Navigation – Plan du site

AccueilNuméros58Les enjeux de la fête de La Paz à...

Les enjeux de la fête de La Paz à Santa Cruz

Migration et construction d’une identité multiculturelle
Sophie Blanchard
p. 51-65

Résumés

À Santa Cruz de la Sierra, principale ville des plaines boliviennes, les migrants venant de La Paz, dans les Andes boliviennes, célèbrent chaque mois de juillet la tête de leur département d’origine. Cette fête traduit la réalité multiculturelle de Santa Cruz, ville qui a reçu des migrants originaires de toute la Bolivie. En effet, le défilé de danses - point culminant de la fête – constitue une mise en scène de l’identité andine, magnifiée par le choix des musiques et des costumes. Or les migrants andins, que les natifs de Santa Cruz, les Gambas, désignent sous le nom péjoratif de Collas, font l’objet de formes de rejet et de discrimination qui peuvent être dépassées dans et par la fête. Le spectacle de cette société crucénienne multiculturelle préfigure donc les transformations d’une société bolivienne de plus en plus « pluriculturelle ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les résultats présentés dans cet article s’inspirent de notre thèse en cours, intitulée Être colla (...)

1C’est au son de la morenada et des caporaies, deux danses emblématiques des Andes boliviennes, que les danseurs de la fête de La Paz parcourent chaque mois de juillet les rues de Santa Cruz de la Sierra, principale ville des plaines de l’Oriente bolivien. Cette image apparemment sans surprise – la Bolivie n’est-elle pas un pays andin ? – dissimule les enjeux conflictuels d’une fête qui participe de la difficile construction d’une Bolivie multiculturelle. Les principaux acteurs de cette fête sont en effet des migrants collas venus des Andes1, qui ne sont pas toujours bien acceptés par les habitants de Santa Cruz, les Cambas.

2En Bolivie, un mouvement de migration des régions andines vers les plaines de l’Est du pays a modifié les équilibres territoriaux. Le brassage des populations de ce pays officiellement « multiethnique et pluriculturel » a fait de la ville de Santa Cruz le point d’arrivée de migrants venant de tout le pays qui célèbrent les fêtes anniversaires de leurs départements d’origine avec un faste croissant. La plus remarquable de ces manifestations est la fête de La Paz, célébrée chaque année dans les rues de Santa Cruz de la Sierra en l’honneur du jour anniversaire de la capitale politique du pays. Les enjeux de cette fête sont multiples. Elle donne aux migrants andins une visibilité dans l’espace urbain et contribue à l’affirmation d’une identité andine à Santa Cruz. Elle provoque aussi un effet de territorialisation symbolique, en permettant une éphémère réappropriation du centre-ville par des migrants qui pour beaucoup vivent dans des quartiers périphériques à la marge de la ville. Mais la fête dissimule aussi des enjeux politiques : que dit-elle de la refondation de la citoyenneté bolivienne dans un pays où les crispations identitaires viennent renforcer les tensions interculturelles et raviver une opposition ancienne entre Andes et Oriente ? Le succès croissant de cette manifestation permet d’entrevoir l’élaboration d’une identité crucénienne multiculturelle, mêlant sans les confondre apports andins et apports cambas : quelle est la portée de la création de cette identité multiculturelle dans les plaines boliviennes ?

3Afin de mettre en évidence les enjeux de cette fête de La Paz, il s’agira tout d’abord de voir comment la ville de Santa Cruz a été transformée par les migrations andines, puis de montrer que fêter la Paz est une façon de fêter la présence andine. La fête sera enfin envisagée comme un manteau d’Arlequin révélant une société urbaine multiculturelle.

Les habits neufs de Santa Cruz : une ville transformée par les migrations andines

Santa Cruz de la Sierra au cœur des dynamiques migratoires

4La ville de Santa Cruz de la Sierra a été profondément transformée, depuis une cinquantaine d’années, par un mouvement de migrations des Andes boliviennes vers les plaines. La Bolivie est en effet un pays structuré selon un mode dual. Dualité d’un territoire étagé où s’opposent une partie orientale composée de plaines tropicales, l’Oriente, et une partie andine montagneuse et plus froide, à l’ouest, où les cordillères orientale et occidentale enserrent un haut plateau au climat froid et sec dont l’altitude moyenne est de 4 000 m. Dualité de la répartition du peuplement, également, qui voit les deux tiers des 8 millions de Boliviens se concentrer sur le tiers du territoire qu’occupent les hautes terres, alors que les plaines orientales, qui occupent pourtant les deux tiers de ce pays connu comme andin, n’abritent guère qu’un tiers de la population. Dualité de la composition du peuplement, enfin : dans ce pays fréquemment qualifié de « mosaïque ethnique », les Andes sont terres de civilisations paysannes anciennes et enracinées, façonnées par les peuples quechua et aymara, tandis que dans les basses terres, une nébuleuse de peuples moins nombreux et pour la plupart nomades ou semi-nomades formaient une trame du peuplement lâche. Alors que dans les Andes, les villes se sont nourries de la présence des peuples originaires qui formaient des quartiers populaires culturellement métis, à Santa Cruz de la Sierra, principale ville des plaines, la société urbaine s’est construite sur le mythe d’un « métissage blanchissant » qui aurait neutralisé les apports des peuples indigènes des plaines, pour ne conserver que les apports européens (Peña et al., 2003, p. 5).

5La dualité bolivienne est aujourd’hui remise en question par un ample mouvement de migration des Andes vers l’Oriente, qui provoque un rééquilibrage du territoire : depuis les années cinquante se développe une véritable « conquête de l’Est ». Lancée en 1953 par le gouvernement issu de la Révolution de 1952, cette « marche vers l’Oriente » a fonctionné selon une dynamique de front pionnier, envoyant des milliers de familles paysannes des Andes coloniser les terres « vierges » de l’Oriente tropical. Ce mouvement de conquête des plaines a surtout profité au département de Santa Cruz et, dès le milieu des années soixante, la principale ville de ce département, Santa Cruz de la Sierra, connaît une croissance exponentielle. La ville passe de quelque 50 000 habitants en 1950 à plus d’un million aujourd’hui. Le flux de migrants venus des Andes est pour beaucoup dans cette croissance spectaculaire : en 2001, d’après les données du dernier recensement, sur les 1,1 million d’habitants de la ville, près de 250 000 étaient nés dans un des départements andins du pays (figure 1). Les migrants andins formeraient donc, au début des années 2000, un quart de la population de la ville. La fête de La Paz à Santa Cruz s’inscrit dans un contexte de migration et d’intense brassage des populations, c’est un révélateur de la présence des migrants andins dans l’Oriente.

Figure l : La Bolivie, carton de localisation.

Figure l : La Bolivie, carton de localisation.

Une fête andine en terre orientale

6Entre Crucéniens de souche et nouveaux venus, la cohabitation s’avère souvent conflictuelle. Les habitants de Santa Cruz désignent les migrants andins sous l’appellation de Collas. Ce nom, dérivé du Collasuyo, partie de l’empire inca qui recouvrait l’actuelle Bolivie, a une connotation péjorative. Les Crucéniens de souche par contre se reconnaissent comme des Cambas, terme qui s’appliquait au XIXe siècle aux populations indigènes de l’Oriente avant d’en venir à désigner l’ensemble des habitants du département de Santa Cruz nés dans les basses terres par opposition aux habitants des hautes terres. Entre Collas et Camhas se multiplient les tensions nées de la migration, tensions qui font apparaître des formes de marginalisation des migrants.

7Depuis quelques années se développe un mouvement régionaliste à Santa Cruz, articulé par un organisme corporatiste, le Comité civique pro­ Santa Cruz, et par un mouvement politique autonomiste, la Nation camha. Les régionalistes prônent une défense de la culture camha devant « l’invasion » des migrants : cette crispation identitaire est une réaction directe à l’arrivée de nombreux migrants andins. La revendication de l’identité crucénienne a en effet commencé avec la présence croissante de migrants appartenant aux autres groupes ethniques du pays (Peña et al., 2003, p. 8), présence qui est ressentie comme une menace. Selon les données d’une enquête menée en 1986, les Collas sont perçus comme l’une des principales menaces sur la culture crucénienne (Prado Salmon, 1990, p. 356).

  • 2 Le 17 octobre 2003, Gonzalo Sânchez de Lozada, président démocratiquement élu à peine un an plus tô (...)

8Cette montée en puissance de la revendication d’une identité camba doit cependant être replacée dans un contexte plus large de réaffirmation des identités ethniques et régionales à l’échelle du continent latino-américain. Les crispations identitaires de tous bords se renforcent depuis les années 90, alors même que les processus de fusion et de métissage n’ontjamais été aussi actifs- en Bolivie tout particulièrement du fait des brassages de populations que les mouvements migratoires entraînent et de l’urbanisation croissante du pays. La reconnaissance de la diversité ethnique bolivienne est pourtant indubitable : la Bolivie est officiellement devenue un État « multiethnique et pluriculturel » en 1994, et elle a adopté la même année une loi de « participation populaire » qui donne un rôle accru aux communautés indigènes. Cependant, à l’essor du régionalisme crucénien a répondu comme un écho une montée en puissance du nationalisme aymara, porté par le Movimiento lndigena Pachakuti, parti politique indianiste très actif sur l’Altiplano, tout particulièrement dans le département de La Paz, fief de son chef, Felipe Quispe. En outre, l’année 2005 a été une année de campagne électorale, des élections générales se sont tenues en décembre, et les revendications indianistes ont joué aussi un rôle considérable dans la montée en puissance d’Evo Morales, candidat du Movimiento Al Socialismo et leader des syndicats de paysans producteurs de feuilles de coca. Celui-ci a remporté haut la main les élections présidentielles, ce qui a provoqué dans le pays une secousse politique majeure et crée aujourd’hui d’immenses attentes de la part des populations indiennes. La réaffirmation d’identités locales territorialisées serait une des manifestations de la crise politique bolivienne (Lavaud, 2005, p. 126), dans ce pays périodiquement secoué de périodes d’agitation sociale qui ont entraîné en deux ans la démission de deux présidents2.

9Célébrer l’anniversaire du département de La Paz à Santa Cruz de la Sierra est donc une pratique culturelle bien moins anodine qu’il n’y paraît. Cette fête andine dans la ville camba ranime le fantasme de l’invasion de la ville par les migrants andins. Elle pose la question de la place des migrants dans la société crucénienne et de leur inscription dans la ville, au-delà des tensions entre Collas et Cambas. Place qui apparaît en filigrane dans les modalités et les enjeux de cette fête colla en terre camba.

Fêter la Paz, fêter la présence andine

Quand Santa Cruz en fête devient une ville andine

  • 3 Les révolutionnaires ont profité de la fête de la Virgen del Carmen, le 16 juillet 1809, pour se so (...)

10La fête de La Paz transforme Santa Cruz en ville andine, l’espace de quelques jours. La fête de La Paz, ou fête de la Virgen del Carmen, dont la date officielle est le 16 juillet, célèbre à la fois la protectrice de la ville et l’anniversaire du soulèvement de La Paz3en 1809. C’est dans la capitale bolivienne l’occasion de manifestations de grande ampleur, depuis la fin du XIXe siècle. Depuis une douzaine d’années, les Pacéniens résidant à Santa Cruz célèbrent l’anniversaire de leur département d’origine avec une ampleur et un faste croissants, en organisant plusieurs types de manifestations festives dont le point culminant est un défilé de danses ou entrada folklorica, qui connaît de plus en plus de succès – en 2003, 2004, et 2005, entre 20 000 et 30 000 personnes ont assisté au défilé – et mobilise des milliers de danseurs de tout le pays. La fête se déroule en plusieurs temps et investit des lieux divers.

11Les festivités commencent le 15 juillet, par une retraite aux flambeaux, qui se déroule dans le centre-ville, part de la cathédrale, sur la place 24 de Septiembre (la place centrale), et va jusqu’à la calle La Paz, dans le centre ancien appelé Casco Viejo, qu’elle emprunte sur toute sa longueur. Les protagonistes de cette retraite aux flambeaux sont les représentants de la communauté pacénienne : des membres des associations de résidents, des représentants syndicaux, alnsi que des responsables des fraternités. Plus que la retraite aux flambeaux elle-même, c’est l’ambiance de la calle La Paz qui attire des milliers de passants andins ou d’ascendance andine pour la plupart. Des jeunes, des familles, venant pour une bonne part des quartiers périphériques de la ville où vivent une grande partie des migrants (figure 2), flânent dans cette rue où retentissent toute la soirée les accents des musiques andines. L’espace d’une nuit, la calle La Paz se transforme en un gigantesque bar à ciel ouvert et elle est bordée sur toute sa longueur de vendeurs de nourriture et de boissons.

Figure 2 : Les lieux de la fête de La Paz à Santa Cruz.

Figure 2 : Les lieux de la fête de La Paz à Santa Cruz.

12Le 16 juillet a lieu la partie la plus « officielle » de la fête, la procession de la Virgen del Carmen autour de la place 24 de Septiembre, après une messe solennelle à la cathédrale. Les représentants des associations pacéniennes assistent à la messe ainsi que des représentants syndicaux, des gradés pacéniens basés à Santa Cruz et des figures politiques de Santa Cruz. La statue de la Vierge est ensuite promenée solennellement tout autour de la place. Ces cérémonies se complètent d’une offrande florale, forme d’hommage civique. Le 16 juillet 2004, la fête a eu lieu sur la plaza La Paz, située dans un quartier péricentral de l’ouest de la ville, le barrio Urbari, non loin d’un des plus grands marchés de la ville, le mercado Abasto. La plaza La Paz est en fait un rond-point au milieu d’un quartier résidentiel. Mais tous ces événements ne sont que des préambules au défilé.

13Le défilé, ou entrada folklorica, est l’essence de la fête de La Paz. Il a lieu un samedi pour profiter de la disponibilité des danseurs et des spectateurs car, si le 16 juillet est un jour chômé à La Paz, ce n’est pas le cas à Santa Cruz. Il se déroule sur l’une des grandes artères de sortie de la ville, l’avenida Grigota, aussi appelée « double voie La Guardia » : ce parcours de près de 2,5 km reste fermé à la circulation tout l’après-midi et toute la soirée. C’est là un nouveau parcours dont le choix répondait à une nécessité pratique : l’ancien parcours, le long de la calle la Paz, était devenu trop court pour le nombre croissant de groupes de danse participant au défilé et son extension aurait impliqué un blocage de la moitié du centre-ville. C’est désormais l’une des artères de circulation les plus modernes de la ville qui est coupée, pour laisser le champ libre à la fête. Mais la fête, si elle a le caractère éphémère d’un événement exceptionnel, va au-delà de la transgression en mettant en scène l’identité de ses protagonistes, en la donnant à voir dans la rue. Et le choix des lieux de la fête est chargé de sens.

Le sens des lieux : la fête comme forme de territorialisation symbolique

14Le choix des lieux de la fête – localisés sur la figure 2 – n’est pas innocent en termes d’affirmation identitaire car les lieux investis par la fête de La Paz sont des lieux symboliques. La place centrale, la cathédrale, sont les symboles de Santa Cruz, les lieux du pouvoir crucénien, le théâtre des manifestations civiques et des protestations populaires. La calle La Paz, au cœur du centre-ville, fait partie d’un espace longtemps réservé aux vieilles familles crucéniennes et partiellement réapproprié par les migrants qui y ont ouvert des petits commerces. L’avenida Grigota, dans la mesure où elle unit les quartiers périphériques où habitent une grande partie des migrants et le centre-ville où se trouvent les grands marchés dans lesquels beaucoup d’entre eux travaillent, dessine un trait d’union entre deux types d’espaces : l’un plus approprié par les migrants et l’autre où ils s’imposent comme vecteurs de l’activité économique. En outre, cette avenue, premier tronçon de l’ancienne route menant à Cochabamba – par laquelle arrivaient les migrants venant de La Paz jusqu’à la construction de la nouvelle route – a, comme la calle La Paz, une dimension symbolique, car elle fut la porte d’entrée de Santa Cruz. Enfin, le parcours du défilé se termine dans le marché de La Ramada, le plus grand de Santa Cruz, animé par les marchands venus des Andes.

15Pendant près d’une semaine, les manifestations festives quadrillent donc l’espace urbain crucénien, de la place centrale aux quartiers périphériques les plus éloignés dans lesquels la fête et les libations se poursuivent du samedi jusqu’au lundi. Ces manifestations engendrent des effets de territorialisation : « la fête, justement, contribue à territorialiser les lieux. Mais, plus encore qu’une géographie concrète, la fête engendre et décrit une géographie symbolique » (Di Méo, 2001, p. 48). Cette géographie symbolique se révèle dans le choix des lieux de la fête qui englobent à la fois des espaces marqués comme cambas et des espaces plus associés à la migration, comme la calle La Paz dont le nom rappelle la capitale, ou le marché de La Ramada. Ces espaces possèdent désormais une histoire, une charge symbolique née de l’événement. Le fait que l’avenida Grigota par exemple, soit un espace a priori relativement neutre (une grande artère de circulation), rend plus facile son appropriation symbolique. En célébrant l’éphéméride de la capitale, les migrants dessinent donc leur géographie de Santa Cruz et s’approprient symboliquement l’espace urbain.

Fête et mise en scène de l’identité

16La fête provoque ainsi un effet de territorialisation symbolique. Elle peut aussi être interprétée comme une forme d’affirmation identitaire. Plus qu’une tradition, fût-elle nouvelle, la fête traduit alors un besoin d’expression d’une identité souvent mise en marge et stigmatisée. Elle devient un lieu de « fabrique d’identités » (Agier, 2000, p. 7). Ritualisée et créée ou recréée par la fête, la mise en scène qui émerge de l’entrada folklorica dit l’identité métisse des migrants pacéniens, et plus largement andins vivant à Santa Cruz. Cette (re)création identitaire prend une dimension revendicative. Les migrants andins – une partie d’entre eux du moins – compensent, dans la fête qui leur donne une visibilité et une légitimité dans la ville, leur position de double minorité culturelle. Double minorité, car ils sont collas dans la ville camba, et indiens ou métis mais fortement influencés par Je fonds culturel quechua-aymara, dans un pays où la discrimination raciale demeure monnaie courante.

17L’identité andine, revendiquée dans et par la fête, est mise en scène sur Je mode d’un rituel festif et transparaît notamment dans les costumes des danseurs. Les habits des danseuses de morenada – la danse la plus populaire de cette fête de La Paz – sont en effet des habits de cholita, ce qui ne laisse pas d’avoir une grande valeur symbolique en termes de mise en scène de l’identité andine. Les cholitas sont des « Indiennes en ascension sociale » (Marchand, 20021, p. 207), au vêtement très caractéristique : le terme de cholita, dérivé de chalo, métis, désigne en premier lieu les femmes citadines aymaras qui portent un costume constitué d’un chapeau melon fiché sur leurs cheveux coiffés en deux longues tresses noires, d’un châle brodé, d’un corsage et d’une jupe bouffante colorée garnie de jupons, la poilera. Par extension, il s’applique aux femmes indiennes des Andes portant des vêtements « traditionnels » (au sens de « non occidentalisés »). À Santa Cruz, les cholitas sont des migrantes andines. Elles adaptent leur tenue de tous les jours au climat tropical et portent des jupes plus légères et des blouses de couleur claire. L’investissement affectif et symbolique mis par les danseuses dans le costume de morenada va au-delà de la seule participation à la fête. Ces atours coûteux participent d’une mise en scène de l’identité andine, ils permettent aux migrantes andines de renverser le stigmate d’un costume qui les désigne comme des migrantes collas. Pourtant, au-delà de cette mise en scène de l’identité andine, la fête de La Paz révèle les contradictions d’une société urbaine multiculturelle.

La fête, manteau d’Arlequin révélant une société urbaine multiculturelle

La fête de La Paz, résumé d’une Bolivie multiculturelle et pluriethnique ?

  • 4 Le tipoy est une tunique, généralement blanche, vêtement traditionnel des femmes cambas. Il n’est p (...)
  • 5 Les Tobas sont un groupe du Gran Chaco bolivien.

18La fête de La Paz présente en effet une dimension englobante. Les danseurs qui y participent viennent de tout le pays – la plupart étant des migrants vivant à Santa Cruz –, et ils présentent des danses caractéristiques des différents départements boliviens. Dans le défilé, on pouvait apercevoir, en 2003 et 2004, des groupes de danseurs chapacos venus de Tarija, des enfants des écoles de Santa Cruz dansant la saya (danse des Yungas, vallées chaudes au nord de La Paz où vit une population afrobolivienne dont cette danse relate l’histoire), le tinku (danse guerrière du département de Potosi) ou le taquirari (danse crucénienne). Les costumes de danse recréent les ambiances de tout le pays, le tipoy4 des petites Crucéniennes se pose en contrepoint du bonnet andin des jeunes danseurs de tinku, les amples jupes des danseuses de morenada contrastent avec les habits légers des danseurs de Tobas5. À première vue, le défilé offre la vision d’une Bolivie en réduction, une Bolivie vue de La Paz puisque les danseurs pacéniens y sont majoritaires. La participation de groupes représentant d’autres départements du pays est riche de signification et peut être interprétée de diverses façons.

  • 6 Cotoca est une petite ville voisine de Santa Cruz.

19Tout d’abord, ces participations qui sont surtout le fait de groupes venant d’autres régions des Andes boliviennes, manifestent le caractère andin de la fête de la Paz et l’affirmation d’une identité andine englobant cette fête en la dépassant. Il en est ainsi des danses guerrières telles que le tinku et la danse des Tobas, à travers lesquelles se traduisent des phénomènes de diffusion et de retour d’influences culturelles. La danse des Tobas rappelle l’avancée dans le Chaco bolivien des conquérants incas. Ceux-ci ramenèrent sur les hautes terres des Tobas captifs en guise de trophées. Ces Tobas auraient conservé leurs danses guerrières et elles seraient ensuite passées dans le carnaval andin, et surtout dans celui d’Oruro qui intègre cette danse portant leur nom. Après cette diffusion dans les Andes, la danse des Tobas est donc de retour dans les basses terres. Ce parcours n’est pas sans rappeler la complexité des parcours migratoires qui ne se résument que rarement à une translation des Andes vers les plaines. Mais de façon plus générale, la participation de groupes très divers, venant à la fois des basses terres et des Andes, donne une certaine visibilité à la question ethnique à Santa Cruz, et constitue une affirmation de la réalité multiculturelle de la société crucénienne. Santa Cruz n’est plus une ville camba, car sa population est le résultat de migrations venant de tout le pays et de brassages favorisant un intense processus de métissage culturel - visible par exemple dans la fête de la Virgen de Cotoca6\tradition crucénienne qui mêle désormais des éléments collas et cambas.

  • 7 Même si Sucre est la capitale officielle de la Bolivie, La Paz en est la capitale politique.

20La fête de La Paz provoque pourtant des formes de rejet dans les discours médiatiques et dans les commentaires des autonomistes les plus radicaux. Il y a donc de très puissants processus d’exclusion, de mise à distance. Mais en même temps, la fête attire des spectateurs de toutes les origines, et les Cambas des classes populaires n’hésitent pas à participer aux réjouissances et à partager une bouteille de bière à la santé de la Virgen del Carmen s’ils y sont invités. La multiplication des fêtes dans les quartiers populaires, pendant la semaine qui entoure le 16 juillet, laisse apparaître des formes de participation des originaires de l’Oriente à la liesse pacénienne. Dans les quartiers périphériques, appelés « quartiers marginaux », tels le Plan 3000 ou la Villa Primera de Maya où se mêlent des populations venues de toute la Bolivie, se créent diverses formes de métissage culturel et des événements comme celui qui est étudié ici entrent dans les mentalités urbaines. De cette manière, une partie de la population crucénienne commence à prendre l’habitude de célébrer le 16 juillet, alors qu’au premier abord cette fête est celle de La Paz, c’est-à-dire qu’il s’agit d’une expression de la culture de la capitale7, siège d’un pouvoir vu par les défenseurs de la crucénité comme trop centralisateur et n’ayant rien à voir avec la culture de l’Oriente. La popularité de cette fête est telle que les plus éminents représentants de la crucénité, c’est-à-dire les dirigeants du comité pro-Santa Cruz, tendent depuis quelques années à assister officiellement au défilé, ce qui invite à s’interroger sur la signification de cette participation.

Fête englobante ou fête récupérée ?

21La participation officielle des élites régionalistes à la fête de La Paz peut être interprétée comme une simple reconnaissance de la présence des migrants andins à Santa Cruz, et tout particulièrement du rôle éminent des migrants pacéniens dans l’économie crucénienne (les marchands venus de La Paz animent une bonne partie des marchés de la ville, et les membres de l’élite pacénienne sont de plus en plus nombreux à migrer à Santa Cruz et à y investir). Signe s’il en est de cette participation officielle, en 2005, Ruben Costas, le président du comité civique Pro-Santa Cruz, a assisté au défilé et on l’a même vu en train d’esquisser quelques pas de danse avec une cholita. Mais on peut aussi voir là une certaine volonté de « récupérer » la fête, voire de la neutraliser.

  • 8 Les danseurs de morenada.

22De manière plus polémique, on peut se demander si la présence de groupes d’âge et d’origines différentes, venant contrebalancer le pouvoir des groupes de morenos8 issus des marchés, ne correspond pas à une volonté d’assimilation. Cette diversité qui masque mal l’écrasante majorité de groupes andins et surtout pacéniens parmi les danseurs et les spectateurs, ne serait-elle pas un élément d’une volonté de « neutraliser », d’édulcorer la fête et d’en faire une version de la crucénité ? Un extrait du quotidien El Deber – principal quotidien de Santa Cruz et l’un des moyens d’expression privilégié du comité pro-Santa Cruz – invite tout au moins à se poser la question :

  • 9 La wiphala est le drapeau multicolore emblématique des peuples originaires des Andes.
  • 10 El Deber, 31 juillet 2005.

« Revenons aux danseuses et à la foule agglomérée sur les bancs et les chaises de plastique qui bordent l’avenue. À cette scène où les danseuses agitent la wiphala29, et nous verrons qu’entre les centaines de drapeaux se trouve, dissimulé, celui de Santa Cruz qui synthétise l’esprit d’une fête qui se nourrit de la diversité et qui a duré jusqu’à ce que les gens soient assez fatigués ou ivres pour s’arrêter. »10

23La volonté de faire de cette fête un événement englobant, émanation d’une crucénité renouvelée, s’apparenterait par conséquent à une forme de négation du caractère fondamentalement andin de ces entradas folkloricas qui animent toujours plus les rues des grandes villes boliviennes. La participation de groupes se revendiquant comme cambas à ces festivités est d’ailleurs extrêmement réduite, à la limite de l’anecdotique. Quelle est alors la portée de ce multiculturalisme qui s’affirme à Santa Cruz ? Les fusions et la mixité qui transparaissent dans la fête permettent un dépassement des clivages identitaires et des processus de discrimination et d’exclusion qui forment la réalité des relations quotidiennes dans la ville. Elles laissent entrevoir la possible création d’une identité métisse, cambacolla, mêlant apports andins et orientaux : cette identité porte peut-être en elle les germes d’une refondation de la citoyenneté bolivienne.

Du métissage cambacolla à la refondation de la citoyenneté bolivienne

24L’élaboration d’une identité mixte cambacolla se fait dans un contexte de confrontations parfois violentes, tant à l’échelle de la ville où les migrants font l’objet de formes de rejet et de discrimination, qu’à l’échelle nationale où les processus de réaffirmation identitaire ravivent la division Andes / Oriente. Elle se nourrit des formes de fusion et d’échanges culturels entre Collas et Cambas qui se multiplient, notamment dans les quartiers périphériques, lieux d’un métissage qui « ne peut réellement exister que comme transformation et mélanges constants » (Wieviorka, 2004, p. 25). Ces mélanges se révèlent dans la re-création de la fête de La Paz à Santa Cruz, en dépit des critiques et du mépris dont cette fête peut faire l’objet et malgré la mainmise des migrants pacéniens sur de nombreux aspects de son déroulement et de son organisation. À Santa Cruz, indubitablement, « la production des identités est un processus chaotique » (Wieviorka, 2004, p. 24). On retrouve ces phénomènes de fusion dans les transformations des fêtes qui se déroulent dans les grandes villes boliviennes : les entradas folkloricas ne sont pas chose nouvelle, mais depuis une vingtaine d’années elles prennent une ampleur de plus en plus considérable. On assiste à une réinvention de la tradition folklorique et à une occupation périodique de pans de plus en plus larges de l’espace urbain. L’exemple le plus frappant en est peut-être, à La Paz, la fête du Gran Poder, qui paralyse pendant plusieurs jours une bonne partie du centre ancien et donne à voir l’identité métisse des classes populaires urbaines.

25Dans un contexte de fortes tensions interculturelles, la construction d’identités métisses est essentielle à la consolidation d’une citoyenneté bolivienne problématique. La crise de l’État et des partis politiques traditionnels impose la recherche de nouveaux repères, au-delà des crispations identitaires de tous bords. Pris entre les revendications autonomistes dans les basses terres et l’affirmation d’une unité nationale postulée par les autorités et les secteurs populaires des régions andines, les migrants andins vivant à Santa Cruz constituent un pont entre les deux Bolivie, une transition entre monde colla et monde camba. Au sein de cette nation bolivienne qui est officiellement « multiethnique et pluriculturelle », ils préfigurent une possible intégration nationale. Au milieu des conflits multiples et récurrents que traverse la société bolivienne, l’enjeu multiculturelle que représente l’élaboration d’une identité la ville de Santa Cruz de la Sierra est donc considérable.

26La ville de Santa Cruz est ainsi le lieu de l’élaboration chaotique d’une identité multiculturelle que la fête de La Paz met à la fois en scène et en question. Santa Cruz, pour reprendre une expression qui revient souvent dans les discours des Crucéniens de toutes origines, est « un carnaval » : les enjeux de la fête y dépassent largement le cadre éphémère d’un événement exceptionnel et transgressif. Ils disent le tourbillon des changements qui affectent la ville. Le spectacle de cette société multiculturelle permet d’entrevoir, par-delà la juxtaposition de cultures différentes, les multiples formes de métissage qui se dessinent dans les villes boliviennes.

27Au-delà de ces processus de re-création identitaire, les migrants andins installés à Santa Cruz jouent un rôle essentiel dans les évolutions politiques d’une Bolivie en proie à une crise profonde. À travers la construction d’une identité multiculturelle, c’est l’existence même d’un pays menacé d’éclatement qui est en jeu.

Haut de page

Bibliographie

AGIER, Michel, 2000, Anthropologie du carnaval. La ville, la tête et l’Afrique à Bahia, Marseille, Éd ions Parenthèses /IRD, 256 p.

Dl MÉO, Guy, 2001, « Le sens géographique des fêtes », Annales de géographie, n«  622, p. 624·646.

Dl MÉO, Guy, 2001, La géographie en fêtes, Paris, Ophrys, 270 p.

LAVAUD, Jean-Pierre, 2005.  »Démocratie et ethnicisation en Bolivie« , Problèmes d’Amérique latine, n » 56, printemps, p. 107-128.

MARCHAND, Véronique, 2001, « Les chatas des marchés de La Paz, une approche interactionniste », Cahiers des Amériques latines, n«  36, p. 207-224.

PENA, Paola, et al., 2003, La permanente construcci6n de lo crucefio. Un estudio sobre la identidad en Santa Cruz de la Sierra, La Paz, PIES, 168 p.

PRADO SALMON, Fernando, 1990,   »Identidades y migraciones en contextes multiculturates« , dans Cooperativa crucena de cuttura, Los Cruceflos y la cultura, Santa Cruz, edici6n municipal, 2’ édition, p. 352-363.

WIEVIORKA, Michel, 2004, « Identités culturelles et démocratie », Cahiers des Amériques latines, n » 45, p. 21-29.

Haut de page

Notes

1 Les résultats présentés dans cet article s’inspirent de notre thèse en cours, intitulée Être colla à Santa Cruz. Identités et territoires des migrants andins à Santa Cruz de la Sierra (2005).

2 Le 17 octobre 2003, Gonzalo Sânchez de Lozada, président démocratiquement élu à peine un an plus tôt, devait s’enfuir de La Paz en hélicoptère pour gagner Santa Cruz et s’embarquer en toute hâte dans un avion pour Miami à la suite d’un mouvement de protestation populaire connu sous le nom de "guerre du gaz". Le 7 juin 2005, son successeur Carlos Mesa démissionnait à son tour devant l’impossibilité de gouverner sous la pression de la rue.

3 Les révolutionnaires ont profité de la fête de la Virgen del Carmen, le 16 juillet 1809, pour se soulever contre les partisans de la reine Carlotta.

4 Le tipoy est une tunique, généralement blanche, vêtement traditionnel des femmes cambas. Il n’est pratiquement plus porté dans la région de Santa Cruz.

5 Les Tobas sont un groupe du Gran Chaco bolivien.

6 Cotoca est une petite ville voisine de Santa Cruz.

7 Même si Sucre est la capitale officielle de la Bolivie, La Paz en est la capitale politique.

8 Les danseurs de morenada.

9 La wiphala est le drapeau multicolore emblématique des peuples originaires des Andes.

10 El Deber, 31 juillet 2005.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure l : La Bolivie, carton de localisation.
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/7834/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Figure 2 : Les lieux de la fête de La Paz à Santa Cruz.
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/7834/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Blanchard, « Les enjeux de la fête de La Paz à Santa Cruz », Géographie et cultures, 58 | 2006, 51-65.

Référence électronique

Sophie Blanchard, « Les enjeux de la fête de La Paz à Santa Cruz », Géographie et cultures [En ligne], 58 | 2006, mis en ligne le 14 décembre 2018, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/gc/7834 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gc.7834

Haut de page

Auteur

Sophie Blanchard

Laboratoire PRODIG

Haut de page
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search