Navigation – Plan du site
Lectures

La géographie historique de la France

À propos de quelques ouvrages récents
Paul Claval

Texte intégral

  • 1 FIERRO-DOMENECH Alfred, Le pré carré. Géographie historique de la France, Paris, Robert Laffont, 19 (...)

1I- La géographie historique de la France a longtemps été négligée. Voici qu’en quelques années, les publications se sont multipliées. Le pré carré. Géographie historique de la France1 d’Alfred Fierro-Domenech, le premier paru, évoque assez longuement la construction du pays en menant l’accent sur le rôle de la monarchie (d’où le titre), retrace l’histoire des divisions territoriales puis passe plus rapidement sur le peuplement et la France rurale et urbaine. La conception de l’ouvrage demeure ainsi très classique : la géographie est ici la servante de l’histoire. Le but est de préciser les étapes de la mise en place du territoire français et de rappeler la manière dont il a été successivement divisé et articulé. Le propos n’est pas d’éclairer l’histoire par la géographie, et de répondre à la question : pourquoi le destin d’un groupe humain est-il marqué par l’espace particulier où il se déroule ? Il n’est pas non davantage de montrer ce que l’histoire du pays doit aux rythmes lents de ses fondements écologiques ou à l’inertie de ses distributions humaines.

  • 2 PLANHOL Xavier de, Géographie historique de la France, Paris, Fayard, 1988.
  • 3 Ibidem, p. 143.
  • 4 Ibidem, p. 146.

2Les autres ouvrages adoptent une perspective différente. La géographie historique de la France2 publiée en 1988 chez Fayard a été rédigée aux quatre cinquièmes par Xavier de Planhol, qui a conçu son économie d’ensemble. La première partie, consacrée à la « Genèse de la France », montre comment le territoire s’est construit « La stabilité apparente des limites territoriales depuis l’Antiquité ne doit pas faire illusion (...). D’autres formes d’organisation politique de l’espace étaient possibles et ont été essayées »3. Sans l’action d’une volonté politique intelligente et têtue, le territoire n’aurait pas connu une unification aussi précoce : elle ne lui apportait alors rien du point de vue fonctionnel. Une bonne part de l’ouvrage est consacrée à l’organisation traditionnelle de l’espace à l’intérieur du territoire ainsi créé. On a vu « s’y mettre en place les systèmes d’organisation de l’espace qui dans l’ensemble resteront stables jusqu’à la Révolution industrielle du XIXe siècle, et dont les traces sont encore largement sensibles aujourd’hui »4 (deuxième partie). Dans cet ensemble jouent à la fois une volonté de centralisation et des forces de diversification qui donnent au pays son originalité (troisième partie).

  • 5 Ibidem, p. 533.

3Cette histoire est dominée par un thème : « La France fut une œuvre de l’Esprit d’un découpage régional certes préparé par la nature, mais précisé seulement par une volonté politique extérieure, est issue peu à peu une idée, qui resta longtemps vague et lointaine, avant de s’inscrire, tardivement, dans la réalité des constructions humaines »5. La géographie historique que présente de Planhol doit à cette vision la manière dont elle traite du temps : elle ne retrace pas les visages successifs de notre pays. On y parle de faits qui datent de la Gaule pré-romaine ou romaine, ou de la France des Carolingiens, mais sans que jamais ils soient regroupés en un tableau. Ils servent à illustrer les thèmes retenus : celui, politique, de la formation du territoire national, celui des progrès d’une organisation qui fait peu à peu triompher une certaine idée, celui enfin des forces opposées de centralisation unificatrice et de diversification.

  • 6 BRAUDEL Fernand, L’identité de la France, Paris, A. Colin, 3 vol. , 1986.
  • 7 Ibidem, vol 3, Les hommes et les choses, Seconde partie. p. 431.

4L’œuvre de Fernand Braudel, L’identité de la France6 est restée tronquée : les trois volumes publiés et qui s’intitulent Espace et histoire (vol. 1) et Les hommes et les choses (vol. 2 et 3) devaient être complétés par deux autres consacrés à « l’État, la culture, la société, la France mêlée au monde »7.

  • 8 Ibidem, p. 431.
  • 9 REVEL Jacques, ed., L’espace français, Paris, Le Seuil, 1989.

5L’ambition de l’ouvrage, c’était « atteindre grâce (à l’histoire de longue durée) une histoire profonde dont le mouvement entraîne, commande l’ensemble des France successives du passé »8. Le volume de L’Histoire de la France dirigée par André Burguière et Jacques Revel qui est consacré à L’espace français9 est un travail collectif qui a réuni, outre Jacques Revel, Louis Bergeron, Patrice Bourdelais, Dominique Julia, Daniel Milo, Daniel Nordmann et Marcel Roncayolo. L’inspiration est voisine de celle de Fernand Braudel, si l’on veut : comme toujours dans l’École des Annales, l’accent est mis sur les rythmes longs. Braudel n’essayait pas de présenter l’image de la France à travers un cadre chronologique unique : il passait en revue de multiples angles d’attaques, et reprenait, pour chacun, le récit de l’évolution de notre pays. Pour les collaborateurs regroupés autour de Jacques Revel, la volonté de rompre avec le cadre chronologique est plus marquée encore :

  • 10 Ibidem, p. 12.

6« Dans la longue durée de l’historiographie, le modèle narratif suggère (...) une sorte d’élection qui, depuis toujours, offrirait notre pays à l’admiration et à l’imitation des autres peuples ...  »10.

  • 11 Ibidem, p. 13.

7« Ainsi s’est construit un discours d’évidence qui est devenu inséparable de l’affirmation nationale( ...). Or ce récit fondateur est aujourd’hui en crise (...) »11.

  • 12 Ibidem, p. 18-19.

8« D’où la force originale de cette Histoire de la France, qui rompt avec les habitudes d’un genre qui ne nous paraît plus répondre aux attentes du présent. Au classique récit de la nation, des origines à nos jours, nous avons préféré une démarche thématique et logique. (...) Nous avons refusé de prendre le passé comme il semblait se donner (ou nous être donné) et préféré partir du présent en nous demandant ce qui, dans le pays qui est le nôtre, fonde l’originalité française. Chacune de ces configurations contemporaines, nous avons ensuite cherché à la situer dans une histoire et à la comprendre à travers elle »12.

9C’est par la formation de l’espace français (Jacques Revel, Daniel Nordmann) que l’étude est abordée. Lui fait suite une analyse de l’évolution des populations curieusement intitulée « le paysage humain » (Patrice Bourdelais). Les catégories suivantes sont moins classiques : c’est par le capital (Louis Bergeron) et les ressources culturelles (Dominique Julia, Daniel Milo) que le dynamisme économique et social est abordé. Marcel Roncayolo clôt le panorama en présentant « l’aménagement du territoire (XVIIIe-XXe siècles) ».

  • 13 Ibidem, p. 633.

10On attendait, après cette exploration volontairement éclatée, un chapitre qui reprenne tous les fils et tire des leçons de l’ensemble. Les réflexions de Roncayolo sur « Nouvelle fromière ou limite » s’inscrivent dans une autre perspective, et la phrase qui clôt l’ouvrage laisse le lecteur sur sa faim : « Le territoire n’a de valeur que rapporté à la vie de ses populations. Ce n’est pas le “désert”  qui menace une partie de la France ; il peut devenir, dans une certaine mesure, une valeur. C’est le désert social, la fin d’une sociabilité »13.

  • 14 MICHELET Jules, Tableau de la France, in Histoire de France, Livre ill., Paris, 1833.
  • 15 VIDAL DE LA BLACHE (Paul), Tableau de la géographie de la France, Paris, Hachette, 1903.
  • 16 Cité dans l’introduction de Jacques REVEL, L’espace français, op.cit., p. 17.

11II- Trois des titres récemment publiés constituent de véritables essais sur la géographie historique de la France : c’était un genre qui manquait jusqu’ici. Hors du Tableau de la France14 de Michelet, et du Tableau de la géographie de la France15, qui montraient, au seuil d’histoires de France, l’intérêt de marier perspective géographique et récit de la formation et de l’évolution de notre pays, on en était resté au chapitre des intentions. Lucien Febvre avait bien senti la question centrale que posait dans une telle entreprise : celle de la permanence d’un territoire dont l’unité ne s’impose pas d’évidence : « Rechercher pourquoi et comment des contrées hétérogènes, qu’aucun décret nominatif de la Providence ne désignait pour s’unir dans un certain ensemble, ont fini par former cet ensemble, (…) comment et pourquoi la formation Gallia, après maintes tourmentes, a-t-elle toujours réussi à réapparaitre »16.

12La géographie historique se pratique depuis longtemps en France sans que l’on ait toujours conscience des vicissitudes de son parcours. Jusqu’à l’invention du chronomètre qui autorise enfin la mesure précise des longitudes, le géographe était un homme de cabinet. La tradition qu’Erastothène avait créée à Alexandrie au Ille siècle avant notre ère avait été restaurée à la Renaissance : c’est en compilant les récits de voyage, en évaluant et en comparant les temps de parcours et les indications de distance des itinéraires que l’on parvenait à préciser la position des lieux. Le géographe pratiquait donc une variété particulière de métier d’historien : elle le préparait à reconstituer la configuration passée des pays, à situer leurs capitales, à retracer les routes ou les pistes sur lesquelles reposaient leurs échanges et qui facilitaient le contrôle de leur espace et à retrouver les limites administratives depuis longtemps effacées. Lorsque les procédés de la cartographie moderne privent, à la fin du XVIIIe siècle, les géographes du champ d’application essentiel de leur savoir-faire, certains se reconvertissent vers l’histoire : ils se penchent sur la topographie de l’Égypte ou de la Grèce antiques, ou reconstruisent l’histoire des divisions territoriales de la France. C’est à cette tradition que se rattachent les préoccupations de Marc Fierro.

  • 17 VIDAL DE LA BLACHE Paul, La rivière Vincent Pinzon. Étude sur la cartographie de la Guyane, Paris, (...)

13La géographie vidalienne entraîne une rupture avec cette façon de faire. Vidal de la Blache n’a jamais répudié la géographie historique à l’ancienne, et il a su en mettre en oeuvre les procédés face à certains problèmes, celui de la délimitation des frontières de la Guyane, par exemple, dans le conflit qui opposait alors la France et le Brésil à propos du tracé de la rivière Vincent Pinzon17. Mais la géographie qu’il bâtit ne s’appuie plus, pour l’essentiel, sur les mêmes documents. Elle se veut discipline de terrain, et tire davantage parti, comme données de base, des indications fournies par le paysage et des données économiques et sociales que l’on peut tirer des recensements que des récits de voyage. Le géographe n’ignore pas le travail de cabinet, mais il fréquente plus volontiers les archives où il trouve des indications précieuses sur les genres de vie du passé que les dépôts de cartes anciennes des bibliothèques.

  • 18 POMIAN Kzysztof, L’heure des Annales, in NORA Pierre ed., us lieux de mémoire, II. La nation, I, Pa (...)
  • 19 DEFFONTAINES Pierre, Les hommes et leurs travaux dans les pays de la moyenne Garonne, Lille, 1932.

14Cette transformation est révolutionnaire, comme Krzysztof Pomian18 l’a justement montré, car elle affecte à la fois l’histoire et la géographie : les témoignages à partir desquels l’histoire est rebâtie s’élargissent ; le texte cède pour la première fois la place à des documents d’un autre type, ceux que le paysage révèle. La démarche révèle la surprenante permanence de faits si humbles qu’ils avaient jusque-là échappé à l’attention des historiens : les études sur la longue durée sont en germe dans les premières analyses régionales produites par les élèves de Vidal de la Blache au début de notre siècle. Les géographes ne conçoivent pas leurs études sans leur donner, comme arrière-plan, une reconstitution des états anciens de la population, de l’économie et des paysages. Leur but est d’expliquer le présent. Pour y parvenir, ils remontent aussi haut dans le passé qu’il est nécessaire pour saisir l’origine des traits aujourd’hui pertinents, ou de ceux qui les ont précédés et continuent à les modeler indirectement. La présentation du travail masque souvent la manière dont la reconstitution du passé est organisée, mais Pierre Deffontaines19 tire la leçon de cette conception en bâtissant sa reconstitution des Pays de la Moyenne Garonne en remontant le temps.

  • 20 DARBY Clifford, An historical geography of England before A.D. I800, Cambridge, Cambridge Universit (...)

15L’approche historique n’est donc qu’un outil destiné à éclairer l’état actuel du monde. Les géographes français ne peuvent se passer de démarche rétrospective, mais ils ne s’intéressent pas à ce qu’était la Grèce au temps de Périclès, ou la France de François 1er. Ils laissent donc à d’autres, aux Anglais en particulier, le soin de codifier les différentes perspectives que l’on peut choisir pour présenter l’évolution d’un territoire : une série de tableaux qui le font saisir à différents moments de son histoire, l’étude des forces et des mécanismes qui l’amènent d’une forme d’organisation spatiale à une autre, ou une combinaison de ces deux démarches. C’est chez Clifford Darby20 que l’on trouve l’exposé le plus clair de ces différentes modalités, et les exemples les plus admirables de leur mise en oeuvre.

  • 21 FEBVRE Lucien, Philippe II et la Franche-Comté, Paris, Champion, 1912. FEBVRE Lucien, Histoire de l (...)
  • 22 BLOCH Marc, Les caractères originaux de l’histoire rurale française, Oslo, 1931.
  • 23 BRAUDEL Fernand, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, A. Col (...)

16L’impact de la géographie vidalienne est essentiel pour comprendre la genèse de l’École des Annales : les démarches qu’elle implique ouvrent aux historiens de nouveaux territoires, ceux de l’histoire des structures sociales et des systèmes agraires en tout premier lieu. Lucien Febvre en fait la démonstration dans sa thèse sur la Franche-Comté et dans l’ouvrage qu’il consacre ensuite à l’histoire de cette province21. Marc Bloch en tire une partie des intuitions qui renouvellent l’histoire de la campagne française22, et inspirent aussi bien Georges Duby qu’Emmanuel Le Roy Ladurie. Braudel, s’appuyant sur l’analyse que Vidal proposait des réalités méditerranéennes, ouvre son étude sur La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II23 par un panorama éblouissant des milieux dans lesquels évoluent les sociétés sur lesquelles il va se pencher, de leurs pesanteurs, et de la manière dont ils s’articulent pour créer des unités qui se font et se défont au gré de l’évolution des techniques et de la conjoncture.

17Curieusement, les historiens ne tirent pas parti de ces orientations pour écrire l’histoire des constructions territoriales. Ils se penchent sur les campagnes ou sur les villes, utilisent comme sources les paysages ou les documents qui nous renseignent sur leur évolution. Ils n’essaient pas de reconstituer la géographie de tel ou tel territoire à tel ou tel moment. Le seul genre géographique qu’ils connaissent, c’est celui qui cerne la stabilité des structures spatiales et des formes d’exploitation du milieu, précise les forces sur lesquelles leurs équilibres sont bâtis et saisit les modalités de leur transformation et les phases de mutation.

18III- En écrivant le Tableau de la France, Michelet avait inauguré une autre tradition. Il devait à Herder l’idée qu’on ne peut dissocier l’histoire d’un peuple du cadre où elle se déroule. Dans sa conception, la France est donc d’abord une construction territoriale sans laquelle on ne peut expliquer comment notre pays s’est formé et pourquoi les Français sont devenus ce qu’ils sont : il va jusqu’à assimiler notre pays à une personne, et tout son récit est conçu pour montrer comment on en est venu là. Cette façon de concevoir l’histoire de la France a été universellement repris durant un siècle et demi : il inspire Lavisse, par exemple, qui confie à Vidal de la Blache la tâche de donner une interprétation plus moderne et plus scientifique de ce qui a donné sa personnalité à la France – de ce qui fait de cette construction territoriale une unité.

  • 24 PLANHOL Xavier de, Géographie historique de la France, op.cit, p144.

19De Planhol s’inscrit encore dans cette tradition. Il est sensible à la multiplicité des constructions territoriales que l’histoire a esquissées, mais souligne que les conditions n’étaient pas favorables à leur réussite : « Le territoire français permet de construire une économie et une société solides. Cette solution présentait des avantages, mais d’autres étaient possibles : son succès témoigne de l’intelligence avec laquelle les gouvernants ont su exploiter un fonds culturel similaire et les articulations naturelles de l’espace pour bâtir une nation et un État fortement structurés »24. L’absence de préoccupation strictement chronologique est normale dans une telle optique, et ne gêne pas la construction de l’ouvrage. Celle-ci trouve un fil conducteur dans la précocité d’une construction politique que n’appuie encore aucune exigence de fonctionnalité économique : c’est ce qui explique le maintien sur une longue période de tendances opposées à l’homogénéisation et à la diversification.

  • 25 BRAUDEL Fernand, L’identité de la France, op.cit. vol. 3, p. 423.

20Avec Braudel, la déconstruction de l’image de l’histoire de France que Michelet avait personnifiée commence. Peut-on, sans mauvaise foi, prétendre que notre pays doit son unité à sa diversité, une diversité qui l’oppose à ses voisins ? Non, répond-il, « je le savais (aussi) que l’Italie, l’Espagne, la Pologne ou l’Angleterre étaient diversité »25. Le problème qu’aborde Braudel puis que reprend l’équipe menée par Jacques Revel, c’est de comprendre le rôle que joue l’espace dès lors que l’on considère que le devenir collectif des peuples n’est pas orienté de toute éternité vers la construction des États et des nations que nous connaissons. Chez Braudel, la déconstruction de l’approche traditionnelle n’est pas encore complète : plusieurs éclairages sont choisis pour expliquer l’identité française, mais chacun est présenté dans un cadre chronologique. L’ambition, c’est en faisant ainsi le tour de l’objet France de révéler ce qui fait sa spécificité. Cela nous vaut d’admirables passages sur le rôle de la défense, de l’armée et de la marine dans le façonnement de l’espace, sur les lenteurs de la démographie française, ou sur cette « infrastructure », pour reprendre le terme de Braudel, paysanne qui explique la difficulté du corps français à accéder à la modernité. Mais au terme des trois volumes publiés, l’identité française n’était toujours pas en vue, et l’interprétation géographique du pays demeurait incomplète.

  • 26 PITIE Jean-Robert, Histoire du paysage français, Paris, Tallandier, 2 vols.

21Jacques Revel et ses collaborateurs cherchent à mener plus loin la rupture avec l’histoire nationale narrative à la Michelet : de là leur volonté de briser la continuité du récit et de faire éclater avec le cadre chronologique. Mais comment construire alors la matière ? Le parti choisi est celui que les géographes pratiquent depuis le début du siècle : ils partent du présent et remontent dans le passé aussi loin que cela leur paraît nécessaire pour l’expliquer. Rien ne montre plus admirablement combien la logique de l’École des Annales demeure marquée par ses antécédents vidaliens. La méthode rétrospective n’est pas en soi gênante, mais elle interdit de saisir vraiment les visages de la France du passé : les paysages sont curieusement absents de cette synthèse (on peut ajouter, à la décharge de Revel, qu’ils sont largement absents, aussi, de celles de Fierro et de Braudel, et que le parti choisi par de Planhol interdit d’imaginer ce qu’était la France à telle ou telle époque : pour cela, l’ouvrage de Jean-Robert Pitte26 est irremplaçable). Ce qui manque, c’est un découpage thématique à partir duquel une synthèse soit possible. La distinction entre population, capital et culture ne suffit pas à comprendre comment une société se fait.

22Il manque, curieusement, à l’ensemble de ces ouvrages, une analyse précise des techniques d’organisation sociale sur lesquelles une société bâtit sa maitrise du milieu et de la distance. L’histoire des limites et des subdivisions est bien sûr indispensable, mais c’est celle de cadres. La démographie conditionne tout, mais c’est tout autant une résultante qu’une cause. Écrire la géographie historique d’un pays, c’est saisir, à différentes époques et à différentes échelles, les constructions sociales qui permettent de mettre en valeur les ressources, de faire vivre les hommes, et de les maintenir dans un même ensemble. Quels moyens donnent à certains le pouvoir de commander aux autres, de contrôler des ressources ? Quelles images inspirent-elles ceux qui innovent et transforment les rapports d’une société à l’espace où elle vit ?

23Ces ouvrages sur le passé de notre pays sont complémentaires. C’est chez de Planhol qu’on trouvera le plus clairement exposés l’histoire de la construction de notre pays (mais des indications claires sur ce problème sont à prendre chez Fierro, et l’éclairage que jettent Jacques Revel et Daniel Nordmann sur certains aspects de notre passé territorial est original).

24L’histoire des paysages et de la différenciation culturelle n’est guère abordée que par de Planhol. Braudel est irremplaçable pour les pesanteurs paysannes et pour le rôle de la défense. La population n’est abordée avec quelque détail que par Braudel et par Bourdclais dans l’ouvrage de Revel. C’est également chez lui que les conditions du développement industriel (grâce à Bergeron) et de la modernisation des mentalités (grâce à Julia et Milo) sont le plus abondamment traités. L’aménagement de l’espace donne enfin lieu, dans cet ouvrage, aux développements originaux de Roncayolo.

25Malgré leur richesse, les tentatives des historiens pour restituer le passé géographique de notre pays décoivent un peu le lecteur : il leur manque un axe clair (présent chez de Planhol) pour structurer l’ensemble de la matière rassemblée. Il leur manque aussi une réflexion approfondie sur la dimension spatiale des faits sociaux, et sur la manière dont les destins collectifs s’inscrivent dans l’étendue. Dans aucun des ouvrages, on n’examine vraiment les idéologies sur lesquelles repose l’identité nationale, ou la manière dont le territoire français s’articule aux espaces extérieurs inséparables de son destin. Sur les cultures populaires, beaucoup reste à faire. La géographie historique de la France peut être éclairée de bien d’autres manières : le domaine est si riche qu’il appelle d’autres publications.

Haut de page

Notes

1 FIERRO-DOMENECH Alfred, Le pré carré. Géographie historique de la France, Paris, Robert Laffont, 1986.

2 PLANHOL Xavier de, Géographie historique de la France, Paris, Fayard, 1988.

3 Ibidem, p. 143.

4 Ibidem, p. 146.

5 Ibidem, p. 533.

6 BRAUDEL Fernand, L’identité de la France, Paris, A. Colin, 3 vol. , 1986.

7 Ibidem, vol 3, Les hommes et les choses, Seconde partie. p. 431.

8 Ibidem, p. 431.

9 REVEL Jacques, ed., L’espace français, Paris, Le Seuil, 1989.

10 Ibidem, p. 12.

11 Ibidem, p. 13.

12 Ibidem, p. 18-19.

13 Ibidem, p. 633.

14 MICHELET Jules, Tableau de la France, in Histoire de France, Livre ill., Paris, 1833.

15 VIDAL DE LA BLACHE (Paul), Tableau de la géographie de la France, Paris, Hachette, 1903.

16 Cité dans l’introduction de Jacques REVEL, L’espace français, op.cit., p. 17.

17 VIDAL DE LA BLACHE Paul, La rivière Vincent Pinzon. Étude sur la cartographie de la Guyane, Paris, Alcan, 1903.

18 POMIAN Kzysztof, L’heure des Annales, in NORA Pierre ed., us lieux de mémoire, II. La nation, I, Paris, Gallimard, 1986, p. 377-429.

19 DEFFONTAINES Pierre, Les hommes et leurs travaux dans les pays de la moyenne Garonne, Lille, 1932.

20 DARBY Clifford, An historical geography of England before A.D. I800, Cambridge, Cambridge University Press, 1936.

21 FEBVRE Lucien, Philippe II et la Franche-Comté, Paris, Champion, 1912. FEBVRE Lucien, Histoire de la Franche-Comté, Paris, Boivin, 1912.

22 BLOCH Marc, Les caractères originaux de l’histoire rurale française, Oslo, 1931.

23 BRAUDEL Fernand, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, A. Colin, 1948.

24 PLANHOL Xavier de, Géographie historique de la France, op.cit, p144.

25 BRAUDEL Fernand, L’identité de la France, op.cit. vol. 3, p. 423.

26 PITIE Jean-Robert, Histoire du paysage français, Paris, Tallandier, 2 vols.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Claval, « La géographie historique de la France », Géographie et cultures [En ligne], 3 | 1992, mis en ligne le 30 novembre 2018, consulté le 10 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gc/7072

Haut de page

Auteur

Paul Claval

Université de Paris-IV
132-139

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals