Navigation – Plan du site

Les fantômes de la Tour Utrillo

Métonymie de l’action urbaine à Clichy-sous-bois et Montfermeil
The ghosts of the Utrillo Tower: metonymy of urban policies in Clichy-sous-Bois and Montfermeil
Elsa VIVANT
p. 115-132

Résumés

Peuplée de fantômes, la Tour Utrillo, située à la limite des communes de Clichy-sous-Bois et Montfermeil, est aussi un fantôme de l’action publique urbaine. Son destin cristallise l’histoire du territoire et la manière dont les fantômes influen­cent ou justifient les interventions publiques et privées. Certains de ces fantômes ont laissé des traces dans des documents de planification (les projets avortés d’infra­structures). D’autres ont fait de courtes, mais remarquées, visites (personnali­tés médiatiques). Les derniers ont connu un destin tragique (deux adolescents décédés) et hantent les acteurs qui agissent en leur nom. Cet article revient sur l’histoire de la Tour Utrillo et de ses fantômes, métonymie des fantasmes et des pratiques de l’action publique dans les quartiers populaires. Il met au jour comment les fantômes, de diverses natures, agissent sur le territoire et font agir les acteurs. Par une expé­rience d’écriture subjective, il donne la voix à ces fantômes, ouvrant la porte à d’autres interprétations des évolutions du territoire.

Haut de page

Texte intégral

1Octobre 2017. La Tour Utrillo située à la limite des communes de Clichy-sous-Bois et Montfermeil n’est plus que ruines. La pince de la grue croque le dernier mur de béton. Des gravats chutent. Seule la charpente demeure visible. La lumière du soleil d’automne filtre à travers la dentelle des po­teaux de béton. Un bulldozer pousse les déblais dans les sous-sols pour les combler. Seules les fondations seront conservées avant de laisser la place à une gare de métro et un lieu culturel. Cette déconstruction intervient qua­torze ans après la décision initiale de démolition de la Tour Utrillo. Les délais, reports et atermoiements de l’histoire de cette démolition reflètent la vie tumultueuse de ce bâtiment, de ceux qui l’ont occupé, de ceux qui l’ont possédé, des histoires qui sont racontées. Ils se comprennent en regard du contexte urbain et politique de ces deux villes et des fantômes qui les traversent, comme autant de réminiscences des rêves, des attentes, des déceptions et des désespoirs que leur urbanisation a suscités.

2Les fantômes se sont invités récemment dans le débat académique en géographie. Le pouvoir évocateur de la métaphore du fantôme est ainsi invoqué pour qualifier les espaces résidentiels inachevés, en butte à la crise financière des subprimes et aux carences des pouvoirs publics pour faire respecter les normes urbanistiques (O’Callaghan, Boyle & Kitchin, 2014). Ruines avant d’avoir vécu, ils rappellent les villes fantômes des ruées vers l’or, abandonnées après l’épuisement des filons et l’évanouissement des espoirs et spéculations. Dans ces deux cas, les perspectives spéculatives ont alimenté les fantasmes immobiliers. La notion de fantôme est aussi mobili­sée pour son potentiel heuristique pour questionner la longue durée en géographie. À la fois corporéité et fantasme, apparition de ce(lui) qui a disparu, le fantôme géographique est la « trace laissée dans les sociétés con­tem­poraines par des territorialités défuntes » (Hirschhausen (von), 2017). Le fantôme, résurgence fantasmée d’un passé ou d’un défunt, est mobilisé par les acteurs d’un territoire pour orienter ou justifier une action ou un discours. Il les fait agir en son nom ou en sa mémoire.

3Les déboires de la Tour Utrillo, qui en quarante années de fonctionnement n’a que très peu été utilisée, renvoient plus largement aux fantasmes et espoirs de la politique de la ville. Peuplée de fantômes, cette Tour est aussi un fantôme de l’action publique urbaine. Après son inauguration en 1976, ses treize étages de bureaux sont longtemps restés vides. Rachetée par les collectivités locales, elle abritera quelque temps les équipes en charge de la rénovation urbaine, des entreprises d’insertion et des ateliers de confection. Des projets plus ou moins réalistes ont été proposés pour lui redonner une nouvelle vie jusqu’à ce que l’arrivée prochaine du chantier d’une gare du Grand Paris Express impose sa destruction. Pourquoi a-t-il fallu attendre quatorze ans pour que la Tour tombe, alors qu’autour d’elle, la rénovation urbaine a profondément transformé le quartier, les dernières copropriétés ayant été très largement restructurées et démolies ? Le destin de la Tour Utrillo cristallise l’histoire du territoire et la manière dont les fantômes influencent ou justifient les interventions publiques et privées. Certains de ces fantômes ont laissé des traces dans des documents de planification (les projets avortés d’infrastructures). D’autres ont fait de courtes, mais remar­quées, visites (personnalités médiatiques). Les derniers ont connu un destin tragique (des adolescents décédés).

  • 1 L’enquête, réalisée en association avec les Ateliers Médicis et en collaboration avec Karine Sahler (...)

4Cet article revient sur l’histoire de la Tour Utrillo et de ses fantômes, comme une métonymie des fantasmes et des pratiques de l’action publique dans les quartiers populaires. Il s’appuie sur une enquête réalisée en 2016 et 2017 sur les conditions d’implantation des Ateliers Médicis sur le territoire. Au cours de l’enquête, plusieurs entretiens ont été réalisés auprès de différents profes­sionnels impliqués et des documents d’archives ont été consultés. L’article s’appuie sur les matériaux collectés pour mettre au jour comment les fan­tômes, de diverses natures, agissent sur le territoire et font agir les acteurs. Nous mobiliserons également des dispositifs d’écriture non académique et subjective pour donner la parole aux fantômes1. Mais avant cela, il convient de revenir sur l’histoire récente de l’urbanisation rapide du territoire, nourrie de fantasmes et de spéculations, dont certains fantômes hantent encore les élus. Cet article raconte une histoire, une histoire de fantômes, l’histoire d’un territoire à travers celle d’un bâtiment et de ses fantômes, l’histoire d’un projet culturel en construction et ses incertitudes.

La Tour Utrillo comme métonymie de l’histoire de Clichy et Montfermeil

  • 2 Destinés à des ménages modestes, ces prêts financent l’accès à des logements dont les normes de con (...)

5À partir des années 1950, le territoire de Clichy et Montfermeil a connu une très rapide urbanisation par la réalisation de grands programmes immobiliers résidentiels, en dehors de toute planification, financés par prêt Logecos2, dans un contexte urbain sous-équipé. Les constructions et perspectives spécu­latives étaient stimulées par un projet autoroutier qui ne verra jamais le jour et continue de hanter les discours des élus sur l’enclavement du terri­toire. En 1960, Bernard Zerfuss conçoit un plan d’ensemble, intégrant les copropriétés existantes et prévoyant d’autres projets immobiliers inspirés par les logiques fonctionnalistes de la Charte d’Athènes. Ce plan s’organise autour d’un projet autoroutier au cœur des zones bâties ou à bâtir. En 1964, la construction d’une ligne de métro aérien entre Livry-Gargan et Clichy-sous-bois est projetée mais rapidement abandonnée au vu des contraintes tech­niques. Les projets immobiliers prévus ne seront que partiellement réalisés en raison de la réorientation des politiques de financement du logement et d’une crise de surproduction immobilière. Très rapidement, des controverses éclatent localement. La gestion des copropriétés par les syndics est, dès la fin des années 1960, dénoncée par les associations de locataires et les assem­blées de copropriétaires, pointant les hausses de charges induites par de mauvaises gestions. Les élus locaux (communistes) s’opposent à la réalisa­tion de l’autoroute au cœur des immeubles d’habitation. Les projets avortés d’infrastructures et leurs tracés fantômes sur les documents de planification sont encore aujourd’hui mobilisés par les élus locaux pour justifier et appuyer leurs revendications pour désenclaver le territoire par la création de transports en commun. Ces deux éléments ont alimenté une spirale de dégradation du quartier, la mauvaise gestion des ensembles immobiliers et la faible accessibilité du site décourageant les ménages les plus solvables à rester et/ou s’installer dans le quartier. Ceux-ci revendent leur bien à des propriétaires aux finances plus fragiles et/ou à des bailleurs peu soucieux de l’entretien de leur bien.

  • 3 La Tour connaitra plusieurs propriétaires en quarante ans, privés puis publics : SCI Cézanne Utrill (...)

6Dans ce contexte, la Tour Utrillo, construite dans les années 1970, peine à trouver sa place et sa clientèle. En 1971, la SCI parisienne La Grande Tour3 dépose une demande de permis de construire auprès des services de l’État, pour la réalisation d’un ensemble de bureaux et de commerces, avec en vue la création de 700 emplois. Après l’attribution du permis en 1972, le chantier commence, des grues s’installent, des piézomètres vérifient le niveau de la nappe phréatique. Les négociations entre le syndicat intercommunal et le promoteur pour le financement des voiries, des réseaux d’assainissement et des équipements publics commencent, et des désaccords apparaissent.

7La Tour est représentative du boom de la promotion immobilière de bureaux en île de France, qui en l’espace de moins de dix ans, a vu sa surface de bureau multipliée par quatre. Cette évolution immobilière peut être mise en regard avec l’évolution de la structure économique de la Région : les activi­tés de services prennent progressivement le pas sur les activités industrielles, ce qui induit un changement de la structure des emplois et des qualifications requises. En 1976, le bâtiment est livré, un seul magasin de vêtements ouvre ses portes en rez-de-chaussée et les fermera trois ans plus tard, faute de clients. Un arrêté ministériel concernant la sécurité des immeubles de grande hauteur en 1977 affecte la gestion de l’immeuble qui doit s’y conformer, ce qui en­gendre des surcoûts de fonctionnement (par la présence permanente d’agents de sécurité incendie). Pour alléger ses charges, le régisseur de­mande un dégrèvement de la taxe d’ordures ménagères dont il doit s’acquitter malgré l’absence d’occupants et donc de déchets (source : Archives de Montfermeil, 1979). À défaut d’entreprises, le propriétaire tente de convaincre, sans succès, la municipalité de changer l’affectation des usages de la Tour pour la transformer en logements sociaux. Alors qu’en 1984 la Tour change à nou­veau de propriétaire, 8 000 m² de bureaux sont disponibles à la location. Le commercialisateur fait part au Maire de ses difficultés, liées en grande partie, selon lui, à la « détestable » réputation du quartier « connue de tous les industriels du département ».

Vous avez bien voulu nous entretenir de votre désir et de vos efforts pour lutter contre cette réalité et je dois dire que nous ne manquons pas d’infor­mer notre clientèle potentielle de votre volonté. Mais nous ne sommes pas crédibles et nous ne le serons pas tant que l’aspect de l’environnement immédiat de l’immeuble ne donnera pas le sentiment qu’un renouveau de cette partie de votre commune est en cours. Nous de­vons reconnaître que notre commercialisation en est totalement bloquée. Il faut faire quelque chose et cela ne peut être que de votre ressort.

Lettre du commercialisateur au Maire de Montfermeil. Source : Archives de Montfermeil, 1979.

La Tour, vigie des transformations urbaines4

  • 4 Ce titre est emprunté au rapport de l’OPPIC (OPPIC, 2012).
  • 5 Pour un aperçu de l’évolution de la politique de la ville, de ces objectifs et modalités d’action, (...)
  • 6 Cette opération d’achat/revente de la Tour a été l’objet de controverses dans la presse locale et a (...)

8Dix ans après sa livraison, la Tour Utrillo est devenue le symbole de la dégradation urbaine puis de la métonymie des actions publiques sur le quartier, en particulier les différents dispositifs de la politique de la villedont l’histoire est faite de sigles et d’expertises extérieures : DSQ, ZUP, ORU, ZUS, ZRU, DEFI, CDT, GPE, ZFU, CCUS, PICURBAN, GPV, GPU, PRU, ORCOD5. Son destin bascule au tournant des années 1990, quand elle attire l’attention des acteurs publics. La ville de Montfermeil commence alors à acquérir des logements au sein de la copropriété des Bosquets, voisine de la Tour Utrillo, afin de prendre part à la gestion de la copropriété, en vue d’une restructuration progressive du quartier (Le Garrec, 2010). En d’autres termes, la démolition de certains immeubles résidentiels constitue déjà l’hori­zon de l’action publique. En parallèle, la Ville préempte puis revend rapidement la Tour en vue d’y installer des services publics et une pépinière d’entreprises. La Tour, inutilisée aux deux tiers, est revendue en 1991, la Ville conservant par bail emphytéotique la jouissance des terrains extérieurs et du rez-de-chaussée6.

9La Tour n’est toujours que très partiellement occupée en 1993. Des ateliers de confection s’installent, alors que l’immeuble ne répond pas aux normes de sécurité, et que la commission départementale de sécurité demande sa cessation d’activité. Suite à une déclaration d’utilité publique et après une longue négociation sur le prix de vente, la SemCM, Société d’Économie Mixte intercommunale en charge de la mise en œuvre du Grand Projet Urbain, l’acquiert grâce au financement européen PicUrban, en vue de déve­lop­per des locaux d’activité et une pépinière d’entreprise bénéficiant du dispositif de zone franche urbaine. En 2000, une maison des services publics est inaugurée au rez-de-chaussée.

10Cette histoire, documentée sur fond d’archives, laisse de nombreux étages de bureaux vides au cours des quarante années de vie de la Tour. Pourtant, au détour des entretiens, on apprend qu’une troupe de théâtre était installée au 2e étage pendant plusieurs années, que des inventeurs y avaient leur bureau, que des personnes venaient s’y former dans une antenne du Greta, que l’on pouvait y manger dans un restaurant d’insertion, que l’on déposait plainte à l’antenne du commissariat en rez-de-chaussée, que des mariages y étaient fêtés, qu’il lui fallait en permanence gardien, pompier et agents d’entretien. Bref la Tour, malgré tout, avait une vie, et ses ruines sont au­jour­d’hui peuplées de fantômes qu’un récit autobiographique imaginaire de la Tour Utrillo sort de l’oubli.

Des dessins d’enfant accrochés sur le pilier, au-dessus du bureau où s’entassent des livres, des dossiers et un carton à dessin. Un petit bouquet de fleurs et un cendrier sur la table attendent les participants à la réunion. Il est encore autorisé de fumer sur son lieu de travail. Un homme s’affaire. Un rendez-vous important. L’ascenseur est encore bloqué. Comment expliquer qu’il faut sauter pour faire redescendre l’ascenseur de quelques centimètres pour que la porte s’ouvre. Sans GPS, sans portable, sans assistance, il se perd entre les immeubles. S’arrêter en descendant au deuxième étage, lui présenter la compagnie de théâtre qui répète sur un parquet de bal installé dans un open space. Deux cents mètres carrés. Un poisson dans l’eau. L’amuser avec l’histoire de l’inventeur de l’Aspi-Venin, perdu quelque part dans les étages, des gens frappadingues avec une imagination délirante. Sauter les étages, fermer les yeux, ne pas voir, ne pas entendre, le bruit des machines à coudre, des fers à repasser et à vapeur. Travailleurs clandestins. Enfants, adultes, exploités au 4e et 5e étage, nuit et jour. Le bruit. Tacatacata. Des cartons qui s’entassent dans les couloirs. Les tissus synthétiques qui menacent d’incendie. Des boutons, des ficelles, des fils, des couleurs.

Le marché aux pieds, des gens de partout, des tentures de toutes les couleurs, des barnums, des stands. Le gardien dans sa loge, reçoit et distribue les lettres, les visiteurs, les informations, les rumeurs. Ce midi, déjeuner au restaurant qui s’est installé au rez-de-chaussée, à la place de Zin-Zin, La Poularde. J’en ai vu des amourettes naître à la Poularde, des fantasmes se cristalliser dans les ascenseurs bloqués, des œillades à la photocopieuse, des espoirs d’ascension sociale, de réinsertion par le travail, de retour à l’emploi, de formation qui continue. Ça va, ça vient. Mission locale au rez-de-chaussée, commissariat, services publics. Courir pendant la pause méridienne dans la forêt de Bondy. Discuter du match, de l’émission, de la rumeur de la veille autour de la cafetière commune. La sonnerie du télex, du fax, du Minitel, du modem. Les ordinateurs de plus en plus plats légers mobiles. Pas eu le temps de voir venir les smartphones et les cafetières Nespresso.

Source : Extrait du « Monologue de la Tour », publié dans L’ouvroir, 2016.

  • 7 Agence Foncière et Technique de la Région Parisienne, devenue Grand Paris Aménagement.

11L’acquisition de la Tour Utrillo s’avère être un gouffre financier. Les bureaux sont pour la plupart vides, hormis des ateliers de confection, et le dernier étage occupé par les opérateurs de la rénovation urbaine comme en surplomb au-dessus du territoire en transformation. Son faible taux d’occupation ne permet pas d’assurer un minimum de rentabilité locative, le statut d’immeuble de grande hauteur nécessitant une maintenance et des coûts de gestion importants : entretien, gardiennage, sécurité incendie… Malgré les travaux réalisés, en particulier l’aménagement de la maison des services publics, la démolition apparaît comme le seul moyen de résorber le déficit d’exploitation. Dans le cadre du programme de rénovation urbaine, la démolition de la Tour est actée et doit être engagée avant la fin 2005, le temps de construire des locaux d’activités pour déplacer les ateliers de confection (Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine, 2004). C’est du moins la date butoir que fixe l’ANRU pour assumer le coût financier de l’exploitation de la Tour. Elle est achetée par l’AFTRP7 en 2006 qui a la charge de sa déconstruction, prévue pour 2009. Les occupants sont relogés dans de nouveaux locaux d’activité, le désamiantage et le curage sont amorcés, le permis de démolir est délivré. La Tour se dresse alors dans un quartier en transformation, entre démolitions et reconstructions. Vidée de ses rares occupants, traversée par les courants d’air, les souvenirs et les rumeurs, elle attend pendant quatorze ans sa déconstruction, préalable de la recompo­sition du cœur de quartier. À ses pieds, un tramway est en projet, mais nul ne fait encore l’hypothèse d’un métro à proximité et la programmation de l’emprise libérée de la Tour n’est pas définie. Ce sont d’autres fantômes qui vont influencer la suite de cette histoire.

Une ville et des acteurs hantés par les fantômes de deux adolescents

  • 8 De nombreux travaux peuvent être consultés à ce sujet dont plusieurs numéros spéciaux de revue : Es (...)
  • 9 Claude Dilain a été élu maire de Clichy en 1995. Décédé en 2015, son aura et son charisme sont soul (...)

12La ville de Clichy-sous-Bois est hantée par les fantômes de Zyed Benna et Bouna Traoré, deux adolescents de quinze ans, morts électrocutés dans un transformateur électrique le 27 octobre 2005. Nous ne reviendrons pas ici sur ces événements dramatiques et les émeutes, révoltes, soulèvements popu­laires (selon les points de vue) qui s’en sont suivis dans toute la France8. Claude Dilain9, à l’époque maire de la ville, commence son autobiographie par un prologue où il fait le récit de cet événement, de son arrivée sur les lieux et des journées et surtout des nuits qui s’en sont suivies. Il écrit ses mémoires à la lueur de cet événement et de ces fantômes qui le hantent.

Toute ma vie, je garderai en mémoire l’image incertaine de ces ombres meurtries, allongées sur le sol, à quelques mètres de moi. Elles resteront à tout jamais le souvenir de notre chagrin et de notre colère collectifs. Nous sortons, effondrés, comme anéantis par un coup trop dur pour nous. […] J’entends encore les hurlements de douleur. Je vois encore les corps [des parents] se tordre puis plier sous le poids du chagrin, du désespoir d’apprendre la perte brutale d’un de ses enfants. (Dilain, 2006)

13Une stèle a été réalisée en leur souvenir, des cérémonies sont célébrées tous les ans, le transformateur garde la mémoire de ces événements tragiques. Les fantômes de Zyed et Bouna ressurgissent régulièrement et agissent sur les acteurs du territoire. Au cours de notre enquête, nous avons été très marqués par l’importance de cet événement et des fantômes des deux adolescents aux yeux de nos interlocuteurs. Sans que nous n’y fassions allusion, en guise de préambule à toute discussion, avant même le début des entretiens, plusieurs enquêtés, ayant travaillé à l’époque à Clichy ou dans d’autres quartiers populaires, en ont spontanément parlé, expliquant leur vision de l’événement, le rôle qu’ils ont joué, ce qui s’est passé ensuite, les espoirs, les désillusions, les signes révélateurs. Pour tous, l’événement constitue un moment de rupture, entre un avant et un après, un événement qui, par l’ampleur de leur engagement au quotidien au plus près des habitants et des jeunes, déclenche une compréhension nouvelle du vécu des habitants. Tous témoignent encore aujourd’hui, plus de dix ans après les faits, de leur colère quant aux raisons et aux effets de ces événements. Les fantômes de ces deux adolescents font également agir les professionnels n’ayant pas connu inti­mement les événements. Ainsi, un responsable associatif, engagé auprès du conseil citoyen, ne maîtrise pas son émotion lorsqu’il évoque son sentiment face aux violences policières et aux injustices, et le rôle de ces fantômes dans son engagement personnel sur ce territoire.

Le principe même de la fondation de [notre association] il vient de là, il vient de ce scandale de notre société, cette injustice première qui est la manière dont on traite ces mômes dans ces quartiers, c’est insupportable et c’est insupportable depuis trop longtemps, et c’est insupportable dans la manière dont les politiques publiques sont impuissantes ou instrumentali­sent, c’est insupportable la manière dont les politiques font de ces quar­tiers un levier politique en attisant la peur, en attisant la haine de l’autre, c’est insupportable et ça aboutit à cet état policier criminel, c’est insup­portable, c’est inadmissible. (Entretien avec un responsable associatif, mars 2017)

  • 10 Il croise le Directeur général des Services qui, comme lui, a été élu au conseil municipal de la Vi (...)

14Les fantômes des deux adolescents infléchissent aussi le destin de la Tour Utrillo, sous l’influence de Jérôme Bouvier, personnage central de cette histoire. Journaliste, médiateur à Radio France, il s’investit de longue date, avec son collègue Luc Bronner, journaliste au Monde, dans des réflexions sur le rôle des médias dans la construction des représentations de la banlieue, la diffusion des préjugés, et le manque de représentation de la diversité. Il intervient dans plusieurs événements organisés à Clichy-sous-Bois au début des années 200010. Les événements de 2005 constituent aussi pour lui un moment de rupture. Présent sur les lieux, il observe le travail de ses con­frères, ce qui ne manque pas de l’inquiéter.

J’ai passé ces jours là-bas, en voyeur [observateur], pas en acteur, j’étais très fasciné par la question médiatique parce qu’il y avait 450 journalistes sur place, 80 chaînes de télé. J’ai vu à Clichy ce que j’ai vu dans ma vie professionnelle à Sarajevo ou à Kaboul, quand la tortue romaine arrive, sauf que c’était à 15 bornes de Paris, c’était chez moi. Pas en temps de guerre. Ça a été très fondateur. […] J’ai dit à Claude [Dilain] : tu viens d’en prendre pour 20 ans. Pendant 20 ans, Clichy-sous-Bois va être le sym­bole de la ville où des gamins encagoulés ont brûlé des bagnoles. Cette image-là est plus destructrice que toutes les autres, tu n’arrives jamais à convaincre les investisseurs de venir. L’image que les gens vont porter sur eux-mêmes. C’est la question du regard que l’on porte sur l’autre et sur soi-même. Pour changer le regard, puisque les chaînes de télé venaient très peu de temps, on va faire l’inverse, on va demander à des photographes de prendre le temps de s’installer et de poser leur regard sur le territoire. (Entretien avec Jérôme Bouvier, mars 2016)

15C’est ainsi que naissent deux projets artistiques invitant des artistes à investir le territoire comme source pour leur création avec l’objectif de changer le regard porté sur les quartiers popu­laires. Deux ouvrages seront publiés : Clichy sans Clichés (photographes) en 2006 et deux ans plus tard Les nouvelles de la banlieue (écrivains). Fort du succès de ces deux initiatives, il est de nouveau sollicité pour monter un projet sur la Tour Utrillo en atten­dant sa démolition. Il propose de la recou­vrir d’un voile support de panneaux d’informations et de projections, pour en faire un journal citoyen. Ce projet Media. Tour évolue vers un projet culturel d’exception : la création d’une résidence d’artistes sur le modèle de la Villa Médicis de Rome (Servari, 2013). Ironie de l’histoire, dès le premier plan-masse du quartier en 1968, il était prévu de construire à l’emplacement de la Tour une salle de spectacle. Doit-on en déduire que les fantômes des plans d’aménagement abandonnés continuent à faire entendre leur voix ?

Vers une seconde vie ou un sursis ?

16Ce projet culturel qu’il nomme « la Villa Médicis des banlieues du monde » prend naissance à la fin des années 2000, alors que plusieurs institutions culturelles parisiennes déploient des antennes sur différents territoires. Il permet d’associer, selon les mots de Jérôme Bouvier, la « puissance de la marque Médicis » comme lieu d’excellence, d’exception et d’exigence pour le soutien à la création artistique, avec la « puissance de la marque Clichy-sous-Bois », et ce qu’elle signifie des souffrances, de la déshérence, du désespoir des banlieues (entretien avec Jérôme Bouvier, mars 2016). Les maires des deux communes sont rapidement convaincus, pour des raisons différentes, à l’intérêt du projet qui ne peut se concrétiser avec le seul soutien et financement des villes. Il faut convaincre et embarquer le minis­tère de la Culture dans l’aventure. Et pour cela, faire connaître le projet. Le 5 octobre 2010, Luc Bronner publie dans Le Monde un article présentant les grandes lignes du projet, telles que les maires s’accordent à le présenter : « Si on veut que la culture française marche sur ses deux pieds, elle doit évidemment s’appuyer sur l’histoire ce que l’actuelle Villa Médicis promeut, mais elle doit aussi s’appuyer sur la société française actuelle, ce qu’une localisation en banlieue peut apporter » (Bouvier cité dans Servari, 2013). Ce jour-là, par un concours de circonstances, Jérôme Bouvier rencontre le mi­nis­tre de la Culture, Frédéric Mitterrand, tout juste rentré de l’Académie de France à Rome qu’il dirigeait, et le convainc de venir sur le site pour prendre connaissance du projet. Quelques jours plus tard, le ministre visite la Tour, dépouillée de ces éléments d’aménagement intérieur, désamiantée, prête pour la déconstruction finale. Il en rend compte dans son journal :

C’est un article du Monde qui m’a alerté il y a quelques jours. Les maires des deux communes, l’un de droite et l’autre de gauche, demandaient que l’on garde la tour pour y installer une Villa Médicis de la banlieue ; idée fortement relayée par Jérôme Bouvier, le médiateur ultra sympathique de Radio France qui multiplie les actions culturelles sur place depuis plu­sieurs années. C’est ici que sont morts les deux gosses qui avaient tenté de fuir la police en cherchant refuge dans un transformateur électrique ; sou­lèvement populaire, répression, amorce de guerre civile urbaine, évanouis­sement de la République. Tout le monde très excité par ma venue qui donne une crédibilité inespérée au projet. […] Un type d’environ cin­quante ans surgit de nulle part. Visage dur, une femme tout en noir qui marche derrière lui, des gens qui s’écartent quand il s’avance, les deux maires soudain rembrunis Jérôme Bouvier : « c’est lui qui tient les réseaux islamistes, les cafés et la drogue. Attention, c’est du lourd. » Il y a pourtant des flics dans le coin, la trentaine, en jean et blouson, l’air coriace et qui savent très bien tout ce qui se passe. Ils considèrent en silence le ministre qui cherche des ennuis. (souligné par nous) (Mitterrand, 2013)

17Outre la référence explicite aux fantômes de Zyed Benna et Bouna Traoré, cette longue citation donne à voir un ensemble de perceptions de l’espace et des acteurs impliqués dont on peut supposer qu’ils influencent la décision du ministre venu « chercher des ennuis » sous le regard de policiers que l’on suppose agacés (« ils considèrent en silence ») puisqu’eux, contrairement à lui, « savent très bien tout ce qui se passe ». Le projet, que la présence du ministre rend davantage crédible, bénéficie de la perception par le ministre de son promoteur « ultra sympathique », qui connaît suffisamment le terri­toire pour identifier et connaître les personnalités locales.

  • 11 Deux éléments peuvent expliquer cette relance du projet sous cette forme : d’une part l’arrivée de (...)

18Profitant de l’enthousiasme du ministre, J. Bouvier lui remet une note de présentation du projet. Mais la date butoir de la démolition de la Tour approche. Le ministre de la Culture obtient du préfet de prolonger encore « le sursis à démolir qui la menace et fait tout son possible pour que le ministère puisse en prendre possession aux meilleures conditions » (Mitterrand, 2013). Deux propositions d’implantation sont alors étudiées : réhabiliter la Tour ou construire un nouveau bâtiment. La transformation de la Tour est retenue (pour un coût estimé de 15 millions d’euros), justifiée par des études de programmation architecturale et de faisabilité financière et technique réali­sées par Yves Lion, alors en charge d’une étude urbaine sur le quartier, dans la perspective de la création d’une gare de Métro au pied de la Tour Utrillo. Car en parallèle, un autre projet émerge : la création du Grand Paris Express. Depuis lors, les deux projets (Gare et Médicis) sont liés, l’un justifiant l’autre et vice versa. Dans tous les documents de planification ou d’études élaborés depuis 2012 et en lien avec ces évolutions, le projet Médicis est considéré comme un élément clé de la transformation urbaine à venir. Dans la foulée, le territoire connaît d’autres évolutions administratives et poli­tiques : la signature d’un contrat de développement territorial, la création d’un Établissement Public Territorial (selon un périmètre différent) et la création de la Métropole du Grand Paris. Suite à des négociations en haut lieu et malgré les réticences et le scepticisme de certains responsables politiques, le ministère de la Culture rachète la Tour pour 1,6 million d’euros, en décembre 2011 c’est-à-dire à quelques mois des élections prési­den­tielles. Cette acquisition engage le ministère au-delà de l’échéance élec­torale. Propriétaire du bâtiment, quelles que soient les nouvelles priorités politiques, une décision devra être prise pour le devenir du site, ce qui, en cas d’abandon du projet, ne manquerait pas d’alimenter la chronique média­tique. C’est du moins le pari que semble faire le ministre. Avec le change­ment de majorité en mai 2012, le projet est mis en sommeil puis relancé par Fleur Pellerin, avec une nouvelle orientation dans la continuité des réflexions menées lors des Assises de la Jeune Création et du Collège de la Diversité11. En décembre 2015, un Établissement Public de Coopération Culturelle est créé, un directeur nommé, une équipe constituée, des premières interventions artistiques organisées. Après sa longue gestation, le projet des Ateliers Médicis naît doucement. La recherche-création sur laquelle s’appuie cet article en est une des premières réalisations.

Faire vivre les fantômes par une écriture subjective

19Dans le cadre de cette recherche-création, sur la base de l’enquête menée sur le territoire, des entretiens réalisés, des visites et des documents d’archives, le récit autobiographique de la vie de la Tour Utrillo a été écrit, à la première personne, en se plaçant du point de vue de la Tour elle-même, jeune con­damnée à la démolition. Par ce procédé d’écriture, l’enquête restitue une subjectivité, celle d’un objet matériel, la Tour, et par là même redonne la parole à ce fantôme. Ce texte a été l’objet d’une mise en scène et en lecture publique, au treizième étage de la Tour elle-même, au cours d’une perfor­mance où le public était invité fêter les quarante ans de la Tour, à souffler les bougies du gâteau d’anniversaire et à échanger autour d’un goûter. Ce dispositif a réactivé l’enquête elle-même, plusieurs membres du public ayant ensuite fait part de leurs propres souvenirs de la tour, révélant des anecdotes nouvelles.

La fête est finie. Des assiettes sales s’empilent. Des miettes sur le sol. Des verres à moitié vides. Des mégots de cigarettes. Des papiers d’emballage. Des restes de chips. La petite table en Formica au milieu de gravats.

La lumière blanche d’une journée grise filtre à travers les dernières vitres encore en place. Des lambeaux de murs, bruts de béton, restes de plâtre qui s’écaille. Le sol irrégulier. Des poteaux structurent l’espace vide. Le vent s’engouffre. Des courants d’air. Seule la table de fête. Ce qu’il en reste.

Quarante ans. Un chiffre rond. Encore toute une vie devant moi.

Personne. Personne n’est venu à ma fête. Personne ne m’a rien offert. Qu’offrir à une condamnée ? Qui fêterait l’anniversaire d’une condamnée ?

L’annonce est tombée il y a 13 ans. La démolition.

Une condamnation.

Il y a quelques années, pourtant, une rémission. Prise à des rêves de grandeur. L’annonce par un grand spécialiste. Un ministre. Il allait me sauver, me donner une seconde vie, une nouvelle chance. J’allais devenir la vitrine de la France qui marche sur ses deux pieds. J’allais accueillir les plus grands artistes. J’y ai cru. Alors que j’étais prête, déjà, pour la fin. Décharnée. Désincarnée. Désamiantée.

Source : Extrait du Monologue de la Tour, publié dans L’ouvroir, 2016.

20Cette restitution de l’enquête, à travers une écriture non académique, explore les possibilités d’autres formes de représentation des résultats d’une re­cherche (Becker, 2009). Passer par la subjectivité stimule l’imagination pour formuler de nouvelles hypothèses et explications des événements passés, rappelant le caractère heuristique de la fiction dans la production des con­naissances (Vermandel, 2013). Changer de point de vue et d’énonciation ouvre la voie à un autre récit de cette histoire, à l’image des pratiques d’his­toire contre-factuelle (Deluermoz & Singaravélou, 2016). Écrire selon ce qui pourrait être le point de vue du bâtiment amène à réinterroger la succes­sion des événements dans le temps, au regard de l’âge de la Tour elle-même et l’ancienneté de la prise de compétence urbanisme pour les municipalités.

21Ainsi, adopter le point de vue subjectif de la Tour offre une nouvelle pers­pective pour comprendre et interpréter l’apparition d’un acteur inattendu de cette histoire. En 1991, Bernard Tapie, au faîte de sa gloire d’homme d’affai­res, d’homme politique et de responsable sportif, jette son dévolu sur la Tour et la ville de Montfermeil. La plupart des enquêtés expliquent cet intérêt par la fonction de ministre de la Ville qu’il occupait. Le recoupement des dates et des informations laisse percevoir un décalage entre ces différents événe­ments. Lors de sa première visite à Montfermeil en juin 1991, Bernard Tapie est député de Marseille et président de l’Olympique de Marseille. Il ne deviendra ministre de la Ville que l’année suivante. Ses ambitions sont plus vastes et il se positionne dans les médias comme le principal adversaire du Front national et des réactionnaires racistes. Or, Montfermeil défraie depuis plusieurs années la chronique médiatique et judiciaire par les prises de position et les décisions du maire divers droite élu en 1983, Pierre Bernard, en particulier son refus d’inscrire les enfants étrangers à l’école maternelle et ses propos xénophobes tenus publiquement. Venir à Montfermeil, c’est donc, pour Bernard Tapie, venir sur le terrain d’un de ses adversaires politiques, tout en ouvrant la possibilité de coopérer pour « casser le ghetto des Bosquets », pour reprendre l’expression utilisée à l’époque. Il est venu deux fois sur le territoire, visites fortement relayées par la presse et la télévision, pour lancer une initiative qu’il appelle le « forum des citoyens ». Si l’intérêt de Bernard Tapie pour le territoire n’est que passager, sa venue laisse des traces dans les mémoires. Grâce à lui, une radio associative aurait été financée, des matchs de football organisés, des jeunes emmenés au marathon de New York, des entreprises créées. La force de l’image charis­ma­tique de l’homme d’affaires décrié transcende les générations. Nous nous sommes étonnés pendant l’enquête (en 2016) de rencontrer des adolescents nous raconter leurs souvenirs de cette visite dans ce que certains appellent la « Tour Tapie ». Au-delà de l’anecdote, ces récits des visites de Bernard Tapie font de son fantôme un acteur du territoire, dont le souvenir est aussi vivace que l’influence a été, in fine, faible. En se plaçant du point de vue de la Tour elle-même, adolescente, qui a connu une enfance difficile et ren­contre de nom­breux troubles, l’arrivée de Bernard Tapie fait l’effet d’un mauvais garçon séducteur : on ne sait pas pourquoi il est là, ni ce qu’il cherche, mais on est conquis par ces manières et son bagout. Comment sinon expliquer l’effet de croyance qu’il a suscité et l’aura que son fantôme continue de distiller.

J’avais quinze ans. Il s’est penché sur moi. Penché sur mon cas. Il m’a promis monts et merveille. Un peu crooner, un peu looser. Avec sa veste en flanelle grise, ses copains tennismen ou footballeurs. Je croyais que c’était du sérieux. Tout le monde y a cru.

Il est venu plusieurs fois, chaude ambiance, chahut, invectives.

Il disait qu’il voulait rendre la vie plus agréable à ceux qui n’ont pas eu de chance. Qu’il faut se défoncer sur un terrain de sport pour s’en sortir. Qu’il faut briser les ghettos et tenir ses promesses. Qu’il faut se battre et occuper les jeunes. Que les citoyens s’organisent en forum. Que la vie sourit et qu’il veut réussir sa vie, réussir dans la vie.

Sauveur des banlieues, marchand d’illusions. Roi de la finance, il joue au père Noël sur fond de showbizness. Du concret, du réel, de la discrétion, une baguette magique, un menu alléchant : des jeux pour les enfants, une piscine, un gymnase, un cinéma, des terrains de foot, une radio locale, le marathon de New York, des crédits publics.

Ça lui a valu des problèmes avec la justice. Abus. Social. Bien social.

Je n’attends plus rien de lui. Je juge sur les faits. Je ne jugerai plus que sur les faits.

Je n’ai toujours pas compris, pas compris pourquoi il s’est intéressé à moi.

Je n’ai toujours pas compris pourquoi.

Bernard Tapie est mon héros tragique.

Source : Extrait du Monologue de la Tour, publié dans L’ouvroir.

22La Tour a depuis été démolie mais sa mémoire est consignée dans ce texte, contrairement à celles des habitants qui vivaient dans les mille cinq cents logements démolis dans le cadre de la rénovation urbaine. Ici, étrangement, alors que dans d’autres villes l’intervention d’artistes est mise au service d’un travail de mémoire sur des quartiers que la rénovation urbaine fait disparaître ou du moins transforme (Auclair, 2014), aucun travail de ce type n’a été entrepris malgré les très nombreux projets artistiques mis en place. Or ce recueil de témoignages du quotidien et de la mémoire n’ayant pas été fait du temps de l’existence des copropriétés démolies (les Bosquets et la Forestière), des récits nostalgiques se font entendre.

23Dans une récente installation au Centre Pompidou, Kader Attia (2016) rappelle que toute perte doit être l’objet d’un travail de deuil pour surmonter la douleur, apprendre à vivre avec le manque et l’absence, accepter de passer à autre chose. Ni mieux, ni moins bien. Différent. Dans une vidéo, il fait parler différents experts sur le phénomène du membre-fantôme. Longtemps après une amputation, une personne peut ressentir des sensations et de la douleur dans ce membre disparu. Faire disparaître cette douleur nécessite un travail sur soi pour accepter l’irrémédiable perte et s’engager dans une vie différente, la disparition d’un membre étant le début de quelque chose. Au-delà de l’expérience intime et physique de la perte d’un membre de son corps, d’un morceau de soi, l’artiste aborde les membres-fantômes du corps social, les pertes et les amputations qui sont aujourd’hui encore des blessures à vif, pour lesquelles le travail collectif de deuil n’a pas ou insuffisamment été fait : les génocides, l’esclavage, le colonialisme, la guerre d’Algérie. Sans ce travail de deuil autour des fantômes, la douleur et la perte, même niée, même renvoyée au plus profond de l’inconscient, peut ressurgir à tout moment, se raviver. Ne pas se soucier des fantômes, des défunts, de ce(ux) que l’on a perdu, dont on a été amputé, qui nous ont été retiré, de leur place, de leur mémoire, c’est prendre le risque qu’ils surgissent dans le présent, sans prendre garde, que son retour réveille des peurs, des douleurs enfouies. Comme le rappelle E. Grandbois-Bernard, « Vivre ensemble signifie aussi vivre avec nos fantômes » (2017).

24La rénovation urbaine, avec son lot d’immeubles et de logements démolis, a fait naître d’autres fantômes. Les expulsions sont des blessures qui ne sont pas soignées et qui restent douloureuses, comme des membres-fantômes. Partir de chez soi contre son gré, sur l’injonction d’une autorité, est aussi une source de souffrance et d’un sentiment de perte : les souvenirs des enfants faisant leurs devoirs sur la table de la cuisine, de la couleur du papier peint de la chambre, du bord de la baignoire sur lequel le plus jeune s’est blessé. Les démolitions (et donc les expulsions) qu’impose la rénovation urbaine dans les quartiers populaires, fragilisent la transmission des mémoires familiales (Lepoutre et Cannoodt, 2005). Les fantômes des familles expul­sées ne savent plus quelles ruines hanter.

Haut de page

Bibliographie

Mouvements, 2006, dossier : Émeutes, et après ?

Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2006, dossier : Penser la crise des banlieues, n° 61.

Espaces et Sociétés, 2007, numéro thématique : Émeutes en banlieues : lectures d’un événement.

Agora débats/jeunesse, 2015, dossier : Les émeutes de 2005, dix ans après.

Mouvements, 2015, dossier : Ma cité a craqué. Dix ans après les révoltes urbaines de 2005.

Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine. 2004. Convention partenariale pour la mise en oeuvre du projet de rénovation urbaine de Clichy-sous-bois Montfermeil. ANRU.

ATTIA Kader, 2016, Réfléchir la mémoire, Paris, Centre Pompidou – Prix Marcel Duchamps.

AUCLAIR Élisabeth, 2014, « Artistes, habitants et démolition : le rôle des projets culturels dans la rénovation urbaine », in Didier Desponds, Élisabeth Auclair, Pierre Bergel et Marie-Madeleine Bertucci, Les habitants, acteurs de la rénovation urbaine ?, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 111-129.

BECKER Howard, 2009, Comment parler de la société. Artistes, écrivains, chercheurs et représentations sociales, Paris, La Découverte.

BRETON Émile, 1988, Promenades dans Clichy-sous-Bois, Paris, Messidor.

Collectif, 2006, Clichy sans Cliché, Paris, Delpire éditeur.

Collectif, 2008, Des nouvelles de la banlieue, Paris, Textuel.

DELUERMOZ Quentin, SINGARAVELOU Pierre, 2016, Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus, Paris, Seuil.

DILAIN Claude, 2006, Chronique d’une proche banlieue, Paris, Stock.

EPSTEIN Renaud, 2015, « La gourvernance territoriale : une affaire d’État. La dimension verticale de la construction de l’action collective dans les territoires », L’année sociologique, n° 65, p. 457-482.

FOL Syvlie, 2013, « La politique de la ville, un outil pour lutter contre la ségréga­tion ? », L’Information géographique, n° 77, p. 6-28.

GRANDBOIS-BERNARD Estelle, 2017, « Voir les fantômes. Sentir la multiplicité temporelle de la ville grâce aux oeuvres d’art », Conserveries mémorielles. <https://journals.openedition.org/cm/2701>

HABOUZIT Rémi, 2017, La copropriété dégradée, le relogement et après ? Professionnels et habitants dans une opération rénovation urbaine, thèse de doctorat en Sociologie, Université Paris Saclay.

HIRSCHHAUSEN (von) Béatrice, 2017, « De l’intérêt heuristique du concept de « fantôme géographique » pour penser les régionalisations culturelles », L’espace géographique, n° 46, p. 106-125.

KEPEL Gilles, 2012, Banlieue de la République. Société, politique et religion à Clichy-sous-Bois et Montfermeil, Paris, Gallimard.

LAGRANGE Hugues, OBERTI Marc, 2006, Émeutes urbaines et protestations. Une singularité française, Paris, Presses de Sciences Po.

LE GARREC Sylvaine, 2010, La démolition d’un grand ensemble en copropriété : une réponse urbaine à un problème de gestion ? La copropriété des Bosquets à Montfermeil, thèse de doctorat en urbanisme et aménagement, Université de Créteil.

LEBARD Josephine, MAKOOI Bahar, 2015, Une année à Clichy. La ville qui rêvait qu’on l’oublie, Paris, Stock.

LEFEUVRE Marie-Pierre, 1999, La copropriété en difficulté, faillite d’une structure de confiance, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

LEPOUTRE Daniel, CANNOODT Isabelle, 2005, Souvenirs de familles immigrées, Paris, Odile Jacob.

MITTERAND Frédéric, 2013, La récréation, Paris, Robert Laffont.

O’CALLAGHAN Cian, BOYLE Mark, KITCHIN Rob, 2014, « Post-politics, crisis, and Ireland’s “ghost estates” », Political Geography, n° 42, p. 121-133.

OPPIC, 2012, Rapport d’activités, Paris, Opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la culture.

SERVARI Camille, 2013, Le projet de la Tour Médicis à Clichy-sous-Bois et Montfermeil. Genèse d’une action publique, mémoire de master 2 Histoire – Développement culturel territorial, Université Paris Est Marne la Vallée.

SUCHET André, 2016, « Les ruines des Jeux olympiques de Grenoble 1968. Le tremplin de saut à ski de Saint Nizier du Moucherotte et ses fantômes », Techniques & culture, p. 434‑447.

VERMANDEL Franck, 2013, « Quels enjeux épistémologiques pour la fiction ? », Lieux communs, p. 29-44.

VIVANT Elsa, SAHLER Karine, POSTEC Clément, 2016, L’ouvroir, Paris, Médicis-Clichy-Montfermeil et Sciences Po Paris. <https://www.ateliersmedicis.fr/wp-content/uploads/2017/06/l-ouvroir.pdf>

VIVANT Elsa, 2018, « Experiencing research-creation in urban studies. Lessons from an enquiry on the making of public space », Cities. <https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0264275117300021>

Haut de page

Notes

1 L’enquête, réalisée en association avec les Ateliers Médicis et en collaboration avec Karine Sahler et Clément Postec, a donné lieu à la production de restitutions sous forme de performances théâtrales, de visites théâtralisées du site (avec la collaboration artistique de Stéphane Schoukroun) et de la publication d’un journal, L’ouvroir, disponible sur le site des Ateliers Médicis : https://www.ateliersmedicis.fr/wp-content/uploads/2017/06/l-ouvroir.pdf. Un article publié récemment analyse cette démarche (Vivant, 2018).

2 Destinés à des ménages modestes, ces prêts financent l’accès à des logements dont les normes de construction sont peu exigeantes. On renvoie le lecteur à la remarquable thèse de Sylvaine Le Garrec sur l’histoire de l’urbanisation et de la dégradation des copropriétés sur le territoire (Le Garrec 2010). Voir également : Breton 1988. Concernant les processus de dégradation des copropriétés, on peut se référer à : Lefeuvre 1999.

3 La Tour connaitra plusieurs propriétaires en quarante ans, privés puis publics : SCI Cézanne Utrillo (1973), SCI La Concorde (1976), GIE Généralli Concorde Immobi­lier (1984), Codara SA (1986). Ville de Montfermeil (1990), Société Fonds Invest (groupe GENIFOR) (1991), Financière Musset (1992), SIRC (1996), Ville de Mont­fer­meil et Sem CM (1997), Communauté d’Agglomération Clichy Montfermeil et Sem CM (1999), AFTRP (2006), Ministère de la Culture (2011), Société du Grand Paris (2015).

4 Ce titre est emprunté au rapport de l’OPPIC (OPPIC, 2012).

5 Pour un aperçu de l’évolution de la politique de la ville, de ces objectifs et modalités d’action, voir : Fol, 2013 et Epstein, 2015. Ce dernier montre comment le programme de rénovation urbaine repositionne l’État comme pilote de l’action territoriale, par ce qu’il appelle le gouvernement à distance, ce que le destin de Clichy-sous-Bois illustre.

6 Cette opération d’achat/revente de la Tour a été l’objet de controverses dans la presse locale et au sein du conseil municipal (source Archives de Montfermeil).

7 Agence Foncière et Technique de la Région Parisienne, devenue Grand Paris Aménagement.

8 De nombreux travaux peuvent être consultés à ce sujet dont plusieurs numéros spéciaux de revue : Espaces et sociétés (2007), Les Annales (2006), Mouvements (2006 et 2015), Agora (2015). Voir aussi : Kepel 2012, Lagrange et Oberti 2006, Dilain 2006, Lebard et Makooi 2015.

9 Claude Dilain a été élu maire de Clichy en 1995. Décédé en 2015, son aura et son charisme sont soulignés par de nombreux enquêtés. Plusieurs professionnels ont témoigné de leur attachement à cette figure locale, qui est un moteur de leur engagement professionnel sur le territoire. On renvoie à ce titre au récit de ses obsèques (Lebard & Makooi, 2015). Sans doute son fantôme bienveillant veille-t-il aujourd’hui au devenir du territoire.

10 Il croise le Directeur général des Services qui, comme lui, a été élu au conseil municipal de la Ville de Champs-sur-Marne. À ce titre, Jérôme Bouvier a présidé l’Établissement Public d’Aménagement Marne et a signé la convention entre Disney et l’État pour la création d’EuroDisney. Au-delà de l’anecdote, cette trajectoire professionnelle et militante contribue à la constitution d’un réseau et au déploiement de compétences et connaissances des rouages de la prise de décision politique.

11 Deux éléments peuvent expliquer cette relance du projet sous cette forme : d’une part l’arrivée de Jérôme Bouvier, après les attentats de Charlie Hebdo en janvier 2015, au cabinet de la ministre, d’autre part, l’engagement de cette dernière concernant la représentation de la diversité, notamment au sein du club XXIe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elsa VIVANT, « Les fantômes de la Tour Utrillo », Géographie et cultures, 106 | 2018, 115-132.

Référence électronique

Elsa VIVANT, « Les fantômes de la Tour Utrillo », Géographie et cultures [En ligne], 106 | 2018, mis en ligne le 06 décembre 2018, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/gc/7532 ; DOI : 10.4000/gc.7532

Haut de page

Auteur

Elsa VIVANT

Université Paris-Est, LATTS, UPEM, CNRS, École des Ponts
elsa.vivant@univ-paris-est.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals