Navigation – Plan du site
Varia

Tourisme de résidence en situation

L’hospitalité en médina maghrébine
Walter Lancret
p. 123-138

Résumés

Les récits de voyage, les romans, les guides touristiques déclenchent des effets de familiarité et d’attente. Ces derniers ont progressivement changé le patrimoine collectif des habitudes du « touriste » présent en terre « exotique ». Le voyage désenclave les points de vue et entraîne la comparaison des usages et la diversité des pratiques mondaines. Il met en communication des milieux différents et autorise l’interrogation du discours aux pratiques. La fréquentation des « maisons d’hôtes » ou le choix d’acquérir une résidence au sein des médinas maghrébines assure par exemple à l’étranger des conditions d’hospitalité et d’accès à la société locale originales.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article repose sur des observations empiriques et des entretiens que nous avons réalisés à la faveur de rencontres avec plusieurs protagonistes d’un tourisme dit « culturel » de résidence d’hier à aujourd’hui au Maroc et en Tunisie (2000 2004). Aucune enquête systématique n’a pu être réalisée dans les espaces dans lesquels se pratique un « tourisme de résidence ». En effet, ceux-ci sont perçus comme privatifs par ses résidents et visiteurs, ils sont donc fermés à toute investigation extérieure. Respectant le savoir-vivre inhérent à la sociabilité en médina, c’est en qualité « d’hôte » que nous avons pénétré dans ces espaces, et nous avons utilisé l’observation participante pour mener à bien nos recherches.

Texte intégral

1Habitués à un mode de vie bien réglé, nous n’avons du monde qui nous environne qu’une connaissance souvent inconsistant et imparfaite. Or l’arrivée d’un étranger interroge cet ordre communément admis et renvoie le groupe qui lui offre l’hospitalité à ce qui fait société en un espace et en un temps donnés. L’étranger est celui qui ne bénéficie pas de ce savoir propre à un modèle culturel qui a son évidence. Il devient l’homme qui doit remettre en question à peu près tout ce qui semble aller de soi aux membres du groupe qu’il aborde.

2Au Maroc et en Tunisie, la présence de l’étranger en médina – cœur historique de l’espace urbain, « ville » en arabe – instaure la reconnaissance de limites renvoyant à des formes de sociabilité, dont l’hospitalité. La « maison d’hôtes » est ici présentée comme un lieu d’acculturation, celle des consommations, celle des habitudes relationnelles à tous niveaux. Avec la « résidence de tourisme », la « maison d’hôtes » constitue un espace liminal ni totalement marginal, ni totalement intégré au reste de la ville-médina contemporaine.

3Ce faisant, les protagonistes du « tourisme de résidence » dit « culturel » se sont construit un espace de rencontre idéal dont la clef est la recommandation élective et sélective pour leurs « hôtes » étrangers. Ainsi est élaboré un discours d’homogénéité qui confère à la rencontre une force cardinale pour instituer le lien social. À partir du contexte urbain de la médina patrimoniale, nous souhaitons montrer ce qui caractérise ces lieux de l’interculturalité.

4La définition de la « résidence » sera un moyen de saisir notre point de vue géographique sur l’analyse de l’urbanité dans le contexte de la médina dont nous ferons une présentation préliminaire. L’évocation historique de l’installation du couple des Henson en Tunisie au début du XXe siècle, puis la rencontre avec des représentants de familles originaires de Fès au Maroc nous serviront d’entrée en matière du phénomène de transculturalité, de la circulation entre les cultures. Enfin, nous nous interrogerons sur les limites de l’hospitalité offerte au sein de la « maison d’hôte » et de la « résidence de tourisme ».

5Revenir sur ce moment où nous sommes « L’étranger » en un espace donné (la « médina ») constitue un exemple de lecture phénoménologique en géographie.

L’entre-soi en l’espace social de la médina

6La médina est un espace matériellement clos, cerné de remparts qui subsistent encore aujourd’hui avec des portes monumentales. Contrairement à d’autres espaces patrimonialisés pouvant constituer un espace pratiqué par les touristes, la médina n’attire pas car elle n’est pas attirante. Un étranger – « touriste » ou simple visiteur – est tenu à distance de l’espace résidentiel de la vie privée selon les règles de sociabilité reposant sur la connaissance mutuelle de celui qui se rend en médina et de celui qui reçoit.

7Le mode général de structuration urbaine autant que d’organisation sociale de la médina pourrait avoir une même forme physique et symbolique de représentation : un ensemble de cellules de vie organisées autour d’un espace clos ouvert sur le ciel. Ce type d’organisation de l’espace social se retrouve dans les différents édifices de la médina : demeure, fondouk, mosquée. La cour intérieure de la demeure est un espace central où convergent toutes les relations familiales :

« C’est par le centre que s’organisent les activités collectives ; c’est à partir de ce centre que la distinction entre les différentes pièces­logement devient perceptible ; et, en même temps, c’est à partir de lui que l’unité spatiale de la maison tout entière est affirmée » (Bérardi, 1979, p. 109).

8De l’extérieur à l’intérieur, en l’absence de façades, le logement, l’espace résidentiel se présente comme un ensemble clos par des murs sans fenêtre, la lumière pénètre par la cour et de la terrasse s’ouvre l’horizon sur le reste de la ville. Chacun des édifices est accolé l’un à l’autre, isolé comme autant d’espaces fermés. Ainsi la ville – « médina » – concilie-t-elle promiscuité collective et isolement individuel. Cette forme introvertie d’organisation de l’espace social diffère donc radicalement de ce qui a existé dans les villes médiévales européennes où les façades s’imposent à la vue de manière ostentatoire.

9Quelle que soit la matérialité du cadre bâti de la médina, ce modèle d’enclos protecteur s’impose à celui qui pratique l’espace. Les enclos des demeures privées renvoient à l’enclos de la grande mosquée, l’espace urbain est lui-même enclos d’une enceinte.

« Entre l’enclos de la mosquée et l’enclos des remparts de la ville qui gravent dans l’espace la marque de cette unité, la diversité de l’espace s’étale, mais comme la série des reflets dans un labyrinthe de miroirs. Ainsi la multiplicité renvoie à l’identité à travers l’unique forme de l’organisation de l’espace. Les maisons peuvent se répéter sans que ne soit changée, au-delà des contingences des types, leur organisation fondamentale qui est invariante » (Bérardi 1979, p. 110).

10Dans chaque série d’enclos, se retrouve une référence à un espace dont les limites vont au-delà des murs. De plus, entre dédale piétonnier et coursive, une succession de distances doit être franchie pour accéder à l’intérieur d’une demeure. Ainsi espace familial fermé (« privé » selon la terminologie urbanistique), espace de circulation (« intermédiaire », « semi privé », ou encore « interstitiel »), espace ouvert de rencontre et d’échange (« public ») se succèdent-ils en s’interpénétrant pour former le cadre bâti de la médina. L’espace « public », tel qu’on le trouve dans les villes européennes, avec des espaces « ouverts » à tous les regards et à toutes les rumeurs, est absent ; seuls la mosquée et le souk commercial constituent des lieux de communication, d’échange « publics ». Au-delà, c’est l’espace interstitiel de la rue qui serait l’espace « public » de rencontre, mais pas de discussion puisque les affaires commerciales sont traitées dans les cafés ou les ateliers du souk, les affaires privées dans les demeures, tandis que les affaires publiques le sont « traditionnellement » ou « habituellement » dans les mosquées.

11Pour autant, le logement ou espace résidentiel – espace enclos sans ouverture sur l’extérieur – dans lequel la vie familiale est soustraite au regard étranger n’ignore nullement son voisinage. Car cette intimité qu’incarne la demeure familiale s’étend à l’ensemble du quartier :

« Ce cadre social plus large que la famille, moins étendu que la cité, est au citadin ce que le clan ou la tribu sont au campagnard. La fraternité coopérative, plus ou moins intense, se manifeste par l’entraide et l’assistance, par les invitations réciproques à l’occasion de fêtes de famille et par toutes les réjouissances communes » (Bourdieu, 1970, p. 55).

12L’espace résidentiel localise le sujet quant à la dimension spatiale de sa présence. Autrement dit la résidence est le lieu de la présence sociale : ma résidence représente le lieu où je suis présent aux autres. En cela, le logement socialise l’espace et le terme de « résidence » pose le rapport de l’individu à la société dont il fait partie. De ce rapport dépend son identité sociale, la résidence traduisant et représentant spatialement le rôle que l’individu joue en tant que « personne » dans l’ensemble social auquel il appartient : sa famille, le reste de la collectivité résidente de manière permanente.

13Loger en médina et y résider supposent une installation physique en un espace circonscrit. C’est ce que nous montre l’expérience de l’installation de touristes européens en résidence au XXe siècle.

Henson on le tourisme romantique de résidence en Tunisie coloniale

14Différent du tourisme de voyage passager, connu et accompli par des célébrités littéraires et artistiques comme Delacroix, Flaubert, Gide, Bernanos,... un couple de Britanniques, les Henson, a voulu promouvoir un tourisme romantique de résidence rompant avec la chasse du pittoresque qui, commençant au XIXe siècle, se poursuivra jusqu’au milieu du XXe siècle colonial. La construction ex nihilo de leur résidence de tourisme marque encore esthétiquement l’espace urbain d’Hammamet en Tunisie.

15Acquérir le statut de « résident » implique le tissage de nouveaux liens organiques avec les populations locales. La conduite d’un tel projet de vie relève plus du choix d’un style de vie que celui d’un mode de production urbaine : c’est une production existentielle et esthétique totalement personnelle. Le séjour du touriste-résident n’est plus passage éphémère, parcours balisé et ordonné à l’avance, mais initiation, créativité, transfert existentiel et aventure spirituelle. Le projet des Henson est l’exemple d’une tentative « d’habiter poétiquement » la médina de Hammamet en inventant un rapport à l’espace et à la société locale, en créant un environnement personnel totalement original.

16Cette démarche avait déjà un antécédent en Tunisie dans l’expérience du baron d’Erlanger à Sidi Bou Saïd. Lui aussi, comme les Henson, construisit une demeure-monument s’inspirant du style architectural local, mais introduisant aussi la couleur dominante bleue qui couvre aujourd’hui portes et volets des maisons du village, encourageant la renaissance de la musique traditionnelle et transformant Sidi Bou Saïd en un village d’artistes. L’entreprise d’Erlanger eut lieu au début du XXe siècle, celle des Henson après la Première Guerre mondiale. La première porte des relents de l’orientalisme du XIXe siècle avec le style « arabisant » des décors intérieurs, approche éclectique essayant de reproduire et de combiner des motifs architecturaux, alors que la seconde participe de la crise de société affectant l’Occident entre les deux guerres : la créativité des Henson compose un environnement végétal et architectural qui rompt avec l’ordre esthétique local. Les deux projets existentiels renouent avec l’Orient imaginaire selon des perspectives différentes.

17La conversion positive de la crise européenne en la construction d’une demeure sanctuarisée par ses résidents-créateurs renvoie à la conception d’une « maison-coquille » telle que la définit Gaston Bachelard (1957). La « maison-coquille » est une habitation modulable en fonction des besoins et des désirs de celui qui l’a construite. C’est un espace personnel qui se développe à partir et à travers des formes architecturales puisées dans le paradigme patrimonial et que le sujet créateur resignifie, reformule en fonction de ses attentes et de ses projections personnelles.

18Il s’agit d’une architecture vernaculaire en opposition à l’architecture professionnelle reproduisant des modèles académiquement admis, reconnus socialement. La résidence de tourisme des Henson possède son patio autour duquel tournent les quatre chambres. C’est un espace introverti qui reproduit la maison traditionnelle de la médina : replié sur son centre mais ouvert sur le ciel, dessinant une structure de cloître favorable à la méditation, utilisant des matériaux locaux badigeonnés de chaux.

19De la sorte, Jean Henson et sa femme auraient cherché à se construire un espace isolé pour 1’accueil de proches exclusivement. L’édification de la demeure-monument rappelle celle d’un monastère : Henson ne choisit pas de se loger dans l’espace densément construit de la médina, mais celui des vergers non encore bâtis, mais protégés car garantissant autant l’approvisionnement des citadins que leur récréation et re-création. Henson est un collectionneur de végétaux, de pierres minérales et d’objets archéologiques et il construit un espace de vie tel un tableau dans lequel, sur fond archéologique de mosaïque romaine, se détache une enveloppe végétale fermée sur l’extérieur.

20Aujourd’hui, Lei1a Menchari, fille adoptive et héritière testamentaire installée à Paris, exerce sa garde sur la résidence tunisienne des Henson, privée de vie, accentuant son caractère de sanctuaire. En léguant sa demeure-monument à une Tunisienne, Henson a certainement voulu échapper à l’étatisation qui aurait compromis la vocation monacale du patrimoine. En s’y faisant enterrer, il le transformera en mausolée inaliénable. Il est venu mourir à Hammamet comme les romantiques du XIXe siècle le faisaient à Venise.

Le mythe du retour des « fils de la médina » à Fès

21Au Maroc, le retour dans la médina des origines constitue un phénomène social et générationnel récent. Devenue inhabitable aux yeux des Marocains attachés à un mode de vie moderne, la médina s’est paupérisée, vidée de ses habitants originels et historiques tout en se densifiant du fait de l’installation d’artisans qui attirent à eux de nombreux commerçants, apprentis et leur famille.

22Mais que sont devenues ces maisons, appelées dar familiaux, après le départ des Fassis de la médina préférant les villas coloniales et des villes nouvelles comme Rabat ou Casablanca à l’historique ville-médina de Fès ?

23Des « fils (natifs) de la médina » de Fès se sont réinstallés récemment au Maroc et sont devenus individuellement les protagonistes d’une patrimonialisation de « leur » médina particulière et de ce qu’elle représente pour eux en propre. Même si chacune des personnes rencontrées se montre animée de la même volonté de « redonner vie à la médina qui se meurt à l’image de ses murs qui s’effritent », selon la formule choisie par l’une d’entre elles, chacune a exprimé des motivations divergentes.

  • 1 Construit à la fin du XIXe siècle, il a servi de lieu d'hébergement pour le ministre de la Défense (...)

24Les Sentissi – une famille de commerçants – par exemple, ont acquis le « palais Mnebhi »1 et l’ont aménagé en un vaste complexe d’animation commerciale à destination d’une clientèle fortunée. Artisanat de luxe à profusion, possibilité de location de salles et de la terrasse pour des cérémonies festives, animation folklorique avec musiciens et danseuses du ventre, banquets gastronomiques « typiquement marocains » sont autant de formules présentées dans une brochure mise à la disposition de tous. Tout cela a un coût et seules quelques délégations officielles profitent de ces services, sans parler des visites touristiques organisées par des « tours opérateurs » habitués des lieux. Enclave, donc, qui fait vivre nombre d’artisans venant proposer au petit-fils Sentissi leurs plus belles pièces qu’il leur paie comptant. D’autres investisseurs ont bien sûr suivi le modèle, mais un carnet d’adresses de clients potentiels peut-être moins fourni ou une rente de situation en médina moins favorable, ont cantonné ces structures à un commerce de bazar et d’accueil pour groupes de touristes amenés jusque-là par un guide avisé.

25Moulay Ahmed Sentissi porte peu d’intérêt à tout ce qui est extérieur à son entreprise familiale. « L’activité touristique reste marginale à Fès », selon lui. Peu d’hôtels confortables, un aéroport mal desservi auraient préservé la médina des « ravages extérieurs ». Pour lui, il s’agit d’entretenir l’imaginaire d’une vie merveilleuse au sein d’un palais transformé en une machine à rêve « conçue par ses ancêtres » qui ont su « utiliser l’histoire du bâtiment et amener ici ce qui se fait de mieux en termes d’artisanat, d’animation et de gastronomie typiquement marocains », et pas exclusivement/assis.

« La médina a besoin de personnes qui l’aiment ; ma famille n’est pas de celles qui ne se préoccupent pas de leurs origines. Elle a compris, et mon grand-père en premier, qu’elle avait en sa possession une richesse, et elle a voulu la conserver en restant vivre ici. Je vis dans cette demeure, j’invite des étrangers chez moi. Peut-être mangeront­-ils à ma table, peut-être achèteront-ils un tapis que j’ai moi-même choisi : cela n’a pas d’importance. Depuis quarante ans, des personnes viennent et reviennent. Le tourisme d’aujourd’hui oblige à se faire connaître différemment, mais ça y est : nous avons reçu le Premier prix de gastronomie du Maroc. »

26Au sujet de la réapparition de Fassis intéressés par la médina alors qu’ils l’avaient quittée, Moulay Ahmed Sentissi reste sur ses positions :

« Si des Fassis ignorent la médina, je préfère qu’ils laissent la place à des étrangers. Fassi ou pas, ce n’est pas ce dont a besoin la médina de Fès. Elle a besoin de ceux qui l’aiment et il y a beaucoup à faire pour garder notre patrimoine en l’état. »

27Des préoccupations similaires ont mené à la création de la Maison bleue en plein quartier administratif de El Batha, à proximité de la municipalité de Fès-médina et de la préfecture de Fès-médina. Là encore, le fils – un ancien fonctionnaire du ministère du Tourisme – a hérité d’une demeure qu’il a aménagée pour une clientèle occidentale. De l’aéroport de Fès à la Maison bleue, vous êtes entièrement pris en charge ; un site Internet vous permet de réserver votre séjour et de payer avec votre numéro de carte bancaire. Le standard choisi pour 1’aménagement hôtelier est celui adapté pour une clientèle américaine : il s’agit d’un « hôtel de charme » avec le confort et les services de n’importe quel autre hôtel international, accueil par le maître de maison en plus... Des spectacles en compagnie d’amis de la famille invités – Fassis « occidentalisés » et étrangers habitant la « ville nouvelle » de Fès – sont organisés pour l’animation de cette clientèle trouvant là une dose mesurée d’exotisme reconstitué aux portes de la médina, puisque nous nous trouvons dans l’une des parties de l’espace urbain intra muras accessible avec une automobile.

28Plus récente – puisque les instigateurs n’étaient installés dans leur demeure, en 2000, que depuis à peine une année –, la formule des « maisons d’hôtes » s’inscrit dans la continuité de ces initiatives privées de familles – originaires de la médina de Fès, mais n’y ayant plus résidé depuis plusieurs décennies – qui ont décidé de créer un espace d’accueil pour attirer les étrangers à la médina. Simplement, avec la « maison d’hôtes », un niveau supplémentaire, en termes de qualité humaine de réception et d’ouverture de l’espace familial fassi, est atteint. Car il s’agit ici de vivre comme « hôte » et pas seulement comme « client », cela en faisant partager la vie de la famille avec tout ce qu’elle comporte de savoir-vivre, d’hospitalité, de relations humaines à la « manière » fassie, selon les arguments avancés par le maître de l’une des « maisons ».

29Toutefois, la création d’une « maison d’hôtes » nous est apparue plus remarquable que celle du simple « hôtel de charme » ou que, même, celle de la « demeure-monument » à Fès ou à Hammamet. En effet, la « maison d’hôtes », tout comme la « résidence de tourisme », offrent une forme d’exhibition de la vie privée, c’est-à-dire de ce qui, paradoxalement, est caché dans la culture urbaine de la médina.

Les limites de l’espace d’hospitalité : le cas de la « maison d’hôtes » au sein de la médina de Fès

30Traditionnellement et pratiquement, de la structure urbaine de la médina composée de voies d’accès semi privatives – le derb – à l’architecture intérieure des demeures dans lesquelles on ne pénètre que progressivement après avoir franchi plusieurs corridors en chicane protégeant l’intimité de la famille, tout ce qui touche à la cellule familiale est confiné en un espace fermé, cerné de murs qui sont ceux des pièces privatives autour du patio intérieur et sous les terrasses ouvertes sur d’autres terrasses – espace de convivialité exclusivement féminin et de jeu pour les enfants. Avec la « maison d’hôtes », non seulement toutes les portes sont apparemment ouvertes aux « hôtes », mais ceux-ci accèdent directement à l’espace de vie privée d’une famille qui vit bel et bien là.

31Cependant, comparé à 1’accueil véritablement chaleureux accordé à l’étranger de passage qui est invité dans une famille par l’un de ses membres, tout est ici dans l’apparence, dans le paraître. Le rapport entretenu avec les étrangers-« hôtes » est similaire au rapport établi avec n’importe quelle clientèle : les « hôtes » sont ici parce qu’ils ont payé. Une pièce leur est accordée pour vivre au cœur de l’intimité de la famille, c’est­-à-dire, justement, pour la voir vivre, sans autre effort d’accueil au sein de l’ordre familial. Rapport hiérarchique avec la domesticité, éducation parentale donnée à l’enfant, entretien du riad (jardin intérieur), préparation cérémoniale des repas, échanges polis de circonstance du maître de maison avec ses « hôtes », relation gênée avec l’épouse qui a vu débarquer des intrus dans son beau palais : rien de moins qu’une vie de famille à cheval sur deux cultures, deux imaginaires, reconstituée dans un cadre « oriental ».

32Aussi, d’après nos observations empiriques via notre expérimentation de la condition « d’hôte » (2000), nous tirons la conclusion que ce qui paraît être une ouverture du cercle familial pour faire apprécier des moments de la vie « fassie » dans un cadre de vie traditionnel restauré, n’est qu’une construction imaginaire culturaliste. La « maison » ouverte aux « hôtes » constitue un de ces « lieux de mémoire » associant mémoires particulières du lieu et visions culturalistes identifiant des « manières » d’être en société. Au-delà de la volonté d’un pur et simple retour aux sources, derrière le choix de vivre avec sa famille là où eux ou leurs pères ont grandi, les instigateurs de la formule « maisons d’hôtes » sont, tous, les représentants de la communauté des Fassis occidentalisés. L’un des principaux arguments avancés pour expliquer leur installation est la qualité intrinsèque de l’habitation familiale traditionnelle – ed dar –. Et par leur projet de valorisation patrimoniale, ils ont recréé au cœur de la médina un mode de vie néo-traditionnel, c’est-à-dire adapté au monde contemporain.

33Or force est de constater que, en l’état, la vie du dar – une fois reconstituée, réhabilitée à l’image des souvenirs que chacun d’entre eux en a gardés – nous est apparue avant tout dans son aspect spectaculaire : la « maison d’hôtes » constitue un véritable espace de représentation magnifiant la cellule familiale autour de l’enfant, l’épouse et le maître de maison, sa domesticité, voire ses habitués.

34Dès lors, l’introduction de la formule touristique de la « maison d’hôtes » en médina de Fès nous montre que la patrimonialisation opérée par des individus à l’échelle de leur espace de vie privée, suppose une appropriation physique. En cela, par leur investissement financier et affectif exemplaire, des Fassis réussissent à donner corps et âme au modèle culturel traditionaliste national en affirmant la spécificité donnée au lieu d’origine : la ville natale de Fès, « leur » médina, le dar familial dans lequel ils sont parfois nés eux-mêmes ou sinon leurs ancêtres. Se réclamant héritiers d’une tradition familiale ancestrale- la « manière » d’être en société quand on naît dans une famille fassie –, ils entretiennent des pratiques sociospatiales « jassies » au sein de « leur » médina natale ainsi réinvestie : invitation à des soirées musicales, appel aux maâlems kabir pour les petits travaux, cuisine traditionnelle, notabilité.

35À dire vrai, les pratiques de ces Fassis d’exception sont justement l’exception à la règle dans un espace encore replié sur lui-même et inapproprié pour une totale ouverture sur l’extérieur. L’hospitalité offerte par une famille de la médina va souvent au-delà de cet attrait mondain – manifeste au sujet de la « maison d’hôtes » – jouant sur les apparences d’une culture urbaine se voulant aristocratique et très stricte sur les convenances et le savoir-vivre ensemble. Dans les années à venir, même si le nombre de « maisons d’hôtes » devait connaître une croissance rapide et s’imposer dans leur spécificité en médina, l’attirance de ceux qui voudront être les « hôtes » dans de belles demeures continuera à reposer sur la fermeture spatiale de la médina et le plaisir procuré par le privilège du partage de moments d’une vie confinée.

  • 2 Un proverbe marocain pourrait servir de fil conducteur à notre démonstration : "La première chose q (...)

36Par le réinvestissement de la demeure traditionnelle, ferment2 culturel et familial, il y a fabrication de lieux de mémoire qui sont ici des éléments symboliques de l’ordre matériel et idéel de la médina de Fès. Dans la conception de ce « lieu de mémoire », le « de » marque l’appartenance ou la provenance : c’est un lieu qui appartient à la mémoire. Aussi la demeure-« lieu de mémoire », restaurée et réappropriée, semble être un lieu plus voué que d’autres à accueillir cette mémoire.

37En cela, l’imagination géographique d’une médina recouvrée comme lieu de mémoire par des Fassis l’ayant physiquement quittée, a été activée et utilisée pour l’invention d’une médina ouverte sur l’extérieur et dont les « maisons d’hôtes » seraient les espaces de réception privilégiés.

38Ces « maisons » tout comme la « résidence de tourisme » arborée et sanctuarisée ne sont rien de plus que la copie orientaliste d’une manière d’être en société qui a pour fonction essentielle de narrer une histoire, inventer une tradition, ritualiser une mise en scène de la mémoire aussi particulière et familiale qu’elle soit. Ainsi soulignons-nous le paradoxe de la conception de tels espaces de représentation, expression de souvenirs obsessionnels consistant à oublier, établir une rupture avec l’environnement urbain dans lequel ils s’inscrivent, alors que lesdites « résidences de tourisme » et « maisons » se trouvent dans 1’espace urbain de la médina ; une médina patrimoniale certes, mais bien éloignée des seuls décors monumentaux fossilisés devant lesquels s’extasient les touristes.

39Qu’est-ce à dire de la vie quotidienne en médina ? Il est vrai qu’elle est vécue comme idéalisée par les habitants les plus âgés et ceux qui l’ont quittée après y avoir grandi. La production urbaine des logements avec des matériaux de bois, de terre et de la pierre correspondrait parfaitement aux conditions climatiques. De plus, l’organisation intérieure des espaces résidentiels a été copiée jusque dans les logements pavillonnaires modernes des nouvelles périphéries urbaines au Maroc et en Tunisie.

40La distinction de la ville-médina et de ses formes architecturales est le résultat d’une différenciation typologique qui correspondrait à l’introduction de nouveaux cadres de références théoriques et de nouvelles pratiques professionnelles. Si la coutume (urf) et la propriété privée (melk) organisent toujours la vie urbaine au sein de la médina maghrébine, cela n’a pas empêché des évolutions inhérentes à l’arrivée de nouvelles populations résidentes et de nouvelles générations qui ont eu un parcours personnel et des expériences professionnelles qui ne les cantonnent pas à une simple reproduction de l’existant. C’est notamment par l’introduction de modes de faire extérieurs que la ville-médina évolue aujourd’hui tout en conservant son organisation urbaine et son autorégulation sociale prégnantes.

La médina patrimoniale est-elle « fréquentable » par les touristes ?

41Ce que l’on nomme « fréquentation du patrimoine » renvoie à un système complexe d’interactions entre des éléments de patrimoine et différentes populations : résidents, visiteurs, parmi lesquels les « touristes en résidence » que nous avons choisi de désigner comme des passeurs de la médina patrimoniale in situ. La « fréquentation » suppose un objet – le patrimoine, l’espace historique et son décor urbain que parcourent des visiteurs sous la gouverne d’un guide officiel –, des touristes – qui se caractérisent par leurs pratiques et des attentes face à l’objet patrimonial – et l’organisation des rapports entre l’objet et les touristes – dans laquelle se trouvent les préoccupations liées à la sauvegarde de la médina.

42Avec un tourisme de masse qui est alimenté par des liaisons aériennes internationales (charter, lignes régulières) peu coûteuses, des offres de produits touristiques renouvelées (thalassothérapie, hôtel de charme, trekking dans le désert) et un large panel de catégories d’hébergement, la fréquentation de la côte tunisienne et de 1’une des principales portes d’entrée touristique du Maroc, Marrakech, semble durable. À quatre heures de train et une heure d’avion de Casablanca, ne bénéficiant pas de liaisons aériennes internationales (directes régulières), Fès demeure une ville isolée géographiquement du reste du Maroc et, qui plus est, nous est apparue comme une destination réservée à un public de « connaisseurs » qui savaient ce qu’ils venaient chercher ici : visite de proches et d’amis, rassemblement à l’occasion de cérémonie ou de fête religieuse, découverte d’une « vraie médina toujours vivante », mondanité du festival des musiques sacrées. Surtout l’augmentation de la fréquentation du patrimoine fassi n’est pas l’objectif recherché par les autorités marocaines, contrairement à l’investissement international pour rendre accessible le patrimoine marrakchi notamment

43Hormis l’hôtel de luxe Palais Jamaï situé au nord-ouest de la médina, à proximité de la porte Bab Guissa, les neuf « maisons d’hôtes » répertoriées à Fès (2004) sont les seules marques d’ouverture physique de la vieille ville au tourisme. Sinon les visites guidées cantonnent le groupe de touristes à suivre l’un des six circuits thématiques : « murailles et fortifications », « Fès-Jdid », « la rive andalouse », « palais et jardins andalous », « monuments et souks », « artisanat ». Des classements et autres formes de reconnaissance (transformation d’unités résidentielles en espaces commerciaux et de concert à l’occasion du festival annuel des musiques sacrées) soulignent l’intérêt historique majeur de Fès, sa position de « capitale culturelle » du Maroc contemporain sur la route touristique des « villes impériales ».

44Ajoutons que l’absence de statistiques fiables sur l’activité touristique à Fès fait de la fréquentation touristique elle-même une activité quasi officieuse. En fait, la ville de Fès a le bénéfice d’une activité industrielle et d’un rayonnement sur un arrière-pays agricole riche ; son isolement géographique renforcerait sa position régionale. Le cœur historique de la médina patrimoniale demeure l’un de sites les plus actifs de l’agglomération pour ce qui est de la production manufacturière et artisanale, cela au prix d’une dégradation du cadre bâti.

45La médina de Fès est constituée de 12 000 unités d’habitation (SIG – Agence de dédensification et de réhabilitation de Fès 1992), dont 40 % est en très mauvais état et dont une cinquantaine de maisons traditionnelles (construites entre le XIVe et le XIXe siècle) s’écroulent en moyenne chaque année (PNUD 1992). Les résidents solvables expriment le souhait de partir (Banque mondiale, 1 995) ou quittent la médina – quand ils le peuvent financièrement –, et ils sont remplacés par des migrants venus des campagnes environnantes afin de travailler dans les petites unités de production de l’artisanat. Le déclassement du parc immobilier se traduit par une sur-occupation locative, réponse économique que les propriétaires­ bailleurs donnent à la baisse des loyers et à la hausse des coûts d’exploitation des immeubles anciens. La maintenance du cadre bâti ne pouvant plus être obtenue sur un seul ménage, le propriétaire-bailleur fait le choix d’augmenter le nombre de ménages par unité. Le déclassement se traduit aussi par l’utilisation plus lucrative d’unités résidentielles par des activités productives qui s’incrustent dans des espaces arrachés à leur fonction d’habitat, aux dépens des structures initiales du bâti.

46Dans ces conditions, là où un visiteur s’extasie, un autre au contraire ne ressent qu’irritation et malaise devant les murs lézardés, les gravats des maisons tombées en ruine. Le tableau d’une paupérisation sociale au sein de la médina est visible ici plus qu’ailleurs dans le reste de l’agglomération. Détacher le patrimoine des autres facettes de la médina est une opération de réduction difficile car toute la médina est considérée comme un patrimoine aux yeux de ceux qui y résident. Cette considération, très répandue quand on parle avec les Fassis, est liée à l’enjeu autant de la sauvegarde, que celui de l’habitat et de l’artisanat. Or le dynamisme du commerce dans les souks, et de la production informelle et artisanale met en danger la médina patrimoniale en tant qu’unité d’habitation. Par voie de conséquence, se préoccuper de l’attrait du patrimoine de la médina, c’est évoquer la paupérisation sociale subie, c’est présenter les avancées et les reculs de la sauvegarde urbanistique projetée (PNUD, 1992 ; Banque mondiale, 1995).

47L’ouverture, l’amélioration de l’accueil et de l’accessibilité sont des objectifs louables pour favoriser la fréquentation touristique de la médina. En cela, le « tourisme de résidence » représente une possibilité offerte à un étranger de se confronter à la réalité quotidienne de la médina, tout en participant à sa réhabilitation. La vente ou la location emphytéotique (99 ans) de très belles demeures agencées autour d’un jardin central (riad), situées à la frange du noyau historique dans la partie la plus accessible, a permis l’installation de résidents marocains et binationaux. Cette solution est maintenant courante en médina de Tanger et de Marrakech, ce qui a entraîné une spéculation immobilière tout en fournissant de bonnes possibilités d’exercice à tous les métiers artisanaux locaux.

48Comme nous l’avons démontré, ces résidents permanents ou semi-­permanents sont les plus ardents défenseurs et promoteurs de la préservation architecturale et d’un mode de vie centré sur la famille, son cercle d’intimes. Dans le cas particulier de la fréquentation touristique, le patrimoine, appelé à participer à la construction d’individus venus à la découverte de traditions ancestrales et à créer des liens entre eux, remplit pleinement sa fonction sociale en médina.

49Pour l’instant, la médina patrimoniale n’est fréquentée par des étrangers qu’en des espaces déterminés et en des circonstances particulières, nous l’avons dit. Cela en fait son attrait principal dans les conditions décrites, c’est-à-dire un espace clos sans être coupé de l’extérieur. Aussi avons-nous voulu souligner la nécessaire médiation par le biais d’un habitant qui vous offre l’hospitalité au sein de sa famille.

50Cette situation « d’hôte » rend originale – et même exceptionnelle, du point de vue de la fréquentation actuelle du patrimoine fassi – la condition de « l’Étranger » pratiquant la médina. Loin des mondes fantasmés du tourisme « culturel » exotique, lui sont ainsi ouvertes de nombreuses portes sur un quotidien laborieux, harassant, pesant, violent parfois, mais empli d’humanité.

Haut de page

Bibliographie

BACHELARD, G., 1957, Poétique de l’espace, Paris, PUF.

BANQUE MONDIALE. 1995, Évaluation sociale de la sauvegarde de la médina de Fès. Composante Habitat, Rapport final.

BÉRARDI, R., 1979, « Espace et ville en pays d’islam », dans D. Chevallier, L’espace social de la ville arabe, Paris, Maisonneuve et Larose, p. 109-122.

BOURDIEU, P., 1970, Sociologie de l’islam, Paris, PUF.

CLAVAL, P., 1996, « Les espaces de la géographie et ceux de la fiction », Lire l’espace, Bruxelles, Ousia, p. 423-436.

COLLIGNON, B. et J.-F. STASZAK, 2003, Espaces domestiques. Construire, habiter, représenter, Paris, Bréal.

DI MÉO, G., 1999, Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan.

GOTMAN, A., 2001, Le sens de l’hospitalité. Essai sur les fondements sociaux de l’accueil de l’autre, Paris, PUF.

GREGORY. D., 1994, Geographicalimaginations. Cambridge (Mass.). Blackwell. LEFEBVRE, H., 2001, Contribution à l’esthétique, Paris, Anthropos.

MIT (Équipe Mobilités, itinéraires, tourismes). 2002, Tourismes 1. Lieux communs, Paris, Belin.

MITCHELL, T., 1991, Colonizing Egypt, Cambridge, Cambridge University Press. PNUD (ministère de l’Intérieur du Maroc), 1992, Sauvegarde de la ville de Fès, Rapports techniques.

SCHUTZ, A., 1987, Le chercheur et le quotidien. Phénoménologie des sciences sociales. Paris, Méridiens Klincksieck.

WIRTH, E., 1993, « Esquisse d’une conception de la ville islamique. Vie privée dans l’Orient islamique par opposition à la vie publique dans l’Antiquité en Occident ». Géographie et cultures, no 5, p. 71-90.

Haut de page

Notes

1 Construit à la fin du XIXe siècle, il a servi de lieu d'hébergement pour le ministre de la Défense du sultanat, puis a été la résidence du maréchal Lyautey à Fès. Une porte a été percée après l'acquisition par le grand-père Sentissi afin de créer une ouverture sur l'une des principales artères touristiques de la médina : le "Petit Talaa".

2 Un proverbe marocain pourrait servir de fil conducteur à notre démonstration : "La première chose qu'on doit posséder, c'est une maison ; et, c'est aussi la dernière chose qu'on doit vendre. Car la maison est le tombeau d'ici-bas". Cette formule a été prononcée par un Fassi habitant Rabat depuis trente ans, au sujet de son refus de vendre le dar familial que sa famille possède dans la médina de Fès.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Walter Lancret, « Tourisme de résidence en situation », Géographie et cultures, 58 | 2006, 123-138.

Référence électronique

Walter Lancret, « Tourisme de résidence en situation », Géographie et cultures [En ligne], 58 | 2006, mis en ligne le 17 décembre 2018, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/gc/8008 ; DOI : 10.4000/gc.8008

Haut de page

Auteur

Walter Lancret

Université François Rabelais (Tours)

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals