Navigation – Plan du site

Des espaces en utopies

Maïté Clavel
p. 45-56

Résumé

Les utopies, ces « non-lieux », montrent des images de pays imaginaires où les institutions et les mœurs sont absolument différentes de ceux des sociétés contemporaines des utopistes comme des nôtres. Les espaces rêvés, décors du dépaysement, participent aussi de la construction utopique : la transformation des campagnes en terres d’abondance, la maîtrise de l’organisation des espaces habités témoignent de l’excellence utopienne. Les villes, dans certaines utopies, sont les symboles du savoir-faire, de la beauté, de la lisibilité, de l’harmonie de la société idéale. D’autres utopies décrivent des mondes sans villes, car elles représentent, pour leurs auteurs, les sociétés où règnent le désordre et l’injustice. L’imagination des utopistes s’affranchit alors des contraintes institutionnelles et la rupture avec le monde connu est plus radicale encore.

Haut de page

Texte intégral

« Les corps et les maisons, les centrales électriques et toutes les églises Saint­ Marc font finalement aussi partie de la matière terrestre et de son organisation ; ils sont tous englobés dans la totalité terrestre et s’infiltrent avec leur utopie propre dans l’utopie géographique. L’utopie de l’espace architectonique surtout est, en sa qualité propre, une utopie de la terre ; et les paysages du souhait, ceux que révèle l’art, sinon au travers de l’architecture, du moins par les fenêtres de la peinture et de la littérature, ne sont pas moins des paysages, tout en étant ceux du souhait. C’est pourquoi l’Eldorado-Eden englobe toutes les autres utopies du fondement d’un monde meilleur, même la transcendance la plus lointaine, la “maison située de l’autre côté” a encore une place à l’horizon de la terre. »

Ernst Bloch, 1959, Le principe Espérance, tome II, Les épures d’un monde meilleur, Gallimard, 1982.

« Une nation, un siècle qui ne sait pas pourvoir au luxe général des édifices, ne peut faire aucun progrès dans la carrière du bonheur social. »

Charles Fourier, 1820, « Des modifications à introduire dans l’architecture des villes ».

1Utopie veut dire « sans lieu ». Et pourtant, le livre lu, les images demeurent du pays, de la ville, imaginés et décrits par l’utopiste. Tel est le paradoxe : des lieux inexistants s’imposent à l’imagination puis s’inscrivent dans les souvenirs comme des paysages réellement visités et parcourus ou des tableaux longuement regardés. La production romanesque crée aussi des images, les utopies s’en distinguent toutefois, en ce que le lieu lui-même est l’objet du texte, alors qu’il sert de décor, de prétexte plus ou moins actif au roman.

2Les utopies ne se réduisent cependant pas à la description d’espaces. Elles racontent des sociétés, des sociétés imaginées, fictives, et idéales. Leurs auteurs les « souhaitent plus qu’ils ne les espèrent » car ils savent Je caractère radicalement différent des sociétés connues. Pourtant nous oublions le détail de l’organisation politique ou l’économie de ces lieux exemplaires pour nous souvenir de ce qui fait tableau, des espaces et des détails quotidiens évoqués par l’un ou l’autre : le repas dans l’Utopie de More ou les Nouvelles de Nulle Part de Morris, Je départ des petites hordes dans le phalanstère de Fourier, ou l’atelier de l’Icarie de Cabet par exemple.

3Les images de ces villes, à la fois schématiques et précises rejoignent les figurations lointaines de certains tableaux de Ghirlandaio ou Mantegna, fragments de villes ou villes entières dans leurs remparts, mais toujours attirantes et sources de rêves. Elles évoquent aussi ces plans de cités tracés au compas et à la règle, abstractions urbanistiques, schémas idéaux d’architectes.

4Les utopies, cependant, ne sont plus à la mode. L’imaginaire utopien n’éclaire plus nos horizons. Les maux de sociétés réelles leurs ont été attribués, Je discrédit s’attaquant non seulement aux fondements des utopies : l’égalité des conditions, la suppression de la propriété privée, l’organisation collective de la vie sociale et privée, mais aussi aux aspects novateurs, ceux qui forment toujours le corps des projets des sociétés démocratiques. L’éducation pour tous, la suppression des privilèges, la citoyenneté active, la richesse collective et individuelle, l’utilisation de la science pour le bien-être de chacun, sont en effet parmi les inventions des utopistes.

5Au moment où les espaces habités, leur création, leur aménagement, leur utilisation, sont au centre des préoccupations contemporaines, peut-être n’est-il pas vain de relire ces auteurs. La critique de leur propre société est souvent sévère, elle est pourtant fondée, s’appuyant sur des observations, des analyses, souvent une expérience des responsabilités publiques. Au programme politique, toutefois, au traité de science du gouvernement, ils ont préféré la voie oblique du texte littéraire, choisissant d’imager et non d’argumenter pour convaincre qu’une autre société était possible.

6Les utopies allient donc la raison et l’imagination. Ce qui fonde le genre suscite souvent la méfiance, elles ne sont ni de « purs » textes politiques, ni de « vrais » romans, elles décrivent des sociétés qui n’existent pas et qui demeurent cependant dans la mémoire comme des formes institutionnelles, des images de vie sociale possibles, concurrentes de celles que nous connaissons. Comme d’autres lecteurs d’utopies, nous avons été fascinés par leurs espaces. Ceux-ci apparaissent comme des exemples de la singularité utopienne et constituent, directement, les images même du monde rêvé.

7Les espaces utopiens condensent la démonstration et l’imagination. Le territoire, la ville, l’habitation dont les utopistes soignent les détails et l’ensemble en mobilisant leur désir, s’inscrivent dans une rhétorique qui vise à convaincre. C’est ce que nous cherchons à montrer, en distinguant les utopies « classiques », les plus connues, des utopies présentant des espaces plus ouverts, moins achevés, et sans villes.

Les utopies décrivent des espaces

8Les utopies sont nées au moment des grands voyages. La découverte de nouveaux peuples, de nouveaux paysages, a favorisé l’éclosion d’un genre littéraire qui s’annonce comme un récit de voyage, tel qu’il s’en écrit beaucoup à cette époque, mais s’affirme en réalité comme une critique radicale de la société contemporaine. Les utopies prennent donc la forme de la relation de voyage, un voyage vécu ou raconté à l’auteur. La localisation du pays d’utopie n’est pas toujours très précise, d’autant que c’est souvent par accident que les voyageurs débarquent dans le pays inconnu.

9Dans les premiers récits, l’arrivée en utopie reproduit des situations vécues par les navigateurs. Plus tard certains utopistes installeront leurs sociétés dans le ciel, ainsi Cyrano de Bergerac, ou sous la terre comme Bulver-Lytton ou Gabriel Tarde, et « L’an 2440 » de Louis Sébastien Mercier inaugure en 1770 la série des utopies situées dans le temps. Le pays d’utopie ne se trouve sur aucune cane, et son accès est malaisé, voire impossible sans guide. C’est une île ou une contrée dont le récitant décrit l’apparence extérieure, comme Platon le faisait pour Athènes et le pays des Atlantes.

10Arrivant sur une terre inconnue, le voyageur découvre d’abord des espaces différents de ceux qu’il connait. Les paysages, les constructions, les villes, sont les objets de ses premiers étonnements. Ce seront ensuite les comportements curieux, admirables ou choquants des habitants qu’il découvrira avant qu’un guide ne lui explique ce qu’il ne comprend pas, et l’initie au fonctionnement, aux principes et aux coutumes d’une société d’abord appréhendée par la vue.

11La description des espaces des utopies est donc aussi celle d’une découverte. Les utopistes rendent compte d’un pays inconnu, rencontré au cours d’un voyage. Le déplacement dans le temps qu’imagine L. S. Mercier permet une comparaison plus directe entre la société présente et la société idéale. La juxtaposition d’espaces nouveaux, de comportements différents et de lieux contemporains peut rendre plus convaincante la critique que l’utopiste fait de sa propre société, rendre l’image de ses transformations plus saisissante. Dans les deux cas, le voyageur découvre d’abord visuellement une société différente de la sienne.

12L’objectif des utopistes, toutefois, n’est pas de décrire des espaces pour eux-mêmes. La construction utopique est celle d’une société. Aussi ne limitent-ils pas leurs descriptions aux caractères visuels du pays rencontré. En utopie comme dans les sociétés « concrètes », les sociétés produisent les espaces dont elles estiment avoir besoin, et en retour, ceux-ci la caractérisent. L’organisation des espaces, les constructions, « parlent » des priorités, des valeurs, des hiérarchies de la société tout entière. Les formes, les volumes, les agencements utopiens traduisent une volonté de faire se correspondre deux aspects d’une même société : l’organisation collective et l’organisation spatiale. Aussi en décrivant des espaces, les utopistes décrivent-ils un aspect parmi d’autres de la société idéale.

13Ce sont les découpages aménageurs du XXe siècle qui, en séparant la création de la gestion des espaces et de leur usage, en pensant isolément formes spatiales et espaces habités, ont amené la réflexion à distinguer l’espace de son contexte. L’espace aujourd’hui est le plus souvent substantivé. Il a pris une valeur en soi inconnue jusqu’au XXe siècle. L’espace substance, objet ou œuvre, a une valeur économique, un prix, celui du bien rare, celui de la rente attendue. Sa valeur sociale de marqueur hiérarchique, de support de stratégies, d’élément actif des rapports sociaux est occultée. De la même façon, est-il nié comme tissu de mémoires, trace d’histoires collectives, vecteur d’imaginaires sociaux et de rêves particuliers.

14Les responsables de la création des espaces ont oublié la composante symbolique des espaces habités et réduit la composante sociale à une adaptation au marché, ils agissent comme si l’espace était neutre, homogène, une étendue sans spécificités. Pour les utopistes, l’espace n’est pas indépendant des conditions de sa production et de son utilisation sociale, il est constitutif des cadres sociaux comme de la forme que prennent les hiérarchies sociales et la sociabilité.

15Repenser l’organisation sociale, c’est aussi repenser l’organisation spatiale qui devient ainsi support de l’imagination et des rêves collectifs. Aussi le territoire, les espaces naturels, les campagnes, les villes, les constructions, sont-ils décrits de la même façon que sont présentés les institutions, le régime des échanges, le système éducatif, le travail ou les mœurs des utopiens. L’harmonie souhaitée, le bonheur rêvé sont aussi dans les formes des bâtiments, et le plan des villes.

Les images utopiques s’opposent à la réalité contemporaine

16Le premier moment de la construction utopique, c’est l’observation de la société ambiante. Sont alors relevés les injustices et les privilèges, les institutions qui les permettent et les occasions où ils s’exercent. Dans un second temps, les utopistes tentent de remonter aux principes qui gouvernent silencieusement leur société et autorisent ce qui leur paraît inacceptable. Trouver d’autres principes engendrant un autre ordre social constitue le troisième temps de la réflexion. L’utopiste s’efforce alors de construire le schéma d’une société à partir de ces prémisses.

17Ainsi, dans une certaine mesure, les sociétés utopiques prennent le contre-pied des sociétés existantes. Elles ne sont pas l’illustration de remèdes partiels susceptibles d’application, ni le catalogue de réformes potentielles. Elles ne constituent ni des plans ni des projets. Par contre, à l’injustice, à la maladie, à l’ordure, elles opposent des images où l’égalité des chances, la santé, la beauté sont effectives. Les voyageurs ou les rêveurs mis en scène dans les utopies insistent sur la propreté et l’élégance des constructions comparées .aux taudis des contemporains. L’opulence des formes et des espaces s’opposent sans cesse, explicitement ou non, à l’exiguïté et à la lèpre des bâtiments existants. Les villes ordonnées, la nature apprivoisée, le confort des utopiens, jouent le rôle de révélateur des conditions de vie cruelles de la plupart des contemporains, tout en montrant des images d’un autre possible.

18Ainsi l’isolement du pays d’utopie – ou son inaccessibilité quand il appartient à un autre temps symbolise, bien sûr, la difficulté de trouver et d’instaurer une telle perfection sociale. Peut-être symbolise-t-il également le difficile travail demandé au lecteur d’utopies immergé dans une société réelle : celui de se représenter une réalité autre, une autre logique sociale, d’autres rythmes, d’autres relations.

19Le déménagement périodique auquel s’astreignent les utopiens décrits par Thomas More, précise en fait que chaque utopien sans exception peut habiter n’importe quelle maison. Ce qui suppose que toutes les maisons sont accessibles à tous, qu’elles présentent les mêmes commodités et que leur situation dans la ville ne rend compte d’aucune hiérarchie. Ou encore, chez le même auteur, les portes des maisons qui s’ouvrent d’une simple poussée de la main manifestent la confiance qui règne entre citoyens et le rôle d’accueil dévolu à la maison. Ces deux exemples, détails de la vie en utopie, sont aussi l’illustration du principe selon lequel Utopia ne connaît ni tien ni mien. La propriété privée est en effet, selon Thomas More au fondement de tout privilège, donc de toute injustice.

20Le plan régulier des villes décrites entre autres auteurs par Veiras ou Morelly montre leur plaisir d’inventer des espaces réguliers et homogènes différents de ce qu’ils connaissent, mais ces espaces traduisent aussi la volonté d’éviter dans le dessin même de la ville les ségrégations et les privilèges. Il rend également compte du degré de maîtrise collective auquel sont parvenus les habitants de ces pays imaginaires qui leur permet de décider et de réaliser un ensemble aussi complexe qu’une ville.

21De même, le campement des enfants rencontrés par le rêveur de William Morris, rassemble en une image des enfants heureux, sans précepteurs, et apprenant en jouant les multiples travaux concrets nécessaires à la vie quotidienne en plein air. Les idées de l’auteur sur l’auto-éducation des enfants, l’importance de la vie au grand air et du travail manuel n’ont pas besoin de grands développements supplémentaires.

22L’abondance est une image de toutes les utopies. Elle renvoie au travail fourni par tous, aux techniques et au savoir-faire qui permettent cette abondance. Elle traduit ainsi l’énergie et la créativité utopiennes qui peuvent se développer dans un contexte social favorable. La richesse des campagnes dans les sociétés imaginées est une conséquence de son organisation sociale.

23Ce sont les mêmes énergies créatrices, stimulées par l’excellence sociale qui, dans les utopies postérieures à celles de Fourier et Owen, pensent la réorganisation du travail industriel. Non seulement le temps de travail est alors réduit et les conditions de travail améliorées, mais de plus, l’automatisation de la production, est réalisée, ce qui transforme la notion même de travail, le rêve de W. Morris, la New Babylon de Constant en présentent des exemples.

24Ainsi les espaces des utopies sont un élément de la rhétorique utopique au même titre que la diététique, les règles du mariage ou de l’eugénisme, l’éducation, l’économie ou les institutions politiques : ils renvoient à des principes fondateurs différents de ceux que nous connaissons et servent d’illustration aux thèses des auteurs.

Les espaces des utopies témoignent des rêves de leurs auteurs

25L’importance de la composante spatiale des sociétés décrites dans les utopies par rapport aux autres éléments sociaux ne résulte pas seulement de la volonté de créer des images qui restent dans la mémoire, elle permet également aux utopistes d’exercer leur imagination. Les espaces décrits révèlent les souhaits profonds des utopistes par ce qu’ils montrent : des lieux rêvés idéaux et des situations idéales elles aussi. Ces espaces inventés, rêvés, s’organisent en tableaux conjuguant l’imagination du rêveur et l’imaginaire de l’époque faisant de chaque utopie un espace social unique.

26La construction utopique, raisonnée, commente, met en forme les images du rêve. Et celles-ci, plus que les cadres sociaux ou les explications des différents guides du voyageur ou du rêveur, s’inscrivent dans nos mémoires. Ce sont des plans ou des morceaux de villes, des tableaux fixant des moments présentés comme heureux qui nous transmettent les coordonnées et les lumières des utopies.

27Si tous les utopistes construisent des schémas de sociétés en rupture avec la société ambiante, les critiques comme les rêves sont propres à chacun. La plupart des utopistes considèrent la propriété privée responsable des maux de leur société. D’autres principes essentiels, contraires au fonctionnement des sociétés connues, s’ajoutent à ce premier axiome, par exemple décider un égal respect pour le travail manuel ct le travail intellectuel, affirmer l’égalité des sexes, ignorer la division du travail.

28Les différents espaces décrits à partir de ces prémisses traduisent des types d’organisation sociale distincts, qui peuvent constituer une base de classement des utopies. L’analyse porte ici sur une partition qui tient compte de la diversité imaginative des utopistes. On peut ainsi distinguer les sociétés utopiques dont les cadres sociaux sont comparables à ceux que connaissent leurs auteurs, même si les institutions politiques, économiques, judiciaires, les règles de la vie en commun sont profondément renouvelées puisque leurs fondements et leurs objectifs ne sont plus les mêmes, et celles qui innovent davantage et inventent des sociétés sans institutions stables. Elles se différencient, en particulier, par la confiance qu’elles accordent à l’individu.

29Les utopistes « classiques » font le pari que des institutions conformes à la raison, assimilée à la nature, transformeraient la vie des hommes en société en empêchant toute dépravation et toute injustice, alors que les autres suspectent toute structure surplombante et pérenne. Ces dernières excluent les contraintes institutionnelles, c’est directement, sans le relais d’organisations fixes que se réalise la transformation sociale. Dans toutes les utopies, les rituels de la vie quotidienne s’observent dans les relations entre les habitants, les rythmes journaliers, les loisirs, le vêtement, les habitudes alimentaires.

30Une description fixe parfois une image à titre emblématique : le cortège des Anémoliens venus en ambassade en Utopie, chamarrés d’or et de pierreries, dans ce pays où les métaux précieux sont des signes d’opprobre ou des jouets (More, p. 141), « l’égoussage ou le triage des pois verts » par les lutins ou lutines du Phalanstère de Fourier, bambins de 25, 30 et 35 mois qui séparent « les plus petits pour le ragoût au sucre, les moyens pour le ragoût au lard et le gros pour la soupe », travail pour lequel les enfants se rendent utiles et s’entraînent progressivement à la difficulté par l’émulation et le jeu (Fourier, p. 214).

31Cependant, les utopistes peu soucieux des structures sociales inventent des espaces qui ne sont pas seulement différents, mais radicalement nouveaux, à la fois beaux et surprenants, intimes et ouverts, construits et naturels. Dans ces lieux incomparables, les situations, les relations, la vie sociale, ne peuvent être que profondément différentes, sans analogies. Cette distinction qui opère un partage au sein de l’ensemble des utopies recoupe celle qui oppose les utopies symbolisées par la ville et celles qui tentent d’inventer des espaces plus conformes à leurs rêves.

La ville, un espace idéal ?

Les villes utopies

32Les utopies, disons, institutionnalisantes, décrivent des villes dont les caractères essentiels peuvent être précisés. Thomas More décrit une ville, Amaurote, la capitale du pays d’Utopie. Cette unique description suffit puisque, note l’auteur : « qui connaît cette ville les connaît toutes », c’est-à-dire les cinquante-quatre villes du pays. Ce qui signifie qu’elles ont été pensées et construites selon les mêmes principes qui s’expriment dans le plan de la ville, les formes architecturales, les rapports de la ville avec ses alentours, les périphéries, les campagnes.

33Ces mêmes principes se retrouvent dans la partition de la ville en rues dont les riverains élisent leurs représentants, en quartiers, dont l’un des habitants élu par ses pairs sera choisi comme Prince, ces mêmes quartiers constituant chacun une unité économique avec ses magasins où sont stockés les produits nécessaires à la consommation des citadins. La description d’une seule ville suffit à la description de l’fic toute entière. La concentration de modèles sociaux en un espace restreint reprend la tradition platonicienne : la ville microcosme de la société. Potentiellement autarcique, entourée de terres agricoles pour sa subsistance, responsable de ses structures politiques et économiques, nouant des relations diplomatiques, guerroyant, c’est une cité­Etat.

34Ces villes sont planifiées, le plus souvent par un fondateur génial créant à la fois l’espace et les institutions de la nouvelle société. La localisation de la ville sur le territoire, sa forme, l’organisation des espaces publics et particuliers, les rues, les places, les ateliers, les jardins, les temples, sont décrits, parfois avec de grandes précisions. Ainsi, par exemple, le nombre de maisons dans les rues et la place de restaurant-lieu de réunion (T. More), le toit plat bordé d’une balustrade (E. Cabet), la magnificence des salles du palais (Veiras), la situation et l’apparence des prisons (Morelly).

35Ces détails ne troublent pas la régularité des plans, la forme de la ville le plus souvent géométrique, l’alignement de constructions le long des voies larges bordées de bâtiments de même hauteur, les places situées à intervalles réguliers dans l’espace urbain (E. Cabet), ou centralement (Campanella, Veiras), l’exclusion générale des hôpitaux et des boucheries à l’extérieur des murs, (pour l’air et le calme dans un cas, l’éloignement des tueries d’animaux dans l’autre). Dans ces utopies, la ville organise fonctionnellement le travail et le loisir, le temps de la famille, ou des individus, et celui de la collectivité : aux diverses occupations correspondent des espaces spécifiques.

36Une particularité de ces villes, moins familière aujourd’hui que la vision d’une ville conçue comme une totalité, recomposable à partir de ses constituants physiques et de ses fonctions, est qu’elles ne s’opposent pas à la campagne. L’utopien est citadin et agriculteur. La ville inclut la campagne environnante qui la nourrit. L’ouvrier, le clerc, l’homme, la femme, sont travailleurs agricoles quand cela est nécessaire, lors des labours et des moissons. Cette organisation qui se retrouve, avec des variantes, dans toutes ces utopies, évite la fracture entre la ville et la campagne, supprime l’exploitation de l’une par l’autre, la domination culturelle de l’une sur l’autre. La campagne comme la ville sont pour tous, à la fois des lieux de travail et de jeux.

37Ces villes sont faites pour les habitants. La fonctionnalité des espaces n’est pas celle du commerce, de l’industrie ou de la circulation, mais plutôt celle du bien-être des citadins. Comme il n’y a pas de privilégiés en Utopie, aucun espace n’est réservé. La fonctionnalité des espaces exclut les ségrégations. Par contre, elle favorise les déplacements (invente les voies spécialisées par exemple), soigne les habitations (la qualité des bâtiments, le nombre des pièces), prévoit de multiples services (restaurants, hôpitaux, écoles), multiplie les espaces collectifs (jardins, places, lieux de réunion).

38La vie quotidienne des utopiens est celle de citadins mais aussi de citoyens : les restaurants proches des habitations, les hôpitaux dans la verdure facilitent la vie des habitants, mais d’autres équipements (ainsi qu’ils se nomment aujourd’hui), ont une finalité civique. Les écoles pour tous, garçons et filles jusqu’à l’âge adulte et au delà, l’existence de lieux pour délibérer, juger, se divertir, organiser des fêtes, font de la ville autre chose qu’un espace de consommation. Les utopistes proscrivent le commerce et donc l’échange mercantile, le bénéfice, la monnaie ; en Utopie tout consommateur est aussi producteur (de produits ou de services), les intermédiaires n’existent pas.

39Les espaces fonctionnels des utopies nous paraissent sans doute moins étranges ou nouveaux qu’aux lecteurs contemporains des textes utopiques. On a pu considérer les utopistes comme des précurseurs de l’urbanisme fonctionnel. La fonctionnalité des espaces habités, dans les utopies, n’est pourtant pas la nôtre, parce que les principes qui la déterminent ne sont pas les mêmes. Le schéma du système social, les rapports sociaux, la religion, les relations économiques, la vie quotidienne, les espaces habités découlent sans contradiction des principes fondateurs. Tous les aspects de la société idéale sont en cohérence, sont des fonctions, au sens mathématique, de ces principes.

40Cette fonctionnalité n’a rien à voir avec le fonctionnalisme architectural et urbanistique contemporain qui est une recherche de l’économie en vue d’une production industrielle facilitée, préconise l’économie des formes, des matériaux, des volumes, des surfaces, des gestes, des vies, définit un homme « moyen », but d’une programmation généralisée. Notre fonctionnalité est celle de la production, aucun utopiste ne propose cet idéal. Le désir d’abondance, la fascination pour le progrès technique accompagne leur souci de vies libres de toute inquiétude matérielle et de la pénibilité du travail. L’utilité utopienne, contrairement à celle des sociétés existantes, inclut ces deux notions.

41De la même façon que le temps libre n’est pas conçu comme le temps de la consommation mais celui de l’épanouissement personnel et de la convivialité, considérer les utopies comme des modèles des espace fonctionnels d’aujourd’hui relève du contre-sens : l’image, le tableau sont présentés comme une réalité à construire, les bâtiments alignés, les larges voies rectilignes ou régulières, les symétries sont rapportés à des projets, alors qu’il s’agit de schémas.

Des utopies sans villes

42Les utopies considérées maintenant sont moins connues, moins nombreuses, et, bien que leur modèle, la « République » de Zénon de Citium, soit aussi lointain que les cités idéales de Platon, les commentateurs ne les mentionnent qu’à partir du XIXe siècle. Elles décrivent, comme les précédentes, d’autres espaces, une autre organisation sociale, mais elles suppriment les villes.

43« Et d’abord, dit Déjacque, la terre a changé de physionomie », le climat lui-même est modifié et pas seulement la fertilité du sol, du fait du progrès des sciences et de techniques plus adaptées, ainsi que le suggèrent Thomas More ou Francis Bacon. William Morris ne change pas le climat mais son dormeur se réveille au mois de juin, et ses descriptions de Nulle part sont illuminées du soleil et des profusions du seuil de l’été.

44Fénélon, quant à lui, imagine la Bétique comme un pays d’abondance, et les Babyloniens de Constant agissent à leur guise sur le climat devenu un élément des ambiances qu’ils inventent dans leur errance créatrice. Ce seul détail distinguerait les deux types d’utopies ; Les utopies sans villes sont aussi des pays où la dureté des saisons, les outrances climatiques ont disparu. L’imagination des utopistes déborde le strict domaine sociétal, la géographie elle-même est transformée, ce sont vraiment des pays de nulle part.

45De nouvelles formes habitées, de nouveaux espaces remplacent les villes. Fourier décrit le phalanstère, ses espaces, les gens qui l’habitent et leurs activités au cours de la journée et aux différents âges de la vie. Il découvre le nombre des passions humaines et tente d’en modéliser l’harmonie. Il dessine les plans du palais sociétaire et de ses dépendances. Les phalanstériens disposent d’appartements individuels et de services où le luxe le dispute au confort : galeries couvertes, salles d’accueil et de réunion de toutes dimensions, pavillons de repos et de travail sur les lieux d’activité, théâtre, salle de concert, hébergement des visiteurs. Le phalanstère, par sa richesse et son agrément, doit entraîner d’autres créations, qui peu à peu remplaceront les villes tristes et remplies de misérables.

46Déjacque invente l’humanisphère, quartier de la « ville planétaire » ou universelle. Il décrit un de ces quartiers en prenant soin de dire qu’il en est bien d’autres, très différents. Peuplé d’environ cinq mille personnes, il est en forme d’étoile, ouvre sur des jardins intérieurs. Il comprend lui aussi tout ce qui est nécessaire à ses habitants et forme une unité de décision pour tout ce qu’il convient de faire sur ce territoire.

47L’originalité de cette organisation spatiale consiste en ses cyclidéons ou « lieux consacrés au circulus des idées », immense théâtres recouverts d’une coupole de cristal pourvus d’avenues, de jardins, de salons, de salles de spectacle, de bibliothèques, de gymnases, de salles de conférences, de cafés... Lieu de détente, de plaisirs studieux ou sportifs pour tous les âges, le cyclidéon remplace avantageusement le centre des villes à la fois réservé et trop exigu. C’est en effet « à la place des grandes villes » que l’auteur installe ses immenses bâtiments qui, de place en place, parsèment notre globe.

48La notion de ville est changée : le cyclidéon n’est pas vraiment un quartier de ville puisqu’il est autonome, centre physiquement séparé des « squares », qui composent les quartiers d’habitation, mais cependant point de rencontre, de rassemblement permanent. Lieu proprement politique aussi en ce qu’il sort les habitants du quotidien des échanges locaux par les rencontres et les confrontations avec des réflexions, des pratiques, des performances, des mœurs divers.

49Émile Masson transporte son utopie sur des fies. Les habitants s’activent entre leurs maisons, des chaumières au milieu des jardins, et des centres de haute technologie conçus pour produire l’énergie nécessaire à la défense du territoire contre les pays « bellifères », et permettre les communications auditive, visuelle et télépathique entre les insulaires. Elle alimente également les véhicules volants, à l’apparence d’oiseaux ou d’insectes, disponibles partout sur les fies. Nul centre, nul quartier dans cette utopies, mais trois fies : Clotho, l’île du présent, Lachésis, l’île du passé, et Atropos, l’île du futur où les utopiens vivent les différents âges de la vie, constamment choyés et visités par leurs parents et amis. La technologie la plus sophistiquée s’accommode de maisons basses cachées dans les fleurs et les arbres, desservis par des sentiers. Pourtant, ces insulaires peuvent à tout moment se parler, se voir, s’entendre, se comprendre à distance, ce qui semble multiplier leur plaisir de se rencontrer pour travailler, se réjouir entre amis, ou lors des nombreuses fêtes.

50W. Morris invente de même une société sans ville. Londres et sa région sont redevenues rurales, les quartiers ouvriers sordides, des vergers et des labours. On se baigne dans la Tamise qui a retrouvé ses berges champêtres. Seuls ont été conservés des quartiers denses pour le plaisir de la foule et de l’animation. Les utopiens y trouvent des « magasins » où des enfants s’amusent à donner aux « clients » les objets demandés, des auberges qui accueillent les visiteurs, des rues où passent les promeneurs.

51Comme Déjacque, Morris s’efforce de garder une centralité, mais sans pouvoirs et sans périphéries. Les villes lui apparaissent comme des lieux de nuisances, de laideur, et de misère, où des hommes, des femmes et des enfants travaillent de façon inhumaine pour survivre. Il n’y a aucune raison de les garder. Par contre, l’image des petites villes, construites lentement autour de quelques bâtiments prestigieux : palais ou églises, des villes sans banlieues, parcourues et habitées par toutes les couches sociales, comme l’étaient les villes médiévales, sont, pour lui, une référence toujours actuelle.

52Néanmoins, on ne peut réduire la vision de l’utopiste à un Moyen Age mythifié, ou en partie reconstitué par l’artiste qu’il était également. Le pays de nulle part utilise des machines et de l’énergie pour produire ce qu’il serait pénible de faire manuellement et qui a pourtant été jugé nécessaire. L’auteur est allusif quant à ces centres de production automatisés, ces sources d’énergie, et insiste surtout sur leur intégration aux paysages.

53Constant imagine, lui aussi, un autre type d’établissement humain que celui que nous connaissons. La terre entière est tissée de « structures », des espaces bâtis sur pilotis, supports de lieux à construire, à inventer. New Babylon n’a pas de centre, ses habitants sont itinérants. Ils vont, s’arrêtent, transforment, aménagent des lieux, composent des ambiances et poursuivent leur chemin, dans un milieu créé, inventé à chaque moment. Les décors, comme les regroupements se font et se défont au gré des désirs. À leurs pieds, la terre est cultivée par des machines sans pilotes, sillonnée de routes multiples. Des aéroports, des parkings complètent les possibilités de déplacements rapides. Des centres de production entièrement automatisés pourvoient aux besoins et aux désirs des Babyloniens qui peuvent ainsi se consacrer à la création ct aux plaisirs des rencontres et des échanges en bénéficiant des ressources techniques les plus sophistiquées tant acoustiques que sonores, climatiques, visuelles, sensorielles... pour élaborer leurs lieux de vie.

54Rapprocher les utopies reconstituant une société à partir des villes, de celles qui les éliminent, permet de constater l’étrangeté absolue des secondes. Pour les auteurs, la ville qu’ils connaissent participe de l’arbitraire et de l’injustice de leur société, le monde idéal sera donc sans villes. Ce refus est à l’origine de formes habitées où l’imagination de l’utopiste se donne libre cours. Les sociétés décrites ne se résument pas en une ville qui symbolise l’ensemble social. C’est moins la cohérence d’un ensemble social imaginé qui est cherchée que la suggestion de l’ambiance qui imprègne les espaces habités ou les relations entre les habitants, de l’esprit qui préside aux actions des utopiens comme aux sentiments qu’ils éprouvent.

55L’image des utopies sans villes n’a pas la force de celles qui dessinent des cités inoubliables, et dont les formes simples fixent le souvenir d’institutions épurées. Elles évitent cependant la réduction du social à l’organisation spatiale et l’accusation qui leur est portée de sociétés figées, immobiles et simplistes. Elles ne présentent pas de vision globale de la ville, pas de cadres sociaux généraux, mais des regards sur des morceaux de territoire, la description de moments, mettant parfois en scène des personnages auxquels le narrateur s’attache. Dans ces utopies, les espaces et les temps de la vie de tous les jours sont découverts par le conteur qui s’adresse au lecteur sans intermédiaire. Aucun traducteur n’est requis pour expliquer à un voyageur fictif le sens de ce qu’il voit, le rêve s’impose comme évidence, le possible est immédiatement réel.

56Les utopies sont multiples parce que les utopistes exercent leur imagination et que les représentations sociales varient selon les sociétés. S’il arrive que certaines formes sociales imaginées soient voisines, l’ensemble social que chacune compose est unique, car chacun des éléments de la combinaison : les dispositions institutionnelles, l’organisation quotidienne, l’aménagement spatial, est ouvert à d’infinies variations.

57De même que le désir de convaincre ne rend pas la style des utopistes uniformes, le désir d’une société différente de celles qui sont connues ne conduit pas à des sociétés idéales semblables. Les relations sociales et les rythmes utopiens s’inscrivent dans des espaces construits pour leur correspondre, les habitations, les villes, sont à l’image des institutions et des mœurs : ordonnées, lisibles, sans hiérarchies, bâties pour les habitants. Les espaces décrits constituent le condensé de l’entreprise utopique : vision d’un lieu inconnu, tracé régulier de la ville dans un territoire aménagé, agencements urbanistiques rationnels pour une vie sociale harmonieuse, ces espaces restent dans la mémoire comme les figures mêmes de l’utopie.

58L’imagination d’un monde autre peut prendre des formes plus ou moins proches du monde existant, des utopies décrivent des sociétés où l’expression collective est réglée par des institutions, et d’autres, libérées de contraintes légitimes, supposent réalisée l’harmonie, la réconciliation entre les normes sociales et l’éthique individuelle. Pour ces dernières, l’absence de ville symbolise le dessein utopique : le moment où les garde-fous institutionnels ne sont plus nécessaires est celui de la réalisation de l’utopie. Pour ces utopistes, la société idéale n’est pas urbaine, les lieux de l’utopie sont à inventer.

Haut de page

Bibliographie

BACON, Francis, 1627, La nouvelle Atlantide, Payot, 1983

BERGERAC, Cyrano de, 1662, Histoire comique des États et Empires de la lune et du soleil, Jean Jacques Pauvert, 1952

BULWER-LYITON, Edward, 1871, La race à venir, Gérard-Marabout, 1973

CABET, Etienne, 1840, Voyage en Icarie, S1alkine Reprint, 1979

CAMPANELLA, Tommaso, 1623, La cité du Soleil, Droz, 1972

DEJACQUE, Joseph, 1857, « L’Humanisphère », dans : À bas les chefs, Champ Libre, 1971

FENELON, 1695, Les aventures de Télémaque, Garnier-Flammarion, 1968

FOURIER, Charles, 1829, Le nouveau monde industriel et sociétaire, Anthropos, 1967

MERCIER, Louis Sébastien, 1770, L’an 2440, rêve s’il en fut jamais, France Adel, 1977

MORE, Thomas, 1516, Utopia, Éditions Sociales, 1970

MORELLY, 1755, Le code de la nature, Éditions Sociales, 1953

MORRIS, William, 1890, Nouvelles de nulle part, Aubier-Montaigne, 1957

PLATON, Le Timée, le Critias, Garnier-Flammarion, 1968

TARDE, Gabriel, 1879, Fragment d’histoire future, Slatkine Reprin1980

YEJRAS, Denis, 1679, Histoire des Sévarambes, Amsterdam

ZENON DE CITIUM, La République, cité par Plutarque et Diogène Laërce

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maïté Clavel, « Des espaces en utopies », Géographie et cultures, 3 | 1992, 45-56.

Référence électronique

Maïté Clavel, « Des espaces en utopies », Géographie et cultures [En ligne], 3 | 1992, mis en ligne le 22 novembre 2018, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gc/6844 ; DOI : 10.4000/gc.6844

Haut de page

Auteur

Maïté Clavel

Université de Paris-X Nanterre

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals