n’attend rien d’essentiel de l’irruption des chercheurs du Tiers Monde sinon une amélioration de l’efficacité des enquêtes.

Et l’Espagne ?

88Cette coexistence pacifique promulguée par ces deux chercheurs ne se réalise pourtant pas, semble-t-il, en Espagne (Moreno-Navarro, 1986). Isidoro Moreno-Navarro décrit en termes très différents les relations entre les chercheurs étrangers et leurs collègues indigènes. D’un côté, les premiers considèrent selon lui, l’« Andalousie comme un terrain apparemment peuplé des seuls informateurs » sans « tenir compte la plupart du temps des anthropologues, pas toujours jeunes, qui venions travailler assez longtemps en Andalousie » ; de l’autre, ils « appliquent de façon acritique et mécanique à ce cadre socioculturel des schémas et théories issus des écoles anglo-saxonnes, spécialement fonctionnalistes, élaborées dans des contextes socioculturels très différents du nôtre et inapplicables chez nous ».

89Moreno multiplie les exemples de propos aberrants qu’induisent ces attitudes, négation des classes sociales dans la plus grande partie des « communautés » du sud de l’Europe, affirmation selon laquelle les Andalous sont les plus grands menteurs... Pour exprimer ce mépris, cette désinvolture mais aussi l’usage de ces travaux destinés à un public non espagnol, pour l’obtention de titres et statuts professionnels hors du pays étudié, Moreno parle de façon un peu outrée de colonialisme. Cependant, même si l’expression de ce malaise mérite une caractérisation plus précise, il souligne des attitudes et des conduites qui doivent se retrouver en bien des lieux. Moreno souligne par là même l’intensité du lien entre le statut de l’enquêteur et ses résultats.

Et les femmes ?

90Cette spécificité du vécu et de l’écrit en régime « colonial » pour citer Moreno-Navarro s’impose à l’ethnologie d’aujourd’hui au travers des femmes ; elles expriment au moins potentiellement un discours spécifique. Même « s’il n’y a rien (en France) sur la question de l’influence du sexe » (Echard, 1991), « dans certains pays du Tiers-Monde comme l’Inde (...) plusieurs livres sur les effets de la position de l’ethnologue, en particulier sa position de caste existent » et l’incidence du sexe ne fait aucun doute ; le stimulant article de Nicole Echard paru dans Sorcières n° 12, « Anecdote interdite » (Sorcières : 38-42 et 5), affirme la spécificité du regard féminin et donc nécessairement de son discours.

91Il s’agissait en fait, selon l’objet même de cette revue hélas disparue après une vingtaine de numéros, de développer une recherche sur la spécificité des appréhensions et de la formulation du monde par les femmes, refusant l’illusion psychologique et adoptant un point de vue culturel et social ; les femmes parlaient comme groupe et affirmaient dans leurs discours leur spécificité. Comme le dit la présentation du numéro de Sorcières sur la « Théorie » : « Certaines affrontent ce monde, créé ni par elles ru pour elles, avec un regard et une sensibilité de femmes, d’autres lui nient la possibilité d’être subverti par les femmes » (Sorcières). Aujourd’hui, ce point de vue s’impose, à défaut de disposer d’abondantes illustrations.

Et Pirandello ?

92Si la nécessité du discours spécifique de chaque groupe ne se discute plus, si les seules positions des hommes occidentaux ne peuvent plus se parer du titre de science, nous rencontrons des analyses plurielles, fondée chacune sur son propre point de vue. Dans ce cadre, les récits de l’ethnologie post­ moderne ont au moins le mérite de décrire les conditions de l’enquête et de mettre en exergue l’enquêteur lui-même, en raison du rôle essentiel qu’il joue dans la confection des résultats.

93Cette démarche permet également de tenir compte des conditions d’émergence de l’information c’est-à-dire de surmonter l’obstacle de la « chosification » ; il ne s’agit pas de manier des objets sans cesse disponibles sous le prétexte qu’ils s’expriment de façon discursive indépendamment du mouvement social qui le produit et des formes d’expression qui l’ont rendu utilisables par l’ethnologue.

94Dès lors, les regards peuvent se raconter, défiler devant le lecteur comme les personnages de Pirandello et décrire leurs situations légitimées par leur seule existence ; le discours scientifique ne peut plus invoquer un seul point de vue et se parer de ce titre sans annoncer préalablement les conditions de son émission et le groupe dont il se prévaut à l’image du cubisme qui « prétendait représenter l’objet non tel qu’il apparaît », « mais tel qu’il est, dans la simultanéité de tous ses aspects » (Petit, 1991 : 23).

Haut de page

Bibliographie

ARIAS, J. 1975, El munda numinoso de los Mayas. Estructura y cambios conlemporanéos, Mexico : SepSetentas.

AUGE, M. 1975, Théorie des pouvoirs et idéologie. Études de cas en Côte d’Ivoire, Paris : Hermann.

BARLEY, N. 1983, The innocent Anthropologist. Notes from a Mut Hut, Londres : British Museum Publication.

BERGE, C. 1988, « Le prix de l’information », Bulletin de l’AFA, n° 32-33, septembre­décembre.

BERQUE, J. 1978, Structures sociales du Haut-Atlas, Paris : PUF. (Première édition 1955).

BERQUE, J. 1988, « Aux sources d’une thèse universitaire, entretien avec Bernard Traimond », Cahiers Ethnologiques, n° 9.

BIDARD, P. 1978, « Langue et contexte social », Bulletin du Musée Basque, n° 79, 1er trimestre, pp. 19-28.

BIDARD, P. 1978, « L’approche de l’anthropologue : l’exemple du style néo-basque », article inédit.

BOURDIEU, P. 1963, Travail et travailleurs en Algérie, Paris, New York, La Haye : Mouton.

BOURDIEU, P. 1988, Préface à l’édition française d’Un ethnologue au Maroc, Paris : Hachette.

BOURDIEU, P. 1986, « L’illusion biographique », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 62-63, juin.

BURGUIERE, A. 1978. Bretons de Plozevet, Paris : Flammarion, Champs.

« Chercheurs et informateurs », 1988, Bulletin de l’A.F.A., n° 32-33 (septembre), n° 34 (décembre).

CHARTIER Roger 1989, « Le monde comme représentation », Annales ESC, n° 6 novembre décembre, pp. 1505-1520.

CLASTRES, P. 1977, Chroniques des indiens guayakis, Paris : Plon, Terre Humaine.

CUFFORD, J. 1983, « De l’autorité en ethnographie », L’Ethnographie, n° 90-91, pp. 87‑118.

CLIFFORD, J. et MARCUS, G. 1986, Writing culture, Berkeley: University of Califomia, 1986.

DOUGLAS, M. 1991, « Une déconstruction si douce », Mauss, n° 1l, premier trimestre.

ECHARD, N., QUIMINAL, C. ct SEUM, M. 1991, « L’incidence du sexe dans la pratique anthropologique », Journal des anthropologues, n° 45, septembre, p. 79.

FERRAROTTI, F. 1983 ; Histoire et histoires de vie. La méthode biographique dans les sciences sociales, Paris : Librairie des Méridiens, Sociologies au quotidien, p. 50.

FAVRE, H. 1971, Changement et continuité chez les Mayas du Mexique, Paris : Anthropos.

FAVRET, J. 1969, « En ethnologie le crime ne paie pas », Critique, n° 271, décembre.

FREEMAN, D. 1983, Margaret Mead and Sanwa, Cambridge: Harvard University.

GADANT, M. 1991, « Tu ne connaîtras jamais bien les Mayas », Journal des anthropologues, n° 45, septembre.

GEERTZ, C. 1988 Works and Lives. The Anthropologist as Author, Stanford: Standfort University Press.

GOODY, 1. 1979, La raison graphique, la domestication de la pensée sauvage, Paris : Ed. de Minuit, Le sens commun.

GUITERAS HOLMES, C. 1965, Los peligros del alma, Mexico : Fondo de Cultura Economica.

HOUNTONDJI, P. 1970, « Remarques sur la philosophie africaine contemporaine », Diogène, n° 71.

JAUUN, R. !970, La paix blanche. Introduction à l’ethnocide. Paris : Le Seuil, Combats.

KIM, C. S. 1990, « The role of the NonWestern Anthopologist Reconsidered: Illusion versus Reality », Current Anthropology, vol. 31, n° 2, april, pp. 196-201.

KREMNITZ, G. 1987, « Diglossie, Possibilités et limites d’un terme », Lenguas, n° 22, 1987, pp. 199-213.

LEIRIS, M. 1934, L’Afrique fantôme, Paris : Gallimard.

LEIRIS, M. 1977, Cinq études d’ethnologie, Park Médiations.

LEJEUNE, P. 1975, Le pacte autobiographique, Paris : Le Seuil.

LEJEUNE, P. 1985, « Ethnologie et littérature : Gaston Lucas, serrurier », Études Rurales, n° 97-98, janvier-juin.

LE PICHON, A. 1991, Le regard inégal, Paris : J.C.LattEs.

LEVI-STRAUS, C. 1962, Tristes tropiques, Paris : 10/18.

LEVI-STRAUS, C. 1962, La pensée sauvage, Paris : Plon.

LEWIS, O. 1960, Tepoztlan, Village in Mexico, New-York: Rinehart and Winston.

LEWIS, O. 1969, La Vida, Paris : Gallimard, coll. Témoins.

LUKACS, G. 1968, Histoire et conscience de classe, Paris : Ed. de Minuit, Arguments.

Mc KNIGHT, David. 1977, dans NEEDHAM, Rodney, La parenté en question, Paris : Le Seuil, Recherches anlhropologiques. p. 234.

MAI.INOWSKI, B. 1974, Les jardins de corail, Paris : François Maspero, Textes à l’appui.

MEAD, M. 1971. L’anthropologie comme science humaine, Paris : Payot.

MEMMI, A. 1973, Portrait du colonisé précédé de Portrait du colonisateur, Paris : PBP.

MEMMI, A. 1973, L’homme dominé, Paris : PBP.

MICHARD, C. 1991, « Mouvement de libération des femmes et affrontement discursif entre auteurs scientifiques », Journal des Anthropologues, n° 45, septembre.

MONOD, J. 1972, Un riche cannibale, Paris : 10/18.

MORENO-NAVARRO, T. 1986, Trabajo de campo antropologico en el sur de Europa y colonisazion cientifica : el caso de Andalucia, 13ème congrès de sociologie rurale, Braga.

NOIRIEL Gérard 1989, « Pour une approche objectiviste du social », Annales ESC n° 6 novembre-décembre pp. 1435-1459.

PANOFF, M. et F. 1968 L’ethnologue et son ombre, Paris : Payot.

PETIT, J-L. 1991, La constitution de l’événement social, L’événement en perspective, Paris : Éditions de l’EHESS.

POUILLON, J. 1968, « Sartre et Lévi-Strauss », L’Arc, n° 26.

RABINOW, P. 1985, « Fantasia dans la bibliothèque. Les représentations sont des faits sociaux : modernité et post-modernité en anthropologie », Études Rurales, n° 97-98, janvier-juin, pp. 91-l 14.

RABINOW, P. 1988, Un ethnologue au Maroc. Réflexions sur une enquête de terrain, Paris : Hachette, Histoire des gens.

REDFIELD, R. 1930, Tepoztlan, a Mexican village, Chicago: University of Chicago Press.

REDFIELD, R. 1955, The little Community, Viewpoints for the Study of the Human Whole, Chicago: University of Chicago Press, pp. 133-136.

SARTRE, J-P. 1960, Critique de la raison dialectique, Paris : Gallimard.

SEURAT, M. 1989, L’état de barbarie, Paris : Le Seuil, Esprit.

SEURAT, M. 1990, Les corbeaux d’Alep, Paris : Gallimard, Folio.

SOUSTELLE, J. 1971, Mexico, tierra india, Mexico : SepSetentas. (Nous utilisons la traduction espagnole seule rééditée).

STRATHERM, M. 1988, Problems wilh Women and Problems with Society in Melanesia, University of Califomia Press.

VATTIMO, G. 1991, Éthique de l’interprétation, Paris : La Découverte, armillaire.

WIENER, A. 1983 La richesse des femmes ou comment l’esprit vient aux hommes, Paris : Le Seuil, Recherches anthropologiques. (traduit de l’américain).

Haut de page

Notes

1 « L’art d’Adélaïde a consisté d’abord à condenser énormément, ensuite à ne pas s’astreindre à une fidélité littérale, mais à trouver des procédés d’écriture qui dorment une idée du rythme et de la logique de la parole : blocs d’écriture sans ponctuation interne, mais séparés par des blancs, qui forcent le lecteur à adopter une attitude plus active et à reformuler comme à voix basse dans sa tête ce discours que l’œil seul ne peut immédiatement construire ; télescopage d’informations ou d’opinions dont le lecteur doit faire l’effort de deviner la cohérence interne ou le lien avec une interrogation éventuelle. Ce travail qu’on lui demande met le lecteur en posture d’écoute, et lui donne rapidement l’impression d’entendre une voix. C’est donc un système en  “trompe l’œil”  spéculant sur les mécanismes de perception, créant l’illusion de la voix dans l’écriture, comme en peinture on crée l’illusion du relief sur une surface plane » (Lejeune, 1985 : 74).

2 Dans sa thèse, il parle de « la méthode suspecte de l’“informateur”  et des questionnaires » (Berque, 1978, IX).

3 Ainsi P. Lejeune évoque non sans une certaine cruauté, « la divergence entre les relations euphoriques et égalitaires de collaboration qui sont affichées dans le livre, et la réalité des rapports de pouvoir qu’impliquent une telle situation » (Lejeune, 1985 : 71).

4 « Pour Sartre la conscience de soi et des choses se découvre à elle-même dans la praxis, et, pour cette raison, elle est une appréhension de la réalité : la dialectique est constituante. Pour Lévi-Strauss, la conscience, qu’elle soit pure intellection ou conscience pratique, n’a aucun privilège de ce genre ; elle croit appréhender le réel, mais sa vérité n’est que de fonctionnement : la raison est toujours constituée » Pouillon, 1964 : 59). Pouillon ne prend pas en compte, dans son article, les conditions d’appréhension de l’information.

5 Michel Leiris disait déjà en 1950 : « quels que soient ses efforts pour se mettre de plain-pied avec la société qu’il observe, (le métropolitain) ne peut rien contre le fait qu’il soit métropolitain », op.cit. p. 108.

6 Bulletin de l’A.F.A., n° 31, janvier-mars 1989, pp. 115-117.

7 Il ne nous semble pas rare qu’un auteur essaie de résoudre un problème de façon nouvelle au moyen d’instruments anciens, c’est à dire peu adaptés et démodés ; pensons, pour changer de discipline, au Keynes de la Théorie Générale dont Hansen a exposé la théorie, sans simplification, ni vulgarisation au moyen de notions plus précises, plus adaptées et en définitive plus simples.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Traimond, « Où va l’ethnologie ? », Géographie et cultures [En ligne], 3 | 1992, mis en ligne le 22 novembre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gc/6788 ; DOI : 10.4000/gc.6788

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals