Navigation – Plan du site
Varia

Géographie des musiques amplifiées et recompositions territoriales dans l’agglomération toulousaine

Geography of amplified musics and territorial reshaping in Toulouse
Samuel Balti
p. 135-158

Résumés

Cet article considère les musiques amplifiées comme une activité urbaine qui permet d’éclairer la compréhension des mécanismes de recomposition des territoires, mais aussi d’en apporter une lecture renouvelée. En s’intéressant aux lieux musicaux ainsi qu’aux acteurs artistiques qui les fréquentent, l’objectif est de mettre en perspective les rouages territoriaux de scènes musicales à Toulouse. Si la localisation des principaux équipements renforce les équilibres métropolitains, l’observation des dynamiques artistiques vient quant à elle complexifier l’analyse géographique des liens centre/périphérie. Diversité des profils d’acteurs, spécialisa­tions musicales, connexions entre scène locale et scène globale : le monde des musiques amplifiées révèle des logiques spatiales spécifiques. La territorialisation des activités rappelle alors que si ville et musique représentent une dialectique féconde, l’amplification génère du « son » dont l’inscription dans les tissus urbains ne va pas de soi.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Parmi les travaux portant sur les liens entre ville et culture, la musique et plus particulièrement les musiques amplifiées se sont affirmées comme un terrain privilégié (Lévy, 1999 ; Connell & Gibson, 2003 ; Raibaud, 2005 ; 2009 ; Guiu, 2006 ; Canova, 2014). Définies comme un ensemble de pra­tiques sociales qui utilisent l’électricité et l’amplification sonore dans les processus de création et de diffusion artistique (Touché, 1996), les musiques amplifiées entretiennent une relation féconde avec la ville. Sur la place publique ou dans la sphère domestique, dans un lieu spécialisé ou une simple épicerie de quartier : elles se diffusent, s’écoutent, voire s’imposent à l’habi­tant. Avec sa concentration de lieux de sociabilité, sa diversité de paysa­ges, d’ambiances ou de sons, la ville est également une source d’ins­piration pour les musiciens (Bell, 1998 ; Laffanour, 2003 ; Krims, 2007). Nombreuses sont les scènes artistiques qui se sont constituées autour d’un foisonnement d’initiatives privées ou publiques, et qui sont devenues les symboles d’une attractivité nouvelle (Landry, 2000 ; Grésillon, 2001, 2014 ; Markusen, 2006 ; Vivant, 2009). La musique se cristallise ainsi dans les formes ur­baines et réemploie des espaces. Elle crée du mouvement, des réseaux d’interconnaissance et des dynamiques territoriales originales qui sont parfois méconnues car peu visibles (Finnegan, 2007 ; Guibert, 2007), parfois contestées car peu audibles (Montès, 2003 ; Adams et al., 2005).

2En représentant spatialement les activités de musiques amplifiées, cet article propose de contribuer aux réflexions d’une géographie urbaine par les pratiques culturelles. L’objectif est de porter ici un regard renouvelé sur Toulouse : une métropole dont l’attractivité repose sur des atouts écono­miques et une qualité du cadre de vie (Jalabert & Zuliani, 2009 ; Martin-Brelot et al., 2010 ; Escaffre & Jaillet, 2016) ; une métropole culturelle à la trajectoire mouvementée (Sibertin-Blanc, 2004a, 2009) dont l’observation des scènes musicales permettrait d’aider à la compréhension des mécanismes de recomposition des territoires. Cette hypothèse est testée à partir de l’ex­ploitation du recensement des acteurs artistiques et d’une enquête réalisée dans le cadre d’un travail de thèse (Balti, 2012). Considérer la diversité des profils d’acteurs permet d’éclairer non seulement le fonction­nement de la scène musicale locale mais également de projeter l’observation à différentes échelles.

3En l’occurrence, la localisation des principaux équipements musicaux au sein de l’aire urbaine révèle la structuration d’une métropole étalée caractéri­sée par la forte polarisation de la commune centre et l’éclatement de ses périphéries. Un examen plus détaillé des scènes musicales met en pers­pective des dynamiques territoriales multiples venant quant à elles comple­xifier la lecture des liens centre/périphérie. Cette approche conduit alors à interroger la place de la musique dans la ville, en particulier dans un centre ancien où le « son » peine à coexister avec d’autres fonctions de centralité traditionnelle.

La composition d’une métropole au regard des musiques amplifiées

Concentration et éclatement de la diffusion

  • 1 Ces données reposent sur l’exploitation et le croisement de plusieurs guides culturels : Lets Motiv (...)
  • 2 En moyenne, un lieu identifié en périphérie pour accueillir un concert est également moins souvent (...)

4Plus de 3 000 concerts ont été recensés au sein de l’aire urbaine de Toulouse en 20101. Leur répartition, dans 223 lieux différents (figure 1), illustre les équilibres historiques d’un territoire fortement polarisé par la commune centre (Jalabert, 1995 ; Escaffre & Jaillet, 2016). Toulouse concentre en effet près de 90 % de la programmation musicale quand bien même sa population représente aujourd’hui moins de 40 % de celle de la métropole. Si ces chiffres attestent d’une surreprésentation de l’offre, ils indiquent surtout que les musiques amplifiées, parmi d’autres activités culturelles et de loisir, confortent les fonctions de centralité d’une commune très attractive. Au regard de ces premiers indicateurs, la périphérie semble alors occuper un poids moins important : sept fois moins de concerts se répartissent sur une surface 33 fois plus étendue. Un tel diagnostic rejoint celui formulé au début des années 2000 autour d’un « émiettement2 » de l’offre culturelle en périphérie (Sibertin-Blanc, 2004a, 2009). Il conduit également à différencier une première couronne, composée de communes limitrophes, qui a accueilli 11 % des concerts en 2010, et une seconde couronne, composée de com­munes périurbaines, qui ne représente que 2 % de la programmation métro­politaine. Dans ces territoires, le nombre de concerts dans les espaces périurbains est néanmoins certainement sous-estimé alors qu’une partie importante de l’activité est portée par des initiatives locales dont la visibilité à l’échelle métropolitaine est très faible.

Figure 1 – Distribution des événements musicaux à l’échelle de l’aire urbaine de Toulouse en 2010

Figure 1 – Distribution des événements musicaux à l’échelle de l’aire urbaine de Toulouse en 2010

5La géographie des musiques amplifiées propose ici une lecture renouvelée de la métropole étalée, peu dense, voire fragmentée (AUAT, 2008, 2012). Celle-ci s’inscrit dans une aire urbaine dont les contours sans cesse repous­sés attestent de l’allongement des trajectoires résidentielles et de la recompo­sition d’une offre de services (Escaffre & Bacconnier, 2011). La diffusion des activités artistiques dessine une aire musicale plus resserrée dont les limites rappellent celles plus classiques d’un pôle urbain défini par la conti­nuité de son bâti. Cette échelle est d’abord celle d’un public qui réside principalement à Toulouse et qui profite de la proximité d’une offre abon­dante (enquêtes menées en 2012). Elle est également celle d’un public qui réside en périphérie et dont les sorties culturelles et de loisir sont fortement polarisées par les espaces centraux traditionnels et la diversité de leurs lieux de consommation.

6Deux centralités musicales ont pourtant émergé en périphérie de Toulouse : au sud, à Ramonville-Saint-Agne, et à l’ouest, à Tournefeuille. Au-delà de la commune centre, les concerts se localisent principalement le long des axes de communication c’est-à-dire dans des lieux relativement accessibles au public, quelle que soit sa provenance. On y retrouve les salles de concert spécialisées (Bikini, Phare, Nougaro) ; mais également des salles de spec­tacles polyvalentes (Altigone, Casino Barrière, Grande Halle, Odyssud, Zénith). Cette offre d’équipement se superpose alors à celle des principales fonctions métropolitaines et conforte dans le même temps les déséquilibres territoriaux existants (figure 2). Elle est en effet particulièrement dense le long de l’ossature économique de la métropole qui s’étend des activités d’Airbus, au nord-ouest (Odyssud, Nougaro), aux pôles de recherche et d’inno­vation du sud-est (Barrière, Bikini, Altigone). Ces lieux musicaux sont également localisés dans des communes qui se caractérisent par une popula­tion résidente plutôt aisée et où la programmation culturelle est diversifiée (Blagnac, Tournefeuille, l’Union). Au contraire, les franges de l’agglo­mé­ration qui concentrent les indicateurs de précarité économique et sociale sont davantage contournées. L’offre se maintient par exemple à distance des quartiers de la géographie prioritaire, notamment ceux situés au sud-ouest de Toulouse (Mirail, Reynerie, Bagatelle, Cugnaux). Avec la mise en service d’une nouvelle salle de concert en 2013, le Metronum, elle s’est en revanche redéployée dans le quadrant nord de l’agglomération, quadrant qui figure en marge des principales fonctions métropolitaines et qui peut se caractériser par des formes de fragilités plus diffuses (Jaillet & Escaffre, 2016).

Figure 2 – Une représentation de la fracture métropolitaine complétée par les musiques amplifiées

Figure 2 – Une représentation de la fracture métropolitaine complétée par les musiques amplifiées

Un territoire polarisé par des initiatives publiques

7Le territoire toulousain des musiques amplifiées est donc structuré autour de trois équipements spécialisés (Bikini-Phare-Métronum). Leur localisation « en périphérie » résulte d’initiatives publiques relativement récentes qui se sont construites à des échelles municipales, dans le cadre de partenariats engagés avec des spécialistes du secteur artistique.

8La localisation du Bikini à Ramonville-Saint-Agne est d’abord liée à la disparition de l’ancienne salle située dans un quartier péricentral de Toulouse, à proximité de l’usine AZF. Suite à la catastrophe de 2001, l’équipe artistique choisit de poursuivre son activité en organisant des événements dans plusieurs lieux de repli, dont la Salle des fêtes de Ramonville-Saint-Agne qui deviendra un lieu d’accueil privilégié (Sibertin-Blanc, 2004b). Durant ces années, le Bikini se rapproche de la commune et la relocalisation se concrétise en 2007 sous l’impulsion des élus locaux. Contrairement à ceux de Toulouse, ces derniers ont proposé en effet des garanties nécessaires à la construction d’une nouvelle salle de concert : un soutien financier indispensable pour un équipement adapté aux normes acoustiques et de sécurité, un terrain agréable situé dans un parc technolo­gique en bordure de canal, une cohabitation facilitée par l’éloignement des quartiers résidentiels et une connexion au reste de la métropole assurée par la proximité du périphérique sud, voire par le terminus d’une ligne de métro.

9À Tournefeuille, l’inauguration du Phare intervient quelques jours seulement après celle du Bikini. Le projet d’équipement est également né de la com­plémentarité entre deux profils d’acteurs : un professionnel de la diffusion qui apporte le savoir-faire, Première Pression, et une municipalité qui met à disposition le lieu tout en restant ici propriétaire des murs. Ce partenariat s’inscrit dans le cadre d’une politique culturelle active ayant déjà contribué à renforcer l’identité d’un cœur de ville autour de plusieurs équipements (salle de spectacle, médiathèque, cinéma, école de musique et de danse, etc.). Il témoigne également de la sensibilité musicale portée par un réseau d’acteurs locaux au centre duquel figure le Maire, qui deviendra par la suite vice-président de Toulouse Métropole en charge de la culture.

10À Toulouse en revanche, c’est la figure de l’ignorance – voire du conflit – qui a longtemps animé les relations entre acteurs politiques et artistiques. Une politique de rattrapage a pourtant été engagée durant les années 1990 à la faveur de grands équipements comme le Zénith. Mais le Metronum, troisième salle spécialisée de la métropole, est venu compléter l’offre plus tardivement en 2013. Alors qu’un projet initial, en centre-ville, consistait à réhabiliter un ancien cinéma, l’alternance municipale de 2008-2014 a finalement privilégié une option en périphérie. Dans le cadre d’une politique culturelle qui se veut ambitieuse et qui doit servir un projet urbain, le Metronum participe ainsi au maillage des territoires et à la réorganisation d’une métropole autour de centralités nouvelles. C’est également un lieu qui, en étant localisé dans le nord toulousain, permet de rapprocher l’offre culturelle de quartiers en plein développement (comme Borderouge).

  • 3 Sans être exhaustif, voici quelques équipements prestigieux localisés dans le centre de Toulouse : (...)

11Cette polarisation du territoire des musiques amplifiées autour des trois principaux équipements reflète l’héritage d’une trajectoire culturelle mou­vementée de la métropole. Si la place des musiques amplifiées a été progres­sivement reconsidérée dans le cadre de politiques locales, elle a été jusqu’à présent systématiquement pensée à une échelle communale : comme un levier du développement artistique ; mais également pour renforcer l’animation de la vie locale, le maillage territorial et l’attractivité. La confi­guration singulière du territoire des musiques amplifiées qui en résulte participe alors de la remise en question des hiérarchies urbaines avec un rapport de centralité inversé : les périphéries conduisant à assurer une fonction centrale sur la scène musicale. Ramonville-Saint-Agne est au­jourd’hui associée au rayonnement d’un équipement de pointe et d’une compétence musicale très appréciée par les Toulousains et les artistes de passage. Tournefeuille accueille la deuxième plus grande salle de spectacle de la région Midi-Pyrénées. La spécificité tient également au fait qu’aucun équipement n’est localisé dans l’hypercentre de Toulouse. Un tel diagnostic contraste alors avec celui d’une très forte concentration des équipements culturels, prestigieux et rayonnants, vecteurs d’image et d’attractivité3. Si ces conclusions partielles ne sont pas contradictoires avec le foisonnement d’événements recensés dans la commune centre (figure 1), elles suggèrent qu’une partie importante de la diffusion toulousaine est assurée en dehors des équipements publics.

Dynamiques musicales et hiérarchie urbaine

Les spécialisations scéniques d’une métropole

12Pérennes ou éphémères, adaptés ou non aux musiques amplifiées, avec une capacité d’accueil pouvant varier de 20 à 9 000 personnes, les lieux qui ont accueilli des concerts durant la saison artistique de 2010 sont très diversifiés. Leur examen plus détaillé permet ici de préciser la hiérarchie des territoires musicaux.

13Au centre-ville, ce sont surtout des petits lieux, de type bars, cafés, pubs, restaurants. La plupart d’entre eux sont investis au titre d’une activité secondaire. Ils délèguent alors la programmation de soirées à des équipes artistiques extérieures et peuvent à ce titre être considérés comme des lieux passifs. Quelques-uns, au contraire, s’engagent plus directement dans les choix artistiques et l’organisation de l’événement. Ces cafés-concerts repré­sentent des scènes actives du centre-ville et sont généralement très identifiés selon les esthétiques musicales : scènes « rock » au Connexion, au Cri de la Mouette, à la Dynamo et au Saint-des-Seins ; scène « jazz » au Mandala et au Resto Jazz ; scène « chanson » au Bijou. Ces scènes se prolongent dans les quartiers péricentraux autour de lieux culturels polyva­lents : pour certains lieux, la programmation musicale est souvent plus éclectique ou métissée – scènes « rock-jazz-monde » à Mix’Art Myrys, à la Mounède et au Samba Résille. Pour d’autres, les genres musicaux s’affinent : scène « rock-punk-hard-core » aux Pavillons Sauvages, scène « rock-électro-expérimental » au Lieu Commun. Investis depuis plusieurs années, les acteurs qui animent ces différentes scènes ont souvent une bonne connaissance des milieux artistiques, ce qui fait d’eux des maillons influents de la scène locale, reconnus par les artistes et les publics.

14Dans le centre-ville et les quartiers de Toulouse, les lieux publics sont moins nombreux même si quelques espaces culturels et théâtres complètent la scène chanson (Chapeau Rouge, Cave Poésie). En outre, cette offre pour les musiques « actuelles » – qui foisonne autour d’une multitude de petits lieux privés – contraste avec celle des musiques « classiques » – qui est identifiée autour de quelques institutions locales (la Halle aux Grains, le Théâtre du Capitole, l’Auditorium Saint-Pierre des Cuisines, l’espace Croix-Barganon). Ce clivage historiquement très ancré à Toulouse est aujourd’hui à nuancer du fait des nombreuses initiatives publiques qui sont désormais menées en faveur des musiques amplifiées. Elles représentent néanmoins des événe­ments ponctuels qui s’intègrent à une programmation artistique et culturelle déjà très dense des équipements publics. Par ailleurs, des lieux de proximité, de type MJC ou centres d’animation, assurent le maillage culturel des quartiers plus excentrés. Ces scènes n’ont pas véritablement d’identité musi­cale même si le classique, le jazz et la chanson y trouvent davantage leur place que les musiques rock. La sous-utilisation de ces lieux est certai­nement liée aux cloisonnements permanents qui peuvent exister, à Toulouse comme ailleurs, entre les réseaux socioculturels et culturels. Elle s’explique égale­ment par les difficultés à concilier l’emploi du temps des techniciens munici­paux et les pratiques du monde des musiques amplifiées (enquêtes, 2012).

Figure 3 – Lieux musicaux et scènes urbaines

Figure 3 – Lieux musicaux et scènes urbaines
  • 4 La Grande Halle de l’Union, le Confluent de Portet-sur-Garonne ou encore la salle Alizée de Muret.

15Aux scènes privées du centre-ville s’opposent les scènes publiques de la périphérie : scènes où la programmation artistique est dans chaque lieu plus diversifiée (rock, chanson, électro, hip-hop, jazz, reggae, etc.). Ce sont des salles de plus grande taille dont les différentes capacités d’accueil permettent de préciser la hiérarchie des territoires de diffusion : 3 500 personnes pour le Phare, 1 500 pour le Bikini, 700 pour Nougaro, 500 pour le Metronum. Dans certaines communes de la première couronne, les salles de spectacle4 complè­tent la scène « grand public », incarnée par le Zénith, en accueillant des artistes populaires de passage à Toulouse lors de tournées nationales ou internationales. Si ces lieux publics polyvalents confortent la fonction structurante de la périphérie, la fréquence de programmation y est néanmoins plus irrégulière. Le concert peut également y prendre la forme d’un « plateau » réunissant des artistes aux différentes influences. Ces derniers sont conviés à partager la scène dans le cadre d’initiatives festives, munici­pales ou associatives. Contrairement à la plupart des scènes du centre, ce modèle de diffusion permet à des artistes en développement d’expéri­menter des conditions d’exercice relativement inédites avec du matériel d’insono­risation et de lumière, un accompagnement technique et logistique, etc. Pour certains styles de musique comme le rock, le métal et ses dérivés hardcore, les lieux en périphérie sont des scènes très prisées par les collectifs d’artistes car ils offrent la possibilité d’atténuer la pression du voisinage et de prolonger la soirée.

Viviers créatifs et territoires de production

16Dans la hiérarchie des territoires musicaux, les quartiers péricentraux de Toulouse assurent les activités de création en accueillant les studios de répétition et d’enregistrement ainsi que les principales écoles de musique. Compte tenu des activités qui s’y déroulent, ces lieux nécessitent générale­ment de grandes surfaces : pour assurer l’équipement des salles (instruments de musiques, amplis, sonos, ordinateurs, etc.) et la circulation des artistes et des élèves. Ils génèrent également une activité régulière pouvant causer des nuisances sonores pour le voisinage. Ceci peut notamment expliquer pour­quoi le centre-ville est délaissé au profit des quartiers périphériques de Toulouse et plus particulièrement des quartiers nord (figure 4). Ces derniers se caractérisent par une diversité de formes urbaines, denses ou moins denses, ainsi que par une pression foncière – pour le moment – moins élevée.

  • 5 De même, contrairement aux musiques classiques, les musiques amplifiées se dissocient d’une approch (...)

17Si les lieux de répétition, d’enregistrement ou d’enseignement représentent des niches créatives au sein desquelles émergent les futurs talents de la scène locale, ils ne suffisent à eux seuls pour caractériser les territoires de la création toulousaine. La démocratisation des instruments de musique et la généralisation du numérique facilitent en effet la pratique musicale en dehors de « l’équipement » (Donnat, 2011)5. Une grande partie des activités de création se déroule donc également dans la sphère domestique. Sur la carte des musiques amplifiées, celle-ci est représentée par un espace diffus qui se superpose aux quartiers résidentiels, principalement ceux du centre et du péricentre de Toulouse, caractérisés par une forte représentation de la population jeune (figure 4).

Figure 4 – Le système des musiques amplifiées dans l’organisation urbaine

Figure 4 – Le système des musiques amplifiées dans l’organisation urbaine

18Les territoires de création s’étendent à quelques communes de première couronne où sont localisés des studios de répétition. Ils atteignent les extré­mités du pôle urbain pour se connecter aux territoires de la « production » musicale. Dans ces franges urbaines, qui correspondent à des entrepôts de zones d’activités, sont stockés des appareillages volumineux : appareillages utilisés pour accompagner la production artistique, l’organisation d’un concert, la duplication et la distribution de supports audiovisuels.

  • 6 SMAC (Scène de Musiques Actuelles) est un dispositif initié par l’État en 1996 visant à soutenir un (...)
  • 7 Entretien réalisé avec Hervé Bordier, directeur du Pôle musiques actuelles à la Mairie de Toulouse (...)

19Au croisement de ces territoires de création, de production et de diffusion, le Metronum est voué à occuper une fonction d’interface. Plus qu’une salle de concert, l’espace est pensé comme un cluster culturel avec des bureaux qui permettent d’accueillir des équipes artistiques impliquées dans les différents secteurs d’activité de la musique toulousaine. S’ajoutent à ces espaces de travail des box de répétition, un service d’accompagnement artistique et de conseil, ainsi qu’un centre de ressource et de convivialité. Ces différentes fonctionnalités font du Metronum un équipement de musiques amplifiées polyvalent qui s’apparente au modèle des SMAC6 tout en revendiquant son appartenance à une « nouvelle génération7 ». Avec cette proximité recher­chée entre opérateurs culturels et artistes en développement, le cluster propose des formes spatiales optimales qui sont censées stimuler l’échange artistique, le partage des compétences et le développement de projets inno­vants (Ambrosino, Andres, 2008). En tant qu’équipement public qui s’adresse à l’ensemble des acteurs de la scène locale, le Metronum a dès lors vocation à s’affirmer comme une nouvelle centralité au sein du territoire des musiques amplifiées.

Les rouages territoriaux d’une scène glocale

  • 8 Par acteur artistique on considère l’ensemble des acteurs susceptibles d’accompagner l’artiste lors (...)

20Autour des lieux de diffusion, de création et de production gravitent des acteurs artistiques qui impulsent des projets, interagissent et tissent les rouages territoriaux de la scène toulousaine8. Certains assurent la diffusion locale d’artistes en tournée (programmateurs), organisent des événements (promoteurs locaux) ou communiquent des informations à propos de l’actualité artistique locale (webzines). D’autres accompagnement plus particulièrement le développement d’artistes : lors des étapes de composition et de création musicale (conseillers artistiques), de production d’un enregis­trement phonographique (ingénieurs du son, labels) ou de promotion sur scène (imprésarios, bookeurs). Ces profils d’acteurs ne sont pas tous attachés directement à un lieu musical mais sont habitués à en fréquenter pour y rencontrer des artistes, initier un projet ou le concrétiser. L’analyse des liens centre/périphérie vient alors se complexifier en tenant compte des pratiques de la scène musicale. Celle-ci est animée par plusieurs profils d’acteurs dont les logiques d’ancrage au territoire révèlent des dynamiques urbaines originales.

21Parmi les acteurs qui sont dissociés d’un lieu d’activité musicale, Bleu Citron est certainement l’un des plus influents de la scène locale. En tant que producteur, c’est lui qui est à l’initiative des principaux concerts program­més à Toulouse. Pour ce faire, l’acteur est en relation avec des bookeurs. Ce sont des agents nationaux et internationaux dont la mission consiste à insérer des artistes nationaux et internationaux au sein des marchés locaux de la diffusion. Pour attirer un artiste à Toulouse, Bleu Citron s’engage auprès d’un bookeur à supporter l’ensemble des frais liés à la réalisation et à la promotion du concert. Lorsque le partenariat est contracté, le producteur doit alors trouver la salle toulousaine qui accueillera le concert. Bien que des liens privilégiés se soient noués depuis plusieurs années avec le Bikini, Bleu Citron dispose d’un panel de lieux dont la sélection repose sur des logiques de rentabilité financière et d’exigence artistique. Afin d’optimiser ces perspectives, le producteur établit des prévisions qui s’appuient sur l’étude du profil de l’artiste – exigences financières, logistiques et artistiques, renommée et capacité à attirer un public nombreux – tout en considérant les caractéristiques de l’offre locale – disponibilité des lieux, localisation, configuration scénique, capacité d’accueil, coût de location.

22Première Pression est un producteur dont l’activité repose également sur ces interactions avec les bookeurs mais dont la relation avec la scène locale est différente. En effet, son activité s’ancre davantage dans un lieu, le Phare, qui propose des tarifs de location avantageux. Le produc­teur cumule alors des fonctions de production et de diffusion en assurant la programmation du lieu et en organisant la soirée du concert : accueil des artistes et du public, accompagnement technique et logique, préparation de la salle, etc. La jauge maximum dont il dispose, 3 500 places, est modulable ce qui lui permet d’adapter le lieu en fonction de l’attractivité des artistes. Si Tournefeuille reste le lieu privilégié de l’activité, les concerts se délocalisent une fois par an dans le cadre du festival Garorock qui est établi à Marmande, sur un axe stratégique pour le croisement des publics bordelais et toulou­sains.

23Pour Première Pression comme pour Bleu Citron, le fondement de l’activité repose donc sur la constitution d’un carnet d’adresses de bookeurs et de programmateurs, ce qui les amène à se tourner d’abord vers la scène globale : scène ryhtmée par l’actualité des artistes, scène structurée par des tournées, scène qui se connecte à des marchés locaux correspondant généralement à des foyers urbains. Ces dynamiques rappellent ainsi comment des scènes musicales ne sont pas uniquement des lieux physiques, ancrés dans le local, mais des espaces « hyper réels » qui parviennent à se jouer des échelles pour relier le local au global (Crozat, 2008). Dès lors, si le dyna­misme d’une scène locale dépend d’une offre territorialisée – des lieux, un tissu artistique, un public réceptif, voire des aménités propices à la création – il est égale­ment étroitement déterminé par la capacité de ses acteurs à s’inscrire dans une dynamique réticulaire et à capter les talents artistiques en circula­tion sur la scène globale.

24Certains diffuseurs locaux parviennent à structurer des réseaux artistiques sur la base de l’échange et de l’interconnaissance. C’est sur ce modèle que s’alimente notamment la programmation des Pavillons Sauvages, la scène underground de Toulouse. Malgré l’incertitude qui règne à la fin des années 2000 autour de l’occupation illégale de cette friche militaire, le dynamisme du lieu repose sur des liens qui se sont tissés entre des artistes squatteurs et des artistes des scènes nationales et européennes. Ces relations se fondent au départ sur des rencontres musicales et sur le partage de certaines valeurs – valeurs qui revendiquent un détachement vis-à-vis de l’économie musicale marchande. Des réseaux se sont progressivement constitués puis densifiés par le bouche-à-oreille. Ils alimentent des circuits de diffusion artistique qui se cristallisent sur la scène locale, au sein d’un lieu dont la programmation offre une alternative à celle des producteurs et des équipements.

25À l’exception des principaux producteurs, presque tous les programmateurs toulousains ont un profil artisanal. La localisation de ces structures micro n’est d’ailleurs souvent renseignée autrement que par l’adresse du siège social, c’est-à-dire le lieu de résidence du membre de l’association désigné « président ». Bon nombre de ces programmateurs cumulent plusieurs fonctions musicales et sont à la fois organisateurs de concerts, tourneurs et labels. Au-delà de préoccupations financières, c’est surtout l’intérêt porté vers la musique qui encourage cette polyvalence : la découverte de nouveaux talents ou de nouveaux sons, l’envie de faire jouer un artiste sur « sa scène » ou de l’aider à concrétiser son premier disque. Leurs logiques de fonction­nement rappellent alors celui des producteurs : des liens sont établis auprès de tourneurs de la scène internationale afin d’orienter la tournée d’artistes vers Toulouse. À la différence, les relations entre le promoteur local et le tourneur global se finalisent par des arrangements tacites. Ceux-ci structu­rent une économie souvent informelle : une scène glocale sans cachet ni déclaration de l’activité auprès des institutions compétentes comme la SACEM. Pour certains artistes en développement, et même pour ceux qui sont déjà confir­més, ce mode de fonctionnement est privilégié car il offre davantage d’op­por­tunités pour se produire devant un public et faire connaître leur musique. Pour les programmateurs, il est parfois le seul moyen de s’engager auprès d’un artiste alors que les coûts d’une contractualisation normalisée auprès des instances réglementaires seraient prohibitifs. Le concert se déroule alors souvent dans un débit de boissons du centre-ville, lieu passif, qui délègue l’organisation de la soirée sans les exigences d’une salle spécialisée.

Un centre hyper-musical mais contrasté

Scènes micro et dynamiques associatives

26Ces pratiques et ces modes de faire s’apparentent au fonctionnement de « scènes invisibles » (Guibert, 2006, 2007). Contrairement à la programma­tion des salles de concerts de la périphérie, celle de ces petits lieux est en effet souvent moins connue. Pour certains diffuseurs ou pour certains bars, cette situation relève de choix artistiques, parfois militants, qui consistent à se démarquer d’une culture de masse et à contourner les canaux classiques de l’information. Pour d’autres acteurs, la faible visibilité répond avant tout à une stratégie d’ancrage au territoire : la discrétion étant de mise pour péren­niser des manifestations qui ne sont pas toujours déclarées. Le caractère « invisible » de cette scène renvoie alors aux incertitudes d’une activité confrontée aux fragilités économiques et juridiques, et dont l’inscription territoriale est incertaine.

27Musiciens et opérateurs artistiques se caractérisent donc par une grande indétermination des statuts. Leurs initiatives alimentent une nébuleuse artistique, une scène « intermédiaire » qui se situe quelque part entre la scène des producteurs privés (Bleu Citron, Bikini), celle des équipements publics (Metronum, Phare) ou celle des lieux undergrounds (Pavillons Sauvages). Pour autant, leur activité n’est pas totalement déconnectée de ces trois pôles. Les différentes scènes s’alimentent même l’une de l’autre en développant ponctuellement des partenariats : à l’occasion de festivals, de scènes ou­vertes ou de coproductions qui permettent d’assurer le renouvellement des propositions artistiques.

28Les scènes invisibles se structurent autour de quelques lieux « identifiés » : cafés-concerts, lieux culturels et clubs. Ces derniers sont situés de part et d’autre des boulevards urbains de Toulouse qui délimitent l’hypercentre. Autour, un foisonnement de bars et de disquaires forme les rouages de trois micro scènes (figure 5). La première scène est identifiée dans le quartier Arnaud Bernard, figure toulousaine de la culture populaire. La programma­tion musicale est animée par une forte densité de petits bars et de restaurants qui reflètent l’esprit du quartier – Breughel, Communard, Père Peinard, etc. Au cœur rayonne le Carrefour Culturel et l’association Escambiar fondée au début des années 1980 par un acteur très impliqué tant sur le plan de la création musicale que de l’engagement citoyen. La deuxième scène est localisée plus à l’est, le long du Canal du Midi. L’offre est moins dense mais les lieux sont généralement de plus grande taille. Les musiques électro et Dj y sont particulièrement représentées dans les clubs du boulevard Riquet – Ambassade, électro, White Club, 31. Musiques rock et jazz sont également diffusées dans certains lieux réputés pour l’intensité de leur programmation artistique – Dynamo, Connexion, Resto Jazz. Enfin la troisième scène forme un arc de cercle qui en suivant la Garonne relie trois places très animées de la vie nocturne toulousaine – Carmes, Esquirol, Saint-Pierre. Parmi les nom­breux petits lieux commerciaux, la Médiathèque associative des Musico­phages assure depuis le milieu des années 1990 des fonctions de ressource et de médiation faisant d’elle un lieu très fréquenté par les acteurs musicaux.

Figure 5 – Scènes musicales en centre-ville

Figure 5 – Scènes musicales en centre-ville

29Ces scènes micro sont alimentées par des liens de complémentarité qui se tissent entre des acteurs associatifs – acteurs sans lieux fixes d’activité – et des acteurs commerciaux – acteurs associés à un lieu de musique. Face à la grande indétermination du statut des porteurs de projets et des musiciens, la densité des relations sociales représente une ressource qui alimente la dynamique créative de ces scènes hybrides. Ce dynamisme repose en effet sur ce qui se passe à l’intérieur des bars et des disquaires. Ces derniers ne sont pas uniquement des lieux réceptacles, qui permettent la concrétisation de projets artistiques en accueillant des concerts dans leurs murs. Ce sont également des lieux passeurs qui assurent la circulation des acteurs artis­tiques et stimulent les rencontres, l’interconnaissance et l’entraide. Ils peuvent dès lors être assimilés à des lieux créatifs dans la mesure où ils offrent des aménités favorables au développement de projets artistiques. Programmateurs associatifs, labels et disquaires s’y côtoient : ils représen­tent des leaders d’opinion qui suivent de près l’actualité musicale dans la perspective d’en assurer une diffusion locale – par le disque, le concert ou encore des articles dans la presse et les webzines. De ces rencontres naissent alors parfois des initiatives, ces mêmes initiatives qui conditionnent la capacité d’une scène locale à capter les flux artistiques de la scène globale (partie 2). Dans le même temps, le public des scènes invisibles se constitue et se fidélise dans ces lieux du centre-ville, par la fréquentation d’habitués, dans cette proximité directe avec les acteurs et les événements qui sont initiés (enquêtes 2012).

Les centralités d’une scène en recomposition permanente

30La concentration des concerts se superpose donc logiquement à l’offre de lieux de sortie du cœur historique de Toulouse (figures 6a, b et c). Ces scènes invi­sibles reposent sur des centralités traditionnelles et sur un public de proxi­mité. Les quartiers qui accueillent le plus de concerts sont par exemple ceux où la part des résidents âgés de moins de 40 ans est la plus forte. Au con­traire, certains quartiers résidentiels caractérisés par une surreprésentation des ménages à hauts revenus sont contournés. La carte des événements musicaux est ainsi révélatrice de processus de différenciation sociale à une échelle très fine. Elle dessine les contours d’un centre-ville beaucoup plus disparate qu’à première vue et conduit à préciser les condi­tions d’acceptation d’une telle activité au sein des espaces urbains.

Figure  6a – Localisation des concerts au sein de la commune de Toulouse en 2010

Figure  6a – Localisation des concerts au sein de la commune de Toulouse en 2010

Figure  6b – Centralités festives, culturelles et commerciales au sein de la commune de Toulouse en 2010

Figure  6b – Centralités festives, culturelles et commerciales au sein de la commune de Toulouse en 2010

Figure  6c – Répartition de la population toulousaine selon quelques critères socio-démographiques en 2010

Figure  6c – Répartition de la population toulousaine selon quelques critères socio-démographiques en 2010

31La pérennité des musiques amplifiées est en effet fortement dépendante de la qualité du voisinage et de son évolution. Face à cet équilibre incertain, des acteurs artistiques ont recours à quelques stratégies pour construire le dialogue avec les habitants et casser certaines représentations (Samba Résille, Pavillons Sauvages). Un lieu privé se confond parfois avec l’« équi­pement de quartier » : équipement qui offre une gamme de services aux habitants (activités de loisir, accès internet, garde d’enfants, culture au potager, etc.). Le lieu peut également servir une initiative habitante ou accueillir un repas entre voisins. Pour d’autres en revanche, la cohabitation avec d’autres fonctions urbaines pose un problème insoluble. Avec 300 concerts organisés par an, le devenir de la Dynamo a par exemple été brutalement remis en question par une décision immobilière : celle du propriétaire d’installer une résidence hôtelière à l’étage. Le café-concert est pourtant localisé dans le quartier très animé de Saint-Aubin. La forte mobili­sation qui s’est développée dans les milieux artistiques pour sauver ce lieu montre bien dans quelle mesure l’inscription des musiques amplifiées dans les tissus denses de la ville ne va pas de soi.

32Parmi les lieux musicaux recensés en 2010, plusieurs n’existaient pas quelques années auparavant : Connexion, Dynamo, Saint des Seins, Cri de la Mouette, Pavillons Sauvages. D’autres au contraire étaient clairement identifiés au sein de la scène locale et ont depuis fermé ou cessé leur activité musicale : Clandé, Entrepôt, Fantomas, Brasserie Pierre, Gate, etc. Si la densité du centre-ville est une source d’émulation, elle exerce également une pression qui interroge ici plus largement la place des musiques amplifiées dans le système urbain. Cette interrogation n’est bien évidemment pas propre à Toulouse. Elle renvoie également à la précarité d’un secteur économique ainsi qu’aux rigueurs du cadre législatif. Le décret Lieux Musicaux, qui impose depuis 1998 des réglementations pour limiter les nuisances sonores, n’encourage pas une activité qui repose souvent sur la « débrouille ». Face aux contraintes financières que représentent l’insonorisation et la sécurisa­tion du lieu, des débits de boissons préfèrent arrêter ou freiner la program­mation de concerts pour se consacrer à la fête. D’autres se sont retrouvés obligés de cesser l’activité musicale, voire de fermer leur établissement à cause de plaintes du voisinage.

  • 9 On pense notamment au plan de l’urbaniste Joan Busquets (2010-2020) qui prévoit le réaménagement de (...)

33Au centre de Toulouse, la question du devenir des musiques amplifiées se pose aujourd’hui avec acuité alors que plusieurs projets urbains sont en cours afin de renforcer la qualité des espaces publics et le cadre de vie des habi­tants9. En outre, si la Municipalité a récemment ordonné des mesures visant à protéger les riverains contre les nuisances nocturnes, le débat sur la place de la musique en centre-ville n’est pas uniquement porté par les acteurs politiques et artistiques. Il est même particulièrement relayé au sein de la société civile où certaines initiatives se sont constituées pour dénoncer des « lieux de tensions de plus en plus nombreux » et pour défendre le « bien vivre à Toulouse Centre ».

34La tendance est alors plutôt au desserrement des activités de musiques amplifiées. C’est du moins le mouvement que l’action publique locale semble vouloir impulser depuis la fin des années 2000 au regard des propo­sitions successives de localisation ou de relocalisation des lieux. Ainsi, la Dynamo pourrait finalement être relogée dans un faubourg plus excentré. Auparavant, l’école Music Halle a réinvesti les locaux d’une ancienne usine dans un quartier ouest. Lors de l’alternance municipale de 2008-2014, c’est finalement l’option « périphérie » qui a été retenue pour la localisation du Metronum. Enfin, le quartier en construction de la Cartoucherie pourrait quant à lui accueillir prochainement des équipes musicales du centre-ville.

Conclusion : musiques amplifiées et ville, une dialectique féconde, qui ne va pas de soi

35La territorialisation des activités de musiques amplifiées révèle la configura­tion d’un espace métropolitain caractérisé par une hyper concentration des fonctions culturelles et festives et l’affirmation de pôles secondaires aux portes de Toulouse. Sur la carte des équipements de musiques amplifiées, le centre-ville pourtant n’apparaît pas. La scène du centre est animée par des initiatives multiples qui investissent des petits lieux, souvent peu adaptés, parfois éphémères, mais qui représentent une alternative à l’absence d’offre spécialisée. Si la pression exercée par un hypercentre menace directement la pérennité d’une scène très centrale, elle semble dans le même temps consti­tuer une force propice au renouvellement des propositions artistiques. Le choix de finalement localiser la salle de concert toulousaine en périphérie montre par ailleurs dans quelle mesure un équipement, vecteur de lien social et d’attractivité, peut servir un projet urbain en faveur du maillage territorial et de l’essor de nouvelles centralités. Il rappelle également que les musiques amplifiées ne peuvent s’ancrer n’importe où. Le quartier en périphérie offre alors une option pour l’installation d’une activité sonore, d’autant plus lorsque celle-ci précède l’arrivée des premiers résidents.

36Cette lecture des liens centre/périphérie se complexifie en décryptant les logiques de fonctionnement propres aux scènes artistiques. Les territoires de musiques amplifiées sont rythmés par des acteurs aux profils diversifiés dont les spécificités et les interactions déterminent leur inscription dans l’espace urbain. Des parcours flexibles et des trajectoires multiples dessinent les contours de scènes hybrides : scènes du centre et de la périphérie, locales et globales, spécialisées et polyvalentes, marchandes et alternatives, visibles et invisibles, pérennes et éphémères…

37Dans un contexte marqué par la généralisation de l’écoute et de la pratique musicale, la ville offre des aménités propices à l’essor de la créativité et de la diffusion. Les dynamiques territoriales qui sont impulsées par les scènes toulousaines conduisent néanmoins à préciser les conditions de cette dialec­tique « musique/ville » : en particulier au regard du double mouvement de concentration et de diffusion des activités. Le mouvement de concentration est animé par des acteurs artistiques et des passionnés de musique dont les pratiques, de production ou de consommation, sont traditionnellement polarisées par la densité des lieux festifs du centre-ville. Le mouvement de diffusion est accompagné par des acteurs publics dont le projet est de conforter l’organisation polycentrique d’une métropole en forte croissance démographique. Il traduit également des enjeux liés au partage de l’espace public et au « vivre ensemble », et des orientations stratégiques telles que la valorisation du centre ancien. La relocalisation de lieux musicaux en péri­phérie pose néanmoins la question de leur appropriation. Concentration et diffusion représentent ici les variables d’une équation territoriale dont l’équilibre est confronté à l’existence d’une tension entre les territorialités du monde des musiques amplifiées et les territorialités d’un modèle métropoli­tain soucieux de garantir une qualité urbaine par le développement équilibré des territoires.

Haut de page

Bibliographie

ADAMS Mags, COX Trevor, MOORE Gemma, CROXFORD Ben, REFAEE Mohamed, SHARPLES Steve, 2006, « Sustainable soundscapes: noise policy and the urban experience », Urban studies, n° 43, p. 2385-2398.

AMBROSINO Charles, ANDRES Lauren, 2008, « Friches en ville : du temps de veille aux politiques de l’espace », Espaces et sociétés, n° 134, p. 37-51.

AUAT, 2008, Référentiel métropolitain, aire métropolitaine toulousaine, Toulouse, Toulouse Aire urbaine.

AUAT, 2012, Toulouse, quatrième aire urbaine de France, Toulouse, AUAT, Perspectives Villes.

BALTI Samuel, 2012, La territorialisation des musiques amplifiées à Toulouse. Lecture renouvelée des dynamiques urbaines, thèse de doctorat (dir. M. Sibertin-Blanc et J-P. Wolff), Toulouse, Université de Toulouse.

BELL Thomas L., 1998, « Why Seattle? An examination of an alternative rock culture hearth », Journal of cultural geography, n° 18, 1, p. 35-48.

CANOVA Nicolas, 2014, La musique au cœur de l’analyse géographique, Paris, L’Harmattan, coll. « Musique et sciences sociales ».

CONNELL John, GIBSON Chris, 2003, Sound tracks : popular music, identity and place, Routledge, coll. « Critical Geographies ».

CROZAT Dominique, 2008, « Scène, musique et espace hyper réel », Géocarrefour, vol. 83/1, p. 15-23.

DONNAT Olivier, 2011, « Pratiques culturelles, 1973-2008. Questions de mesure et d’interprétation des résultats », Culture Études, Département des études, de la prospective et des statistiques, n° 2.

ESCAFFRE Fabrice, BACCONNIER Sandrine (dir.), 2011, Recompositions récentes dans le périurbain toulousain, Sud-Ouest Européen, n° 31.

ESCAFFRE Fabrice, JAILLET Marie-Christine (dir.), 2016, Une trajectoire métropolitaine, l’exemple de Toulouse, Paris, Le Moniteur, Popsu.

FINNEGAN Ruth, 2007, The hidden musicians, Middletown, Wesleyan University Press.

GUIBERT Gérôme, 2006, La production de la culture, le cas des musiques amplifiées en France, genèse, structurations, industries alternatives, Paris, IRMA.

GUIBERT Gérôme, 2007, « Les musiques amplifiées en France. Phénomènes de surfaces et dynamiques invisibles », Réseaux, p. 299-324.

GUIU Claire (dir.), 2006, Géographies et musiques : quelles perspectives ?, Géographie et Cultures, n° 59.

GRÉSILLON Boris, 2002, Berlin, métropole culturelle, Paris, Belin.

GRÉSILLON Boris, 2014, Géographie de l’art. Ville et création artistique, Paris, Anthropos, Economica.

JALABERT Guy, 1995, Toulouse, Métropole incomplète, Paris, Anthropos.

JALABERT Guy, ZULIANI Jean-Marc, 2009, Toulouse, l’avion et la ville, Toulouse, Privat.

KRIMS Adam, 2007, Music and urban geography, Londres, Routledge.

LAFFANOUR Anne, 2003, Territoires de musiques et cultures urbaines. Rock, rap, techno… l’émergence de la création musicale à l’heure de la mondialisation, Paris, L’Harmattan.

LANDRY Charles, 2000, The Creative City. A toolkit for Urban Innovators, Londres, Earthscan publications.

LÉVY Jacques, 1999, Le tournant géographique. Penser l’espace pour lire le monde, Paris, Belin.

MARKUSEN Ann, 2006, « Urban development and the politics of a creative class: evidence from the study of artists », Environment and Planning A, vol. 38, n° 10, p. 1921‑1940

MARTIN-BRELOT Hélène et al., 2010, Economic policies and strategies in Toulouse: how to enhance the city’s competitiveness, ACRE report 10.11, Amsterdam, AISSR.

MONTÈS Christian (dir.), 2003, « La ville, le bruit et le son », Géocarrefour, vol. 78, n° 2.

RAIBAUD Yves (dir.), 2009, Comment la musique vient aux territoires, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

RAIBAUD Yves, 2005, Territoires musicaux en régions, l’émergence des musiques amplifiées en Aquitaine, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

SIBERTIN-BLANC Mariette, 2009, « Culture et projets de territoire », Sud-Ouest Européen, n° 27.

SIBERTIN-BLANC Mariette, 2004a, « Initiatives culturelles et structuration de l’espace métropolitain toulousain », in J.-P. Augustin et A. Lefebvre, Perspectives territoriales pour la culture, p. 107-131.

SIBERTIN-BLANC Mariette, 2004b, « Diffusion des musiques amplifiées et recompositions urbaines », Espace et société, n° 118, p. 205-222.

TOUCHÉ Marc, 1996, « Les lieux de répétition des musiques amplifiées, défauts d’équipements et malentendus sociaux », Les Annales de la recherche urbaine, n° 70, p. 58‑67.

VIVANT Elsa, 2009, Qu’est-ce que la ville créative ? Vendôme, Presses universitaires de France.

Haut de page

Notes

1 Ces données reposent sur l’exploitation et le croisement de plusieurs guides culturels : Lets Motiv, Intramuros, Toulouse Culture, Sortir à Toulouse.

2 En moyenne, un lieu identifié en périphérie pour accueillir un concert est également moins souvent utilisé : neuf fois pour un lieu de la première couronne, deux fois pour un lieu localisé au-delà – contre dix-sept fois pour un lieu de la commune centre.

3 Sans être exhaustif, voici quelques équipements prestigieux localisés dans le centre de Toulouse : Théâtre National, École des Beaux-Arts, Conservatoire, Orchestre du Capitole, Musée d’art contemporain des Abattoirs.

4 La Grande Halle de l’Union, le Confluent de Portet-sur-Garonne ou encore la salle Alizée de Muret.

5 De même, contrairement aux musiques classiques, les musiques amplifiées se dissocient d’une approche savante dont les méthodes de création reposent au préalable sur un capital scolaire et un apprentissage du langage écrit.

6 SMAC (Scène de Musiques Actuelles) est un dispositif initié par l’État en 1996 visant à soutenir un réseau d’équipements publics censés favoriser l’émergence de jeunes groupes innovants et accompagner la professionnalisation du secteur artistique.

7 Entretien réalisé avec Hervé Bordier, directeur du Pôle musiques actuelles à la Mairie de Toulouse (novembre 2012).

8 Par acteur artistique on considère l’ensemble des acteurs susceptibles d’accompagner l’artiste lors de ses différentes activités. La scène toulousaine compte plus de 400 acteurs : leur recensement repose sur l’exploitation de plusieurs sources : programmes musicaux locaux, blogs et réseaux sociaux sur internet, mémoires universitaires et diagnostics réalisés par Avant-Mardi.

9 On pense notamment au plan de l’urbaniste Joan Busquets (2010-2020) qui prévoit le réaménagement de plusieurs places et voies de circulation du centre-ville de Toulouse. On pense également aux efforts qui vont être entrepris ces prochaines années par la Municipalité pour obtenir le classement du centre-ville au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Distribution des événements musicaux à l’échelle de l’aire urbaine de Toulouse en 2010
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/7624/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Titre Figure 2 – Une représentation de la fracture métropolitaine complétée par les musiques amplifiées
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/7624/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
Titre Figure 3 – Lieux musicaux et scènes urbaines
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/7624/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Titre Figure 4 – Le système des musiques amplifiées dans l’organisation urbaine
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/7624/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 924k
Titre Figure 5 – Scènes musicales en centre-ville
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/7624/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre Figure  6a – Localisation des concerts au sein de la commune de Toulouse en 2010
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/7624/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Figure  6b – Centralités festives, culturelles et commerciales au sein de la commune de Toulouse en 2010
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/7624/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 940k
Titre Figure  6c – Répartition de la population toulousaine selon quelques critères socio-démographiques en 2010
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/7624/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 815k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel Balti, « Géographie des musiques amplifiées et recompositions territoriales dans l’agglomération toulousaine », Géographie et cultures, 106 | 2018, 135-158.

Référence électronique

Samuel Balti, « Géographie des musiques amplifiées et recompositions territoriales dans l’agglomération toulousaine », Géographie et cultures [En ligne], 106 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2018, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/gc/7624 ; DOI : 10.4000/gc.7624

Haut de page

Auteur

Samuel Balti

Laboratoire de Recherche en Architecture
École nationale supérieure d’architecture de Toulouse
samuel.balti@toulouse.archi.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals