Navigation – Plan du site

AccueilNuméros58Universalité du multiculturalisme...

Universalité du multiculturalisme à l’heure de la mondialisation

Cynthia Ghorra-Gobin
p. 5-18

Résumés

Le multiculturalisme qui a pour ambition de concilier citoyenneté démocratique et diversité culturelle à l’échelle du territoire national a été formalisé, il y a une vingtaine d’années en Amérique du Nord. Après avoir mis en évidence son émergence (due à la perte de légitimité de la théorie de l’assimilation), après avoir analysé son impact à l’échelle du territoire local (Los Angeles) et après avoir fait le constat d’un changement de sa perception dans le contexte français, l’article prône l’universalité du multiculturalisme.

Haut de page

Texte intégral

1Le « multiculturalisme » définit la coexistence de plusieurs cultures sur un même espace national (ou local) avec l’objectif de créer du lien social dans le cadre d’un régime démocratique (Mesure et Renaut, 1999). Il fut revendiqué, il y a une quinzaine d’années par des philosophes américains (Canada, États-Unis) ayant fait le constat du sérieux paradoxe des sociétés démocratiques. Avec des noms célèbres comme Will Kymlicka, Michael Sandel, Charles Taylor et Michael Walzer (pour ne citer que quelques-uns), le multiculturalisme se donne ainsi pour ambition de concilier citoyenneté démocratique et diversité culturelle (en liaison avec la diversité raciale et ethnique) à l’échelle du territoire national, parallèlement à la mondialisation. Comme il se décline au sein de l’État­ nation, il est également susceptible de varier d’un pays à l’autre en fonction des contraintes externes mais aussi de la culture politique nationale. Le multiculturalisme peut difficilement faire l’objet d’une modélisation compte tenu de la diversité des situations nationales.

  • 1 La convention sur la protection et la promotion de la diversité culturelle signée au cours de la 33(...)
  • 2 Aux États-Unis, le recensement demande à tout habitant de déclarer son appartenance raciale et ethn (...)

2Cet article interroge la portée universelle du multiculturalisme (pourtant qualifié made in North America en raison de sa formalisation première dans cette région du monde), à l’heure de la signature par l’ensemble des États membres de l’UNESCO1 (après une sérieuse mobilisation de la France, du Canada et de la communauté francophone) de la convention en faveur de la diversité culturelle à l’échelle mondiale. D’où le questionnement suivant : quelles sont les caractéristiques du multiculturalisme ? Comment s’exprime-t-il à l’échelle locale ? Peut-on, à la suite de la reconnaissance explicite de la diversité culturelle et de l’impératif de la préserver à l’échelle supranationale (au même titre d’ailleurs que la biodiversité), en déduire que l’idée d’un multiculturalisme à l’échelle du territoire national et/ou local est susceptible de faire son chemin et de s’universaliser ? En d’autres termes, une société (la société française, par exemple) prenant comme point de référence son histoire tout en se projetant dans l’avenir, ne peut-elle se donner les moyens d’inventer un algorithme associant diversité sociale et culturelle d’une part et jeu démocratique d’autre part sans être contrainte d’établir des « statistiques ethniques et raciales » à l’image de l’Amérique du Nord2 ? Quelle peut être la contribution de la recherche géographique, et plus spécialement de la géographie culturelle ?

Les fondements du multiculturalisme

3Dans le langage courant, le multiculturalisme se distingue difficilement de l’affirmative action, expression américaine traduite en français par « traitement préférentiel » ou « discrimination positive ». Pourtant la première expression fait référence à un cadre conceptuel et théorique pour penser la diversité à l’échelle nationale alors que la seconde, fondée sur l’idée de justice et d’égalité de tous, se conçoit comme une série de mesures compensatoires à l’égard de communautés ayant eu à subir ségrégation et discrimination au cours de l’histoire. Le multiculturalisme reconnaît la diversité culturelle (indissociable de la diversité raciale, ethnique et religieuse) pendant que le traitement préférentiel répond aux difficultés d’intégration des groupes minoritaires en facilitant leur ascension sociale par des dérogations provisoires. Aussi, contrairement à une idée généralement répandue, la discrimination positive n’est pas la conséquence de la formulation d’une pensée multiculturelle mais la précède. L’idéologie multiculturaliste résulte aux États-Unis « de la mise en forme juridique des politiques de réduction des inégalités raciales » (Calvès, 2004, p. 54). Les deux expressions participent de la remise en cause de la théorie de l’assimilation, mais se déclinent différemment dans chacun des contextes nationaux qui lui ont donné naissance, le Canada et les États-Unis.

De la remise en cause de la théorie de l’assimilation

  • 3 David Ward, 1971, Cities and immigrants. A geography of change in urban America, Oxford, Oxford Uni (...)

4Tout au long de leur histoire, les États-Unis se sont pensés comme une nation issue de l’immigration. Au tournant du XXe siècle, une époque qui correspond à la « première mondialisation moderne » (Berger 2003), le principe du melting pot associé à l’idée de l’assimilation des immigrés dans le « chaudron » américain était alors de rigueur. L’École de sociologie de l’université de Chicago (première université ayant introduit la question urbaine dans son département de sociologie) qui a centré ses travaux sur le ghetto habité notamment par les immigrés européens et sur les populations déshéritées vivant à proximité des usines, avait pour ambition de faciliter l’intégration et l’assimilation des nouveaux habitants3. À l’heure de la « deuxième mondialisation », il en est tout autrement. Le multiculturalisme actuel est largement le fruit de la perte de légitimité de la théorie de l’assimilation : le melting pot a été dénoncé comme une « fiction » ayant donné les moyens à l’élite WASP (White Anglo-saxon Protestant) de s’imposer dans le champ culturel, économique, social et politique (Glazer et Moynihan, 1970).

  • 4 Voir Digby E. Baltzell, 1964, The protestant establishment: aristocracy and caste in America, New Y (...)
  • 5 Les médias qui rendent compte de la mobilisation en faveur du sort des clandestins dans les grandes (...)

5Au cours des années 1960, les Américains continuaient d’exiger des nouveaux venus de se conformer à leur culture, mais cette posture fit l’objet de sérieuses critiques de la part d’une majorité de la population lui reprochant d’être principalement forgée par la minorité WASP. Les Américains faisaient non seulement la différence entre les Blancs et les Noirs, mais distinguaient au sein même de la communauté blanche (jugée non uniforme) une élite constituée principalement de personnes d’origine anglo-saxonne et protestante4. La culture blanche WASP a ainsi été dénoncée par les Noirs, les Chicanos (Mexicains-Américains), les Amérindiens, les femmes et les homosexuels qui s’estimaient victimes d’une certaine oppression. Ces revendications ont coïncidé avec la diversification des pays d’origine des immigrés et la croissance démographique des flux migratoires en provenance de l’étranger. En effet, en 1965, la loi sur l’immigration abolit le principe du quota par pays au profit du regroupement familial, ce qui facilita l’arrivée des immigrés d’Amérique latine, d’Asie et du Moyen-Orient au détriment des immigrés européens. Par ailleurs, les flux migratoires qui ne comptaient que 250 000 personnes par an au début des années 1960 représentent aujourd’hui plus d’un million de personnes par an, un chiffre qui n’inclut pas les clandestins5. À la traditionnelle image du melting pot, synonyme de creuset au sein duquel les différentes couches issues de l’immigration se sont progressivement fondues, se substitue celle du salad bowl où les différents ingrédients gardent leur saveur et leur consistance.

6L’assimilation, processus au cours duquel tout individu devrait se dépouiller de son héritage pour adopter celui de son pays d’accueil n’est plus d’actualité au moment où les technologies d’information et de communication d’une part et la baisse des coûts de transports d’autre part autorisent tout individu à rester en contact avec les siens, à leur envoyer de l’argent, à les revoir pendant les vacances et ainsi à ne pas couper les liens familiaux et sociaux avec le pays d’origine.

De la diversité de son inscription institutionnelle à l’échelle nationale

  • 6 Le professeur de littérature comparée (aujourd’hui décédé) de l’université Columbia dissocie diffic (...)

7Dans des sociétés où la vie politique est en partie dominée par le discours sur l’immigration (comme au Canada et aux États-Unis), le multiculturalisme se présente comme une alternative au principe de l’assimilation traditionnelle et répond aux revendications des minorités en faveur de leur reconnaissance dans la sphère publique (Taylor, 1992). Il s’oppose à toute idée de domination d’une culture sur les autres ou encore à cette prétention à une société monoculturelle exigeant de tout individu de se dépouiller de ses attributs particularistes pour bénéficier de l’égalité des droits6. Le principe du « monoculturalisme » fut d’ailleurs progressivement perçu comme le principal responsable de ce sentiment d’exclusion, voire même de révolte au sein des groupes minoritaires.

  • 7 Sur la question du rnulticulturalisme canadien et de ses subtilités institutionnelles, consulter le (...)
  • 8 Le texte de la Constitution des États-Unis définit simplement l’égalité des personnes devant la loi (...)

8Toutefois ce courant philosophique, compris aux États-Unis et au Canada comme un moyen de faciliter l’insertion de l’ensemble des individus et des groupes dans la société et comme un moyen de s’ouvrir au monde, ne se décline pas de manière identique. Il a ainsi trouvé une première traduction politique en 1971 au Canada, une nation divisée entre ses deux peuples fondateurs (Francophones et Anglophones)7 alors qu’aux États-Unis, il n’a entraîné aucun changement dans la Constitution8. L’État canadien s’est d’abord engagé dans une politique de reconnaissance culturelle afin de satisfaire les demandes de la minorité québécoise. Une dizaine d’années plus tard, parallèlement à 1’augmentation du nombre d’immigrés venus de différents pays de la planète et à la suite d’une vive controverse, le principe d’une société multiculturelle fut ajouté à la Constitution. En 1988, une première loi est votée dans ce sens. Le gouvernement fédéral non seulement reconnaît les groupes et cultures minoritaires organisés dans la sphère publique, mais peut les aider à se perpétuer et à conserver leur culture. De sérieux débats dans l’État de l’Ontario ont opposé récemment des musulmans réclamant leur référence à la Charia, au nom de la liberté religieuse, à des associations de femmes musulmanes hostiles à cette idée. Suite à cette polémique, l’État a renoncé à autoriser l’instauration de tout tribunal d’obédience religieuse. Cet exemple montre que le multiculturalisme autorise la revendication de droits culturels (cultural rights), souvent indissociables de l’appartenance religieuse, mais que cette revendication est soumise au jeu démocratique.

  • 9 L. Carroué, 2004, La mondialisation en débat, Paris, Documentation photographique, C. Manzagol, 200 (...)

9Aux États-Unis, le multiculturalisme se traduit par une typologie de groupes raciaux et ethniques définis par le Bureau du recensement (institution fédérale). Mais cette typologie n’est pas figée et elle est susceptible d’évoluer en fonction du débat politique. Aussi en 1970, les Latinos ont exigé la création d’une catégorie les regroupant sous l’appellation hispanics. Le recensement de 2000 a inclus une nouvelle catégorie intitulée two or more races pour rendre compte du processus de métissage à l’œuvre. L’idée d’un recensement ethnique et racial permet de rendre compte de l’état d’avancement des différents groupes au sein de la société. Ces dispositifs qui ont pour objectif de faciliter l’insertion des individus issus des minorités dans le marché du travail et dans l’enseignement supérieur n’ont pas pour ambition d’avoir une longue durée. De nombreuses universités américaines qui ont pratiqué l’affirmative action pendant quelques années ont décidé de ne plus le faire. Le multiculturalisme a des répercussions dans différentes sphères sociales y compris dans l’entreprise. La diversité culturelle des employés et des ouvriers comme des patrons participe désormais à la réputation et à l’image de marque de l’entreprise auprès des actionnaires comme des consommateurs. Au règne de la multinationale (encore marquée par sa nationalité) succède progressivement celui de la firme globale (entreprise­ réseau) mettant en valeur le principe de la diversité culturelle. Des slogans du type « understanding culture is the key to successful glocalization » sont d’ailleurs repris par les écoles de management9.

10Compte tenu des différences nationales du multiculturalisme qui se veut une réponse à la perte d’influence de la théorie de l’assimilation, on peut, à la suite de Michel Wievorka, distinguer l’interprétation « intégrée » de type canadien de l’interprétation « éclatée » donnée par les États-Unis. Le multiculturalisme n’est donc pas un courant philosophique figé, mais évoque bien la « diversité au sein du principe de la diversité ».

Le multiculturalisme à l’échelle locale : Los Angeles, ville globale

11Los Angeles qui, jusque dans les années 1950, était principalement habitée par des Américains venus de la côte Est et du Midwest, a enregistré d’importants flux migratoires en provenance du Mexique, d’Amérique latine et d’Asie dès la fin des années 1970. La diversité raciale, ethnique et culturelle s’exprime en ce début du XXIe siècle dans la sphère publique. Mais cette évolution s’est faite au travers d’un processus démocratique prenant en compte la dimension spatiale.

La dimension spatiale de la vie démocratique

  • 10 Pour plus de détails bibliographiques cf C. Ghorra-Gobin, 1997, Los Angeles le mythe américain inac (...)

12Tout au long de leur histoire, les Américains ont utilisé le recensement (organisé tous les dix ans par une agence fédérale) pour mesurer les mutations démographiques mais aussi pour rendre compte de la répartition spatiale de leur population, afin de s’assurer du bon fonctionnement de la démocratie de représentation. Aussi le redécoupage des circonscriptions électorales à l’échelle fédérale (Congrès) comme à l’échelle de l’État fédéré (assemblée législative) s’impose pour respecter le principe de l’équivalence démographique de l’ensemble des circonscriptions. Tous les dix ans, le nombre de représentants au Congrès de chaque État fédéré peut être modifié en fonction du chiffre de la population et du taux de croissance. Ensuite, il revient aux États fédérés de revoir les limites spatiales au sein de leurs circonscriptions électorales. Ce principe jugé indissociable de l’exercice de la citoyenneté s’est enrichi avec l’amendement (voté en 1982 par le Congrès) de la section 2 du Voting Rights Act (VRA) incluant un volet prenant en compte la croissance démographique des différentes catégories ethno-raciales. La procédure du redistricting se pratique aussi bien à l’échelle de l’État fédéré qu’à l’échelon des grandes municipalités (Themstrom, 1987 ; Guinier, 1994). La mise en œuvre de cette injonction fédérale permet d’expliquer l’élection du maire Villaraigosa, deux décennies plus tard au printemps 200510.

13À la suite d’un recensement enregistrant une forte croissance démographique d’une minorité donnée, la loi fédérale oblige la municipalité à remanier les limites des districts (arrondissements) non seulement pour assurer un chiffre de population équivalent dans chacune d’entre elles mais aussi pour faciliter l’accession de la ou des minorités au niveau du conseil municipal. La procédure s’intitule redistricting et relève de l’initiative du maire qui la confie à un conseiller municipal. Elle exige l’intervention de chercheurs et de professionnels afin de répertorier et de rassembler les données démographiques par îlot de recensement et de délimiter un territoire plus ou moins homogène où ladite minorité est en fait majoritaire. Après avoir assuré la constitution d’une majorité ethnique / raciale sur un territoire donné, il faut démontrer que ce « nouveau découpage » inclut une majorité de personnes en mesure de voter. En effet, les quartiers habités par des minorités sont souvent ceux qui d’une part détiennent un grand nombre de récents immigrés (par définition exclus du vote) et d’autre part, se caractérisent par une pyramide des âges présentant une base importante de jeunes (également exclus du vote). À ces deux critères purement objectifs s’ajoute un troisième plus difficile à cerner, le comportement électoral des individus au sein de chacune des communautés ethniques. Des études menées par des politologues ont en effet démontré que les minorités ethniques / raciales ont tendance à moins participer à la vie politique et exercer leur droit de vote. En d’autres termes, le degré d’abstention est plus fréquent au sein des minorités ethniques. La prise en compte de ce troisième critère difficile à quantifier explique le poids des arbitrages politiques dans le cadre des négociations territoriales liées au redistricting.

Le redistricting à Los Angeles11

  • 11 Los Angeles a une population de 3,9 millions d’habitants en 2005. Les Blancs (non hispaniques) repr (...)

14À Los Angeles, le maire Thomas Bradley (premier Africain­ Américain élu maire dans une grande municipalité) n’a pas vraiment perçu l’intérêt de la loi de 1982. Sa communauté détenait trois sièges au conseil municipal, alors qu’elle ne représentait que 13 % de la population, que les Blancs en comptaient 11 et les Latinos un seul. Les quinze conseillers municipaux représentent les 15 arrondissements alors que le maire est élu par l’ensemble de la population. Aussi, en 1983, la ville fut l’objet d’une attaque en justice par une cour fédérale qui lui reprochait de ne compter qu’un conseiller municipal hispanique alors que la population hispanique représentait un tiers de la population totale. L’intervention de l’État fédéral a été le fruit d’un sérieux travail de lobbying mené par deux associations de défense des droits civiques, Mexican-American Legal Defense and Education Fund (Maldef) et California for Fair Representation (CFFR) qui l’ont incité à intervenir au niveau local pour faire respecter la loi. À la suite de ce procès, la ville fut contrainte de proposer un nouveau découpage territorial et la mission fut confiée à Richard Alatorre (seul conseiller municipal hispanique). Au printemps 1986, Alatorre proposa un nouveau découpage et se vanta de créer un deuxième arrondissement comprenant une majorité hispanique en mesure de voter. Ce plan présentait toutefois l’inconvénient de remettre en cause l’arrondissement de Hollywood détenu à ce moment par Michael Woo – le premier conseiller d’origine chinoise élu en 1985 – qui avait réussi à construire une coalition politique regroupant des Asiatiques et des communautés relevant de la White Ethnie. Alatorre s’était donc arrangé pour ne modifier ni les limites des 10 circonscriptions détenues par des Blancs ni celles des trois circonscriptions détenues par les Noirs mais uniquement celle de l’Asiatique. Aussi, après les Hispaniques, ce fut au tour de la communauté asiatique de se mobiliser et de faire pression auprès du conseil municipal qui refusa alors d’adopter le plan d’Alatorre. Par chance ce dernier bénéficia, au cours de l’été 1986, du décès d’un conseiller municipal blanc, ce qui lui permit de remanier son arrondissement et de conférer à la ville un deuxième arrondissement à forte majorité hispanique.

  • 12 R. J. Sonenshein, 1993, Politics in Black and White: race and power in Los Angeles, Princeton, Prin (...)

15L’étude du redistricting de Los Angeles illustre la traduction du multiculturalisme à l’échelle locale tout en soulignant la complexité de la procédure. L’analyse démontre aussi combien les habitants d’une ville (y compris les « libéraux », synonymes aux États-Unis de progressistes) ont cessé de considérer la ségrégation spatiale fondée sur 1’appartenance à une race ou une ethnie comme un aspect négatif de la ville mais comme un moyen permettant une dynamique politique autorisant les minorités à accéder à la sphère politique12. Cette dynamique a autorisé l’élection de Villaraigosa qui a recueilli 58 % des voix et se présente comme une figure politique multiculturelle. Les Hispaniques ont voté à 85 % pour lui, mais ils ne représentent que 25 % de l’électorat ; ce qui signifie qu’il a reçu le soutien de la population noire et de la population blanche. À Los Angeles, le multiculturalisme n’est pas vraiment synonyme de communautarisme.

16L’analyse centrée ici sur la dimension spatiale du jeu démocratique montre la capacité d’un multiculturalisme autorisant l’accès des minorités au pouvoir. Cette expérience se présente comme une alternative au débat en faveur du vote des immigrés non naturalisés à l’échelle locale.

Réinterpréter le multiculturalisme et l’universaliser

17Dans un premier temps, le multiculturalisme a été compris en France comme l’équivalent du « communautarisme », opposé à l’idéal républicain. Mais au fil du temps, les représentations se sont modifiées au profit d’une possible réinterprétation conforme à la culture politique française tout en préservant les choix individuels.

D’une représentation plutôt négative...

  • 13 Voir l’article de D. Lacorne dans l’ouvrage édité par M. Pélissier et A. Paecht, 2004, Les modèles (...)

18En France, le multiculturalisme compris comme la reconnaissance de la diversité culturelle des habitants dans l’espace public n’est pas vraiment perçu comme une avancée philosophique par la majorité de la population. Il est vrai que l’opinion publique n’a pas vraiment saisi les enjeux de la présente étape historique façonnée par la mondialisation indissociable de l’avancée technologique dans le domaine de l’information et de la communication (Wolton, 2001). Aussi, elle a tendance à l’associer au « communautarisme », au repli de l’individu sur sa sphère d’origine. Une majorité d’intellectuels s’y opposent parce qu’ils la considèrent comme une doctrine ou encore un point de vue diamétralement opposé à la représentation de « l’intégration républicaine ». Denis Lacome parle à juste titre « d’inquiétudes françaises » à l’égard du modèle multiculturel jugé peu conforme à ses valeurs13. Nombreux sont encore ceux qui estiment que la théorie de l’assimilation ou encore de la francisation est toujours valable alors que d’autres commencent à noter l’urgence d’une révision de notre conception de l’intégration. Dans un entretien de Jacques Donzelot à la revue Pouvoirs locaux, le sociologue de l’urbain (ayant une bonne connaissance de la question des inner-cities et des banlieues dans les contextes américain et français) rejette toute idée de multiculturalisme alors qu’il reconnaît que le modèle républicain fondé sur le principe de l’homogénéité sociale devrait évoluer :

19« Il y a certainement une ’ligne jaune’ à ne pas dépasser, c’est ce qu’on appelle le multiculturalisme. Faire société, ce n’est pas ’culturel’ : on fait société tout court. »

  • 14 Entretien entre Jacques Donzelot et Jean-Marc Ohnet au moment de la parution de l’ouvrage Faire soc (...)

20Il ajoutait quelques lignes plus loin, « ce qu’il y a de gênant dans le multiculturalisme c’est l’idée d’une société qui contemplerait ses variétés comme dans un musée et qui cultiverait ses différences sans les relier dans un système d’action »14.

21L’attitude négative à l’égard d’un courant philosophique visant à concilier diversité culturelle et régime démocratique aux échelles nationale et locale peut toutefois paraître en contradiction avec la fermeté de la mobilisation nationale en faveur d’une reconnaissance explicite de la diversité culturelle à l’échelle mondiale ou supranationale. Certains, à la suite d’Alain Touraine, commencent à souligner l’incapacité de la société française à changer de modèle culturel et reconnaissent une certaine forme de discrimination à l’égard des jeunes issus de l’immigration. Il revient en effet aux chercheurs de s’interroger sur les modalités autorisant tout individu au sein d’une société démocratique à vivre et à s’exprimer dans le respect des appartenances culturelles des uns et des autres. En d’autres termes, comment combiner intégration et différences, universalisme et droits culturels de chacun afin de dépasser l’opposition « d’un républicanisme chargé de préjugés et de communautarismes chargés d’agressivité » (Touraine, 2005, p. 37).

...à une posture plus nuancée

22En dépit d’un regard a priori négatif, on commence toutefois à déceler au sein de l’opinion publique un début d’attitude plus favorable à l’idée d’un multiculturalisme, à la suite des violences de l’automne 2005. On reconnaît l’efficacité de la discrimination et du multiculturalisme : deux siècles après l’esclavage, la société américaine a permis l’émergence d’une classe moyenne noire. Dans l’État du Texas comme en Californie, les gouverneurs ont décidé que 10 % des meilleurs élèves de tous les lycées de l’État peuvent accéder aux universités publiques de leur choix. Ce qui permet aux universités d’avoir des promotions de diplômés aux origines sociales plus variées, un exemple dont commencent à s’inspirer des institutions comme Sciences Po. Dans le cadre de l’entreprise, le rapport Fauroux a prôné la pratique de CV anonymes, une modalité utile pour éviter de tomber dans le piège d’une quête traditionnelle en faveur de l’homogénéité culturelle et sociale au sein de l’entreprise.

23Des chercheurs reconnaissent par ailleurs que la discrimination positive (DP) est pratiquée chez nous, même si elle n’est pas reconnue en tant que telle par l’opinion publique (Sabbagh, 2003). L’objectif de la parité entre les sexes dans la sphère publique qui remonte aux municipales de 1975 a conduit à la révision constitutionnelle en 1999. La loi du 6 juin 2000 qui impose en théorie l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives peut être un autre exemple. Les politiques d’aménagement du territoire participent aussi de la discrimination positive territoriale puisqu’il s’agit d’une politique de rattrapage entre territoires inégaux. On parle de « zone de revitalisation rurale » ou encore de « zone urbaine sensible ». La politique de la ville dans la continuité des opérations HVS (Habitat et vie sociale) concerne principalement les territoires où se concentrent les difficultés sociales. On parle alors de « discrimination positive territoriale » qui permet de prendre pour cible les groupes ethniques ou raciaux sans les nommer ou encore sans établir de quotas. Contrairement à l’idée reçue, le multiculturalisme n’impose pas de répertorier la population sous la forme de catégories ethniques et raciales. Il suffit comme l’indique l’INED de croiser une série d’indicateurs comme le lieu de naissance des parents pour les enfants d’immigrés, le lieu d’habitation et quelques autres pour identifier la population présentant des difficultés d’insertion tout en évitant l’écueil du seul critère de la couleur de peau.

Un contexte façonné par la mondialisation

  • 15 A. Sen, 2004, "La liberté culturelle dans un monde diversifié", titre du rapport du PNUD (programme (...)

24Le multiculturalisme n’est pas une doctrine figée mais se présente comme un outil conceptuel autorisant toute société démocratique à décliner en fonction de son héritage et de sa culture une manière de mieux évaluer les inégalités sociales, afin de maintenir le lien social. Il peut ainsi prétendre à l’universel. Il convient également de préciser que le multiculturalisme ne se conçoit pas comme une idéologie contraire à l’individualisme. La liberté individuelle va de pair avec la diversité culturelle. Comme l’écrit le prix Nobel Amartya Sen, « tout individu doit avoir le choix de ne pas se conformer à sa communauté d’origine et de se doter d’une pluralité d’identités pour répondre aux différentes situations dans lesquelles il (elle) se retrouve »15.

25Aujourd’hui, dans une situation historique inédite, car marquée par la mondialisation, la mise en évidence de la diversité culturelle devient une nécessité démocratique à l’échelle nationale et locale alors qu’elle a été reconnue à l’échelle supranationale. En effet, la mondialisation ne concerne pas uniquement la sphère économique, mais elle se traduit aussi par un progressif mouvement de déterritorialisation de la culture, en raison des flux migratoires, de la baisse des coûts de transports et de la diffusion des technologies d’information et de communication (Featerstone, 1990 ; Appadurai 1996 ; Paris, 2005). Dans ce contexte, la géographie culturelle détient des outils conceptuels susceptibles de contribuer à l’analyse des processus de déterritorialisation de la culture et à l’émergence de la diversité culturelle et du phénomène de multi-appartenance des individus habitant les villes et métropoles globales mondiales.

Haut de page

Bibliographie

AMSELLE, J-L., 1996, Vers un multiculturalisme français, Paris, Flammarion.

AMSELLE, J-L., 2001, Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures, Paris, Flammarion.

APPADURAI, A., 2001, Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot (version américaine 1996).

BERGER, S., 2003, Notre première mondialisation. Leçons d’un échec oublié, Paris, Seuil, La république des idées.

BIASE, A. (de) et C. ROSSI (dir.), 2006, Chez nous : territoires et identités dans les mondes contemporains, Paris, Éd. La Villette.

BRANTLINGER, P. M., 2002, « L’avenir des cultural studies en Amérique du Nord », Quadernina 47, printemps, p. 57-71.

CALVÉS, G., 2004, La discrimination positive, Paris, PUF, QSJ.

COLLECTIF, 2005, Cahier des Amériques latines n  45, « Migrations, territoire et multiculturalisme ».

DI MEO, G., 2005, « Composantes spatiales, formes et processus géographique des identités », Annales de géographie, n » 638-639, p. 339-362.

DOYTCHEVA, M., 2005, Le multiculturalisme, Paris, La Découverte.

ELLUL, J., 1993, « Rôle de la communication dans une société pluriculturelle », dans L. Sfez, Dictionnaire critique de la communication, Paris, PUF, p. 494-500.

FEATHERSTONE, M. (dir.), 1990, Global culture: nationalism, globalization and modernity, Londres, Sage.

GHORRA-GOBIN, C., 1994, « Du melting pot au multiculturalisme », Quaderni, numéro spécial, hiver, n° 22.

GHORRA-GOBIN, C. (dir.), 1998, « Villes et communication interculturelle », numéro spécial, Géographie et cultures, n° 26.

GHORRA-GOBIN, C., 1999, « Des villes et la question multiculturelle : comment définir un territoire multiculturel ? », Cybergéo.

GLAZER, N. et D. P. MOYNIHAN, 1970, Beyond the melting pot, Cambridge, Mass., The MIT press, (nouvelle édition en 1991).

GLAZER, N., 1998, We are all multiculturalists now, Harvard University press. GORDON, A. etC. NEWFIELD (dir.), 1998, Mapping multiculturalism, University of Minnesota Press, 1996 (compte-rendu intéressant mais critique, cf. Frederick Luis Aldama, « Multicultural Mapping », Stanford Humanilies Review, vol. 6.1, (www.stanlord.edu/group/SHR/6-1).

GUINIER, L., 1994, The tyranny of the majority: fundamental fairness in representative democracy, New York, Free press.

HOLLINGER, D., 1995, Postethnic America, beyond multiculturalism, New York, Basic Books.

KYMLICKA, W., 2001, La citoyenneté multiculturelle, Paris, La Découverte.

LACORNE, D., 1997, La crise de l’identité américaine, Paris, Fayard, 2’ édition 2004.

MATTELART, A. et E. NEVEU, 2003, Introduction aux cultural studies, Paris, La Découverte.

MESURE, S. et A. RENAUT, 1999, Alter Ego : les paradoxes de l’identité démocratique, Paris, Aubier.

MESURE, S. et W. KYMLICKA (dir.), 2000, « Les identités culturelles », numéro spécial, Comprendre, n°1, Paris, PUF.

PARIS, T., 2005, « Diversité culturelle et mondialisation », dans T. de Montbrial et P. Moreau Defarges, Ramsès, p. 173-187.

RAYNAUD, P., 2002, « Diversité de la diversité », Quaderni, n° 47, p. 47-55. SABBAGH, D., 2003, L’égalité par le droit. Les paradoxes de la discrimination positive aux États-Unis, Paris, Economica.

SEMPRINI, A., 1997, Le multiculturalisme, Paris, PUF, QSJ.

TAYLOR, C., 1992, Multiculturalisme : différence, démocratie, Paris, Aubier.

THERNSTROM, A., 1987, Whose votes count? Affirmative action and minority voting rights, Harvard, Harvard University press.

WALZER, M., 1992, « Les deux universalismes », Esprit, n’ 187, décembre, p. 102-113.

WALZER, M., 1997, Pluralisme et démocratie, Paris, Édition Esprit.

WIEWORKA, M., 2005, La différence : Identités culturelles : enjeux, débats et politiques, Paris, L’Aube.

WINQUIN, Y., 2001, Anthropologie de la communication : de la théorie au terrain, Paris, Seuil, coll. Points.

WOLTON, D., 2001, L’autre mondialisation, Paris, Flammarion, 2001.

Médias

Le Figaro a présenté au début de l’année 2001 une série d’articles sur le multiculturalisme dont l’article d’Alain-Gérard Slama, « La nouvelle menace communautaire », 23 janvier 2001.

Le Monde

Montvalen J.-B. et L. Feckhout, 2006, « La France résiste au comptage ethnique » Le Monde, 3 juillet.

Quéruel, N., 2006, « Premiers pas concrets dans la lutte contre les discriminations », Le Monde, 24 janvier.

Touraine, A., 2005, « Les Français piégés par leur moi national », Le Monde, 8 novembre.

Vulser, N., 2005, « Diversité culturelle : un manifeste pour la mondialisation », Le Monde, 21 octobre.

Cohen, D., 2004, « Les chemins escarpés du multiculturalisme », Le Monde, 6 septembre.

Vulser, N., 19 octobre 2003, « L’Unesco adopte le texte sur la diversité culturelle », Le Monde. 5 et 6 novembre 1998, débat entre Hervé le Bras et Michèle Tribalat, Le Monde.

Le Point, n° 1306, 27 septembre 1997, (M. Gallo, « La république émiettée », compte rendu de l'ouvrage de Christian Jelen, Les casseurs de la république, Plon, 1997).

Haut de page

Notes

1 La convention sur la protection et la promotion de la diversité culturelle signée au cours de la 33e Conférence générale de l’UNESCO (20 octobre 2005) autorise les États à ne plus soumettre leur production artistique et culturelle aux règles traditionnelles des échanges commerciaux telles qu’elles sont établies par l’OMC (Organisation mondiale du commerce).

2 Aux États-Unis, le recensement demande à tout habitant de déclarer son appartenance raciale et ethnique.

3 David Ward, 1971, Cities and immigrants. A geography of change in urban America, Oxford, Oxford University press.

4 Voir Digby E. Baltzell, 1964, The protestant establishment: aristocracy and caste in America, New York, Random House.

5 Les médias qui rendent compte de la mobilisation en faveur du sort des clandestins dans les grandes villes américaines (printemps 2006) estiment leur nombre entre 11 et 12 millions.

6 Le professeur de littérature comparée (aujourd’hui décédé) de l’université Columbia dissocie difficilement l’impérialisme de la culture ; E.W. Said, 2000, Culture et impérialisme, Paris, Fayard.

7 Sur la question du rnulticulturalisme canadien et de ses subtilités institutionnelles, consulter le site du ministère (fédéral) du patrimoine canadien www.patrimoinecanadien.gc.ca

8 Le texte de la Constitution des États-Unis définit simplement l’égalité des personnes devant la loi, sans parler de la question des classifications raciales et ethniques.

9 L. Carroué, 2004, La mondialisation en débat, Paris, Documentation photographique, C. Manzagol, 2003, La mondialisation, Paris, A. Colin et C. Ghorra-Gobin (dir.), 2006, Dictionnaire des mondialisations, Paris, A. Colin.

10 Pour plus de détails bibliographiques cf C. Ghorra-Gobin, 1997, Los Angeles le mythe américain inachevé, Paris, Éditions du CNRS (2e édition 2002) ; 1993, "Multiculturalisme et marginalisation à Los Angeles", Vingtième siècle no 40, octobre, p. 23-32 ; 2005, "L’élection de Villaraigosa à Los Angeles", Pouvoirs locaux, no 67, IV, p. 129-135.

11 Los Angeles a une population de 3,9 millions d’habitants en 2005. Les Blancs (non hispaniques) représentent 29,7 % de la population, les Hispaniques 46 %, les Africains­ Américains 11 % et les Asiatiques 10 %.

12 R. J. Sonenshein, 1993, Politics in Black and White: race and power in Los Angeles, Princeton, Princeton University press.

13 Voir l’article de D. Lacorne dans l’ouvrage édité par M. Pélissier et A. Paecht, 2004, Les modèles d’intégration en question : enjeux et perspectives, Paris, PUF, IRIS, p. 185-193.

14 Entretien entre Jacques Donzelot et Jean-Marc Ohnet au moment de la parution de l’ouvrage Faire société. La politique de la ville en France et les États-Unis, Paris, Seuil, 2003, dans Pouvoirs locaux n° 58 III/2003, p. 40-48.

15 A. Sen, 2004, "La liberté culturelle dans un monde diversifié", titre du rapport du PNUD (programme des Nations unies pour le développement), www.pnud.org

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cynthia Ghorra-Gobin, « Universalité du multiculturalisme à l’heure de la mondialisation », Géographie et cultures, 58 | 2006, 5-18.

Référence électronique

Cynthia Ghorra-Gobin, « Universalité du multiculturalisme à l’heure de la mondialisation », Géographie et cultures [En ligne], 58 | 2006, mis en ligne le 14 décembre 2018, consulté le 25 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/gc/7741 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gc.7741

Haut de page

Auteur

Cynthia Ghorra-Gobin

CNRS-UMR 8185- Espaces, nature et culture

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search