Navigation – Plan du site
Lectures

L’exotisme américain

Philippe Couty
p. 140-143
Référence(s) :

Le voyage de William Bartram (1773-1776). Découverte du paysage et invention de l’exotisme américain, traduit et présenté par Yvon Chatelin, Karthala-ORSTOM, Paris, 1991, 291 p.

Texte intégral

1Vous n’aviez sans doute guère prêté attention au passage des Mémoires d’Outre-Tombe (L. 8, chap. 2) où le vicomte fabulateur prétend avoir suivi dans les Florides « une compagnie de trafiquants venant de chez les Creeks » ? Très évasif sur son itinéraire, et pour cause, Chateaubriand joue l’honnête homme en précisant qu’un certain Bartram avait déjà exploré ces régions peu fréquentées. Après quoi il se hâte d’enchaîner : ruines indiennes, nymphéas, éphémères, demoiselles muscogulges, marchand d’eau-de-vie séduit par une « fille peinte », rien n’y manque. On sait aujourd’hui que le grand virtuose, plus compilateur que voyageur, n’a pas hésité à piller le livre que William Bartram avait publié en 1791 à Philadelphie. C’est de ce livre que notre collègue de l’ORSTOM Yvon Chatelin, pédologue et sociologue des sciences, nous fait connaître aujourd’hui.

2Le titre original se déploie sur plus de trois lignes. On y trouve les deux Carolines, la Géorgie, les Florides de l’Est et de l’Ouest, les Cherokee, les Muscogulges, les Creek et les Chactaw. Chatelin a profité d’un long séjour aux États-Unis pour étudier cet ouvrage et visiter les mêmes régions que Bartram. Ensuite, par une habile présentation, il a su faire partager ce qu’il avait ainsi appris sur l’état de l’Amérique du Nord et des sciences naturelles à la fin du XVIIIème siècle. En lui-même, le sujet se révèle passionnant, mais il est remarquable aussi qu’un chercheur de l’Institut ait pu être amené à le traiter. En 1957, dans le restaurant d’étudiants où Chatelin m’a appris l’existence de l’ORSTOM, nous ne soupçonnions ni l’un ni l’autre jusqu’où pourrait conduire une carrière de recherche dans cet organisme.

3William Bartram est un homme que les Indiens appelaient Puc Puggy, le chasseur de fleurs. Après avoir tâté sans succès du commerce, puis de l’agriculture, il tire enfin parti de son aptitude au dessin en devenant botaniste comme son père, explorateur et géographe, d’abord avec ce dernier puis tout seul. Du 20 mars 1773 au 2 janvier 1777, pour le compte d’un riche Quaker amateur de jardins, le docteur Fothergill, il parcourt les régions allant de la Floride à la Géorgie et à la Louisiane. Puis, ayant atteint l’âge auquel Montaigne décida de se retirer dans sa librairie, il s’établit dans la maison et surtout dans le jardin de son père, à proximité de Philadelphie. ll y rédige un récit de voyage qu’il publie par souscription quinze années plus tard. Il refuse toute nouvelle mission, décline un poste à l’Université et finit paisiblement sa vie, parmi les fleurs et les oiseaux.

4« En étudiant et en contemplant les travaux et la puissance du Créateur, apprenons à connaître la sagesse du système de la nature » (p.61). Telle est la profession de foi de William Bartram, naturaliste et Quaker. Les Quakers disent toujours la vérité, à tel point que l’invention du prix fixe et le refus du marchandage leur sont attribués par les manuels d’économie. Un Quaker garde toujours son chapeau sur la tête, tutoie tout le monde, refuse de porter les armes et d’employer les esclaves, et d’une façon générale agace beaucoup les autorités. Certains de ces traits – la franchise et l’irrespect notamment – sont ceux qui font les bons scientifiques. Justement, Bartram a-t-il travaillé et écrit d’une façon qui peut nous paraitre scientifique aujourd’hui ? Voyons un peu comment Chatelin nous met en état de répondre à cette question.

5Tous les présentateurs d’ouvrages anciens ou démodés se sont heurtés au même problème : comment sélectionner sans trahir, quel montage construire, comment expliquer sans surcharger ni déformer ? Dans le cas de gros livres, souvent prolixes et répétitifs, la difficulté s’accroit. Elle redouble quand il y a lieu d’ajouter au matériau de base des éléments provenant de sources différentes. On songe à Lord Sheffield disposant sur deux étages de la même page un texte composite fabriqué à partir des six esquisses biographiques de Gibbon, puis des extraits de journal intime de l’historien. Ou encore à l’arrangement thématique, par Madeleine Foisil, de fragments prélevés dans le monotone Journal du Sire de Gouberville (que l’abbé Tollemer, trop consciencieux, avait cru devoir publier intégralement).

6En somme, il faut toujours couper, monter, expliquer, commenter. Chatelin a choisi d’intercaler, entre les morceaux des Travels qu’il a traduits et annotés, des chapitres de son cru sur la jeunesse de Bartram, sur la société et le travail scientifique au XVIIIe siècle en Amérique, sur les suites littéraires données à l’œuvre du chasseur de fleurs par Coleridge, Wordsworth, Chateaubriand, sur les liens très discutés entre observation naturaliste et imagination poétique (avec référence appuyée à Bachelard). Ce gâteau marbré est une réussite. L’intérêt du lecteur se trouve constamment ranimé, les récits linéaires de Bartram acquièrent la profondeur de champ nécessaire et les raccords ne compromettent jamais la continuité de l’ensemble. Il a dû falloir un énorme travail pour réunir et traiter une documentation aussi riche et aussi pertinente. Un admirable choix d’illustrations sera tout particulièrement apprécié, non seulement parce qu’il témoigne des talents de dessinateur d’un Bartram à la fois botaniste et cartographe, mais aussi parce qu’il nous éclaire visuellement sur les déformations dont se nourrit l’invention graduelle de l’exotisme américain.

7Cela dit, Banram est-il scientifique ? Ou plutôt, de quelle façon l’est­il ? Complètement insoucieux des découpages auxquels nous tenons tant, Je timide jardinier a écrit un livre existentiel, relatant une expérience totale. On y trouve des effusions lyriques et des invocations au Créateur, un récit de voyage, des itinéraires géographiques, un catalogue botanique et zoologique.

8Nous entrons dans l’univers des Séminoles pillards (surtout lorsqu’ils sont jeunes), des agents de comptoirs portés sur la bouteille, des gérants de plantations, des esclaves noirs équarrisseurs de cyprès pour le marché des Indes Occidentales. Les éphémères survolent les grandes mousses dont on fait des cordes (Tillandsia usneoiiies), les chênes-vens, le Palmetto Royal et les Nymphea Nelumbo (ne pas confondre avec les Nelumbo Nucifera, ou lotus des Indes, que vous avez dû voir comme moi dans cet endroit magique entre tous qu’est le Jardin Botanique de Montpellier).

9La description des végétaux se fait souvent technique, lorsqu’il faut montrer par exemple en quoi Franldinia Altatamaha se distingue de Cordonia lasianthus, devenant ainsi le représentant d’une famille nouvelle qui prend le nom du docteur Benjamin Franklin. n ne vous échappera pas que ces notes n’ont pu être écrites que sur les lieux,le soir, à l’étape :

« C’était alors presque la nuit. Je revins à mon campement où j’avais laissé un poisson à griller... Mon repas fini, je ranimai mon feu pour avoir de la lumière mais tandis que je révisais les notes prises... je fus soudain alerté par un bruit derrière moi... Je saisis mon fusil etc. (p. 114) ».

10Je mentionne pour mémoire les aboiements du loup de Floride, la voix terrible des alligators (ils rugissent p. 111 et mugissent p. 117, mais c’est toujours épouvantable), le goût très vif des ours pour les oranges, les serpents-fouets qui se dressent sur leur queue pour accompagner le voyageur « dans un but qui semble de pure curiosité ». Chatelin met de l’ordre dans cet Éden exubérant. Il distingue avec fermeté le travail du naturaliste, débouchant sur les dénominations et les taxinomies, et celui du biogéographe de terrain, nourri par une perception quasi paysanne des localisations.

11Dans le premier domaine, le pauvre Bartram s’est fait piller par des notables scientifiques sans scrupules, alors que la chose était moins facile pour le travail géographique et régional dont Chatelin, en bon pédologue, rappelle opportunément les exigences : trouver sa route sur de longues distances, revenir à des endroits visités longtemps auparavant.

12Telle est, concrètement et au quotidien, la science à l’époque du chasseur de fleurs. Osera-t-on en dire davantage ? On peut le faire, me semble­t-il, en prenant appui sur ce que Bruno Latour dit de la coupure entre nature et société, dans Nous n’avons jamais été modernes (Paris : La Découverte, 1991, 211 p.). Par une opération de « purification », les modernes prétendent isoler radicalement la ·région des faits et des lois naturels d’une part, celle des arrangements et des enjeux humains de l’autre.

13D’un côté des mécanismes permanents et transcendants inscrits et des compromis inhérents à la vie sociale. Ce n’est pas mal vu : les économistes, pour leur part, n’oublient pas que Stuart Mill avait distingué en Économie Politique, sur une suggestion de sa femme, des lois qui dépendent des propriétés des objets et d’autres qui reposent sur la volonté des hommes. Les premières gouvernent la production des richesses alors que les secondes en règlent la distribution.

14Mais Latour ajoute ceci : la purification que croit et veut opérer la science moderne, la science scientifique, condamne à la clandestinité la zone intermédiaire où prolifère une foule immense de réseaux et de machines, hybrides composés à la fois de nature et de culture. Or n’est-ce pas précisément dans cette zone non reconnue mais essentielle que les pré­modernes et les pré-scientifiques comme Bartram évoluaient et discouraient en parfaite innocence ? Le chasseur de fleurs dévide un texte sans fissures, où il est question en même temps de faits naturels socialisés et de rapports sociaux inséparables du monde naturel.

15Sur cet ensemble unitaire, Bartram jette le regard vigilant d’un Quaker sincère, d’un fidèle employé du docteur Fothergill, et d’un adorateur du Tout­Puissant. Lorsqu’il écrit, c’est pour exposer ses relations avec l’Empereur des Cherokee, les problèmes de négociation d’un traité, les particularités de Franklinia Alatamaha, les péripéties d’une bataille d’alligators. Nulle coupure, nulle opposition, une attention qui ne s’épuise pas encore à soutenir la fiction d’objets qu’on pourrait assigner de plein droit à des sciences intrinsèquement différentes.

16Cette attitude est la seule qui nous permettrait de nous intéresser efficacement aux hybrides de Latour. Nous devons la retrouver, ou reconnaître que nous l’avions mujours conservée sans nous en rendre compte. Il y a urgence, car les réseaux et les machines ont pris du poids et du nombre depuis l’époque de Bartram. Plus question de les ignorer par une purification prétendument scientifique, ni de méconnaître leur influence sur notre vie et sur notre survie. Si Latour a raison, Bartram – rendu parfaitement accessible par Yvon Chatelin – pourrait bien nous servir de modèle. Il n’intéresse pas que les amateurs d’Americana, son livre n’est pas à ranger distraitement entre Walden et Leaves of Grass. Il nous rappelle à la réalité, ni plus ni moins.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Couty, « L’exotisme américain », Géographie et cultures, 3 | 1992, 140-143.

Référence électronique

Philippe Couty, « L’exotisme américain », Géographie et cultures [En ligne], 3 | 1992, mis en ligne le 06 décembre 2018, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gc/7077

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals