Navigation – Plan du site

Prison et boîte de nuit

Le Liban post-conflit à travers ses lieux-fantômes
Prisons and nightclubs: rost-conflict Lebanon through ghost places
Marie Bonte et Zara Fournier
p. 75-93

Résumés

L’objet de cet article est de faire des lieux-fantômes un outil de compré­hension de la situation post-conflictuelle au Liban. La réflexion menée se situe à la croisée de deux terrains de recherches : les spatialités nocturnes dans la ville de Beyrouth d’une part, et la fabrique des lieux de mémoire au Sud du Liban d’autre part. Ces espaces ont connu de nombreuses périodes de conflit, de durée et d’intensité variables. Les héritages de ces conflits sont d’ordres divers et posent la double question de l’inachèvement – plus précisément, de la difficulté à clore une période trouble – et des résurgences mémorielles. Nous interrogeons ces héritages à travers la notion de lieu-fantôme, qui désigne des lieux où les traces du passé – conflictuel ou non – hantent le présent et modifient les perceptions et les usages de l’espace. La mise en perspective de deux terrains d’étude mène d’abord à nous interroger sur les types de lieux-fantômes et les modalités de leur persistance ou de leur production. Ces lieux-fantômes apparaissent ensuite comme dissonants, dans la mesure où ils renvoient à un dédoublement des temporalités auxquelles ils font référence. Enfin, l’usage ou l’instrumentalisation de ces lieux par divers acteurs, notamment politiques, est analysé via le processus – souvent détourné – de conjuration du passé. Ces trois registres d’analyse (spatialités, dissonances, conjurations) donnent à voir différents modes d’appropriation ou d’instrumen­tali­sation des lieux-fantômes, qui sont autant de moyens d’habiter Beyrouth et le Liban.

Haut de page

Texte intégral

Beyrouth, ville des fantômes ?

1Beyrouth, place Sodeco, le 7 novembre 2017. À l’occasion de l’inauguration des dix ans du Fonds Culturel Arabe (AFAC, The Arab Fund For Arts and Culture), et dans les murs de l’immeuble Barakat1, des portraits grand format sont exposés dans les vitrines donnant sur le trottoir, interpellant les pas­sants. Les négatifs noir et blanc proviennent de Studio Mario, un magasin de photographies qui jadis avoisinait l’immeuble et que Mona Hallak a décou­vert dans les années 1990. De ces pellicules trouvées sous les décombres, cette architecte a fait un projet artistique et d’archives, « The photo Mario archive project »2. Elle les décrit comme des « capsules temporelles » qui représentent à la fois la période de l’avant-guerre, l’époque de l’abandon du studio pendant la guerre civile libanaise (1975-1990), le moment où ces négatifs ont été trouvés et développés, et enfin, le temps à venir où ces clichés seront identifiés par les passants. Donnant directement sur la rue, ils dialoguent étrangement avec les portraits de martyrs affichés dans l’espace public libanais, au gré de la juxtaposition des territoires politiques et confes­sionnels hérités du conflit. Ces portraits de martyrs, comme ceux exposés sur l’immeuble Barakat, constituent des intrusions de figures du passé dans le quotidien des vivants. L’exposition de photographies d’un autre temps sur un bâtiment devenu emblème de la guerre civile libanaise nous invite à envisa­ger les portraits comme autant de fantômes que le projet de Mona Hallak appellerait à se manifester. Ces fantômes apparaissent dans la production artistique et littéraire du Liban contemporain et dans la recherche qui lui est consacrée (Alam, 2014 ; Buchakjian, 2016 ; Naeff, 2017). Si Félix Lang (2014) parle de Beyrouth comme d’une ville « still haunted by the ghosts of the past », les figures fantomatiques nourrissent le processus même de la création artistique3. Dans ces œuvres, la ténacité de ces fantômes de la guerre et de l’avant-guerre nous paraît révélatrice du silence des habitants qu’ils visitent.

L’histoire, la mémoire et la guerre : le paradoxe de l’amnésie dans un pays post-conflit

2Avant d’être celui des habitants, le silence est celui de l’État libanais et de sa politique de réconciliation menée à l’issue de la guerre civile, dont les bornes temporelles établies se situent entre 1975 et 1990. Reposant sur le modèle « pas de vainqueurs, pas de vaincus », ce mode de résolution qui vise à partager les torts (Haugbolle, 2012) s’incarne dans la loi d’amnistie générale de 1991 empêchant les jugements et la mise en place de comités de réconci­liation (Picard, 1994). Pour autant, la question d’un « passé qui ne passe pas » (Rousso, 1990) et des résurgences complexes et multiformes du conflit sont légion au sein de la société civile libanaise et dans la production scienti­fique sur le Liban (Brones, 2010 ; Buchakjian, 2016 ; Haugbolle, 2010 ; Lang, 2016 ; Larkin, 2010 ; Mermier, 2013 ; Volk, 2010). Ces sujets sont souvent abordés sous un angle sociologique ou anthropologique ; la manière dont ils s’incarnent dans l’espace est appréhendée à travers la ruine (Brones, 2010 ; Buchakjian, 2016), objet d’étude et prisme d’analyse des traces de la guerre qui sont autant de « cicatrices » (De Le Court, 2014) qui marquent le paysage urbain. Plus globalement, l’étude des persistances ou des multiples formes de résurgence des héritages du conflit fait largement usage de référentiels psychanalytiques – les représentations seraient symptomatiques du « traumatisme » et des tabous que représente la guerre – et émotionnels. Ainsi, les images du passé qui se multiplient et se superposent sont em­preintes de nostalgie (Craig, 2010), suscitent la mélancolie (El Horr, 2016) et reflètent enfin la difficulté qu’ont beaucoup de Libanais à considérer le conflit comme appartenant uniquement au passé. Le moment de rupture devant marquer son arrêt est en effet remplacé par un « effilochement progressif » (Houssay-Holzschuch, 2010), des affrontements – notamment au Sud du Liban – auquel s’ajoutent le désinvestissement de l’État des proces­sus de réconciliation et l’incorporation par ce même État des logiques de la guerre civile, en particulier du système milicien (Picard, 1994).

3Les héritages des périodes antérieures (Djament-Tran, Le Blanc, Lhomme, Reghezza-Zitt, Rufat 2012) se heurtent à des changements multidimension­nels : un paysage en constante évolution où se dessine une dynamique de métropolisation impliquant des circulations croissantes (d’hommes, de biens, d’idées), et la progression d’un modèle économique néo-libéral régulière­ment contesté par des initiatives de la société civile en faveur d’une société plus juste (Public Works, 2012). Ces influences contradictoires entretiennent une situation d’enchevêtrement dans laquelle la place du conflit dans la société oscille entre « champ d’expérience » et « horizon d’attente » (Koselleck, 1990) : il appartient au vécu des habitants autant qu’il constitue une potentialité ou une menace future (Bou Akar, 2012, Bonte, 2017). L’ambivalence identifiée est comprise comme étant caractéristique d’une situation post-conflit où le préfixe « post- » est moins une assignation à la catégorie temporelle de l’après qu’une manière de penser l’hybridité et l’a-synchronie, ici à travers la métaphore du fantôme.

Étudier les lieux-fantômes au Liban

4Les espaces du post-conflit semblent propices à l’expression des fantômes, qui s’expriment lorsque le trouble qu’ils manifestent ne peut plus être contenu, réprimé ou bloqué (Gordon, 2008). Si le terme de fantôme n’est pas absent des travaux académiques sur le Liban, il demeure limité dans ses usages comme dans ses terrains d’investigation. Renvoyant essentiellement à la guerre civile, il sert à caractériser les espaces abandonnés, en ruine, ou qui portent les traces d’anciens combats et d’anciennes divisions (Humphreys, 2015 ; Young, 2010). John Nagle (2017) va au-delà de l’usage descriptif du terme et utilise la métaphore du fantôme pour penser ensemble le souvenir des affrontements passés et les fragilités des politiques de reconstruction et de réconciliation à Beyrouth – dont l’emploi du terme « fantôme » constitue justement le symptôme. Il circonscrit toutefois cette approche au centre-ville de la capitale libanaise et ne la met pas en perspec­tive avec d’autres situa­tions au Liban. Si cet espace a été l’épicentre des affrontements, puis est resté à l’abandon avant de capter l’essentiel des efforts consacrés à la reconstruction, l’enjeu ici est d’opérer un double dépassement. Le premier est spatial ; il cherche à opérer une géographie des lieux-fantômes qui s’inscrit tant dans les « lieux privilégiés » où se sédi­mentent les traces d’événements passés et exceptionnels, que dans les espa­ces du quotidien et de l’ordinaire. Le second est analytique et mobilise la portée de la métaphore du fantôme au-delà de l’unique lecture des pay­sages urbains. Il s’agit certes d’interroger le caractère fantomatique des lieux, mais aussi des pratiques et des représentations, qu’il soit implicite – et fasse donc l’objet d’une inter­prétation de notre part – ou explicite, c’est-à-dire mobilisé et instrumentalisé par les acteurs. Ainsi, l’article entend faire des lieux-fantômes un outil de compréhension entre sociétés, territoires et temporalités en situation de post-conflit.

5Nous comprenons les lieux-fantômes comme des lieux où les traces de passés conflictuels hantent le présent et modifient les perceptions et les usages de l’espace. Ces traces peuvent être matérielles ou symboliques, insti­tuées ou héritées. Ce sont ces lieux dont l’article cherche à dresser la typolo­gie et à en explorer les registres d’expression. Pour cela, notre accep­tion métaphorique du fantôme retient d’abord son caractère évanescent : les signes de la revenance peuvent être fugaces, parfois à peine perceptibles. Les lieux-fantômes sont aussi des lieux hautement subjectifs. Si elle est bien réelle, l’appréhension des fantômes résulte d’une projection de l’imaginaire des individus (Von Hirschhausen, 2017), lui-même conditionné aux sensa­tions, aux émotions et au vécu. Notre analyse repose sur une acception pleine du terme « lieu », faisant dialoguer ses dimensions spatiales, maté­rielles, symboliques et émotionnelles. Si le lieu renvoie à « là où quelque chose se trouve et se passe » (Berque dans Lévy, Lussault, 2013), alors les lieux-fantômes sont d’abord ces lieux où les fantômes du passé demeurent ou sont convoqués. Il s’agit avant tout des passés conflictuels, mais les lieux-fantômes confrontent aussi différentes temporalités avec lesquelles ils entretiennent des rapports complexes.

6Cette confrontation montre que le fantôme peut être aussi une menace qui inquiète et remet en question la linéarité des catégories temporelles (Maddern, Adey, 2008). S’il vient le plus souvient d’un passé qui ne veut ou ne peut passer (Houssay-Holzschuch, 2010), il peut aussi venir du futur : « le propre d’un spectre, s’il y en a, c’est qu’on ne sait pas s’il témoigne en revenant d’un vivant passé ou d’un vivant futur » (Derrida, 1993, p. 163). Il est donc un défi au temps, qui traduit autant la difficulté à conjurer le passé que l’incertitude du futur. Cela signifie enfin que le fantôme est politique (Cameron, 2008) : il représente un trouble et perdure tant que l’injustice qui l’a créé n’est pas réparée. La présence de fantômes traduit dès lors la néces­sité de la conjuration qui vise à convoquer pour faire disparaître et donc à « s’entretenir » (Derrida, 1993) avec eux, soit négocier une manière d’ha­biter les espaces hantés. La notion de lieu-fantôme dépasse celle des lieux mémoriels, car elle inclut d’une part les phénomènes de projection (de souvenirs, d’émotions) et de conjuration, et questionne d’autre part leur place dans le quotidien des habitants et dans la production de spatialités marquées par le conflit.

7La réflexion proposée entend faire dialoguer deux terrains de recherche : les spatialités nocturnes de Beyrouth et la fabrique des lieux de mémoire au Sud du Liban. Ces espaces ont connu diverses périodes de conflit de durée et d’intensité variables : la guerre civile libanaise (1975-1990), l’occupation israélienne du Sud du Liban (1978-2000), la guerre de juillet 2006, les troubles de mai 2008. Les héritages de ces antagonismes sont de divers ordres ; destructions et reconstructions, tensions politiques, et multiplication des formes d’expressions concurrentes voire contradictoires de la mémoire, que la notion de lieu-fantôme permet d’appréhender. Au Sud du Liban, la mise en scène des lieux-fantômes est présentée comme nécessaire à la reconstruction d’une région et à l’énonciation d’un futur possible. Ils appar­tiennent aussi à l’ordre d’un quotidien marqué par plus de vingt ans d’occupation. À Beyrouth, les lieux-fantômes se manifestent à travers l’invo­ca­tion de « territorialités défuntes » (Von Hirschhausen, 2017), qu’elles aient été terrain de jeu ou champ de bataille, et influencent la production et les pratiques des lieux festifs. Ce dialogue entre deux terrains privilégie trois registres d’expression des lieux-fantômes. Celui des spatiali­tés d’abord, qui interroge leur place et les modalités de leur production ou de leur persis­tance. Celui de la dissonance ensuite, qui renvoie à un dédouble­ment des passés de référence, incarnés dans les lieux-fantômes, lesquels sont à l’ori­gine de nostalgies ambiguës. Celui de la conjuration enfin, dont les fonctions peuvent être détournées pour servir des usages ludiques ou poli­tiques.

Les lieux-fantômes au Liban, des traces héritées à la production de « lieux chargés »

8La tentative d’opérer une géographie des lieux hantés soulève d’emblée une question méthodologique : à partir de quelles observations peut-on dire si un lieu prend une dimension fantomatique ? Si l’acception métaphorique du terme nous fait sortir du champ de la croyance, l’identification des formes de la persistance ou de la revenance passe par l’analyse des discours. Elle ne peut cependant s’y cantonner, car le champ lexical du fantôme n’est ni systématiquement ni spontanément employé par les personnes rencontrées. Elle inclut donc les pratiques quotidiennes, c’est-à-dire des habitudes qui structurent les temporalités et les modes de vie (Juan, 2015), ainsi que la lecture des traces, entendues comme matérialisations – intentionnelles ou non – d’actions dans l’espace physique en tant qu’elles ont eu lieu dans le passé, rendant ainsi « présent ce qui n’est plus » (Ripoll, 2006, p. 24). Les observations prennent enfin en considération la production de lieux faisant écho à des espaces-temps a priori révolus. Partant de là, l’étude des espaces nocturnes de Beyrouth – entendus ici comme l’espace physique des bars et des boîtes de nuit de la capitale libanaise et comme un ensemble de pratiques et de sociabilités qui leur sont associées – et des anciens lieux d’empri­sonnement au Sud du Liban a permis de distinguer deux types de lieux-fantômes.

Les vestiges d’un quotidien révolu

9Il s’agit premièrement de lieux colportant les traces de leurs usages anté­rieurs, lesquels peuvent renvoyer aux périodes de conflits comme aux décennies qui ont précédé le début de la guerre civile. Ils prennent la forme de lieux abandonnés, ce qui dans le cas de l’espace nocturne beyrouthin désigne les vestiges d’anciens établissements inoccupés, plus ou moins visibles dans le paysage urbain. Emblématique des stéréo-clubs ayant proliféré dans les années 1960 dans le quartier de Hamra, la boîte de nuit « Le Refuge » est l’un de ces établissements laissés à l’abandon. Dans ce lieu souterrain se trouvent encore un comptoir, des tables basses en formica, des banquettes en skai rouge et noir qui entourent une piste de danse sur­montée d’une boule à facettes ne fonctionnant plus depuis plusieurs décen­nies. Ces restes d’agencements festifs témoignent d’une présence passée : celles de noctambules appartenant à un monde social qui se définissait par le partage de pratiques éventuellement transgressives. Ainsi la dimension fantomatique du Refuge réside-t-elle dans l’effet produit par ces éléments matériels. Ils fonctionnent comme autant de traces d’une vie sociale et nocturne régie par des codes et des modalités d’interaction spécifiques (tenues vestimentaires, danses, flirts).

10La persistance d’espaces-temps de référence ne se lit pas uniquement dans des configurations spatiales héritées. Elle s’exprime aussi dans les pratiques des habitants qui confèrent à leurs lieux de vie quotidienne un caractère fantomatique. Ainsi, au Sud du Liban, les rythmes, les éléments du langage commun ainsi que les marqueurs spatiaux contribuent à faire de l’occupation israélienne du Liban-Sud (1978-2000) un fantôme alimenté par des pratiques individuelles au quotidien. Si le « jour de la Libération », le 25 mai, est commémoré annuellement depuis 2000, date officielle du retrait israélien, la guerre au Sud du Liban est devenue « naturelle » (Khayyat, 2013). Cette région frontalière de l’État hébreu est décrite par plusieurs auteures (Chaïb, 2014 ; Makhzoumi, 2010 ; Mervin, 2008 ; Khayyat, 2013 ; Al Harithy, 2010) comme en situation de guerre chronique, où temps de destructions, de reconstructions, de constructions se succèdent et s’entremêlent. Dans ce cadre, l’occupation israélienne du Sud constitue un espace-temps de réfé­rence, qui continue d’influencer les comportements et les discours du quotidien. Pour démontrer cela, nous nous rendons dans le village frontalier d’Aytaroun, en compagnie de R. H., une jeune femme de 30 ans n’ayant pas vécu dans son village sous l’occupation israélienne du territoire. Habitant à Beyrouth et travaillant pour une ONG internationale, elle s’y rend tous les week-ends pour rendre visite à sa mère, qui elle, a vécu l’occupation. Ce week-end-là, R. H. fait plusieurs fois référence à des lieux et à des appella­tions qui n’existent plus, mais qui continuent de constituer des repères et des marqueurs spatiaux. Ainsi, le bâtiment qui auparavant abritait la base locale de l’Armée du Liban-Sud (ALS) – la milice supplétive de l’Armée israé­lienne du temps de l’occupation – est-il toujours appelé Markaz al Aman (le centre de sécurité), bien que cette fonction ait disparu depuis dix-huit ans. La présence passée de l’ALS demeure d’ailleurs un épisode de l’histoire tabou dans la région. Milice fondée en 1976 et issue d’une faction dissidente de l’armée libanaise, l’ALS, a été le relais et le soutien sécuritaire, logistique et militaire de l’armée israélienne au sein du Sud du Liban occupé. Dirigée par Saad Haddad (1976-1984) puis par Antoine Lahad (1984-2000), deux anciens hauts gradés militaires originaires de villages chrétiens du Sud, l’ALS a contribué à disloquer, au quotidien, les solidarités mécaniques et les liens de proximité existant au sein de la population restée sur place. Les jeunes hommes restés dans la région étaient enrôlés de force par l’ALS, et dès 1978, Israël a facilité l’octroi de permis de travail sur son territoire, pour les habitants du Sud, ce qui représentait une rentrée d’argent largement supérieure à ce qu’ils pouvaient gagner dans la région occupée exsangue. Ainsi, après le retrait israélien du territoire en mai 2000, événement appelé « Libération » dans la grande majorité du pays, la question de l’ALS et du degré de « collaboration » avec « l’ennemi » est devenue un sujet à effacer et à taire. Pourtant, elle persiste dans ces villages, dans les lieux, les pratiques et les rythmes quotidiens. Dès 18 heures, les rues se vident entièrement, les voix baissent au sein des conversations nocturnes. Ces gestes et ces automa­tismes fonctionnent comme les traces persistantes des couvre-feux instaurés pendant plusieurs générations. Ces marqueurs spatiaux et temporels, R.H ne les a pas vécus personnellement mais elle les tient de sa mère et des voisins présents pendant la période israélienne, qui sont eux aussi hantés par ces réminiscences. Ainsi l’héritage de l’occupation israélienne persiste et se mani­feste via les paroles, les gestes et les habitudes : il passe par les corps. Il se retrouve aussi dans les points de repère spatiaux, à l’instar des anciens points de passage vers la zone occupée jusqu’en 2000, et devenus depuis des barrages de l’armée libanaise. Plusieurs de nos interlocuteurs qui ont traversé ces points de passage sous l’occupation et qui les empruntent depuis le retrait israélien nous avouent « ressentir le même mal de ventre que quand les Israéliens étaient là… jusqu’à aujourd’hui » (notes de terrain, 30/1/2018).

La production de lieux-fantômes, du souvenir à la convocation

11Le second type de lieu-fantôme est produit par les acteurs contemporains. Il résulte d’un processus de commémoration passant par l’investissement de « lieux chargés » dont les usages actuels et passés s’entremêlent. C’est le cas des lieux de la ville marqués par le conflit et dans lesquels s’implantent des activités nocturnes : ouvertures de bars, de clubs, de restaurants prenant souvent la forme de quartiers festifs institutionnalisés. Ces quartiers émer­gent dans des territoires urbains ayant été le théâtre d’affrontements violents – comme le centre-ville –, l’objet de disputes entre groupes politiques – comme le quartier de Hamra – ou au contraire désertés par les habitants en raison de leur proximité avec la ligne de démarcation qui a divisé la ville pendant près de quinze ans. C’est le cas du quartier de Badaro qui a vu se multiplier les ouvertures de bars à partir de 2013. Là, les discours des noctambules traduisent l’ambivalence des lieux hantés : les spectres qui s’y trouvent relèvent soit d’une projection de témoins de la guerre, soit d’une anticipation d’une guerre future par ces mêmes témoins. Ainsi, au cours d’une conversation dans un bar de Badaro, un noctambule raconte un épisode de son enfance survenu non loin du lieu où se déroule la conversa­tion : « On avait dû traverser la ligne de démarcation, je ne sais même plus pourquoi. Mais on a failli se faire tirer dessus. C’était là, à cinquante mètres ! Je vois encore le mur avec les impacts de balle. Il est resté long­temps, ce mur. Aujourd’hui, je bois des verres presque au même endroit » (notes de terrain, 21/03/2015). Quelques jours après cette conversation, un autre habitué des sorties nocturnes revient sur les premières ouvertures d’établissements dans le quartier, en 2013 : « J’ai un ami qui a acheté une action, un petit pourcentage sur le Kissproof, au moment de l’ouverture. Je n’arrêtais pas de me moquer de lui, je disais, au fond, tu as une chance que ça marche, si la guerre éclate, ce sera la ligne de front, donc tu auras tous les journalistes étrangers qui viendront et qui feront marcher l’endroit ! Mais j’étais sérieux aussi » (entretien 55, 27/03/2015). Les deux échanges montrent que le caractère fantomatique de ces espaces s’explique moins par la surimposition de nouvelles pratiques que par l’interaction entre différentes temporalités où le souvenir et la menace troublent les habitants.

12Les interférences entre souvenir et menace, expérience passée et potentialité future, revêtent un aspect plus ponctuel lorsque les lieux-fantômes sont associés à un emplacement et un agencement précis. Construite en 1998, la boîte de nuit B018 est implantée dans le quartier périphérique de la Quaran­taine, sur l’emplacement d’un ancien camp de réfugiés devenu lieu de massacres en 1976. Le club, souterrain, est régulièrement décrit comme un tombeau à ciel ouvert destiné à exhumer les cadavres, bien que son archi­tecte se défende aujourd’hui des diverses interprétations macabres. Selon lui, le lieu est donc chargé car « c’est un site sur lequel il s’est passé des atroci­tés » (entretien 74, 25/11/2015). Pour autant, le choix de l’emplacement cherche moins à réparer qu’à questionner et mettre en évidence les injustices du passé auxquelles font écho les incertitudes du futur. Formulé autrement, la mise en valeur d’un lieu en marge – mais que le conflit a marqué – par son investissement nocturne s’apparente à l’institution d’un lieu-fantôme.

  • 4 Khiam Rehabilitation Yearly Report, 2001. Le Khiam Rehabilitation Center est une ONG fondée en 1993 (...)

13La prison de Khiam au Sud du Liban, qui a été pendant quinze ans (1985-2000) le principal centre de détention de la région occupée par l’armée israélienne, entre dans une logique similaire. Après sa durée d’existence en tant que prison, ce lieu chargé a été investi comme site de commémorations et de visites. Dans ses murs, plusieurs milliers d’habitants de la région ont été détenus de manière arbitraire. Beaucoup ont subi des actes de tortures dénoncés par de nombreuses voix (ONG internationales, société civile, partis politiques…). Khiam est ainsi devenue un symbole de l’occupation israé­lienne du Sud du Liban. Dès le lendemain du retrait israélien (en mai 2000), plusieurs associations se sont mobilisées pour la mise en valeur du lieu et appelèrent à la reconnaissance de ses fantômes : « Khiam Center is closed but only the bodies are gone – their shadows still fly in all the rooms – their coughs can till be heard upon the walls »4. Le besoin de rendre justice aux victimes de Khiam, transformées en fantômes qui hantent le lieu, a constitué l’argument principal pour des associations telles que le Khiam Rehabilitation Center, de mettre en valeur et de transformer l’ancienne prison en lieu de mémoire. C’est finalement le Hezbollah, qui est alors l’acteur dominant sur le territoire sud-libanais, qui prend en charge la transformation du centre de détention en un lieu de visites et de commémorations (Fournier, 2017).

  • 5 Si le nom de l’établissement renvoie à l’un des postes-frontières de Berlin, la thématique du lieu (...)

14La production des lieux-fantômes passe ainsi par une transformation fonc­tionnelle des lieux chargés : un lieu de massacre devenu club, une prison devenue musée. Il s’agit donc d’un processus volontaire, qui peut aller jusqu’à la recréation de « territorialités défuntes » (Von Hirschhausen, 2017), c’est-à-dire de formes spatiales disparues, pour des usages également détournés. La matérialisation des espaces disparus peut être illustrée par le bar Checkpoint Charlie5, ouvert en 2014 et qui a la particularité d’être coupé en deux parties (« Est » et « Ouest ») séparées par un mur et un faux poste militaire faisant office de cabine de DJ. Si le nom du bar renvoie à l’un des postes-frontières de Berlin, qui permettait de franchir le mur divisant la capitale, sa conception fait bel et bien référence à la fragmentation de l’espace urbain de Beyrouth pendant la guerre civile. Par exemple, des bombes de peinture sont posées sur les tables, évoquant la « guerre des graffitis » (Chakhtoura, 1978) et l’expression murale des allégeances politi­ques et confessionnelles comme l’une des manifestations spatiales de la guerre. Ainsi la ville divisée, comme forme spatiale défunte, est-elle érigée en thématique nocturne. Cette recréation constitue un autre mode de produc­tion des lieux-fantômes, qui résultent de processus volontaires et involon­taires, traduisent le colportage ou la transformation des traces du passé, et enfin s’incarnent dans des lieux définis comme dans des pratiques quoti­diennes.

Les lieux-fantômes, des lieux dissonants

L’entrecroisement des temporalités

15La notion de dissonance fonde le second registre d’analyse des lieux-fan­tômes au Liban. Le terme renvoie à la multiplication des passés de référence dans ces espaces, qu’il s’agisse du paysage nocturne de Beyrouth ou du Sud du Liban. L’absence de consensus que le terme sous-entend concerne tant les périodes qui servent de référence que les valeurs attribuées à « l’avant ». Dans les lieux-fantômes apparaissent donc des discordances entre le passé et les usages du passé, c’est-à-dire les manières de légitimer, privilégier et valoriser certains éléments de l’histoire au détriment d’autres expériences.

16Ainsi, parmi l’offre de loisirs nocturnes, les fantômes de la guerre côtoient les fantômes d’un « âge d’or » qui, dans le contexte libanais, renvoie à une période qui débute dans les années 1950 et s’achève au début de la guerre civile. Elle se caractérise par une croissance économique soutenue, une relative stabilité politique, un foisonnement idéologique et intellectuel et enfin, une multiplication des établissements nocturnes, eux-mêmes constitu­tifs de l’attractivité de la ville. Cette mémoire sélective sert d’agencement décoratif et fait d’une partie des lieux festifs des portes ouvertes sur un passé contemplé. C’est dans cette optique que le propriétaire du « Regusto » – un bar situé à Hamra – a conçu son établissement : pour qu’il soit la mémoire vivante d’un autre bar, « Chez André », ouvert dans le même quartier pendant les années 1960 et tenu par son oncle éponyme. Si le bar n’existe plus, « l’esprit d’André » (notes de terrain, 24/11/2015) habite le nouvel établissement, selon les dires de son neveu qui a veillé à ce que plusieurs de ses portraits soient affichés derrière le comptoir. À la manière d’une épi­taphe, le nom « Chez André » est inscrit en grand sur la baie vitrée de la façade du pub. En dessous, une liste de noms d’acteurs et de chanteurs libanais ou étrangers ayant marqué le pays avant la guerre vient compléter l’éloge funèbre d’une époque révolue.

17À l’inverse de ces lieux-fantômes au caractère sympathique et réconfortant, certains établissements convoquent explicitement l’ordre spatial et quotidien de la guerre : c’est le cas du Checkpoint Charlie qui met en scène le territoire fantôme de la ligne de démarcation. De la même manière, la soirée « The Haunted Haus » organisée en 2016 invitait à faire l’expérience des fantômes de la guerre civile.

18Dans le message annonçant la soirée, les organisateurs invitent à revivre les nuits agitées et effrayantes que furent celles du quartier de Hamra pendant la guerre civile, alors que les espaces de loisirs (bars, théâtres, cinémas) servaient au stockage des armes, aux sociabilités miliciennes mais aussi de défouloir pour les habitants. La mobilisation de la figure du fantôme est associée au vocabulaire de la terreur, du cauchemar et du chaos, l’enjeu étant de revivre le danger que représentaient les sorties nocturnes d’alors et donc de refaire l’expérience de la peur qui lui est associée. Cette peur est aussi une émotion ambiguë ; elle est recherchée pour son effet stimulant voire excitant que l’environnement du conflit est le plus à même de provoquer. L’éphé­mère bar « 1975 » ouvert en 2004 et dans lequel les serveurs évo­luaient en tenue militaire au milieu de rangées de sacs de sable est embléma­tique de cette ambiguïté. La taille restreinte du bar renvoyait au confinement des abris (Haugbolle, 2010), évoquant à la fois le temps de l’attente et de la peur pour les habitants de Beyrouth, mais aussi le cadre rassurant de la proximité physique et sociale entre les résidents d’un même immeuble. Qu’il s’agisse d’arrangements de décor visant à recréer des spatialités défuntes ou de convocations plus explicites de fantômes, les exemples mentionnés témoi­gnent de la multiplication des passés auxquels la vie nocturne fait référence. Les lieux-fantômes sont vecteurs de temporalités dissonantes susci­tant des émotions ambivalentes (peur, crainte, regret, envie) que la nostalgie permet d’appréhender.

Figure 1 – Présentation de la soirée Haunted Haus

Figure 1 – Présentation de la soirée Haunted Haus

Source : Facebook, octobre 2016

Émotions équivoques : lieux-fantômes, lieux nostalgiques ?

19La nostalgie est mobilisée ici en tant que modalité de relation aux lieux-fantômes. Nous la comprenons comme une émotion spatiale car elle « est à la fois regret de l’espace d’un temps perdu tout comme elle est regret du temps d’un espace perdu » (Gervais-Lambony, 2013). En contexte conflic­tuel, elle incarne le caractère ambivalent et dissonant de souvenirs vécus du conflit (Gervais-Lambony, 2013). En effet, bien qu’elles soient conflic­tuelles, les traces laissées par ces souvenirs peuvent incarner « an unap­peased yearning to return » (Kundera, 1984). Cette relation s’exprime par des représentations, des discours et des images. Il en va ainsi au Sud du Liban où les souvenirs et les conséquences de différents conflits cohabitent. C’est en tant qu’élément au service d’une rhétorique nostalgique qu’il est considéré ici comme un lieu-fantôme, au sens où nous l’avons défini, et où les fantômes du passé demeurent ou sont convoqués.

Figure 2 – « Le Sud : face à la terre ». Nostalgie et fantasme territorial

Figure 2 – « Le Sud : face à la terre ». Nostalgie et fantasme territorial

Source : Facebook, 2017

20Une certaine nostalgie s’exprime au Sud, par exemple, à travers les images territoriales (Guinard & Guyot, 2016) produites autour de paysages retou­chés qui le mettent en scène comme terre bucolique et idyllique. Ces clichés convoquent plusieurs temporalités et espaces de référence et sont l’incar­nation d’une nostalgie qui figure le Sud à la fois comme horizon d’attente et comme passé de référence. Depuis une dizaine d’années, une vingtaine de « producteurs culturels » (Wacquant, 2008), photographes ama­teurs au Sud du Liban, font circuler des clichés représentant le Sud. Ce sont des individus qui, pour la grande majorité, y vivent mais n’y résidaient pas de manière permanente sous l’occupation israélienne. Revenus « sur leur terre d’ori­gine » (entretien avec K. J., 11/9/2016) ils ont développé des discours, des pratiques et des images particulières envers ce qu’ils construi­sent comme un espace-temps de référence, le « Sud ». Ces images, retou­chées pour la plupart, relèvent de ce que Philippe Gervais-Lambony appelle la « nostalgie restaurative : la recherche d’un retour au passé, la recherche d’une identité présentée comme essentielle » (Gervais-Lambony, 2012). Cette nostalgie serait causée par le « changement de ce qui l’environne le Sud », à savoir plusieurs décennies de conflits, des destructions et des recons­tructions chro­niques… Face à ces transformations, les manières de faire qu’ont déployé ces producteurs d’images consistent en la figuration d’un Sud a-temporel et a-territorial : ils usent de stéréotypes territoriaux (Guinard, Guyot, 2016) qui figurent des paysages idylliques et bucoliques, et des « hauts lieux génériques » (Debarbieux, 1995). Ces Topos auraient pour fonction de revendiquer une période a-chronique au sein d’un territoire qui, lui, est délimité (« le Sud : face à la terre »). Toutefois, l’image de ce dernier diffère des dynamiques paysagères à l’œuvre au Sud du pays aujourd’hui (El Nour & Gharios, 2015 ; Makhzoumi, 2010). Le photographe des images montrées ci-dessus affirme toutefois vouloir véhiculer une représentation authentique du territoire :

« Tu vois ce que je veux faire c’est montrer quel est le Sud en vrai, aller au-delà de l’image que tout le monde en a, oublier ce que c’était (l’occupation), oublier les martyrs, et revenir à comment « c’était » ; je montre comment je veux que le Sud soit, c’est ça » (entretien avec K. J., 11/9/2016).

21K. J., à travers ses clichés, cherche à la fois à fuir (« oublier »), à revenir (« revenir à comment c’était »), et à se projeter dans un futur hypothétique (« aller au-delà »). Il exprime à la fois le regret d’un Sud qu’il ne retrouvera pas, la possibilité d’un Sud qui pourrait être, et un Sud qui n’est pas et l’expression d’une déception et d’une lassitude. C’est donc l’expression d’une émotion dissonnante. Le regret se renforce lorsque la nostalgie expri­mée est celle d’un espace-temps non consensuel. À demi-mot, un photo­graphe avoue ainsi « qu’au moins, pendant l’occupation, les paysages étaient préservés, ce n’est pas comme maintenant » (notes de terrain, 19.1.2018). D’autres conversations informelles avec des individus ayant vécu sous l’occupation israélienne laissent sous-entendre que « la vie, au moins était plus sûre… C’est pas comme maintenant. Et entre voisins, on se serrait les coudes, plus comme maintenant » (notes de terrain, 8/2/2015).

22Comment les acteurs font avec ces dissonances temporelles et émotionnelles, que colportent les lieux-fantômes ? La conjuration, dans son acception double, permet d’aborder la question de l’agentivité des acteurs sur les lieux-fantômes.

L’expérience de la conjuration à travers les lieux-fantômes

Une « mise en scène » de la catharsis : la pratique nocturne des lieux-fantômes

23La nostalgie permet de penser le caractère dissonant des lieux-fantômes en ce qu’ils mobilisent des catégories temporelles différentes et suscitent des émotions ambiguës, qui tiennent au caractère non consensuel de ce qui est regretté. Le registre de la conjuration permet de déplacer l’analyse de l’émotion – ce que les lieux-fantômes font aux habitants – aux pratiques et aux usages, en s’interrogeant à l’inverse sur ce que les acteurs rencontrés font aux lieux-fantômes : la mise en fête ou en mémoire des lieux-fantômes constitue des moyens d’instrumentaliser leur conjuration, à des fins ludiques ou politiques. Explicitée par Derrida, la conjuration est, en premier lieu, une convocation : elle permet, en faisant venir par la voix, de « s’entretenir » avec les fantômes, leur donner un espace et ainsi réparer une injustice. Cette convocation est aussi une catharsis, elle signifie expulsion, destruction, neutralisation. Et cette catharsis se retrouve dans la fête, conjuration com­mune des émotions négatives. Cela signifie que le recours au champ lexical du spectral – via le double processus de création de lieux-fantômes et d’espa­ces de la fête – permet la catharsis qui s’effectue à travers la danse, la consommation d’alcool, de drogues. En tant qu’invitation à visiter les lieux hantés de la guerre civile et de ses espaces nocturnes, l’événement « The Haunted Haus » constitue un exemple de cet usage festif et cathartique des lieux-fantômes. La présence annoncée de fantômes, associés au danger et à la peur que véhicule l’espace de la guerre convoqué ici, implique le défou­lement et garantit l’intensité et donc la réussite de l’expérience festive. Ce défoulement passe notamment par la suspension des codes sociaux de la bienséance. Comme le rappelle le message, la fête est l’occasion de s’habiller « like a ho » (« comme une prostituée »). L’invitation à la trans­gression concerne aussi les normes de genre, habituellement prégnantes dans les interactions nocturnes. Avant de constituer le cœur de l’expérience festive, la catharsis est un programme résultant de la mobilisation des fantômes. Ainsi, la nuit beyrouthine ne constitue pas uniquement un terrain d’observation et de pratique des lieux-fantômes : ces derniers sont aussi des ressources pour l’économie nocturne, car ils font partie de l’offre festive.

La conjuration comme instrumentalisation

  • 6 Une nébuleuse d’associations satellitaires du Parti de Dieu a en charge l’activité commé­mora­tive, (...)

24Les fantômes d’un lieu peuvent aussi être convoqués par des acteurs poli­tiques qui cherchent à les « réveiller » à la faveur d’enjeux politiques parti­culiers (Von Hirschhausen, 2017). Cette mobilisation évolue en une instru­mentalisation politique. C’est le cas de la transformation de l’ancienne prison de Khiam, évoquée plus haut, en un lieu de visites et de commémora­tions sous l’égide d’un seul parti politique dominant. Ce processus a abouti à une réécriture sélective de l’histoire de la prison, pour en faire un lieu de ressources politique, économique et symbolique pour le Hezbollah, parti politique à l’initiative des projets de transformations. Mais il passe aussi sous silence l’histoire de plusieurs de ses fantômes. Après le retrait israélien, le Hezbollah, a été vu comme le vainqueur de la « Libération » (Harb & Deeb, 2011 ; Mervin, 2008 ; Chaïb, 2013) et a profité d’une absence de redéploie­ment de l’autorité étatique sur la région (Picard, 2008) pour asseoir un contrôle territorial. Dès 2002, les associations en charge des dimensions culturelles et touristiques de l’action politique du Hezbollah (Calabrese, 2013)6 se sont approprié plusieurs projets de transformations du site de Khiam en lieu de mémoire, écartant ainsi les autres initiatives de mise en mémoire portées par les anciens prisonniers. Ces projets, révisés par le Hezbollah, avaient vocation à faire du site un lieu commémorant la Résis­tance à l’occupation israélienne, l’oppression perpétuée en ses murs et les « martyrs » morts en détention. La première opération de transformation a été l’effacement des traces des prisonniers – inscriptions aux murs, objets personnels –, en repeignant les murs de la prison ; vivement critiqué par plusieurs anciens prisonniers, cet effacement a été vécu comme une négation de leurs expériences individuelles.

  • 7 Notamment via un monument aux morts et plusieurs panneaux photographiques les figurant.

25Lors du conflit israélo-libanais de juillet 2006, le site de Khiam a été bom­bardé. Le Hezbollah a alors, par la suite, réaménagé les ruines du site en y intégrant des éléments de la guerre de juillet 2006 et en aménageant une salle d’exposition disposant d’objets construits par d’anciens prisonniers et de reliques de la guerre de juillet 2006. Un projet de reconstruction entière du site et le projetant en musée de la détention au Sud est à l’œuvre, et Khiam est aujourd’hui l’une des pierres à l’édifice d’une politique patrimoniale et touristique du Hezbollah. Si les « martyrs de Khiam »sont célébrés, et leur mémoire inscrite dans l’espace7, ces commémorations in situ ne peuvent se faire que dans un cadre partisan et sous la supervision de l’association du Hezbollah responsable des anciens prisonniers. Les autres détenus absents de l’histoire de la prison racontée par le Hezbollah s’expriment alors de manière individuelle :

« Je suis l’un de ceux que dès qu’il les le Hezbollah a vus s’emparer du lieu après la libération, le nettoyer, je leur ai dit que je n’étais pas avec eux, il faut que tout reste dans l’état dans lequel il est... » (M. R., resté à Khiam pendant dix ans, 1/2/2015).

26Si le Hezbollah, via les opérations plurielles de transformation et de valori­sation de Khiam, a effectivement convoqué les fantômes de la prison, c’est pour les mettre au service de son propre agenda politique et idéologique. Ce renversement dans la finalité de ces convocations, l’instrumentalisation au détriment de la conjuration, a créé lui-même ses propres injustices auprès des exclus de l’histoire de Khiam, et contribue à produire d’autres fantômes.

Conclusion

27Le dialogue rendu possible entre deux terrains aussi différents que les espaces de la nuit à Beyrouth et les lieux de mémoire au sud du Liban montre que les lieux-fantômes et leur étude permettent de penser les moda­lités d’entrecroisement des temporalités dans les espaces post-conflit. En tant que lieux où les traces du passé se matérialisent – qu’elles persistent sous forme de vestige ou soient mobilisées par les acteurs – et orientent les perceptions et les usages des habitants, ils apparaissent, au même titre que les portraits évoqués en début de cet article, comme des « capsules tempo­relles ». Les lieux-fantômes du Liban renvoient en effet à la période refuge de l’avant-guerre, aux différents conflits passés dont les traces sont encore visibles au présent, mais aussi à un futur incertain et à des horizons d’attentes qui intègrent la possibilité du conflit. En les envisageant comme des figures caractéristiques d’un espace post-conflit, nous avons vu que les lieux-fantômes pouvaient être hérités ou institués, et s’inscrivaient dans le quotidien des habitants. Leur caractère dissonant permet de penser le dédou­blement des temporalités auxquelles ils font référence. Enfin, l’usage ludique et l’instrumentalisation politique de ces lieux témoignent de l’ambiguïté de la conjuration ; ils mènent à interpréter les lieux-fantômes comme autant de manières de « faire avec » les héritages complexes : prendre en charge et traiter, mettre à distance ou détourner.

Haut de page

Bibliographie

ALAM Johnny, 2014, « Undead martyrs and decay: when photography fails its promise of eternal memory », Contemporary French and Francophone Studies, n° 5, vol. 18, p. 577-586.

BERQUE Augustin, 2013, « Entrée Lieux », in Jacques Lévy, Michel Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Belin, Paris, p. 555‑563.

BONTE Marie, 2017, Beyrouth, états de fête. Géographie des loisirs nocturnes dans une ville post-conflit, thèse de doctorat en géographie, Université Grenoble Alpes, 681 p.

BRONES Sophie, 2010, Beyrouth et ses ruines (1990-2010). Une approche anthropologique, thèse de doctorat en ethnologie, Université Paris Nanterre.

AL HARITHY Howayda, 2010, Lessons in post-war reconstruction: case studies from Lebanon in the aftermath of the 2006 War, London, Routledge, 232 p.

BUCHAKJIAN Gregory, 2016, Habitats abandonnés de Beyrouth. Guerres et mutations de l’espace urbain 1860-2015, thèse de doctorat en histoire de l’art, Paris-Sorbonne, 676 p.

CAMERON Emilie, 2008, « Indigenous spectrality and the politics of postcolonial ghost stories », Cultural Geographies, vol. 3, n° 15, p. 383-393.

CHAIB Kinda, 2014, Culture du martyre au Liban Sud, entre fabrication de catégories et enjeux mémoriels, thèse de doctorat en histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

DE CERTEAU Michel, 1990, L’invention du quotidien, tome 2 : L’invention du quotidien : habiter, cuisiner, Paris, Gallimard, 347 p.

DE LE COURT Isabelle, 2014, « Wounded places: architecture and landscape in the photographic work of Paola Yacoub (2000-2001) », Contemporary French and Francophone Studies, vol. 18, n° 5, p. 568-576.

DEBARBIEUX Bernard, 1996, « Le lieu, fragment et symbole du territoire », Espaces et Sociétés, vol. 80, n° 1, p. 13-36.

DERRIDA Jacques, 1993, Spectres de Marx, Paris, Galillée, 278 p.

DJAMENT-TRANN Géraldine, LE BLANC Antoine, LHOMME Serge, REGHEZZA-ZITT Magali, RUFAT Samuel, 2012, « What resilience is not : uses and abuses », Cybergeo. <https://cybergeo.revues.org/25554>

EL HORR Dima, 2016, Mélancolie libanaise : le cinéma après la guerre civile, Paris, L’Harmattan, 278 p.

EL NOUR Saqer, GHARIOS Cynthia, 2015, « The right to the village? Concept and history in a village of South Lebanon », Justice Spatiale Spatial Justice, n° 7. <http://www.jssj.org/article/le-droit-au-village-concept-et-histoire-dans-un-village-du-sud-liban/>

FOURNIER Zara, « Mettre en scène une mémoire sélective : La prison faite musée à Khiam au Liban-Sud », in Anna Chiffoleau, Elie Dannaoui, Anna Madoeuf, Souad Slim, Explorer le temps au Liban et au Proche-Orient, Beyrouth, Publications of the University of Balamand, Presses de l’IFPO, p. 201-219.

GERVAIS-LAMBONY Philippe, 2012, « Nostalgies citadines en Afrique Sud », Espacestemps.net. <http://www.espacestemps.net/articles/nostalgies-citadines-en-afrique-sud/>

GUINARD Pauline, GUYOT Sylvain, 2016, « L’art de (ré)imaginer l’Afrique du Sud », L’information géographique, vol. 79, n° 4, p. 70-96.

HAUGBOLLE Sune, 2010, War and memory in Lebanon, New York, Cambridge University Press, 278 p.

HOUSSAY-HOLZSCHUCH Myriam, 2010, Crossing boundaries : tome 3 : Vivre ensemble dans l’Afrique du Sud post-apartheid, Habilitation à Diriger des Recherches, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

HUMPHREYS David, 2015, « The reconstruction of the Beirut Central District: An urban geography of war and peace », Spaces and Flows: an International Journal of Urban and ExtraUrban Studies, vol. 6, n° 4, p. 1-14.

JUAN Salvador, 2015, « Le concept de routine dans la socio-anthropologie de la vie quotidienne », Espace populations sociétés, n° 1-2. <http://eps.revues.org/5935>

KHAYYAT Munira, 2013, A landscape of war: on the nature of conflict in South Lebanon, thèse de doctorat en anthropologie, Columbia, Columbia University.

KOSELLECK Reinhardt, 1990, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éditions de l’EHESS, 334 p.

KUNDERA Milan, 1984, L’insoutenable légèreté de l’être, Paris, Gallimard, 400 p.

LANG Felix, 2014, « Ghosts in the archive. Lebanon’s second-generation post-war novelists and the limits of reconstruction », Contemporary French and Francophone Studies, vol. 18, n° 5, p. 487-495.

LARKIN Craig, 2010, « Remaking Beirut: contesting memory, space, and the urban imaginary of Lebanese youth », City & Community, n° 4, vol. 9, p. 414-442.

MADDERN Jo Frances, ASSEY Peter, 2008, « Editorial: spectro-geographies », Cultural Geographies, vol. 3, n° 15, p. 291-295.

MAKHZOUMI Jala, 2010, « Marginal landscapes, marginalized rural communities: sustainable postwar recovery in Southern Lebanon », in Lessons in postwar reconstruction: case studies from Lebanon in the aftermath of the 2006 in Howayda Al Harithy, London, Routledge, p. 127-157.

MERVIN Sabrina, 2008, Le Hezbollah : état des lieux, Paris, Actes Sud, 363 p.

MERMIER Franck, 2013, Mémoires de guerre au Liban, 1975-1990, Paris, Actes Sud, 618 p.

NAEFF Judith, 2017, Precarious imaginaries of Beirut: a city’s suspended now, Berlin, Springer, 264 p.

NAGLE John, 2017, « Ghosts, memory, and the right to the divided city: resisting amnesia in Beirut City Centre », Antipode, vol. 49, n° 1, p. 149-168.

PICARD Elizabeth, 1994, « Les habits neufs du communautarisme libanais », Cultures & Conflits, n° 15-16, p. 49-70.

RIPOLL Fabrice, 2006, « Réflexions sur les rapports entre marquage et appropriation de l’espace », in T. Bulot, V. Veschambre, Mots, traces et marques. Dimension spatiale et linguistique de la mémoire urbaine, Paris, L’Harmattan, p. 15‑36.

ROUSSO Henry, 1990, Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Paris, Seuil, 384 p.

VOLK Lucia, 2010, Memorials and martyrs in modern Lebanon, Bloomington, Indiana University Press, 272 p.

VON HIRSCHHAUSEN Béatrice, 2017, « De l’intérêt heuristique du concept de « fantôme géographique » pour penser les régionalisations culturelles », L’Espace géographique, vol. 46 n° 2, p. 106-125.

YOUNG Michael, 2010, The ghosts of martyrs square: an eyewitness account of Lebanon’s life struggle, New York, Simon & Schuster, 295 p.

Haut de page

Notes

1 Situé sur l’ancienne ligne de démarcation pendant la guerre civile libanaise, l’immeuble Barakat, a été un poste de contrôle avancé et un repaire de francs-tireurs pendant la guerre civile. Au début des années 2000, et suite à la mobilisation d’un groupe d’architectes, d’urbanistes et de militants, menée par l’architecte Mona Hallak, il a fait l’objet d’un projet de réhabilitation démarré en 2008 visant à terme à en faire un musée de la ville de Beyrouth. Le projet de « Beit Beirut », finalement lieu d’exposition, a été inauguré en 2017 à l’issue de nombreux conflits et controverses.

2 http://www.archinternational.org/2017/11/13/the-photo-mario-archive-project-recapturing-the-memory-of-a-neighborhood-photography-studio/

3 Ainsi, les travaux de Jalal Taoufic, de Ghassan Salhab et de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige mettent en scène des personnages revenants (Hadjithomas, Joreige, A perfect day, 2005, Salhab, Beyrouth-Fantôme, 1998), des vampires (Taoufic, Vampires : an Uneasy Essay on the Undead in Film, 1993), ou encore des martyrs sans visage (hadjithomas, Joreige, Faces, 2009) qui hantent la ville de Beyrouth et certains de ses habitants.

4 Khiam Rehabilitation Yearly Report, 2001. Le Khiam Rehabilitation Center est une ONG fondée en 1993 par un ancien détenu d’Ansar, le centre de détention précédant Khiam, et qui milite notamment pour la reconnaissance des droits des détenus de Khiam.

5 Si le nom de l’établissement renvoie à l’un des postes-frontières de Berlin, la thématique du lieu fait bien référence à la division de Beyrouth pendant la guerre.

6 Une nébuleuse d’associations satellitaires du Parti de Dieu a en charge l’activité commé­mora­tive, patrimoniale et touristique de l’ancienne prison de Khiam : parmi elles, on compte successivement et/ou conjointement : Risalat, l’Association libanaise pour les arts, l’Asso­ciation des prisonniers libérés, l’Association pour la revitalisation de l’héritage de la Résistance, et la dernière en date l’Association pour l’héritage et le tourisme de la Résistance.

7 Notamment via un monument aux morts et plusieurs panneaux photographiques les figurant.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Présentation de la soirée Haunted Haus
Crédits Source : Facebook, octobre 2016
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/7341/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 2 – « Le Sud : face à la terre ». Nostalgie et fantasme territorial
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/7341/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Crédits Source : Facebook, 2017
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/7341/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Bonte et Zara Fournier, « Prison et boîte de nuit », Géographie et cultures, 106 | 2018, 75-93.

Référence électronique

Marie Bonte et Zara Fournier, « Prison et boîte de nuit », Géographie et cultures [En ligne], 106 | 2018, mis en ligne le 06 décembre 2018, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/gc/7341 ; DOI : 10.4000/gc.7341

Haut de page

Auteurs

Marie Bonte

Université Lyon 3
Laboratoire PACTE– UMR 5194
marie.bontec@gmail.com

Articles du même auteur

Zara Fournier

Université de Tours
Laboratoire Citeres – UMR 7324
zaradfournier@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals